Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 11:09

Un étudiant de 26 ans d’origine camerounaise répondra de ses actes devant la justice française. Motif : Il a laissé un message sur le compte facebook d’Alain Juppé, ministre des affaires étrangères. Cette ingérence à Abidjan est intolérable ! Après ça, faudrait pas s’étonner qu’il y ait des attentats en France ! C’est en substance ce commentaire, qui a déclenché, début avril, à Paris, une enquête judiciaire au plus haut niveau et concrétisée cette semaine à Montpellier.

 Saisie par le parquet de Paris pour "association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste", la brigade criminelle a aussitôt mobilisé ses experts informatiques, afin d’identifier l’auteur de ces menaces virtuelles à peine voilées. Car la période était sensible : les propos visaient l’intervention des troupes françaises, agissant sous mandat de l’Onu en Côte d’Ivoire, afin de capturer Laurent Gbagbo et d’établir au pouvoir le président élu Alassane Ouattara. Dans les semaines suivantes, le contexte international n’a fait que continuer à exposer le ministre des Affaires étrangères avec l’intervention militaire française en Libye et l’attentat tuant des Français à Marrakech.

Mercredi, au lendemain de l’annonce de la mort de ben Laden, des policiers de la section anti-terroriste (SAT) de la brigade criminelle, arrivés depuis peu à Montpellier, passent donc à l’action, assistés de la PJ de Montpellier. À l’aube, ils investissent le domicile d’un couple, qui est placé en garde à vue. Car c’est depuis leur ordinateur qu’a été posté le commentaire litigieux.Très vite, la jeune femme est mise hors de cause, tandis que son compagnon passe aux aveux. Âgé de 26 ans et originaire du Cameroun, cet étudiant reconnaît être l’auteur des propos controversés. "Il dit avoir agi sur un coup de colère", précise une source proche du dossier.

Pendant deux jours, il est longuement interrogé sur son parcours, ses convictions politiques, ses relations. Jusqu’à ce que les enquêteurs conviennent qu’"il n’a pas le profil d’un “terro” : pas de réseau, de passé et de connections". Hier après-midi, le parquet anti-terroriste de Paris s’est donc dessaisi de cette enquête retombée dans le droit commun, pour la confier au parquet de Montpellier. "Cela s’est emballé pour des raisons de sécurité que l’on peut comprendre dans le contexte actuel, mais cela s’est dégonflé très vite, nuance Me Sabine Ngo, qui a assisté l’étudiant pendant sa garde à vue. C’est un garçon avec un bon niveau d’étude, une réflexion politique, mais qui n’a pas mesuré les conséquences d’un tel acte."

L’étudiant devrait être présenté ce 6 mai au parquet de Montpellier, qui devrait décider des suites à donner à cette enquête désormais reclassée en "fausse alerte". Une comparution immédiate ? "On est dans le domaine de la liberté d’expression, peut-être qu’un rappel à la loi suffirait pour ces propos malheureux", soupire l’avocate montpelliéraine. Réponse aujourd’hui.

Ou Va-ton?


Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:51

l’Afrique a-t-elle conscience des nouveaux plans de l’universalisme occidental ?

Par le professeur Wagane Faye

     Au vu des derniers développements de l’actualité internationale, réformer la pratique de la diplomatie devient, peut-être, une nécessité. Enjeux nouveaux, politique extérieure nouvelle, remise en question de l’esprit et de la lettre des bases qui gouvernent la pratique du relationnel en diplomatie, innovation dans les procédés en gouvernance internationale dictent, naturellement, une lettre et une pratique appropriées.


 

     Ce qui ne remet, nullement, en cause les nécessités qui découlent des relations internationales. Et des rigueurs de la souveraineté exercée par les Etats, en général, et, en particulier par l’AFRIQUE qui devra consolider, sans complexe et avec plénitude, son positionnement. 

Quelle attitude observer, par exemple, devant la politique de la peur déployée par le Capitalisme ? 
La nouvelle intelligence imposée par la mondialisation et les risques qui participent de la crise persistante et de son corollaire, la décroissance, commandent, désormais, une conduite dont la substance intègre, essentiellement, le recours au juste milieu. Sans faire fi, pour le cas du SENEGAL, de l’acuité avec laquelle se problématisent son développement et son avenir. 

       Surenchère, réduction du volume de l’aide et représailles (sous toutes les formes) peuvent, contre l’attente du capitalisme et de l’universalisme occidental, faire avancer un peuple. Rappelons-nous, si nous voulons avancer « que l’oppression entraine la résistance.» La dialectique des rapports de forces demeure et est devenue très féroce en cette période où la globalisation et la mondialisation offrent un nouveau débouché au Capitalisme. Capitalisme qui cherche, sans forme, à combattre la crise qui l’installe dans une impasse qui dépasse l’universalisme occidental devenu, au demeurant, l’unique recours des puissances capitalistes surprises, de façon terrible, par le poids de la décroissance. 

         Les Africains ne doivent plus accepter que la pratique en diplomatie, en ce qui concerne leurs pays, ne se déploie que dans des rôles de satellite. Leur combat reste cohérent dans la mesure où l’AFRIQUE doit disposer d’un mandat permanent, par exemple, au conseil de sécurité des Nations Unies. Cette même cohérence justifie la restructuration de l’Union Africaine qui a une mission qui suppose, à moyen terme, l’opérationnalisation du gouvernement des Etats Unis d’AFRIQUE. Pour hâter, en stoppant la « course à la lenteur », l’intégration économique africaine. L’insécurité humaine, accentuée par la conflictualité en AFRIQUE et l’instabilité institutionnelle commandent, au demeurant, une réforme des approches qui transcende, à la fois, le non-alignement et l’alignement. En prouvant que l’hégémonisme ne devient, de plus en plus, qu’une simple vue de l’esprit des capitalistes. Le mouvement doit être la nouvelle dynamique de la politique extérieure des Etats africains. 

          Guerres, terrorismes, expansionnisme, pauvreté et sans emploi sont des réalités coriaces qui interpellent nos Etats et leurs dirigeants. Si nous voulons éviter une catastrophe qui va surmener la sécurité humaine, intoxiquer ou générer une existence dans un ordre social perturbé, à suffisance, par un déséquilibre, une démarche qui modifie certains usages et adapte quelques règles du jeu de la pratique diplomatique s’impose. De même qu’un réalisme conséquent et dépouillé de la diplomatie bon enfant ou de celle de l’association du cavalier et du cheval. L’AFRIQUE doit apporter, désormais, sa voix dans l’encadrement des conflits, doit participer dans la sauvegarde de la paix et doit contribuer, aussi, à la résorption de la conflictualité dans le continent. 

       Etre présent en amont, en aval et, même, au cours du traitement des conflits, offre des gages et des suretés qui préservent la sécurité humaine. Au lieu, comme avant, d’exposer au danger les populations africaines où l’insécurité génère une spirale de la violence qui bloque sa croissance. 
Sachons que l’enjeu rentabilité financière préoccupe, avec démesure, le capitalisme qui estime que l’AFRIQUE demeure l’avenir de l’universalisme occidental. 

      L’avènement d’un fédéralisme africain serait une sureté qui permettrait au continent de quitter la conflictualité pour, enfin, se développer. Et obtenir sa place dans le giron mis en place pour assurer, en définitive, la gouvernance du monde. 

        Notre continent entend, après cinquante années d’exercice de sa souveraineté, engager toutes les ruptures pour, enfin, que l’AFRIQUE cesse de devenir l’avenir de l’Occident. Les Africains doivent, désormais, quitter certains espaces qui les maintiennent dans des liens ou des relations qui limitent leurs mouvements. Or, comme nous le savons tous, l’appartenance à des organisations internationales coachées ou, même, financées par les puissances occidentales émousse, continuellement, notre ardeur à construire et à réaliser l’intégration ou le fédéralisme qui doit, nécessairement, déboucher sur la constitution des Etats Unis d’AFRIQUE. 

     Nous estimons qu’il est temps que les Etats africains se dégagent totalement de quelques organisations comme l’OIF ou le COMMONWEALTH et la France AFRIQUE dont les rôles, devenus archaïques, maintiennent, sous des formes très discrètes, leur diktat à essence pécuniaire. Comment, à titre d’exemple, s’expliquer la nature des chirurgies chaudes opérées en Afrique et accepter de coexister avec les puissances initiatrices de cette stratégie sauvage qui banalise des pouvoirs d’Etat ? 

Pr.Wagane FAYE 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:47

1515027 3 bee9 laurent-blanc-face-a-la-presse-le-29-avril

Les Nègres marrons de l’équipe de France de football. Laurent Blanc doit-il démissionné ?

Pour répondre à cette question nous sommes allés poser des questions à notre chroniqueur Mbombog Ntohol qui a fait une chronique très appréciée par nos lecteurs. Nous avons voulu savoir la profondeur de cette histoire qui ne date pas d’aujourd’hui selon Mr Belgacemi par qui le scandale  a vu le jour.

Afrohistorama : L’affaire Laurent Blanc sélectionneur de l’équipe de France de football qui s’est exprimé dans une réunion privée  de la Fédé, selon l’un des participants son souhait de voir appliquer au sein des centres de formation une politique de quotas. Doit-il démissionner ou le chien aboie et la caravane passe ?

Mbombog Ntohol : Avant de répondre à cette question, je voudrais faire comprendre à tous les lecteurs pourquoi les dirigeants de l’équipe de France en sont arrivés à ce point aussi négatif dans la résolution des problèmes que connait l’équipe de France.

Pour mieux comprendre le scandale  il faut refaire l’histoire du football français depuis 1998. Lorsque la France gagne pour la première fois de son histoire ce mythique trophée mondial.

Ce rappel historique est très important, car il nous permet de mieux cerner les contours du problème.

Afrohistorama : Pouvez-vous être un peu plus claire sur l’historique ?

Mbombog Ntohol : En 1998 la France gagne la Coupe du monde de football. Ce qui est important à noter ce n’est pas la victoire en elle-même, c’est la composition de l’équipe victorieuse. Cette équipe qui gagne est très cosmopolite. Elle est composée de Noirs, Arabes, blancs, ce qui est mis en exergue à l’époque, c’est cette capacité du football-leçon de la diversité et l’intégration a la framçaise.

Mais très vite, On se rend compte que cette images idyllique pourrait être capitalisable sur le plan financier, si on laissait éclore des nouveaux talents naturellement dans le même état d’esprit, la victoire serait au rendez-vous. Pendant des années la France vit ces 10 glorieuses du football, on surfera sur cette image idyllique qui ne se reflète en rien le reste de la société. Cette équipe qui est la Dream team (Henry, Zidane, blanc) est le rêve de tous les jeunes Noirs, Arabes et blancs.

Cette dream team va susciter au sein de la jeunesse de toutes les races un engouement, qui entraine une explosion des inscriptions de jeunes  dans les centres de formation. Il est à noter que dans la majorité des inscriptions on retrouve une grande majorité d’étrangers Africains de la deuxième ou de la troisième génération, ceci étant la seule place disponible qui puisse reconnaitre valablement leurs talents.

Cette explosion dans un premier temps n’est pas rejetée par l’élite dirigeante du Football français pour une raison essentielle. A savoir l’importance et la reconnaissance du football français sur le plan mondial. Les joueurs français, entraineurs français sont payés à coup de millions d’euro pour allez exercer ailleurs. C’est la french touch. Bref tout le monde se frotte les mains. Ce sont les 10 glorieuses. Personne s’en plaint car tout le monde se met plein les poches, même l’état n’est pas en reste. On se fait la bise peace and love et tout le trallala.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, cette fin commence il ya plus de plus cinq ans lorsque l’équipe de France commence à perdre face aux équipes qui ne représentent rien dans le classement FIFA. Cette fin atteint son zénith en Afrique du Sud en 2010 lors de la dernière coupe du Monde, ou les joueurs se rebelles en refusant de s’entrainer. Cette phase glorieuse de 1998 prend fin par une humiliation internationale, quelle tristesse ! Et quelle mauvaise révérence A mon avis c’est dans cette rébellion qu’il faut rechercher les éléments de la décision des quotas.

Afrohistorama : pourquoi c’est dans cette rébellion qu’il faut rechercher l’origine des quotas ?

Mbombog Ntohol : Ce qui arrivât en Afrique du Sud en 2011 n’était pas juste une histoire d’humeur. Nous sauront un jour la véritable histoire.  Les acteurs pour l’instant je crois ne peuvent pas le faire pour des raisons certainement que nous ne connaissons pas encore. Ce qui est sur ils le feront un jour. Mais il reste que nous devons essayer de comprendre, d’analyser, même si nous ne sommes pas  à 100% proche de la réalité.  Nul n’est infaillible.

Je pense que les joueurs de l’équipe de France qui se sont rebellés en Afrique du Sud, ne pouvait le faire que si le motif était grave. Je pense que le problème des quotas vient aujourd’hui répondre aux multiples questions que l’on se posait alors.

Je rappel ici que ces quotas ne visent pas les arabes, mais des Noirs. Je m’explique. Si ces quotas visaient les arabes aussi, on n’aurait pas invité Mr Belgacemi qui est Arabe. Le fait qu’il était présent signifie que cela visait uniquement les Noirs. Il ne faut pas aller chercher très loin.

Cette précision étant faite revenons aux origines de la rébellion d’Afrique du Sud. Je pense que les joueurs se sont rebellés pour exprimer leur désapprobation sur le virage «quotatique» que voulait prendre l’équipe de France. Il ne faut pas oublier qu’avant la coupe du monde on connaissait déjà le futur entraineur de l’équipe de France. Chose jamais faite auparavant. Il faut également noter qu’à l’époque, on n’a pas entendu parler des acteurs de 1998 comme Zidane qui s’est tue royalement.

Afrohistorama : Si je comprends bien,  c’est une vielle histoire?

Mbombog Ntohol : Bien entendu, c’est une vielle histoire qui est liée à l’évolution de l’équipe de France qui ne gagne plus depuis un certain temps. Parce que la victoire acquise en 1998 n’a pas profité tous les acteurs et de surcroit le train a été renversé. On a  depuis 1998 voulu transformer cette victoire de France en victoire des blancs. Il ne faut que s’en apercevoir au sein des instances dirigeantes. Aucun des anciens Noirs de 1998 n’appartient au staff dirigeant en revanche, tous les Européens y sont représentés. L’équipe de France vit un malaise profond qui est générationnel.

Afrohistorama : Quel est le véritable problème de l’équipe de France ?

Mbombog Ntohol : le problème de l’équipe de France se trouve à deux niveaux. Il y a un problème de reconnaissance des valeurs des apports des français d’origine Africaine qui n’est pas pris en compte (voir la composition des instances du football national) et leur ami blancs qui ne partagent pas le virement idéologique de la Fédé. C’est un problème générationnel, et il ya le problème des résultats. L’équipe de France ne produit plus de résultats louables. Evidemment pour les dirigeants il faut trouver les causes. Mais la ou le bat blaise.

 Les causes sont recherchées au bon endroit, mais plutôt dans les fonds du tiroir au racisme.  Car ils pensent que en supprimant les talents et encourageant les quotas, le problème sera résolu.

Mais ce qu’ils oubli, c’est que dans la résolution d’un problème, ce n’est pas tant la solution qui importe, mais ses conséquences.

La solution des quotas est mauvaise, et laisse présager des soupçons sur la composition de l’équipe dans l’avenir. En l’appliquant les conséquences seront dévastatrices pour l’ensemble du football français. Avis aux apprentis sorciers.

Afrohistorama : Eu égards à tout ce que vous dites comment l’équipe de France de football peut-elle retrouver sa sérénité ?

Mbombog Ntohol : Eviter d’introduire des critères à connotation raciste dans le football. Pour parler concrètement Laurent Blanc doit démissionner. Parce que quoi qu’il face il existera toujours des soupçons de racisme qui pèseront sur sa personne, les medias ne pourront rien faire, ils seront amplifier au moment des échecs. Sont-ils prêt à soumettre l’équipe à ce régime dans le cas de la non-démission de ce dernier ? comme doit certainement lui demander les jusqu’au-boutistes de la Fédé et du gouvernement. Les semaines avenir nous le diront.

Afrohistorama : Pour finir que vous suggère tout ce remue-méninge à  la veille de la commémoration de l’esclavage le 10 mai prochain ?

Mbombog Ntohol : Le dégoût. Mais aussi l’espoir qui est ne de la rébellion des Nègres marrons du football .Les Noirs qui se sont rebellés et avec eux les blancs et arabes me rappellent les Nègres marrons pendant l’esclavage. Un groupe s’est levé et a dit assez c’est assez comme Laurent Gbagbo aujourd’hui. En cela je leur rends honneur. Car il ne faut plus accepter du n’importe quoi sous le prétexte d’un confort matériel. Il faut rester digne.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 00:29

Cri-Panafricain-copie-1.jpgPorte Parole  Mr. Toure Moussa  Zeguen 

 

CLIQUER :  DECLARATION

Ou recopier le lien suivant:

http://patriotesdecotedivoire.com/

 

  UTILISEZ LE LIEN, ET ATTENDEZ LE DEFILEMENT DES PHOTOS, APRES SUIT LE COMMUNIQUE.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 16:47

 

L'esclavage monetaire de l'Afrique Par le Pr N. AGBOHOU


 
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 10:27

La Dernière Étape Avant la Disparition du Noir d'Afrique 2

L’esclavage a Njombe au Cameroun

esclavage1.jpg

Si vous trouvez le titre exagéré, allez donc demander aux indiens d'Amérique et d’Amazonie, aux aborigènes d'Australie, aux Tasmaniens (pratiquement exterminés...), aux Zimbabwéens, aux Namibiens (Héréro), et autre Sud-Africains nègres Zoulous, Xhosa ce qu'ils sont devenus sur leur propres terres ancestrales..., avant plus ou moins de se ressaisir pour ces derniers ! Et encore ! Les "amérindiens" pour rappel étaient des dizaines et des dizaines de million ; qu’en est-il aujourd’hui...

N'oubliez jamais que les colons quelques soient leurs origines ne "volent" jamais les terres, ils les "achètent", ou les "louent" pour une longue durée, avec des contrats bidons et vides toujours à leur profit, l'essentiel de part et d'autres c'est de se donner bonne conscience.

Et quelques siècles plus tard, ils sont toujours là et les descendants de ceux qui ont "vendu" les terres s'ils sont "chanceux" sont dans des "réserves" quand ils ne sont pas tout simplement chassés... ou autre "Bantoustans" sur des terres stériles ; ayant refusé de travailler pour les colons car payés une misère et humiliés, ils auront été remplacés par des travailleurs-esclaves venus d'ailleurs...
Rappelons-nous que les européens avaient dit avoir acheté les terres des indiens ; on connait la suite... .

Il y a eu l'esclavage des noirs parce que les autochtones avaient eux-mêmes préféré mourir que de travailler pour les nouveaux maîtres. La colonisation de territoires par des Etats ou des peuples était à l'origine une pratique d'annexion pure et simple faite par des peuples conquérants pour accroître leur espace vital.

La notion intellectuelle du colonialisme est cependant souvent confondue avec la pratique même de la colonisation étant donné que l'extension de sa souveraineté par un État implique dans les deux cas la domination politique et l'exploitation économique du territoire annexé.

Les motivations pratiques de la colonisation restent aujourd’hui encore d’actualité ; elles étaient et sont économiques, stratégiques et idéologiques à savoir :

-        S'emparer des richesses d'un pays, et assurer l'approvisionnement en matières premières

-        Garantir des débouchés à l'industrie nationale en cas de surproduction

-        Forcer l'ouverture commerciale et conquérir un espace de peuplement

-        Empêcher l'expansion de puissances concurrentes et acquérir ou améliorer une position stratégique

-        Assurer la sécurité de la navigation maritime en supprimant un foyer de piraterie

-        Augmenter la puissance et le prestige de la nation et/ou accomplir une "mission civilisatrice"

-        Établir la domination d'une race jugée supérieure sur d'autres jugées inférieures

-        Répandre une religion

Attention à l’importation de la main d'œuvre d'Asie ou d'autres pays africains...parce que les autochtones refuserons d'êtres esclaves sur leur propre terres.
Au-delà de toutes les querelles et des divergences, les africains peuvent et doivent se fédérer pour rallier beaucoup de personnes autour de la question de la vente ou de la location des terres à une seule condition : Ne jamais lâcher et en faire un marronnier chaque fois qu’ils en ont l’occasion... ; car, si d’aventure les africains perdent encore une fois ce combat, il sera trop tard de chercher des boucs émissaires ou des coupables…
L'Afrique est sous peuplée, il faut aussi rabâcher cela. Chaque enfant, femme, adulte instruit ou non qui meurs prématurément avant un âge avancé est une catastrophe pour tous les africains. Nous n'en avons pas conscience dans nos "disputes ethniques".

Nous avons de la place mais comme nous ne sommes pas libre et que nous ne nous donnons pas les moyens d’un développement intégral avec nos investissements dans chaque pays, c'est la ville capitale de la colonie qui se trouve sur les terres ancestrales qui monopolise tout et ceci est source de divisions perpétuelles.
Fixer les populations sur leur territoire afin qu'elles aient une vie descente est plus que vitale !
Cela ne veut pas dire de faire la promotion du tribalisme, bien au contraire. En ayant ceci comme consensus, nous pourrons fédérer toute l'Afrique...

L'histoire est en train de se répéter hélas sous nos yeux ; cette fois ci personne ne dira qu’il ne savait pas...pendant que nous sommes endormis par le FMI, Banque Mondial, PAM, FAO, ONG, ONU, OMS et autres sigles qui n'ont de raisons d'être qu'en Afrique.

Ceci sans mettre bien sûr en doute la probité de quelques fonctionnaires honnêtes de ces organismes qui tirent la sonnette d'alarme et nous refilent discrètement les infos, mais comme la tête est viciée et que chacun veut garder son emploi ce qui est légitime, le système perdure dans ses effets maléfiques.

Divertis et déchirés que nous sommes par le mimétisme servile des pratiques importées d'ailleurs que sont les "élections démocratiques"...rarement libres, pratiquement jamais transparentes, n'apportant aucun changement notable, payées par le colon (pour lui-même), qui "les surveille", valide les résultats, pour toujours et encore se payer sur la "bête" en laissant quelques miettes au gardien du troupeau qu'il aura installé et à ses aides !

Au vu de ce que cela génère "énergétiquement", "psychologiquement", "économiquement" dans les "réserves africaines" du colon faussement appelées pays, ces pratiques méritent plus l'appellation de "Délectations Démon-cratiques" pour ne pas dire Déclarations Démoniaques. Elles nous conduirons directement au nom d'un suivisme imbécile à mondialiser nos terres ancestrales.

Vous aviez compris que "Mondialisé" voulait dire  mettre en commun ou partager. Naïfs que nous sommes, il faut en réalité comprendre que cette logique de dupe est vraiment de "Démon-dialisé".

Or il serait bien préférable, et on aimerait bien, que nos amis les Noirs africains sous dialyse puissent retrouver la pleine santé et soient en pleine possession des fonctionnalités de leurs reins !

La Police Interdit la Projection d'un Film sur la Banane

Quelqu'un aurait-il des exemples d'échanges équitables entre l'occident, l'orient d'un côté et l'Afrique Noire de l'autre et réellement "profitable" aux africains ?

La police camerounaise a interdit la projection mercredi 27 avril 2011 à la Fondation Muna à Yaoundé d'un documentaire "La banane", très critique sur les activités de la compagnie franco-américaine PHP spécialisée dans ce fruit au Cameroun.

"La direction de la Fondation a été saisie par la police (qui souhaitait savoir) si on avait une autorisation. Nous ne l'avons pas parce que nous ne l'avons pas sollicitée", a expliqué un des organisateurs de la projection, Samuel NGUIFFO.

Un commissaire de police s'est rendu à la Fondation pour empêcher la diffusion du film. "Nous avions prévu une projection privée, ce que nous avons l'habitude de faire, et non une projection publique", a précisé M. NGUIFFO.

"Le gouvernement nous empêche de nous exprimer", a affirmé  Franck BIELEU, le réalisateur du documentaire "La Banane", qui parle de l'exploitation de la banane dans l'arrondissement de Penja (ouest).

Selon la note d'information sur le documentaire, le film dénonce notamment l'expropriation des terres de petits exploitants qui sont "remises" à la société Plantations du Haut Penja (PHP), une compagnie franco-américaine spécialisée dans la banane.

"Des personnes qui ont refusé de céder leurs terres ont été emprisonnées", affirme M. BIELEU pour qui la compagnie PHP "est extrêmement puissante" et compte "dans ses rangs des élites locales et des responsables politiques".

Le documentaire dénonce aussi des "conditions de travail exécrables", selon M. BIELEU. "La moyenne salariale chez les ouvriers est de 23.000 FCFA (35 euros)" par mois, en dessous du salaire minimum fixé à environ 43 euros, soutient-il. D'après M. BIELEU, certains employés cumulent jusqu'à 14 heures de travail par jour.

PHP, qui emploie plus de 6.000 ouvriers, selon la note, est l'un des plus grands producteurs de banane au Cameroun. Ses produits sont destinés au marché européen.

Deux réalisateurs français et six Camerounais avaient été gardés à vue pendant une nuit lors du tournage à Mbandjock (centre) d'un documentaire. "Le thème était l'accaparement des terres par la Socucam (Société Sucrière du Cameroun)", principal producteur de sucre du pays, selon la réalisatrice Mélanie BARREAU

-----------------------------------------------------

Au Cameroun, une Exploitation de Bananes au Goût Amer

PHP, premier producteur du pays, multiplie les abus écologiques et sociaux

Par FANNY PIGEAUD

Lors de son passage au Cameroun, en mars 2009, le secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain JOYANDET a visité les Plantations du Haut Penja (PHP), le premier producteur de bananes du pays. S’agissait-il d’une marque de soutien pour cette société, détenue à 60 % par la Compagnie fruitière, basée à Marseille, et près de 40 % par l’américain Dole et par des actionnaires privés camerounais, et qui est très critiquée depuis quelques mois ?

Dans un récent rapport, le Comité catholique contre la faim et le développement (CCFD) et Oxfam-Agir ici la classent parmi les entreprises "peu scrupuleuses" que l’Union européenne (UE) devrait contrôler. Parmi les faits relevés : accaparement des terres au détriment des paysans locaux et par des procédés douteux voire illégaux ; mauvaises conditions de travail pour ses 6 000 employés dont certains travaillent jusqu’à quinze heures par jour sans compensation ; absence de liberté syndicale et licenciements abusifs…

Cancers. "La richesse produite par PHP, qui exporte toute sa production, ne bénéficie pas vraiment à Njombé", la petite localité de l’ouest du Cameroun où s’étendent ses bananeraies, souligne un ingénieur agronome. Le contraste est grand entre les vieilles et tristes baraques de bois, les routes de terre grise défoncées de la ville et les plantations bien entretenues de la société bananière.

Les habitants de Njombé, dont les maisons jouxtent les bananeraies de PHP, se plaignent aussi de la pollution causée par les fongicides et pesticides que la compagnie utilise. Et dont certains viennent d’être interdits par l’UE pour leur danger sanitaire.

"Notre rivière, notre unique source d’eau, est polluée", assurent les habitants d’un hameau proche de Njombé. La population n’échappe pas non plus aux produits que l’entreprise répand par voie aérienne sur ses plantations. Dans la zone, les maladies les plus fréquentes après le paludisme sont, selon un responsable hospitalier, "les maladies respiratoires et les dermatoses", deux problèmes souvent associés à l’utilisation de substances chimiques.

Plusieurs témoins évoquent un nombre de cancers anormalement élevé. Impossible d’obtenir des éléments fiables sur cette question de la part de PHP. Son actuel médecin du travail est l’épouse du directeur des ressources humaines (dans les pays normaux cela se nomme : Un conflit d’intérêt). Toutes ces données n’empêchent pas l’UE de subventionner la filière banane pour qu’elle améliore sa "compétitivité".

Depuis dix ans, PHP et deux autres entreprises à capitaux étrangers se partagent chaque année 5 millions d’euros. Les autorités camerounaises ne vont pas s’en offusquer : PHP a les responsables politiques, administratifs ou judiciaires de la région dans sa poche. "En tant que chef traditionnel, je suis payé chaque mois par la PHP, confie une «élite» locale. Le sous-préfet, le préfet aussi".

En février 2008, le nouveau maire de Njombé a été accusé d’avoir participé à des actes de vandalisme chez PHP, en marge d’un mouvement national de contestation politique et sociale. Il a été condamné à six ans de prison. A Njombé, beaucoup estiment qu’il a en réalité été puni pour avoir accusé la compagnie de ne pas payer tous ses impôts.

PHP "fait ce qu’elle veut à qui elle veut", ses dirigeants "sont capables de tout", résume un homme d’affaires originaire de Njombé qui ne veut pas être identifiable. Gêné, un entrepreneur souligne : "C’est délicat de parler du secteur de la banane, beaucoup de personnalités y ont des intérêts".

PHP compte ainsi parmi ses cadres un député du parti au pouvoir et loue des terres appartenant notamment à des hauts gradés de l’armée. Plusieurs sources affirment que le président Paul BIYA, au pouvoir depuis 1982, est actionnaire de la compagnie, ce que dément son directeur général, Armel FRANÇOIS.

Des employés de PHP sont en tout cas souvent envoyés en mission dans les plantations d’ananas de Paul BIYA, inaugurées en 2000 en présence du président de la Compagnie fruitière, Robert FABRE. PHP est membre de l’Association de la banane camerounaise, un lobby dirigé par un autre député du parti au pouvoir, beau-frère du ministre du Commerce, Luc Magloire MBARGA ATANGANA. Lequel n’est rien moins que le président du conseil d’administration de PHP. Ministre, c’est lui qui a négocié avec l’UE l’Accord de partenariat économique (APE) paraphé en janvier par le Cameroun. Jugé catastrophique pour l’économie camerounaise par les ONG comme le patronat, cet accord de libre-échange avantage en premier lieu les… producteurs de bananes du Cameroun.

Malgré cette incroyable cascade de conflits d’intérêts - à commencer par la signature camerounaise de cet APE -, l’UE reste silencieuse. Combien de temps le sera-t-elle devant un autre scandale potentiel, sanitaire celui-là ? Comme aux Antilles où il a pollué pour plusieurs siècles l’eau et les sols et pourrait être à l’origine de graves problèmes de santé, le chlordécone, un puissant insecticide, a été utilisé dans les plantations camerounaises. Avec de probables répercussions sur les produits vivriers cultivés dans la zone et vendus jusqu’à Yaoundé, la capitale. Le ministère de la Recherche aurait lancé une étude sur cette question.

Au moins un produit très toxique, non utilisé aux Antilles parce qu’il n’était pas homologué par la France, a été répandu à Njombé jusqu’à il y a peu, s’inquiète un connaisseur du dossier. "Une bombe à retardement" pour les entreprises bananières, estime un agronome.

Il s’interroge sur Tangui, l’eau minérale la plus consommée dans le pays, où l’eau du robinet n’est pas potable. Cette eau, puisée par une filiale du groupe français Castel au cœur de la région bananière, est-elle contaminée ? Pour l’instant, le black-out est total.


"Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission"

Celui qui lutte peut gagner ! Celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !
Par Eric mampouya

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                CommÉmoration de la dÉportation
des Filles et Fils d' Africains et de Leur Mise en Esclavage
 

Mardi 10 Mai 2011

                           17 H00   Plce de La Nation a Paris

 

                        esclave2.jpg 

             Justice et Réparation !  Pour ce Crime contre l’Humanité !

 

ZEMMOUR   le crime continu !!

Le 03 Mars dernier, invité à l’Assemblée Nationale par les parlementaires UMP du club des Réformateurs sur le thème de l'accumulation de normes au fil des ans, le journaliste Eric Zemmour, tout juste condamné pour provocation à la haine raciale et à la discrimination raciale, à appelé, entre autres, à la suppression de la loi Taubira, sur la reconnaissance de la Traite Négrière Transatlantique et de l’esclavages comme crime contre l’humanité.

 

COTE D’IVOIRE / LYBIE    le crime continu !!

La Côte d’Ivoire est bombardée par la force française Licorne, uniquement parce que Nbagbo n’est pas son candidat aux élections présidentielles ivoiriennes.
La Lybie est bombardée par les forces armées de la France et de l’OTAN, uniquement pour écarter Kadafhi du pétrôle lybien.

 

CHLORDECONE   le crime continu !!

Le chlordécone est un pesticide toxique longtemps utilisé dans les bananeraies(appartenant essentiellement aux békés) pour combattre le charançon (insecte dévastateur). Il a été interdit depuis 1990 en France mais utilisé jusqu'en 1993 aux Antilles. Pourtant, dès 1977 plusieurs études des sols et des eaux ont mis en évidence les pollutions de ce pesticide et les probables dangers sanitaires de ce produit. En 1979, l'OMS l'a classé cancérogène possible. Deux rapports de l'Inra et de l'Anses, révélés le 24 août 2010 par l'AFP et Le Monde, pointent du doigt la gestion du dossier du chlordécone par le ministère de l'Agriculture. Les intérêts économiques auraient primé sur l'environnement et la santé.

Malgré de nombreuses alertes sanitaires et environnementales, le ministère de l'Agriculture a tardé à interdire le chlordécone, considéré comme polluant organique persistant (POP) et perturbateur endocrinien.

 

«Un peuple Digne, ne peut exister sans Mémoire»

 

               COFFAD  -  SHOMARI     -     MNH         

 

           Contacts   Tél : 06 26 30 90 91                      Email : frcarpentier2000@yahoo.fr 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 10:17

Sénégal: un diplomate drogue et « sodomise» un Togolais

Homo.jpg

Un diplomate drogue et « viole » un Togolais (Photo illustration -DR)

   Encore une rocambolesque affaire de moeurs, de viol homosexuel plus précisément. En l’espèce, il s’agit d’une plainte pour actes contre-nature sans consentement déposée par un Togolais contre un diplomate d’un pays européen. La Dic est en train d’instruire l’affaire, ayant déjà auditionné le plaignant qui accuse le diplomate de l’avoir drogué puis sodomisé avant de menacer de le faire expulser du Sénégal.

Une rocambolesque affaire de mœurs risque de défrayer la chronique. Elle met en selle un diplomate d’un pays européen et un ressortissant d’un pays africain dans une sombre affaire d’actes contre-nature et de viol. En gros A.A.A, un ressortissant togolais, accuse le diplomate de l’avoir violé et a déposé une plainte à la Division des investigations criminelles (Dic) qui instruit l’affaire depuis le 7 février dernier.

Ce dossier est rocambolesque. Les deux antagonistes, le diplomate et le Togolais, ne se connaissaient pas avant le mois d’octobre 2010. Tout est parti d’un vendredi soir, sur le boulevard de la République, devant une grande enseigne très courue des Dakarois. Le Togolais, au Sénégal depuis le mois de juin 2010, est en faction devant ladite structure où il est préposé à la sécurité. C’est sur ces entrefaites qu’il est soudainement abordé par un ressortissant européen qui promenait son chien. À en croire nos sources, il s’ensuivit une petite discussion au cours de laquelle l’Européen demande à son vis-à-vis des informations relatives à la cartographie des rues de la capitale. Celui-ci, qui ne séjournait à Dakar que depuis 4 mois, lui répond qu’il ne maîtrise pas les rues de la capitale sénégalaise.

Comment les deux hommes se sont connus

C’est ainsi qu’après avoir sympathisé, l’Européen lui a remis sa carte de visite indiquant que le monsieur en question officie dans une ambassade. À son tour, le Togolais qui n’a pas de carte de visite remet son numéro de téléphone. Le dimanche suivant la première rencontre, le téléphone du vigile togolais sonne. Au bout du fil, le diplomate qui l’invite chez lui, en ville. Il explique au Togolais le lieu précis. Ce dernier qui habite dans la banlieue affrète un taxi que le diplomate paie, une fois sur place. Les deux hommes discutent, parlent de tout et de rien. Avant de se séparer, le diplomate offre une petite somme d’argent à son hôte. À la suite de ce premier rendez-vous, le diplomate remet ça et invite une seconde fois le Togolais chez lui. Cette fois, le vigile qui connaissait la maison de son « ami », s’y rend directement. Après avoir été reçu par son hôte qui lui propose de l’alcool, A.A.A. qui ne boit pas d’alcool, décline l’offre.

Drogué et sodomisé, le Togolais subit les menaces du diplomate

C’est alors que, renseigne le Togolais (lors de notre premier entretien pour recouper les informations), le diplomate qui s’est servi du whisky lui offre à boire un jus de fruit. Seulement, raconte A.A.A, à peine finit-il de siroter son jus de fruit qu’il a plongé dans un profond sommeil. Au réveil, il dit s’être curieusement retrouvé sur le lit du diplomate. Nu en plus. Et alors que les interrogations défilaient dans sa tête, il indique avoir remarqué que la télévision diffusait un film pornographique d’homosexuels. Toujours dans son récit, il remarque la présence de divers accessoires, dont des préservatifs, un godemiché. Aussitôt, cela a fait tilt dans sa tête : il se met à vérifier, dit-il, son anus avant de constater des traces de sang. Au même moment, il est alerté par le bruit de l’écoulement d’eau en provenance de la salle de bain où le diplomate était en train de prendre une douche. Quand ce dernier sort, le Togolais dit l’avoir interpellé pour savoir ce qu’il lui avait fait, même s’il avait clairement réalisé que le diplomate l’avait drogué et sodomisé. Et voyant qu’il avait une attitude belliqueuse, indique le Togolais, son hôte a tenté d’étouffer l’affaire par d’alléchantes propositions financières. Face à l’intransigeance de celui-ci, le diplomate passe à la menace. « Il m’a vertement dit qu’il a des amis hauts placés avec qui il couche et que si je refuse d’obtempérer, il va les activer afin d’obtenir mon expulsion. Ainsi, après avoir pris congé de lui, je me suis confié aux bérets rouges qui se trouvent au palais de la République. Ce sont eux qui m’ont poussé à saisir la Dic », confie-t-il.

Le Togolais fait une description de la chambre du diplomate

Marié à une Togolaise et père d’un nouveau-né de 4 semaines, A.A.A dit craindre pour sa santé à la suite de sa mésaventure. « Je suis presque au chômage et ce mois, je n’ai rien pu envoyer à ma petite famille. Mais ce que je redoute le plus, c’est de savoir s’il ne m’a pas transmis une maladie sexuelle comme le sida », dit-il. Il est plus inquiet en soulignant que depuis ce jour, il continue de saigner et va aux selles à un rythme plus accru qu’avant. Pendant ce temps, renseigne-t-il, il est traqué par le diplomate. « Il m’a d’abord envoyé des messages de conciliation, à partir de son téléphone portable dans lesquels il me dit : ‘chéri, je t’aime, ne déconne pas...’ J’ai montré ces messages à mon avocat qui m’a mis en rapport avec un huissier de justice qui a fait les constats et établi un rapport », dit le Togolais.

Pour convaincre que toute cette histoire n’était pas le fruit de son imagination fertile, le Togolais a tenu à procéder à une description détaillée de la villa R+1 de son bourreau, mais aussi de la chambre de celui-ci : « Sa villa se trouve à deux pâtés de maison après… en partant vers…. Sa chambre se trouve à l’étage et fait face aux escaliers. Dès que vous entrez dans la chambre, à droite, se trouve l’entrée de sa salle de bain et un placard pour habits ».

Poursuivant sa photographie des lieux, il indique : « Lorsque vous avancez, il y a une sorte de table à manger ronde sur laquelle sont posées des vitres coupées (sic). À gauche, se trouve une armoire à quatre étagères. À terre se trouve une lampe-veilleuse de couleur bleue. Puis vous atteignez une moquette. Il possède un poste téléviseur géant à écran plat qui repose sur une table de télé en bois. Là, se trouve des lecteurs Dvd, Cd... Il possède un double lit à côté duquel se trouve une commode, il y a aussi un grand miroir au mur. Lorsque vous longez le mur et tournez à gauche, vous tombez sur une porte menant visiblement sur la terrasse ».

Le diplomate couvert par son immunité

Des sources judiciaires contactées ont confié qu’en l’espèce, la justice n’a pas les moyens de sanctionner le diplomate qui ne peut même pas être auditionné par la Dic. À la fin de son travail, sans la version du diplomate, « la police remet son dossier au parquet qui transmet au ministère de la Justice. Ce dernier à son tour saisit le ministère des Affaires étrangères, à charge pour celui-ci, si les faits sont avérés, de demander que le mis en cause soit rappelé et déclaré persona non grata au Sénégal », ont confirmé nos interlocuteurs. À les en croire, c’est tout ce que risque le diplomate dans cette affaire.

Abdoulaye DIÉDHIOU - Le Populaire

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 09:34

            t-29 OUEST Foumban Art Bamoun 02 Chronique de Mbombog Ntohol

                                            Qui est l’ennemi   véritable de l’Afrique ?

        Les événements de Côte d’Ivoire et de Libye nous enseignent énormément à ce sujet. Sans ces événements nous continuerions à nager dans la soupe des mensonges avec des faux panafricains, faux intellectuels, faux frères et sœurs de convictions, faux ami(e)s  soi-disant ayant dépassés l’esprit tribal et racial. L’histoire de ces deux pays  a réalisé une épuration objective  sur  tous les plans, chacun a clairement choisi son camp.

       Les premiers qui soutiennent Gbagbo ont choisi le camp du progrès de l’Afrique et les seconds le camp de l’occident, de la réaction et du retour en arrière de l’Afrique. Comment accepter qu’un pays esclavagiste et qui puis est colonisateur dans le passé retourne bombarder un pays sous prétexte que ce dernier veuille son indépendance économique, et les êtres humains bien constitués soi-disant Africains et/ou ami(e)s applaudissent.

       Les auteurs de ce forfait ne s’en sont pas cachés, comme le président Abdoulaye Wade, Blaise compaore, Gudluck Jonathan, Kofi Anan, Barak Obama, Jean Ping et bien d’autres. Pour les intellectuels, artistes soi-disant on a tout vu et entendu, toute une flopés  d’ « intellectuailles » Africains connus et inconnus qui sont venus soutenir ce retour en arrière de plus de 50 ans de l’Afrique.

       Le silence des intellectuailles comme je les appelle dorénavant et  celle de la population occidentale est très révélateur et nous démontre que désormais même ceux qui se disent amis de l’Afrique ne sont que des menteurs et affabulateurs qui dès qu’il s’agit de l’Afrique n’ont plus de convictions, ne raisonnent plus.

     Que l’on ne soit pas choqué et réagisse sur ces événements  qui  pillent, piétinent le droit de l'homme et détruisent le travail de plusieurs générations  de nos parents n’est que criminel.

    La cassure qui vient de s’opérer entre l’Afrique et l’occident est une bonne chose pour l’Afrique, même si certain pensent  le contraire. Cette cassure est épistémologique. Aujourd’hui tous les vrais Africains ont pu voir les véritables motifs des ennemis de l’Afrique.

    Dans un combat connaitre son ennemi et détenir l’information est très important. Tout au long de la crise ivoirienne on a relevé les positions des uns et des autres, de ses chefs d’états Africains, intellectuailles, afro descendants jusqu’au amis non-africains qui appellent à bombarder un pays Africain pour une affaire d’élection.

     Ces événements ont surtout révélés les faux combattants, sans compter les bons parleurs qui ne servent à rien.

    Le combat commence avec la parole et ne s’arrête pas à la parole.  Il continue avec d’autres moyens en fonction de la situation. Dans le combat, la vie d’un individu ou de sa famille ne doit pas compter. Car il s’agit d’une nation, d’un peuple qu’on veut conduire à la liberté, alors que vaut une ou deux personnes. Plus de 2000 sont mortes à Duekue et Gagnoa pour cette quête de la personnalité et de la nationalité.

La situation en Côte d’ivoire est un pas en avant pour beaucoup d’Africains qui ont compris une fois pour toute comment marche ce monde de mensonges et d’intrigues.

   Dans ce combat de la renaissance qui s’engage, il faudra en tenir compte, il ne faudra plus s’acoquiner avec des gens qui ont démontré leur vrai visage ou qui parlent pour ne rien faire. Aujourd’hui nous avons tous détecté que les medias d’intox ne sont pas une source d’information crédible, nos amis ne sont pas nos vrais amis, nos intellectuels sont des faux intellectuels et certains de nos présidents des vendus jusqu'à la moelle épinière et irrécupérables.

 

Dorénavant cohabitera deux camps ceux qui veulent le progrès de l’Afrique et qui l’on démontré tout au long des tueries d’Abidjan et de Libye et continuent à le faire. Et tous les autres qui veulent le retour en arrière pour leurs intérêts personnels.

Ce que le Pr Yao Ndre vient de faire est une dénie de dignité. Il y a 5 mois il faisait appliquer le doit constitutionnel suite à la réélection du président Laurent Gbagbo et aujourd’hui suite à l’enlèvement de sa famille il applique le droit du canon. C’est- à-dire de la violence armée. Son geste n’est pas digne.

Tout ceux qui iront à Abidjan ou Yamoussoukro pour fêter ces événements qui sont prévus pour le 21 mai  2011 sont des sataniques, car ils fêteront sur un tapis de plus de 100 000 morts. Ce n’est pas comme cela que l’on met en route une réconciliation ou un développement, dans un pays. Ce qui est entrain de se passer c’est la mise en route d’un plan machiavélique d’exploitation esclavagiste.

Je pense que ce 21 mai, tous les Africains et Afro descendants du monde entier devront mettre un bandeau blanc  en signe de deuil et pourquoi ne pas organiser d’autres types de manifestations.  Ce qui vient de se passer en Côte d’ivoire est un enseignement qu’aucune télévision Africaine ne pouvait nous offrir en si peut de temps et pour plusieurs générations. A savoir qui est notre véritable ennemi.

Le combat continue….

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

photo60-copie-1

 

Samedi 07 Mai 2011, grand rassemblement de tous les résistants ivoiriens et Africains au TROCADERO, sur le parvis des libertés et des droits de l'Homme. À 14h00 métro Trocadéro ligne 1, 6 et 9. Venez avec vos banderoles, vos pancartes et affiches pour demander la libération du Président Laurent GBAGBO, la libération des détenus politiques, le respect des institutions et l’arrêt des tueries et génocides et pillages.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:43

JEUDI 5 MAI 2011

        CE QUI S'EST RÉELLEMENT PASSÉ À DABOU

le jeudi 5 mai 2011 Selon le Commandant des fds

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Image militaire1


     La ville de Dabou, située à 30 km d'Abidjan, a été hier le théâtre d'affrontements armés. 

Selon plusieurs témoignages et certaines presses, il s'agirait d'une attaque des combattants pro-Gbagbo, en fuite de Yopougon, contre les forces pro-ouattra en faction au corridor sud de Dabou. 

Mais nos investigations sur place, nous montrent que les choses ne se sont pas exactement passées ainsi. 

Lorsque la coalition licorne-onuci-rebelles menait l'offensive contre les forces résistants de yopougon, les éléments des forces pro-ouattara ont renforcé leur position de Dabou pour empêcher tout éventuel renfort des résistants et aussi tout repli de ceux qui combattent à yopougon.


La veille des combats de Dabou, c'est-à-dire, le Mardi 03 les forces de Ouattara ont entrepris des visites inopinées dans les villages environnants pour s'assurer qu'il n'y avait pas "des miliciens embusqués, prêts à intervenir pour soutenir ceux de Yopougon", selon leur dire.


C'est ainsi qu'ils se sont rendus à Mopohem, village de feu le professeur Harris Memel fôté, pour procéder à des fouilles systématiques, sous prétexte qu'il y aurait des caches d'armes. Ce qui s'est avéré inexact par la suite. Comme à leur habitude, ils ont molesté les personnes âgées qui s'y trouvaient.


Les forces résistantes informées de ce qui se préparait, ont pris très tôt le mercredi matin position dans la ville de Dabou au cas où celles de yopougon auront besoin d'effectuer un repli stratégique. 


Lorsque le besoin s'est fait sentir, les forces résistantes venues en renfort ont, aux environs de 6 heures du matin, attaqués les positions des forces pro-ouattara qui ont été très vite mises en déroute. Il s'agissait de libérez le passage pour faciliter le repli de leurs compagnons de yopougon. Ce qui a été aisément fait. 

La mission achevée, les forces resistantes se sont retirées de la ville Dabou qui ne faisait pas partir de leurs objectifs immédiats.  


Le bilan fait état d’au moins huit (8) tués parmi les forces pro-ouattara et deux civiles qui ont pris des balles perdues.

Correspondant sur place.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:28

 

1515027 3 bee9 laurent-blanc-face-a-la-presse-le-29-avril

Laurent Blanc: Selectionneur de l'Equipe de France

Sur l’affaire des quotas dans le football 

Mohammed belkacemi  qui a enregistré la réunion du 8 novembre 2010 à la Fédération française de football (FFF) à l’origine de l’affaire des quotas, aurait remis à l’époque ces propos à un haut responsable de la Fédération, qui n’a rien fait. C’est la raison pour la quelle, et suite au passé historique  des relation de l'Afrique avec l'Europe. Tenir de tels propos non seulement est inacceptable, mais mérite une condamnation de la justice s'il y en une.

 

Dans un premier temps

 

Laurent Blanc  doit démissionner, avec lui tous les membres de  la fédération française de football qui ont validé cette décision le 8 novembre 2010.

Tous les Noirs qui viennent défendre Laurent Blanc ont perdu la tete. On ne defend pas l'indéfendable,pas des choses comme cela on les condamne.

Lorsqu’on occupe une telle position, on doit être exemplaire, parce qu’on représente toutes les races. Si on pense que ce n’est pas le cas on doit le dire dès le départ et ainsi les choses sont claires au lieu de faire rêver les gens. Le temps de l’hypocrisie est révolu. Ou l’on est raciste ou l’on ne l’est pas. Il faut choisir son camp.

Laurent Blanc a fauté, il  doit démissionner, avec lui tous les membres de  la fédération française de football qui ont validé cette décision le 8 novembre 2010.

 

 Une émission Radio  à  ce sujet

 

         http://podcast.rmc.fr/channel131/20110503_moscato_1.mp3      

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

photo60-copie-1


Samedi 07 Mai 2011, grand rassemblement de tous les résistants ivoiriens et Africains au TROCADERO, sur le parvis des libertés et des droits de l'Homme. À 14h00 métro Trocadéro ligne 1, 6 et 9. Venez avec vos banderoles, vos pancartes et affiches pour demander la libération du Président Laurent GBAGBO, la libération des détenus politiques, le respect des institutions et l’arrêt des tueries et génocides et pillages.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine