Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:54
Pont Henry Konan Bédié après la pluie

Pont Henry Konan Bédié après la pluie

Côte d’Ivoire : Le pont de l’émergence de la côte d’ivoire inondé, Image.

 

Le visage d'un pont de 270 millions d'euros après 45 mn de pluie.

 

Le pont HKB après 45 mn de pluie, est inondé. Dans quel pays avez-vous déjà vu cela. Un pont construit à coût de milliard (176milliardsFCFA) par le groupe de BTP  Bouygues.

Le pont a été inauguré en pompe l'année dernière par l’actuel président Alassane Ouatarra et son allié de circonstance Henry Konan Bédié, donc le nom a été donné au pont.

Le pont sensé symbolisé l'émergence de la Côte d'ivoire en 2020 est le symbole même du retour vers le mal développement caractérisant l'afrique du 20ième siècle.

Pour rappel, La construction de ce pont de 1,5 kilomètre  dont les travaux ont débuté en 2000 et repris en 2011 a été livré en 2014.

Donc ce pont est un pont neuf. Son inauguration  a  d'ailleurs eu lieu le mardi 16 décembre 2014, en présence d’Alassane Ouattara et de son allié Henri Konan Bédié.

Source : Patrice Ayi

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Economie
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 18:03
A.P.E (Accords de pillages économiques)
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 05:41

Que peut faire l'Africain moyen pour combattre le Franc CFA ?

 

https://www.youtube.com/watch?v=-eqN-iHBkNg

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:41
La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et vingt autres pays ont signé, le 24 octobre, un protocole d’accord visant à créer une banque régionale spécialisée dans le financement des infrastructures, et conçue comme une alternative à la Banque mondiale.

L’Inde, Singapour, le Kazakhstan, le Pakistan, le Vietnam et le Qatar figurent parmi les  21 pays signataires de l’accord. Le Japon n’a pas signé cet accord en raison de la rivalité avérée entre Pékin et Tokyo sur les plans militaire, économique et politique.

A noter également que l’Australie, l’Indonésie et la Corée du Sud n’étaient pas représentées à cette cérémonie.

La  «Banque asiatique d’investissements dans les infrastructures» (AIIB) sera dotée d’un capital initial de 50 milliards de dollars, et son siège sera situé à Pékin, selon les médias officiels chinois.

Les financements devraient notamment servir à développer des infrastructures dans toute la région, dont une ligne de chemin de fer colossale reliant Pékin à Bagdad, selon des sources citées par le Financial Times. «En chinois, nous avons un vieux proverbe qui dit: si vous voulez devenir riche, construisez d’abord des routes ; je crois que cela décrit de façon concrète l’importance des infrastructures pour le développement économique», a déclaré à cette occasion le président chinois Xi Jinping.

L’attachement de Pékin à mettre en place un concurrent à la Banque mondiale reflète sa frustration devant la domination des pays occidentaux sur la gouvernance des différents bailleurs de fonds multilatéraux.

Les puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) avaient créé en juillet leur propre banque et un fonds de réserves, affichant ouvertement leur désir d’élaborer une architecture financière distincte d’organisations jugées aux mains des pays occidentaux.

Par Agence Ecofin

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:26

La Relation Europe-Afrique : Qui a besoin de Qui ? Et Pourquoi ?

Le Partenariat entre l'Europe et l'Afrique est-il possible ?

Après des siècles d'esclavage et de traite négrière, de colonisation, de prédation des ressources africaines au profit des pays occidentaux, le temps est venu d'ouvrir une nouvelle page pour la survie même de l'Europe et de l'Afrique, sous la pression de la mondialisation. C'est le temps apaisé du partenariat intelligent entre l'Europe et l'Afrique. L'article ci-dessous expose les ressources et les besoins des uns et des autres sur lesquelles l'Afrique et l'Europe pourront bâtir prioritairement leur partenariat.

 

I.  Cinq ressources des pays industrialisés de l’Union européenne utiles à l’Afrique :

-      Le Savoir-faire technologique et industriel : C’est un continuum de savoirs et d’innovations qui s’est accéléré au cours des 19ème et 20ème siècles, autant en Europe occidentale qu’aux Etats-Unis et au Canada qui en constituent des prolongements culturels historiques. C’est ce gisement de savoir-faire, des savoirs, des connaissances et des innovations que les acteurs économiques des pays émergents ont capté à leur profit et qui fait la fortune de la Chine, de l’Inde, du Brésil, et tous les autres pays émergents qui appliquent ces connaissances acquises en occident dans l’exploitation des ressources en Afrique.

-      La Maîtrise de l’espace et de l’urbanisation : L’industrialisation en Europe et en Amérique du nord s’est accompagnée de la maitrise de l’aménagement des territoires, des espaces urbains, des espaces ruraux et des équipements collectifs publics. L’Afrique a besoin de ces savoirs pour les appliquer avec discernement et intelligence à ses contextes géographiques et culturels.

-      La Maturité et l’expérience du développement : Les pas européens et d’Amérique du nord ont développé et enrichi l’usage des moyens sanitaires et médicaux ; ils ont amélioré les moyens de productions alimentaires et la qualité de l’alimentation pour prévenir toutes formes de famines. Ils ont inventé et développé les infrastructures de communication (aérienne, ferroviaire, autoroutière, fluviale) et des technologies de l’information. Le niveau d’éducation et de la recherche assure l’expertise dans de nombreux domaine et accessible à un grand nombre pour les progrès technologique, économique, sociaux et culturels.

-      La Capacité et la stratégie de gestion des investissements de développement : La crise internationale qui secoue les économies dans le monde n’empêche pas les nations industrialisées de poursuivre leur croissance grâce aux innovations multiples. La recherche et l’innovation technologique et industrielle, le choix des allocations d’investissements productifs à moyen et long terme, l’optimisation des productions industrielles, la capacité de négociation et de projection à l’international dont les grandes nations (Allemagne, Chine, Etats-Unis, Canada, etc.) tirent profit jusqu’à 188 milliards d’euros d’excédents commerciaux pour l’Allemagne en 2013 pendant que la France accuse structurellement les déficits jusqu’à 65 milliards d’euros la même année, le pouvoir d’achat pour la consommation, la capacité et la qualité des infrastructures de communication, sont autant d’expérience utile à l’Afrique.

-      La gestion de la sécurité publique, de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit :les pays européens ont franchi le cap des guerres civiles, des coups d’Etat, des conflits inter-Etats, grâce notamment à la création et le développement de l’Union européenne. En Europe occidentale, les démocraties politiques sont « mûres » et les alternances au pouvoir s’effectuent par la volonté des peuples, sans heurts et sans manifestations violentes des perdants aux élections. Les forces militaires, de gendarmerie et de police sont soumises au pouvoir exécutif, exercé par un président ou par un chef de gouvernement (pour les monarchies) élu au suffrage universel. Le pouvoir législatif est réel et obéit aux règles démocratiques d’alternance à travers des élections libres et transparentes. Enfin, l’autorité judiciaire est indépendante (du moins dans l’esprit des textes constitutionnels et des lois) et elle assure le contrôle de la régularité et de la conformité de tous les citoyens aux lois de la nation. C’est une expérience de vie démocratique qui pourrait inspirer les Etats africains.

A ces cinq domaines de ressources des pays de l’Union européenne, l’on peut associer les domaines de ressources naturelles dont l’Afrique peut être fière mais qu'elle ne parvient pas encore à valoriser :

          

II.  Cinq principales ressources naturelles et humaines des pays africains :

- Les terres agricoles fertiles : les zones côtières en Afrique occidentale, d’immenses terres continentales au centre, au sud et dans l’est du continent, en dehors des terres désertiques du Sahara et du Kalahari sont d’autant d’opportunité pour des productions alimentaires à grande échelle pour nourrir jusqu’à 7 milliards d’humains sur notre terre.

- les ressources forestières : l’Afrique contient toutes les espèces de bois, souvent rares, notamment en Afrique centrale. Tous les pays de la zone équatoriale de l’Afrique en sont dotés.

- les ressources énergétiques : il ne devrait pas y avoir de problèmes de production, de transport et de distribution d’énergie en Afrique, un continent aux multiples chutes et sources hydrauliques, posé sur d’immenses gisements de gaz et de pétrole et où le soleil fait partie des décors de la  nature en abondance. Cependant, dans la majorité des pays africains, on enregistre de 5 à 10% de la population accédant à l’électricité. Une véritable honte !

- les ressources minières : tous minerais confondus, le continent africain renferme plus de 50% des réserves mondiales. Pour certains minerais précieux (cobalt, coltan, chrome, etc, l’Afrique en contient en exclusivité mondiale ou représente plus de 80% des réserves mondiales. Mais, c’est en Afrique que l’on dénombre le plus grand nombre de pays dont les habitants disposent de moins de 1$ de ressources par jour et où les populations meurent encore de faim dans la misère absolue.

- Les ressources humaines : en 2012, l’Afrique contenait plus de 1 milliard d’humains, dont plus de 45% ont moins de 15 ans. En 2050, la population totale pourrait dépasser le double, soit 2 milliards d’humains, pendant que l’Europe vieillit et se dépeuple. Mais, jeune, mal éduquée, abandonnée à elle-même, la population jeune de l’Afrique présente d’énormes besoins de prise en charge. Ce sont des politiques publiques volontaristes des Etats qui peuvent y répondre.

A ces énormes ressources disponibles sur l’ensemble du continent africain, on constate également d’énormes handicaps liés aux mauvais choix politiques et au manque de vision dans de nombreux Etats :

- Pas de valorisation de ces ressources en Afrique pour l’intérêt des Africains eux-mêmes.

- Economies de prédation par les Dirigeants africains, les acteurs politiques et économiques européens, les nouveaux conquérants des Emergents.  Les ressources naturelles du continent sont devenues des sources de conflits et des causes de guerres futures dans le monde.

- Pas de filières industrielles constituées performantes permettant d’espérer la naissance et le développement des économies industrielles qui garantiront le progrès. De plus, l’exploitation et la valorisation des ressources en Afrique requièrent les capacités techniques, et les connaissances technologiques que ne maîtrisent pas encore les Etats. Enfin, la taille des pays et leurs ressources humaines sont un handicap pour optimiser ces valorisations.

- Pas de stratégies coordonnées de développement : au regard du paragraphe précédent, c’est au niveau des régions (et non des sous-régions, une notion coloniale de dénigrement que les Africains ont repris comme des perroquets) que les mises en commun des stratégies de développement doivent être pensées et exécutées.

- Mauvaise gouvernance sur la majorité des Etats africains : la démocratie numérique à base ethnique ou régionaliste sert de paravent contre les critiques de l’occident. Les élections reflètent plus les dominations ethniques ou militaires ou régionalistes que des victoires des projets politiques et des ambitions nationales de développement des leaders politiques. Les corruptions se sont érigées en modèle de gestion publique et en conséquence, les redistributions économiques et le développement des pôles de développement économiques ont été sacrifiées au profit des confits armés de revendication menés par de multiples rébellions.

Au regard de ces handicaps qui freinent structurellement l’avenir de nombreux Etats africains, les solutions doivent être principalement, fondamentalement et profondément africaines. Pour ne pas se tromper de trajectoire, les pays africains doivent d'abord repenser leurs espaces géographiques et intensifier les coopérations intra-régionales.

 

III.  Deux Solutions africaines pour le développement économique et social :

-      Constituer des espaces économiques régionaux pour atteindre les tailles critiques de négociations internationales avec les grandes nations (Chine, Inde, Brésil, Mexique, Indonésie, USA, etc.) et avec l’Union européenne (500 millions d’humains, 10.000 milliards d’euros de richesse mesurée en produit intérieur brut). L’Union européenne est l’espace économique le plus riche du monde. Elle dispose d'une capacité réelle de négociation avec les autres grandes puissances du monde : les Etats-Unis (1ère puissance économique mondiale et 320 millions d'habitants), la Chine (2ème puissance économique mondiale et 1,34 milliards d'habitants), le Japon (3ème puissance économique mondiale et 127 millions d'habitants). Avec le bénéfice des relations historiques multiséculaires avec l'Europe, et en s'organisant à travers des espaces régionaux plus solides et plus viables, l’Afrique pourrait y gagner dans la coopération et le partenariat pour son développement.

-      Coordonner les stratégies économiques, industrielles, monétaires, sociales et de défense au niveau régional. Cinq espaces régionaux de solidarité, et donc cinq régions de coopération monétaire sous la forme des « monnaies uniques de référence » qui évolueront vers des « monnaies communes régionales ». C’est à ces conditions que les pays pourront utilement valoriser leurs ressources pour l’intérêt de leurs peuples, en mettant en commun l’exploitation des ressources dominantes régionales. Ces ressources sont connues et bien identifiées.

Pour se développer, les pays africains doivent clairement analyser leurs forces/faiblesses et les menaces qui les attendent, définir leurs propres priorités, leurs secteurs de développement et les résultats attendus, clarifier les vrais projets avant d’appeler les Européens au partenariat.

 

IV.  Cinq Secteurs prioritaires de coopération avec l’Europe :

- L’Education, la formation professionnelle et la recherche (tous domaines) qui s’accompagnent de la sécurité physique, alimentaire, sanitaire et énergétique.

- Les Infrastructures de communication (aériennes, ferroviaires, routières, fluviales) et les expertises de ces infrastructures par des agences mixtes afro-européennes. A ces infrastructures physiques s’ajoutent les moyens des technologies de l’information et de la communication digitale.

- L’Aménagement du territoire et la déconcentration des populations des capitales vers les régions, par la création des pôles économiques régionaux. Les travaux d’assainissements accompagnent une nouvelle urbanisation stratégiquement pensée et maîtrisée.

- La Formation de la Force de réaction rapide pour la paix et la sécurité des Etats et des peuples. Il n’y a pas de développement sans sécurité et sans paix durables.

- La Valorisation des ressources en Afrique par la création des chaînes industrielles de transformation et de fabrication de produits finis. C’est la création de la valeur ajoutée industrielle qui valorisera les ressources africaines et permettra l’ouverture sur les marchés internationaux  aux espaces régionaux solides. La respectabilité des Africains, le pouvoir de négociation avec les partenaires et le maintien des populations en Afrique contre l’émigration vers l’Occident dépendront des capacités des pays africains à maîtriser leur développement économique et social pour tous les peuples d’Afrique.

 

V. Conclusion

L’Europe est vieillissante, sans ressources naturelles, dotées de technologies industrielles et d’importantes capacités financières qui assurent le maintien de son développement. A l’opposé, l’Afrique est un continent très jeune, doté d’immenses ressources naturelles mais qui manque de capacités technologiques et d’importants moyens financiers pour les valoriser afin d’accéder au développement. Les deux continents ont partagé une partie de leur histoire liée par les souffrances des uns et l’exploitation des autres depuis le XVIème siècle. Ce passé a créé un rapprochement des cultures et des échanges denses. Les deux continents sont donc aujourd’hui totalement complémentaires. Pour réussir dans la mondialisation, dont le rythme est imprimé par les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine, le partenariat économique et industriel entre l’Europe et l’Afrique est la meilleure clé pour réussir.

 

Voir également l'article publié le 1/04/2014 dans Géopolitique africaine :

link

http://www.geopolitique-africaine.com/ensemble-dans-un-monde-globalise

 

Emmanuel Nkunzumwami

Analyste politique et économique

Fondateur de Neres Conseil

Auteur de « Le Partenariat Europe-Afrique dans la mondialisation », Editions L’Harmattan, 2013

Chroniqueur sur Radio Africa n°1

 

 

La Relation Europe-Afrique : Qui a besoin de Qui ? Et Pourquoi ?
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine