Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 14:27

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'économie française.

Unrest-reunion

 Photo archives

 

ÉCONOMIE - Un audit parlementaire sur la politique d'immigration de la France le rappelle...

Tordre le coup aux idées reçues qui polluent le débat sur l’immigration. C’est l’objectif de la trentaine de parlementaires français qui ont rendu leur audit sur la politique d'immigration française mercredi. Les économistes interrogés dans ce cadre sont formels: les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent à l’économie française. Décryptage à partir de quatre idées reçues.

1) La France accueille «la misère du monde» :

FAUX - Pour démonter cette idée reçue, l’économiste Mouhoub El Mouhoub s’appuie sur le taux d’expatriation, qui mesure la part des expatriés d’un pays par rapport à sa population. Et il montre que plus un pays est pauvre, plus son taux d’expatriation est bas, c’est à dire que peu de ses citoyens migrent vers l’étranger. Lle coût d’une migration est en fait si élevé que seuls les plus aisés peuvent se le permettre.

De même, à l'échelle d’un pays, ce sont les plus qualifiés qui émigrent. Et la part de migrants qualifiés est même croissante note le rapport, qui révèle par exemple que les migrants d’origine subsaharienne ont en moyenne un niveau d’instruction supérieur aux personnes vivant en France métropolitaine. Ce qui peut par contre avoir des conséquences dramatiques dans les pays d’origine, comme la fuite des cerveaux. Ainsi, plus de 80% des personnes qualifiées d'Haïti quittent leur pays d'origine.

2) Les immigrés coûtent cher parce qu’ils reçoivent plus d’aides sociales :

FAUX  - Il est vrai que les immigrés ont un taux de chômage plus élevé que la moyenne. Et ceux qui travaillent ont un salaire moins élevé que celui des natifs. Les allocations chômage versées aux immigrés sont donc plus importantes que les sommes cotisées par ces derniers. Mais l’économiste Lionel Ragot rappelle les immigrés sont majoritairement des actifs, entre 25 et 50 ans. Ils sont donc très nombreux à cotiser pour la retraite, alors qu'ils sont très peu à percevoir une pension. Par ailleurs, ils font peu valoir leur droit en matière de santé alors qu'ils y cotisent également. Or les dépenses sociales pour la santé et les retraites représentent des montants bien plus importants que les prestations liées au chômage en France. Au final, «la contribution aux budgets publics des immigrés est donc positive» et s’élève à 12 milliards d’euros. Soit 2.250 euros par personne immigrée, contre 1.500 euros pour les natifs.

3) Les immigrés prennent les emplois des natifs :

FAUX – Même s’ils sont actifs pour la plupart, les immigrés ne privent pas les natifs en occupant un emploi. En effet le volume d’emploi n’est pas figé et toute arrivée de population immigrée, qui sont de nouveaux consommateurs, créé automatiquement de nouveaux emplois. Par ailleurs, les migrants sont plus nombreux à accepter des professions délaissées par les natifs. L’arrivée d'immigrés peut par contre tirer les salaires vers le bas à court terme, de l’ordre de 0,04 à 0,18% par tranche de 50.000 personnes arrivées.

4) L’immigration choisie est meilleure pour l’économie que l'immigration non sélective :

VRAI ET FAUX – A cause du vieillissement de la population, il y aura de moins en moins d’actifs par rapport aux nombre de retraités en France. A l’horizon 2050, le financement des retraites devrait coûter 3% de PIB supplémentaire par raport aux dépenses actuelles, comme l'a calculé le COR (Conseil d’orientation des retraites) avec une immigration similaire à celle d’aujourd’hui.

Lionel Ragot a calculé l’influence de différentes stratégies d’immigration sur ce ratio.Sans plus aucune immigration, il faudrait 4,3% de PIB supplémentaire par rapport à aujourd’hui pour financer la protection sociale, soit 1,3% de plus qu'en maintenant la même politique migraotire. A l’inverse, il faudrait 0,6% de PIB de moins qu’aujourd’hui si l’on choisit d'autoriser une immigration plus importante (de l’ordre de 100.000 personnes par an). Et même 1,2% de PIB en moins si ces 100.000 personnes sont «choisies» pour leur haut niveau de formation: elles cotiseraient en effet davantage grâce à leurs hauts salaires. L’immigration choisie est donc positive à court terme.

Mais, à long terme, l’immigration choisie est plus coûteuse que l’immigration non sélective. En effet, les immigrés formés «ont une espérance de vie plus élevée et vont toucher une retraite et bénéficier de prestations maladie plus importantes», précise le rapport.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 14:25

Côte d’Ivoire -  57 prisonniers dont 16 femmes abattues à la MACA par les FRCI (Les forces rebelles de Côte d’ivoire) du régime dozocratique d’Abidjan. Une vraie boucherie.  

Cote d'Ivoireimages                Photo archives

             

 

 Le corps sans vie du prisonnier d'Akesse Agnero qui a reçu une balle par les FRCI à MACA, lors de leur assaut le Mercredi 24 Juillet 2013, alors qu'il était les mains nues.

Depuis la nuit du mardi 23 à la journée de mercredi 24 juillet 2013, la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) est en état de guerre, à cause d’une tentative de mutinerie et d’évasion par certains prisonniers. Un millier de forces de l'ordre ont alors donné l'assaut sur la prison, tuant par balles 57 prisonniers parmi lesquelles 16 femmes, et faisant une centaine de blessés.
Malgré l'appel au dialogue lancé par les prisonniers aux mains nues avec l’administration pénitentiaire, les forces de l’ordre conduites par WATTAO, ont préféré lancer l'assaut sur la prison, particulièrement contre le Bâtiment C.
Selon nos informations, recoupées par plusieurs autres sources, tout serait parti du chef pénitencier YAKOU le CHINOIS, qui ferait la pluie et le beau temps à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan.
Ce sinistre personnage, de nationalité guinéenne et d'ethnie peul, condamné à vingt ans de prison pour vol en réunion et vol à main armée, se voit confier la gestion quotidienne du bâtiment C par l'administration pénitentiaire. A ce titre, il bénéficie de tous les privilèges à savoir, sexe, drogue, téléphone, et autorisation de violence sur les autres détenus.
Le mardi 23 juillet dernier, un des lieutenants de Yakou le Chinois encore appelé Yakou de Charia, appelle le Commandant WATTAO, commandant en second du CCDO la nouvelle police mise en pace par le régime, pour l'informer que son chef prépare une évasion.
Une fois Wattao informé, il appelle le régisseur de la MACA et lui fait le point de sa conversation avec le lieutenant de Yakou le Chinois.
Ce dernier convoqué, nie farouchement les faits et regagne sa cellule. Trente minutes plus tard, Yakou est attrapé avec des rouleaux de corde servant à s'évader. Il est alors confondu et coincé par l'administration qui décide alors de le transférer à la prison de Dimbokro. Mais avant, décision est prise de le faire dormir au blindé en attendant de le convoyer mercredi 24 juillet 2013.
Il est alors conduit vers 20h à son bâtiment par trois gardes pénitenciers. Mais une fois à son bâtiment, ces derniers sont pris en chasse par des éléments de Yakou de Charia et l'un des gardes du nom de Tia Sylvain, se retrouve grièvement blessé.
C'est alors le début de l'assaut des forces de l'ordre sur la MACA avec armes lourdes, gaz lacrymogènes, fusils, matraques, etc... Au total, ce sont un millier de soldats Frci, et de membres du CCDO, qui assiègeront la prison en tirant à balles réelles sur les prisonniers, tuant 57 prisonniers parmi lesquels 16 femmes, et causant une centaine de blessés.
Nous y reviendrons.

Eric Lassale,
Envoyé spécial à la MACA

Source : IVOIREBUSINESS

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 14:16

La Syrie victime des conquêtes de l’OTAN

                   otan-logoBashar al-Assad cropped

 

Napoléon l’avait compris. Pour mener une guerre hégémonique, il faut commencer par quelques annexions faciles qui fourniront les hommes nécessaires aux autres conquêtes. Il avait réussi à dominer l’Europe grâce à ses italiens, ses allemands, ses autrichiens, ses polonais, etc., bref, grâces aux européens eux-mêmes.

Par la suite, les anglais et les français ont réussi à coloniser le monde grâce aux soldats indigènes encadrés de métropolitains. Ils ont ainsi créé des armées coloniales composées de recrues locales qui étaient utilisées sur l’ensemble des colonies, partout où il fallait stabiliser une conquête, réprimer une révolte ou acquérir de nouveaux territoires. Ces soldats ont même été utilisés pour voler au secours des ‘’mères patries’’ menacées d’invasion.

Aujourd’hui c’est l’Amérique qui a repris le relai des anglais et des français, à travers la vaste machine de l’OTAN. A la différence de ses prédécesseurs, elle agit de manière beaucoup plus discrète, au point que la similitude ne saute pas tout de suite aux yeux, mais le processus est le même. Conquête de territoires pour lesquels on nomme des gouverneurs locaux (petite différence avec les colonies : les gouverneurs étaient rarement, sinon jamais locaux), recrutement sur place d’hommes qui seront ensuite formés pour les futures interventions. Là aussi, une petite différence : les recrues ne sont pas reconnues comme faisant partie de l’armée de l’occupant, ce qui permet beaucoup de souplesse dans l’utilisation de ces hommes.

Si les Etats-Unis ont utilisé ce type de combattants en Amérique latine, au Tibet, au Kossovo, en Afghanistan ou même en Irak, c’est durant la guerre de la Libye qu’il est vraiment apparu qu’ils n’étaient qu’une émanation de l’OTAN, donc des Etats-Unis.

Mais c’est surtout la guerre de Syrie qui, par sa durée, révèlera les liens étroits qui unissent ces soldats indigènes avec leur employeur. Aujourd’hui encore on nous les présente comme des salafistes, takfiristes, wahabites, frères musulmans, ou parfois, pour généraliser, simplement comme fondamentalistes ou islamistes. Certes ils sont tout ça. Mais est-ce à cause de ces appartenances qu’ils se battent à travers le monde, jusqu’en Chine ? Bien sûr que non. En les enfermant dans des cases sectaires, on veut nous faire croire que tous ces combattants (on dit djihadistes, pour enfoncer le clou) ne se battent que pour leurs convictions, et nous faire oublier que ce ne sont que des soldats indigènes recrutés, formés, armés et entretenus pour faire ce pourquoi ils sont là.

Dès les premiers jours des événements syriens, on a vu rappliquer les contingents libyens. Ne suffisant pas à la tâche, on a appelé en renfort quelques éléments de Tunisie, pays fraîchement presque conquis. Puis ce fut le tour des Tchétchènes, des kosovars et des irakiens. Ça ne suffisait toujours pas. Il a fallu ensuite racler le fond des prisons saoudiennes (ils ont dû se rappeler le film ‘’les douze salopards’’), aller puiser dans les réserves européennes qui étaient destinées à d’autres missions futures. On va même chercher les somaliens qui, du jour au lendemain, oublient leur raison de vivre, c’est-à-dire l’instauration de la charia en Somalie, pour venir secourir leurs frères bien-aimés en difficulté. Tous les indigènes de l’empire convergent vers la Syrie. Tous ? Il manquait encore la cavalerie, les troupes de choc : les talibans. Devant la débâcle de l’armée indigène face à l’armée syrienne, leur engagement devenait plus que nécessaire. Les voilà donc en route vers la Syrie, pour venir à la rescousse de l’empire mal en point, empire qu’ils combattent par ailleurs en Afghanistan depuis 12 ans, nous disait-on.

Comment seront-ils classés ? Salafistes, takfiristes ? Leur présence risque de changer la couleur de la guerre en Syrie. Ceux que l’on se plait à présenter comme des bouffeurs de chiites à chaque repas vont tomber nez à nez sur… le Hezbollah. Mais ça c’est une autre histoire.

Après les talibans, que reste-t-il ? Il y a bien les restes des contras latino-américains qui sont au chômage, pour le moment. Peut-être les réactivera-t-on ? Ils seront tellement bouleversés par le sort des chrétiens de Syrie, après un massacre savamment mis en scène dont le héros principal ne serait autre que Bachar Al Assad, qu’ils voleront à leur secours. Il reste aussi les philippins, les sud-coréens, les australiens. Mais alors, il sera difficile de rester dans le cadre strict du fanatisme religieux. Quoi que…

Il est donc fort possible que la Syrie soit, pour quelques temps encore, un haut lieu de rendez-vous. Mais le danger ne vient pas du fanatisme ou des qualités de combattants de ses visiteurs, mais du fait que tout ce beau monde n’est que de la chair à canon. Aujourd’hui comme hier, les combattants indigènes ne servent qu’à ça. Et tant qu’il en restera un vivant, l’OTAN peut se permettre de continuer la guerre. Pour gagner, l’armée syrienne devra les exterminer jusqu’au dernier, tâche presque impossible. Plus ils en tuent, plus il en débarque via les pays limitrophes. Jusqu’à quand cela durera-t-il ?

Il y a un constat sous-jacent : pour l’instant, tous ces combattants indigènes sont musulmans qui, tous les jours, tuent des syriens à majorité musulmane. Dans leurs rangs, c’est par dizaines, voire par centaines, tous les jours, qu’ils sont tués par l’armée syrienne. Ce sont donc quotidiennement par dizaines ou par centaines que des musulmans sont exterminés par la main d’autres musulmans. D’un certain point de vue, c’est véritablement une guerre civile attisée de l’extérieur qui se déroule sous nos yeux. Les protagonistes sont trop impliqués pour le voir ainsi. Mais les autres ?

 

 Source : Avic in réseau international

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 21:12

     ARGUMENTAIRE POUR LE PROJET DE CREATION DE LA

 CONFEDERATION GENERALE DES PARTIS POLITIQUES AFRICAINS (COGEPPA)

 afrique

Voilà déjà plusieurs années, à l’aube des indépendances africaines, le grand panafricaniste Kwamé NKRUMAH lançait son célèbre mot d’ordre « AFRICA must Unite » (l’Afrique doit s’unir).

 

Aujourd’hui, comme en écho à cette vision, un autre constat s’impose désormais : aucun pays africain ne peut tout seul s’en sortir.

 

Nous sommes, dès lors, condamnés à prendre la mesure d’une telle réalité afin d’avoir, selon nous, une lecture correcte des difficultés pour le continent à voir émerger un leadership politique incontestable.

 

A la genèse même du Mouvement de Libération Nationale gisait, déjà, cette idée de mise en place d’un vaste front de lutte contre la système colonial.

 

Les effets nocifs de ce système avaient fini de transformer les différents territoires sous tutelle étrangère -essentiellement française, anglaise, portugaise, espagnole peu ou pro Allemande en plus du système raciste de l’apartheid en Afrique du Sud- en des comptoirs coloniaux sans perspective d’émancipation et de développement.

 

Le Rassemblement Démocratique Africain (RDA) en Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est (Mouvement Mau Mau de Jomo Kenyatta, Afrique du nord (Tunisie avec Habib BOURGUIBA, au Maroc le Roi Mohamed V, le FLN en Algérie), en Afrique centrale (UPC de Ruben UM NYOBE, Boganda en OUBANGUI-CHARI, etc : Ce sont là quelques repères pour juger de la volonté des acteurs d’unir leurs forces face au pouvoir colonial.

 

Evidemment, en résonance à l’action de l’ensemble de ces mouvements politiques, il y avait le Mouvement Démocratique des jeunes, des femmes, institues à l’échelle du continent et souvent adossés à de puissantes organisations ouvrières et paysannes panafricaines.

 

Au fur et à mesure -dans un contexte historique mondial très marqué par deux meurtrières guerres mondiales européennes imposées aux masses africaines- émergea, alors, l’idée d’indépendance avec les résultats que l’on sait :

Guerre d’Algérie, Maquis de l’UPC au Cameroun, Mouvements de libération nationale dans les colonies, entrée en lice de l’ANC pour une lutte frontale contre le système raciste de l’Apartheid.

 

Et cette sorte de métamorphose du mouvement revendicatif d’émancipation et d’égalité en un vaste mouvement de Libération Nationale était la seule réponse adéquate face à l’intransigeance des tenants du système oppresseur colonial engagé définitivement dans une logique impérialiste évidente.

 

Conquise de haute lutte, la liberté des peuples africains n’en restait pas moins exposée ; et la vulnérabilité de bon nombre de systèmes politiques, face aux manœuvres des puissances tutélaires, devenues néocoloniales, n’en était que plus évidente.

 

Et pourtant, comme nous l’avons déjà souligné plus haut : il n’est pas exagéré de dire que dans l’ « idéologie des indépendances africaines », nonobstant les différents programmes politiques et les doctrines en jeu, persistait toujours cette mystique de l’Unité

Mystique de l’Unité qui doit souder à l’heure de la Mondialisation, ici et maintenant, les différentes fractions du Mouvement panafricain.

 

A l’épreuve de la stratégie coloniale, déployée dans le contexte de la guerre froide, les hérauts de la lutte pour l’Indépendance emprunteront, au grand dam, il le faut le reconnaître, de certains, des chemins divers…

 

En Afrique de l’Ouest, par exemple, le colonialisme français va jeter du lest en promulguant la loi cadre DEFERRE aux fins de contenir le puissant mouvement d’aspiration à l’émancipation totale du continent noir ; tout cela sous l’emprise de la guerre d’Algérie

 

Loi cadre comme traquenard programmant la balkanisation de l’AOF et l’AEF avant que l’octroi des indépendances aux différents pays ne vienne donner le coup de grâce à toute tentative d’aller vers l’indépendance sous la même bannière.

 

Des tentatives de mise en place d’Etat, fédérant, plusieurs territoires comme celle de BOGANDA EN Afrique centrale ou celle de la Fédération du Mali, furent, malheureusement, long feu ! Etouffées qu’elles furent dans l’œuf avec la mystérieuse disparition de BOGANDA et les sabotages des forces centrifuges à l’intérieur de la Fédération du Mali et à l’extérieur.

 

Avec le Commonwealth, parfaite illustration du pragmatisme anglais, l’objectif numéro un était d’empêcher le Président Kwamé NKRUMAH d’aller jusqu’au bout de son plan de mise en place d’un gouvernement à l’échelle continentale.

 

Il ressort de tout cela, et cela malgré les diverses voies empruntées et les formes variées des différents types d’indépendances africaines, que les peuples africains n’ont eu cesse de lutter pour la liberté, l’indépendance et le développement.

 

De fait l’expérience des Etats africains de 1960 à 1980 –période marquée par un progrés relatif du continent à tous les niveaux- a été édifiante quant à la capacité des africains à s’administrer et participer à la gestion des affaires du monde.

 

Mais les résistances d’ordre psychologique et politique ont empêché beaucoup de chefs d’Etat à accepter l’idée de NKRUMAH relative à la mise en place d’un gouvernement continental.

 

La création de l’OUA, considérée comme un pis-aller par les partisans de l’Etat fédéral devait mettre fin à l’existence des deux blocs celui de Casablanca et celui de Monrovia.

 

L’état des lieux de la situation qui prévaut en Afrique nous renseigne bien sur les conséquences négatives de l’entrée solitaire des Etats africains dans un contexte mondial où la concurrence s’apparente plus à une guerre économique qu’à autre chose.

 

En effet, pris individuellement, les pays africains ne sont pas, et c’est banal de le dire, des espaces économiques pertinents. Les recettes de la Banque Mondiale, du FMI ou d’autres institutions telles que le PAS (Plan d’Ajustement Structurel) n’ont guère permis d’atteindre les objectifs fixés au départ.

 

Les conséquences immédiates c’est d’abord le recul de plus de vingt ans du point de vue économique et social de bon nombre de pays africains, c’est aussi l’instabilité chronique de ces derniers avec les sous produits que sont l’absence de démocratie et la multiplicité des conflits.

 

Aujourd’hui encore l’Afrique s’ébroue à la démocratie et cherche à se doter des moyens efficaces pour s’extraire de l’isolement et la marginalisation.

 

L’avènement de l’Union Africaine (UA) –étape qualitative selon certains vers la création des Etats-Unis d’Afrique- n’a pas totalement amoindri l’impact des facteurs limitants que sont  « souveraineté » et  intérêts d’Etat jalousement protégés par les uns et les autres. IL faut mettre sous le même registre la lourdeur de certains mécanismes d’ordre économique.

Pour nous, seule la création des Etats-Unis  d’Afrique peut garantir la totale souveraineté et le développement.

Il s’avère à la lumière de tout ceci qu’à l’ère de grands ensembles qui s’organisent à l’échelle planètaire, l’Afrique doit trouver l’antidote pour exister et résister.

 

Conscient, dés lors, des pesanteurs et de la capacité de nuisances de forces, aussi internes qu’externes, les partis politiques doivent se regrouper et offrir à l’idéal panafricain de  création des Etats-Unis D’Afrique le facteur subjectif qui lui fait défaut : en clair, un parti politique organiquement constitue à l’échelle du continent.

 

La création de la CONFEDERATION GENERALEDES PARTIS POLITIQUES AFRICAINS (COGEPPA), sans être une panacée, en constitue l’outil indispensable. Vecteur objectif des idéaux d’un panafricanisme humanisme, la mise sur pied de la Confédération est en outre un facteur de stabilité et de paix aussi bien en Afrique que dans un monde de plus en plus interdépendant.

 

Afrikunie

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 19:16

Monsieur, Madame

afrique

Invitation

 

  Conférence de Presse de la Confédération Générale des Partis politiques Africains   COGEPPA  

  

Lancement du Directoire européen de la COGEPPA

  

Chères amies et amis  journalistes, panafricanistes, démocrates

 

Le Directoire de la Confédération Générale des Partis Politiques Africains   GOGEPPA en Europe  vous invite à la conférence de  Presse qu’elle organise le Jeudi 4 juillet à 18heures 30  dans le salon du Casino  1er étage   métro Nation

 

Vous trouverez , ci joint , l argumentaire qui fonde la raison structure politique panafricaine dont la vocation ultime est de promouvoir concrètement les conditions optimales prise de pouvoir par la voie démocratique_ pour la création des Etats Unis d  Afrique  Objectif  dorénavant incontournable pour l’Afrique mère , a l heure ou s édifient ,de par le monde , de grands ensembles pour faire face aux défis de la nouvelle donne politique planétaire  Stabilité Démocratie et Développement 

 

 

Recevez nos salutations distinguées

 

Luc Banemeck membre de l Union Démocratique du Cameroun  UDC ET Coordinateur du Directoire Europe de la COGEPPA

 

Sidi Tidiane Gueye  membre fondateur de la LD Mouvement pour le parti du Travail et membre du Directoire 

  

Très cordialement,

Le comité d’organisation

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 18:11

 

 

  

Douala, le 17 Juin 2013 : Cambriolage des Bureaux de Me Michel TOGUE, Avocat au Barreau du Cameroun, Défenseur des Droits Humains et Conseiller Juridique du REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale)

images divers5

 

 

Dans la nuit du 16 au 17 Juin 2013, des personnes non identifiées ont pénétré dans les bureaux de Me Michel Togué Avocat au barreau du Cameroun, Défenseur des Droits Humains et Conseiller Juridique du REDHAC.

Ils ont emporté avec eux son ordinateur portable, son passeport et beaucoup d’autres effets.

 

Me Michel TOGUE est victime régulièrement de filatures, d’actes  d’intimidation par téléphone ou par mail indiquant l’enlèvement de ses enfants l’insultant de « pédé ». Tout ceci pour l’obliger à abandonner le combat de Défenseurs. Ces menaces l’ont amené à envoyer sa famille en exil.

 

L’élément nouveau est que : le 07 Juin 2013, de passage à Yaoundé, Madame la Directrice Exécutive du REDHAC Mme Maximiliènne Ngo Mbe  dont le siège a été cambriolé dans la nuit du 1er au 2 Juin 2013, a rendu visite à Me Michel Togué dans ses bureaux.

 

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) informe que ces deux cambriolages ont eu lieu à l’intervalle de deux semaines et sont liés aux activités que mènent ces Défenseurs.

 

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) s'inquiète de la recrudescence des menaces qui pèsent sur les Défenseurs des Droits Humains, leurs collaborateurs et leurs familles au Cameroun.

 

C’est pourquoi :

 

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) dénonce fermement la multiplication des menaces, des agressions visant Me Michel Togué et sa famille, les cambriolages ciblés des bureaux des organisations des Droits Humains et des Avocats Défenseurs.

 

En conséquence, Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) demande :

 

Aux autorités camerounaises de prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection de Me Michel Togué et de sa famille ;

 

De mener sans délai une enquête exhaustive, indépendante, effective, rigoureuse, impartiale et transparente quant aux faits décrits ci-dessus, afin d'identifier les responsables, de les traduire devant un tribunal indépendant, compétent et impartial conformément aux instruments internationaux et régionaux de protection des droits de l’Homme, et d’appliquer les sanctions pénales, civiles et/ou administratives prévues par la loi Camerounaise ;

De garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de Me Michel Togué et de sa famille, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l'Homme au Cameroun;

De mettre un terme à toute forme de harcèlement à l'encontre de Me Michel Togué ainsi qu'à celle de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Cameroun, afin qu’ils puissent exercer leurs activités de défense des droits de l’Homme librement et sans entrave;

 

 

Cameroun-Région du Littoral-Ville de Douala -En face SGBC Bali - Derrière la Station Total -1e Villa Portail Bleu

                                                       N° de récépissé : 6321/2010/RDDA/C19/BAPP

Statut d’Observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples(CADHP) 

                B.P. 2863 Douala-Cameroun –Tél. B.: 00237 33 42 64 04 – Mob. : 00237 96080273

                  Email: redhac.executifddhafricentrale@gmail.com -

Site Web: www.Redhac.org

 

 

Pour toutes actions urgentes, veuillez contacter :

 

Premier Ministre : Philémon YANG :

Tél. : (+237) 22 23 92 54 / 22 23 57 60 / 22 23 57 50 / 22 21 00 42

Fax : (+237) 22 23 57 65

 

Ministre Délégué à la Présidence de la République, chargé de la Défense : Edgar Alain MEBE NGO’O

Tél. : + 237 22 22 15 24.

 Fax + 237 22 23 59 71

 

Vice-premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Laurent ESSO

Tél. : (+237) 22 23 55 56

Fax : (+237) 22 23 55 59

 

Secrétaire Général de la Présidence de la République : Ferdinand NGOH NGOH

Tél.  (+237)  22 20 04 55.

Fax : (+237) 22 22 08 70

 

 

Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation : SADI René Emmanuel

Tél. : (+237) 22 23 10 56

Fax : (+237) 22 22 63 32

 

Délégué Général à la Sûreté Nationale : Martin MBARGA NGUELE

Tél. : (+237) 22 20 30 93 / 22 20 22 80

Fax : (+237) 22 21 00 69

 

Source : REDHAC

                    RESEAU DES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS

                                                 EN AFRIQUE CENTRALE

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 14:35

Poutine remet  Cameron à sa place sur la Syrie : Comment peut-on armée des inhumains ?

 

 

                 


 


 

http://www.youtube.com/watch?v=5Jd_cL_9u_g

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 14:34

                            

 Les camerounais ont la parole avec l’Union   Démocratique du Cameroun.

           Cameroon flag

 

                                      Samedi Le 29 juin de 15h à 18h

                 Maison des associations : 1, rue Frederick Lemaitre 75020 Paris

 

 

Venez vous exprimer sur:
La double nationalité au Cameroun: Que propose la diaspora?
- L’Accueil et la protection des Camerounais de l’étranger dans nos ambassades et autres représentations diplomatiques. Pourquoi ca coince, Quel impact sur l’image de notre pays à l’étranger?
- Retour au pays et contribution de la diaspora à l’émergence du Cameroun : Qu’est ce qui doit changer et quels sont nos attentes et nos projets?
L’Union Démocratique du Cameroun est d’abord et avant tout un parti républicain au... service du développement et du dialogue entre tous les camerounais.

Venez nombreux avec vos idées elles sont importantes pour construire notre pays.

Compte tenu de l'importance que l'Union Démocratique du Cameroun (UDC) accorde à cette rencontre, votre présence patriotique est vivement souhaitée.



 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 14:33

Le collectif des victimes de Duékoué interpelle la Cour Pénale Internationale.

Duekoue-copie-3

 

Les victimes de Duékoué révoltées : “Bensouda doit arrêter de choisir ses victimes”

 

En arguant d’une insuffisance flagrante de preuves contre le Président GBAGBO, la chambre préliminaire 1 de la Cour pénale internationale de La Haye a pris une décision juste et courageuse qui dévoile à la face du monde entier toute la laideur de la méchanceté et de la haine que des hommes peuvent nourrir à l’endroit de leur prochain.

Prenant acte d’une si judicieuse et importante décision, le collectif des victimes de Duékoué voudrait saluer ici la juge de la CPI, son courage et son sens de l’honneur car s’agissant d’honneur, celui de la CPI même est largement entamé dans les consciences et dans les cœurs de l’opinion internationale. Nous voulons saluer ici aussi la détermination et l’expertise de Maître ALTIT, de son équipe et de toutes ces bonnes volontés des quatre coins du monde qui n’ont point ménagé leurs efforts pour qu’on en arrive là, avant la victoire finale. Leur refus de cautionner l’immoralité est, selon notre perception, un vibrant hommage aux grands hommes que sont Abraham LINCOLN, Victor SCHOELCHER, Martin L. KING, Kwame NKRUMAH ou plus près de nous, Nelson MANDELA.

Cela étant dit, à Madame la Procureure de la CPI, nous réitérons notre pressant appel de Duékoué: il faut que Madame Fatou BENSOUDA arrête de choisir «ses» victimes à elle. Le sang des innombrables victimes de la rébellion ivoirienne continue de crier, à n’en point finir, en nos cœurs et en nos consciences. Dernièrement, nous sommes revenus de Duékoué avec d’autres images d’horreur : à Duékoué, à l’entrée de cette ville (en venant de Daloa), à seulement quelques mètres du poste des Frci et du camp des soldats marocains de lk’ONU, gît un charnier (de nombreux ossements sous une bâche), juste derrière un campement d’allogènes (cf. vidéo ci-jointe). Sous un acacia, à deux cents mètres sur la droite de l’usine de cacao COPASAG, vue de face (cf. photo ci-jointe). De quand date un tel charnier ? Mars ou Avril 2011, massacre de Nahibly en Juillet 2012 ou exécutions sommaires par des dozo ou des Frci? Attendons le carbone de datation de la CPI pour le savoir, si cette Cour veut bien se décider enfin d’entendre le cri des victimes que nous sommes. Néanmoins, des investigations que nous avons faites, il ressort, à quinze kilomètres à la ronde de ce sinistre charnier qu’en Mars et Avril 2011, beaucoup de personnes d’ethnie guéré qui fuyaient les massacres de Duékoué ont été descendues des véhicules de transport public par les rebelles, emmenées dans les brousses et sont portées disparues à ce jour. En outre, les ossements sous la bâche sont tellement nombreux, dont certains dispersés par les bêtes sauvages que nous en avons conclu, à la vue de seulement trois crânes humains, que ce sont plus de trois personnes qui ont été froidement exécutées en cet endroit. Des personnes restées à ce jour sans sépulture, dans une totale indifférence d’allogènes vivant près de ce charnier mais aussi au nez et à la barbe des Frci et des soldats marocains qui bien des fois, ont hâtivement joué les croque-morts à Duékoué pour masquer l’ampleur des dégâts humains commis par leurs rebelles d’amis. Notre étonnement et notre indignation s’adressent aussi à ces O.N.G. tellement instrumentalisées, qui ont été informées de l’existence de ce charnier mais se sont tues jusqu’ici sans rien faire d’autre, quand on sait naguère leur activisme et leur nuisance en faveur de la rébellion que refusaient le Président GBAGBO et le peuple ivoirien, depuis 2002.

Oui, Madame la Procureure de la CPI, de grâce, nos appels à vous sont si nombreux que nous nous en trouvons dérangés. Dérangés au point de ne plus vouloir vous laisser dormir. Sinon, nous-mêmes, nous n’aurons pas de repos, tellement nos morts sont nombreux et que refusant toute sorte de vengeance encore moins de résignation, nous attendons toujours que justice soit faite pour tous ceux-là qui sont tombés là où un simple recomptage des voix électorales en Décembre 2010 aurait suffi et bien avant eux, toutes ces nombreuses victimes occasionnées par une rébellion sauvage que la France et l’ONU ont créée, entretenue et protégée pendant au moins dix ans ! Et puis, tenez, Madame la Procureure de la CPI, il faut que vous sachiez que ce dernier charnier découvert est bien peu par rapport à tous ces nombreux compatriotes qui ont été exterminés dans les forêts et les brousses de l’ouest ivoirien par les rebelles que vous refusez d’interpeller, mangés qu’ils ont été par les bêtes sauvages et leurs ossements dispersés, n’ayant pas eu la chance, eux, d’avoir été recouverts par une bâche comme c’est ici le cas, dans la vidéo ci-jointe. Pourtant, c’est bien vous, Fatou BENSOUDA, qui déclariez, en Février dernier sur un ton péremptoire, ceci : «nous ne sommes pas ici pour savoir qui a gagné les élections de 2010 en Côte d’Ivoire ou qui les a perdues !», comme si cela avait été dicté à la personnalité judiciaire que vous êtes, par on ne sait quel quidam. Or le monde entier vous regarde et s’étonne que vous vous acharniez sur une personnalité que vous accusez d’assassinats contre cent soixante six (166) personnes sur votre total mensonger et inacceptable de trois mille(3000)morts. Quand entendrez-vous les vrais responsables des autres morts dont le nombre réel est honteusement sous-évalué par la communauté internationale qui a attaqué notre pays ? Une communauté internationale qui a applaudi quand ici, en Février 2011, l’Union Européenne et l’Organisation Mondiale de la Santé ont occasionné des morts par centaines en décrétant un embargo sur les médicaments à destination de la Côte d’Ivoire et que des banques françaises, par le banditisme colonial, se sont permises de ne pas donner aux travailleurs de ce pays leur propre argent, s’immisçant grossièrement dans le contentieux électoral ivoirien ?

Madame la Procureure, les occasions pour réhabiliter la Cour Pénale Internationale existent et elles foisonnent en Côte d’Ivoire : libérez GBAGBO maintenant et venez vite en Côte d’Ivoire, menez des enquêtes dignes de ce nom et réconciliez l’opinion internationale tout vrai démocrate avec votre Cour et ce sera déjà ça de gagné pour tous ces esprits ténébreux qui considèrent nos vies pour moins que rien, sans quoi nous serons toujours fiers, en tant que victimes de la méchanceté des hommes, d’être des humains mais alors profondément déçus et gênés d’être des Africains noirs, comme vous.

En méditant la décision de la juge de la CPI à l’endroit du Président GBAGBO, veuillez bien, Madame la Procureure, faire ce bond qualitatif qu’attendent les démocrates du monde entier pour se réconcilier avec les terminologies lexicales que tous ces néo-impérialistes accordent sous nos yeux aux mots de justice, de paix, de démocratie et de civilisation car leurs faux concepts, plus que jamais, sont les vrais problèmes de l’humanité. Seules de vraies enquêtes de votre part peuvent aider ou contribuer à la restauration de ces principes violés par la pensée et l’action nuisibles des impérialistes qui veulent nous imposer leur vision fâcheuse, dérangeante et décadente du monde.

Tout sauf votre respect, Madame la Procureure, nous vous remercions de votre attention pour cet autre appel à votre endroit.

 

Pour les victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) Emmanuel CALEB le 10 Juin 2013

Source : Ivorian.net

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 14:28

Le Japon cesse de recommander les vaccins Gardasil & Cervarix.

*Contenu 

*Propriétés 

vaccination.jpg

*Documents 

*Interactivité 

*Discuter 

 

Sur-titre 

Sous-titre

Descriptif :

Chapeau

Après l'Autriche en 2008 qui avait refusé de recommander la vaccination anti-HPV (contre le papillomavirus impliqué dans les cancers du col de l'utérus), voici que le Japon décide de même en 2013. En cause : toutes sortes de plaintes liées à la très mauvaise sécurité de ces vaccins qui sèment en fait la controverse partout dans le monde.VOIR EN LIGNE : 

Texte

Plusieurs médias japonais, comme le Japan Times, viennent de l'annoncer : le Ministère japonais de la Santé a décidé le 14 juin dernier de ne plus recommander la vaccination anti-HPV des jeunes filles, suite à des centaines de rapports d'effets secondaires.

Dans ce pays, la vaccination a commencé à être financée dès 2010 par les autorités et c'est seulement à partir de cette année-ci que la vaccination était pratiquée de façon systématique. Plus de 3 millions de jeunes filles âgées de 12 à 16 ans ont donc déjà été vaccinées.

Sur ce nombre de jeunes filles vaccinées, 1968 rapports d'effets secondaires ont été comptabilisés, parmi lesquels plusieurs cas de douleurs chroniques, ainsi que des phénomènes d'engourdissements et d'insensibilité.

  

 

Un panel d'experts a été mis sur pied par le Ministère pour investiguer cette situation. Selon eux, une causalité entre ces cas et la vaccination ne peut absolument pas être exclue, pire, elle est même "hautement possible".

Les experts ont donc conseillé au Ministre de suspendre la recommandation de cette vaccination, et ce jusqu'à ce que les investigations arrivent à leur terme, ce qui prendra plusieurs mois. Le Ministre verra alors s'il maintient sa position de ne plus recommander une telle vaccination ou pas.

Les implications de cette décision ne touchent visiblement pas la gratuité et ces vaccins resteront donc probablement gratuits au niveau des gouvernements locaux, ce qui peut évidemment paraître bizarre ou incohérent. 

En revanche, sur ordre du Ministère, les institutions médicales et les vaccinateurs seront désormais tenus d'informer les jeunes filles avant la vaccination que le Ministère ne la recommande plus. Une situation qui, selon un officiel, fera très rapidement baisser les taux de vaccination dans le pays.

Pour Mika Matsufuji qui représente une association de parents d'enfants victimes de cette vaccination, "il s'agit d'une étape très importante." Cette maman qui est apparue en pleurs dans les médias a en fait une fille qui n'est plus capable de marcher et qui est en fauteuil roulant depuis sa vaccination avec le Cervarix en 2011.

 

L'Association de Mika Matsufuji milite pour l'arrêt de cette vaccination anti-HPV.

Dans son pays, le taux de signalement d'effets secondaires a été officiellement de 245,1 par million pour le Cervarix et de 155,7 par million pour le Gardasil. Mais il ne faut toutefois pas oublier que selon des revues médicales officiellesseuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont comptabilisés, les autres n'étant en fait jamais signalés nulle part (parce que la plupart des victimes ne font jamais le lien et que le corps médical est dans une attitude de déni, peu enclin évidemment à incriminer un acte qu'il a lui-même recommandé et en lequel il croit). Du coup, ces chiffres pourraient bondir dans la réalité à des taux d'effets possiblement invalidants allant de 1 à 2 jeune(s) fille(s) vaccinée(s) sur 100.

Aux USA, où le Gardasil est commercialisé depuis 2006 et où le Cervarix est arrivé aussi sur le marché quelques temps après, les chiffres officiels de signalement d'effets secondaires du système de notification VAERS faisaient état fin avril 2013 de pas moins de 136 décès et d'environ 30 000 effets secondaires dont de trop nombreuses hospitalisations et séquelles irréversibles.

Il y a quelques mois à peine, on apprenait que le gouvernement américain avait déjà versé près de 6 millions de dollars d'indemnisation répartis entre 49 familles de victimes, incluant 2 décès suite à cette vaccination. Une information que la presse francophone n'a évidemment pas relayé.... histoire de ne pas donner trop d'idées aux nombreuses victimes belges ou françaises qui s'ignorent encore ?

En Inde, des essais cliniques du Gardasil et du Cervarix avaient été interrompus suite à la survenue d'un nombre anormalement haut d'effets secondaires et de décès parmi les participantes. Une plainte a même été introduite devant la Cour Suprême du pays suite aux effets de ces vaccins sur des jeunes filles pauvres, utilisées comme cobayes.

Selon une méta-analyse très solide de chercheurs canadiens et publiée en décembre 2011 dans Annals of Medicine, le rapport bénéfice/risque et coût/bénéfice de ces deux vaccins est très clairement négatif. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont passé en revue plus d'une centaine d'autres d'études sur ces vaccins. Ils rappellent par exemple dans leur papier que selon plusieurs publications scientifiques, un vaccin comme le Gardasil a entraîné 3 fois plus d'effets secondaires que tous les autres vaccins du programme américain réunis ou encore que le vaccin Cervarix a, quant à lui, entraîné de 6 à 24 fois plus d'effets secondaires proportionnellement que tous les autres vaccins du programme britannique pris tour à tour.

Ces chiffres montrent à eux- seuls qu'il y a un problème majeur de sécurité avec ces vaccins.

Dans l'étude de Slade et Al. (Parue dans JAMA en 2009), on voit que le Gardasil entraîne par exemple un nombre anormalement élevé de syncopes et de thrombo-embolies (par rapport aux autres vaccins). Parallèlement, ce vaccin a été associé à plusieurs morts violentes chez des jeunes filles jusque là en pleine santé, qui ont été retrouvées mortes dans leur lit, dans leur bain, ou encore par exemple sur le carrelage de la cuisine. Des décès par arrêt cardiaque, par embolie, par attaque cérébrale, etc.

Le vaccin Gardasil contient de l'aluminium, une substance notoirement toxique pour le système nerveux central, mais qui s'avère aussi cancérigène, comme encore rappelé dans ce récent reportage de France 3. Ce vaccin contient aussi en outre du borate de sodium (aussi appelé "Borax") qui est un des composants de la mort-aux-rats. Le borate de sodium doit normalement être accompagné du fameux logo à tête de mort selon la législation européenne, et également des références R60 et R61 qui signifient qu'il est toxique pour la fertilité mais aussi toxique pour le développement de l'enfant au cours de la grossesse.

D'ailleurs à ce propos, des chercheurs ont publié en 2012 dans le British Medical Journal sur le cas d'une jeune fille chez laquelle le vaccin Gardasil a induit un état de ménopause précoce avec destruction du tissu ovarien. Les chercheurs ont bien précisé avoir exclu toutes les autres causes possibles, ne laissant ainsi plus de doute sur le rôle dramatique du vaccin quadrivalent Gardasil. Ils ont en outre évoqué dans leur publication que de plus amples études étaient urgemment nécessaires car bien d'autres cas pourraient en effet exister. Combien de jeunes filles vaccinées au Gardasil mais souvent sous pilule ne se rendront-elles ainsi compte que bien trop tard, quand elles essayeront d'avoir des enfants, qu'elles sont stériles ? Penseront-elles alors encore à faire le lien avec le vaccin ?

Selon plusieurs enquêtes réalisées en France et à l'étranger, il s'avère que le taux de déperdition entre la première et la dernière dose n'est pas négligeable. Ainsi, selon une présentation qui avait été faite au Congrès de la Société Française de Santé Publique en 2011, seules 38% des jeunes filles suivies dans une clientèle en Picardie avaient été au bout du schéma vaccinal en 3 doses. Selon une thèse de doctorat en médecine (de Maud Kokotek, en 2011), 33% des jeunes filles n'avaient pas reçu les 3 doses. Une telle situation est évidemment très évocatrice d'une mauvaise tolérance avec des effets secondaires notoires qui font ainsi obstacle à la poursuite du schéma chez un certain nombre de jeunes filles.

Pour ce qui est du vaccin Cervarix, les choses ne sont pas tellement plus rassurantes puisque l'étude majeure du fabricant GSK censée attester du bienfondé de cette vaccination, l'étude Patricia, a consisté à comparer des femmes vaccinées par Cervarix avec un groupe qui a reçu le vaccin Havrix de la firme, qui est en fait un vaccin contre l'hépatite A mais qui contient aussi de l'aluminium. Sans grande surprise à nos yeux, il y a eu un taux d'effets secondaires graves de 9% dans le groupe Cervarix et de 8,9% soit quasiment identique dans le faux groupe témoin. Sans surprise aussi, GSK est arrivée à la conclusion que seul 0,1% de tous ces effets secondaires graves étaient imputables à un de ses deux vaccins, la firme n'allant évidemment pas se tirer commercialement une balle dans le pied !

Dans ces études biaisées toutefois, les autorités américaines ont détecté un risque de près de 6% supérieur d'avortement spontané dans le groupe Cervarix que dans le faux groupe témoin dans un délai de moins de 90 jours après la vaccination.

Des études post-commercialisation du Cervarix dans les pays du Nord de l'Europe ont consisté à comparer l'incidence des effets secondaires avec ceux du vaccin Engerix B du groupe, qui n'est autre que le fameux vaccin anti-hépatite B, qui est pourtant responsable d'une des plus grandes séries d'effets secondaires de toute l'histoire de la pharmacovigilance française selon le rapport Dartigues. Un vaccin qui est donc particulièrement à même d'engendrer des réactions auto-immunes et une meilleure façon de faire passer le vaccin Cervarix comme plus sûr qu'il n'est, grâce à ce genre de comparaison biaisée.

Toutes ces données éclairent évidemment d'un jour nouveau le bienfondé de la décision prise il y a peu par la Ministère de la Santé japonais. Mais il est certain que les pressions internationales tacites doivent être très importantes car l'OMS a le bras long et recommande en réalité l'extension universelle de ces vaccins, y compris dans les pays pauvres, avec le soutien logistique du GAVI et de la Fondation Bill et Melinda Gates. Dans les années 90 déjà, l'OMS avait fait bruyamment savoir son désaccord avec la suspension française de la vaccination anti-hépatite B dans les collèges et lycées, plaçant le Ministre de la Santé d'alors sous une fameuse pression. Lors de l'épisode de la fausse pandémie de H1N1 également, on a aussi pu voir la formidable pression qui s'exerçait sur la Ministre médecin de la Santé polonaise Ewa Kopacz, coupable selon l'OMS et l'Union Européenne de donner ainsi une chance aux Européens de se rendre compte qu'on peut avoir moins de victimes de la grippe et éviter aussi du même coup les effets secondaires, sans acheter le moindre vaccin expérimental.


C’est donc ce genre de pressions qui doivent expliquer le probable maintien de la gratuité d'une telle vaccination anti-HPV au Japon, pour laquelle la loi sur la Vaccination préventive avait même été modifiée. En France une telle vaccination a tout de même déjà coûté pas moins de 450 millions d'euros en 5 ans vu le prix élevé des vaccins (dont le coût de production est relativement faible pour les fabricants, s'agissant de vaccins transgéniques, et donc la marge bénéficiaire élevée). Un comble et même une absurdité, quand on sait que dans ce pays, comme chez nous en Belgique, seules 60% des femmes recourent au frottis de dépistage, un outil sûr et efficace, mais hélas non gratuit, qui a permis à lui seul une réduction de 80% de la mortalité par ce type de cancer !

C'est ce constat de bon sens qui a d'ailleurs décidé dès 2008 la Ministre autrichienne de la Santé d'alors, le Dr Andrea Kdolsky, a ne pas recommander ni rembourser cette vaccination peu utile et dangereuse. Il faut dire que cette décision cohérente et prudente intervenait quelques mois après le décès de deux jeunes filles en Autriche et en Allemagne après le Gardasil.


Un nombre croissant de gens, y compris en Belgique, se demandent le nombre de victimes qu'il faudra accumuler suite à ces vaccins pour que les autorités daignent enfin faire marche arrière. En Belgique francophone, cette vaccination proposée dans le cadre scolaire depuis deux ans est un fiasco, seuls un quart des parents succombant en quelque sorte à ce "cadeau empoisonné" de la gratuité totale du vaccin effectué dans ce cadre scolaire.

C'est dans ce contexte que les autorités, qui ont acheté des vaccins pour au moins 4 ans, ont "mis toute la gomme" pour essayer de faire remonter les taux de vaccination. Elles ont ainsi investi pas moins de 80 000 dans un projet pilote entre autres destiné à convaincre toute une série de médecins généralistes du bienfondé de la vaccination anti-HPV scolaire, avec en rôle principal, une "ambassadrice" qui est diététicienne de formation et qui est aussi déléguée médicale chez Quintiles, un sous-traitant de la firme GSK qui commercialise le Cervarix ! La Ministre communautaire de la Santé, Fadila Laanan, a en outre deux soeurs qui travaillent chez GSK sans qu'elle ne l’ait jamais mentionné publiquement avant d'arriver à ce poste. L'association interuniversitaire Provac qui est chargée d'élaborer la communication sur ces vaccins pour les jeunes et les parents est par ailleurs présidée par le Dr Swennen, une doctoresse en conflits d'intérêts avec les pharmas (cfr p .4/126) Cette association a notamment expliqué jusqu'ici à la Ministre l'échec de cette vaccination scolaire par l'existence de groupes hostiles à la vaccination. Il lui faudra désormais essayer d'expliquer pourquoi un état industriel développé comme le Japon aurait pris une telle décision uniquement sur base de "groupes hostiles à la vaccination" et non sur de très solides faits de nature à impacter la responsabilité du monde politique en cas d'inaction coupable...

Source :Initiative Citoyenne

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine