Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 08:41

200px-Muammar_al-Gaddafi_at_the_AU_summit.jpg Kadhafi Mouamar Guide de la Jamayra Libyenne, Panafricain

 

lex-ministre-libyen-de-la-justice-va-presider-le-conseil-na.jpgL'ex-ministre libyen de la Justice, Mustapha Mohamad Abdeljalil, présidant du "Conseil national de terroristes"

 

 

 

         L’Union Africaine vient de démontrer qu’elle est véritablement une honte pour l’Afrique et surtout qu’elle est véritablement contre l’indépendance de l’Afrique. Comment le Panel des chefs d’état  dit de haut niveau,  n’a pas saisie l’occasion de prendre son indépendance, sa liberté pour en finir avec la vassalité vis-à-vis de l’Europe.

Pour comprendre pourquoi, je vous invite à lire la suite.

L’Union Africaine est financée à hauteur de 70% pour son budget de fonctionnement par l’Union Européenne, à dire que l’Union Africaine est tenue de justifier l’utilisation des fonds de peur de signer son arrêt de mort.  Conséquence tous les fonctionnaires sont à sa solde même les soi-disant évaluateurs. Qui ont comme beaucoup d’Africains le savent de leurs dirigeants ont reçu une enveloppe avant de se rendre à  Abidjan pour l’évaluation des procès verbaux électoraux.

Depuis le 31 janvier 2011, date à laquelle la conférence des chefs d’états avaient décidé de nommer un panel de chefs d’états chargé de réévaluer les élections qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire au mois de octobre et novembre 2010. Ces monsieur sans dignité viennent nous dire nous confirmons la décision de l’Union Européenne sans dire pour quoi. DE QUI CE MOQUE T-ON ?

Je rappelle qu’à l’occasion de ses élections, Laurent Koudou Gbagbo a remporté haut les mains la victoire, mais n’étant pas le candidat de l’union Européenne, son pays a été placé sous embargo de l’Union Européenne pour qu’il cède la place au perdant. Du jamais vu. Alors que même en temps de guerre, les médicaments sont la seule chose qu’on ne touche pas. Avec la Côte d’Ivoire un embargo  a été pris par l’Union Européenne. Et agir ainsi c’est criminel.

 Suite donc aux vérifications du panel soi-disant de haut niveau. On se retrouve un moi après sans résultats. Ce Panel n’est pas un panel de haut niveau. MAIS PLUTOT UN PANEL DES PEUREUX.

Pourquoi  ne présente-elle pas ses résultats officiellement ? par peur de se faire taper sur les doigts par leurs maîtres de l’Union Européenne. Voilà la véritable raison.

Et sans peut-être le savoir l’Union Africaine vient de se donner la mort dans les événements de Côte d’Ivoire et de Libye.

Ô honte la CEDEAO  déclarait Madame Simone Ehivet Gbagbo et Maintenant Ô honte l’Union Africaine. C’est vrai on ne peut pas être fier en tant que Africains devant un tel spectacle.

La situation en Côte d’Ivoire vient de montrer aux yeux du monde entier et surtout des Africains que l’union Africaine est juste une chambre d’enregistrement de l’Union Européenne. Parce que l’Union Européenne a dit il n’y a qu’à …. Le peuple Afrique dit à tous ces corrompus et vendus soi-disant chefs d’états vous avez perdu l’estime que l’Afrique unie avait placé en vous au lendemain de la création de votre panel soi-disant de haut niveau qui va présenter des résultats contraignants. Votre panel n’est pas de haut niveau, mais de peureux et de bas niveau.

Comment peut-on évaluer une situation pendant cinq semaines et revenir dire que, nous nous en tenons à la décision de l’Union Européenne et notre évaluation n’a aucune valeur. A dire que certains Africains ont résolument décidé de rester des sous hommes toute leur vie. Même pas un brin de dignité. Mon père me disait toujours  je cite : « Un homme sans dignité est un homme dangereux », malheureusement je peux aujourd’hui le constater avec le panel des peureux de l’Union Africaine.

C’est la raison pour laquelle je lance ce crie ô honte la CEDEAO et Ô honte l’Union Africaine et bravo l’Union Européenne qui défend le peuple Européen.

La Libye :

Beaucoup de Noirs et plus particulièrement d’Africains sont ce que je nomme des perroquets écervelés. C'est-à-dire que ils répètent  robotiquement  tout ce que les médias occidentaux racontent sans  réfléchir. Même ceux dont nous appelons intellectuels.

Le Colonel Kadhafi n’a jamais rien fait contre les Africains, il a sérieusement investit et aidé beaucoup de pays Africains sur le plan économique, le traiter comme le fait l’Union Africaine aujourd’hui est une honte pour l’Union Africaine et non pour le peuple Africain qui le soutien.

Rappel pour ceux qui s’égosillent aujourd’hui.

Le Colonel Kadhafi,  guide incontesté de la Jamayra Libyenne est  un Panafricain et le premier financier  des pays Africains n’ayant aucune ressources minières notables, généralement es pays autour du sahel. Lorsque l’on parcours l’Afrique aujourd’hui on peut notamment voir que l’apport financier de la Libye a permis.de désenclaver économiquement beaucoup de pays sub-sahariens.

Le terroriste de Benghazi et ex-ministre de la justice de la Libye, qui a pris la tête de la CNT (Le conseil National de la Transition) est un terroriste raciste anti-NOIR. D’ailleurs il vient de le démontrer une fois encore à l’occasion de ces événements. Pour attirer la sympathie de l’occident  anti-noir. Au début du conflit il a déclaré que Kadhafi avait recruté les mercenaires Africains pour les combattre. Ce qui évidement était faux. Ce monsieur a carrément ignoré la présence sur le sol Libyens de noirs autochtones. Ce qui dès le début de cette insurrection en Libye entrainera la chasse au Noirs dans tout Benghazi et sa région. Le pire c’est que l’occident anti-noir qui n’attend que cela profite de l’occasion pour propager la nouvelle et jeter l’opprobre sur L’Afrique. Aujourd’hui on le sait qu’il n’en était rien et que les noirs au sein de l’armée libyenne sont les libyens.

Ce même Monsieur il y a 8 ans avait suscité des rumeurs contre les noirs en Libye, en disant que le Colonel Kadhafi ne s’occupait que des Noirs et non des Libyens clairs de peau ; Cette rumeur avait entrainé alors à cette époque la chasse au Noir dans toute la Libye  et la mort de plus de 1000 Africains sans compter ceux qui avait pris le chemin du désert. Heureusement le Colonel Kadhafi était là. Pendant que ce soi-disant démocrate refusait de condamner les  tueurs. Kadhafi  ne pouvant admettre une telle chose dans le pays  condamna à mort par pendaison pour le crime. Normal.

Tout ce qui parle aujourd’hui sans le savoir, En Libye, on ne paye pas les impôts, on ne paye pas le loyer d’une maison ou appartement et le revenu/habitant est de 14000 dollars. Quel pays aujourd’hui en  Afrique peut rivaliser avec les réalisations de Kadhafi. Il est vrai il a duré au pouvoir, ce n’est pas une raison pour détruire tout le travail qu’il pu faire pour son peuple. Ce n’est pas la longévité qu’il faut regarder, mais les réalisations, le bilan de l’homme. Combien de chefs d’état en Afrique peuvent rivaliser avec le bilan de Kadhafi ?

En dernier, je dirai ceci que ce soit la Côte d’Ivoire ou la Libye, aujourd’hui le peuple Africain a compris les enjeux  et les raisons de son asservissement. Ces deux événements viennent sceller une alliance de fait entre trois catégories de chefs d’états en Afrique.

Ceux qui ont résolument tourné la page et pris le chemin de l’indépendance comme la Libye, la Côte d’Ivoire et L’Angola, la Gambie.

Ceux qui veulent bien prendre leur liberté mais hésitent encore par peur comme l’Afrique du Sud, le Bénin et l’Ouganda, le Cameroun, Gabon, Togo.

Ceux qui souhaitent rester les valets de l’occident par tous les moyens comme le Burkina Faso, le Sénégal et le Nigéria ou le Niger, la république démocratique du Congo etc.

Les Ivoiriens et les Libyens doivent comprendre une chose, que leurs avenir est dans leurs mains, pas dans celles des autres. Le peuple Africains sera à leur côté à tout moment pour les soutenir. Ma foi tout ce que les perroquets écervelés ou leurs maîtres peuvent dire n’a aucune importance. Le chien aboi et la caravane passe.

Mbombog Ntohol

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

FETAF (Fédération des Travailleurs Africains de France)

Lance Un appel à une grande Manifestation Panafricaine mercredi 16 mars 2011

           De 14 heures à 17 heures au Parvis des droits de l’Homme  Place TROCADERO,              Métro TROCADERO

Non à l’ingérence étrangère en Libye Solidarité avec le Peuple Libyen pour la Paix et le Dialogue en Libye

Contact 06 37 21 11 25

Fetaf91@yahoo.fr

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Communiqué de Presse 

 

Grand Meeting organisé par la COGEPPA¹ 

Thème : La Diaspora Africaine face aux prochaines échéances du continent : Cas du Cameroun.

 

Election Présidentielle  au Cameroun

Octobre 2011 

 

Samedi 19 mars 2011 de 13h-17h

A la Bourse  du travail de Paris

       3  rue Château d’eau 75010 Paris

Metro: REPUBLIQUE

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 Affaire Guerlain - LVMH
Au vu du retour fait par LVMH sur la charte d'engagement que nous leur avions proposé pour faire progresser la diversité (en particulier les afro descendants) au sein de leurs entreprises en France, nous avons décidé de mettre un terme à toute collaboration avec eux.
Vs pourrez découvrir notre dernier courrier et le leur sur la page de notre mouvement, MIRADA, sur facebook.
Nous vous invitons donc à cesser de consommer tte marque de ce groupe et à relayer l'info au vu de leur éthique. Nous prépareron une série de communication à ce sujet. pour plus d'info www.lemirada.org

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A Visionner comprendre la Situation de la Libye

  Accusation outre-tombe de l’Empereur Jean Bedel Bokassa

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 14:56

Communiqué de Presse 

Grand Meeting organisé par la COGEPPA¹

Thème : La Diaspora Africaine face aux prochaines échéances du continent : Cas du Cameroun.

Cameroon-flag.jpeg

 

Election Présidentielle  au Cameroun

Octobre 2011

 

Samedi 19 mars 2011 de 13h-17h

A la Bourse  du travail de Paris

        3 rue Château d’eau 75010 Paris

METRO REPUBLIQUE 

 

 

Un peuple a les dirigeants qu’il mérite.

Cette année a lieu plus de 16 échéances électorales en Afrique, c’est le cas du CAMEROUN ou le président est au pouvoir de puis 29ans sans alternance, c’est inadmissible.  Nous Africains de la diaspora ne pouvons plus rester les bras croisés et regarder en spectateur ce qui se passe sur le continent. Pour ce faire la GOGEPPA (Confédération générale des Partis Politiques Africains)  vous invite nombreux à venir soutenir le peuple Camerounais dans sa quête d’alternance. Seront présents les Consultants, représentants des partis politiques Camerounais et Africains

 

VENEZ NOMBREUX

Soutenir le Cameroun

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 13:56

avionONUCII.jpg

                     Suite à une notification à l'AITA (Association Internationale du transport Aerien) le gouvernement de Côte d'Ivoire décide à compter du 10 mars 2011:  L'interdit  de tous  survol de l'espace aerien Ivoirien sans autorisation jusqu'a nouvel ordre.

 

Les aéronefs de l`Opération des Nations unies en Côte d`Ivoire (Onuci) et ceux de l`opération Licorne sont interdits de survol et d`atterrissage sur toute l`étendue du territoire de la République de Côte d`Ivoire", indique l'arrêté lu sur les ondes de la télévision nationale RTI.

Toute autre opération exceptionnelle de survol et d`atterrissage est soumise à autorisation préalable du ministre des Transports", ajoute le gouvernement ivoirien. Il s`agit de "préserver l`intégralité et l`intégrité du territoire national ainsi que la sécurité des biens et des personnes", a-t-il expliqué.

L'Etat ivoirien réclame depuis fin 2010 le départ de l`Onuci et de Licorne, accusées de soutenir les terroristes d'Alassane Ouattara.

Par Mbombog Ntohol (Afrohistorama)

 

 

 

 

 

Communiqué de Presse 

 

Grand Meeting organisé par la COGEPPA¹ 

Thème : La Diaspora Africaine face aux prochaines échéances du continent : Cas du Cameroun.

 

Election Présidentielle  au Cameroun

Octobre 2011 

 

Samedi 19 mars 2011 de 13h-17h

A la Bourse  du travail de Paris

       3  rue Château d’eau 75010 Paris

Metro: REPUBLIQUE

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 12:40

Part 1

 

Part2

 


 

Part3

COMPAORE TON HEURE A SONNE!

 

Il souffle sur le Burkina Faso, un vent de révolution anti-Compaoré et l'Union Européenne ne dit rien. Aucune image sur France24, I>tele, TF1 et toutes les Frances Télévisions ni meme dans les journaux écrits. Les élèves n’arrêtent plus de narguer l’autorité du « laid Blaise », au pouvoir depuis 1986. Vingt cinq ans après l’assassinat de Thomas Sankara, c’est peut-être l’heure du redemarrage de la révolution Sankarariste, que sonne cette rue qui n’a certainement pas connu le révolutionnaire et panafricaniste Sankara, que dans les livres d’histoire.

 Pourtant elles s’intensifient malgré le caractère disproportionné de la répression policière. La révolte monte en puissance et fait tâche d’huile à travers le pays : Bobo Dioulasso, Koudougou, Gaoua, Fada Gourma, Tengodogo, Pô et Léo…

La révolution « en culottes kaki», celle que mènent les collégiens burkinabè depuis des semaines contre Compaoré, a déjà fait 6 morts dont : quatre élèves tués par balles lors des marches de fin février  dans le Centre-ouest, un policier lynché par les « jeunes révolutionnaires » et un garagiste qui au hasard des tirs a perdu la vie. Plus rien ne peut émousser, la détermination de ces jeunes « frondeurs », résolus à braver les mains nues, toutes les menaces en affrontant de face le pouvoir de celui qui tient depuis 1986, « le pays des Hommes intègres » d’une main de fer.

En réponse à l’ordre de reprise les cours intimé par le Gouvernement burkinabé, les élèves indifférents, sont plutôt descendus dans les rues pour réclamer justice. Et ils sont allés encore plus loin dans la défiance du pouvoir. Brûlant quatre commissariats à Yako (100 km au nord de Ouaga), à Koupéla (140 km à l’Est), à Gourcy (au nord) et à Dori (Nord Est).

A chaque fois, ils faisaient le bonheur des détenus, heureux de retrouver leur liberté. Un autre casse-tête pour l’administration burkinabé. Impuissant, le pouvoir, n’a pu constater que les dégâts. Il a « condamné fermement ces dérives inacceptables et ces comportements dont il est difficile de faire le lien avec le désir de manifestation de la vérité » suite à la mort de leurs camarades.

Des « actes de vandalisme » condamnables, certes. Mais ils ne sont peut-être que l’expression violente, d’une irrésistible aspiration, à plus de liberté et à plus de démocratie. Comme quoi, les enfants savent aussi montrer aux anciens, « les sentiers de la liberté ». Pour l’instant, ils ne demandent pas à Blaise de « dégager ». Mais il y a des signes qui ne surprennent personne, encore moins, Monsieur Compaoré !

Par Mbombog Ntohol. (Afrohistorama)

 

Communiqué de Presse 

 

Grand Meeting organisé par la COGEPPA¹ 

Thème : La Diaspora Africaine face aux prochaines échéances du continent : Cas du Cameroun.

 

Election Présidentielle  au Cameroun

Octobre 2011 

 

Samedi 19 mars 2011 de 13h-17h

A la Bourse  du travail de Paris

       3  rue Château d’eau 75010 Paris

 

 

Metro:REPUBLIQUE

 



Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 20:15

 


 

Chers sœurs et frères,

Dans cette longue lutte ô combien légitime - entamée depuis des lustres par nos aïeux -, nous avons besoin de tout un chacun.

Au regard des différentes manifestations ayant eu lieu dans la Diaspora contre l'oppression du jeune et  incompétent président Kabila en Italie,en  Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en France et USA, plusieurs mouvements basés à Kinshasa ont entamés à leur tour une série de manifestations. Aussi, il est nécessaire de poursuivre cette  lutte.

C'est pourquoi nous vous donnons rendez-vous le samedi 12 mars 2011 dès 13h30 à Château Rouge.

En cette Guerre, il est important que nous soyons unis : camerounais, béninois, antillais, gabonais, congolais , ivoiriens... Luttons ensemble !

La patrie ou la mort ...Nous vaincrons.


Panafricainement.

Mbombog Ntohol

 

Communiqué de Presse 

 

Grand Meeting organisé par la COGEPPA¹ 

Thème : La Diaspora Africaine face aux prochaines échéances du continent : Cas du Cameroun.

 

Election Présidentielle  au Cameroun

Octobre 2011 

 

Samedi 19 mars 2011 de 13h-17h

A la Bourse  du travail de Paris

       3  rue Château d’eau 75010 Paris

       Metro: Republique

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 12:58

Container.jpg x30  bourree d'arme de destruction massive de l'ONU en direction de SAN PEDRO en Cote d'Ivoire.

 

Cameroun - En provenance du Tchad : 30 containers d'armes de l'Onu saisis par la gendarmerie à Bertoua.

 

L’encombrant colis était destiné au port ivoirien de San Pedro. 

Trente containers  en provenance du Tchad et suspectés de contenir des armes ont été saisis, le vendredi 4 mars 2011, à Garoua-Boulai, bourgade du département du Lom et Djerem, par la brigade de gendarmerie locale. Il s’agirait vraisemblablement de containers d’armes de l’Onuci à destination de la Côte d’Ivoire. Le chef de l’Etat a été saisi du dossier. 

Selon des sources sécuritaires, proches de la légion de gendarmerie de l’Est à Bertoua, c’est le vendredi 4 mars 2011 que la brigade de gendarmerie de Garoua Boulai, a interpellé un convoi de 15 camions semi- remorques portant chacun deux containers. L’important convoi qui venait du Tchad, est arrivé au poste de contrôle frontalier de la gendarmerie nationale de Garoua-Boulaï la nuit tombante. Les gendarmes ont alors stoppé le convoi pour identification d’usage des conducteurs, et c’est là qu’ils ont découvert sur le pot aux roses. Un élément de la gendarmerie en poste à Garoua-Boulai, joint hier au téléphone par Le Messager, explique sous anonymat : 

“ Après avoir identifié les chauffeurs, nos éléments ont demandé à connaître ce qu’ils transportaient dans les containers. Tous ont déclaré qu’il s’agissait des vêtements et du coton qu’ils sont en train de convoyer vers le port de Douala. Ce qui a attiré l’attention des gendarmes est le fait qu’il y avait sur chaque container la mention “ Onuci Bouaké Côte d’Ivoire ”. Il se trouve qu’un convoi des Nations unies ne peut pas venir d’un pays voisin, et traverser ainsi tout le pays sans que les autorités militaires et de sécurité du pays concerné n’aient été informées. C’est pour cette raison que nos éléments ont tenu à vérifier ce qui se trouvait effectivement dans ces containers. ”

Notre source indique alors que les chauffeurs se seraient d’abord opposé à la fouille des containers. Mais face à la détermination des gendarmes de Garoua-Boulaï, ils ont fini par obtempérer. C’est alors que, selon toujours notre source, les gendarmes auraient découvert dans deux des premiers containers contrôlés, des armes de guerre du genre Kalachnikov, Fusils d’assaut léger (Fal) et des grenades. Immédiatement, face à l’incapacité des chauffeurs des camions transportant ces colis de s’expliquer, les gendarmes ont donné l’alerte.

Informé, le commandant de la légion de gendarmerie de l’Est va ainsi envoyer sur place des renforts pour convoyer tous les camions sur Bertoua. Le convoi arrive dans la capitale régionale du Soleil Levant au petit matin de samedi 5 mars 2011. La première exploitation des chauffeurs  permet aux gendarmes de la légion de l’Est, de savoir que le cortège se rendait à Douala, où il était attendu au port de la capitale économique, pour embarquement des containers à direction de la Côte d’Ivoire, et précisément du Port de San Pedro.

Pour en savoir plus, nous avons contacté le cabinet du secrétaire d’Etat à la Défense où une source officieuse  a confirmé l’immobilisation de ce convoi de 15 camions à Bertoua par la gendarmerie. “ Pour l’instant, a-t-elle indiqué, il est difficile de dire avec le maximum de précision ce que contiennent ces containers. La haute hiérarchie a été informée de l’immobilisation des camions et des premiers éléments de l’enquête. Il s’agit d’un convoi des Nations unies. Nous ne pouvons pas l’ouvrir sans l’autorisation du chef de l’Etat ”.

A la représentation des Nations unies à Yaoundé, on n’a pas semblé au courant de cette expédition. Voici ce que nous a répondu une voie autorisée : “ Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas nouveau que des convois des Nations unies partent du Tchad pour Douala, et vice versa. Le Pam, par exemple travaille beaucoup avec le Tchad. Mais pour ce qui est d’un convoi de containers des Nations unies interpellé à Bertoua, je ne suis pas au courant ”.


Pour sa part, joint au téléphone hier, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Cameroun est formel : “ J’ai été mis au courant par un appel téléphonique d’un individu disant vivre à Bertoua qui m’a informé de cette situation. Je suis en train de vérifier auprès des autorités camerounaises. En tout cas pour ce qui nous concerne, l’ambassade n’a pas été saisie du passage d’un convoi des Nations unies venant du Tchad, à destination de la Côte d’Ivoire. ”

Au moment où nous mettions sous presse, dans la nuit de dimanche, les camions étaient toujours parqués à la légion de gendarmerie de l’Est, attendant sans doute que les forces de sécurité reçoivent de la présidence de la République des indications sur la conduite à tenir. Car, s’il était établi qu’il s’agit effectivement des containers d’armes, traversant le Cameroun pour aller sur un théâtre de guerre civile, dans un pays africain frère, le problème serait forcément diplomatique, et ne pourrait se traiter qu’au niveau du chef de l’Etat. Lequel voudrait bien, et devrait avoir la primeur des réponses aux questions de savoir si l’Onuci a opté définitivement pour une solution armée en Côte d’Ivoire, ou si des trafiquants d’armes ont usurpé le sigle des Nations unies pour tromper la vigilance de la douane et de la sécurité du territoire camerounais.

Une chose est sûre : pour confirmer ou infirmer que les 30 containers ne contiennent que des armes, et en savoir plus sur  l’expéditeur de la cargaison, les éléments de la gendarmerie ne peuvent les ouvrir au-delà du contrôle de routine qui les a conduits à la découverte, sans instructions du chef de l’Etat, si nous en croyons un haut responsable du Sed. C’est donc une affaire à suivre.

© Le Messager : Jean Francois Channon

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 09:07

 


 

     J’accuse les Medias occidentaux et leur relais Africains d’être les responsables des tueries de Noirs en Libye et non Kadhafi.

Car les perroquets écervelés qui répètent sans réfléchir l’information sans images selon laquelle il y aurait des mercenaires Noirs en Libye pour aider le régime Libyens ont permis, et encourager la chasse aux  Africains en  Libye alors que la population Noire est une composante du peuple Libyen.

Si je peux comprendre les occidentaux qui ont une idée derrière la tête. Ce que je ne comprends pas ce sont ces Africains qui relais une telle information sans en connaitre la portée ni les conséquences.

Je rappelle a tout ceux qui ne le savent pas encore que, en Libye vit une population noire autochtone depuis des millénaires, ce sont ces Arabes qui les trouvé sur place et non le contraire.

 Certes marginalisée comme dans la plus part des pays Arabes. Mais il faut le reconnaitre avec l’arrivée du Colonel Kadhafi, la situation des Noirs s’est considérablement améliorée et on pouvait trouver des Noirs dans les hautes sphères de l’administration Libyenne, beaucoup au sein de l’armée Libyenne. D’autre part  vit en Libye une forte colonie Africaine de plusieurs centaines de milliers, venu travailler, car la Libye est un pays en croissance et en chantier.

Voila la réalité. Tout le ce que les medias racontent n’est qu’Intox et mensonges.

Ceux qui ont orchestré ce massacre de Noirs  qui a lieu à travers leur plume sans en avoir la preuve en prennent  l’entière responsabilité.

Car en rapportant une telle information on s’avait ce qui allait se passer.LA CHASSE AUX NEGRES

Ceci met en lumière le degré de manipulation de l’information et la responsabilité des journalistes Africains qui ne réfléchissent plus. Ils prennent pour argent comptant l’information en provenance des sources occidentales sans même vérifier la véracité ou les conséquences. Comment peut-on reprendre les commentaires des autres sans verifier si ce qu’il dit est vrai ou faux. LES IMAGES NE PARLENT PAS D’EUX MEME, ON FAIT PARLER LES IMAGES.

J’accuse la presse Africaine, et non des Européens qui fait le travail qu’il a toujours fait. Dénaturer l’information en provenance de l’Afrique.

Mbombog Ntohol

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 17:21

Dominique-F-Ugueux.jpg

Dominique François Ugeux, diplômé en sciences politique et diplomatique, président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, ex-député au parlement Belge:

 

Le Président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, ex-député au parlement belge. On discutait de la déontologie et de la liberté de la presse et à 18 heures, 19 heures pour Paris, avec son portable et l’amplificateur, il appelle Paris à un mètre de moi. Il a dit « allo ! Paris, je fais la manchette sur Abidjan ». « Il y a des embouteillages, tout est normal, il fait calme, Abidjan bouge, le peuple est heureux, Laurent Gbagbo est élu ». Alors on entend Paris dire: « tu ne peux pas dire ça. Tu dois dire qu’il y a une tension vive à Abidjan que les Ivoiriens ont peur, les rues sont désertes, les Ivoiriens contestent la victoire de Gbagbo ». Voilà ce dont j’ai été témoin. En temps que président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, je dis que c’est indigne d’un pays comme la France. L’objectivité n’existe pas mais l’honnêteté intellectuelle existe.

 

Dominique François Ugeux, diplômé en sciences politique et diplomatique, président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, ex-député au parlement belge, en visite de travail en Côte d’Ivoire, jette un regard critique sur la crise que traverse la Côte d’Ivoire depuis dix ans.

QUESTION : Vous êtes pratiquement un Africain, pour avoir passé toute votre vie au Congo. Vous êtes certainement très préoccupé par la situation sociopolitique qui prévaut en ce moment en Côte d’Ivoire. Quel regard jetez-vous sur ce qui se passe dans ce pays ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : J’ai vécu le coup d’Etat de 1999. J’ai très mal vécu ce coup d’Etat. J’étais à l’« Hôtel du Golf » et j’entendais les tirs comme si c’était dans ma chambre qu’on tirait. Fologo était juste au-dessus de la suite que je louais, et les militaires sont venus le chercher avec une brutalité incroyable pour le conduire au camp. J’ai appelé mon gouvernement et de négociation en négociation, il a été libéré 10 jours après. J’ai vécu avec cette tension pendant 15 jours.

QUESTION : N’est-ce pas la même crise qui fait encore parler d’elle aujourd’hui ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Oui c’est vrai, mais si on veut parler de l’origine de la crise, on passerait toute la nuit ici.

Aujourd’hui, ce qui est primordiale est de sortir de cette crise. Le hasard veut que je sois là chaque fois que le pays souffre. Je suis là purement dans le cadre du travail, mais comme j’ai une âme de politique et de journaliste, j’ai décidé de rester pour voir un peu l’évolution des choses. C’est vrai que je connais personnellement le président Laurent Gbagbo, avec qui j’ai eu plusieurs entretiens. J’ai vécu le premier et le deuxième tour de l’élection présidentielle. Le premier tour a été admirable, mais le second m’a véritablement interpellé.

QUESTION : Qu’est-ce qui n’a pas marché pour qu’on en arrive à une telle crise après l’élection présidentielle ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : En tant que président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, j’étais ici sur la terrasse de l’hôtel Pullman pendant la proclamation des résultats. Vous devez savoir qu’ici, il y avait des journalistes correspondants de chaines que je ne vais pas citer. Ils venaient s’asseoir sur la terrasse pour discuter et surtout pour capter leur satellite pour le journal en duplex. A cet endroit, j’ai assisté à une scène des plus révoltantes au monde. Ce que je vais vous dire, résume beaucoup de choses sur la crise en Côte d’Ivoire, et n’appellera pas d’autres commentaires. Il était 17 heures 15 mn, le lundi 6 décembre 2010, ici à la terrasse de l’« hôtel Pullman ». J’échangeais avec un journaliste avec lequel j’avais lié connaissance au premier tour et qui était là pour le second tour de l’élection présidentielle. On discutait de la déontologie et de la liberté de la presse. A 18 heures, 19 heures pour Paris, avec son portable et l’amplificateur, il appelle Paris à un mètre de moi. Il a dit « allo ! Paris, je fais la manchette sur Abidjan ». « Il y a des embouteillages, tout est normal, il fait calme, Abidjan bouge, le peuple est heureux, Laurent Gbagbo est élu ». Alors on entend Paris dire: « tu ne peux pas dire ça. Tu dois dire qu’il y a une tension vive à Abidjan que les Ivoiriens ont peur, les rues sont désertes, les Ivoiriens contestent la victoire de Gbagbo ». Voilà ce dont j’ai été témoin. En temps que président de l’Association royale de la presse Nord-Sud, je dis que c’est indigne d’un pays comme la France. L’objectivité n’existe pas mais l’honnêteté intellectuelle existe.

QUESTION : En clair, pour vous, c’est la France qui fait la guerre à la Côte d’Ivoire pour installer le candidat de son choix, et qu’en réalité il n’existe pas de crise post électorale ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Je suis en train de vous dire que j’ai été témoin d’une scène. Je vous demande d’en déduire vous-même pour voir toutes les manipulations de la France dans la crise actuelle en Côte d’Ivoire.

QUESTION : 50 ans après, peut-on dire que l’Afrique est indépendante ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Je le dis net : l’Afrique n’est pas du tout indépendante. En temps que politologue, je suis passionné des droits constitutionnels. La crise que vivent les pays d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Egypte, Lybie) est la crise que vous avez vécue il y a 20 ans. C’est-à-dire vous êtes allés d’un système dictatorial au multipartisme, tout le monde se félicite de cela. S’agissant des colonies françaises, 15 pays ex-français de colonies d’Afrique noire ont hérité de la Constitution de la 5e république. On vous oblige à organiser des élections et on vous impose des présidents. En Côte d’Ivoire, on a poussé le président Laurent Gbagbo à organiser l’élection présidentielle alors que l’« Onu » n’a pas pacifié le Nord occupé par les rebelles. A partir du moment où on demande à des Etats souverains de se soumettre à la Constitution et que la Constitution est dotée d’un pouvoir exécutif, judiciaire, législatif et une liberté de presse, le 4e pouvoir qui est total en Côte d’Ivoire, ce qui n’est jamais vu dans le monde. Je ne vois pas pourquoi on peut contester une élection présidentielle. A partir du moment où un Etat souverain via l’institution suprême de la République proclame de façon officielle un résultat, c’est la République qui a parlé à travers cette Institution.

Alors, qu’on ne vienne surtout pas me dire que le président du « Conseil constitutionnel » est un ami de Gbagbo Laurent. Puis-je rappeler que Sarkozy, le donneur de leçon a comme président du « Conseil constitutionnel » Jean Louis Debré, le fils du père. Alors pas de leçon à donner à l’Afrique s’il vous plaît.

QUESTION : Pourquoi le président du « Conseil constitutionnel » français a une légitimité incontestée et qu’en Côte d’Ivoire on met en cause la légitimité du président du « Conseil constitutionnel »?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : C’est tout simplement parce que le président Laurent Gbagbo ne fait pas l’affaire de l’« Elysée » que la France refuse de lui reconnaître sa victoire en accusant le « Conseil constitutionnel » de Côte d’Ivoire de proche de Gbagbo. Ni la France, ni les Etats Unis n’ont de leçons à donner à la Côte d’Ivoire quand on a vu le ridicule du recomptage des voix en Floride qui a donné Bush vainqueur alors que tout le monde sait que c’est Albert Alnold Gore dit Al Gore qui a remporté l’élection présidentielle. C’est la « Cour suprême » majoritairement pro Bush qui a donné le résultat final. Est-ce que l’« Onu » est allée mettre de l’ordre aux Etats Unis ? A-t-on envoyé l’« Ecomog » aux Usa ? A-t-on fermé les banques aux Usa ?

QUESTION : Pensez-vous qu’il y a une perspective adéquate de sortie de crise sans que la Côte d’Ivoire ne s’embrase ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Je vais vous dire très sincèrement, je prie Dieu nuit et jour pour que l’on arrête l’effusion de sang en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire est un paradis et je ne veux pas qu’on la métamorphose en enfer.

Le peuple ivoirien a payé un lourd tribut depuis prêt de 10 ans. Il a assez souffert, il a assez pleuré et cela doit s’arrêter. Je conjure aux deux hommes de se parler. Il y a un qui est ouvert, l’autre fermé. La seule solution de sortie de crise est un dialogue franc entre les deux protagonistes. Un qui fut premier ministre, brillant économiste, Alassane Ouattara et l’autre, grand politicien, profondément cultivé, miroir du peuple ivoirien et d’Afrique. Même ses adversaires sont obligés de reconnaître le grand politicien qu’il est, un homme courageux au grand cœur. Pendant 10 ans, il a composé avec d’autres partis pour la paix dans son pays. Laurent Gbagbo est grand dans l’âme et dans le cœur. Il saura trouver une issue pacifique à la crise qui secoue son pays. Il faut à tout prix éviter une guerre civile. Ce sera la fin de l’Afrique de l’Ouest, et de la « Cedeao ». Je voudrais que M. Ouattara ait une connaissance intellectuelle de reconnaître qu’il y a une Constitution et des Institutions qui régissent la Côte d’Ivoire. Un coup de force vers le Golf est envisageable mais ne résoudra rien, le Nord étant occupé, il y aurait forcément des morts. Si c’est dans l’autre sens, ce sera à la limite pire. Je recommande le dialogue et condamne l’attitude de Nicolas Sarkozy qui de façon scandaleuse a sommé le président de la République de quitter le pouvoir, ce qui est une ingérence invraisemblable et c’est inacceptable. Quand bien même on ne soit pas avec le président Laurent Gbagbo, il y a un minimum de respect qu’on lui doit en tant que chef d’Etat, légitimé ou pas par Paris, c’est le président de la république de Côte d’Ivoire.

QUESTION : Que pensez-vous du panel des chefs d’Etat africains ? Croyez-vous qu’ils auront assez de courage pour faire triompher la vérité et légitimer les Institutions de la République de Côte d’Ivoire ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Par rapport au tout début, il y a un gros effort qui a été consenti. Avant c’était l’Europe et les Usa qui dictaient leur loi. Le fait de remonter vert l’Afrique est un grand pas. Je préfère 30 à 40 aller- retours pour des négociations, à la recherche d’une paix vraie plutôt que d’utiliser des armes pour détruire ce beau pays, qui a tous les atouts. Ce beau pays qui est un don de Dieu, le seul patrimoine que les Ivoiriens ont en commun. Ne tombez pas dans le piège de vos ennemis qui ne désirent que voir le pays s’embraser pour piller son sous-sol. Il faut que le panel tienne compte des lois du pays. Les Africains ayant la vertu de l’arbre à palabre et du dialogue, je sais et j’espère que le panel va apporter la paix tant attendue par les Ivoiriens.

QUESTION : l’« Onu » a pris position dans la crise ivoirienne. Des preuves accablent l’armée onusienne qui de façon délibérée a tiré sur les partisans de Laurent Gbagbo, faisant de nombreux morts et des blessés qui ont déposé une plainte contre cette force. En tant qu’expert de l’« Onu », quel est votre commentaire sur ce fait ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Si vraiment l’Onu se prête à ce type de comportement, non seulement c’est blâmable et c’est condamnable. C’est une violation totale de la charte de l’« Onu ». Si l’« Onu » a tiré sur des personnes aux mains nues, je ne suis pas du tout fier que mon pays fasse partie de cette Institution.

QUESTION : Le Congo est votre pays, puisque vous y avez passé pratiquement toute votre vie. Quel lien établissez-vous entre Patrice Lumumba et le président Laurent Gbagbo ?

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : J’ai eu la chance de vivre l’indépendance du Congo. Gbagbo présente les caractéristiques d’un homme qui pense d’abord à son peuple avant tout autre considération. Lumumba était ainsi, c’était un homme qui n’avait rien à foutre de l’argent. Il était profondément nationaliste. Toutes ses revendications étaient sociales et propres aux besoins du peuple. On l’a taxé de communiste et à force de le taxer de communiste, il n’a pas eu d’autres choix que de se tourner vers Moscou. Si on avait compris que c’était un communiste et que c’était un homme avec lequel il fallait composer, on ne l’aurait pas assassiné. Gbagbo comme Lumumba incarne le nationalisme au sens noble du thème. Je souhaite qu’on le laisse en paix, qu’on lui foute la paix et qu’il a 5 ans pour mettre à exécution son programme de gouvernement pour le bonheur de son peuple. Après, on ne le vote plus si on veut, mais il faut le laisser travailler. A la limite, il est frustré de ne pas pouvoir faire ce qu’il aime le plus au monde, se mettre au service de son peuple. Travailler pour son peuple, rien que ça, Gbagbo ne demande rien que ça.

QUESTION : Votre mot de fin…

DOMINIQUE-FRANÇOIS UGEUX : Ce que je vais dire est banal mais ça vient du cœur. Je voudrais dire au peuple ivoirien que je fréquente depuis longtemps que quelle que soit leur tendance politique, ethnique et religieuse de se pardonner les uns les autres, de prier Dieu tous les jours pour que vienne la paix. Je porte un amour sincère et total, sans calcul au peuple ivoirien. Faites la part des choses, ne sombrez pas dans l’extrémisme et ne devenez pas les otages des manipulateurs. Je dis aux Ivoiriens de se serrer les coudes car le bout du tunnel n’est pas loin. Il y a une lueur d’espoir qu’il faut savoir saisir. Je souhaite que le panel trouve une solution acceptable pour tous. Si les deux hommes ensemble acceptent de diriger la Côte d’Ivoire dans la sincérité, ils casseraient la baraque. Un grand homme politique et l’autre économiste hors pair. S’ils arrivent à le faire, ils donneraient l’exemple d’être d’une très grande maturité et ils donneraient une gifle à la France.

 Mbombog Ntohol

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 07:49

 

Malaise des ONUCISTES AFRICAINS

 

Déstabilisation de la Côte d’Ivoire/Un membre influent de la rébellion  gardant l'anonymat confirme : “Le Sénégal,le Nigeria et le Burkina Faso nous fournissent des soldats

 

Un document confidentiel dont Notre Voie a pu avoir copie dévoile le contenu d’une rencontre tenue récemment à Djékanou entre les rebelles et leurs alliés locaux. Certains aspects de la guerre de la Françafrique et de l’ONU contre la
Côte d’Ivoire, pour installer leur poulain, Alassane Dramane Ouattara, au pouvoir, y sont exposés.
Une réunion s`est tenue, le vendredi 11 février 2011, de 23h à 1h du matin à Djékanou, à la résidence du premier adjoint au maire de la localité.
La rencontre était prévue pour se tenir à l`hôtel «Aliébé», mais elle a été déplacée sine die à cette résidence pour des raisons stratégiques. Cette réunion secrète a été délocalisée à Djékanou, contrairement à Toumodi où elle était initialement prévue.

Vu sa situation (excentrée de Toumodi et de la grande voie, donc discrète), Djékanou devra être désormais, le point d`attraction de ces réunions, s`il devrait en avoir encore, avant les offensives, ont dit les animateurs de cette réunion de guerre tenue par les rebelles dans le département de Toumodi. La réunion a vu la participation effective de quelques dirigeants des Forces nouvelles (rébellion armée), notamment Alain Lobognon (conseiller de Guillaume Soro), accompagné d`une délégation d`environ dix personnes, de certains représentants départementaux du Rdr et du Pdci, notamment l`ex-Daaf du ministre de la Santé, sous Allah Kouadio, représentant ce dernier qui, bien que
présent à Toumodi, n`a pu effectuer le déplacement de Djékanou ; Jean-Marie (fils de la responsable Rdr de Toumodi), d`un représentant de M. Maurice Bandama (responsable Rdr de Taabo), de certains chefs de village et notables
relevant des sous/préfectures de Djékanou et de Kpouèbo, de certains cadres de ces localités. L`ordre du jour de cette rencontre portait essentiellement sur la situation sociopolitique du pays et les actions en vue. Après informations et
discussions, les décisions et informations suivantes ont été communiquées.
Objectif : chasser le Président Gbagbo du pouvoir, par tous les moyens, quelles qu`en soient les conséquences, et l`assassiner ainsi que tous ses soutiens internes.

- Déplacement des armes stockées à divers endroits à Toumodi et ses environs dans de nouveaux endroits, vu la présence constante et en grand nombre des Fanci à Toumodi, ces derniers temps. Ceci, pour ne pas être démasqué.
Certaines armes avaient déjà été convoyées vers Kpouèbo, Moronou, Ahirémou 2 et dans le village situé au bord du fleuve N`zi, dans la Sous-préfecture de Kpouèbo. Ces villages sont ceux de, respectivement, M. Tanoh Félix (ex-chef de
cabinet d`Allah Kouadio (présent à cette réunion), l`ex-Daf d`Allah Kouadio, M. Jean-Marie Kacou Gervais, ex-ministre des Affaires étrangères. Ces personnes collaborant en tout temps avec la rébellion, donc dignes de confiance pour les
actions prochaines à mener, et y prenant une part très active en vue de revenir aux affaires. Le convoyage des armes est assuré par l`Onuci, appuyée par des véhicules de particulier;

- Convoyage des combattants prédisposés à Toumodi (étant connus des populations) vers Abidjan, par petits groupes de deux à trois personnes, par les moyens de transport en commun, notamment les cars de la compagnie Tcf de Dimbokro qui devront aussi transporter certains colis (armes) sur Abidjan, en vue de ne pas attirer l`attention des Fds qui ne fouillent jamais les coffres et bagages des véhicules, étant préoccupés par le racket. Un partenariat est obtenu à cet
effet avec les dirigeants de ladite compagnie ;

- Les responsables et animateurs des actions à venir devront s`appuyer désormais sur les villages des sous-préfectures de Kpouêbo et de Djékanou, vu l`implication sans faille des cadres desdites localités;

- La principale cible d`attaque reste Abidjan, car c`est là-bas que tout se trouve. Toumodi devra être attaqué au cas où la prise d`Abidjan échouerait (imminent) ;

- A Abidjan, il est prévu l`attaque des centres émetteurs de la Rti basés à Abobo et à Akakro (Bingerville) par un commando étranger, à travers une guérilla urbaine. Cela devra être mis à profit pour éliminer de nombreuses Fds, pour la prise définitive d`Abobo et pour le contrôle de ces antennes qui devront être détruites en vue d`empêcher la diffusion des éléments concernant les activités du Président Gbagbo, de son entourage et de son gouvernement (imminent) ;

- Assassinat ciblé de nombreuses personnalités proches du Président Gbagbo dans des embuscades à elles tendues, par un commando spécial composé des éléments déserteurs des Fds qui ont rejoint, aujourd`hui, la rébellion et les forces spéciales étrangères (imminent) ;

- Attaque de la résidence du Président de la République à Cocody par des détachements de la Licorne et de l`Onuci, suite à un incident qu`ils provoqueront avec les Fds qui seront obligées de répliquer, vers le Golf. Ce qui sera donc utilisé comme prétexte pour cette attaque de la résidence du Président de la République par ces éléments qui ont déjà étudié et maîtrisé ladite résidence (imminent);

- Les locataires actuels du Golf devront être transférés à Bouaké avant les attaques en vue de sauvegarder leur vie ;

- Les véhicules de l`Onuci immatriculés UN 6600, UN 7982 et UN 8472 qui ont transporté, séparément, les rebelles pour cette réunion, sont chargés de convoyer certaines armes stockées à Toumodi vers Abidjan. Au cas où cela serait difficile, les transporter aux abords de la grande voie, afin de permettre aux troupes de la Licorne et de l`Onuci de les convoyer sur Abidjan (en cours) ;

- Attaquer les ambassades de la France et des Etats-Unis à Abidjan et imputer cela aux Fds et au régime du président Gbagbo. Cette attaque est confiée à un commando spécial, en vue de ne pas atteindre les personnels étrangers de ces
institutions, l`Onuci, la Licorne et certains agents secrets américains veilleront au grain, en vue de contre-attaquer les Fds qui iront s`interposer à ces attaques (imminent) ;

- Provoquer des affrontements très sanglants à Abidjan et dans certaines villes de l`intérieur, dont Toumodi, Dimbokro, Yamoussoukro, Dabou, San Pedro, Sinfra, Duékoué, Guiglo, etc, pour en faire de véritables carnages, dans le but
d`imputer un génocide au régime en place. Cela aura pour effet, la mise en scène des institutions internationales qui actionneront tous moyens de pression pour la chute du Président Gbagbo (imminent);

- Organiser une véritable insurrection populaire, sous le couvert d`une révolution, à Abidjan et dans bien d`autres régions du pays (imminent) ;

- Attaque imminente (19-02-2011) sur Abobo, Yopougon, Cocody, Treichville, par les rebelles et de nombreux soldats étrangers qui sont déversés dans plusieurs communes d`Abidjan. Le point culminant de ces combats est Abobo ou
est basée la rébellion armée;

- Arrivée de nouveaux équipements et d`armement de pointe (envoyés par Choï) à Bouaké, ce qu`ils attendaient pour attaquer. Ce matériel et armement devra être convoyé sur Abidjan et ses environs par la Licorne et l`Onuci (en cours) ;

- Tous ceux (civils, militaires, etc.) qui se mettront au travers de cette dernière bataille pour la prise définitive du pouvoir par Alassane, seront considérés comme des ennemis et traités comme tel (sans pitié) ;

- Pour ce dernier et ultime combat, que le Président Gbagbo et son entourage n`en sortent pas vivants ;

- Pour la révolution annoncée pour très bientôt (21 février 2011), que les villes telles que Toumodi, Yamoussoukro, Abengourou, Bondoukou, Daoukro, etc, en
prennent une part active à travers des sorties de masse, en vue d`asphyxier les Fds ;

- En cas d`échec de cette attaque, le pays sera coupé en deux avec Alassane et son groupe de l`autre côté. Dans ce cas-ci, tout devra être mis en œuvre pour rallierToumodi, Yamoussoukro et Tiébissou à Bouaké, tout comme des villes de certaines régions de l`Est et de l`Ouest, cela, avec la complicité des populations des dites localités ;

- Redéploiement de nouveaux combattants à Toumodi, comme renfort à ceux d`Abidjan, lors des combats, par l`Onuci et la Licorne et les moyens de transport en commun (en cours);

-Des informateurs sûrs et crédibles sont au niveau de la police et de la gendarmerie (des Fds), ce qui les met au courant de toute la stratégie des Fds et de leur force de frappe. l'Attaquer fortement la Rti pour faire cesser toute diffusion d`information au plan national ;

A la question d`un chef de village (pour question de prudence, les noms des chefs de village n`étaient pas cités) de savoir ce qui s`est réellement passé aux élections pour que nous en soyons arrivés là et qui a véritablement gagné les élections, puisque le Président Gbagbo parle de fraudes à Bouaké et au Nord, donc de recompter les voix.

Réponse d`Alain Lobognon : “Aujourd`hui, il n`est plus question de chercher à savoir ce qui s`est passé et qui a gagné. Nous avons un objectif qui est clair, la chute de Gbagbo par tous les moyens. Nous avons commencé cela depuis
2002, et il est temps de terminer, puisque tous les ingrédients sont maintenant réunis pour cette cause. C`est vrai qu`il y a eu des irrégularités comme vous le dites, mais ce n`est pas Alassane qui s`est autoproclamé président, mais c`est
plutôt, la Cei et le Représentant de l`Onu dans notre pays qui l`ont fait ; dès lors, il n`est plus question de revenir sur quelques irrégularités que ce soit, puisque ceux qui sont chargés d`organiser les élections n`ont pas trouvé d`incidence de ces irrégularités sur les résultats d`ensemble. Il y a aussi le fait que les mêmes fraudes incriminées se sont produites dans bien d`autres régions, notamment à l`Ouest et même à Abidjan. C`est vrai que nous n`avons pas saisi le Conseil constitutionnel de ces fraudes et irrégularités parce que nous étions sûrs de notre victoire et qu`aussi, Paul Yao N`Dré rejetterait cela avec des arguments fallacieux. Alassane a donc gagné et Gbagbo doit partir par tous les moyens.

Aussi, n`est-il plus question de recomptage de voix. Jamais ! Et même si les médiateurs le demandaient. Soyez sereins et confiants, votre candidat a gagné et il doit occuper le palais pour assurer les fonctions que vous lui avez confiées, c`est à cela que nous devons tous nous atteler et oublier qui a gagné quoi, nous ne sommes plus à ce stade. Vous avez voté quelqu`un qui a gagné, aidez-le à retrouver son fauteuil et travailler pour votre avenir et celui de vos enfants.

Gbagbo ne fera jamais rien pour vous, les Baoulé, qu`il déteste à mort et il vous attend pour régler vos comptes s`il reste au pouvoir...”. A la question d`un autre chef de connaître les soutiens et ceux sur qui compte le Rhdp pour mener cette guerre contre le Président Gbagbo qui est surarmé, qui a des mercenaires, des milices et qui a le soutien inconditionnel des militaires, selon ce qu`ils entendent. Parce qu`il faut engager un combat pour le gagner et non le perdre.

Réponse d`Alain Lobognon : “Les soutiens sont nombreux et multiformes. Nous avons la France, les Etats-Unis, l`Union européenne et bien d`autres pays américains et européens. Au niveau de l`Afrique, nous avons les soutiens de certains pays frères, tels que le Sénégal, le Nigeria, le Burkina Faso et bien d`autres qui nous fournissent des armements et des soldats. Au niveau de l`armée, nous avons le soutien de l`ensemble de toutes les forces, surtout de la gendarmerie et de la police où nous avons des soutiens assez crédibles qui nous dévoilent toutes les stratégies des éléments de Gbagbo, ainsi que leur force de frappe. Nous sommes donc équipés en moyens de les contrer et les vaincre, soyez sûrs et n`ayez aucune crainte. Les vrais militaires ivoiriens sont avec nous, mais gardent le silence et attendent le moment opportun pour nous rejoindre, c`est le cas du capitaine Allah Yao. Tous ceux que vous voyez faire du tapage pour Gbagbo sont des miliciens et des mercenaires que nous connaissons bien, et que nous allons mater, le moment venu. Nous avons de
grands soutiens dans la hiérarchie militaire, mais nous ne saurons vous communiquer des noms ici, pour une question de prudence. C`est ce qui fait que tous les coups des éléments de Gbagbo pour nous déloger, échouent, parce que
nous en sommes informés et nous nous préparons en conséquence.
Au niveau national, nous avons le soutien sans faille de Bédié, du Pdci et de plusieurs autres partis politiques, et même de plusieurs organisations de la société civile. Nous avons aujourd`hui, les hommes et le matériel qu`il faut pour déloger Gbagbo et il n`a aucune chance de s`en sortir, soyez en sûrs”.
Tanoh Félix (ex-chef de cabinet d`Allah Kouadio) : “Nous, au Pdci, sommes avec Alassane, et Bédié nous envoie vous dire de le soutenir jusqu`au bout, parce qu`il a gagné les élections et il doit assurer ses fonctions de chef d`Etat. Tous vos enfants sont avec Alassane, c`est pourquoi, vous nous voyez avec ses envoyés.

A Toumodi ici, nous travaillons avec le Préfet, les sous-préfets d`Angoda, de Toumodi et même le Préfet de Région de Yamoussoukro. Vous, nos parents, vous devez nous soutenir et nous adresser vos bénédictions pour cette lutte qui
n`est pas facile, mais que nous allons gagner, grâce à vous. Gbagbo n`aime pas les Baoulé et il est prêt à faire les funérailles de Kragbé Gnagbé avec les corps des Baoulé, ce qu`il a voulu faire depuis, et la guerre a éclaté. Maintenant que nous ne l`avons pas voté aux élections, nous sommes foutus avec lui s`il reste au pouvoir. Nous devons donc tout mettre en œuvre pour le chasser du pouvoir et on verra la suite après. Regardez dans son nouveau gouvernement, quel est le vrai Baoulé qu`il a nommé? Il n`y en a pas ! Prenons donc conscience et soutenons ceux qui vont travailler avec nous. Alors, soutenons Alassane, tout en oubliant tout ce qui s`est passé avant...”. A une autre question d`un chef de savoir comment les choses vont se passer pour éviter des morts d`hommes. Pourquoi ne pas régler cette crise par le
dialogue et c`est à la guerre que nous recourons ? Pourquoi vouloir mêler Toumodi à ces histoires de guerre et pourquoi Toumodi doit être rattaché à Bouaké ? Nous sommes tous des frères et il est vraiment nécessaire que nous
nous entendions plutôt que de vouloir faire la guerre à notre propre pays qui en souffrira avec les populations, tel que ce que nous avons vu à Bouaké et dans d`autres pays. N`est-ce pas pour ces cas de nombreux morts que les autres
chefs ont dû signaler tout ce que vous préparez ? Parce que nous sommes des chefs de village, et notre rôle est de protéger les vies de nos enfants, et non préparer des coups pour les tuer. Et pourquoi vouloir diviser le pays, avec deux
présidents ? Si Gbagbo dit qu`il a gagné et que nous n`avons aucun autre moyen que la guerre pour le faire partir, autant le laisser là pour finir son mandat et se retirer et on verra la suite après. Et qui a volé les voix de Bédié pour les donner à Gbagbo? (Il a été presque hué à la fin de ses propos).
Réponse d`Alain Lobognon (sur un ton de colère) : “Nous n`avons pas affaire aux populations, mais à Gbagbo et à ses gens. Si tout le monde reste tranquille, il n`y aura pas de morts d`hommes, mais puisque les éléments de Gbagbo tenteront de s`interposer, nous serons sans pitié pour eux. Notre objectif, c`est Gbagbo et son entourage et c`est tout. Toumodi est un endroit stratégique dans ce que nous préparons, parce que facile d`y relier Abidjan. Si nous voulons de Toumodi, c`est pour vous sauver, vous les Baoulé, des griffes de Gbagbo qui sera sans pitié pour vous s`il reste au pouvoir. Ce n`est pas de Toumodi seulement que nous voulons, mais bien d`autres villes. Les mêmes réunions qui se tiennent ici, se tiennent aussi à Daoukro, Abengourou, Bondoukou, Bouaflé et autres. Nous avons donc besoin de votre soutien et de vos bénédictions. Car sans votre soutien, nous ne réussirons pas ce que nous voulons faire et tout le monde en souffrira après.

Si Bouaké, Sakassou, Béoumi et autres sont avec nous, c`est parce que nous avons le soutien de populations qui coopèrent pleinement avec nous et sont d`accord pour ce que nous faisons.

Rassurez-vous, il n`y aura pas de combat à Toumodi, sauf les éléments de Gbagbo qui vont venir régler leurs comptes avec vous. Nous, nous ne viendrons que vous protéger. Il y a aussi le fait que la république d`Alassane sera plus
prospère, avec ses alliés européens et américains. Voilà un peu ce pourquoi nous voulons Toumodi avec nous, mais il faut retenir que c`est un endroit stratégique pour nous, en matière de combat à Abidjan. Gbagbo ne doit plus rester au pouvoir, parce qu`il est mauvais. Les médiations ne nous concernent pas, parce que nous n`en sommes pas demandeurs. Le Président Gbagbo ne cédera jamais à quoi que ce soit, donc il vaut mieux le faire partir par la force que de tramer avec lui. La plaisanterie a assez duré”.
Tanoh Félix: “Après le premier tour, Gbagbo a perdu, mais il a menacé les gens de la CEI avec ses milices et mercenaires, c`est ainsi que les voix de Bédié lui ont été accordées, parce qu`il refusait de partir du pouvoir. Tout le monde était convaincu qu`il serait battu au deuxième tour et qu`il s`en irait. Malheureusement, il refuse de partir. Nous n`avons pas d`autre choix que de le contraindre à partir.

Parce que si Gbagbo reste, nous sommes morts, soyons-en sûrs. Au niveau des autres départements, tout le monde est d`accord pour le faire partir par la force, mais ici, nous avons pitié, comme si Gbagbo sait ce que nous vivons ici. Il nous faut nous décider”.

Pour clore la réunion, Alain Lobognon a rassuré les chefs de village sur l`opportunité de cette bataille pour le triomphe de la démocratie. “Alassane nous envoie vous dire que vous l`avez élu et vous lui avez confié une mission qu`il entend réaliser avec amour et pour le bien de tous. Il a de grands soutiens qui peuvent développer ce pays. Gbagbo n`est pas crédible et c`est un criminel, il faut l`enlever de là, et l`envoyer rejoindre tous ceux qu`il a assassinés jusque-là.

Nous n`avons pas affaire à la population, soyez-en sûrs et nous comprenons vos positions, mais nous ferons de notre possible pour le faire partir. Nous demandons le soutien de vos populations, le moment venu. Toumodi est
stratégique pour tous.

Si Gbagbo a envoyé ses soldats ici, c`est parce que votre région est importante, il vous revient donc de faire obstacle à ses actions noires. Car il ne vous aime pas, et il est prêt à vous sacrifier. Réfléchissez-y et aidez-nous à régler son cas, une fois pour de bon. Le Président Alassane sera très bientôt ici pour vous parler, une fois au pouvoir. II nous charge de remettre la somme de cinquante mille (50.000) francs à chaque village présent ”, a terminé Alain Lobognonn

NB : Les attaques ont débuté depuis la semaine dernière et iront crescendo.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 10:21

Mugabecloseuppresident Mugabe African national Hero.

 

 

 Zimbabwe's president has threatened to nationalize all foreign companies, in retaliation for economic sanctions imposed by the international community known commonly as Nebula to his country because of land reform it has made since 5 years  ago(Reminder: 2% were white own 80% of the land that their ancestors were taken by force to their arrival in Zimbabwe 100 years ago).
 President Robert Mugabe said on Wednesday, especially banks and companies under British control, saying the British interests controlled 400 companies in the former British colony and that it must stop. For all companies working with the slavery system of apartheid Yan and Smith must pay today.
"It is now time to act and start looking at these companies, we must take charge," Mugabe at a rally at the beginning of a campaign to collect two million signatures for a national petition to resume business
.
He accused the banks Barclays and Standard Chartered to take money out of Zimbabwe's economy and use it to support the destabilization of the country and this is unacceptable. This kind of thing should not be tolerated. Dignity above all.
He said the British and other European and American interests have also taken profits on mining and other enterprises. "We say no to that," Mugabe said.
He also demanded business leaders belonging to the nebulous international to denounce the destabilization of the country effectively.
Trucks and buses carrying supporters of Mugabe arrived Wednesday morning in an open field at the edge of downtown. Supporters singing slogans and vivid brand Mugabe tight-fist welcomed.
The former opposition party of Prime Minister Morgan Tsvangirai, in a fragile coalition with Mugabe boycotted the meeting.
In a statement, Tsvangirai's Movement for Democratic Change supported by the nebula like Alassane Ouattara  in Ivory Coast, said that measures against Mugabe and his ZANU-PF give rise to difficulties in the country and that is unacceptable. Adding that we should not starve a people under the pretext that it is not its president is a crime against humanity.
The statement said that Tsvangirai has distanced himself from the "unpopular and bloodthirsty" of his party.
Mugabe insists Western sanctions have destroyed Zimbabwe's economy is very true, but will not erode the morale and dignity of Zimbabweans. If the think  that we will give back the land to the whites, perhaps yes, but in Europe, not in Zimbabwe, said an official of the party's youth.

"Although some progress has been made in Zimbabwe, particularly on economic stabilization, since the signing of the agreement  of power sharing, the nebula persists  in her sanctions despite the power sharing agreement, and you can clearly see that this is against the black people of Zimbabwe , but this aims days are numbered.

Businesses closed their doors across Harare that Mugabe's supporters around 20,000 converged on the rally Wednesday. Many fans were seen leaving the meeting at Mugabe touched by the speech of 80 minutes over white domination in the history of the nation's colonial era and the opposition of Western progress of Black people.
"Sanctions are a racist attack on African people. Sanctions are a flagrant violation of human rights. Sanctions are an attack against all Zimbabweans; they are not personalized or targeted.
"


 
MS. Mbombog Ntohol

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine