Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 00:55

Mali : Cheik Modibo Diarra premier ministre depuis la chute du régime ATT a démissionné  ou a-t-il été demi?  

 Mali occupee

Pour permettre à nos lecteurs de mieux comprendre cet événement, nous faisons appel au plus avertis aux initiés. Nous avons contacté notre analyste maison de la politique Africaine. Luc Banemeck spécialiste en stratégie.

Afrohistorama : On a appris dans la matinée du 11 décembre que le premier ministre Cheik Modibo Diarra   sous Diacounda Traoré président de la transition depuis la chute d’ATT* a été arrêté par les hommes de Sanogo  et peu après il a lui-même annoncé sa démission à la télévision malienne. Que vous suggère tout ce micmac à la tête de l’état malien ?

Luc Banemeck : En effet j’ai eu un appel de Bamako ce matin m’apprenant de l’arrestation de CMD par les hommes de Sanogo. A vrai dire cela n’a pas été une surprise pour moi, observateur averti de la politique Africaine. Car depuis plusieurs jours il y a des mouvements étranges d’avion entre le Burkina Faso de Blaise compaore (Celui qui a tué Sankara) et le Mali sans l’implication des forces Maliennes, lorsqu’on sait que Compaore et toute la bande de la CEDEAO ne porte pas Sanogo dans leur cœur, on peut comprendre les raisons qui ont poussées  ce dernier à mettre le scientifique de la NASA aux arrêts avant de lui démissionner.

Depuis le coup d’état, on n’a jamais pris le Capitaine Sanogo au sérieux, on croit que c’est un jeune militaire sans expérience qui est arrivée là par hasard.

  Alors qu’il a été choisi par ses pairs qui ne croyaient plus à la bourgeoisie militaire représentée par ATT.

Depuis le refus de son coup d’état, Il a été mis en place au Mali un pouvoir tricéphale aux  intérêts divergents.

Afrohistorama : qu’est ce qui vous permet de dire que le pouvoir Malien est tricéphale  pourtant il y un président de la république et un premier ministre?

Luc Banemeck : On voit très bien aujourd’hui que le Mali est dirigé par trois pôles aux intérêts divergents.

Le premier pôle dirigé par Sanogo représente le peuple malien, la troupe et les partis de l’opposition comme le parti SADI qui a pris fait et cause pour le coup d’état depuis le premier jour.

Le deuxième pôle est représenté par Diancouda Traoré ancien président de l’assemblée nationale et actuel président  de la république par intérim, il représente les intérêts français, de la bourgeoisie militaire et des francafricains.

Le troisième pôle, celui que dirigeait encore jusqu'à ce jour Cheik Modibo Diarra représentait celui des américains.

Vous voyer donc qu’il y a en présence trois influences et conflits d’intérêt qui bloquent la situation, alors que pendant ce temps, les islamistes se renforcent.

Afrohistorama : Qu’est ce qui vous permet de dire qu’ils représentent tel ou tel autre intérêt ?

Luc Banemeck : Le Capitaine Sanogo dès sa prise du pouvoir a été contesté par la France, les Etats-Unis et les francafricains de la CEDEAO, dès lors que ces gens font savoir qu’ils ne sont pas avec toi, ils le manifestent par les actes et non seulement avec la parole. Le premier acte fut le blocage de la cargaison d’armes au port de Conakry par la CEDEAO, le bras séculier actuel de l’OTAN en Afrique de l’ouest. Parce que si ces gens étaient avec Sanogo,  les armes n’auraient jamais été bloquées, au contraire.

Pourquoi Diancouda Traore est l’homme des français ? Dès que Sanogo a pris le pouvoir il y a eu un tollé général pour dire, plus de coup d’état en Afrique et qu’il fallait respecter la constitution. Donc il fallait que le président de l’assemblée nationale prenne la place. Et on a vu ce qui s’est passé. Le peuple de Bamako est allé à son palais pour le lyncher avec la complicité des soldats de la troupe. N’eut été ces mêmes militaires, il ne serait plus de ce monde.

Cet avertissement devait lui permettre de mieux comprendre qui était désormais le maitre du Mali. Suite à cet incident il est parti en France pour se faire soigner. Pendant plusieurs mois. Mais croyez-vous qu’il soit juste venu se soigner en France ?

La réponse est tout naturellement Non. Il est également venu prendre les consignes auprès de ses patrons, d’ailleurs il fallait voir l’implication de Blaise compaore et Ouattara pour comprendre que la francafrique était au Commande.

Pourquoi Modibo est l’homme des states, Cheik Modibo Diarra a fait carrière dans une société américaine de premier rang dans laquelle les qualités intellectuelle ne sont pas les seuls critères de sélection, il y a également allégeance. Or qu’avait dit Barak Obama dès la prise du pouvoir par Sanogo, il faut des élections libres.

Tout ce micmac vous démontre que pour l’instant seuls reste en jeu les intérêts français, francafricains et du peuple malien. Qui l’emportera dans cette bataille qui s’engage, seul l’avenir nous le dira, en tout cas pour l’instant c’est le peuple Malien qui a le dessus sur le camp francafricains.

Afrohistorama : Pourquoi c’est le peuple malien qui a l’avantage ?

Luc banemeck : Le peuple Malien a l’avantage parce que la démission de Cheik Modibo Diarra intervient 24 heures après la réception par l’armée malienne des armes qui étaient bloquées au port de Conakry. C’est un message fort que le Capitaine sanogo envoi aux différents intéressés (francafricains et les states), pour leur dire continuer votre cinéma,  je suis toujours au commande. Sanogo n’est pas président mais tout le monde sait que c’est lui qui est à l’ origine de la démission de Diarra, et non le président, donc c’est lui qui commande.

Il ya un autre point important qu’il faut souligner, les états unis et la France disent que l’armée malienne n’est pas prête pour affronter les bandits du nord, que si intervention il peut y avoir ce n’est pas avant septembre 2013. Or tout ce temps permettra au islamiste de renforcer leur position ce qui  risque encore de prolonger l’occupation donc être loin des capacités de riposte de l’armée malienne. Or Sanogo a déclarée il y a quelques jours que l’armée malienne n’attendra pas septembre car le peuple malien sous occupation de ses barbares souffre.

En tout cas pour Sanogo personne ne viendra lui dire quand et comment libèrer son pays.

Afrohistorama : Pensez-vous qu’américains et français ont une idée derrière la tête ?

Luc Banemeck : Bien entendu. En faisant miroiter une intervention militaire qui ne viendra jamais, ils font espérer les maliens, alors que pendant ce temps Ces bandits qui sont au nombre de 1000 peut être tout au plus 5000 avec l’apport financier des pays du golfe comme le Qatar se renforcent.

 Mais n’étant pas chez eux et vomis par la population, l’armée malienne ne fera qu’une bouchée de pain tous ces bandits. Malgré les problèmes de logistique qui minent cette armée, elle reste une armée de métier et du Mali qui ne laissera jamais son pays sous la domination des mercenaires ou des terroristes.

Interview réalisé par M Ayi

(*) ATT: Amadou Toumani Touré

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:53

 

Cheik Modibo Diarra

 

Mali : Le 1er ministre, Cheikh M. Diarra, a annoncé sa démission après avoir été arrêté et amené de force au camp de Kati par des éléments du capitaine SANOGO. Tout se précipite au Mali depuis la réception des armes par l’Armée malienne.

Pourquoi cette démission forcée, Cheik Modibo Keita était-il contre l’intervention immédiate de l’armée contre les islamistes. Au cours de la journée nous contacterons nos analystes et correspondants pour en savoir davantage.

Par Ayi 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 23:32

Fuite ou stratégie ? : Les islamistes d’AQMI quittent la ville de Tombouctou.

islamistes-GAO.jpg

Depuis janvier 2012, Tombouctou et environs sont occupés par les combattants d’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), Kidal par Ansar Dine et Gao par le MUJAO. Très stricts dans l’application de la charia, telle qu’ils l’interprètent, les responsables d’AQMI ont vite soumis les Tombouctiens à leur fameux tribunal religieux et au règne du fouet. Pour un pantalon qui dépasse la cheville, une tête non « correctement » voilée ou un collier porté par les dames à la hanche, les miliciens barbus multipliaient les rafles, les incarcérations et les flagellations. Combattants et miliciens étaient omniprésents en ville. 

C’est donc avec étonnement que les populations, depuis jeudi dernier, ont vu soudain disparaître de la ville tous les combattants et miliciens d’AQMI qui y étaient positionnés« Depuis jeudi, nous raconte un habitant, on ne voit aucun islamiste en ville ni dans la périphérie. Au début, nous avons cru qu’il s’agissait d’un départ momentané des combattants vers le désert car ils avaient l’habitude de se fondre dans la nature au petit soir pour revenir en ville le lendemain à l’aube. Mais depuis jeudi, ils ne sont plus revenus. ». Un autre habitant se dit convaincu que les islamistes ont abandonné Tombouctou pour de bon: « Depuis l’occupation de la ville, les islamistes ne l’ont jamais  désertée en masse. Ils laissaient toujours, en cas de déplacement, un gros contingent derrière eux, dans les camps, pour surveiller leurs bagages et effectuer des patrouilles en ville. Depuis jeudi, il n’y a ni patrouille ni contrôle.       On ne voit aucun combattant ou milicien. Vendredi soir, une de mes voisines est tombée gravement malade. Nous l’avons transportée d’urgence dans les locaux de l’ex-BMS qui servent de quartier général aux islamistes. Nous étions venus chercher un véhicule pour conduire la malade à l’hôpital. Nous n’avons trouvé au Q.G. qu’un combattant noir non armé qui nous a dit d’aller voir ailleurs puisque lui ne s’occupait de rien et ne disposait d’aucun véhicule à son niveau.« .

Les combattants d’AQMI, dont on voyait auparavant au moins une centaine aux points stratégiques de la ville, ont emporté non seulement leurs armes et véhicules, mais aussi – signe éloquent – leurs bagages. Ce constat fut confirmé par plusieurs Tombouctiens ordinairement chargés de préparer de la nourriture pour les occupants. Interpellé par des habitants, l’imam de la grande mosquée de Djingareyber, Ben Es-Sayouti, jure ne rien savoir de la disparition subite des occupants. En tant que notable et, donc, interlocuteur privilégié des occupants, l’imam aurait dû, en principe, être avisé de leur départ ou, à tout le moins, recevoir des consignes de leur part.

En fait, seul reste encore à Tombouctou un groupuscule de 9 à 13 adeptes qui vivent retranchés dans une petite pièce de l’ex-BMS.Une source nous explique: « Ce sont de jeunes gens de peau noire recrutés par AQMI dans les alentours de Tombouctou. Au plus fort de l’occupation, ces garçons étaient marginalisés et s’en plaignaient ouvertement.Tout porte à croire qu’ils sont abandonnés à présent et ne savent plus quelle conduite tenir. En attendant de s’enfuir eux aussi, ces jeunes, qui n’ont ni informations de leurs ex-employeurs ni liens avec la population, se barricadent dans leur ex-quartier général, tels des orphelins.« .

Vendredi, les habitants de Tombouctou n’ont vu aucun milicien armé dans le marché ou au bout des rues. Cela n’était jamais arrivé depuis le début de l’occupation. Auparavant, chaque vendredi, peu avant 11 heures du matin, des groupes de miliciens armés sillonnaient la ville, interpellaient les femmes « mal » vêtues et les hommes au pantalon trop long; les  miliciens invitaient aussi les personnes rencontrées à cesser tout commerce pour se rendre à la prière du vendredi. Les récalcitrants subissaient des sanctions plus ou moins lourdes.

De plus en plus convaincues que les occupants sont partis définitivement, les habitants de Tombouctou  se libèrent sans crainte de la discipline comportementale où les avait installés AQMI. Les petits « grins » de thé reprennent droit de cité et l’on fume à grosses volutes en pleine rue. Les femmes ne sont pas en reste, ayant abandonné le voile.

Fuite ou stratégie ? 

L’on se demande ce qui se cache derrière cette retraite volontaire d’AQMI de Tombouctou. Des habitants croient savoir qu’AQMI, désargentée, en a marre de gouverner une cité comme Tombouctou et retourne à sa vocation originelle: le maquis et la guérilla. D’autres pensent que les islamistes se redéploient dans le grand désert tout en gardant un oeil sur la ville, prêts à rappliquer aussitôt qu’une troupe étrangère tenterait d’en prendre le contrôle.D’aucuns voient dans la retraite d’AQMI une conséquence des discussions de Ouagadougou: le Mali ayant fait de l’évacuation des villes occupées un préalable à tout accord, AQMI ne voudrait pas gêner ses alliés d’Ansar Dine. Il y a là quantité de théories mais aucune certitude. Les prochains jours nous édifieront davantage.

En attendant, il aurait été souhaitable que l’armée nationale profite du désarroi actuel des islamistes pour lancer une offensive sur toutes les villes où leur présence n’est pas considérable. A Douentza, Léré et Ténenkou, par exemple, les islamistes ne sont pas physiquement présents mais l’armée nationale craint de s’y aventurer. Tombouctou pourrait connaître le même mode d’occupation virtuelle – et non réelle – si l’armée malienne reste l’arme au pied. Et ce mode est à l’avantage des islamistes dans la mesure où ils positionnent leurs troupes dans des localités les plus stratégiques tout en tenant l’armée en respect, et sans combat, dans les localités les moins névralgiques.

Tiékorobani, Abdoulaye Guindo et S. Touré (correspondant à 

Tombouctou). 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 23:30

Cote d’ivoire : Election présidentielle 2010: L’ONUCI brûle toutes ses archives  le lundi 10 décembre à Abidjan.


avionONUCII
L’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a décidé de brûler toutes ses archives se rapportant aux élections présidentielles ivoiriennes de 2010. C’est aujourd’hui, lundi 10 décembre 2012, à partir de 8h à sa base sise à Marcory Zone 4, non loin de la Pâtisserie abidjanaise, que l’Onuci a choisi de se débarrasser définitivement de toute cette documentation importante pour la Côte d’Ivoire. Au-delà de cette information que nous avons obtenue de sources concordantes, l’attitude de l’Onuci apparaît surprenante si l’incinération des archives doit avoir effectivement lieu. Tellement l’élection présidentielle 2010 en Côte d’Ivoire constitue une élection controversée dans laquelle l’Onuci a joué un rôle trouble de certification. On se souvient notamment que l’Onuci s’était substituée au Conseil constitutionnel pour désigner, selon elle, le vainqueur de cette élection présidentielle. Alors que c’est le Conseil constitutionnel qui, selon la Constitution, donne les résultats définitifs de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, l’Onuci à travers le représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu, avait déclaré Alassane Ouattara, vainqueur. Young J. Choi s’était juste appuyé sur des résultats provisoires qui avaient d’ailleurs été proclamés hors délai par le président de la Commission électorale indépendante (Cei), mais en plus, au quartier général (QG) de campagne d’un des deux candidats à cette élection. Pour l’opinion publique et pour les observateurs de la vie politique ivoirienne, il y a donc deux vainqueurs à l’élection présidentielle de 2010. Ce qui fait que M. Ouattara est frappé d’illégitimité. Pour l’histoire, même si on doit tourner la page par la réconciliation nationale qui ne pourra se faire qu’avec la libération de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques, le retour sans condition de tous les exilés etc., il faut que les archives de l’Onuci demeurent. Quand bien même la modernisation des systèmes d’archivage recommande de plus en plus la numérisation de toute documentation, et que les archivages numériques sont aujourd’hui plus que nécessaires, le cas ivoirien voudrait que les archives physiques de l’Onuci concernant l’élection présidentielle de 2010 restent en l’état. Parce que quand les clameurs se seront tues à jamais, on saura la vérité sur ce qui s’est réellement passé en Côte d’Ivoire. Ces archives physiques ainsi que celles dont disposent les différents candidats et la Côte d’Ivoire sont donc très importantes pour l’éclatement de la vérité sur cette élection présidentielle de 2010. N’oublions pas qu’il y a eu des fraudes massives, des morts d’hommes et le bombardement d’une résidence d’un chef d’Etat en fonction par l’armée française et l’Onu. En décidant de brûler ses archives sur la présidentielle 2010, l’Onu dévoile qu’elle se reproche des choses qu’elle voudrait cacher.

Par Robert Krassault

 

                                

http://www.youtube.com/watch?v=k6hnMJ8EXMM&feature=player_embedded#!
 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:22

Bataille de Damas : le coup de maître du renseignement des pasdarans et du KGB (irano-russe)!

Pasdarans.jpgglonassatellitedc3a9fenserusse


Le coup de maitre du renseignement irano-russe, en Syrie, qui a fini par mettre en échec la bataille de Damas, n'est pas prêt de s'oublier de sitôt. L'armée loyaliste a mené une opération tenaille contre plus de 50.000 miliciens, qui ont attaqué, voici une semaine, l'aéroport de Damas.

Ce plan conconcté par les officiers du renseignement américains et leurs intermédiares arabes, turcs, et français aurait dû, en effet, se solder par la chute de quatre aéroports, dans la banlieue de Damas, la prise de la route de l'aéroport international, la défaite des forces d'élites de l'armée. Mais le renseignement iranien et russe a découvert ce plan, avant qu'il ne soit appliqué, et en a informé l'armée syrienne, qui, tendant un piège, a laissé les miliciens s'approcher de Damas, avant de les décimer. L'armée syrienne poursuit, actuellement, son opération, qui vise à faire reculer les terroristes, dans les déserts des alentours de Damas, (localité Ghouteh Charghiya) et c'est dans ces déserts que les terroristes sont combattus. Le bilan de leurs pertes s'élève à plus de 5.000 morts, des milliers de blessés et prisonniers. Ainsi, le plan américano arabo-franco-turc a, lamentablement, échoué. La milice Al-Nusra (Que les Américains viennent de bannir, à titre d'organisation terroriste!!) a été, extrêmement active, dans cette opération, et c'est justement son incapacité à mener à bien cette opération, qui lui a valu les foudres de Washington. L'armée syrienne a eu l'ingéniosité de détruire tous les voies d'acheminement d'armes et de moyens logistiques de ces miliciens. Cette opération se déroulait, alors que Poutine visitait la Turquie et qu'on entendait Erdogan dire que "l'Iran n'a plus aucun rôle, en Syrie, et c'est la Russie qui détient la clé de la crise"!!!!

Source :Irib.fr

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:40

Brutalité policière traditionnelle Yaoundé Cameroun.

 

 

                       


 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=iYlwW2W__u4&feature=results_video

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:33

 

 

                   


 


 

 

http://www.youtube.com/watch?v=LHyQ1Ct3Njs&feature=player_embedded

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:32

 

 

 

 

 

                         


 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=K4NoRpz9zuU&feature=player_embedded

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:29

Thierry Meyssan : Il décortique la guerre faite au peuple syrien par l'Occident.

Thyerry meyssan

Haut du formulaire

Thierry Meyssan répond aux questions du news magazine serbe Geopolitika. Il revient sur son interprétation du 11-Septembre, sur les événements en Syrie, et sur la situation actuelle de la Serbie.

Geopolitika : Monsieur Meyssan, vous avez acquis la célébrité mondiale quand vous aviez publié le livre L’Effroyable imposture qui met en cause la version officielle des autorités états-uniennes concernant l’attaque terroriste du 11 septembre 2001. Votre livre a encouragé d’autres intellectuels à émettre leurs doutes sur ce tragique évènement. Pourriez vous brièvement dire à nos lecteurs ce qui s’est réellement passé ce 11 septembre, qu’est-ce qui a touché ou explosé dans le bâtiment du Pentagone : c’était un avion qui s’est écrasé ou bien autre chose ? Que s’est-il passé avec les avions qui se sont écrasé sur les tours jumelles, surtout avec le troisième immeuble à coté de ces tours ? Quel est le contexte plus profond de cette attaque, qui a eu des répercussions mondiales et a beaucoup changé le monde ?

Thierry Meyssan : Il est étonnant que la presse mondiale ait relayé la version officielle d’une part parce que celle-ci est absurde, d’autre part parce qu’elle ne parvient pas à expliquer une partie des événements.

L’idée selon laquelle un fanatique, basé dans une grotte en Afghanistan, et une vingtaine d’individus, munis de cutters, auraient pu détruire le World Trade Center et frapper le Pentagone avant que l’armée la plus puissante du monde ait eu le temps de réagir, n’est pas même digne d’un Comics. Mais, plus l’histoire est grotesque, moins les journalistes occidentaux posent de questions.

Par ailleurs, la version officielle ne rend pas compte des spéculations boursières sur les compagnies victimes des attentats, de l’incendie de l’annexe de la Maison-Blanche, ni de l’effondrement d’une troisième tour du World Trade Center dans l’après-midi. Autant d’événements qui ne sont pas même mentionnés dans le rapport final de la Commission d’enquête présidentielle.

Sur le fond, on ne parle jamais de la seule chose importante ce jour là : après l’attaque du World Trade Center, le plan de continuité du gouvernement a été illégalement activé. Il existe une procédure en cas de guerre nucléaire. Si l’on constate l’annihilation des autorités civiles, un gouvernement militaire alternatif prend le relai. Vers 10h30, ce plan a été activé bien que les autorités civiles soient toujours en capacité d’exercer leurs responsabilités. Le pouvoir a échu aux militaires qui ne l’ont restitué que vers 16h30 aux civils. Durant cette période, des commandos sont allés chercher la presque totalité des membres du Congrès et des membres du gouvernement pour les mettre en sécurité dans des abris anti-atomiques. Il y a donc eu un coup d’État militaire de quelques heures, juste le temps nécessaire pour que les putschistes imposent leur ligne politique : état d’urgence permanent à l’intérieur, et impérialisme global à l’extérieur.

Le 13 septembre, le Patriot Act a été déposé au Sénat. Il s’agit non pas d’une loi, mais d’un épais Code anti-terroriste dont la rédaction avait été conduite en secret durant les deux à trois années précédentes. Le 15 septembre, le président Bush a avalisé le plan de la « matrice mondiale », instituant un vaste système d’enlèvements, de prisons secrètes, de tortures et d’assassinats. Lors de la même réunion, il a avalisé un plan prévoyant les attaques successives de l’Afghanistan de l’Irak, du Liban, de la Libye, de la Syrie, de la Somalie, du Soudan et de l’Iran. Vous pouvez constater que la moitié du programme a déjà été réalisée.

Ces attentats, ce coup d’État, et les crimes qui ont suivi ont été organisés par ce qu’il convient d’appeler l’État profond (au sens où on emploie cette expression pour décrire le pouvoir militaire secret en Turquie ou en Algérie). Ces événements ont été conçus par un groupe très fermé : les straussiens, c’est-à-dire les disciples du philosophe Leo Strauss.

Ce sont les mêmes individus qui avaient poussé le Congrès US à réarmer, en 1995, et qui ont organisé le démembrement de la Yougoslavie. Nous devons nous rappeler à titre d’exemple qu’Alija Itzetbegovic avait comme conseiller politique Richard Perle, comme conseiller militaire Oussama Ben Laden, et comme conseiller médiatique Bernard-Henri Lévy.

Geopolitika : Votre livre et votre attitude antiaméricaine, que vous avez librement exprimée sur votre réseau indépendant Voltaire, ont été la source de problèmes que vous avez eus personnellement avec l’administration de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ? En effet, dans l’article que vous aviez écrit sur M. Sarkozy, intitulé « Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française » vous avez publié des informations délicates qui nous rappellent des thrilleurs politico-criminels.

Thierry Meyssan : Je ne suis pas anti-américain. Je suis anti-impérialiste et je pense que le peuple des États-Unis est lui aussi victime de la politique de ses dirigeants.

Concernant Nicolas Sarkozy, j’ai révélé qu’il avait été élevé durant son adolescence, à New York, par l’ambassadeur Frank Wisner Jr. Ce personnage est un des plus importants cadres de la CIA, laquelle a été fondée par son père Frank Wisner Sr. Il s’ensuit que la carrière de Nicolas Sarkozy a entièrement été façonnée par la CIA. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, devenu président de la République française, il ait défendu les intérêts de Washington et non pas ceux des Français.

Les Serbes connaissent bien Frank Wisner Jr. : c’est lui qui a organisé l’indépendance unilatérale du Kosovo en qualité de représentant spécial du président des États-Unis. 

J’ai expliqué tout cela en détail lors d’une intervention à l’Eurasian Media Forum (Kazakhstan) et on m’a demandé de le développer dans un article pour Odnako (Russie). Il se trouve que, par un hasard de calendrier, il a été publié pendant la guerre de Géorgie, au moment où Sarkozy venait à Moscou. Le Premier ministre Vladimir Poutine a posé le magazine sur la table avant de commencer à discuter avec lui. Cela n’a évidemment pas amélioré mes relations avec Sarkozy.

Geopolitika : Monsieur Meyssan, quelle est la situation actuelle en Syrie, la situation sur le front et la situation dans la société syrienne ? Est-ce que l’Arabie Saoudite et le Qatar, ainsi que les pays occidentaux qui veulent faire tomber le système politique du président Bachar El Assad de force, sont proches de l’accomplissement de leur objectif. 

Thierry Meyssan : Sur 23 millions de Syriens environ 2 à 2,5 millions soutiennent des groupes armés qui tentent de déstabiliser le pays et d’affaiblir son armée. Ils ont pris le contrôle de quelques agglomérations et de vastes zones rurales. En aucun cas ces groupes armés ne seront en mesure de renverser le régime.

Le plan occidental initial prévoyait que des actions terroristes engendreraient un cycle de provocation/répression justifiant une intervention internationale, sur le modèle du terrorisme de l’UCK et de la répression par Slobodan Milosevic, suivis de l’intervention de l’OTAN. Signalons au passage qu’il est attesté que des groupes combattants en Syrie ont été formés au terrorisme par des membres de l’UCK sur le territoire du Kosovo.

Ce plan a échoué parce que la Russie de Vladimir Poutine n’est pas celle de Boris Eltsine. Moscou et Pékin ont interdit à l’OTAN d’intervenir et depuis, la situation pourrit.

Geopolitika : Que veulent obtenir les États Unis, la France, la Grande Bretagne, l’Arabie Saoudite et le Qatar en faisant tomber le président el-Assad ? 

Thierry Meyssan : Chaque État membre de la coalition a son propre intérêt dans cette guerre et croit pouvoir le satisfaire, alors même que ces intérêts sont parfois contradictoires entre eux.

Au plan politique, il y a la volonté de briser « l’Axe de la Résistance au sionisme » (Iran-Irak-Syrie-Hezbollah-Palestine). Il y a aussi la volonté de poursuivre le « remodelage du Moyen-Orient élargi ».

Mais le plus important est au plan économique : on a découvert d’immenses réserves de gaz naturel au sud-est de la Méditerranée. Le centre de ce gisement est prés de Homs en Syrie (plus précisément, à Qârâ).

Geopolitika : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la rébellion d’Al Qu’aida en Syrie, dont les relations avec les États Unis sont pour le moins contradictoires, si on regarde leurs actions sur le terrain ? Vous avez dit dans une interview que les relations entre Abdelhakim Belhadj et l’OTAN étaient quasiment institutionnalisées. Pour qui Al-Qu’aida fait la guerre en réalité ? 

Al-Qaida n’était au départ que le nom de la base de données, du fichier informatique, des moujahidines arabes envoyés se battre en Afghanistan contre les Soviétiques. Par extension, on a nommé Al-Qaida le milieu jihadiste dans lequel ces mercenaires étaient recrutés. Puis, Al-Qaida a désigné les combattants autour de Ben Laden et par extension, tous les groupes dans le monde qui se réclament de l’idéologie de Ban Laden.

Selon les périodes et les besoins, cette mouvance a été plus ou moins nombreuse. Durant la première guerre d’Afghanistan, la guerre de Bosnie et les guerres de Tchétchénie, ces mercenaires étaient des « combattants de la liberté », car ils luttaient contre des Slaves. Puis, lors de la seconde guerre d’Afghanistan et de l’invasion de l’Irak, ils étaient des « terroristes », parce qu’ils s’en prenaient aux GI’s. Après la mort officielle de Ben Laden, ils sont redevenus des « combattants de la liberté » durant les guerres de Libye et de Syrie parce qu’ils se battent aux côtés de l’OTAN.

En réalité, ces mercenaires ont toujours été contrôlés par le clan des Sudeiris, la faction pro-US et archi-réactionnaire de la famille royale saoudienne, et plus précisément par le prince Bandar Ben Sultan. Celui-ci, que George Bush Père a toujours présenté comme son « fils adoptif » (c’est-à-dire comme le garçon intelligent dont il aurait aimé être le père), n’a cessé d’agir pour le compte de la CIA. Même lorsque Al-Qaida a combattu les GI’s, en Afghanistan et en Irak, c’était encore dans l’intérêt bien compris des États-Unis parce que cela permettait de justifier leur présence militaire.

Il se trouve que dans les dernières années, les Libyens sont devenus majoritaires au sein d’Al-Qaida. L’OTAN les a donc naturellement utilisés pour renverser le régime de Mouammar el-Kadhafi. Dès que cela a été fait, ils ont nommé le numéro 2 de l’organisation, Abdelhakim Belhaj, gouverneur militaire de Tripoli, bien qu’il soit recherché par la justice espagnole pour sa responsabilité présumée dans les attentats de Madrid. Par la suite, ils l’ont transféré avec ses hommes pour se battre en Syrie. Pour leur transport, la CIA a utilisé les moyens du Haut-Commissariat aux Réfugiés grâce à Ian Martin, le représentant spécial de Ban ki-Moon en Libye. Les prétendus réfugiés ont été emmenés en Turquie dans des camps qui leur ont servi de base arrière pour attaquer la Syrie et dont l’accès a été interdit aux parlementaires turcs et à la presse.

Ian Martin aussi est connu de vos lecteurs : il fut secrétaire général d’Amnesty International, puis représentant du Haut Commissaire pour les Droits de l’homme en Bosnie-Herzégovine.

Geopolitika : La Syrie est le lieu, non seulement d’une guerre civile, mais aussi d’une guerre médiatique et de manipulations. Nous vous demandons en tant que témoin direct, quelqu’un qui est sur le terrain, que s’est-il vraiment passé à Homs et à Houla ?

Thierry Meyssan : Je ne suis pas témoin direct de ce qui s’est passé à Houla. Par contre, j’ai été tiers de confiance lors des négociations entre les autorités syriennes et françaises durant le siège de l’Émirat islamique de Baba Amr. Les jihadistes s’étaient retranchés dans ce quartier de Homs dont ils avaient chassé les infidèles (chrétiens) et les hérétiques (chiites). En fait seules une quarantaine de familles sunnites étaient restées sur place, au milieu d’environ 3 000 combattants. Ces gens avaient instauré la charia, et un « tribunal révolutionnaire » a condamné plus de 150 personnes a être égorgées en public.

Cet Émirat auto-proclamé était secrètement encadré par des officiers français. Les autorités syriennes voulaient éviter de donner l’assaut et ont négocié avec les autorités françaises pour que les insurgés se rendent. En définitive, les Français ont pu quitter nuitamment la ville et s’enfuir au Liban, tandis que les forces loyalistes sont entrées dans l’Émirat et que les combattants ont capitulé. Le bain de sang a ainsi été évité, il y a eu en définitive moins de 50 morts durant l’opération.

Geopolitika : À part les Alaouites, les chrétiens sont aussi des cibles en Syrie. Pourriez-vous nous dire un peu plus sur la persécution des chrétiens dans ce pays et pourquoi la soi-disant civilisation occidentale, dont les racines sont chrétiennes, ne montre aucune solidarité avec ses coreligionnaires ?

Thierry Meyssan : Les jihadistes s’en prennent en priorité à ceux qui leur sont les plus proches : d’abord les sunnites progressistes, puis les chiites (incluant les alaouites), et seulement ensuite les chrétiens. D’une manière générale, ils torturent et tuent assez peu de chrétiens. Par contre, ils les expulsent systématiquement et volent tous leurs biens. Dans la région proche de la frontière nord du Liban, l’Armée syrienne libre a donné une semaine aux chrétiens pour fuir. On a assisté à l’exode brutal de 80 000 personnes. Ceux qui n’ont pas fui à temps ont été massacrés.

Le christianisme a été fondé à Damas par Saint Paul. Les communautés syriennes sont antérieures à celles d’Occident. Elles ont conservé les rites anciens et une foi extrêmement forte. La plupart sont orthodoxes. Celles qui se sont rattachées à Rome ont conservé leurs rites ancestraux. Lors des croisades, les chrétiens d’Orient se sont battus avec les autres arabes contre les soudards envoyés par le Pape. Aujourd’hui, ils se battent avec leurs concitoyens contre les jihadistes envoyés par l’OTAN.

Geopolitika : Est-ce qu’on peut s’attendre à une attaque de l’Iran l’année prochaine, et dans l’hypothèse d’une intervention militaire, quel serait le rôle d’Israël ? Est-ce que l’attaque des installations nucléaires est le vrai objectif de Tel-Aviv, ou est-ce qu’Israël est poussé dans cette aventure par une structure mondialiste, intéressée par une large déstabilisation des relations internationales ?

Thierry Meyssan : Il se trouve que l’Iran est porteur d’une Révolution. C’est aujourd’hui le seul grand pays qui propose un modèle d’organisation sociale alternatif à l’American Way of Life. Les Iraniens sont un peuple mystique et persévérant. Ils ont enseigné l’art de la Résistance aux arabes et s’opposent aux projets du sionisme, non seulement dans la région, mais dans le monde.

Ceci dit, malgré ses rodomontades, Israël est bien incapable d’attaquer l’Iran. Et les États-Unis eux-mêmes ont renoncé à l’attaquer. C’est un pays de 75 millions d’habitants où chacun ambitionne de mourir pour sa patrie. Tandis que l’armée israélienne est composée de jeunes gens dont l’expérience militaire se borne à ratonner des Palestiniens, et que l’armée US est composée de chômeurs qui n’ont pas l’intention de mourir pour une solde de misère.

Geopolitika : Comment voyez-vous le rôle de la Russie dans le conflit syrien et comment voyez-vous le rôle du président de Russie, Vladimir Putin, qui est largement diabolisé par la presse occidentale ?

Thierry Meyssan : La diabolisation du président Poutine par la presse occidentale est l’hommage du vice à la vertu. Après avoir redressé son pays, Vladimir Poutine entend lui rendre sa place dans les relations internationales. Il a basé sa stratégie sur le contrôle de ce qui devrait être la principale source d’énergie au XXIe siècle : le gaz. D’ores et déjà Gazprom est devenue la première compagnie mondiale de gaz et Rosneft la première pour le pétrole. Il n’a évidemment pas l’intention de laisser les États-Unis faire main basse sur le gaz syrien, ni d’ailleurs de laisser l’Iran exploiter son propre gaz sans contrôle. Par conséquent, il se devait d’intervenir en Syrie et de faire alliance avec l’Iran.

En outre, la Russie est en train de devenir le principal garant du Droit international, alors que les Occidentaux revendiquent au nom d’une morale de pacotille de violer la souveraineté des nations. Il ne faut donc pas craindre la puissance russe, car elle sert le Droit et la Paix.

En juin dernier, Sergey Lavrov a négocié un plan de paix à Genève. Il a été ajourné unilatéralement par les États-Unis, mais devrait en définitive être mis en œuvre par Barack Obama durant son second mandat. Il prévoit le déploiement d’une Force de maintien de la paix de l’ONU, composée principalement de troupes de l’OTSC. De plus, il admet le maintien au pouvoir de Bachar el-Assad si le peuple syrien le décide par la voie des urnes.

Geopolitika : Que pensez-vous de la situation en Serbie et du chemin difficile parcouru par la Serbie ces deux dernières décennies ?

Thierry Meyssan : La Serbie a été épuisée par la série de guerres à laquelle elle a dû faire face, particulièrement la conquête du Kosovo par l’OTAN. Il s’agit en effet d’une guerre de conquête puisqu’elle se conclut par l’amputation du pays et la reconnaissance par les membres de l’OTAN de l’indépendance unilatérale de camp Bondsteel, c’est-à-dire d’une base de l’OTAN.

Une majorité de Serbes a cru devoir se rapprocher de l’Union européenne. C’est ignorer que l’Union européenne est la face civile d’une pièce unique dont l’OTAN est la face militaire. Historiquement l’Union européenne a été créée en application des clauses secrètes du Plan Marshall, elle a donc précédé l’OTAN, mais elle n’en est pas moins un élément du même projet de domination anglo-saxon.

Il se peut que la crise de l’euro conduise à une dislocation de l’Union européenne. Dans ce cas des États comme la Grèce et la Serbie se tourneront spontanément vers la Russie avec laquelle ils partagent de nombreux éléments culturels et une même exigence de justice.

Geopolitika : On suggère à la Serbie de façon plus ou moins directe de renoncer au Kosovo pour pouvoir rentrer dans l’Union Européenne. Vous avez une grande expérience dans les relations internationales, et nous vous demandons sincèrement si vous pouvez nous donner un conseil sur ce que les Serbes devraient faire en politique intérieure et extérieure ?

Thierry Meyssan : Je n’ai de conseils à donner à personne. Pour ma part je déplore que certains États aient reconnu la conquête du Kosovo par l’OTAN. Depuis, le Kosovo est surtout devenu la plaque tournante pour la diffusion en Europe des drogues cultivées en Afghanistan sous la protection vigilante des troupes US. Aucun peuple n’a gagné quoi que ce soit à cette indépendance et certainement pas les Kosovars désormais asservis par une mafia.

Geopolitika : Il existait entre la France et la Serbie une alliance forte qui a perdu son sens quand la France a participé dans les bombardements de la Serbie en 1999 dans le cadre de l’OTAN. Cependant, en France et en Serbie, il existe toujours des personnes qui n’oublient pas « l’amitié par les armes » de la Première Guerre mondiale, et qui pensent qu’il faudrait redonner de la vie ces relations culturelles brisées. Est-ce que vous partagez cette vue ?

Thierry Meyssan : Vous savez que l’un de mes amis, avec lequel j’ai écris Le Pentagate relatif à l’attaque du Pentagone le 11-Septembre avec un missile et non pas un avion fantôme, est le commandant Pierre-Henri Bunel. Il a été arrêté durant la guerre par l’OTAN pour espionnage au profit de la Serbie. Par la suite, il a été restitué à la France qui l’a jugé et condamné à deux ans de prison ferme au lieu de la perpétuité. Ce verdict montre qu’il avait agi en réalité sur ordre de ses supérieurs.

La France, membre de l’OTAN, a été obligée de participer à l’attaque de la Serbie. Mais elle l’a fait en traînant les pieds et en aidant secrètement plus souvent la Serbie qu’elle ne l’a bombardée.

Aujourd’hui la France est dans une situation pire encore. Elle est gouvernée par une élite qui, pour protéger ses acquis économiques, s’est mise au service de Washington et de Tel-Aviv. J’espère que mes compatriotes, qui partagent une longue histoire révolutionnaire, finiront par chasser du pouvoir ces élites corrompues. Et que dans le même temps la Serbie aura retrouvé son indépendance effective. Alors nos deux peuples se retrouveront spontanément.

Geopolitika : Merci beaucoup pour votre temps.

Source : Geopolitika

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 10:26

 

Cote d’ivoire : les résistants ivoiriens et Africains interdisent une réunion de collabo à Paris.

 

                      


 


 

                        http://www.youtube.com/watch?v=K8Pxj8odMPE&feature=player_embedded

 

 

                    


 

 

 

                          http://www.youtube.com/watch?v=9ipoSWmQzWM&feature=player_embedded

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine