Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 16:47

Retrospective des différentes manipulations des medias d’intox sur Hugo Chavez.

                     Funerailles d'Hugo Chavez

Chavez, France2 pris en flag de désinformation

 

 

 

Ou Cliquer le lien Ci-dessous:

 

http://www.dailymotion.com/video/xub2vy_chavez-france2-pris-en-flag-de-desinformation_news?search_algo=2#.UToIs6yCUS4


 

                           


 

 

Ou Cliquer le lien Ci-dessous:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9ZpMDmUQtbc

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 21:01

enlevé et brutalisé par des inconnus et condamné à payer 500.000 FCFA. Les méthodes qui rappellent  la période coloniale au Cameroun.

Roland-Minang.jpg

 

 

Pendant que ses camarades de l'Université de Buéa sont dans les Amphi, Roland Minang Président de UBSU (association des étudiants de l'Université de Buéa) est détenu à la prison de Buéa. Son crime est de s'être insurgé contre le fait que le représentant des étudiants de l'Université de Buea soit élu par les enseignants. Ses camarades arrêtés ont été libéré,mais lui reste en prison condamné à payer 500.000 FCFA.........Welcome to Cameroon.  

Par   B.Doumou

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:59

LES FUNERAILLES DE HUGO CHAVEZ EN DIRECT DE VENEZUELA.

Funerailles d'Hugo Chavez

Cliquer le lien ci-dessous

 

http://wwitv.com/tv_channels/8375.htm

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:56

 

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Hommage de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U) 

 Au Président Hugo CHAVEZ, 

Leader bolivarien 

 Funerailles d'Hugo Chavez

 

C'est avec une immense tristesse que la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) a appris le décès du Président Hugo CHAVEZ, survenu le 5 mars 2013, à Caracas, au Venezuela. 

  

Bouleversée par cet événement tragique, la Ligue Panafricaine – UMOJA, adresse ses plus sincères condoléances au vaillant peuple vénézuélien, et à toute l’Amérique du Sud et du Centre ainsi qu’à toute la famille panafricaniste. Soyez assurés de toute notre amitié et de notre soutien le plus solide. 

  

Le Président Hugo CHAVEZ a, toute sa vie politique durant, lutté contre les inégalités sociales et contre l’impérialisme. Il n’aura ménagé aucun effort pour favoriser l’émancipation citoyenne de ses compatriotes et l’autodétermination des peuples d’Amérique latine. 

  

Leader bolivarien, Hugo CHAVEZ s’est battu pour faire triompher l’unification politique du Sud, projet initié par Simon BOLIVAR (1783-1830). Equivalent du Panafricanisme en Amérique du Sud, le Bolivarisme gagne de plus en plus les consciences populaires grâce à l’action généreuse et courageuse du Président Hugo CHAVEZ. 

  

La Ligue Panafricaine – UMOJA retiendra l’immense considération que le Président CHAVEZ avait pour l’Afrique. L’un des derniers actes politique du Président CHAVEZ aura d’ailleurs été pour l’Afrique. En effet, le 22 février 2013, moins de deux semaines avant son décès, alors qu’il se battait contre la maladie, le Président CHAVEZ a adressé un message à l’Afrique, dont voici un extrait : 

  

« De la même manière, les empires du passé, coupables de l’enfermement et de l’assassinat de millions de filles et de fils de l’Afrique mère dans le but d’alimenter un système d’exploitation esclavagiste dans leurs colonies semèrent dans Notre Amérique le sang africain guerrier et combatif qui brûlait du feu que produit le désir de liberté. Cette semence a germé et notre terre a enfanté des hommes aussi grands que Toussaint Louverture, Alexandre Pétion, José Léonardo Chirino, Pedro Camejo parmi beaucoup d’autres, avec pour résultat, il y a plus de 200 ans, le début d’un processus indépendantiste, unioniste, anti-impérialiste et reconstructeur en Amérique Latine et caribéenne. 

  

« Ensuite, au XX° siècle, vinrent les luttes de l’Afrique pour la liberté, ses indépendances, contre ses nouvelles menaces néocoloniales, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral pour n’en citer que quelques-uns. Ceux qui, dans le passé nous ont conquis, aveuglés par leur soif de pouvoir, ne comprirent pas que le colonialisme barbare qu’ils nous imposaient deviendrait l’élément fondateur de nos premières indépendances. Ainsi, l’Amérique Latine et les Caraïbes partagent avec l’Afrique un passé d’oppression et d’esclavage. Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes fils de nos libérateurs et de leurs hauts faits, nous pouvons dire, nous devons dire avec force et conviction, que nous unit aussi un présent de lutte indispensables pour la liberté et l’indépendance définitive de nos nations. » 

  

Insoumis, homme ligoté au peuple et dirigeant organique et humaniste, le nom de CHAVEZ restera synonyme de justice sociale : lutte contre la pauvreté, redistribution des recettes pétrolières, logements sociaux, gratuité d’éducation et de la santé…

 

Les grands hommes ne meurent jamais. Tu n’es pas mort. Tu restes éternellement dans la mémoire des peuples comme tu es resté dans la digne lignée de Toussaint-Louverture, de Bolivar, de Allende, du Che et de tous ceux qui combattent l'impérialisme prédateur et ses affidés. La Légende Africaine veut que Tu ailles te reposer à l’ombre des corossoliers afin que tu veilles sur nous. Les larmes aux yeux, nous continuerons ton combat pour la justice sociale et l’autodétermination des peuples.

 

Hasta la Victoria siempre, venceremos !

 

Fait à Paris le 6 mars 2013

 

Le Bureau Exécutif de la LP-U

 

Panafricainement.

 

Umoja ni nguvu

L’Union fait la force

 

la Victoria siempre, venceremos !

 

 

 


 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:54

Le régime Ouattara ? motus Francais et défense d’ivoire.

Canard-enchaine.jpg

J-F J (Jean-François Julliard) – « Le Canard enchaîné mercredi 6 mars 2013 » page 5

De « graves violations des droits humains », des centres de détention et de torture secrets, des exactions de groupes paramilitaires armés par l’Etat, des crimes de guerre impunis. Tous ces hauts faits à l’actif de partisans du président ivoirien Ouattara, décrits dans un rapport d’Amnesty International paru le 27 février, n’ont pas suscité la moindre réaction de la France.

Il y a deux ans, pourtant, Paris avait pesé de tout son poids pour soutenir l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara. Durant dix jours (en avril 2011), les forces du dispositif tricolore Licorne, assistées par l’ONU, avaient bombardé la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo, farouchement accroché au pouvoir après la proclamation de sa défaite électorale, cinq mois plus tôt.

Aujourd’hui, Gbagbo est traduit devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, accusé d’avoir ordonné ou laissé commettre quatre massacres ayant causé la mort de 200 personnes. La France de Sarkozy, puis de Hollande, qui a contribué à l’enquête du procureur de la CPI, n’a, en revanche, pas levé le petit doigt pour que soient poursuivis les crimes du camp d’en face. Au total, les violences postélectorales ont causé la mort de plus de 3 000 personnes.

Depuis plus de dix-huit mois, les forces armées régulières contrôlent le pays. Et le rapport d’Amnesty cite de nombreux cas d’exactions à leur passif ; comme l’attaque, en juillet 2012, du camp de Nahibly, dans l’ouest du pays, qui « s’inscrit dans le contexte des crimes contre l’humanité ». Des dizaines de réfugiés y ont été liquidés à la machette, par balles, ou brûlés vifs. Les milices dozos (confrérie de chasseurs de la région), auteurs de ces méfaits, avaient déjà, un an plus tôt, tué plus de 200 personnes, coupables d’appartenir à une ethnie jugée proche de Gbagbo.

Le document mentionne aussi plusieurs prisons secrètes dans lesquelles l’armée a séquestré et torturé des opposants ou supposés tels. Comme ce cachot de 4 mètres sur 5, à Korhogo, dans le Nord, où des prisonniers se sont retrouvés à 27 durant quarante-neuf jours, sans toilettes et presque sans nourriture. Informé – à tout le moins – de ces pratiques, le régime de Ouattara n’a jamais réagi, malgré les déclarations solennelles du Président. D’ailleurs, précise Amnesty, à sa connaissance, « pas un seul responsable civil ou militaire de violations et atteintes très graves aux droits humains ayant soutenu Ouattara n’a eu à répondre de ses actes devant la justice. ›› Même pas Martin Kouakou Foé, chef de guerre désigné par la CPI comme responsable de graves « violations des droits humains » et du « recrutement d’enfants soldats ››. Accablant crime patronymique

Apathie identique de la France au récit des exploits accomplis par les partisans de son protégé. Certaines victimes possèdent pourtant un passeport tricolore, comme l’économiste Ibrahim Massaga, détenu depuis un an à Abidjan, au mépris de tous ses droits, ou Michel Gbagbo, fils de l’ex-président et de sa première épouse française. Ce scientifique sans activité politique est emprisonné depuis avril 2011. Peu après la parution du rapport, la justice française a désigné un magistrat pour faire la lumière sur le traitement qu’il subit depuis deux ans. Hélas pour le prévenu, son délit de patronyme est irréfutable.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:51

OMAJ pou Hugo de LKP Guadeloupéen.


HugoChavez

La mort d’Hugo CHAVÈZ laisse tous les Peuples du Bassin Caribéen dans la plus profonde tristesse, car il aura été celui qui, depuis le triomphe annoncé du libéralisme, a apporté l’espoir à toute la Caraïbe.

C’est en effet, sous son impulsion que fut initié économique et sociale entre les pays d’Amérique du sud et ceux de la Caraïbe dont l’ALBA et l’original contrat Pétro Caraïbe la possibilité de se sortir des griffes des multinationales en matière

d’approvisionnement en hydro C’est sa détermination à faire reculer la dépendance et la pauvreté qui a conduit à cet incommensurable élan de solidarité 

Evidemment, parfaitement conscient que ce réellement profitable aux plus nécessiteux que s’il n’est pas enrobé de la démagogie qui accompagne chaque œuvre caritative des Etats les plus riches le combat contre la pauvreté, l’illettrisme… à la porte du Palais présidentiel, dans son propre pays.

Les classes laborieuses de tout le Bassin Caribéen lui doivent honneur et respect.

Dans la lutte, pas de répit ! Nous aura mort.

Il nous laisse la rage de combattre le finale.

Que tous les Guadeloupéens et tous les Caribéens puisent dans le parcours de sa vie la volonté et la force suffisante afin de construire le monde nouveau auquel ils rêvent tant !

Que ses proches et tous les Vénézuéliens reçoivent du LKP, l’expression de nos sincères condoléances, à l’occasion de sa disparition.

Nous sommes unis de par l’histoire anti Permettez – nous de partager avec vous, ce moment tragique que nous considérons, comme un petit peu, le nôtre !

LA LUCHA CONTINUA !!!

CHAVEZ nombre de traités de coopération 

– Caribe, qui offre à de nombreuses îles Caraïbe – carbures vis à vis des Peuples de la Caraïbe don du Peuple vénézuélien riches, Hugo CHAVÈZ commença

– t – il enseigné, debout, comme sur son lit de colonialisme et l’impérialisme suffisante – coloniale du début du XIXe siècle 

, - Etats de lane peut être, impérialisme jusqu’à la victoire

ale !

LKP, Lapwent 06 Maws 2013 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:23

Castor Osende Afana(1930-1966) Un Héros et martyr camerounais méconnu assassiné il y a 47 ans (15 mars 1966) par la soldatesque du régime compradore de Yaoundé.

Osende--Afana.jpg

Castor Osende Afana est né en 1930 à Ngoksa, près de Saa, dans la région du Centre du Cameroun et est mort le 15 mars 1966 à Ndélélé, non loin de la frontière entre le Cameroun et le Congo.

Brillant économiste, Osende Afana est considéré par plusieurs camerounais comme un héros national. Moins connu que ses prédécesseurs à la tête de l'UPC Ruben Um Nyobe et Félix-Roland Moumié, et même que son alter ego pour le front de l'Ouest Ernest Ouandié, il a pourtant fini assassiné comme eux. Tout comme ces trois, il a payé le prix fort en luttant pour libérer l'Afrique du colonialisme et néocolonialisme.

engagés dans la lutte armée contre le néo-colonialisme, fut assassiné et décapité par les forces armées néocoloniales du Gouvernement camerounais. Plus de quarante ans après, les autorités camerounaises classent toujours comme « secret -défense » les informations sur les circonstances de cet assassinat. Grâce à deux importants manuscrits sous-maquis de Osendé Afana et de son principal compagnon de lutte Fosso François, documents parvenus au Bureau de la représentation de l`UPC à Brazzaville (Congo) en 1966 , gardés jusqu`à ce jour en lieu sûr et actuellement accessibles au public, le présent Rapport, qui répond à un impératif du devoir de mémoire de la résistance populaire, révèle pour la première fois les circonstances de cet assassinat et l`ensemble de la chronologie des faits marquants du maquis dirigé par Osendé Afana

Chronologie

1er Septembre 1965: Entrée de Osendé Afana au maquis dans la forêt du Sud-Est Cameroun à partir de Ouesso (Congo Brazzaville) à la tête d`un détachement de treize (13) partisans, militants de l`Union des Populations du Cameroun (UPC), détachement de partisans armés placé sous l`encadrement militaire de Fosso François, Secrétaire Général de la Jeunesse Démocratique du Cameroun (JDC), ancien jeune combattant de la deuxième guerre mondiale (1939-1945). Henri Hogbe Nlend, chargé des relations extérieures, ayant accompagné le Groupe de Brazzaville à Ouesso le 31 Août 1965, rentre à Brazzaville avec pour mission de confirmer aux amis de l`UPC sur le plan international l`entrée effective du Groupe de partisans au maquis et de mobiliser de leur part un plus important soutien.

Septembre 1965: Les autorités du Congo-Brazzaville ayant demandé avec insistance au groupe des partisans de s`abstenir de toute action armée près des frontières du Congo dans les trois premiers mois suivant leur entrée au Cameroun afin de leur éviter de sérieuses difficultés avec le Gouvernement de Yaoundé, le Groupe décide de limiter temporairement ses activités à la sensibilisation et à la molilisation politiques des paysans.

05 Octobre 1965: Première agression des forces armées néocoloniales contre les villages Nguilili I, Ngoko et Epaka où les populations ont entièrement et avec enthousiasme adhéré à l`UPC en créant des Comités de base du Mouvement. Généralisation du contrôle et de la répression des populations. Renforcement considérable des forces armées de répression en effectifs et en équipement. Reflux du mouvement révolutionnaire naissant.

20 Octobre 1965-24 Janvier 1966: Osendé Afana et l`ensemble du groupe des partisans se replient au Congo-Brazzaville. Ils analysent les causes du reflux du mouvement révolutionnaire et recherchent les voies pour impulser un nouvel essor à la lutte sous-maquis. Osendé Afana envoie deux cadres en mission, l`un à Brazzaville, l`autre dans le secteur de Yaoundé. Ce dernier déserte .définitivement.. Le premier, le camarade Nkolla Mpo`A Ngoh, accomplit sa mission à Brazzaville mais est assassiné sur son chemin de retour.sur le fleuve frontalier Ngoko par les forces armées camerounaises le 28 0ctobre 1965. Les membres du Groupe intensifient leur entrainement militaire et leur formation politique et idéologique.

24 Janvier 1966-07 Mars 1966: Le 24 Janvier 1966 Osendé Afana et l`ensemble du groupe retournent au Cameroun sous-maquis . Ils relancent le travail de mobilisation et d`éducation politique des masses à partir du village Epaka. Le 19 Février 1966, ils recrute un guide local du nom de Pascal Otina. Dans la nuit du 24 au 25 Février 1966 le Groupe subit une violente attaque des forces armées néocoloniales. Certains membres du Groupe désertent avec leurs armes. Le 05 Mars 1966, Le Groupe entame un déplacement vers un campement présentant de meilleurs conditions de sécurité. Le 07 Mars 1966 à 18 heures le guide local Pascal Otina déserte.

08 Mars 1966: Le 08 Mars 1966 à 16hh30 le Groupe est brusquement et violemment attaqué par l`armée néocoloniale. Cette attaque provoque une débandade et une fuite désordonnée des membres du Groupe abandonnant tout leur matériel. Au cours de cette attaque Osendé Afana perd ses deux paires de lunettes.

15 Mars 1966: Osendé Afana, sans lunettes, décide de retourner à Brazzaville accompagné de deux cadres pour refaire ses lunettes et étudier les possibilités de changer de maquis en créant un nouveau front à partir du Centre-Sud en vue de progresser dans une zone plus proche de sa région natale, Yaoundé. C`est en route pour la réalisation de ce plan que Osendé Afana et ses camarades tombent dans une embuscade de l`ennemi le 15 Mars 1966 à 10h30 à 11 km de la frontière du Congo-Brazzaville. Osendé et le camarade Wamba Louis sont tués et décapités. Le camarade Fosso François, grièvement blessé, réussit à s`échapper et à se cacher non loin du lieu du massacre.

17 Mars 1966: Le camarade Fosso François revient au lieu de l`attaque du 15 Mars, trouve les corps de Osendé et Wamba en putréfaction, leurs têtes tranchées et emportées, le ventre du camarade Wamba ouvert. C`est avec un simple couteau à sa disposition qu`il essaye, en vain, d`enterrer les restes des deux camarades morts pour la Patrie.

24 Mars 1966: Fosso François et le reste des membres du Groupe analysent la nouvelle situation créée par la perte du camarade Osendé. Ils concluent à l`impossibilité de pouvoir continuer raisonnablement la lutte armée dans cette région. Ils décident de sortir du maquis. Ainsi prit fin le maquis de l`UPC conduit par Osendé Afana dans la Sud-Est Cameroun.

Récit de l`attaque et du massacre du 15 Mars 1966 par Fosso François

« C`est à 10h30 dans un petit village de pygmées abandonné à 11 km du fleuve Ngoko dans la piste allemande que nous décidons de chercher à manger. A peine arrêtés , notre attention est attirée par un petit feu qui brûle dans une des cabanes de pygmées. Le camarade Wamba Louis qui tient le fusil de chasse avançe doucement pour se rendre compte de ce qui peut bien se passer dans cette cabane. Il revient pour nous donner le compte rendu. Pendant ce temps je m`entretiens avec le camarade Osendé sur notre future étape. Tout d`un coup, le camarade Wamba crie à haute voix: « les fantoches »!. Son cri est immédiatement suivi de celui de « Tirez »! Aussitôt un feu nourri d`armes automatiques se met à crépiter. Je bondis immédiatement dans la forêt en quittant le camarade Osendé. Je m`aperçois aussitôt que je suis blessé au genou gauche. Je continue à m`enfoncer en profondeur de la forêt sous les balles qui sifflent autour de moi. Arrivé dans un champ de bananes, je me blotis au pied d`un bananier et de là je suis le mitraillage infernal des soldats fantoches. Ce mitraillage dure environ dix minutes. Après quoi les rafales de mitraillettes se font retentir d`une façon isolée un peu partout dans la forêt et dans le champ. J`ai l`impression que les soldats fantoches sont en train d`achever mes camarades blessés. Cette fusillade dure également plus de dix minutes. Finalement une rafale de mitraillettes assez longue se fait entendre sur la piste allemande suivie de cris. C`est la fin de la tragédie. Lorsque je quitte le lieu de ma cachette, je me mets à suivre une piste des pygmées perdant énormémént du sang. Après deux heures et demi de marche, je me trouve dans un campement de pygmées au bord d`un important cours d`eau. Epuisé, je m`étends sur un grabat et m`endors jusqu`au matin. Au réveil mon genou est enflé et j`ai l`impression qu`il pèse plus de trente kgs. Je traine dans le campement à la recherche de quoi chauffer de l`eau. Finalement je trouve un morceau de marmite en terre cuite. Je fais un petit feu sur lequel je réussis à chauffer l`eau. Avec mon mouchoir de poche, je fais le massage de mon genou. Après cette difficile besogne, je me repose un peu. Après quoi je me décide de retourner sur le lieu de l`attaque pour me rendre compte de ce qui s`était passé la veille. Parti du campement à 11h30, je ne parviens au lieu de l`attaque qu`à 18h30 trainant ma jambe sur une piste jonchée de troncs d`arbres, de cours d`eau, de collines. Ce fut le moment le plus difficile de ma vie. Il est à signaler que toute la piste allemande a été entièrement désertée par la population depuis l`agression ennemie d` Octobre 1965. Epuisé, je m`endors à quelques quinze mètres des cadavres de mes cadavres sans m`en rendre compte. Ce n`est que le lendemain, 17 Mars 1966 , que je vois à quelques mètres de moi deux formes humaines en putréfaction. Je m`approche les yeux effarés . Je ne reconnais les corps des camarades Osendé Afana et Wamba Louis que par leur tenue vestimentaire, car leurs têtes ont été tranchées et emportées. Le ventre du camarade Wamba est ouvert. A côté d`eux, un demi sac de sel, les fantoches ayant brûlé tout ce qu`ils ne pouvaient pas emporter avec eux. Fou de colère, j`oublis le mal de mon genou. Que faire? J`ai sur moi en tout et pour tout un couteau. Cela est insuffisant pour enterrer mes camarades.Je murmure quelques mots de serment sur les corps de mes compagnons de lutte et je me mets en route vers un campement de repli où , après quatre jours de marche dans la forêt, j`ai la grande joie de trouver sains et saufs les autres camarades qui attendaient anxieusement. »

Activités de mobilisation politique des masses: du flux au reflux

Le Groupe de partisans avait décidé de commencer son travail par la sensibilisation et mobilisation politiques des paysans.Dans ce travail de masse, le Groupe avait adopté une politique de stricte discipline et d`unité militante. D`une part nos guerilléros ne prenaient rien aux paysans et ne portaient aucune atteinte à leurs intérêts. Ils achetaient tout ce qui leur était indispensable et payaient également tous ceux qui leur rendaient des services tant soi peu importants. D`autre part, ils donnaient à certains paysans, notamment les pygmées, des avantages matériels en vêtements, soins médicaux, instruction primaire élémentaire, formation politico-militaire de base. Ils les aidaient à cultiver leurs champs.

Les résultats de ce travail se sont fait rapidemment sentir. En moins de deux semaines, des comités de base de l`UPC groupant des paysans étaient créés dans

Causes principales de la défaite

Les causes principales de la défaite du maquis de la Boumba Ngoko au Sud-Est Cameroun, causes partiellement identifiées par Osendé Afana lui même avant sa mort et par l`ensemble des membres du Groupe de partisans, sont les suivantes: 1) La région de la Boumba Ngoko dans laquelle nous nous proposions de créer notre première base révolutionnaire d`appui n`avait subi depuis la seconde guerre mondiale aucune influence du mouvement syndical ou politique de libération nationale qui se développait dans plusieurs régions du pays comme le Littoral, l`Ouest, le Centre et le Sud. Les populations, essentiellement pygmées et paysans bantous pauvres et analphabètes, n`avaient presque jamais mené d`importantes luttes économiques et politiques contre l`exploitation et la domination coloniales et néocoloniales. Leur conscience politique était très faible et leur expérience de lutte pratiquement nulle. 2) La région était très peu peuplée et la population très clersemée , ce qui obligeait les guérilleros, qui devaient en principe évoluer au sein du peuple comme des poissons dans l`eau, à combattre pratiquement en terrain découvert contre un ennemi plus puissant. 3) La faiblesse quantitative et qualitative de notre détachement tant du point de vue de son effectif qui d`ailleurs ne cessait de diminuer parsuite de désertions successives et des difficultés de recrutement local que du point de vue de son équipement initial en armes et munitions.4) Aucun membre du Groupe initial de partisans n`était originaire de la région et aucun n`avait une connaissance suffisante du terrain, de la langue, des moeurs et des coutumes des populations. 5) Aucune mission préalable d`étude et de reconnaissance des lieux n`avait été effectuée.6) L`entrée du Groupe sous maquis à partir du Congo-Brazzaville s`était déroulée sans aucune discrétion et ses déplacements dans la région laissaient beaucoup de traces.7) Le Gouvernement du Congo-Brazzaville, tout en nous soutenant sous diverses formes,, était opposé à toute action militaire partisane à ses frontières. 8) Des divergences persistaient au sein du Groupe au sujet de la direction tactique du détachement, entre Osendé Afana, plus politique et soucieux de respecter la volonté de nos amis congolais et Fosso François, plus militaire..9) Aucun contact préalable n`avait été pris avec le maquis de l`Ouest dirigé par Ernest Ouandié. 10) Une appréciation inexacte de notre part de l`évolution de la stabilisation et du renforcement du pouvoir néocolonial et de l` activité politique des masses à l`échelle nationale. 11) Enfin nous comptions trop sur l`aide extérieure bien que nos amis ne cessaient de nous rappeler ce précieux enseignement de Mao Tsé-toung:

« Ceux qui veulent la révolution, ceux qui veulent mener une guerre populaire et arracher la victoire, doivent compter fermement sur eux mêmes, s`appuyer sur les forces des masses populaires du pays et se préparer à combattre seuls au cas où toute aide matérielle extérieure leur serait coupée. S`ils ne font pas d`efforts, n`envisagent pas en toute indépendance les problèmes de la révolution de leur pays pour leur donner des solutions propres et ne s`appuient pas sur les forces des masses populaires du pays, mais s`en remettent à l`aide extérieure, même à l`aide des pays socialistes qui poursuivent la révolution, ils ne pourront pas enlever la victoire et l`emporteraient-ils qu`ils ne parviendraient pas à la consolider » (Lin Piao: « Vive la victorieuse guerre du peuple »,

Pékin I966)

Ainsi fut la conclusion de mon dernier entretien sur les problèmes de la révolution camerounaise avec le Président Mao Tsé-toung le 17 Juillet I966 à Wuhan.

Par Henri Hogbe Nlend

Source: Citoyens Pour la Memoire du Cameroun

LIRE AUSSI

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:17

Pourquoi le Tchad joue un rôle de premier plan au nord du Mali.

soldat-tchadien-copie-1.jpg

En annonçant la mort de deux chefs d’Aqmi, le pouvoir tchadien rappelle que son rôle aux côtés de la France est primordial. 

Alors que la France livre une bataille importante dans le Nord du Mali pour déloger les djihadistes retranchés dans le massif des Ifoghas, l’appui tchadien se fait plus visible, au point que l’opération Serval s’est muée en une opération franco-tchadienne, plutôt que franco-malienne. Et le Tchad tient à le faire savoir.

Ainsi, au lendemain des rumeurs sur la mort des deux responsables d’Aqmi, Abou Zeid et Mokhtar Bel Mokhtar, le président tchadien, Idriss Deby, a pris les devants et déclaré que son armée avait bien tué les deux figures islamistes.

Des informations non confirmées par Paris, bien que de nombreuses sources jugent crédible une telle hypothèse. D’autres informations, par ailleurs, faisaient plutôt état d’un bombardement aérien opéré par les Français. Quoi qu’il en soit, l’armée d’Idriss Deby joue bien un rôle de premier plan au Mali.

Opération franco-tchadienne

Bien que le Tchad ne fasse pas partie de la Cédéao (Communauté économique des pays d’Afrique de l’Ouest) sur laquelle Paris compte s’appuyer pour prendre le relais à terme, le pays a envoyé le plus important contingent africain : plus de 2.000 hommes dont 1.800 en première ligne, notamment commandés par le propre fils du président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno.

Armés, expérimentés et aguerris aux terrains comme le Sahel, la participation de ces forces armées tchadiennes d’intervention au Mali, à l’intervention française, a été accueillie avec soulagement par Paris, qui mène une partie de l’opération depuis la base aérienne de la capitale tchadienne, N’Djamema.

Après avoir prêté main forte aux forces françaises à Gao et à Kidal notamment, les soldats tchadiens se battent sur le front dans le massif des Ifoghas, l’antre supposé des islamistes.

L’armée tchadienne est réputée pour être unes des meilleures de la région, l’élite, issue des Zaghawa, l’ethnie du président a été déployée sur le terrain.

Le pays s’est plusieurs fois illustré sur différents fronts : dans le Darfour soudanais ou encore comme force d’interposition plus récemment en Centrafrique.

Avec l’argent du pétrole, Idriss Déby a réorganisé et modernisé son armée, qui n’est plus orientée uniquement vers la défense contre les rebelles venus de l’Est.

Désormais, le chef d’Etat peut projeter ses troupes à l’extérieur. Autre avantage, le Tchad a plusieurs fois collaboré avec la France. Mais son expérience des opérations est entachée de nombreuses violations des droits de l’Homme. Cette aide providentiel lui permettrait de gommer cette image et de se positionner comme un acteur majeur de la région. « Notre mission est de combattre le terrorisme et de l’éradiquer de la région », a déclaré à Reuters Mahamat Idriss Déby Itno.

L’impatience du Tchad

Mais le pays n’est pas prêt à tous les sacrifices. Le 23 février, 26 soldats tchadiens sont morts dans des affrontements avec les combattants d’Aqmi. Depuis plusieurs semaines, le gouvernement tchadien presse les forces africaines de la Cédéao de se mobiliser davantage.

« Aux soldats maliens, votre place est au front pour accomplir votre devoir de protection des populations. Nous vous attendons dans les montagnes du Nord, à la lisière de la frontière algérienne », a ainsi insisté le président tchadien lors d’un sommet extraordinaire de la Cédéao sur la crise malienne en Côte d’Ivoire et a ajouté : « l’heure n’est plus aux discours, mais plutôt à l’action; l’ennemi n’attend pas. Nous appelons l’état-major de la Cédéao à accélérer le déploiement des troupes dans les zones libérées. »

Le président en exercice de la Cédéao le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, a cependant assuré de la détermination de la région à porter ses effectifs à « 8.000 hommes ».

La Cédéao assure que quelque 6.000 de ses soldats sont déjà au Mali, mais côté français on parle plutôt d’environ 3.500. Dans tous les cas, l’essentiel de ces troupes n’est pas présent sur les points chauds. Le président ivoirien a reconnu implicitement que la Misma rencontrait des difficultés en appelant à la mobilisation urgente des fonds promis lors d’une conférence internationale à Addis Abeba fin janvier, et à l’apport des « ressources additionnelles indispensables ».

L’enjeu est de taille, et la probable mort des chefs d’Al-Qaïda vient de le rappeler.

Source :tempsreel.nouvelobs.com/ 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:13

Manif1

Les patriotes  ivoiriens annoncent leurs Etats généraux le 30 mars prochain à Paris. Faire le bilan d’étape après le procès des colons contre le président légitime de la Cote d’Ivoire Laurent Gbagbo.

La Haye le 18 juin

 

Cela fait deux ans qu’ils arpentent les rues de Paris, voire des grandes capitales européennes pour dénoncer le kidnapping du président ivoirien, Laurent Gbagbo, leur champion le 11 avril 2011 par les forces spéciales françaises. Ces patriotes qui se comptent parmi toutes les couches socio professionnelles et diverses nationalités tant africaines qu’européennes, ne cessent de donner de la voix aux fins de libérer tous les prisonniers politiques en Côte d’Ivoire mais surtout de libérer le plus célèbre prisonnier de la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo.

Et c’est donc conscient du défi à relever après plusieurs tentatives de rassemblement dans un mouvement unitaire et après une prise de conscience depuis la dernière audience de confirmation des charges retenues contre leur champion, qu’ils viennent de décider d’unir enfin leur énergie non pas dans un mouvement unitaire mais dans une convergence et une coordination de leurs actions. Une idée qui a germé et qui connaîtra le clou, le 30 mars prochain au cours d’une sorte de réunion de rappel à l’ordre : Remobiliser les troupes pour la suite de la résistance, converger toutes les actions et se donner les moyens d’être efficace sur le terrain de la mobilisation, du lobbying, de la communication, tels sont les grands axes des prochains Etats Généraux de la Résistance patriotique ivoirienne à Paris. Mais avant, voici quelques points discutés à la réunion du 03 Mars 2013 :

Une assemblée avec les mouvements politiques s'est tenue le dimanche 03 Mars de 15h55 à
17h57. Les points débattus sont les suivants :
1) Informations;
2) Discussions des états généraux du 30 mars ;
3) Divers.
En informations, nous avons échangé sur la situation générale de la résistance et de l'audience à La Haye (du 19 au 28 février 2013). Nous nous sommes réjouis de la qualité de la défense de Maître Altit et son équipe. Nous ne nous sommes pas étendus sur ce point.
Concernant le deuxième point de l’ordre du jour, les participants se sont accordés pour dire qu’il faut absolument que nous passions à une autre phase dans la résistance. Cela demande la cohésion dans les actes que nous allons désormais poser afin que nous soyons efficaces ensemble. Puisqu’il s’agit de la vie du Président Gbagbo (notre leader) et de la situation qui prévaut dans notre pays qui sont en jeu, tous reconnaissent que c’est dans le rassemblement, dans un esprit de solidarité et un espace organisé que nos actions peuvent impacter. A la question, comment entendent être impliqués les mouvements politiques aux états généraux ? Tous les mouvements présents – à l’exception d’un qui réserve sa réponse à priori positive – estiment que la question ne se pose pas. Ils comptent être entièrement parties prenantes. C’est Laurent Gbagbo qui nous mobilise et avec lui la situation du pays.
Nous nous inscrivons dans sa vision. C’est en substance ce qu’il faut retenir.
Les états généraux devront être un lieu de restitution ou de cadre de capitalisation de tout ce qui a été fait jusqu’à maintenant. Tout en rendant hommage à tous ceux qui ont fait le grand travail de mobilisation que nous connaissons, il convient aujourd’hui de passer à une étape à la dimension des défis et des enjeux auxquels nous devons faire face. L’idée est de redonner confiance à nos compatriotes et à nos soutiens.
Certains ont déploré que nombre d’entre nous n’observent pas la discipline qui est un élément essentiel dans les périodes comme celle que connaît notre pays. Dans la structuration qui est en projet, il y aura à travailler sur cet aspect.
Nous avons également insisté sur les critères qui devraient nous guider dans la mise sur pied de l’équipe qui devrait désormais conduire la résistance. La tolérance, le sens de la responsabilité, la disponibilité et un minimum de savoir faire devraient être retenus. Devant un système impérialiste finement structuré, les uns et les autres doivent comprendre que pour la survie de notre pays, la complaisance ne doit pas être la règle là où il faut envisager les choses avec un sens de responsabilité empreint de méthodologie. Nous avons convenu de réunir en séance préparatoire des états généraux du 30 mars différents acteurs tant de mouvements associatifs que politiques, le dimanche 10 mars à partir de 15h. Le lieu de la réunion sera envoyé par une autre voie.
Il importe de noter que dans la Diaspora, c’est en France que nous sommes plus nombreux.
Nous sommes donc conscients que la réussite de notre rassemblement – en France – sera un grand facteur d’entraînement pour les autres pays. Aussi, convient-il de s’inspirer de l’Histoire de ceux qui ont résisté pour libérer leur pays pour comprendre, que chacun doit se surpasser pour regarder l’intérêt collectif, qui s’appuie sur le travail pour la libération du Président et celui de la restauration de la paix dans notre pays. Avec le rapport de force qui s'est dégagé en notre faveur depuis le 28 février, c'est par la capitalisation de la marge de manœuvre qui s'offre à nous que nous arriverons à la victoire définitive. Les contributions des associations ou personnes physiques aspirant à être présentes ou pas sont attendues.
Pour les préparatifs des états généraux
Email : etatsgeneraux30mars@yahoo.fr

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:12

Lorsque sonne l'heure du Peuple, celle de la dictature cesse de résonner. Par le combattant Mboua Massock.


mboua-massok.jpg

L"action citoyenne révolutionnaire, si possible pacifique, est l'ultime voie qui reste à un Peuple qui se propose réellement de faire bouger les lignes tracées par un pouvoir qui marque définitivement son refus d'écouter le peuple utile au sein de la communauté dont il a la charge, écoute qui aurait permis d'aller vers des consensus politiques porteurs des changements démocratiques palpables. Je ne cesse de le réaffirmer chaque fois que cela est apparu nécessaire comme c'est en ce moment le cas. Le 30 janvier 2013, dans un de mes messages à l'endroit de mon Peuple, particulièrement à la Jeunesse en son sein, je réitérais en toute humilité :

"A l'étape actuelle, les preuves indiquent que tout schéma traditionnel
de progrès démocratique est un mensonge".

Les bricolages organiques en rapport avec l'organisation des élections au Cameroun depuis 1992 viennent encore de présenter au monde entier, leur face hideuse, avec l'échec prévisible (et bien prévu) de la conduite du processus électoral par ELECAM-RDPC et les autres groupes politiques dits de l'opposition qui ne se privent pas d'être des accompagnateurs de ce assemblage dans sa fuite en avant. Ensemble, ils ont à grande échèle, battu campagne pour emmener les Camerounais et leur sœurs à se faire inscrire sur les listes électorales. Le résultat, n'en déplaise à cette coalition des chantres des inscriptions à tous les prix, est seulement lamentable, du moment où malgré toutes les astuces et autres subterfuges usités, sur un potentiel corps électoral de 10 à 12 millions d'individus, en réalité moins de 4 millions de personnes seulement ont répondu à leur sirène. Et il y a, comme de coutume toujours des chantres du succès d'un échec. Pour illustrer la non réussite ici, bien que comparaison ne soit raison, nous soumettons à l'appréciation de chacun, des données suivantes concernant les listes électorales dans 6 pays Africains ces temps derniers :

- Afrique du Sud : 23 millions d'inscrits sur une population évaluée à 42 million 900 milles ;
- Algérie : 20 million 250 milles inscrits sur une population estimée à 30 million 50 milles ;
- République du Congo : 2 million 250 milles inscrits sur une population évaluée à 3 million 200 milles ;
- Gabon : 723 milles inscrits sur une population évaluée à 1 million 200 milles ;
- Guinée Bissau : 600 milles inscrits sur une population évaluées à 1 million 200 milles ;
- Sénégal : 4 million 850 milles inscrits sur une population évaluée à 9 million 700 milles.

Changer de fusil d'épaule comme alternative

Sur cette base, il faut changer de fusil d'épaule. Et puisque le pouvoir ne sait, ne veut ni ne peut changer son fusil à lui d'épaule, il est de la responsabilité citoyenne de mon Peuple, ce Peuple Utile, de procéder à ce changement de son fusil d'épaule. Mon Peuple, ce Peuple Utile, doit, ici et maintenant, se déterminer à évoluer autrement c'est-à-dire par d'autres voies et canaux que ceux qui lui sont jusqu'à date suggérés. Du fait qu'il est établi, à la lecture de son comportement du moment, qu'il ne fait confiance ni à ceux qui se présentent comme "leaders opposants", ni aux partis et autres société civile, ni aux structures à charge de la question des changements politiques par le type d'élection mis en place depuis 1992 au Cameroun. il ne lui reste en réalité que cette alternative qu'est pour lui, changer de fusil d'épaule". Car, ce Peuple Utile continue à penser et à soutenir que le pouvoir encore malheureusement en place n'est pas en condition idéologique, politique et intellectuelle de procéder à une conduite crédible du processus de choix des dirigeants du pays tant à la base qu'au sommet des institutions. Il y a obstruction des canaux, de tous les canaux institutionnels de changement politique démocratique. Il y a obstruction des voies institutionnelles de pratique de la démocratie puisque l'apprivoisement des pouvoirs législatif et judiciaire par Biya et ses acolytes est certain. Alors, il y a DICTATURE. Et la corruption, les détournements et le vols à échelle jusque là insoupçonnée de la richesse appartenant à tout le Peuple Camerounais qui accompagnent ce fléau d'oppression, de marginalisation et d'exclusion ne sont pas pour améliorer la situation du Cameroun et du Peuple Camerounais. Tout ce ceci illustre clairement qu'une clique de gens, qui plus est à humanité ratatinée et moralité à restaurer s'est appropriée jusqu'à la légitimité du Peuple, sa propriété absolue, ce qu'aucun Peuple de normalement constitué ne peut et ne doit accepter. Or lorsque comme c'est le cas au Cameroun en ce moment, il n'est pas laissé au Peuple la possibilité de faire avancer les choses de manière paisible, le raisonnement que voici, du sage Kennedy l'Américain, trouve sa raison d'être : "Ceux qui rendent impossible les révolutions pacifique, rendent incontournables les révolutions violentes".

La RUE, lieu par excellence
d'expression d'un Peuple en colère

De ce fait, mon Peuple, ce Peuple Utile et Victime, est indigné. Il n'est plus, il me parait, surtout la jeunesse équilibrée en son sein, loin d'intensifier la colère qui en résulte et alors, d'avoir le courage, l'engagement et la détermination requis pour cesser de pleurnicher dans les cabarets, les salons et cuisines, les lavabos. de se A se lamenter dans les bureaux, les plateaux télé et radios, les ordinateurs qui animent les multiples groupes d'échanges par internet, les pages des journaux entres autres. A l'attention de ce Peuple là, je réitère que les lieux qu'il m'est revenu utilement d'évoquer ne sont pas indiqués pour manifester son indignation et exprimer sa colère. Le lieu approprié, le lieu par excellence où un Peuple utile se proposant d'AGIR et se faire enfin entendre et alors faire prédominer son diktat, ignorant toute peur et sans faire l'économie d'aucun risque ni danger, s"appelle la
RUE.

La RÉSISTANCE en lieu et place de l'opposition

Les opposants et l'opposition, face au régime néocolonial à la française est aujourd'hui au bout du rouleau. Ils ne peuvent, dans le conditionnement de l'environnement sociopolitique politique Camerounais actuel pas faire mieux que ce qu'ils ont offert et qui se passe de commentaires. N'est-ce pas la démocratie dite "apaisée" est le résultat de leur concubinage avec la logique du statu quo ambiant chez nous et le silence républicain qui en est la résultante ? Le moment est arrivée où la résistance et les résistants se doivent de prendre le relais pour concourir à mettre debout la frange du Peuple Camerounais indigné en colère. C'est justement pour cette raison que depuis le 23 février 2011, l'opération " Résistance Jusqu'au But " est en cours au Cameroun. Depuis lors je propose que cette opération révolutionnaire soit le cadre d'expression de la résistance globalisée du Peuple Utile Camerounais, sous la vigilance et l'impulsion des résistants du front, ce jusqu'à la mise hors d'état de nuire du régime et système néocoloniaux qui empestent nos existences individuelles et communes et, avec la refondation du Cameroun, l'instauration d'une démocratie qui sied avec notre environnement. Et ici, le rôle de la jeunesse est capitale. C'est avec elle que je voudrais partager cette réflexion du sage, telle que je me l'approprie :

Depuis la nuit des temps,
Ce sont les grands hommes qui font des grands Peuples.
L'inverse est encore attendu.

Que la solidarité de tous soit la garantie de la sécurité de chacun.

Humblement,
Patriotiquement,
Sincèrement.

Cbt. MbouaMassok
Résistant Camerounais
Leader Nationaliste Panafricain Agissant
(237) 99 91 36 88

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine