Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 16:30

 

Les dirigeants de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) : Alexis NDEMA SAME Président et Albert MOUTOUDOU Secrétaire Général, étaient à nouveau devant le juge du tribunal de première instance de Douala Bonanjo  ce lundi 07 octobre 2013.

 upc logo

            A cette huitième audience, les mis en cause ont suivi le réquisitoire du Ministère Publique.

 

Le Procureur de la République, après avoir rappelé les faits reprochés aux prévenus, a requis leur condamnation aux motifs que ces derniers avaient outrepassé la loi en manifestant sans avoir au préalable obtenu l’autorisation de l’administration. Arguant que les dirigeants de l’UPC étaient intentionnellement hors la loi puisqu’ils avaient envoyé l’un de leur collaborateur, le 26 février 2013 à la Sous-préfecture de Douala 1er, dans le but d’obtenir le récépissé sans lequel ils ne devaient pas tenir la manifestation publique. Le représentant du gouvernement a reproché aux dirigeants de l’UPC de n’avoir pas, face à l’absence du récépissé, saisi la justice par un recours gracieux. 

Maître MOUALAL Ruben a de manière magistrale, démontré la bonne foi des prévenus et a regretté que l’administration, en violation de la loi, n’ait pas délivré  IMEDIATEMENT le récépissé. Le conseil de l’UPC a demandé à la Cour par quel miracle l’UPC aurait-elle introduit un recours gracieux en l’absence d’un acte d’interdiction motivé de l’administration. Il a qualifié la demande du ministère publique de manœuvre visant à salir le casier judiciaire des dirigeants de l’UPC, un parti politique de l’opposition qui aspire à diriger le pays. Plaidant contre le recul des libertés, il a demandé la relaxe pure et simple des prévenus et la restitution des pancartes saisies le 26 février 2013 au lieu-dit Rond point Deido.

La cause a été mise en délibéré pour le lundi 21 octobre 2013

L’UPC, Ame immortelle du Peuple, invite les patriotes kamerunais et  tous les  démocrates, à rester vigilants et attentifs face à une administration qui milite pour le recul de  la liberté et de démocratie au Kamerun.

 

Réitère que ces incessants procès politiques qui lui sont imposés ne pourront jamais l’arrêter dans le  combat prioritaire pour la déchéance d’ELECAM et la mise sur pieds d’une Commission Electorale Nationale Indépendante de manière consensuelle.

 

« UN AUTRE  KAMERUN EST POSSIBLE, D’AUTRES CHOIX SONT NECESSAIRES ».

 

 

Douala, le 07 octobre 2013

 

Pour le Secrétariat du Comité Directeur

 

 

Hilaire NGOUALEU HAM EKOUE

Secrétaire National à la Presse et Communication

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 16:24

 

 

 

Sauver l'Université des Montagnes au Cameroun (l'UDM)

 Universite-des-montagnes.png

A l'attention de: Paul Biya président du Cameroun Cette pétition est très importante et nécessite notre aide. Cliquez ici pour en savoir plus et signer:

 

 

Diffusez cette pétition.

 

 

 

 

http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauver_lUniversite_des_Montagnes_au_Cameroun_lUDM/?email
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 17:09

Exposition sur UM Nyobe

Dimanche 6 octobre 2013

de 10heures à 18heures

VENEZ NOMBREUX  AVEC VOS ENFANTS POUR APPRENDRE ET PRENDRE POSSESSION DE VOTRE HISTOIRE

 Pour comprendre ses principes, son action et son rôle dans l’histoire du Cameroun, de l’Afrique et du Monde.

Espace Champs de Foire à Sarcelles

Route des Réfuzniks Sacelles 95200

RER D : Arrêt Garges Sarcelles
Info: neuronesnews@gmail.com

 

Qui était Ruben  Um Nyobe ?

Um Nyobe

 

Enfance

Ruben Um Nyobe est né à Eog Makon  le 10 avril 1913 non-loin de Boumnyébel, ville du Cameroun située dans l'arrondissement d'Eséka, à environ 70 km de Yaoundé, de l'union de Nyobé Nsounga et de Ngo Um Nonos, tous deux paysans Bassa. Il a fait ses études primaires dans les écoles presbytériennes locales.

Vie privée et sentimentale

Marié à Marthe Françoise Ngo Mayack à Badjôb en 1944, Um s'en serait séparé pour le maquis en 1955. Sa compagne de clandestinité est, jusqu'à sa mort, Marie Ngo Njock Yébga, de laquelle il eut un fils en 1957[2].

Vie politique

Il ne participe pas à la création de l'Union des populations du Cameroun la nuit du 10 avril 1948 dans un café-bar de Douala-Bassa dénommé ' Chez Sierra' [Toutefois, malgré son absence cette nuit-là, la majorité des membres fondateurs de l'UPC (qui sont aussi membres du bureau directeur de l'USCC), dont Ruben Um Nyobè, le secrétaire général, suggère qu'il en fut informé. Connu pour sa véhémence, Ruben Um Nyobè est propulsé à la tête du parti au mois de novembre 1948. Il s'y caractérisera par son franc-parler et ses nombreux écrits. Il s'opposera au pouvoir colonial français et réclamera selon ses termes ' une indépendance totale et immédiate' suscitant alors une prise de conscience nationale et provoquant la décolonisation qui allait suivre en 1960, après lui. Il se rendra deux fois aux Nations unies grâce aux cotisations de pauvres paysans camerounais afin de plaider la cause du Cameroun.

Pour certains, lorsque l’on évoque le nom de Ruben Um Nyobè, ils pensent à deux choses : ' indépendance immédiate, et réunification'. Or en procédant ainsi à une telle énumération, ils se trompent totalement. Cette confusion, ou, plus précisément, cette erreur, provient purement et simplement des adversaires de Ruben Um Nyobè qui, après avoir procédé à son élimination physique, ont entrepris de déformer, à dessein, sa pensée politique, dans le but de démontrer à la population qu’ils ont réalisé son programme, sans recourir, comme lui, à des meurtres, des assassinats, du brigandage, en un mot, au ' terrorisme' [4].

Ruben Um Nyobè plaçait la réunification en dehors de l’indépendance. Il estimait que l'unification, étant un prérequis à l’indépendance, devait se produire bien avant cette dernière. Il déclara ainsi dans son discours devant la 4e Commission de tutelle de l'Assemblée générale de l'ONU au mois de décembre 1952 : ' il est question de demander à l'organisation des Nations Unies de trouver de véritables solutions qui permettront aux Camerounais d'accéder à leur indépendance dans un avenir raisonnable, c'est- à-dire le plus proche possible. Et nous sommes modérés dans notre action. Nous ne demandons pas d'indépendance immédiate. Nous demandons l'unification immédiate de notre pays et la fixation d'un délai pour l'indépendance.'

C'est ainsi qu'il proposa également à l'ONU ' (...) un programme-école, c'est-à-dire, un programme dont l’exécution permettrait aux Camerounais de recevoir une formation adéquate, pour pouvoir assumer les charges d’État découlant du recouvrement de notre souveraineté'. D'après son allocution, c’était ' (...) pour permettre aux citoyens de notre pays d’apprendre, pendant un laps de temps, à diriger, sous l’égide d’un haut-commissaire de l’ONU, le gouvernement de leur pays' [7]. Quant à la durée du programme-école, il proposa une période « (...) de dix ans préparatoire à l’indépendance'

Deux mois avant les émeutes de mai 1955, qui coûtèrent la vie d'après le bilan officiel à 25 personnes (2 européens et 23 camerounais dont un policier) et 62 policiers blessés, il gagne le maquis et refuse de se présenter au tribunal le jour de l’audience de ' l’affaire De Gelis contre Um. Depuis le maquis, il crée, le 2 décembre 1956, au cours d’une réunion de responsables de l’Upc, une armée dénommée ' le Comité National d’Organisation' (' CNO' ). Le chef militaire en est Isaac Nyobè Pandjok, ancien combattant de la Seconde Guerre Mondiale[ En outre, il entreprend de mettre aussi en place une administration parallèle à l'administration coloniale. Cette administration entreprit d’établir des actes officiels tels que les actes de naissances, les actes de mariages, les cartes d’identités ' kamerunaises', les titres fonciers, etc

Pierre Messmer, le nouveau Haut Commissaire est alors favorable à une reprise du dialogue avec Ruben Um Nyobè. Paul Soppo Priso crée le 9 juin 1956, en collaboration avec Ruben Um Nyobè, un mouvement politique dénommé: le ' Courant d’Union Nationale. Le 23 décembre 1956, l’Assemblée Législative du Cameroun remplace l’Assemblée Territoriale du Cameroun et des élections législatives sont prévues. Les candidats peuvent se présenter en leur propre nom. Le 28 novembre 1956, se tint à 10 km de la ville d’Ebolowa, un congrès du Courant d’Union Nationale pour trancher de la participation de ses membres au dit scrutin. À l’issue des débats, les partisans du boycott du scrutin, par les upécistes l’emportèrent, sur ceux de la participation à celui-ci [14]. À l'issue de ces élections, André-Marie Mbida, député du groupe parlementaire des Démocrates Camerounais qui deviendra plus tard le Parti des Démocrates Camerounais, est désigné chef de l'État et Premier ministre de l'État autonome du Cameroun sous tutelle des Nations unies par 56 voix pour et 10 contre[15].

Toutefois, en raison des troubles, le scrutin ne s'est pas déroulé dans la région de Ruben Um Nyobè. Au lendemain des élections du 23 décembre 1956, Pierre Messmer suggère alors l’organisation d’une élection partielle, tout spécialement pour Ruben Um Nyobè, afin de l’intégrer à l’Assemblée législative du Cameroun[16]. Il envoie de ce fait l'archevêque de Douala, monseigneur Thomas Mongo, à la rencontre de Um Nyobè pour des pourparlers. Celui-ci déclare que les ' institutions mises en place sont fantoches car l’UPC n’en a pas le contrôle'[17] et exige d'être ' désigné Premier ministre, à la place d’André-Marie Mbida'[17]. Il demande ' que Pierre Messmer accepte une rencontre publique avec lui'[17] et ' que l’UPC forme un gouvernement d’union nationale'[17]. Lors de la deuxième rencontre avec le prélat, ' il lui fait savoir que le Comité Central de l’UPC a siégé, et qu’il a conclu que Ruben Um Nyobè ne peut accepter qu’une seule et unique chose : le poste de Premier ministre et rien d’autre'[].

Or, c'est la coalition parlementaire Paysans Indépendants, Union Camerounaise (UC) et Démocrates Camerounais (DC) qui gouverne. De plus ces groupes parlementaires forment à eux seuls la quasi totalité des députés à l'Assemblée Législative. Une élection dans la région de Ruben Um Nyobè n'aurait pas changé le rapport de force. De plus, Pierre Messmer ne peut juridiquement révoquer le Premier ministre André-Marie Mbida. En effet d'après les statut de l’État autonome du Cameroun, un haut-commissaire ne peut en aucun cas démettre un Premier Ministre de ses fonctions[].

Assassinat

Ruben Um Nyobè fut abattu par l'armée française le 13 septembre 1958 dans la forêt où il se cachait, après que les troupes coloniales françaises l'eurent localisé, grâce à des indiscrétions de quelques « ralliés ». Après de longs mois de traque infernale et fort meurtrière contre tous ses partisans, tous tués ou capturés les uns après les autres, son campement fut localisé début septembre 1958 par le capitaine Agostini, officier des renseignements et par M. Conan, inspecteur de la sûreté. Um Nyobe fut tué de plusieurs balles, tombant sur le bord d'un tronc d'arbre qu'il s'efforçait d'enjamber ; c'était près de son village natal, Boumnyebel, dans le département du Nyong-et-Kéllé dans une zone occupée par l'ethnie Bassa dont il était par ailleurs natif. Après l'avoir tué, les militaires traînèrent son cadavre dans la boue, jusqu'au village Liyong. Cela le défigura, sa peau, sa tête et son visage étant profondément déchirés. En travestissant à ce point sa dépouille, la force coloniale voulut « détruire l'individualité de son corps et le ramener à la masse informe et méconnaissable », affirme J.-A. Mbembe. C'est dans le même esprit, poursuit-il, qu'« on ne lui accorda qu'une tombe anonyme ». Aucune épitaphe, aucun signalement particulier n'y furent inscrits. Les autorités coloniales le firent enterrer sans cérémonie, immergé dans un bloc massif de béton.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:33

LES 130 MORTS ERYTHREENS DE LAMPEDUSA OU LES ERREURS DE CALCUL DES EXPERTS EUROPEENS  par jean Paul Pougala

 PhotoTgeneves

Ce matin, j'avais envie de vomir, en écoutant les experts européens à la radio commenter la le naufrage de Lampedusa avec 130 morts africains. Ils utilisaient leurs mêmes refrains tout aussi vides de sens que ridicules : "tant que l'Europe va laisser la misère en Afrique, on aura toujours ces drames", "tant qu'il y aura des dictateurs comme Assad, ces tragédies vont continuer", nous devons enseigner à ces pays à bien utiliser l'argent de l'aide au développement, au lieu de le détourner pour enrichir les politiciens africains", etc. Des déclarations à faire vomir pas seulement moi, mais même le plus modéré et patient de ceux qui sont amoureux de la logique et du bon sens.

Pour commencer, aucun d'eux ne dit qu'il y a eu autant de morts, parce qu'il y a une loi en Italie qui punit tout capitaine de bateau qui tenterait de sauver des naufragés africains en mer Méditerranée. La loi avait été décidée par Silvio Berlusconi, alors premier Ministre, pour dissuader les migrants de voyager, disaient les experts italiens. Et c'est à cause de cette loi que des bateaux passant sans rien faire à coté de ce bateau en avarie ont poussé les naufragés à allumer une couverture pour attirer l'attention des bateaux plus grands qui ne sont pas au courant de cette lois. Et c'est ce feu qui a causé l'incendie.

Les victimes, sont en majorité des Érythréens. Voilà l’Érythrée que l'UE avait conseillé et financée pour prendre les armes afin de se libérer et se séparer d'un pays "maudit", "pauvre" et "dictatorial" comme l’Éthiopie. C'est ce qu'écrivaient triomphalement les journaux européens de l'époque). L’Érythrée a eu son indépendance en 1991, privant l’Éthiopie de l'accès direct à la mer. Grâce à cette manœuvre, les Italiens qui avaient massivement financé la rébellion, voulaient se venger de la défaite italienne d'antan face à l’Éthiopie royale, qui serait ainsi devenue encore plus pauvre et se serait finalement mise à genoux devant l'Europe, devant l'Italie. Le président Issaias Afeworki est alors l'ami de l'Occident. On compte sur lui pour déstabiliser l’Éthiopie, siège des institutions africaines. Une guerre deuxième sera même déclenchée (1998-2000). Aujourd'hui, c'est l'inverse qui s'est produit. c'est l’Érythrée, amie de l'Europe, qui l'a baptisée : "championne de la démocratie en Afrique" qui croupit dans la misère au moment où l’Éthiopie, "championne de la dictature en Afrique" selon l'UE, qui s'en sort, et grâce aux capitaux chinois, a un taux de croissance à 2 chiffres. Et ce sont les enfants du pays conseillé par les experts de Bruxelles et financés par l'UE pour avoir son indépendance qui voit ses enfants mourir sur les plages d'Italie.

Une autre erreur de calcul des experts européens réside sur le lieu de départ du bateau : Libye. En ce moment en Libye se joue une vraie tragédie. Avant hier, c'est la Russie qui a décidé de retirer tout son personnel diplomatique en envoyant un avion à Tunis les rapatrier, parce que même l’atterrissage à Tripoli, n'est pas garantie. La tragédie des faux calculs des experts européens va bientôt se produire. En ce moment, en Libye, il y a une féroce bataille entre les pro-Kadhafi et les pro-occidentaux, ces derniers sont aidés par tous les services secrets occidentaux et les mercenaires de tout bord, mais qui n'arrivent pas à plier les pro-Kadhafi.

Question : Très probablement, les pro-Kadhafi vont remporter sur ceux que les Libyens dans leur majorité continuent d'appeler les « traitres au service de l'occident », vus les succès qu'ils accumulent tous les jours sur le terrain. Et quand ils auront gagné la guerre, que fera l'ONU ? Faire une nouvelle résolution pour condamner la Libye ? que fera l'Union Européenne? Remettre l'embargo sur les médicaments ? que fera l'OTAN ? aller de nouveau bombarder la Libye ?  

En attendant les réponses à toutes ces questions, personne ne dit où sont passés les 30 milliards de dollars que Obama avait saisi de l'argent Libyen. Personne ne sait où sont passés tous les avoirs que la Libye avait dans les multiples entreprises et banques européennes. Et, c'est le chaos généralisé de No-Man's Land que les bateaux chargés de malheureux migrants africains partent pratiquement toutes les nuits des ports libyens. Avec les drames comme ceux d'hier. A son temps, on avait accusé le Guide Libyen de ne pas laisser ces bateaux de la mort quitter les côtes libyennes. Aujourd'hui, on regrette qu'il n'y ait tout simplement plus à Tripoli, aucun commandant à bord.

Le Ministre Italien de l’Intérieur Alfano a dit en pleurant que c'est l'Union Européenne qui doit prendre la main, pour venir à bout de ce problème. Sauf qu'au moment où il parle, on ne lui a pas dit qu'avant la fin de l'année 2013, cette Union Européenne n'a plus d'argent pour compléter son propre budget, puisqu'il accumule déjà un déficit record de 20 milliards d'Euros.

Question : Comment des pseudo-experts de l'Union Européenne peuvent piluler en Afrique pour venir nous expliquer la bonne gouvernance, comme ils l'ont fait en Érythrée pendant 20 ans, lorsqu'ils ne sont même pas capables eux-mêmes de tenir leurs comptes en ordre ? Comment pouvons-nous faire confiance à des gens qui ne savent pas appliquer à eux-mêmes les leçons qu'ils prodiguent gentillement aux autres ? Mystère !!!

Il y a quelques mois, une délégation de l'Union Européenne s'est rendue à Yaoundé au Cameroun, pour tenter de convaincre les dirigeants de ne pas construire l'autoroute entre les deux plus grandes villes du pays : Douala - Yaoundé, un véritable cimetière à ciel ouvert pour les voitures qui circulent aujourd'hui sur un semblant de route construite à prix d'or par les Européens. Maintenant que l'autoroute coûtera la moitié avec les chinois, ils ont tout fait pour stopper le projet, pour que les citoyens ne comprennent pas d'eux mêmes comment on les a floués depuis des années avec ces mots creux de "démocratie", "droit de l'homme" « axe lourd » des mots tous vides de sens et qui font qu'aujourd'hui, après les naufragés d'hier à l'île italienne de Lampedusa, avec 130 morts, tous des africains, nous désole du fait qu'il existe toujours plus d'Africains victimes de la manipulation et du bluff européen, qui continuent de croire qu'il existe un paradis en Europe.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:28

FETAF

COMMUNIQUE

DE

Fédération des Travailleur de l’Afrique en France

Mer Méditerranéenne, Véritable  Cimetière

 

Nous le disions déjà fort longtemps, et avions déjà apprécié énormément les fortes paroles du Pape François, qui, aujourd’hui encore, parle de honte face à ce drame bouleversant.

   

   L’heure est certainement à l’éveil de conscience, mais une réflexion approfondie sur les causes de cette infernale course vers la mort, programmée par d’ignobles trafiquants d’êtres humains, s’impose à nous tous: pays émetteurs d’émigrés et pays d’accueil.

  Il importe peu de faire de souligner l’origine géographique de la majorité des victimes-Érythrée, Somalie- quand on  sait que les victimes d’un tel genre de drame-mer, désert, forêts - peuvent provenir de  toutes les régions du continent africains-Mais quant les causes internes- délitement de certains États, dislocation des institutions étatiques d’autres- interagissent avec le réflexe d’autodéfense en l’occurrence de l’Europe face au déferlement de "hordes sauvages", le résultat final est celui auquel nous assistons habituellement.

 

Nous, à la FETAF, en tant que Agence Spécialisée de l’Organisation de l’Unité Syndicale (O U S A) et membre Observateur à l’Union Africaine (U.A)- demandons à l’Union Africaine (U.A) la convocation d’urgence des Etats Généraux de l’Émigration/Immigration africaine pour pointer tous les paramètres qui sous-tendent ce phénomène considérable du 21e siècle.

 

Il y va de la pertinence du mot d’ordre panafricain que porte  l’Union Africaine (U.A)

Pour l’heure, la  FETAF envoie une délégation à Lampedusa (Italie).Elle rend hommage au courage des secouristes italiens, compatit à la douleur de la Mairesse de Lampedusa, à celle des autorités locales et des familles des victimes.

La  FETAF salue la décision du gouvernement italien de décréter un deuil national à la mémoire des victimes.

 

 

Paris, 4 /Octobre 2013

                                               FETAF (Fédération des Travailleurs d’Afrique en France)

 

 

Contacts: 06 99 18 07 19

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:25

Élection municipales : Le lamido refuse le verdict des urnes, envoi ses doungourous bastonnés les citoyens qui ont fait perdre le RDPC parti au pouvoir la commune de Touboro(Nord Cameroun).

 

Baba-rey.jpg Le lamido de rey-Bouba

 

 
"Voici ci que l’Undp remporte la commune de Touboro dans le lamidat de Rey-Bouba avec (59,30%) devant le Rdpc (40,70%), mais le représentant du Rdpc refuse de signer le procès-verbal. Il dit que le «Baba Rey» va le tuer s’il fait une chose pareille. Il me charge de vous demander la conduite à tenir.

"Expédition punitive à Touboro. Après la victoire de l’Undp à la commune, des dogaris armés venu de Rey sèment la terreur dans la ville depuis hier nuit où ils ont obtenu que la ville soit plongée dans le noir pour mieux agir et procéder à des arrestations. Comme toujours dans le Mayo-Rey, les autorités observent sans broncher…"

Par Guibaï Gatama
Source : l’œil du Sahel : Information confirmée par des sources privée

 



 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 17:09

upc logo

 

Élections au Cameroun: UPC, le retour en force.

 

Tendances dans la région du Littoral

Département de la Sanaga Maritime

ELECTIONS MUNIPALES

 

Ville de Ngambé

Nombre de sièges de conseiller municipaux à pourvoir : 25

Remportée par l’UPC

Tendances dans la région du Centre

Département du Nyong et Nkelle

ELECTIONS MUNICPALES

 

Villes : Eseka 

 remportée par l’UPC

Nombre de sièges de conseiller municipaux à pourvoir : 25

 

Ville de Makak 

 remportée par l’UPC

Nombre de sièges de conseiller municipaux à pourvoir : 25

Ville de Boumyemel (Ville de naissance de Um Nyobe) 

remportée par l’UPC

Nombre de sièges de conseiller municipaux à pourvoir : 25

 

Source: Observatoire des élections de la diaspora camerounaise

               http://observatoire-election-cameroun.over-blog.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 17:03

Existe-il bel et bien des schémas qui visent une Afrique sans africains ?

 Komla-R.-KPOGLI.jpg

        Komla KPOGLI, Secrétaire Général de la Jeunesse Unie pour la démocratie en Afrique (J.U.D.A) et le Journal en ligne Lynx.info

Lynx.info : Finalement tout ce que l’UA annonçait avec le partage du pouvoir n’aura pas lieu en Côte d’Ivoire avec Alassane Ouattara au pouvoir. Beaucoup disent qu’il n’a pas le respect de la parole donnée. C’est ça aussi votre avis ?

Komla R. KPOGLI : Si le partage du pouvoir était une des solutions, on peut se demander pourquoi il a fallu cette guerre d’agression et de reconquête livrée par la France et ses alliés à la Côte d’Ivoire.

Il faut répéter sans lassitude que l’Union africaine (UA) telle qu’elle existe aujourd’hui, est le symbole palpable d’une Afrique sabotée. C’est le triomphe des idées du groupe de Monrovia auquel s’était joint le groupe de Brazzaville. Ce dernier étant par origine et par destination un outil de la France, lorsqu’il a rejoint le groupe de Monrovia, a fait naître une organisation continentale tronquée, inefficace, absolument parasitaire et paralysante. Les idées du groupe de Casablanca, plus en conformité avec l’esprit des pères fondateurs du panafricanisme sont ainsi mises en minorité et tuées. La nécessité d’une Union Africaine pensée par Nkrumah, Sekou Touré, Nasser, Modibo Keita, Olympio et bien d’autres était donc assassinée. L’organisation qui naîtra ne sera rien d’autre qu’une usine à gaz. Elle ne sera pas faite pour les intérêts intérieurs. Elle sera totalement extravertie. Il n’y a qu’à voir son organisation et son fonctionnement qui se calquent sur le modèle de l’Union Européenne. Cette Union Africaine là est financée à hauteur de 92% de son budget de fonctionnement par ce que ses animateurs appellent naïvement ou cyniquement « des partenaires étrangers ». Cette dépendance systémique paralysante va s’aggraver, d’ailleurs, avec l’assassinat de Mouammar Kadhafi qui essayait de limiter les dégâts, en vain. Tout ceci dit pour vous montrer à quel point l’Union africaine n’est pas là pour s’occuper des problèmes des africains. C’est une institution mise en place pour niveler l’Afrique, l’intégrer au mieux dans l’économie mondiale en la confirmant dans le rôle à la fois de source d’approvisionnement en matières premières et de débouchés et en faire éternellement ou du moins sur une longue période, un continent dominé, exploité et pillé.

Tout ce qu’une organisation de cette nature annonce doit être absolument ramené à sa juste dimension. Il ne faut pas chercher à fonctionner avec les idées, les affirmations et les gesticulations éhontées d’une créature dont la fonction essentielle consiste à brouiller les africains et à semer la confusion dans leurs esprits en faisant croire que l’UA actuelle est la réalisation de la volonté des africains de se réunir pour agir de concert contre les maux qui leur sont infligés. A ce titre, au lieu d’attendre de l’Union Africaine actuelle sur des sujets qui intéressent le sort des africains, toutes les réflexions doivent plutôt porter sur comment la déconstruire et la refaire à la fois sur les idées des pionniers authentiques et notre vision du monde tirée essentiellement de notre histoire.

Pour ce qui est du non-respect de la parole donnée par Alassane Ouattara, il faut affirmer que c’est une fausse question. Cette question ne se pose pas tout simplement parce que cet homme est une caricature produite par l’école coloniale africaine qui n’a que pour ambition de former des collaborateurs de l’exploitation et de l’humiliation du peuple noir. Il n’y a donc rien à attendre de quelqu’un qui est fait roi grâce aux bombardements et au meurtre de masse avec l’appui d’une bande de criminels de guerre et de voyous devant qui la France et l’ONU ont mis à genou le commandement de l’armée nationale de Côte d’Ivoire. Les africains doivent désormais savoir qu’ils ne doivent rien attendre des satrapes qu’on leur impose. S’ils doivent se rendre un service, c’est moins d’espérer quelque avancée que ce soit sous le règne de ces satrapes que de travailler sans relâche pour les renverser et ériger à leur place de vrais dirigeants qui les protègent et leur rendent des comptes.

Lynx.info : Pourtant la communauté internationale et surtout la France le présentaient comme un démocrate…

C’est de bonne guerre. Les Etats Unis d’Amérique et ses lieutenants, l’Angleterre, la France, le Canada, l’Allemagne…alias « la Communauté internationale » ont toujours su qui est démocrate et qui ne l’est pas. C’est une question de définition. Ces gens-là n’élèvent au rang de « démocrates » que celles et ceux qui se plient à leurs injonctions, trahissent les intérêts du peuple dont ils sont issus et immobilisent ou détruisent toute énergie désirant œuvrer pour l’émancipation nationale.

Qui mieux que Ouattara a joué ce rôle destructeur non seulement en Côte d’Ivoire, mais dans toute l’Afrique ? Depuis la BCEAO en passant par la direction Afrique du FMI, Ouattara a tué et fait tuer un nombre incalculable d’africains. Pilotant les plans de rigueur nommés « plans d’ajustements structurels » Ouattara a aidé l’occident, ses banques et ses multinationales à spolier l’Afrique, à mettre à genou les fragiles économies et à enfoncer de façon irrémédiable les africains dans la camisole de la misère la plus honteuse. Il est donc évident qu’un homme de cet acabit soit affublé du titre de « démocrate ». Un chien qui obéit fidèlement à son maître reçoit toujours de lui les meilleurs surnoms. Avec Ouattara, on est dans ce registre là.

Lynx.info : Alassane Ouattara a-t-il conscience de l’abîme dans laquelle il tire le pays en empêchant subtilement le FPI à aller aux élections législatives ?

Il faut bien comprendre le rôle que quelqu’un comme Ouattara est appelé à jouer. Sa mission c’est justement de plonger le territoire qu’on lui confie dans les profondeurs abyssales de la décadence. En le mettant au pouvoir à la suite d’une guerre de reconquête, la France assigne à Ouattara la fonction de celui qui doit remettre les choses en ordre. C’est-à-dire remettre le territoire de Côte d’Ivoire dans la galaxie de la françafrique et de la mafia desquelles l’ancien régime tentait, non sans peines et parfois sans contradictions, de le sortir.

Historiquement des Oncle Tom comme Ouattara ont toujours eu pour mission aussi d’empêcher le retour au pouvoir ou l’arrivée au pouvoir des partis ou des hommes qui portent des idées jugées communistes et par conséquent déclarées dangereuses pour les intérêts des belles démocraties occidentales vivant et survivant avec du sang et des ressources volées de ce qu’elles nomment le tiers-monde. Ce type d’hommes fait florès en Afrique. Quelques exemples : Mobutu contre le dangereux communiste Lumumba et tous ceux qui se réclament des idées d’indépendance, Eyadema Gnassingbe et son fils contre Sylvanus Olympio et ses héritiers politiques, Bongo père et fils contre le peuple africain au Gabon, Blaise Compaoré contre Thomas Sankara et ses héritiers politiques, Amadou Ahidjo puis Paul Biya contre l’UPC au Cameroun…et plus fraîchement, Moustafa Abdel Jalil et son fameux CNT contre Kadhafi et les acteurs de la Jamahiriya.
Ces individus historiquement insignifiants sont érigés en administrateurs coloniaux avec le titre de président afin qu’ils émasculent leur peuple et mettent fin à tout processus de développement endogène et autonome. Ils sont là pour maintenir l’extraversion multiforme de l’Afrique.

Lynx.info : ….. mais le ministre des affaires étrangères français, Alain Juppé pense que la Côte d’Ivoire n’a jamais autant été sur la voie démocratique. Votre avis ?

N’oublions jamais qui est Alain Juppé. C’est un délinquant, un corrompu condamné par le Tribunal de grande instance de Nanterre en 2004 à 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 10 ans d’inéligibilité (réduits à 14 mois et 1 an en appel). Juppé est un repris de justice, fait ministre des affaires étrangères dans un pays dont la classe politique est l’une des plus prostituées au monde. Malgré tout élu maire de Bordeaux, Nicolas Sarkozy au faîte de l’impopularité a dû solliciter ce repris de justice pour donner une envergure à son gouvernement composé que de courtisans larmoyants et lécheurs. On imagine le niveau de la déliquescence morale si on en est arrivé en France à rappeler aux charges étatiques quelqu’un qui a été condamné pour des « arrangements illégaux et prise d’intérêts illégale…de nature insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi » et pour avoir « trompé la confiance du peuple souverain ». Quand un type du genre concourt à placer à la tête d’un territoire africain, un homme et vient vous parler de « voie démocratique », il vous faut savoir à quoi il fait allusion.

Lynx.info : On parle aussi des loges maçonniques qui ont installé des réseaux au sommet de l’Etat de Côte d’Ivoire. Quelle est leur capacité de nuisance dans les pays africains ?

Les loges maçonniques rassemblent le gotha de la mafia africaine. Leur première clientèle est ce qu’on appelle « les chefs d’Etats africains ». Puis, il y a les « ministres », les « hommes d’affaires »…etc. La stratégie de ces loges est de posséder ce qui est, par renversement de valeurs, appelé « les élites africaines », c’est-à-dire les représentants locaux du système colonial. Ce faisant, elles exercent leur influence efficacement et créent des conditions d’investissements favorables, c’est-à-dire les conditions du pillage à leurs membres métropolitains.

Se créent des liens mystiques qui sont en réalité des relations mafieuses aux fins purement économiques.On remet aux tyrans africains quelques gadgets constitués de colliers et d’épée, on leur entoure la taille avec quelque sacoche et on leur apprend quelques paroles et gestes mystificateurs. Ils sont admis dans quelques cercles où ils jouent des rôles de serviteurs de café ou d’eau. Quand ils sont en difficulté avec leur peuple, les loges leur viennent en aide grâce à leurs réseaux médiatiques et politico-militaro-affairistes. En contrepartie, les dictateurs africains offrent de l’argent liquide à leurs frères maçons, financent directement leurs campagnes politiques et offrent des contrats commerciaux divers ainsi que l’exploitation des richesses africaines à leurs compères et aux alliés de ceux-ci.

Etant entendu que les satrapes africains n’ont aucune légitimité populaire, ils se retrouvent parfaitement dans ce type de jeu. Ils espèrent trouver dans ces loges ce qu’ils n’ont pas obtenu du peuple. En mettant sous contrôle psychologique ces guignols africains, les maçons métropolitains s’offrent l’Afrique et la pille allègrement au nom de la fraternité maçonnique. C’est là que se trouve leur dangerosité.

Lynx.info : Le journaliste et directeur du quotidien gouvernemental Fraternité Matin, Venance Konan ne tarit pas d’éloges à l’endroit de Guillaume Soro. Soro, pour vous c’est qui ?

Guillaume Soro n’est pas plus pour nous ce qu’il est pour tout africain informé. C’est un criminel de guerre, un garçon de course à qui on a remis des armes pour détruire toute tentative autonome et ramener le territoire de Côte d’Ivoire dans « le droit chemin », celui que les occidentaux ont fixé à l’Afrique depuis cinq siècles maintenant. Et, vous voyez, vous-mêmes l’accueil dont il est l’objet. Récemment, le fameux procureur de la très sélective cour pénale internationale Luis Moreno Ocampo est allé rencontrer Soro et ses amis. La posture que Moreno Ocampo adopte sur les photos montre à quel point lorsqu’une certaine justice fréquente les criminels et s’allie au crime, l’atmosphère peut être décontractée et radieuse.

Au demeurant, des personnages comme Guillaume Soro sont extrêmement nuisibles. Car, ils sont caractérisés par trois traits : ils sont idéologiquement vides, matériellement avides et ils sont partisans du principe selon lequel la fin justifie les moyens. Lorsqu’un prétendu journaliste lèche ce type d’individus c’est qu’il joue dans la même cour que lui. Au fond, que voulez-vous que Venance Konan fasse? Il n’a pas le choix. Il doit lécher des gens qui lui ont donné la direction de ce journal. C’est du clientélisme primaire. Pas plus !

Lynx.info : L’erreur de Laurent Gbagbo n’aura pas aussi de faire d’un rebelle un serviteur de haut niveau de la république ?

Non ! Le rebelle Soro et sa bande de voyous ont été imposés au président Laurent Gbagbo. Par la loi des armes, la France a imposé une nouvelle donne en Côte d’Ivoire faisant de la racaille, une entité politique avec qui compter. Les tueurs deviennent des dirigeants en costume cravate à qui on déroule le tapis rouge. C’est le règne des antivaleurs. Les anti-modèles sont portés au firmament de la société. Ceci est planifié et réalisé pour des fins terroristes. Et lorsque le terrorisme occidental triomphe, la marge de manœuvre des représentants démocratiquement élus se rétrécit alors même que celle des complices et des exécutants des basses œuvres s’agrandit.

Face à loi des armes, soit on a les armes plus lourdes et des stratégies plus efficaces et on triomphe des « rebelles », soit on n’est pas à la hauteur et on perd tout. La solution intermédiaire c’est qu’on ne peut ni l’un et qu’on ne veut ni l’autre. Ici, on est obligé d’avaler des couleuvres en intégrant des assassins dans la « machine étatique ». Le seul mérite de cette dernière option, à moins de reprendre le dessus autrement, est de retarder la chute du pouvoir légitime.

Lynx.info : Le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly dit que ce sont Obama, Sarkozy et Cameron qui veulent voir Laurent Gbagbo à la Cour Pénale Internationale.

Qui peut douter de cela ? Sarkozy doit être celui qui le désirerait le plus. Il faut punir au-delà du simple renversement de son régime, le président Laurent Gbagbo. Il faut l’humilier et montrer aux africains ce qui arrivera lorsque certains parmi eux oseraient des libertés avec l’attelage occidental et particulièrement français. Ceci s’inscrit dans une ancienne pratique décrite par Pierre Foncin, un des pères fondateurs de l’Alliance Française. Il dit que la capture du roi de Dahomey, Behanzin, sa soumission et sa déportation étaient nécessaires parce que: « la France avait à venger des insultes graves infligées par Behanzin à ses commerçants, à ses missionnaires, à ses représentants officiels, à son drapeau national. » Et, il ajoute une seconde raison encore plus impérieuse à la nécessité de livrer une guerre à Behanzin: « quand on a, comme la France, entrepris la fondation d’un empire en Afrique et que la moindre apparence d’hésitation ou de faiblesse peut encourager des adversaires mal soumis et toujours prêts à reprendre les armes ».

A part ceci, Ouattara a bien intérêt lui aussi à voir le président Gbagbo devant cette cour pénale partiale qui n’a rien d’international. Manifestement, Alassane Ouattara aurait même été plus que comblé si le président Laurent Gbagbo eût été éliminé physiquement car son existence encore aujourd’hui, même dans les geôles lui fait peur. Le président Laurent Gbagbo n’a jamais autant fait peur à Ouattara que kidnappé.

Lynx.info : L’écrivain et journaliste Thomas Hoffnung dans une interview avec le confrère Slate Afrique dit que seul Ouattara peut réconcilier les ivoiriens. C’est votre avis aussi ?

C’est l’éternelle pratique des spécialistes autoproclamés de l’Afrique. Ils transforment le plus abject des tyrans africains en sauveur du peuple. Ils ont pour mission d’embellir les serviteurs les plus courbés des intérêts des propriétaires de presse dans laquelle ils travaillent. Ces propriétaires de presse sont des marchands d’armes, des trafiquants de matières premières, des grands groupes industriels et des multinationales de tout genre notamment de luxe qui tirent leurs marrons du feu qu’ils allument et qui consume l’Afrique.

Ceci dit, il faut reconsidérer l’idée de la « réconciliation » telle qu’elle est présentée aux africains jusqu’à présent. On tente de présenter la situation du territoire de Côte d’Ivoire comme un conflit purement interne, exclusivement entre enfants d’un même pays. Or, il n’y a rien de plus inexact. Le colonialisme français dans sa forme la plus brutale a livré une guerre au peuple africain de Côte d’Ivoire. Toute idée de « réconciliation » qui ne tient pas compte de cette donnée est une imposture.

Souvent, on pense que si la « réconciliation » n’aboutit pas dans un territoire, c’est dû à la mauvaise foi des acteurs nationaux. Tant qu’on ne va pas citer le rôle indirect et direct de l’extérieur dans les guerres et les déchirures en Afrique, la « réconciliation » sera mort-née et tout ce qui sera fait en son nom relèvera du folklore et de la fumisterie. A partir du moment où on perçoit les choses de cette façon, la bonne question à poser et à se poser est celle de savoir si face au colonialisme et ses serviteurs locaux, la bonne attitude est de prôner une « réconciliation » avec eux. En clair, peut-il y avoir « réconciliation » avec un système colonial ? La réponse est non ! On ne peut et ne doit pas se livrer au spectacle d’une « réconciliation » avec nos bourreaux et leurs complices locaux. Faire le contraire reviendrait à inscrire notre peuple dans la permanence de l’injustice, de la misère et du suicide. Il faut combattre jusqu’au bout ceux qui se sont déclarés nos ennemis et leurs exécutants locaux. Il n’y a pas d’autre voie si notre peuple veut vivre et bâtir un avenir meilleur à ses enfants.

Lynx.info : Les tueries dans la Côte d’Ivoire profonde ne semblent pas émouvoir la communauté internationale, encore moins Ouattara. Comme l’expliquez-vous?

L’occident alias « la communauté internationale » n’est pas là pour s’occuper de ce type d’histoires. Mieux, elle provoque et entretient des massacres dès lors qu’ils facilitent le mercantilisme terroriste. Si ces massacres permettent d’écarter tout esprit qui gêne la domination et le pillage, eh bien, ils sont décrétés nobles et couverts par l’impunité la plus absolue. Désolé, mais c’est comme cela que ça se passe dans la réalité. Puisque nous ne parlons pas du monde fictif dans lequel certains africains adorent naviguer avec des sophismes les plus confus, il faut décrire le monde réel tel qu’il fonctionne.

Il existe bel et bien des schémas qui visent une Afrique sans africains. On a vu certains de ces plans mis en exécution en Afrique avec des armes biologiques, bactériologiques et chimiques en dehors des mitraillettes, des avions de combat et des chars. Bref, comment voulez-vous que nos meurtriers qui ont toujours rêvé de nos biens s’occupent de notre état de santé ? Ils mettront, au contraire, tout en œuvre pour accélérer notre disparition. C’est pour cela que la question ne se pose pas dans les termes dans lesquels vous la formulez. Elle se pose plutôt de savoir si les massacres aussi bien en Côte d’Ivoire que dans d’autres satrapies africaines émeuvent les africains. Il s’agit de questionner les actions africaines contre les massacres qui conduisent progressivement à l’accident final. Les compatriotes du Mali se soucient-ils qu’on massacre nos compatriotes en Somalie ? Les africains du Togo s’émeuvent-ils des tueries en Centrafrique ? Les africains en Guinée manifestent-ils leur mécontentement aux brimades subis par notre peuple en Djibouti ? Voilà la bonne question. Les africains se soucient-ils des africains ? Le jour où les africains retrouveront l’esprit de peuple, les tueries dans les hameaux les plus reculés en territoire africain susciteront des actions les plus vigoureuses qui feront cesser la banalisation de la vie de notre peuple.

Lynx.info : Je vous remercie

Merci à vous.

Interview réalisé par Camus Ali

Source : Ali Lynx.info


Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:56

Le pape tweete pour les victimes pour 92 morts d'origine africaine de Lampedousa et les présidents africains se taisent comme des carpes.

PhotoTgeneves.jpg

Image :keyston

 

 

              Nouveau drame de l'immigration en Italie : au moins 92 personnes sont mortes et environ 200 sont portées disparues après le naufrage jeudi d'un bateau transportant des migrants de la corne de l'Afrique à Lampedusa, dans le sud de l'Italie.

 "C'est une horreur, une horreur ; ils n'arrêtent pas d'apporter des corps", a déclaré en pleurs à l'agence italienne Ansa, la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, selon laquelle 92 corps ont pour l'instant été retrouvés, dont ceux de femmes et d'enfants. Le bateau transportait entre 400 et 500 migrants. Peu après 11 h 30, seuls 151 survivants avaient pu être ramenés à terre, secourus par les sauveteurs des garde-côtes, mais aussi par des bateaux de pêcheurs. Le nombre de victimes ne cessant de s'accroître, les corps qui se trouvent pour l'instant sur le quai Favarolo de Lampedusa vont être transférés dans le hangar de l'aéroport. "Les opérations de sauvetage sont encore en cours", non loin de l'île des Lapins, près de Lampedusa, a déclaré à l'AFP un responsable de la police douanière. 

Le pape tweete pour les victimes

Selon les enquêteurs, les passagers du navire ont mis le feu à des couvertures pour signaler leur présence à des navires marchands. En raison du fioul, le navire a pris feu et a coulé. Selon l'Ansa, un jeune Tunisien, recueilli lui aussi, aurait été reconnu par les survivants comme l'un des passeurs et arrêté par la police. Selon les enquêteurs, le bateau serait parti de Libye. Les migrants seraient pour la plupart originaires de Somalie, a affirmé Antonio Candela, responsable de l'assistance sanitaire à Lampedusa. Ils ont d'abord été secourus par des bateaux de tourisme "alertés par les cris" des migrants. L'alerte a été donnée par des bateaux de pêche qui se trouvaient dans la zone. Deux vedettes, l'une des garde-côtes et l'autre de la police douanière, sont sur place pour venir en aide aux immigrés. Des hélicoptères et d'autres moyens aériens sont également mobilisés.

La maire de l'île s'est montrée très affectée par ce nouveau naufrage : "Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c'est comme si ces tragédies n'existaient pas", a-t-elle dit. Dans un tweet, le pape François a appelé à "prier Dieu pour le tragique naufrage". Le pape avait effectué son premier voyage italien le 8 juillet sur l'île de Lampedusa, premier havre européen pour les migrants en détresse en provenance d'Afrique du nord. Il avait alors dénoncé "la mondialisation de l'indifférence" dont sont victimes les immigrés clandestins en quête de nouveaux moyens de subsistance et d'une nouvelle vie dans les pays riches.

L'activité politique suspendue

Qualifiant le drame "d'immense tragédie", le chef du gouvernement Enrico Letta a annoncé que son vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, se rendrait sur les lieux du désastre au plus vite. L'intense activité politique prévue, au lendemain d'une crise qui avait conduit le premier ministre à demander la confiance, a été suspendue en raison de la tragédie. Une conférence de presse des ministres qui avaient du démissionner sur ordre de Silvio Berlusconi, avant que ce dernier ne se ravise, a été annulée.

Depuis le début de l'année, plus de 22 000 migrants ont été débarqués sur les côtes du sud du pays (Sicile et Calabre surtout), soit près de trois fois plus que sur l'ensemble de 2012. Un autre navire a d'ailleurs débarqué au cours de la même nuit à Lampedusa avec 463 migrants, provenant apparemment de Syrie. Lundi, 13 immigrés - pour la plupart Érythréens - s'étaient noyés en tentant de rejoindre la côte près de Raguse (sud-est de l'île principale de Sicile) après avoir sauté ou avoir été jetés par des passeurs d'une embarcation transportant environ 200 migrants et réfugiés. Début août, un drame semblable s'était produit sur une plage de Catane (est de la Sicile) quand six Égyptiens s'étaient noyés en pensant être arrivés à terre, quand leur embarcation s'était ensablée non loin du rivage.

Source/ Le point

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:47

EXPOSITION SUR RUBEN UM NYOBE LE DIMANCHE 6 OCTOBRE 2013.

UM-Nyobe2.jpgUm-Nyobe1.jpg

 

"Nous avons appris que chacun répondra à Dieu pour son propre compte. Nous en faisons notre principe.

C’est pour cela que nous considérons la question religieuse comme une question personnelle devant laquelle chaque individu prend personnellement position.

Mais si pour la vie d’au-delà des morts chacun répondra pour son compte, les Kamerunaises et Kamerunais doivent comprendre que tous nous répondrons devant l’histoire sur notre attitude à l’égard des revendications nationales du peuple Kamerunais."

Ruben Um Nyobe en 1955.

 

VENEZ NOMBREUX  AVEC VOS ENFANTS POUR APPRENDRE ET PRENDRE POSSESSION DE VOTRE HISTOIRE DIMANCHE 6 OCTOBRE 2013 DE 10H à 18H

Pour comprendre ses principes, son action et son rôle dans l’histoire du Cameroun, de l’Afrique et du Monde.

Espace Champs de Foire à Sarcelles

Route des Réfuzniks Sacelles 95200

RER D : Arrêt Garges Sarcelles
Info: neuronesnews@gmail.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine