Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 23:39

Les visas délivrés par l`ambassade de Côte d`Ivoire à Paris sont faux a declaré un communiqué officiel du gouvernement de Côte d'Ivoire.

 

Les personnes voulant se rendre en Côte d`Ivoire doivent s`adresser directement aux consuls honoraires de Côte d`Ivoire. Faute de quoi ils se veront renvoyer a tous les postes frontieres de Côte d'Ivoire.

France:

Nancy, Nice, Bordeaux, Marseille, Fort de France en Martinique, Monaco, Rouen, Lille et Lyon.


Les adresses vous seront fournies ulterieurement des que nous recevrons une information fiable de la part du gouvernement Ivoirien.

 

 
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 13:25

   BCEAO-580x435

COTE D’IVOIRE : Apres la victoire sur la guerre médiatique ,  La guerre financière?    Arriveront-ils à leur fin? Rien n'est si sur pour comprendre les enjeux pour les uns et les autres je vous invite à lire la suite


Quelles sont les forces en présence et leur rapport.

Groupe1 :

Il ya d’un côté : le peuple Ivoirien et Africain, les présidents Laurent Gbagbo et 40 chefs d’états Africains et une légion Africaine en gestation selon un quotidien londonien et de plus une économie réelle sous le contrôle du gouvernement Ivoirien.

Groupe 2 :

Il ya 3 chefs d’états Africains et une coalition occidentale de principe, plus un groupe de bandits de grand chemin refugiés dans un hôtel sans soutien du peuple sans commande de l’économie réelle et ayant les commandes de l’économie virtuelle basée sur du vent et la manipulation des esprits.

Le résultat peut dores déjà être connu à moins que l’on soit bute comme un âne.

 

Lire la suite en cliquant ici

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 02:38

 

HOMMAGE A PATRICE EMERY LUMUMBA

 

Lumumba1.jpeg

Biographie Patrice Lumumba est né au Congo en 1925, dans une famille de l'ethnie  Batetela. Après des études chaotiques, il entre aux Chèques postaux de Stanleyville et y entame une activité syndicale. Après un séjour en Belgique en 1956,  En prison, il écrit Le Congo est-il une terre d'avenir? A sa sortie, il est engagé à la brasserie Polar et  se consacre à l'agitation politique. Il fonde le Mouvement national congolais en 1958, avec Cyril Adoula, pour un Congo laïc, uni et indépendant. Il combat pour dénoncer le colonialisme et  revendiquer l'indépendance mais son programme reste vague. Comme leader du mouvement indépendantiste, il est emprisonné par les autorités belges. A la demande des autres leaders congolais, il participe à la table-ronde de Bruxelles en janvier 1960. Suite aux bons résultats de son parti (issu d'une scission du MNC), il devient premier ministre du président Kasavubu. Son discours jugé très agressif à l'égard du roi Baudouin, le 30 juin 1960, à l'occasion de la proclamation de l'Indépendance, refroidit les relations belgo-congolaises. Le pays s'agite: troubles à Léopoldville, sécession du Katanga; Lumumba pris de crainte de voir le Congo s'enfoncer dans le chaos, s'adresse à l'ONU et à divers chefs d'État, recevant finalement un soutien de l'URSS. Ses rapports avec les troupes de l'ONU s'enveniment: il les soupçonne d'une nouvelle colonisation. 

Le 5 septembre, Kasavubu le révoque; mis en résidence surveillée en octobre, il s'enfuit vers Stanleyville où il espère rejoindre son partisan Gyzenga. Mais il est repris par Mobutu, son ancien adjoint au MNC. Transféré au camp de Thysville à Elisabethville, il y meurt le 17 janvier 1961 dans des circonstances non élucidées à ce jour, bien que l'ONU ait reconnu l'implication de Tschombé et Munongo. Depuis 1967, l'anniversaire de sa mort est célébré à Kinshasa.

La personnalité de Patrice Lumumba est revenue sous les feux de l'actualité de façon récurrente depuis quelque temps.

Tout d'abord, Laurent-Désiré Kabila, au moment où il prenait le pouvoir au Congo, s'est placé sous le patronage du «premier héros national du Congo» (proclamation du président Mobutu, 1966) et cela, même si les partisans de Lumumba conteste cette filiation, accusant Kabila d'être un dictateur, au contraire de Lumumba, élu démocratiquement.

Ensuite, la presse n'a pas manqué de signaler le fait que le président Kabila a été assassiné le 17 janvier 2001, le jour du 40e anniversaire de la mort de Lumumba.
Enfin, les accusations répétées d'implication de la Belgique, relayées par des publications journalistiques ont amené les autorités belges à mettre sur pied une commission d'enquête sur l'assassinat de l'ex-premier ministre congolais. La commission a établi "la responsabilité morale de la Belgique, qui avait œuvré pour l'écarter du pouvoir et ne s'était pas préoccupée de son intégrité physique lors de son transfert au Katanga". 

Le 5 février 2002, le gouvernement belge a présenté des excuses au peuple congolais et décidé de créer un fonds destiné à éviter les conflits dans la République démocratique du Congo.

Lumumba2.jpeg

 

 

 


 

 

 

SAMEDI  19 FEVRIER 2011

DE 15 A 21H15

Maison des Associations Paris 20eme

Métro Jourdain (Ligne 11)

Programme

-          Projections Audiovisuelles

-          Interview de Mme veuve Lumumba

-          Cérémonies d’hommage à Lumumba

-          Exposition inédit sur Lumumba

-          Intervention d’invités

-          Signature du Livre d’or par tous les invités

 

 

Organisé par  L’A.I.P.E.L

Association Internationale Patrice Emery Lumumba

Pour tout contact

Mr jean Paul Kassende

06 22 99 48 78

aipelumumba@yahoo.fr

 

 

 

  Avec la participation de:

AIPEL    FATY KOUMBA   AFRIK UNIE

                                                     Association des libertés, Droit de l’homme et non-violence

 

                              

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 00:40

Mamadou Ben Soumahoro Député indépendant à l’Assemblée nationale dénonce Gérard Latortue ancien 1er ministre de Haiti et la Communauté Internationale occidentale dite la « NEBULEUSE ».

        Nicolas-sarkozy.jpeg 

Mr Nicolas Sarkozy President de la France  

                                                                                         

GERARD-LATORTUE.jpg

                                             Mr Gérard Latortue, le 12ème Premier Ministre d'Haïti 

                                                              9 Mars 2004 - 9 Juin 2006

 

bANKI-mOON.jpegMr Ban ki Moon Secrétaire Général De L'ONU

 

BEN SOUMARO 

Mr Mamadou Ben Soumahoro Député indépendant à l’Assemblée nationale de Côte d'Ivoire.

 

           La crise postélectorale qui secoue la Côte d’Ivoire, depuis le 28 novembre 2010, n’a pas fini de livrer ses secrets, son lot de comploteurs et leurs alibis pour faire main basse sur les richesses de notre pays. A chaque révélation, l’on apprend un peu plus sur toutes les sales propositions rejetées par Laurent Gbagbo et qui lui valent la ronde de tant de chacals politiques tapis au sein de la Communauté internationale. Dans le texte qui suit, le député Mamadou Ben Soumahoro dévoile la partition de l’ancien Premier ministre haïtien, Gérard Latortue, qui a conduit la délégation des observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie en Côte d’Ivoire. Il établit ses connexions à Paris et à l’ONU.

Personne n’y a véritablement prêté attention. Et pourtant, cela s’est passé. A la fin de la mission d’observation de l’élection présidentielle qu’il a conduite, en Côte d’Ivoire, pour le compte de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF), M. Gérard Latortue a dressé son rapport au pied de M. Young Jin Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko. Aussitôt fait, il a repris l’avion le même soir pour Paris, laissant au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens. M. Gérard Latortue venait ainsi de nous indiquer, clairement, que Young Jin Choi est son binôme local dans la fabrication de la crise postélectorale dans laquelle est plongé notre pays depuis le 28 novembre 2010. Latortue et Choi ont agi pour espérer imposer Alassane Ouattara au peuple ivoirien. C’est un des pans de ce complot aux multiples tentacules enclenché pour faire main basse sur la Côte d’Ivoire. Mais ses prémices datent de longtemps. De quelques années plus tôt.

L’indécente proposition
au candidat Gbagbo

Nous sommes en 2008. L’ancien Premier ministre de la République d’Haïti, Gérard Latortue, une vieille connaissance personnelle, sollicite par mon intermédiaire un rendez- vous avec le chef de l’Etat de Côte d’ivoire. Il l’obtient d’autant plus facilement qu’il prétendait vouloir porter à la connaissance du Président Laurent Gbagbo «l’expérience» qu’il venait de réussir dans son propre pays au moment où le nôtre s’apprêtait à aller à son tour à des élections présidentielles importantes annoncées, à cette époque, pour novembre 2009. C’est ainsi que profitant de l’occasion qui lui était offerte, Gérard Latortue s’est permis de proposer à Laurent Gbagbo de se mettre sous «la protection de George W. Bush et des Etats-Unis d’Amérique». Pour la mise en œuvre de ce projet, l’homme a fait valoir au Président Laurent Gbagbo ses relations intimes et privilégiées avec le frère du Président des Etats-Unis, Le gouverneur de l’Etat de Floride. C’est du reste grâce à l’intervention de ce dernier que le Président Bush a désigné Gérard Latortue pour diriger, à titre intérimaire, le gouvernement d’Haïti. Gérard Latortue devait y organiser les élections de sortie de crise après l’expulsion du Président Jean Bertrand Aristide déposé auparavant par les forces onusiennes, toujours sous la férule de Gérard Latortue, leur mandataire. Les Etats-Unis voulaient René Préval comme président d’Haïti, les Etats-Unis et Gérard Latortue ont “donné” René Préval à Haïti. Après cette élection truquée avec succès, Gérard Latortue a voulu monnayer son expérience auprès de Laurent Gbagbo. Un livre blanc a été édité par ses soins. Il l’a proposé au Président ivoirien au cours de l’audience qui lui a été accordée. Ce livre blanc lui a d’ailleurs servi de viatique pour proposer ses services à toutes les capitales africaines qui préparaient des élections dans cette période troublée.
A la deuxième visite faite à Laurent Gbagbo à son domicile officiel de Cocody, Gérard Latortue, plus concret, a proposé à son hôte une véritable stratégie de hold-up électoral avec son aide personnelle et celle des Nations unies à New York. Il annonçait qu’il allait se faire mettre en mission comme observateur international de nos élections à venir, au nom de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) et de son Président Abdou Diouf. En prévision de cette «mission», il demandait au Président Laurent Gbagbo de faire nommer immédiatement, à un poste technique au siège des Nations unies à New York pour le compte de la Côte d’Ivoire, son compagnon de voyage, un certain Marc Maxi, notoirement connu pour être un honorable agent de la CIA. Cet autre Haïtien, qui avait dirigé auparavant l’organisation humanitaire CARE pour l’Afrique de l’Ouest, devait mettre en place le mécanisme qui devait impliquer le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon lui-même, pour appuyer tout ce qui allait se faire sur le terrain en Côte d’Ivoire afin d’assurer la victoire du Président Laurent Gbagbo «sans bavure». Selon les plans de Latortue, à l’issue du scrutin, peu importe le score, que ce soit au premier ou au deuxième tour, l’ex- Premier ministre d’Haïti représentant l’OIF devait tout simplement “crédibiliser” les résultats en faveur de Gbagbo en s’exprimant au nom de tous les observateurs de l’Union européenne et au nom de l’OIF. L’ONU devait ensuite reconnaître la sincérité du scrutin et, selon ce plan, les autres candidats n’auraient eu que leurs yeux pour pleurer. C’est exactement le même schéma qu’il avait proposé en Guinée-Conakry avant la mort du Président Lassana Conté. Le coup d’Etat du capitaine Dadis Camara a mis fin à ses espoirs et annihilé son plan pour les élections en Guinée.

La belle affaire pour Ouattara et connexions

A la fin de sa visite à Laurent Gbagbo, le Président ivoirien qui avait prêté une oreille plutôt agacée au discours corrompu de Gérard Latortue, lui a fait remettre par mes soins une somme d’argent frais, quelques dizaines de millions de francs CFA, pour faciliter son séjour et celui de son compagnon d’agent de la CIA, Marc Maxi. Le chef de l’Etat n’a pas donné suite à la démarche indécente de l’ex-Premier ministre d’Haïti Gérard Latortue. Ses incessants appels téléphoniques n’ont pas trouvé non plus d’échos auprès du président Laurent Gbagbo pendant de nombreux mois. Son projet est resté lettre morte parce qu’il est tombé sur un véritable démocrate et un intellectuel honnête qui a toujours bâti sa vie sur la vérité de l’onction populaire. Gérard Latortue n’a pas cessé de me harceler, moi qui l’ai introduit auprès du Président Laurent Gbagbo. Là aussi, sans aucune suite. A l’évidence, le Président de la Côte d’Ivoire s’était senti profondément vexé par la proposition malhonnête de Gérard Latortue qu’il a donc définitivement éconduit en ne répondant plus à ses pressants appels téléphoniques.
Bien entendu, toute cette entreprise avait un prix dans l’esprit du représentant de commerce de l’OIF et des Nations unies. Le refus de Laurent Gbagbo constituait pour lui et pour ses commanditaires un énorme manque à gagner qu’il fallait combler d’une manière ou d’une autre. C’est ainsi que Gérard Latortue et Marc Maxi ont proposé leur service diabolique à Alassane Ouattara et à son épouse Dominique Folloroux. Connaissant son entregent, la femme du plus grand imposteur devant l’Eternel, Alassane Ouattara, a dû consolider le projet scélérat de Gérard Latortue par l’adhésion empressée de leurs amis français, américains et ivoiriens de nationalité américaine vivant aux Etats-Unis. Ce qui n’était qu’un plan devant consolider l’avantage du candidat le mieux placé, dans l’esprit de Gérard Latortue et ses comparses accourus pour empocher quelques millions de dollar, est devenu, par la force des choses, un des éléments fondateurs du complot international qui continue de secouer la Côte d’Ivoire, mon beau pays. Ce complot devait donner gagnant celui que personne n’attendait, c’est-à-dire Alassane Ouattara. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce vaste complot qui s’est étendu à quelques valets de M. Sarkozy en Afrique, notamment le Burkinabé Blaise Compaoré et le Sénégalais Abdoulaye Wade, il importe de savoir que l’acteur principal, le mici-dominici de l’ombre, Gérard Latortue, a servi comme représentant permanant du PNUD (Programme des Nations unies pour le Développement) à Cotonou dans les années 70 et, à ce même titre, en Côte d’Ivoire pendant cinq ans sous l’autorité de l’Algérien Abderamane Kane qui dirigeait l’organisation à partir de Vienne, en Autriche.
Vous avez dit Nations unies ? Que reste-t-il pour accomplir le complot ? Evidement les élections ! Les fameuses élections ! Le prétexte tout trouvé ! Or, dans ce domaine, les données sont connues : Depuis 2002, ‘’la Communauté internationale ‘’ voulait la tête de Laurent Gbagbo. C’est tout ! Seulement voilà, toutes les tentatives ont lamentablement échoué. Il manquait un homme de main “crédible”, loin de l’Afrique, discret et efficace pour accomplir l’opération «enlever Gbagbo». Le premier bénéficiaire, Alassane Ouattara, pour une fois, n’est pas allé le chercher puisqu’il ignorait son existence. Cet homme prétendument providentiel est arrivé de lui-même : après son échec au pied de Laurent Gbagbo, Gérard Latortue est allé proposer la forfaiture de l’OIF à Ouattara. Abdou Diouf, l’ancien Président de la République du Sénégal était candidat à sa propre succession à la tête de l’organisation francophone. Le coup de pouce de Latortue lui a sûrement fait du bien. Au renouvellement du mandat d’Abdou Diouf en Suisse, Nicolas Sarkozy en a décidé tout seul, à la place de tous les chefs d’Etat africains présents, en piétinant leur dignité. La Côte d’Ivoire vaut bien une messe et tout le monde a dit Amen !

«Donne-moi la tête de
Gbagbo, et tu auras l’ONU»

Ainsi donc, on a échangé l’honneur et la sécurité de 20 millions d’Ivoiriens contre le confort du poste d’un homme qui fut pourtant chef d’un Etat africain et non des moindres. Gérard Latortue est l’un des artisans zélés et intéressés de cette mascarade qui a échoué, dans sa version OIF, en Côte d’Ivoire. Lamentablement ! Quoiqu’il en soit, par quelque bout qu’on le prenne, le complot qui essaie de déstabiliser notre pays trouve son épicentre aux Nations unies, son exécuteur testamentaire étant M. Ban Ki-moon qui, malgré son incompétence avérée, veut un deuxième mandat. Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, qui détient un veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, lui a donné l’assurance de bloquer toutes les initiatives des pays émergeants pour lui ouvrir la voix du succès aux prochaines élections de Secrétaire général des Nations unies. Cela peut expliquer en grande partie l’acharnement de M. Ban Ki-moon et de son «frère» sud-coréen Young Jin Choi qui le représente en Côte d’Ivoire et qui l’épaule pour mériter le futur «service» attendu de Sarkozy. Ce n’était pas un hasard si M. Gérard Latortue, responsable des observateurs de l’OIF dans la présidentielle ivoirienne du 28 novembre, a rédigé son rapport au pied de M. Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko, juste avant de reprendre l’avion le même soir pour Paris, laissant à son binôme Choi le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens.
Ces révélations ne sont ni une fiction ni un roman. Pour tous ceux qui en douteraient, j’exige que M. Gérard Latortue vienne s’expliquer devant le peuple de Côte d’Ivoire pour réfuter, s’il le peut encore, toutes ces accusations gravissime que je porte contre lui en tant qu’Ivoirien qui croyait pouvoir compter sur son amitié. Je crie ici ma déception et ma colère contre son comportement cupide, mercantiliste et bassement intéressé.
M. Gérard Latortue, vous m’avez sans doute reconnu à travers cet article dénonciateur de votre indignité vis-à-vis de la Côte d’Ivoire, mon pays. Je vous attends pour vous porter personnellement la contradiction si vous osez accepter un face à face, ici même à Abidjan, devant tout le monde.
Enfin, je comprends maintenant pourquoi vous n’avez pas donné de suite au coup de fil du Président de la Commission électorale indépendante (CEI) qui voulait me donner la possibilité de vous serrer la main à l’Hôtel Pullman d’Abidjan au Plateau où je n’ai jamais pu vous trouver. M. Bakayoko Youssouf devait ignorer que je ne comptais plus parmi vos amis à Abidjan et que lui-même, Bakayoko Youssouf, avait été déjà instrumentalisé par vous, Gérard Latortue, ainsi que par Ban Ki-moon pour le compte d’Alassane Ouattara.

Abidjan, le 12 février 2011
Mamadou Ben Soumahoro
Député indépendant à
l’Assemblée nationale

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 00:07

LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (LKP)

lkp.jpg

 

2011 AnnÉe des outre mer

ou plutôt 

Exposition coloniale 2011

 

              Le 02 février 2011, le gouvernement Français lançait son année des outre mer dont l’objectif principal, selon Mme Penchard reprenant les propos de Nicolas Sarkozy, est de changer la vision des Français concernant les DOM TOM, les ultramarins, les ultra périphériques, les DFA, en un mot, les colonies et singulièrement ceux qui y vivent, c'est-à-dire NOU.

Cela veut donc dire que les Français ont une vision de NOU. Mais quelle est-elle ? Pour changer de vision, ne faut-il pas déterminer ce qu’il y aurait à changer ? Ne faudrait-il pas que Mme  Penchard nous dise comment ses collègues ministres la voient et nous voient ? Une première réponse dans les vœux de Nicolas Sarkozy aux outre mer : « Je voudrais vraiment qu'à la fin de cette action et de mon quinquennat, les Français portent un autre regard sur l'Outre-mer, qu'ils vous voient comme des gens fiers, compétents, parfaitement inscrits dans le monde d'aujourd'hui, ayant parfaitement digéré leur histoire, n'ayant ni amertume, ni revanche, simplement de l'espérance pour eux et pour leurs enfants ».

 

           Eh bien OUI. NOU sommes sans fierté, sans dignité, sans conscience, incompétents, fainéants, arriérés, primitifs, …. et qu’on lui f…e la paix avec l’esclavage nous invitant gentiment à digérer notre histoire. Et nous savons tous ce qui suit la digestion. Aurait-il osé tenir de tels propos à Maillé où en août 1944, l’armée Allemande massacra une centaine de villageois ? Aurait-il eu le courage et l’insouciance de dire cela à Oradour sur Glane où un village entier a brûlé et les villageois exécutés par les Allemands en juin 1944 ? Et bien non, tout comme le 14 juillet, le 8 mai, le 11 novembre, il y a des dates, des évènements qui rassemblent le peuple et forgent une nation. Sauf que cela n’est pas fait pour nous.    

Une telle vision nous renvoie donc, inexorablement, aux expositions coloniales dont le but était d’étaler, d’exhiber  la grandeur et l’immensité de l’empire colonial français mais surtout de montrer au monde et tout particulièrement aux Français « cette mission civilisatrice » qu’un pouvoir quasi divin aurait donné à la France afin d’éduquer les sauvages, cultiver les indigènes, en faire des hommes suivant les principes et valeurs républicaines, catholiques, apostoliques et romaines dixit le code noir. Mais, visiblement, le travail est difficile et quelque peu incompris par beaucoup qui voient en NOU, une bande de sauvages qui vivent aux raccrocs de la république et heureusement qu’il y a eu l’esclavage sinon nous serions entrain de mourir de faim quelque part en Afrique ; traduction vulgarisée du discours de Nicolas Sarkozy !

 

            Bien évidemment, l’histoire de la France coloniale n’est pas enseignée. Une grande majorité de Français ne savent rien de la barbarie du code noir qui définissait le statut de l’esclave. Ils ne savent pas que Napoléon était un négrier qui a rétabli l’esclavage en Guadeloupe en 1802 ou que Pierre Messmer au nom de l’état français organisa l’élimination de plus de 300 000 nègres au Cameroun. Ils n’ont jamais entendu parler du code de l’indigénat qui déterminait plusieurs catégories de Français (français français et français moins français). Ils ne savent rien des massacres de Sétif (45 000 morts) ou de Madagascar (89 000 morts) ni ceux plus récents des 26, 27 et 28 mai 1967 en Guadeloupe où les militaires français ont tué plus de 100 travailleurs Guadeloupéens lors d’une grève des ouvriers du bâtiment. Rien non plus de l’empoisonnement « légal » du Peuple Guadeloupéen à la chlordécone. Ils n’en savent pas plus sur le rôle moteur joué par la France dans la destruction de la nation Haïtienne et de nombre d’états Africains. C’est ça aussi l’histoire de « la France universelle patrie des droits de l’homme ».

 

           Pour mieux comprendre, rappelons-nous certains propos du candidat Sarkozy : Caen, Montpellier, … mars - mai 2007 : « Alors, c’est vrai, il y a dans notre histoire des erreurs, des fautes, des crimes, comme dans toutes les histoires de tous les pays. Mais nous n’avons pas à rougir de l’histoire de France. La France n’a pas commis de génocide, elle n’a pas inventé la solution finale. Elle est le pays qui a le plus fait pour la liberté du monde. Elle est le pays qui a le plus fait rayonner les valeurs de liberté, de tolérance, d’humanisme. Nous pouvons être fiers de notre pays, de ce qu’il a apporté à la civilisation universelle, à l’idée d’humanité. Nous pouvons être fiers d’être les enfants d’un pays de liberté et de démocratie. Nous pouvons être fiers d’être les enfants de la patrie des Droits de l’Homme. »

 

          Toulon 7 février 2007 : « A tous ceux d’entre vous qui sont revenus des colonies en ayant tout abandonné, n’emportant avec eux que leurs souvenirs de jeunesse et cette nostalgie qui ne les quittera plus jamais, je veux dire que si la France a une dette morale, c’est d’abord envers eux. Aux enfants des harkis qui ont servi la France, qui ont dû fuir leur pays et que la France a si mal accueillis, je veux dire que si la France doit des excuses et des réparations, c’est à eux qu’elle les doit. A tous les anciens combattants de nos anciennes colonies, je veux dire la reconnaissance de la France et je veux rendre hommage à Jacques Chirac de leur avoir rendu justice.

 

           Paris 6 mai 2OO7 : « Je veux remettre à l'honneur la nation et l'identité nationale. Je veux rendre aux Français la fierté d'être Français. Je veux en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres. »

OUI, n’en déplaise à Mme Penchard, à Brice Hortefeux, à Nicolas Sarkozy, à Daniel Maximin (régisseur de plantation pour l’occasion), la colonisation, la traite négrière, l’esclavage et tous leurs corollaires (pillage, vol, viol, massacre, épuration ethnique, génocide, aliénation culturelle, domination économique, répression et éradication de toute contestation, racisme, soumission de la classe politique locale, …) ont assuré et assurent encore aujourd’hui à la France ses richesses, sa puissance et son autorité.

         Deuxième puissance maritime au monde, la France possède un empire sur lequel soleil ne se couche jamais. Et nous ne dirons rien de la biodiversité ni des richesses minières, marines, sous marines. Nous ne dirons rien des richesses du sol et du sous-sol. Nous ne dirons rien non plus des espaces géostratégiques ni de la promotion et de la vulgarisation de la langue française véhiculée par tous ses colonisés. Nous ne dirons rien non plus sur la musique et le sport, l’un des rares espaces « réservés » car selon la même vision décrite plus haut, NOU sommes nés pour ça mais surtout pas pour diriger et occuper des postes à responsabilité. Nicolas Sarkozy n’a-t-il pas déclaré à Dakar le 26 juillet 2007 que : « l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire ? » Tout comme sur la plantation, la société Guadeloupéenne demeure aujourd’hui encore organisée  sur la base d’intérêts de classe où la discrimination du fait de la couleur perdure..............  

 

   

                           ANNOU LIYANNÉ POU DECHOUKÉ TOUT PWOFITASYON.

Ansanm ansanm, nou kÉ dÉchoukÉ pwofitasyon.

Gwadloupéyen doubout ! Gwadloup sÉ tan nou, a pa ta yo ! 

 

 

 

                 LKP - Lapwent – 05 Févriyé 2011  

 

link (CLIQUEZ LINK  POUR ACCEDER AU SITE)     

                                                                                                 


 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 00:15

 

Part 1 Opinion Francaise

 

Part 2 Opinion Africaine

 

 

Le cas Bokassa

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 23:53

mobilization-pour-la-Cote-d-Ivoire-copie-1.jpg

Un example de recrutement pour aller combattre en Côte d'ivoire

 

 

        La tentative de coup d’état électorale en Côte d’Ivoire est–elle une chance pour l’Afrique? car selon un journal Panafricain de Londres une légion Africaine est en plein recrutement dans tous les pays d’Afrique avec ou sans le consentement des états pour une éventuelle défense de la Côte d’Ivoire en cas d’attaque par la Communauté internationale occidentale avec le soutien de ses agents locaux Africains.

      A dire que les populations Africaines sont entrain de se muer en peuple Africain. Selon d’autres sources également, un bateau de guerre Sud –Africain croiserait au large de la Côte d’ivoire Lire.

 « A  quelque chose malheur est bon » 

Conflit postélectoral en Côte d’ivoire

 

La légion panafricaine[i] s’engage pour le respect de la souveraineté  de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique.

 

Au moment où  les experts de l’union africaine entament leur mission de dernière chance de dialogue à Abidjan, un premier contingent de plus de 2000 volontaires venus de tous les continents et appartenant à la légion panafricaine s’est discrètement positionné  à différents endroits stratégiques du pays , prêt  à épauler les forces loyalistes si les marionnettes  de l’occident (l’ECOMOG) mettaient leur  menace à exécution.

Le mouvement panafricaniste pour la libération totale de l’Afrique a indiqué qu’il a enregistré plus de 6000 demandes d’enrôlement  volontaires depuis  la menace d’intervention de la CEDEAO et les demandes  continuent d’affluer de partout.

Un point important mérite d’être souligné, de nombreux soldats  et professionnels des armées se sont  inscrites à titre individuel avec des identités d’emprunt afin de ne pas s’exposer aux sanctions de leur hiérarchie dans leur pays respectifs mais se disent  prêts à payer le prix pour la cause.

Affaire à suivre.


T. Smith (Panafrika News)

 

 

  L'article est de la responsabilité de son auteur


[i]  La légion panafricaine est une idée de force panafricaine développée pour la première fois par Marcus GARVEY.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 12:37

Les Avocats Africains du Tribunal Pénal International (TPI) s’insurgent contre les propos de son Procureur Mr Moreno-Ocampo sur la Côte d’Ivoire et son président Laurent koudou Gbagbo.

 

TPI-Building.jpg

Bâtiments de la CPI à La Haye.

 

 

ocampo.jpeg

Luis Moreno-Ocampo  est un juriste argentin, procureur de la Cour pénale internationale depuis le 16 juin 2003. ancien procureur en Argentine. 

 

Josette-Kadji.jpg Me Josette Kadji (avocat au Barreau du Cameroun et prés le TPIR et la CPI) s'insurgent contre les propos du Procureur près la CPI.

 

 

        Crise ivoirienne: Des Avocats près le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) et près la Cour Pénale Internationale( CPI) s'insurgent contre les propos du Procureur près la CPI. Nous sommes un groupe d’avocats prés le tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), basé à Arusha en Tanzanie, et également prés la Cour Pénale Internationale basée à La Haye aux Pays- Bas.  

        Nous sommes interpellés par les évènements qui se déroulent en Côte d’Ivoire et qui ne laissent aucun africain indifférent. Notre appartenance au système de la Justice Internationale, nous conduit à nous étonner des propos tenus par Procureur prés la CPI, Mr Moreno-Ocampo lesquels propos s’apparentent clairement en des menaces contre une des parties à ce litige, et plus précisément contre le camp du Président Laurent Gbagbo. 

Cette immixtion intempestive du Procureur de la CPI dans ce litige tente à montrer le dessein de celui-ci à transformer cette auguste Cour en une arme politique au service exclusif des puissances occidentales.  

On est en droit de se demander à quel moment Mr le Procureur de la CPI à mener ses enquêtes pour indexer un camp comme étant le responsable des crimes qui ont pu se commettre en CI après les élections.  

Cette position qui est le reflet de celle annoncée au lendemain des élections par certaines puissances occidentales nous conduit à redouter que Mr Moreno-Ocampo ne montre un parti pris proprement scandaleux. Et si c’est le cas nous sommes bien aux antipodes du noble esprit qui à prévalu à la mise en place de la Cour dont il est le procureur. 

 

En effet Mr Moreno-Ocampo semble vouloir utiliser l’opportunité des poursuites qui est son privilège, à des fins politiques, et semble très clairement dire au Président Gbagbo : « Quittez le pouvoir, cédez votre place à Mr Ouattara, sinon nous vous poursuivrons pour crimes contre l’humanité etc… » 

On se souvient que récemment Mr Moreno-Ocampo n’a pas hésité à pointer du doigt et citer nommément le ministre Charles Blé Goudé comme devant faire l’objet de poursuites devant la CPI.

Et ce faisant le procureur a désigné un suspect avant même de déterminer le crime commis, ce qui montre un parti pris proprement scandaleux ! 

 

Le Procureur Moreno- Ocampo est il dans l’esprit qui a prévalu à la mise en place de cette Cour pénale Internationale quand il agit de la sorte ?  

Il apparait que non, et une telle attitude si elle persiste va retirer toute sa crédibilité à cette Cour. 

Ce faisant le procureur Moreno-Ocampo viole un principe fondamental de droit et même les règles de la CPI :  

Violation d’un principe fondamental de Droit : 

  

- Moreno-Ocampo qui à notre connaissance n’a pas mis les pieds en CI a décidé de là où il se trouve que s’il y a exactions, celles-ci proviendraient forcément du camp du président Gbagbo, Il y a manifestement violation du droit à la présomption d’innocence tel que prévue par l’article 64 des statuts de la CPI qui impose le principe d’objectivité dans la recherche de la vérité (le procureur enquête d’ailleurs à charge et à décharge , et non pas seulement à charge comme il semble le faire dans le cas de la CI) 

 

Violation des règles de la CPI 

  

-     Luis Moreno- Ocampo a sauté une étape importante dans la saisine de la CPI, qui est que c’est seulement lorsque les juridictions nationales n’ont pas la volonté ou la compétence pour juger de tels crimes que la CPI est saisie et il faut démontrer cette lacune des juridictions nationales 

  

-          La CPI est saisie soit par les Etats parties, soit par le Conseil de sécurité de l’ONU, ou alors le Procureur peut décider d’ouvrir une enquête de sa propre initiative, mais avant de décider cela il doit en demander l’autorisation à la Chambre préliminaire 

 

 

 

 Balance.jpeg Une justice internationale désequilibrée selon  Maitre Josette Kadji.

 

 

 

           Ces observations étant faites, il convient de rappeler ici que tout en   

     ayant  signé le Statut de Rome , la Côte d’Ivoire n’a pas encore ratifié ce Statut et n’est donc pas à ce jour Etat membre de la CPI.  

           La Côte d’Ivoire n’est pas le seul Etat dans cette situation, en Afrique nous avons notamment le Cameroun, en Amérique, les Etats –Unis, en Asie, la Chine qui n’ont pas ratifié ce Statut  

Il est d’ailleurs intéressant de s’arrêter sur les motifs invoqués par la Chine pour refuser la ratification : 

-     La CPI va contre la souveraineté des Etats nations Le principe de la complémentarité donne au Tribunal la capacité de juger le système de tribunal d’une nation (à savoir si les juridictions nationales sont compétentes pour juger de tels crimes)  

-     La juridiction des crimes de guerre couvre à la fois des conflits internes et internationaux 

-      Enfin, et c’est le plus important des griefs contre ce Tribunal, la Chine estime que le droit du procureur à déposer des accusations peut placer la cour sous une influence politique 

L’on peut se rendre compte que cette crainte de la Chine est avérée face à ce qui se passe en Côte d’Ivoire, où le procureur est entrain de brandir la menace de poursuites comme épouvantail pour obtenir du Président Gbagbo qu’il cède son siège de Président de la République de Côte d’Ivoire à la personne choisie par la « communauté internationale « , cette nébuleuse. 

  

Lorsque l’on suit l’histoire de la Côte d’Ivoire on se pose la question de savoir pourquoi la CPI n’a pas brandi la même menace à l’encontre des rebelles lorsqu’ils se sont livrés à toutes sortes d’exactions à partir de Septembre 2002, alors même que cela rentre dans les compétences du Tribunal, fonctionnel depuis juillet 2002  

Comment la CPI entend elle asseoir sa crédibilité si elle se laisse entrainer dans des manipulations politiques comme c’est le cas en Côte d’Ivoire ? 

  

Comment expliquer que la CPI s’immisce dans un conflit de politique interne et menace une des parties en cause en restant complètement silencieuse depuis de nombreuses années sur les agissements de l’autre partie 

Comment la CPI peut elle expliquer que soudainement elle est devenue soucieuse de la protection des populations ivoiriennes qu’elle a ignorées hier et continue à ignorer car de toute évidence ce n’est pas l’intérêt du peuple ivoirien qu’elle protège 

 

Comment comprendre que la CPI, n’a émis et continue à ne pas émettre de menaces contre les soldats français qui avaient tiré sur la foule aux mains nues à Abidjan en 2004 ? 

Cas du préfet d’Abengourou, attaqué le 25 ou le 26 janvier par les jeunes du Rhdp …Les exactions de Duekoue, Daloa etc…. 

 

Et la liste est longue…

Tout cela doit nous amener à nous demander si la CPI n’est pas une nouvelle arme mise entre les mains des pays occidentaux pour menacer et asservir les pays du Sud par d’autres voies masquées sous des aspects de légalité etc… 

 


Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 04:11

hotel-du-golf.jpg Le golf Hotel a Abidjan Cote D'Ivoire

 

Les locataires du Golf Hôtel commencent à faire le vide autour d’Ouattara qui les a entrainés dans un cul-de-sac.

Dans le confrère vert désormais très rebelle, Le Nouveau Réveil du vendredi 4 février, l’inutilement bouillant Secrétaire général de la jeunesse du Pdci, Kkb fait un aveu de taille sur le drame qui se vit au Golf Hôtel. L’homme a été très clair, comme s’il sortait d’un enfer qu’on lui a imposé. «Je ne retourne plus au Golf.» A-t-il coupé net. Ça veut bien tout dire. Car après plus de 2 mois de captivité dans un hôtel même cinq étoiles, il retrouve la liberté, l’envie de vivre sous la protection du régime Gbagbo qu’il hait tant. C’est parce que ça ne sent pas la rose au Golf Hôtel, que Kkb répond catégoriquement qu’il n’y retournera plus. Parmi la jeunesse du Pdci, d’aucuns révèlent qu’il a subi
de graves sévices de la part de ses alliés-rebelles qui se sont par la suite transformés en bourreau.

Mais pour certains, «Kkb n’aura jamais le courage de dire publiquement ce qui s’est passé. Ils savent désormais qui est Ouattara. Ils ont vécu ses méthodes monstrueuses et cyniques.» Kkb n’est d’ailleurs pas le seul à avoir eu la paix et la quiétude chez l’ennemi à abattre. Le cas de Akossi Bendjo, maire du Plateau est le plus édifiant. Il a prétexté un décès de sa mère pour quitter le Golf. Le maire a certes reçu l’autorisation de Ouattara de sortir du Golf. Mais à condition qu’il soit accompagné à son domicile par 3 rebelles comme gardes rapprochées. L’objectif était bien simple.

Le ramener après les funérailles en question. Mais une fois chez lui, le maire a réussi à semer les tueurs de Ouattara par une porte dérobée. Les 3 gardes pris de panique, n’ont pas, à leur tour, eu le courage de retourner chez Ouattara. Lui dire que Bendjo s’est enfui, les inscrits automatiquement à l’article de la mort. Car il est su là-bas que le président du Rdr qui a installé une mafia dans cet hôtel, ne badine pas avec ce genre de choses. Les cadres du Pdci emportés par Bédié dans ses bras découvrent ahuris que l’homme est un criminel dont la vie pourrait inspirer un grand film mafieux.

Car au Golf, il ne règne que par la terreur. On ne discute pas ses ordres. Brou Aka Pascal en sait quelque chose. Surtout qu’il a été proprement passé à tabac par les rebelles. Outre Kkb et Bendjo bien d’autres ont commencé à fuir «la République de Ouattara». Il y a le maire Amichia François, Séa Honoré, Ahmed Bakayoko, Amon Tanoh, Bigtogo, Allah Kouadio Remi, Djédjé Mady… ce dernier s’est donné quelques jours de repos en Europe. Il y a en plus Anaki Kobena qui dit-on, aurait pris la route du Ghana abandonnant seul Ouattara à ses problèmes.

On peut aussi citer le confrère Yapi Assa, alias Waston K. qui a préféré rejoindre son patron Soro au Golf. En pensant que le coup de force de Ouattara réussirait pour qu’il vienne reprendre sa place à la Primature. Pour une question de poste, il a préféré suivre ceux qui détruisent son pays. Aujourd’hui, pour se donner bonne image, le confrère raconte à qui veut l’entendre qu’il n’était pas au Golf. Bref, ça chauffe au Golf, malgré les apparences outrageusement mensongères que ne cesse de lui coller la presse qui lui est proche.

Dans ce lot «d’évadés», se trouvent bien d’autres cadres du Rhdp. Le député de Logoualé qui a réussi à s’enfuir est allé se fier à un ex-ministre de la République qui lui a proprement passé un bon savon. Car ce maire atteint d’une grave maladie qui a failli l’emporter par manque de moyens adéquats, a été sauvé de justesse après
intervention du chef de l’Etat. Il lui a exprimé sa reconnaissance en monnaie de singe. Un autre cadre proche de Mabri et qui a réussi à s’échapper est allé se confier à Siki Blon Blaise, Haute autorité de la Région des Montagnes. En tout cas au Golf, Ouattara règne certes par la terreur, mais l’autre réalité qu’il tend à occulter est qu’il commence à être essoufflé financièrement.

Est-ce à dire que ses parrains qui le forcent dans le jeu électoral ivoirien commencent à serrer la bourse ? En tout cas, le temps le dira. Mais il est clair que la grogne s’amplifie parmi les mercenaires qu’il a fait venir à Abidjan. La prime quotidienne qu’il leur a promis 5000f à 15000F chacun. Depuis quasiment plusieurs jours, ce pécule tarde à être décaissé. En outre, dans la rébellion qui lui est restée fidèle à Bouaké, la grogne se fait de plus en plus entendre. Kouakou Fofié, le chef de guerre de Korhogo affiche désormais un désintérêt pour la cause de Ouattara.

Il en est de même pour Touré Hervé alias Vetcho, chef rebelle de Katiola. Le fils de Touré Virginie présidente des femmes du Rdr n’est plus lui aussi chaud pour la guerre de Ouattara. Parmi eux, certains ont déjà demandé à leurs combattants de retourner à leurs occupations extra- militaires. C’est pourquoi, Ouattara porte son dévolu sur la Cedeao et les mercenaires sud-américains pour mener sa guerre contre la Côte d’Ivoire. Il ne s’en cache d’ailleurs pas. Et ne pense pas aux conséquences que cela pourrait entrainer. Le plus important pour lui, c’est le chaos. Il estime sûrement que ça pourrait lui profiter. Un Ivoirien ne proposera pas un tel scénario à son pays. Le dire n’est pas de la xénophobie.

Mr. Guéhi Brence  ( La voix du peuple gabonais) LVDPG- News  du Mardi 8 Février 2011

                 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 03:06

africamap.jpg

 

                 COMMUNIQUÉ DE PRESSE                DU CONSEIL MONDIAL DE

LA DIASPORA PANAFRICAINE 

POUR MÉMOIRE D’ANNIVERSAIRE

(C.M.D.P.) 

AU FORUM SOCIAL MONDIAL

DE DAKAR

Du 06 au 11 février 2011.

senegal-copie-1.jpg

DOCUMENT ANNEXE POUR PARTICIPATION, ENCOURAGEMENTS ET LARGE DIFFUSION.

 

« Communication du C.M.D.P. en partenariat avec La Ligue Camerounaise des Droits de l'Homme au Premier Forum Social Mondial en Afrique » A Bamako (Mali), du 19 au 23 janvier 2006.

COMMUNICATION DU CONSEIL MONDIAL DE LA DIASPORA PANAFRICAINE en partenariat avec la LIGUE CAMEROUNAISE DES DROITS DE L’HOMME AU PREMIER FORUM SOCIAL MONDIAL EN AFRIQUE à BAMAKO (MALI) du 19 au 23 janvier 2006.

 

RAPPEL DES COMMUNICATIONS toujours d’actualité lors des précédents forums mondiaux:

 

-         Forum Social Mondial à Porto Alegre (Brésil) en février 2002;

-          Forum de l’Economie Mondiale à Davos (Suisse) en février 2002;

-         Sommet mondial de la Terre sur le développement durable, à

          Johannesburg (Afrique du Sud) en août – septembre 2002;

-         Sommet France – Afrique de Paris, les 19 et 20 février 2003;

-         Sommet du G8 d’Evian (France) du 1er au 3 juin 2003 ;

-         2ème Forum Social Européen à Paris – Saint Denis, du 12 au 15

novembre 2003.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

« LE SENS DE l’ACTION »

Leçons à tirer du 2ème FORUM

SOCIAL EUROPEEN

                 à Paris/ Saint- Denis

               du 12 au 15 novembre 2003.

 

ATTAC – SURVIE, même combat avec la papauté criminelle de Rome pour leur soi-disant annula-tion ou rémission de la dette de l’Afrique envers l’Occident pilleur et criminel.

 

*

CONTRE la POSITION d’EMMAUS INTERNATIONAL du grand pionnier du combat des peuples contre l’injustice et la pauvreté, l’Abbé PIERRE et du CONSEIL MONDIAL DE LA DIASPORA PANAFRICAINE pour la REVERSION de la DETTE, la RESTITUTION des BIENS et la REPARATION des dommages causés à l’Afrique pillée et spoliée, victime des CRIMES et GENOCIDES CONTRE L’HUMANITE de l’OCCIDENT, du MOYEN ORIENT ARABE esclavagistes et de la PAPAUTE ROMAINESANGUINAIRES.

 

Communication diffusée lors du SOMMET et du CONTRE SOMMET ou l’AUTRE SOMMET FRANCE – AFRIQUE de PARIS les 19 et 20 février 2003 par le Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine et la Société Savante des Encyclopédistes africains en partenariat avec la Ligue Camerounaise des Droits de l’Homme et reprise au 2ème FORUM SOCIAL EUROPEEN de Saint – Denis du 12 au 15 novembre 200

 

ETAT DES LIEUX DE L’AFRIQUE dite « ENDETTEE »

Les causes génératrices de la fameuse dette :

- les causes historiques :

· La traite négrière.

· L’Afrique écumée de ses forces humaines productrices.

· Le génocide esclavagiste arabe et européen.

· La domination coloniale et le pillage des ressources :

- acculturation et aliénation spirituelle et religieuse, notamment

islamique et chrétienne.

- les causes actuelles :

· L’installation du néocolonialisme et la corruption des élites.

· L’abâtardisation culturelle et l’absence des systèmes éducatifs de formation pour le

développement intégré durable.

· L’inefficacité des structures des Nations Unies incapables de se réformer pour

garantir la Paix dans le Monde.

· La médiocrité, par exemple, de l’UNESCO incapable de transcender les structures

culturelles néocoloniales et impérialistes occidentales, séquelles de l’après deux

grandes guerres qui hantent toujours les esprits des dirigeants actuels de cette

organisation internationale ankylosée à vocation universelle.

5

Tout ceci génère l’enlisement d’un monde unipolaire sous l’emprise américaine

inhumaine avec ses satellites de sous-traitance européens férocement rivés à leur proie

nourricière qu’est toujours l’Afrique, détentrice des richesses stratégiques que constituent le

diamant, l’or, le pétrole, le gaz, le cobalt, le café, le cacao, les bananes, le fer, le manganèse et

autres ressources humaines surexploitées sans oublier les produits de l’élevage et de la pêche

désormais également piratés par des explorateurs sans vergogne qu’on dirait encore à la

manière des conquistadores sur les côtes d’Afrique.

Voilà ce que nous devons dire concernant les causes plutôt de l’endettement inversé de l’Europe envers l’Afrique écumée, pillée, spoliée, acculturée, spirituellement aliénée. C’est le lieu de clarifier une fois pour toutes que c’est l’Afrique ainsi écumée qui attend de l’Europe, pilleuse tel que signalé ci-dessus, la restitution et la réparation et, ce faisant, nous condamnons le Pape Jean Paul II et tous ceux qui, comme lui, marchands de la spiritualité missionnaire esclavagiste, parlent tantôt de la remise de la dette, tantôt de la restructuration de la dette, tantôt de l’échelonnement de la dette, tantôt de la

reconversion de la dette, tantôt de l’allégement de celle-ci et autres balivernes du genre. Aussi pour les Encyclopédistes africains, il n’en n’est rien de tout cela, il s’agit purement et simplement que l’Europe, à l’exemple de la restitution des biens volés au peuple juif et le pardon qui lui est adressé pour le génocide dont il a été victime de la part de l’Europe nazie, comprenne qu’il s’agit de la même exigence de réparation du génocide commis envers l’Afrique. Peu importe les méthodes et les manières par lesquelles chacun des génocides a été orchestré. Les peuples en ont été saignés dans leur chair et continuent de souffrir des syndromes traumatiques. Pour l’évaluation de cette réparation, la Société Savante des Encyclopédistes africains et le Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine ont interpellé l’O.U.A. et les Nations Unies par les six impératifs pour la mise en place d’une commission

internationale en liaison avec les commissions nationales d’estimation des préjudices subis par chaque population noire concernée de l’Afrique et des Amériques. C’est à cela que nous travaillons et ne cesserons d’y veiller jusqu’à l’aboutissement des résultats escomptés, attendus par notre peuple et le jugement de l’histoire que notre génération doit assumer et nous réaffirmons que la Paix mondiale durable est à ce prix. Il nous faut presque une religion et une théologie de la libération pour une

Afrique libre, prospère et compétitive si nous voulons dépasser notre passé douloureux par rapport à l’apport et la part de notre riche continent, berceau de l’Humanité dans le patrimoine commun de l’Humanité.

Sinon, à l’heure où nous parlons, à l’aube du 21ème siècle, à qui profitent l’or, le diamant, le pétrole, le gaz de divers pays pris au hasard parmi la soixantaine de nos Etats, l’Algérie, le Congo, le Soudan, l’Angola, le Maroc, le Gabon, le Nigeria, la Guinée, le Tchad et terminons cette liste sélectionnée par le Cameroun, le gouvernement le plus corrompu offert en exemple sur l’échiquier mondial. De la même manière qu’on prétend qu’au moment de la traite négrière, les gouvernements barbares esclavagistes d’Europe auraient traité avec quelques chefs de clans, complices forcés africains, nous signalons avec force que les mêmes puissances esclavagistes négrières d’hier, sont entrain aujourd’hui de piller et de tuer nos populations en se servant de la complicité de ces nouveaux africains dictateurs génocidaires des pouvoirs néocoloniaux que l’Occident a installés pour continuer son crime de pillage et de marginalisation de l’Afrique, sous couvert d’une démocratie aux élections truquées et ensanglantées.


C’est à cette situation que le Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine s’oppose en travaillant et en luttant pour la renaissance africaine des cendres de la traite négrière, de la domination coloniale, et du néocolonialisme corrompu génocidaire pour l’émergence d’une véritable Afrique libre, prospère, solidaire et compétitive.

Dénoncer le mal, c’est bien !

Guérir le mal, c’est mieux !

C’est le combat du Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine.

Car, nous disons que la mondialisation sera démocratique et respectueuse des

libertés des peuples souverains ou ne sera pas et que, c’est quand l’Afrique se libérera,

que le monde s’humanisera.

Le Contre Sommet que nous avons plutôt appelé « l’Autre Sommet » a donc été

l’occasion de confirmer notre position historique visionnaire confortée par l’exposé des 3

éminents intervenants du Mali, du Sénégal et du Burkina Faso condamnant vigoureusement la

mondialisation libérale sauvage au détriment des peuples africains tant dans le domaine du

pillage des ressources que de la mal gouvernance et de la démocratie participative in

transparente et in alternante.

En effet, nous avons, au « Contre Sommet » tenue à la Mairie de Paris, au nom

du Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine et de la Société Savante des

Encyclopédistes africains, réaffirmé la position s’agissant de la REVERSION DE LA

DETTE plutôt que de l’annulation ou de la remise ou de l’échelonnement, toutes

expressions aberrantes qui tendent à parler de ce qui n’existe pas autrement que dans le

sens contraire, ce qui veut dire que ce sont l’Occident, le Moyen Orient arabe et le

Vatican esclavagistes, auteurs de la traite négrière, de la colonisation et du

néocolonialisme génocidaires qui doivent payer leurs dettes de pillage envers les peuples

noirs victimes. C’est cela que le Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine et la

Société Savante des Encyclopédistes africains ont, dès 1990, posé comme bases de la

réparation due aux victimes, énoncées dans les six impératifs que nous rappelons cidessous

et qui ont été successivement présentés à :

- Vienne à la Conférence Mondiale des Nations Unies sur les Droits de l’Homme en juin 1993.

- Tunis à la Conférence Mondiale des Nations Unies sur les Droits de l’Homme en 1993.

- Cotonou à la Conférence au sommet des Ministres de l’éducation et de l’information en 1995.

- Durban à la Conférence Mondiale des Nations Unies contre le racisme et la xénophobie en

août – septembre 2001.

- Porto Alegre au Forum Social Mondial en février 2002.

- Davos au Forum de l’Economie Mondiale en février 2002.

- Johannesburg au Sommet mondial de la Terre sur le développement durable, en août – septembre 2002.

Le « contre sommet » ou mieux « l’autre sommet » dont nous saluons l’initiative de la part de « AGIR ICI » et SURVIE », nos partenaires, a été l’occasion, à l’Hôtel de Ville de Paris, les 19 et 20 février 2003, de rappeler et de réaffirmer ces impératifs incontournables pour la réparation due aux peuples noirs victimes de la traite négrière reconnue CRIME CONTRE L’HUMANITE par la Conférence Mondiale des Nations Unies de Durban en 2001.

 

 

 image.JPG

 

 

RAPPEL DES SIX IMPERATIFS

De la Société Savante des Encyclopédistes Africains de 1990.

LES SIX IMPERATIFS DE REPARATION DE L’EUROPE ESCLAVAGISTE GENOCIDAIRE.

 

 

Premier Impératif :

Proclamation solennelle par les Nations Unies de l’esclavage, de la traite d’êtres humains notamment des noirs, du partage de l’Afrique, de la colonisation et du génocide comme crime contre l’Humanité conformément aux sentences du Jury international de Fort-de-France que nous avons organisé les 10, 11 et 12 Décembre 1993 au Centre Frantz Fanon. Sous la pression de notre combat historique, la France et l’Etat du Vatican viennent d’inscrire cette reconnaissance de leur crime contre l’Humanité dans le nouveau chapitre de leur histoire respective. Nous veillerons à ce que cette histoire soit désormais enseignée dans les écoles de toutes les nations pour la mémoire collective, partie intégrante du patrimoine général de l’Humanité.

 

Deuxième Impératif :

Proclamation solennelle sous l’égide des Nations Unies réorganisées et équilibrées du pardon de l’Europe, des U.S.A., du Moyen-Orient et du Vatican génocidaires à l’Afrique pour l’avoir colonisée et pillée.

 

Troisième Impératif :

Création d’une Commission internationale d’évaluation et de compensation des destructions et des dégâts ou préjudices causés à l’Afrique et aux peuples noirs du fait du génocide Euro - U.S.A. et du Moyen-Orient esclavagistes.

Mise en place d’une Commission internationale d’évaluation de ces dommages et préjudices en établissant une procédure d’indemnisation.

 

 

Quatrième Impératif :

Modification, refonte et équilibrage des structures et institutions des Nations Unies, notamment le Conseil de Sécurité disposant de cinq membres dont un par continent, corrigeant ainsi l’accaparement d’un siège par la seule Amérique du Nord (U.S.A.), au détriment de l’Amérique latine et du siège revenant au Continent Asiatique par la Chine toute seule, en fait, quel crime d’avoir ignoré l’existence de deux continents « l’Afrique et l’Australie ». C’est, depuis une dizaine d’années déjà que les encyclopédistes africains, en liaison avec les différentes organisations des peuples noirs et de la diaspora ont inscrit ce point d’interpellation dans leur programme de combat pour la réhabilitation et le développement de l’Afrique.

 

Cinquième Impératif :

Création d’une Commission internationale pour la réécriture de l’Histoire de l’Humanité basée sur la nouvelle physionomie du monde ainsi réorganisé et rééquilibré, condamnant devant le nouveau tribunal de NUREMBERG tous les dirigeants au pouvoir dans les gouvernements européens et nord-américains et arabes esclavagistes lors du partage et de la colonisation de l’Afrique, de l’Amérique latine et de l’Asie pour génocide et crime contre l’Humanité :

- Division et partage du Cameroun, du Congo, de la Guinée, du Niger, du Viêt-Nam, de la

Corée, de la Guyane, des Antilles pour ne citer que les plus barbares des crimes de la

colonisation européenne, sans oublier le crime de déportation contre le peuple palestinien

et la persécution nazie et l’holocauste juif.

- Installation du système criminel d’apartheid en Afrique du Sud.

- Ségrégation raciale criminelle aux U.S.A.,

Sont autant de conséquences du crime de génocide liées à la traite des noirs et à la

colonisation…

 

Sixième Impératif :

Création sous l’égide des Nations Unies d’une banque internationale pour la Reconstruction et le Développement de l’Afrique aux fins de réparation des dégâts et préjudices causés par la traite des noirs, la colonisation et le pillage des ressources naturelles de ce continent par les puissances coloniales européennes et leur allié nord-américain, inversant ainsi ce que l’escroquerie mondiale appelle l’endettement des pays sous-développés, le sous-développement étant à son origine le résultat du pillage esclavagiste, le partage et la colonisation que perpétuent, depuis 1960, date des Indépendances Africaines, les pouvoirs néocoloniaux et anti-démocratiques.

 

En conclusion et en résumé

La délégation du CONSEIL MONDIAL DE LA DIASPORA PANAFRICAINE et de la SOCIETE SAVANTE des ENCYCLOPEDISTES AFRICAINS en partenariat avec la Ligue Camerounaise des Droits de l’Homme a, quant à elle, participé à « l’Autre Sommet de Paris pour l’Afrique des peuples victimes, assoiffés de justice et de paix contre l’impunité et la mal gouvernance » qui s’est déroulé à l’Hôtel de Ville de Paris les 19 et 20 février 2003 pour faire front contre les fossoyeurs et les bourreaux africains réunis au Palais des Congrès et cautionnés cyniquement par Kofi Annan, en quête d’une clientèle pour un prochain mandat de Secrétaire général des Nations Unies.

En effet, à l’hôtel de Ville, comme à la place de la République, et devant le mur de la Paix du Trocadéro « esplanade des Droits de l’Homme Nelson Mandela », en face de la Tour Eiffel, la délégation du Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine en partenariat avec la Ligue Camerounaise des Droits de l’Homme et les autres organisations de défense des libertés fondamentales, venues notamment d’Afrique, ont réaffirmé leurs déterminations pour la Paix, contre la mondialisation libérale sauvage guerrière, armée par les dents atomiques américaines, le pillage des ressources des pays africains, l’injustice sociale, l’impunité des crimes de guerre, les assassinats politiques, la corruption, la marginalisation des populations laissées pour compte en proie à des grandes endémies telles que le SIDA, la lèpre, le paludisme et la pollution industrielle de l’environnement ainsi que la dégradation des écosystèmes, le commerce international inégal et injuste pour les produits africains discriminés par le protectionnisme forcené, à sens unique du Nord contre le Sud , tous ces crimes confondus dans la volonté des puissances européennes et américaines esclavagistes et génocidaires utilisant, pour ce faire, la complicité des régimes corrompus africains, à l’exemple du Cameroun de l’assassin Paul BIYA, bradeur de nos forêts, de notre pétrole, de notre manganèse, de notre diamant, de notre or, de notre café, de notre cacao, de notre banane et autres ressources précieuses du pays. Encore une fois, notre combat continue pour la REVERSION de la DETTE, la RESTITUTION des BIENS pillés et spoliés et la REPARATION DUE AUX VICTIMES et l’ASSIGNATION des BOURREAUX devant la Cour Pénale Internationale pour génocides et crimes contre l’Humanité, le Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine en partenariat avec la Ligue Camerounaise des Droits de l’Homme, gardiens du patrimoine historique du peuple noir et d’Afrique, se constituant partie civile. La délégation du Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine et de la Ligue Camerounaise des Droits de l’Homme a réaffirmé cette position aux différents auditoires du 2ème Forum Social Européen de Saint – Denis, notamment au cours des 4 ateliers :

- Quelle(s) autre(s) Europe(s) et Quelle(s) autre(s) Afrique (s) ?

- Guerres et conflits en Afrique.

- La résistance africaine.

- L’Europe doit-elle être une puissance rivale ou alternative aux Etats Unis ?

La position des Peuples d’Afrique et de leur diaspora historique face aux

conséquences calamiteuses des guerres européennes contre l’Afrique aura ainsi été réenregistrée par l’Humanité réunie à Saint – Denis pour UN AUTRE MONDE, c’est-à-dire, celui de la PAIX et de la JUSTICE pour tous, partout.

 

Pour la délégation, Professeur Kapet de BANA,

                  Concepteur de l’encyclopédie politique, économique, sociale et culturelle de l’Afrique Contemporaine,       Coordinateur international du Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine