Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 15:40

Comment fabriquer son engrais naturel ?

engrais.jpeg

Oubliez les engrais chimiques ! 100% bio, 100% écolo, il suffit de quelques bonnes astuces pour fabriquer et utiliser les engrais naturels.

 

Engrais naturels: écologiques et économiques

Les engrais naturels proviennent des matières premières végétales, minérales ou animales décomposées. Ils possèdent de nombreux avantages :

• Ils favorisent la qualité nutritive du sol en le protégeant de l'érosion naturellement ;
• Ils permettent aussi d'éviter le développement des mauvaises herbes ;
• Les engrais naturels sont une véritable source d'économies ;
• C'est une très bonne façon pour recycler intelligemment.

Le purin d'orties : accélérateur de croissance

Cette mauvaise herbe que tu t'acharnes à arracher possède pourtant d'incroyables propriétés fertilisantes. Très riche en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, le purin d'orties est un véritable activateur de croissance pour toutes tes plantes. Il est aussi utilisé comme insecticide et dans le traitement de certaines maladies.

Comment fabriquer son engrais et l'utiliser ?

• Ramasse des jeunes pousses d'orties, de préférence avant la rosée du matin. Après avoir réuni 1kg de feuilles d'orties, hache-les menu.

• Laisse macérer les orties dans 10 litres d'eau entre 20C° et 30C° pendant 10 jours, mélange la mixture tous les 2 jours. Attention, cet engrais a une odeur très forte;

• Au bout de 10 jours, lorsqu'il n'y a plus de petites bulles remontant à la surface, ton engrais est prêt ! Pour une application à l'arrosoir, filtre la mixture avec un morceau de tissu.

Prix : 15€ pour 2L en magasin, c'est gratuit fait maison.

A savoir : si tu n'as pas la patience de fabriquer le purin d'orties, sache que tu peux simplement enterrer les orties séchées au pied de tes plantes.

Les cendres de bois : pour faire renaitre ta pelouse !

Les cendres de bois sont un engrais très riche en potasse et en phosphore, elles nourrissent en profondeur nos belles pelouses vertes. Tous les légumes à feuilles comestibles (cresson, épinards, etc.) en raffolent aussi !

Récupère les cendres de ta cheminée (seulement après combustion du bois sec et non traité), conserve-les bien dans un endroit hermétique pour les utiliser aux beaux jours.

Comment l'utiliser ?

• Il suffit d'épandre les cendres sur ton sol, puis de ratisser légèrement la terre. L'astuce est de le faire avant la pluie pour une pénétration des éléments nutritifs maximale !

• Attention, n'utilise pas cet engrais sur les plantes à fruits comme les fraisiers et framboisiers, cela favorise le développement des feuilles au détriment des fruits.

A savoir: mélanger un peu de cendres dans ton compost, l'enrichit en sels minéraux, mais en excès elles peuvent l'asphyxier et accélérer la volatilisation de la matière organique.

Prix : totalement gratuit ;)

Les algues vertes séchées : stimuler la résistance aux maladies

Tu habites pas trop loin du bord de mer ? Profite d'une belle balade sur la plage pour ramasser des algues. Ces plantes vertes marines une fois récoltées transmettent des substances bénéfiques pour tes plantes, stimulant sa croissance et sa résistance aux maladies.

Comment l'utiliser ?

• Fais en un tas, laisse reposer et fermenter pendant une semaine (ça sent fort !).

• Étale tel quel dans le potager et laisse cet engrais 3 à 4 jours. Retourne la terre et renouvelle l'opération à 2/3 jours d'intervalle (de 2 à 3 fois).

Son prix : la nature te l'offre généreusement. En magasin, tu peux en acheter à 10€ pour 1.5kg.

Sang desséché : accentuer la floraison

Le sang séché est un engrais azoté naturel, 100 % d'origine animale stimulant la floraison. Son action est rapide et durable : l'azote contenu dans le sang favorise la croissance des plantes, il agit même sur la couleur du feuillage et soutient les floraisons. Cet engrais convient parfaitement aux massifs de tes rosiers et aux plantes vivaces.

Comment l'utiliser ?

• Pour l'entretien des plantations existantes, épands à la volée par temps calme, puis enfouis par griffage.

• Pour ton gazon, après la première tonte, épands aussi du sang desséché et arrose les surfaces traitées.

Prix : environ 5.50€ pour 800g.

Nos cuisines regorgent de "déchets" pour faire pousser nos plantes !

Verse dans tes pots de fleurs tous les fonds de théières, c'est plein d'oligo-éléments et de fluor, les plantes adorent ça ! Fais de même avec le marc de café (à enfouir) et les fonds de bouteilles de lait.

Pour tes plantes d'intérieur, garde toutes tes coquilles d'œufs : fais les sécher au soleil, écrase tes coquilles pour en faire une poudre. Ensuite, il te suffit d'épandre cette poudre au pied des plantes en la mélangeant à la terre, c'est un engrais maison très écologique et gratuit.

Et pour avoir un jardin 100% bio et économique, n'oublie pas de faire ton compost !

 

Compost : le fabriquer et l’optimiser


compost.jpeg

Les déchets organiques représentent environ 30% du contenu de notre poubelle selon l’ADEME. Une solution pour recycler et réutiliser ces déchets du jardin : le compostage. Comment ça marche ? A quoi ça sert ? Comment l’utiliser ?

 

Compost : le geste indispensable pour un jardin écologique... et économique !

En recyclant tes déchets de cuisine et de jardin, tu obtiens gratuitement un composant organique qui libère des minéraux, indispensables à la vie du sol. Ainsi, plus besoin d'acheter d'engrais (chimique !) pour ton jardin, et le volume de tes déchets est diminué d'environ 100kg par personne et par an, selon l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie). Une économie pour toi, car il faut compter environ 8€ pour un sac de terreau dans le commerce mais aussi pour l'Etat, puisque les coûts liés au recyclage des déchets en sont réduits.

Bien choisir son mode de compostage

Il y a plusieurs solutions pour transformer tes déchets en compost. Ce choix se fera en fonction de l'utilisation que tu souhaites en faire et du volume à composter.

Le composteur : procure-toi avant tout un bac à compost, souvent financé par les collectivités (renseigne-toi en mairie). Tu peux aussi très bien le fabriquer toi-même avec quelques planches !

Quelle taille choisir ? Une capacité de 100 à 200 litres pour un jardin de moins de 100m2, de 200 à 600 litres pour un jardin de 100 à 500m2, et de 600 à 800 litres pour une superficie de plus de 500m2.

Coût : si tu ne peux pas en avoir par la mairie, compte environ 30€ pour un composteur de 500 L.
C'est un mode de compostage qui peut très bien être réalisé collectivement, par exemple à l'échelle de ton quartier ou de ton immeuble.

Le plus : Ce système favorise le processus de compostage, car il conserve l'humidité et facilité la montée en température.

Le compostage en tas : les déchets sont disposés directement sur le sol, dans un endroit abrité du vent et à l'ombre.

Le plus : l'avantage de ce type de compostage est qu'il ne limite à aucun volume. Le brassage (aération du compost) y est aussi plus aisé. Sans compter qu'il est gratuit !

Le compostage en fosse : les déchets sont placés dans un trou à environ 50 cm du sol.

Le plus : le compostage est facilité par les vers de terre. Et surtout, il ne coûte rien, si ce n'est un peu d'huile de coude le temps de creuser la fosse ;)

Optimiser son compost

Ca y est, tu t'es décidé à te mettre au compostage toi aussi ! Encore faut-il savoir comment s'y prendre ! Rien de bien compliqué, il suffit de suivre la marche à suivre pour obtenir à un compost réutilisable :

Place-le au bon endroit: à l'ombre, afin de préserver au maximum le compost des mauvaises odeurs, sur une surface plane et en contact avec le sol.
Humidifie régulièrement le compost, sinon il sera inefficace.
N'oublie pas de le mélanger de temps à autre, pour favoriser son aération.
Retourne-le complètement au moins deux fois dans la saison.
Alimente-le par des apports variés : débris de cuisine (épluchures, légumes, restes de repas, coquilles d'œufs...), déchets du jardin (fleurs fanées, gazon, branches d'arbres en petits morceaux...)
Renseigne-toi sur les éléments qu'il ne faut pas mettre dans le compost : cendres de bois ; plastique ; terre, sable et autres gravats ; litières ; tissus synthétiques ; métaux et verre.

Que faire de mon compost ?

Au bout de 4 mois, ce jeune compost servira comme paillis, une couche organique protectrice, à déposer au pied des végétaux à l'été ou à l'automne. Elle permettra de protéger et nourrir le sol en hiver.

Au bout de 8 mois, il peut être utilisé en rempotage ou pour les semis, en le mélangeant à de la terre.

En ville aussi : j'opte pour le lombricompostage

« Recycler ses déchets, c'est bien beau, mais seulement quand on a un jardin ! » Faux ! Le compostage est aussi possible à l'intérieur même de son logement. Cela s'appelle le lombricompostage (ou vermicompostage). Sous ce nom barbare se cache en fait un principe tout simple : les déchets sont placés avec des vers de terre dans un bac alimenté de terre et un peu d'eau. Les vers se nourrissent des déchets qu'on leur fournit et leurs déjections forment le compost.

Avantage : cette technique convient aux intérieurs puisqu'elle ne nécessite pas beaucoup de place et ne dégage aucune odeur.

Coût
: pour te procurer un vermicomposteur, tu peux t'orienter vers les jardineries et boutiques spécialisées, ou même sur internet. Les prix varient, selon les modèles et leur capacité, de 80 à 200€.

Astuce
 : pour faire des économies, tu peux le fabriquer toi-même ! Pour cela, procure-toi trois boîtes de rangement qui s'empilent l'une sur l'autre et un couvercle pour celle du dessus. Fais des trous dans deux des trois boîtes, ce qui permettra aux vers de passer d'un étage à l'autre, et le tour est joué !

Source : http://www.radins.com

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:47

 

 

Sénégal: le Sénat supprimé, son budget ira à la lutte contre la pauvreté.

Macky Sall1

 

Les parlementaires sénégalais, réunis mercredi en Congrès, ont voté la suppression immédiate du Sénat, que le président Macky Sall avait motivée par la nécessité d'économiser 12 millions d'euros à l'année et de financer prioritairement la lutte contre les inondations.

Le congrès, qui réunit les deux chambres du Parlement, "a approuvé mercredi par 176 voix (sur 250 élus, ndlr) le projet de loi portant suppression du Sénat, de la vice-présidence et la création d’un Conseil économique, social et environnemental", a précisé l'agence de presse sénégalaise (APS).

Dominé par les partisans de l'ancien président Abdoulaye Wade, le Sénat s'était opposé à sa propre suppression. Mais l'Assemblée nationale, prééminente, avait eu le dernier mot mardi, la coalition soutenant l'actuel chef de l'Etat Macky Sall étant largement majoritaire à l'Assemblée.

"Les députés effacent les sénateurs", avait titré mercredi un quotidien. Au cours des débats, le député El Hadji Diouf avait présenté le Sénat comme "une institution inutile qui sert à recaser du personnel politique".

Elu il y a six mois, le président Sall avait annoncé à la fin août le dépôt, en urgence, de ce projet de loi constitutionnel pour supprimer le Sénat. "Les ressources prévues pour cette institution - près de huit milliards de francs CFA (plus de 12 millions d'euros) - seront ainsi consacrées à la solution des inondations", avait-il déclaré.

Selon l'APS, les fortes pluies avaient fait "des milliers de sans-abri et une vingtaine de morts dans le pays".

La ministre de la Justice, Aminata Touré, a évoqué mercredi une "rationalisation des dépenses publiques et des institutions".

L’Assemblée nationale reste le seul organe du pouvoir législatif au Sénégal et son président, Moustapha Niasse, devient la seconde personnalité de l’Etat. Candidat malheureux par trois fois à la présidentielle, Moustapha Niasse avait été Premier ministre en 1983 sous la présidence d'Abdou Diouf puis, en 2000-2001 sous celle d'Abdoulaye Wade, avant de devenir l'un de ses principaux opposants.

"Normalement, les sénateurs cessent d'être sénateurs dès aujourd'hui, puisqu'il s'agit d'une disposition constitutionnelle, à effet immédiat", a indiqué à l'AFP un constitutionnaliste réputé, refusant toutefois d'être cité. Les élections sénatoriales prévues le 16 septembre avaient été annulées.

Le poste de vice-président - également supprimé mercredi - n'avait, en fait, jamais été pourvu depuis sa création en 2009, très largement critiquée.

Un projet de loi du président Wade envisageait alors qu'en cas de démission, d'empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président est remplacé par le vice-président". Beaucoup soupçonnaient alors Abdoulaye Wade de vouloir nommer à ce poste son fils et ministre, Karim Wade, mais il s'était défendu de toute volonté de "dévolution monarchique" du pouvoir.

Source :Slateafrique

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:46

DÉCLARATION DE LA COALITION SÉLÉKA           No_037/SG/RCA/20/03/13

SELEKA

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE 

UNITÉ-DIGNITÉ-TRAVAIL 

Séléka

 

Après avoir déclenché une offensive militaire dans la Préfecture de MBOMOU, face aux troupes étrangères non communautaires et mercenaires lourdement armés par le Général François BOZIZÉ, en violation des Accords de Libreville, dans le but inavoué d’attaquer nos positions dans la Préfecture de la OUAKA, la coalition SÉLÉKA vient de mettre en déroute ces forces obscures par la prise et le contrôle de la ville de BANGASSOU, suite à des affrontements à 17 km de l’entrée de la ville. Par contre, la ville de GAMBO est prise sans combat, tout comme celle de RAFAI.

Dans leur fuite effrénée, ces troupes étrangères ont abandonné d’impressionnantes quantités d’armes et d’équipements militaires qui sont récupérées par nos vaillants éléments. Fier du courage de nos combattants, la coalition SÉLÉKA se réjouit de cette protection territoriale.

Nous récusons la présence des troupes étrangères non communautaires sur notre territoire. Elles ne sont nullement impliquées dans la gestion de la crise centrafricaine, tout comme ces mercenaires que le Général François BOZIZÉ a fait venir massivement en Centrafrique, en s’appropriant tous les points névralgiques de notre pays au détriment de nos forces régulières, les FACA, qui ne suscitent aucunement la confiance du Chef de l’Etat.

Sur notre Territoire National, partout où ces troupes étrangères non communautaires et mercenaires se trouveront, dès lors qu’ils constitueront une menace pour notre défense et notre sécurité, nous les affronterons et les déposséderons des armes achetées avec l’argent du contribuable centrafricain.

Nous invitons vivement le Général François BOZIZÉ à se mettre résolument sur le chemin de la paix, conformément aux engagements de Libreville, au lieu de pratiquer une politique de l’autruche qui lui sera forcément et bien fatalement préjudiciable.

Fait à Bambari le 20 Mars 2013

Justin KOMBO

Secrétaire Général - SÉLÉKA

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:44

Les prisons malienne débordées jihadistes incarcérés.


Dans le massif de l’Adrar des Ifoghas, dans l’extrême nord-est du Mali, soldats tchadiens, français et maliens mènent d’âpres combats. Dans un univers minéral et aride, ils traquent un ennemi déterminé : des jihadistes qui n’hésitent pas à se faire exploser plutôt que de se rendre. Mais, jeudi 7 mars, l’armée française a annoncé que 5 d’entre eux avaient préféré la vie et déposé les armes. Parmi ces ennemis, les soldats français ont découvert un de leurs compatriotes.Mi-janvier, le juge d’instruction antiterroriste Marc Trévidic a avancé le chiffre de  10 à 15

Prisons-cameroun1.jpg

Français partis combattre dans le nord du Mali, via le Niger ou l’Algérie. Il a souligné que leur décompte était toutefois difficile. Un présumé jihadiste français a été arrêté au Mali en novembre et expulsé vers la France. Un autre a été intercepté à Niamey, au Niger. 4 personnes, dont 3 Français, ont été arrêtées sur le territoire français avant de partir. Mais le Mali n’est pas la seule destination des jihadistes. D’autres choisissent le Yémen ou la Syrie. Le juge Trévidic affirme qu’« on peut avoir une cinquantaine de Français dans la nature actuellement ». Pour leur entraînement, certains passent par l’Afghanistan ou par les zones tribales du Pakistan, à l’image de Mohamed Merah. D’autres se forment en fouillant l’internet.  La France est réputée pour avoir l’un des dispositifs de lutte antiterroriste les plus performants au monde. Les suspects qui se rendent dans des zones sensibles sont suivis à leur retour, et en cas de soupçons de radicalisation, la surveillance se renforce. Ce qui n’empêche pas certains de passer entre les mailles du filet, comme Mohamed Merah. En France,  selon les services de sécurité, « il y a entre 100 et 300 personnes surveillées », poursuit Mohamed-Ali Adraoui, qui s’empresse de préciser que « cela ne veut pas dire qu’elles vont passer à la violence ».

Si les jihadistes français arrêtés au nord-Mali sont systématiquement extradés dans l’Hexagone, il n’en est pas de même des jihadistes maliens ou étrangers. Ces derniers sont remis à l’armée malienne sur place et, sous son escorte, convoyés jusqu’à Sévaré avant d’être transférés à Bamako. Selon des sources bien informées, on compte déjà 200 jihadistes et rebelles du MNLA internés à Bamako. « Leur détention nous pose de sérieux problèmes, reconnaît un cadre de l’administration pénitentiaire. Nous les avons répartis entre la prison centrale de Bamako, qui est déjà en surpeuplement, les locaux de la gendarmerie et d’autres lieux que nous préférons taire pour des raisons de sécurité. ». Nos sources révèlent qu’au niveau de la prison centrale de Bamako, des locaux spéciaux ont été aménagés pour  recevoir ces prisonniers qui manquent de tout. « Ils n’ont même pas d’habits et seulement des chaussures trouées », explique une de nos sources qui ajoute que si jamais on mettait sous le climatiseur ces brutes habituées au climat infernal du désert, ils mourraient tous.

La gestion judiciaire du cas des détenus est confiée à un juge d’instruction de la commune 3 de Bamako« Ils ne sont pas considérés comme des prisonniers de guerre, précise un responsable judiciaire, mais comme des terroristes ou des traîtres qui ont pris les armes contre leur pays ». Dans un cas ou dans l’autre, le code pénal malien prévoit la peine de mort. Heureusement pour les bandits, depuis 20 ans, aucune exécution capitale n’a eu lieu au Mali même si des peines de mort sont régulièrement prononcées par la cour d’assises.

Par Tiékorobani 

Source :Bamada.net

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:42

Résurrection du terroriste Mokhtar Belmokhtar au sud de l’Algérie.


mokhtar-belmokhtar-terroriste-algerien.jpg


Il a été signalé par des habitants d’El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne.

Donné pour mort par le gouvernement tchadien, le 2 mars dernier, l’empereur du désert, Mokhtar Belmokhtar, est finalement vivant, confient des sources très bien imprégnées des donnes sécuritaires et de la situation qui prévaut actuellement au Sahel. La réapparition du brigand a été signalée, semble-t-il, même par des habitants d’El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne. Il aurait été aperçu dans une petite localité désertique, ancienne mine de sel, connue sous le nom de Taoubenit, dans la périphérie du massif de Tighar Ghar, située entre Tombouctou et le nord-ouest Infoghas-Tilemsi, une zone connue aussi sous le nom d’Adrar vers les frontières de la Mauritanie. Cette région a toujours été le point de repère initial de BMB, avant le coup d’Etat contre l’ancien président malien, Amadou Touré. Elle abritait même un petit aérodrome qui sera complètement détruit par BMB en 2007, du fait de son exploitation par des troupes militaires françaises. Peu de personnes connaissent la région, indiquent nos sources, dont une couverture sécuritaire est quasi impossible du fait qu’elle a été ensablée.
Le périmètre de 25/25 km où aurait été aperçu ce chef terroriste, est riche en grottes souterraines s’ouvrant l’une sur l’autre. Elles serviraient d’abris pour les lots d’armes et de munitions et de refuge pour les terroristes d’Al Qaîda au Maghreb islamique.
Les autorités militaires de la Mauritanie viennent d’ailleurs d’engager un dispositif sécuritaire important, par mesure de prévention, surtout que des terroristes du Mujao, ont pris la fuite vers ce pays depuis l’intervention de l’armée française. Mokhtar Belmokhtar, alias Belaouer, alias Khaled Abou al Abbas ancien adepte de l’AIS, né le 1er juin 1972 à Ghardaïa, a été donné pour mort à plusieurs reprises au même titre que Hassen Hattab, avant que ce dernier ne décide de déposer les armes et se rendre aux services de sécurité. Des sites islamistes avaient démenti la déclaration du gouvernement tchadien selon laquelle le chef de l’organisation «les Signataires par le sang», aurait été abattu. Porté sur la liste noire américaine des hommes à abattre, MBM a été à l’origine de la prise d’otages survenue en janvier sur le site gazier de Tiguentourine. Sa mort prétendue par les Tchadiens n’a été confirmée ni par les autorités compétentes algériennes ni par les français engagés aux côtés des Maliens pour libérer les territoires occupés par les terroristes au Mali.
Dans ce contexte, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense français avait déclaré: «Le ministre de la Défense ne doit pas parler au conditionnel. J’en appelle à la prudence et à l’esprit de responsabilité à l’égard d’indications que nous ne sommes pas en mesure de confirmer matériellement à ce stade.»
De même, qu’aucune source autorisée n’a confirmé cette information du côté algérien. MBM qui avait annoncé son divorce avec Al Qaîda au Maghreb islamique le mois d’octobre 2012 avait menacé de revenir à la charge pour perpétrer d’autres attaques. Le brigand du désert demeure l’un des terroristes les plus recherchés au monde.

Par Ikram GHIOUA 

Sourcelexpressiondz.com

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:41

Le parti de Gauche français demande de «couper l'aide» à Ouattara pour non respect des droits humais.

photo12

Amnesty International constate dans son rapport de février 2013 intitulé « la loi des vainqueurs » une généralisation de la « logique de vengeance et la perpétuation de l’impunité » en Côte d’Ivoire. Aux exactions des FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire) et des milice ssupplétives, s’ajoutent dorénavant celles de la Police Militaire qui s’arroge le droit de détenir des militaires certes, mais aussi des civils. Tout au long de l’année 2012, une répression aveugle et sans pitié s’est abattue sur les ivoiriens: les humiliations, les familles rançonnées et la torture sont d’usage courant.

Les « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » commis dans l’Ouest ivoirien en particulier à Duékoué pendant l’offensive des rebelles alliés d’Alassane Dramane Ouattara en mars-avril 2011, mais aussi lors de la destruction du camp de Nahibly en juillet 2012, se perpétuent à travers les exécutions sommaires et destructions de biens, le plus souvent basées sur des considérations ethniques. Ces faits restent totalement impunis, ignorés par les autorités ivoiriennes et par la Cour pénale internationale qui juge Laurent Gbagbo.

Amnesty International conclut : « aucun des auteurs des violations et atteintes très graves aux droits humains n’a été traduit en justice ni même relevé de ses fonctions ». Une commission Dialogue, Vérité et Réconciliation « inerte » un appareil judiciaire « affaibli et manquant d’indépendance » ignorant superbement les crimes que sont le viol et les disparitions, une telle impunité et l’incapacité à tenir les auteurs de ces crimes atroces responsables créent un risque grave de violence continue.

La France ne peut, comme elle fait toujours sous la présidence de François Hollande, soutenir le régime enplace en Côte d’Ivoire, installé avec l’appui déterminant du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Le Parti de gauche exige que soit reconsidérée l’aide au développement de ce pays en la mettant sous conditions de critères tangibles de cessation des violences faites au peuple ivoirien, de démocratisation de la vie politique et de réconciliation de la société civile.

Le Parti de Gauche 

Source : http://lepartidegauche.fr/actualites/international/la-cote-d-ivoire-souffre-trop-mefaits-d-injustices-21389

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:40

CPI : Un autre juge  rend le tablier suite aux faux et usage de faux contre le président Laurent Gbagbo. LE JUGE ANTHONY T. CARMONA REND SA DÉMISSION.

 Anthony_Carmona-Juge-CPI.jpg

Concernant le Président Laurent Gbagbo, le juge Anthony T. Carmona aurait exprimé en privé, son désaccord quand à la conduite du procès de ce dernier, devant la faiblesse de l’accusation et devant l’usage de faux en provenance du Kenya par la procureure Fatou Bensouda pour accuser le Président Gbagbo.
Pour le juge Anthony T. Carmona, l’abandon pure et simple des charges contre le Président Laurent Gbagbo, comme dans le cas du haut fonctionnaire kenyan, MUTHAURA, co-accusé du Président kényan Uhuru kenyatta, est l’unique porte de sortie honorable de la CPI.
Concernant le cas du Président Uhuru Kenyatta, le juge Anthony T. Carmona serait également en désaccord avec la procureure Fatou Bensouda.
En effet, cette dernière refuse contre toute attente, l’abandon des poursuites le Président Uhuru Kenyatta comme le demandent le Kenya et ses avocats.

Selon un Communiqué officiel de la Cour pénale internationale, le Juge Anthony T. Carmona (Trinité-et-Tobago) a présenté sa démission comme JUGE DE LA CPI, le 18 mars dernier.
Officiellement, pour devenir le cinquième Président de la République de Trinité-et-Tobago, élu par le collège électoral du Parlement de la République de Trinité-et-Tobago.
Mais selon d’autres sources, pour protester contre la gestion de certaines affaires par la Cour.
Selon ces sources, la Cour pénale internationale serait traversée par de graves dissensions concernant plusieurs affaires, dont celle du Président Laurent Gbagbo et celle du Président Kenyan Uhuru Kenyatta.
Concernant le Président Laurent Gbagbo, le juge Anthony T. Carmona aurait exprimé en privé, son désaccord quand à la conduite du procès de ce dernier, devant la faiblesse de l’accusation et devant l’usage de faux en provenance du Kenya par la procureure Fatou Bensouda pour accuser le Président Gbagbo.
Pour le juge Anthony T. Carmona, l’abandon pure et simple des charges contre le Président Laurent Gbagbo, comme dans le cas du haut fonctionnaire kenyan, MUTHAURA, co-accusé du Président kényan Uhuru kenyatta, est l’unique porte de sortie honorable de la CPI.
Concernant le cas du Président Uhuru Kenyatta, le juge Anthony T. Carmona serait également en désaccord avec la procureure Fatou Bensouda.
En effet, cette dernière refuse contre toute attente, l’abandon des poursuites le Président Uhuru Kenyatta comme le demandent le Kenya et ses avocats. Pour ces derniers, le cas du Président Uhuru Kenyatta est similaire comme deux gouttes d’eau à celui de son co-accusé, le fonctionnaire kenyan MUTHAURA, dont Fatou Bensouda a récemment abandonné les charges pour défection d’un témoin clé, et pour non-coopération du gouvernement kenyan.
Hier, Fatou Bensouda a déclaré au cours d'une conférence à Paris: "Nous n'abandonnerons pas les charges contre le Président Uhuru".
Pour la défense du Président kenyan, cette volte-face de la COUR est une hérésie.
Selon nos sources, le juge démissionnaire Anthony T. Carmona, serait également pour l’abandon des charges contre le Président Uhuru.
Son départ de la CPI serait selon nos sources, lié à la gestion des affaires Laurent Gbagbo et Uhuru Kenyatta.

Mais officiellement et pour sauver les apparences, le président Carmona a déclaré lors de sa démission, qu’il restait « prêt à aider à plaider pour la compétence universelle de la Cpi, sous réserve de tous les protocoles ». Le président de l’Assemblée des États parties, S.E. Mme l’Ambassadeur Tiina Intelmann, a félicité le juge Carmona pour son élection comme président de Trinité-et-Tobago, a souligné le rôle important joué par Trinité-et-Tobago dans la création de la Cour et a exprimé l’espoir que, compte tenu de son soutien personnel à la Cour, il chercherait à assurer une plus grande acceptation du Statut de Rome et de la Cour aux niveaux régional et sous-régional. Au nom de la Cour pénale internationale, le président de la Cpi, le juge Sang-Hyun Song, a aussi adressé ses sincères félicitations au juge Anthony Carmona pour son élection en tant que président de la République de Trinité-et-Tobago.
Comme on le voit, la CPI est présentement traversée par une vague de mécontentement de plusieurs juges. Même s’ils n’osent pas l’exprimer en public, ils le diraient en privé.
On se rappelle que des juges de la CPI avaient ouvertement dénoncé la corruption et la légèreté de l’ancien procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, dans sa gestion du dossier Laurent Gbagbo.

Michèle Laffont,
Correspondante aux Pays Bas

Source : IVOIREBUSINESS  

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:38

Moscou refuse de négocier avec le gouvernement fantoche de la Syrie terroriste.


Gouvernement-fantoche-syrien.jpg


Moscou refuse de négocier avec Ghassan Hitto et ce dernier refuse de négocier avec Assad. Comment régler la crise dans ces conditions? de RIA Novosti]

Moscou ne juge pas approprié de dialoguer avec Ghassan Hitto, élu cette semaine à Istanbul au poste de premier ministre du "gouvernement intérimaire" de l'opposition syrienne, a déclaré jeudi le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch lors d'un point de presse à Moscou.
Le porte-parole a rappelé que lors de ses premières interventions, M.Hitto avait exclu tout dialogue de l'opposition syrienne avec le régime du président Bachar El-Assad et qu'il prônait "une intervention étrangère urgente dans les affaires intérieures du pays".
"Sur cette base, de quoi peut-on parler? Nous dialoguons avec ceux qui sont intéressés à voir s'amorcer rapidement un règlement politique en Syrie", a indiqué M.Loukachevitch.
Selon lui, Moscou négocie un début de dialogue direct entre l'opposition et le gouvernement syriens avec notamment le chef de la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution syrienne Ahmed Moaz al-Khatib.
"Nous espérons que M.al-Khatib finira par venir à Moscou pour poursuivre le dialogue", a conclu le porte-parole de la diplomatie russe.

Source : http://www.fr.rian.ru/world/20130321/197859748.html

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:36

Lorsque sonne l'heure du Peuple, celle de la dictature cesse de résonner par  le Cbt. MbouaMassok

mboua massok

          L"action citoyenne révolutionnaire, si possible pacifique, est l'ultime voie qui reste à un Peuple qui se propose réellement de faire bouger les lignes tracées par un pouvoir qui marque définitivement son refus d'écouter le peuple utile au sein de la communauté dont il a la charge, écoute qui aurait permis d'aller vers des consensus politiques porteurs des changements démocratiques palpables. Je ne cesse de le réaffirmer chaque fois que cela est apparu nécessaire comme c'est en ce moment le cas. Le 30 janvier 2013, dans un de mes messages à l'endroit de mon Peuple, particulièrement à la Jeunesse en son sein, je réitérais en toute humilité :

"A l'étape actuelle, les preuves indiquent que tout schéma traditionnel
de progrès démocratique est un mensonge".

Les bricolages organiques en rapport avec l'organisation des élections au Cameroun depuis 1992 viennent encore de présenter au monde entier, leur face hideuse, avec l'échec prévisible (et bien prévu) de la conduite du processus électoral par ELECAM-RDPC et les autres groupes politiques dits de l'opposition qui ne se privent pas d'être des accompagnateurs de ce assemblage dans sa fuite en avant. Ensemble, ils ont à grande échèle, battu campagne pour emmener les Camerounais et leur sœurs à se faire inscrire sur les listes électorales. Le résultat, n'en déplaise à cette coalition des chantres des inscriptions à tous les prix, est seulement lamentable, du moment où malgré toutes les astuces et autres subterfuges usités, sur un potentiel corps électoral de 10 à 12 millions d'individus, en réalité moins de 4 millions de personnes seulement ont répondu à leur sirène. Et il y a, comme de coutume toujours des chantres du succès d'un échec. Pour illustrer la non réussite ici, bien que comparaison ne soit raison, nous soumettons à l'appréciation de chacun, des données suivantes concernant les listes électorales dans 6 pays Africains ces temps derniers :

- Afrique du Sud : 23 millions d'inscrits sur une population évaluée à 42 million 900 milles ;
- Algérie : 20 million 250 milles inscrits sur une population estimée à 30 million 50 milles ;
- République du Congo : 2 million 250 milles inscrits sur une population évaluée à 3 million 200 milles ;
- Gabon : 723 milles inscrits sur une population évaluée à 1 million 200 milles ;
- Guinée Bissau : 600 milles inscrits sur une population évaluées à 1 million 200 milles ;
- Sénégal : 4 million 850 milles inscrits sur une population évaluée à 9 million 700 milles.

Changer de fusil d'épaule comme alternative

Sur cette base, il faut changer de fusil d'épaule. Et puisque le pouvoir ne sait, ne veut ni ne peut changer son fusil à lui d'épaule, il est de la responsabilité citoyenne de mon Peuple, ce Peuple Utile, de procéder à ce changement de son fusil d'épaule. Mon Peuple, ce Peuple Utile, doit, ici et maintenant, se déterminer à évoluer autrement c'est-à-dire par d'autres voies et canaux que ceux qui lui sont jusqu'à date suggérés. Du fait qu'il est établi, à la lecture de son comportement du moment, qu'il ne fait confiance ni à ceux qui se présentent comme "leaders opposants", ni aux partis et autres société civile, ni aux structures à charge de la question des changements politiques par le type d'élection mis en place depuis 1992 au Cameroun. il ne lui reste en réalité que cette alternative qu'est pour lui, changer de fusil d'épaule". Car, ce Peuple Utile continue à penser et à soutenir que le pouvoir encore malheureusement en place n'est pas en condition idéologique, politique et intellectuelle de procéder à une conduite crédible du processus de choix des dirigeants du pays tant à la base qu'au sommet des institutions. Il y a obstruction des canaux, de tous les canaux institutionnels de changement politique démocratique. Il y a obstruction des voies institutionnelles de pratique de la démocratie puisque l'apprivoisement des pouvoirs législatif et judiciaire par Biya et ses acolytes est certain. Alors, il y a DICTATURE. Et la corruption, les détournements et le vols à échelle jusque là insoupçonnée de la richesse appartenant à tout le Peuple Camerounais qui accompagnent ce fléau d'oppression, de marginalisation et d'exclusion ne sont pas pour améliorer la situation du Cameroun et du Peuple Camerounais. Tout ce ceci illustre clairement qu'une clique de gens, qui plus est à humanité ratatinée et moralité à restaurer s'est appropriée jusqu'à la légitimité du Peuple, sa propriété absolue, ce qu'aucun Peuple de normalement constitué ne peut et ne doit accepter. Or lorsque comme c'est le cas au Cameroun en ce moment, il n'est pas laissé au Peuple la possibilité de faire avancer les choses de manière paisible, le raisonnement que voici, du sage Kennedy l'Américain, trouve sa raison d'être : "Ceux qui rendent impossible les révolutions pacifique, rendent incontournables les révolutions violentes".

La RUE, lieu par excellence
d'expression d'un Peuple en colère

De ce fait, mon Peuple, ce Peuple Utile et Victime, est indigné. Il n'est plus, il me parait, surtout la jeunesse équilibrée en son sein, loin d'intensifier la colère qui en résulte et alors, d'avoir le courage, l'engagement et la détermination requis pour cesser de pleurnicher dans les cabarets, les salons et cuisines, les lavabos. de se A se lamenter dans les bureaux, les plateaux télé et radios, les ordinateurs qui animent les multiples groupes d'échanges par internet, les pages des journaux entres autres. A l'attention de ce Peuple là, je réitère que les lieux qu'il m'est revenu utilement d'évoquer ne sont pas indiqués pour manifester son indignation et exprimer sa colère. Le lieu approprié, le lieu par excellence où un Peuple utile se proposant d'AGIR et se faire enfin entendre et alors faire prédominer son diktat, ignorant toute peur et sans faire l'économie d'aucun risque ni danger, s"appelle la
RUE.

La RÉSISTANCE en lieu et place de l'opposition

Les opposants et l'opposition, face au régime néocolonial à la française sont aujourd'hui au bout du rouleau. Ils ne peuvent, dans le conditionnement de l'environnement sociopolitique Camerounais actuel faire mieux que ce qu'ils ont offert et qui se passe de commentaires. N'est-ce pas la démocratie dite "apaisée" est le résultat de leur concubinage avec la logique du statu quo ambiant chez nous et le silence républicain qui en est la résultante ? Le moment est arrivée où la résistance et les résistants se doivent de prendre le relais pour concourir à mettre debout la frange du Peuple Camerounais indigné en colère. C'est justement pour cette raison que depuis le 23 février 2011, l'opération " Résistance Jusqu'au But " est en cours au Cameroun. Depuis lors je propose que cette opération révolutionnaire soit le cadre d'expression de la résistance globalisée du Peuple Utile Camerounais, sous la vigilance et l'impulsion des résistants du front, ce jusqu'à la mise hors d'état de nuire du régime et système néocoloniaux qui empestent nos existences individuelles et communes et, avec la refondation du Cameroun, l'instauration d'une démocratie qui sied avec notre environnement. Et ici, le rôle de la jeunesse est capitale. C'est avec elle que je voudrais partager cette réflexion du sage, telle que je me l'approprie :

Depuis la nuit des temps,
Ce sont les grands hommes qui font des grands Peuples.
L'inverse est encore attendu.

Que la solidarité de tous soit la garantie de la sécurité de chacun.

Humblement,
Patriotiquement,
Sincèrement.

Cbt. MbouaMassok
Résistant Camerounais
Leader Nationaliste Panafricain Agissant
(237) 99 91 36 88

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:32

La fermeture des banques Chypriotes annonce-t-elle la disparition de l’Euro en tant que devise ? Ecoutez Nigel Farage.

bankcollapse

 

 

                                


 

 

Cliquez ou recopiez le lien ci-dessous en cas de probleme.

 

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pBiwjHFQ2ns#at=31

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine