Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 01:07

Le zimbabwé rebaptise le chutes Victoria du fleuve Zambèse en chutes Mosi Oa Tunya du fleuve Zambe-zi ce qui veut dire langue locale "la fumée qui gronde du fleuve zambèse". 

 

« La fumée qui gronde » est la signification du nom authentique que le président Robert Mugabe vient de redonner aux chutes Victoria. D'après le Daily Mail, les autorités du Zimbabwé ont également annoncé que les noms coloniaux des villes et des écoles du Zimbabwe seraient remplacés par des noms kamites (noirs). Cette mesure n’est que la suite logique du nom même donné au pays. Ancienne Rhodesie du Sud en hommage au colon anglais Cecil Rhodes, c’est au terme de la lutte d’indépendance sous la direction de Robert Mugabe déjà, que celui-ci décida de renommer le pays Zimbabwe, en hommage au site de Zimbabwe où se trouve l’architecture la plus sophistiquée d’Afrique australe, témoin des débuts du gigantesque et prestigieux empire de Mwene Mutapa (Monomotapa). La capitale Salisbury est dans ce sens également devenu Harare. Ce sont les colons anglais qui avaient renommé Mosi Oa Tunya en Victoria Falls. Les chutes célèbres du fleuve Zambe-zi (Zambèze) retrouvent donc leur nom authentique. Apprenons tous à dire Mosi Oa Tunya.
La prochaine étape serait-elle le remplacement de l’Anglais par le Shona comme langue officielle du pays ? On espère que le président y pense.

Source: AfroConcept News

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 09:33

 

L'histoire sur le projet de nettoyage racial du noir par les armes bactériologiques

 

 

 

 

 

EN CAS DE PROBLEME CLIQUER LE LIEN CI_DESSOUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


http://www.dailymotion.com/video/xes45w_armes-biologiques-afrique-du-sud-pr_news#from=embediframe

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 17:10

Droit de réponse de Farida Nabourema à Marion Maréchal Le Pen suite à la declaration suivante: Dans nos colonies, nous n'avons jamais appliqué l'Apartheid.

 

 Farida-Marechal.jpg

                              Farida Nabourema              Marion Maréchal Le Pen     

Farida Nabourema – Droit de Réponse à Marion Maréchal Le Pen Réponse de la je...une activiste togolaise après que Marion Maréchal Le Pen, la jeune députée du front national ait tenu les propos suivants : "Dans nos colonies, nous n'avons jamais appliqué l'Apartheid. On peut en faire une fierté Mlle Marion Le Pen, je souhaiterais avant tout vous informer que la France ne possède plus de colonies à moins que vous ne désigniez par-là la Corse ; ce dont je doute. Depuis de nombreuses années que je tombe à chaque fois par hasard sur les déclarations des membres de votre parti le Front National, et plus précisément de ceux de votre famille à savoir votre grand-père Jean-Marie Le Pen et votre tante Marine Le Pen, je n’ai jamais jugé bon de répondre aux multiples inepties que vos proches ont tendance à pondre. Mais cette fois, suite à votre déclaration incongrue qui sans nul doute affiche votre ignorance béante de ce pays que vous prétendez représenter à l’Assemblée Nationale, j’ai décidé de vous répondre car je n’ose pas croire que vous êtes une imbécile pour vous répondre par mon silence comme j’en ai pris l’habitude avec votre tante Marine. Mlle Marion Le Pen, par cette déclaration "Dans nos colonies, nous n'avons jamais appliqué l'Apartheid. On peut en faire une fierté » que vous aviez faite sur BFM TV le 16 Décembre dernier lors d’une émission au cours de laquelle vous sembliez rendre hommage à Nelson Mandela, ce monsieur que votre « papy Jean Marie » traitait affectueusement de «terroriste » dans les 80, vous ne m’avez point choqué car je sais que la France dans laquelle vous aviez grandi ne vous a jamais apprise dans ses écoles, les horreurs qu’elle a commises dans ses anciennes colonies. Vous êtes de cette génération à qui la France ment et à qui la France cache son linge sale que vous avez pourtant le devoir de laver afin de réduire le degré de haine et de dégout que ressentent ceux-là que votre pays dont vous êtes si fière, a humiliés, déshumanisés, torturés, exploités, opprimés, réprimés et continue de martyriser. Comment pouvez-vous laver le linge sale de votre chère France si durant toute votre vie, les gens comme votre grand-père qui avaient soutenu l’Apartheid ont passé leur temps à vous faire croire que la France n’a fait qu’aider les « autres » à se « civiliser ». Oui, la civilisation de la sauvagerie et de l’avilissement ! Mlle Le Pen, à 24 ans, vous êtes la plus jeune député de la France et étant votre cadette de quelques mois seulement, je peux donc conclure que vous et moi sommes de la même génération et pourrai alors dire qu’à cet âge et avec le poste que vous occupez, vous devriez connaitre la vraie histoire de votre pays la France si et seulement si vous eûtes fait preuve de moins de paresse intellectuelle en ne vous contentant pas que des histoires que vous racontent « Papy Jean-Marie » mais hélas ! Je vais donc vous rendre un très petit service en parcourant avec vous quelques-unes des politiques de la France dans ses anciennes colonies qui étaient pies que l’Apartheid en Afrique du Sud. Avant tout, laissez-moi vous rappeler que vos ancêtres font partie de cette espèce d’êtres humains qui ont jugé noble d’acheter, de vendre d’opprimer et de massacrer d’autres êtres humains. Le Code Noir qui désigne l’ensemble de textes juridiques codifiant la vie des esclaves noires dans les anciennes colonies françaises (Indes françaises) est ordonné par le roi Louis XIV en 1685. Dans ce code, l’un des rois les plus adulés des « français de souches » comme vous Mademoiselle, a tout simplement animalisé les Noirs (pratique que des membres de votre partie telle qu’Anne-Sophie Leclerc continuent) et dénigré d’autres peuples pour le simple fait que ceux-ci avait une couleur de peau ou pratiquaient une religion différente de la vôtre . L’article 1er du Code Noir nous dit : « Voulons que l'Édit du feu roi de glorieuse mémoire, notre très honoré seigneur et père, du 23 avril 1615, soit exécuté dans nos îles ; se faisant, enjoignons à tous nos officiers de chasser de nos dites îles tous les juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d'en sortir dans trois mois à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens. » Le Code Noir chère Mlle Le Pen est le fondement même des systèmes de ségrégation raciale et raciste comme l’Apartheid et l’on peut dire que les Boers d’Afrique du Sud se sont inspirés de la cruauté de vos ancêtres pour établir une version beaucoup plus diluée du Code Noir en Afrique du Sud. De la même manière que les Noirs étaient interdits de se regrouper durant l’Apartheid, Le Code Noir stipule dans son article 16 : « Défendons pareillement aux esclaves appartenant à différents maîtres de s'attrouper le jour ou la nuit sous prétexte de noces ou autrement, soit chez l'un de leurs maîtres ou ailleurs, et encore moins dans les grands chemins ou lieux écartés, à peine de punition corporelle qui ne pourra être moindre que du fouet et de la fleur de lys ; et, en cas de fréquentes récidives et autres circonstances aggravantes, pourront être punis de mort ». En Afrique du Sud, bien que les Noirs fussent extrêmement sous-payés, ceux-ci recevaient quand même une compensation aussi infime soit elle pour leur travail et avaient le droit d’exercer certaines petites activités commerciales. Mais dans l’article 18 du Code Noir Mlle Le Pen, il est dit ceci : « Défendons aux esclaves de vendre des cannes de sucre pour quelque cause et occasion que ce soit, même avec la permission de leurs maîtres, à peine du fouet contre les esclave, de 10 livres tournois contre le maître qui l'aura permis et de pareille amende contre l'acheteur. » car vos ancêtres voulaient absolument éviter que les Noirs ne disposent de ressources financières qui risqueraient de leur permettre d’acheter leur liberté à leurs maitres comme c’était le cas dans certaines colonies britanniques et portugaises. Dans les anciennes colonies françaises, les esclaves ne pouvaient même pas rêver acheter leur propre liberté. Durant la période de l’esclavage, de nombreux historiens révèlent que plus d’un million de Noirs ont été massacré dans les colonies françaises seules. Vous me répondrez peut être que la République Française et plus précisément la 5ème République du héros Charles De Gaulle n’a rien à avoir avec cette France esclavagiste. Et bien c’est vrai ! Votre 5ème République Française est pire que la France de Louis XIV : elle est la France de la barbarie pure et simple. Mlle Le Pen, serez-vous toujours fière de votre chère France en apprenant que celle-ci a massacré froidement et sans remords 120 mille camerounais en trois ans, de 1959 à 1962 pour le simple fait que ceux-ci ont réclamé leur droit le plus inaliénable qui est celui de l’auto-détermination ? Je n’invente pas les chiffres car c’est le journaliste du Monde André Blanchet qui le dit suite à ses enquêtes alors que les camerounais quant à eux parlent de plus de 200 milles morts. En Algérie, il fut question de 700 mille morts durant cette guerre coloniale que la France niait jusqu’en 1999 et qu’elle désignait affectueusement par « évènements d’Algérie ». Au cours de la guerre d’Algérie, la France de De Gaulle avait créé des camps de concentration qu’elle avait rebaptisé « camp d’internement » dans lesquels elle torturait et abattait sauvagement les arabes qu’elle y emprisonnait. Des milliers de jeunes filles pour la plus part des adolescentes ont été arrachées à leurs parents qui furent exécutés et réduites en esclaves sexuelles que les soldats français que votre 5ème République a fièrement décoré plus tard, violaient passionnément et collectivement. Certaines des survivantes raconteront plus tard qu’elles étaient violées par au moins 100 soldats en une seule journée. De nombreuses tombèrent enceinte et eurent des « enfants sans père » qu’aujourd’hui vos camarades appellent amicalement « la racaille ». Mlle Le Pen, comparer l’Apartheid aux bestialités de la France dans ses anciennes colonies est comme comparer une gifle à une décapitation. Loin de moi l’intention de minimiser les exactions du régime de l’Apartheid contre les Noirs d’Afrique du Sud ou encore moins de justifier l’Apartheid mais il est important que je vous apprenne que votre France dont vous êtes si fière fut et continue d’être l’une des puissances impérialistes les plus cruelles de l’histoire de l’humanité. Dans mon pays le Togo, durant la conquête coloniale, les soldats français ont coupé les deux pouces à l’aide d’une hache, aux guerriers de l’ethnie Konkomba qui résistaient à l’occupation française munis leurs arcs et flèches. Mlle Le Pen, s’il vous est difficile d’imaginer la douleur que ces milliers d’hommes ont ressentie, je me propose de vous faire cette expérimentation mais malheureusement j’ai peur d’abimer vos maigres doigts qui n’ont surement jamais tenu une houe et un coupe-coupe de leur existence. C’est avec ces outils rudimentaires que des millions d’Africains ont cultivé des centaines de milliers d’hectares de force pour épargner la famine à votre peuple avant, pendant et après les deux guerres mondiales et la crise économique de 1929 qui ont rendu la France plus pauvre et plus féroce et qu’elle ne l’était déjà .Votre pays la France a établi après l’abolition de l’esclavage et bien entendu du Code Noir, un autre code cordialement appelé « Le Code de L’Indigénat ». Ce code qui fut adopté en Juin 1881 et imposé aux peuples des colonies françaises en 1887, « distinguait deux catégories de citoyens : les citoyens français (de souche métropolitaine) et les sujets français (les indigènes). » Ce complexe de supériorité qui régente votre peuple et que votre parti ne cesse de témoigner à travers ses discours provocateurs vous donne le droit d’appeler les autochtones des pays que vous êtes partis piller, des « indigènes ». Ce code de l’indigénat réduisait de nouveau les Noirs à l’esclavage ; rebaptisé en « travaux forcés ». Dans les anciennes colonies françaises, les Noirs devaient travailler de force pour la France sans compensation aucune. Certains avaient le devoir de cultiver le café, le cacao, le coton et autres produits agricoles qui ne peuvent jamais germer sur votre pauvre sol français. D’autres devraient quant à eux construire les chemins de fer et les wharfs qui devraient permettre à la France d’exporter les produits qu’elle volait aux colonies et d’autres enfin, devraient servir les administrateurs de colonies comme hommes de chambres, cuisiniers, vaguemestres, coursiers etc. La punition était les coups de fouet, l’amputation, ou la mort pour ceux qui voulait résister à la bestialité française. Entre 1908 et 1909, plus de 1500 « infractions » au Code de l’Indigénat ont été réprimées au Congo-Brazzaville seul et « en 1928, Albert Londres journaliste au Petit Parisien » découvre que la construction des voies ferrées ou les exploitations forestières provoquent un nombre effroyable de morts parmi les travailleurs africains du Sénégal au Congo et dans son article il écrira ceci : « Ce sont les nègres des nègres. Les maîtres n'ont plus le droit de les vendre. Ils les échangent. Surtout ils leur font faire des fils. L'esclave ne s'achète plus, il se reproduit. C'est la couveuse à domicile. » La répression dans les colonies françaises était si aigüe que des millions de personnes ont fui leurs villages pour s’installer dans les colonies britanniques. Robert Delavignette haut fonctionnaire, directeur de l’Ecole de la France d’outre-mer et spécialiste des questions coloniales a rapporté la migration de plus de 100,000 Mossis de la Haute Volta (actuelle Burkina Faso) à la Gold Coast britannique (actuel Ghana). Le journaliste Albert Londres quant à lui, révéla aussi que plus de 600,000 personnes ont fui les colonies françaises d’Afrique de l’ouest vers la Gold Coast et plus de 2 millions ont fui les colonies d’Afrique centrale et une partie de l’Ouest vers le Nigeria qui était aussi une colonie britannique. La barbarie inouïe des colonisateurs français était insupportable aux « indigènes » qui ont préféré la domination britannique à la domination française. Ne dit-on d’ailleurs pas « qu’entre deux maux il faut choisir le moindre ? » Cependant, notez-bien Mademoiselle que la cruauté de cette France dont vous êtes si fière ne s’est pas arrêtée là. Afin de combler le vide dans ses colonies que les populations désertaient du faite de sa répression intense, la France « exportait » de force, comme des troupeaux, les Africains d’un pays à un autre pour les faire travailler dans ses plantations. Des milliers de personnes ont été parachutées de la Cote d’Ivoire à la Centre Afrique, du Sénégal au Congo et j’en passe.Et quand ces dernieres se sont décidées à obtenir leurs liberté de la France et à mettre fin à leurs exploitation, domination, oppression et répression, la France les a massacré comme au Cameroun, en Algérie ou encore au Madagascar ou plus de 100,000 Malgaches ont été massacrés par les soldats français suite à leur soulèvement en 1947. Mlle Le Pen, je peux écrire 1000 tomes d’un livre d’1 million de pages chacuns pour vous relater la politique nauséabonde de votre chère France dans ses anciennes colonies. Je peux également passer des années à réciter les exactions commises par votre adorable France dans ses anciennes colonies qui surpassent de très loin ce que les Noirs d’Afrique du Sud ont connu avec les Boers. Je peux peindre du sang des dizaines de millions personnes que la France a bombardées, fusillées pendues, trempées dans le l’acide, brulées vif, décapitées, enterrées vivant, chacun des millions de murs en France et toujours manquer de place pour y peindre les larmes qu’ont fait coulé et continue à faire couler votre France dans ses anciennes colonies. Et pour finir, notez pour votre gouverne que les Mandela de ces anciennes colonies à savoir Toussaint Louverture, Sylvanus Olympio, Ruben Um Nyobé, Barthélémy Boganda, Félix Moumié, Outel Bono, Modibo Kéita, Marien N’Gouabi, Ali Soilih, Mahamoud Harbi Farah, Germain Mba, Aline Sitoé Diatta, Thomas Sankara pour ne citer que ceux-la ont été exécuté par cette France dont vous êtes si fière. Ne venez surtout pas Mademoiselle remuer le couteau dans notre plaie qui refuse de guérir parce que des ignares se permettent à chaque fois de débiter des sordidités comme vous le faites. Source : Farida Nabourema Farida Nabourema (a gauche) et Marion Maréchal Le Pen (a droite)See more

Source: Nuances Mag

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 17:06

INVITATION A L’AFRO FREE MARKET PARIS

”SPÉCIAL FÊTES DE NOËL”

LES 21 & 22 DÉCEMBRE 2013 DE 10 A 22H00

AU LAVOIR MODERNE PARISIEN 18e ! ENTRÉE 3 EUROS !

 

L’Afro Free Market Paris est une idée du styliste designer Mike Sylla, créateur de la marque Baïfall Dream, un événement multiculturel qui rassemble les créateurs, les artisans et de nombreux artistes pour un moment de partage et d’échange dans un lieu de 500 m2 doté d’une salle de spectacle, convivial et historique « Le Lavoir Moderne Parisien » !!!

 

Du FLYER-2-.jpgsamedi 21 au dimanche 22 décembre pour la quinzième édition « Spécial Fêtes de Noël », vous êtes conviés à venir à la rencontre d’artistes qui vous proposeront l’objet de leurs créations : mode & accessoires, chapeaux, bijoux originaux, beauté & produits naturels, gastronomie, littérature, produits écologiques et artisanaux, lampes inédites, œuvres d’art, sculptures, tableaux uniques, photographies, dessins, décoration etc.

 

A la recherche d’un objet original ? D’un produit unique ? D’un cadeau exceptionnel ?! Apporter de la chaleur aux personnes que vous aimez et transportez les sur ce marché de Noël qui vous permettra d’offrir de jolis présents et peuvent  faire le bonheur de vos proches !

 

A cette occasion, nous avons le plaisir de recevoir des créateurs artisans de talents. Une programmation musicale et des performances artistiques vous sont proposées, acoustique, live, A capella !

 

Venez-vous régaler avec Les Marmites de Mame !

 

A partager sur votre facebook, blogs et autres !!!

 

L’équipe Afro Free Market Paris vous souhaite d’excellentes Fêtes de fin d’année !

 

Afro Free Market Paris « Le Salon des créateurs artistes » les 21 & 22 décembre 2013 au Lavoir Moderne Parisien 35, Rue Léon 75018 Paris

Métros Barbès, Château-Rouge et Marcadet Poissonniers

Bus 31- 60 -56

Horaires : de 10 à 22h

Entrée 3 euros !!!

Contact:

www.afrofreemarket.com

afrofreemarket@gmail.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 17:03

 Syrie : Tout laisse à penser que l’agression lancée contre la Syrie par l’empire étasunien, ses vassaux français et britannique, et des pays arabes félons, va finalement échouer.

Bashar al-Assad cropped Bashar El Assad Président de la Syrie.

 

Tout laisse à penser que l’agression lancée contre la Syrie par l’empire étasunien, ses vassaux français et britannique, et des pays arabes félons, va finalement échouer. C’est un fait nouveau. En effet, depuis la chute du mur de Berlin, les agressions de l’Empire avaient atteint l’essentiel de leurs objectifs : détruire l’État agressé et n’y laisser que chaos et désolation. C’est ce qui s’est passé en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak et en Libye.  L’État syrien ne sera donc pas détruit. Son indépendance à l’égard de l’Empire va perdurer, son soutien à la Palestine va se poursuivre et sa résistance contre Israël va s’aiguiser.

Voilà une bien bonne nouvelle ! Cependant, les choses ne sont pas encore entièrement stabilisées, mais la tendance est nette.

D’ailleurs, la préoccupation actuelle des pays occidentaux est d’éviter le retour des takfiristes (djihadistes particulièrement violents) qu’ils ont contribué à expédier en Syrie.

Les visées hégémoniques de l’Empire peuvent donc être contrées. La sauvagerie même de l’agression dont la Syrie est encore victime et une politique adéquate de son gouvernement, présidée par Bachar El-Assad, à l’intérieur comme à l’extérieur, lui ont permis de s’appuyer sur la population et sur de nombreuses aides internationales. Les combattants du Hezbollah ont su renforcer le front intérieur, la Chine, la Russie et l’Iran représentant l’arrière-garde.

D’autre pays participent à ce vaste front anti-impérialiste. Sans en faire une longue liste, citons Cuba, le Venezuela. Et l’Iran entretient de bonnes relations avec la République populaire démocratique de Corée.

Ce rassemblement de peuples et de gouvernements pourraient sembler hétéroclite au premier abord. Et pourtant, il ne l’est pas. Il n’y a pas de conflit idéologique dans cette affaire, mais un combat entre la volonté hégémonique de l’Empire étasunien d’une part et la volonté d’indépendance des peuples d’autre part. Rappelons qu’Hassan Nasrallah lui-même a appelé, il y a un peu plus d’un an, à l’unité des musulmans contre l’Empire, au-delà des divergences confessionnelles. D’ailleurs, à chaque fois que notre presse parle d’un attentat contre une communauté religieuse musulmane, il faut y voir la main de l’ennemi étasunien ou israélien !

Une preuve que la religion n’est pas en cause dans ce conflit : Bachar El-Assad a souvent été attaqué au motif qu’il gouvernerait son pays avec une minorité religieuse. Mais le roi du Maroc, alaouite comme lui, n’a pas montré beaucoup de solidarité ! Le problème n’est donc pas religieux ; il résulte de son soutien ou non à l’impérialisme. Il y a ceux qui se soumettent à l’Empire et ceux qui résistent !

Il est bien naturel que la Chine soutienne la Syrie en butte à l’agression impérialiste. Rappelons-nous le poème d’Aragon, la Rose et le Réséda : « celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas / Tous deux adoraient la belle prisonnière des soldats / Lequel montait à l’échelle et lequel guettait en bas ».

Affronter l’impérialisme demande de s’unir sans arrière-pensée, de surmonter ses divergences dans le combat. Chacun, naturellement, a le devoir de conserver et de développer ses propres convictions, mais sans en faire un préalable dans la lutte. C’est la grande alliance qui vaincra l’Empire !

Source : http://www.resistance-politique.fr/article-a-propos-de-la-situation-en-syrie-121634392.html

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 17:01

Les prévisions choquantes de Saxo Bank font de l'UE une nouvelle URSS 

 Bombe-atomique

 

 

Par La Voix de la Russie  L’UE pourrait imposer une taxe obligatoire pour tous les détenteurs de plus de 100.000 euros sur leurs comptes bancaires.

 

Cela ferait  l’Union européenne une alliance de forme totalitaire et à faible niveau de protection de propriété privée, comme ce fut le cas en URSS, selon certains experts. Tel est le constat des prévisions de Saxo Bank, traditionnellement rédigées à la fin de l’année.

 

Saxo Bank est spécialisée dans les prévisions à sensation, dont la plupart ne se réalisent jamais.

Selon les analystes de la banque, le système financier mondial actuel est tellement complexe qu’il peut être qualifié de chaotique. Cela signifie que toutes les prévisions peuvent se réaliser, même les moins réalistes.

Source : RIA Novosti

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:59

 

POURQUOI UN ACCORD IRAN-ÉTATS-UNIS SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN ?

 Interview de Robert Bibeau

 images.jpg

Algérie Patriotique : L’actualité est dominée par l’accord sur le programme nucléaire iranien, qu’en pensez-vous ? Qui cet accord arrange-t-il le plus ? (1)

 

            Robert Bibeau : L’accord Iran-États-Unis à propos de l’industrie nucléaire iranienne a été accepté par les représentants de l’Iran, suite il est vrai à un embargo et à des sanctions américaines et européennes illégales (en droit international).

 

            Tout de même, c’est le choix du gouvernement iranien légitime de convenir d’une telle entente. L’indépendance de la nation iranienne lui donne le droit de signer les accords qui lui conviennent. Tout autre peuple ou nation ne peut que s’incliner devant la volonté du gouvernement de l’Iran concernant ses relations internationales avec l’impérialisme américain. Cependant, on est en droit de se demander pourquoi n’y a-t-il pas réciprocité ?  Où est l’accord États-Unis-Iran sur le nucléaire étatsunien ?  Après tout, l’Iran n’a jamais lancé de bombe nucléaire sur Hiroshima et Nagasaki.

 

            J’espère toutefois que par cet accord l’Iran ne renonce pas à son programme d’enrichissement nucléaire et de développement d’une industrie de l’énergie nucléaire. J’espère que l’Iran ne renonce pas à ses droits légitimes et fondamentaux car l’Iran représente le symbole d’un État tenant tête à l’une des grandes alliances impérialistes spoliatrices (2).

 

            En termes géostratégique cet accord révèle qu’un grand réalignement des forces impérialistes mondiales est en cours. Je m’explique :

 

            Les États-Unis d’Amérique, grandement affaiblis sur le plan économique, industriel et financier, ont de moins en moins les moyens militaires de leurs ambitions hégémoniques. Après leurs échecs militaires répétés en Afghanistan – d’où ils sont chassés par les Taliban, des gueux armés de dynamite et de fusils – et en Irak où après avoir détruit le pays ils ont laissé en plan une guerre civile larvée qui demain pourrait couper les exportations de pétrole de ce pays. Présentement, seule l’intervention impérialiste de l’Iran dans les affaires internes de l’Irak, par milices chiites interposées, permet au pétrole irakien de sortir du pays pour approvisionner l’Europe et le Japon.  L’échec en Libye où la guerre civile pourrait là aussi, d’un jour à l’autre, perturber l’exportation du pétrole vers l’allié européen. L’échec de l’agression militaire en Syrie que les monarchies du Golfe maintiennent à flot via des bandes de mercenaires armés (pseudo djihadistes) qui seront peu à peu exterminées par l’Armée arabe de Syrie et ses milices. Bref, les USA obnubilés par leur grand ennemi, la Chine, ont décidé de jeter du lest sur le front iranien et de recentrer leurs activités militaires vers l’Asie-Pacifique, là où se jouera le prochain grand cycle impérialiste.

 

            Pour le moment l’Union européenne joue les faire-valoir et suit la parade dans ce foutoir, avec le président Hollande de France qui comprend bien la joute en cours, mais ne sait pas quelle position adopter au nom de son pays en ruine (financièrement parlant).

 

            La France,  telle la grenouille se croit capable de prendre la place du bœuf américain sur la scène du Moyen-Orient et de l’Afrique. Le prochain printemps africain devrait lui faire réaliser la futilité de ses visées hégémoniques. C’est la raison pour laquelle, au moment où l’accord sur le nucléaire iranien se conclut à Genève, au grand dam de Netanyahou,  le petit Président de France déambule en Israël afin d’offrir ses bons offices aux sionistes désemparés, pensant ainsi récupérer la mainmise sur l’État impérialiste sioniste comme avant la guerre des Six Jours. Mais le monde a changé depuis l’attaque du « Young Kippour » et la France n’a qu’à compter ses porte-avions, ses drones, ses bombardiers furtifs, ses divisions de combats pour comprendre qu’elle ne fait pas le poids. A peine peut-elle se maintenir au Mali et en République Centre-Afrique, et encore la partie n’est pas finie. Là où la puissance militaire américaine déclare forfait (Syrie-Liban-Irak-Iran-Libye), la France croit-elle pouvoir reprendre le flambeau et poursuivre l’agression contre ces guérillas anti-occupation ? Poser la question c’est y répondre.

 

            Israël est évidemment le grand perdant de cet accord inter-impérialiste. Il y a trois ans que nous répétons que le sionisme et les tenants de la religion juive ne gouvernent pas le monde. Qu’ils ne dirigent même pas la politique américaine du Pentagone et de la Maison-Blanche ; que le pouvoir de l’AIPAC à Washington est directement proportionnel à la convergence des intérêts de la grande puissance impérialiste américaine et de la petite puissance impérialiste israélienne ; que le jour où les intérêts économiques, financiers, politiques et militaires de la superpuissance de 15 000 milliards de PIB annuel divergeront des intérêts du petit pays impérialiste de 240 milliards de PIB par an, vous verrez le chien reprendre la maîtrise de sa queue et balayer le petit État génocidaire. Israël tout en feignant de penser le contraire convient de ces constats. Le petit État encerclé  s’agite en menaçant d’attaquer l’Iran soutenu en cela par quelques sous-fifres monarchistes du Golfe Persique. Tout ceci n’est que bouffonnerie. Sans les satellites américains pour diriger les avions de combat – sans l’accord du maître américain et son parapluie antimissile et ses pièces de rechange pour l’armement, l’État voyou est démuni.

 

            Comment l’armée israélienne (Tsahal) embourgeoisée, battue à deux reprises par la milice du Hezbollah – présentement occupée à s’entraîner et à éradiquer les criminels de guerre exfiltrés en Syrie – peut-elle laisser présager qu’elle pourrait attaquer la farouche armée iranienne? Les pseudo-experts analystes militaires occidentaux devraient cesser de paraphraser les communiqués de la NSA et de la CIA (3).

 

            Enfin, l’accord entre l’Iran et les États-Unis est une victoire retentissante pour les diplomaties russe et chinoise qui s’activent en coulisse. La victoire russo-chinoise a débuté après le coup fourré de la résolution onusienne 1973 contre la Libye que la Chine et la Russie  ont laissé passer au Conseil de Sécurité contre la promesse que la Syrie  serait épargnée. Sitôt que les puissances occidentales pensèrent en avoir fini avec le clan Kadhafi et la Libye, la Syrie fut attaquée par les puissances occidentales camouflées en bandes armées. Les puissances impérialistes russes et chinoises décidèrent de ne plus rien céder et d’affronter l’alliance occidentale (OTAN) en Syrie jusqu’au dernier Syrien si requis. Ayant gagné la guerre de Syrie, la route militaire vers Téhéran est fermée aux puissances occidentales. Le gouvernement iranien ne s’y est pas trompé qui a soutenu énergiquement le gouvernement syrien contre ces attaques de mercenaires criminels (4).

 

            Algérie Patriotique : Vous estimez que l’agression militaire contre la Syrie visant à faire tomber son président, Bachar Al-Assad, a totalement échoué. Comment voyez-vous la sortie de ce conflit ?

 

            L’agression militaire occidentale (par bandes armées interposées) visait secondairement à abattre le Président Bachar Al-Assad. Elle visait premièrement à imposer une autre défaite militaire à l’alliance russo-chinoise – à ouvrir la voie militaire vers l’Iran afin de menacer ce pays pour qu’il rompe son alliance avec la Russie et la Chine et reprenne la devise américaine (dollar) dans ses échanges pétroliers. L’affaire de l’énergie nucléaire iranienne n’est qu’un prétexte pour justifier ces pressions. Les États-Unis d’Amérique propriétaires de 3 500 vecteurs thermonucléaires n’ont rien à craindre de la future-éventuelle bombe iranienne. Chose que nous avions signalée dès 2010 (5).

 

            La personne de Bachar Al-Assad a peu d’importance dans ce bras de fer impérialiste. La coalition impérialiste Russie-Chine-Syrie-Iran ayant gagné temporairement la partie, la seule sortie envisageable au conflit ne peut être que le massacre (en cours) des mercenaires encerclés dans quelques poches de résistance en Syrie. Ces hobereaux seront sacrifiés par leurs sponsors disqualifiés. Les rencontres prévues à Genève en janvier 2014 ne visent qu’à négocier l’exfiltration de ces assassins – s’ils en restent de vivants – du sol syrien.

           

            Ce sera la mise en veilleuse de la Coalition pour la libération de la Syrie qui sera maintenue en léthargie afin de réguler la pression sur le gouvernement syrien – une monnaie d’échange – pour la suite des choses. Peut-être que lors des prochaines élections présidentielles syriennes vous verrez Bachar prendre sa retraite, mais je ne suis pas convaincu que le camp russo-chinois accorde ce prix de consolation aux Européens, aux monarchies du Golfe et aux Étatsuniens vaincus. Nous sommes loin du Grand Réaménagement du Moyen-Orient que les  pseudo-experts occidentaux annoncent depuis longtemps (6).

Source : http://algeriepatriotique.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:56

COMMUNIQUE

des Organisations Syndicales CFTC, CGTG, FO, FSU,

SolidairesFPG, SPEG, SUD-PTT GWA, UGTG, UNSA

A propos de la mobilisation du 05 Décembre

 

CFTC - CGTG – FO - FSU - SOLIDAIRES FP - SPEG - SUDPTT GWA - UGTG - UNSA

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

WOULO BRAVO POU TRAVAYE GWADLOUP

Plus de 6000 personnes ont défilé avec fierté et détermination dans les rues de

Pointe-à-Pitre ce jeudi 5 Décembre 2013 à l’appel des Organisations Syndicales CFTC, CGTG, FO, FSU, SFPG, SPEG, SUD-PTT GWA, UGTG, UNSA pour dire : NON A LA PWOFITASYON – NON AUX LICENCIEMENTS – NON A UNE ECOLE CONDUISANT NOS ENFANTS A L’ECHEC - NON A UNE VIE DE MISERE….

Les manifestants ont été accueillis par plus de 10 camions de gendarmerie devant le palais de justice dès 12H30. C’est là, la seule réponse de l’Etat face aux revendications des travailleurs. Plus que jamais, les Organisations Syndicales exhortent les travailleurs à poursuivre les assemblées générales dans les entreprises et les administrations et à se préparer à une prochaine mobilisation plus ample et plus vaste.

Travayè, Pèp Gwadloup : Pon disou pa pèd. Kenbé rèd frè, kenbé rèd suwtou pa moli, kenbé rèd suwtou pa pléré, kenbé rèd suwtou pa tranblé douvan misyé la ka kenbé fwèt la !

 

JOU NOU KÉ MÉTÉ A JOUNOU PÉKÉ VWÈ JOU !

P/O Les Organisations Syndicales

 

domota.jpg Elie. DOMOTA

 

Lapwent 05 Désanm 2013

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:41

Interview de Luc Banemeck sur la centrafrique, l’installation d’une base militaire à Ngaoundéré (Cameroun) et l’incident de l’Hôtel Meurice à Paris (France).

 Luc Banemeck1 

 L’Afrique est de plus en plus convoitée par les puissances occidentales dans leur besoin criant de ressources énergétiques. Donc si l’Afrique ne prend pas son destin en main, elle va connaître dans les décennies à venir le pire cauchemar de son existence. C’est ce que Luc Banemeck  Stratégiste panafricaniste nous disait lors d’un séminaire  organisé par l’alliance des stratègistes Africains (ASA) à Paris en octobre 2013.

Aujourd’hui encore, comment comprendre  que 50 ans après les indépendances tous les pays francophones soient occupés par les armées étrangères en col blancs et/ou en treillis.

  Nous sommes allés poser plusieurs questions pour mieux comprendre ce qui se joue en ce moment au cœur de l’Afrique (Centrafrique et Cameroun).

Afrohistorama News : L’Afrique centrale est en proie aujourd’hui à une nième intervention militaire française et le Cameroun la tête de pont de celle-ci. Qu’en pensez-vous ?

Luc Banemeck : Pour comprendre ce qui se passe en ce moment en Afrique centrale, il faut repartir à la création de l’ONU.

 Au lendemain de la destruction du mur de Berlin, l’occident a revu de fond en comble sa stratégie vis-à-vis de l’Afrique sa vache à lait.

L’occident l’avait déjà fait après la deuxième guerre mondiale avec la création de l’ONU, la chute du mur   en 1989 n’était qu’une continuité, de même que la recolonisation rampante de l’Afrique francophone aujourd’hui. Ce changement de stratégie s’accompagne généralement d’un changement de méthodes, d’approches.

En créant l’ONU, l’Europe ne voulait plus faire la guerre de conquête par les armes de destruction massive, mais par les armes de destruction économique. Ce modèle à  connu son apogée et aujourd’hui son crépuscule. D’où la nécessité de changement de stratégie.

  L’Afrique centrale est une cible naturelle occidentale car détenant en quantité de nombreuses ressources recherchées par l’occident toute intervention des pays occidentaux ne doit plus être une surprise mais une certitude.

La prévision a été absente des politiques africaines depuis 1960. Il ne faut donc pas s’étonner de la situation  chaotique en Centrafrique ou de la présence militaire en masse de l’armée française au Cameroun.  En accueillant la tête de pont de l’opération SANGARIS sur son sol, le Cameroun n’a pas pensé aux conséquences futures d’une telle décision. J’ai peur pour la suite des événements.

Je pense qu’en acceptant l’installation du quartier général de l’opération SANGARIS sur le territoire camerounais, indirectement le Cameroun s’attire des ennuis dont il n’avait pas besoin. La situation Centrafricaine n’étant pas réglé pour bientôt, l’armée française est à Ngaoundéré pour plusieurs années. En s’installant à l’intérieur des frontières du Cameroun. Le Cameroun est désormais un pays en état de guerre jusqu’au départ de l’armée française.

Afrohistorama News : Pouvez-vous nous nous parler du fonctionnement cette stratégie occidentale ?

Luc Banemeck : La stratégie occidentale appliquée à l’Afrique et particulièrement aujourd’hui en Afrique centrale est une stratégie  utilisant les menaces et les opportunités que lui offre la mauvaise gouvernance de nos états Africains.

Cette stratégie se déroule en plusieurs étapes. La première étape est généralement sous-traitée par des agents locaux et en cas d’incapacité de ceux- ci, par des mercenaires étrangers.

 Avant d’intervenir dans un pays quelconque, les occidentaux  s’assurent que le pays est dirigé par une dictature pro ou anti-occidentale, que la population ne soutien pas le régime en place, que les élites sont corrompus ou corruptibles, que le régime dépend de la finance mondiale. Une fois ses conditions réunies, on fait intervenir l’armée de mercenaires ou de djihadistes qui aura pour but de déstabiliser le pays, en créant une insécurité généralisée et en affaiblissant l’armée nationale.

 Si un génocide peut surgir c’est la cerise sur le gâteau, car il y a accélération du processus (ce qui réduit considérablement les coûts du projet en temps et en argent) a travers l’ONU qui prend le relais politique par l’initiation d’un vote de résolutions et des embargos qui paralysent le pays. Même les médicaments sont mis sous embargo (cas de la Côte d’Ivoire), pendant ce temps les mercenaires des médias vous pilonnent à longueur de la journée de messages de découragement et de peur en tout genre. Une fois que vous n’en pouvez plus, On vous présente un devis pour vous débarrasser des mercenaires, une armée occidentale débarque en sauveur (dans les pays francophones c’est l’armée française). Ainsi, le tour est joué. Le dictateur est déposé s’il est honni par son peuple. Si par malheur il s’en-tête comme Kadhafi, il est alors assassiné.

On organise par la suite un semblant de démocratie pour faire élire les nouveaux agents locaux. Pour une période donnée le pays retrouve un semblant de sécurité. Le business reprend avec les mêmes, cette fois-ci avec des exigences nouvelles accompagnées d’une exploitation à outrance des ressources minérales.

Afrohistorama News : Pensez-vous qu’une telle stratégie pourrait éventuellement se produire au Cameroun ?

Luc Banemeck : Cette stratégie à cours au Cameroun en ce moment puisque

-         Le Cameroun est un pays où l’alternance démocratique est bloquée ;

-         Les Camerounais vivent dans une insécurité économique, politique et sociale ;

-          Les partis politiques de l’opposition et/ou la société civile sont désorganisés ;

-         La corruption est remarquable.

-         L’utilisation des mercenaires à lieu sporadiquement.

En tout cas ces signes avant-coureurs démontrent clairement que le Cameroun est pris dans cet engrenage.

Afrohistorama News : Pouvez-vous citez quelques exemples concrets des signes avant-coureurs pour le Cameroun ?

Lu Banemeck :

-         Les interventions répétées de Boko Haram ;

-          Depuis quelques semaines, l’installation de l’armée française sur le plateau  stratégique de l’Adamawa etc.

 

Afrohistorama News : Selon vous  pourquoi l’armée française à installer sa base à Ngaoundéré et non à Bertoua ou à Batouri  qui sont des villes proches de la frontière centrafricaine ?

ndere-kmer.png

 

Luc Banemeck : Ngaoundéré est dans le plateau de l’Adamawa qui est une zone dense qui part du Cameroun jusqu’au Nigéria, elle est essentiellement occupée par les Africains de confession musulmane. Cette zone est la frontière régionale entre l’ancien nord du Cameroun à majorité musulmans et le sud à majorité chrétien ou de religion des ancêtres. Lorsqu’on se souvient de la déstabilisation de la Côte d’Ivoire ou pendant au moins dix ans le pays fut divisé entre Nord à majorité musulman et Sud à majorité chrétien avec comment armée d’interposition l’armée française. Il y a lieu de s’inquiéter beaucoup.

Aujourd’hui en s’installant dans l’Adamawa, l’armée française est là pour une raison et pour durer. En tout cas elle ne partira pas à la fin de l’opération SANGARIS. Puisque c’est l’armée française qui décide si l’opération a pris fin et non les centrafricains ou les camerounais.

Afrohistorama  News : Comparer la situation Ivoirienne à celle du Camerounais ne constitue-il pas  une exagération  de votre part?

 

Luc Banemeck : Non.  Puisque nos pays non seulement ont des similitudes historiques, mais des ressemblances dans la configuration générale du pays.

Dans notre cher pays, on a le même président depuis  1982 (31 ans). Ce fut le cas en Côte d’Ivoire avec le feu Houphouët Boigny.

Nous avons au Nord une population à majorité musulmane  et chrétienne au Sud.  C’est le cas en Côte d’Ivoire.

Nous avons une base militaire française dans l’Adamawa. La Côte d’Ivoire a une base militaire française depuis 50 ans.

Au Cameroun plusieurs personnalités de premier rang originaires du Nord ont été emprisonnées pour détournement de fonds publics. Au nord on pense le contraire. En Côte d’Ivoire Gbagbo  a été emprisonné avec plusieurs membres de son parti et Ouattara condamné par contumace.

Au sein du parti au pouvoir il existe une guerre larvée entre plusieurs prétendants au siège de président de la république (Souvenez-vous de Bédié, Ouattara, Nguei et Gbagbo).

La similarité ici est presque parfaite comme vous pouvez le constater. Les mêmes causes produisant les mêmes effets. Je vous laisse la conclusion.

 

 

Afrohistorama News :compte tenu de la situation que doit faire les camerounais pour éviter le conflit interrégional en perspective ?

Luc Banemeck : Il faut qu’ils arrêtent de prier Dieu et se dire que je n’accepterai aux ordres de l’étranger pour faire du mal à mon compatriote. C’est facile à dire, mais est-ce facile à faire ?

Je dis oui. Ce sont les hommes et les femmes d’un pays qui choisissent leur destin. S’ils acceptent d’être esclave ils seront des esclaves, s’ils veulent être libre et indépendant ils le seront également, c’est une question de choix personnel et de société.

Les camerounais doivent replonger dans leur histoire. Ceci est valable pour les élites au pouvoir, mais aussi pour la population. L’Union de la population du Cameroun a permis l’indépendance de l’Afrique francophone, par conséquent l’union de la population du Cameroun nous permettra d’éviter une guerre interrégionale, interreligieuse ou interethnique. Par la même occasion nous évitera une recolonisation déguisée. C’est mon message à l’attention de mes compatriotes.

Afrohistorama  News : Que pensez-vous de l’incident qui a eu lieu à l’Hôtel Meurice de Paris avec le président Paul Biya ?

Luc Banemeck : Je ne suis pas d’accord avec cette façon de faire de certains compatriotes d’une part et d’autre part  j’accuse l’entourage du président de la république et la sécurité de l’hôtel Meurice.

Comment peut-on venir pour une réunion sur la sécurité et vivre la pire insécurité de sa carrière. C’est incident démontre que la sécurité autour du président Paul Biya est inefficace.

Je ne suis pas pour cette façon de faire  des compatriotes, car elle fragilise le Cameroun davantage et donne des arguments aux puissances étrangères lors des négociations avec notre pays. Bien que l’on ne soit pas d’accord avec la politique du président Paul Biya, bien que la situation économique, politique et sociale du Cameroun soit dans une phase descendante, il représente la légalité du Cameroun.

J’accuse l’entourage du président de la république d’incompétence notoire  sur le plan sécuritaire. Il pouvait éviter cet incident. Car selon certaines informations les compatriotes étaient venus remettre au président un mémorandum pour un Cameroun démocratique, et pour la libération des détenus politiques. Mais n’ayant pas été reçu ils ont décidé d’agir autrement pour se faire entendre par le chef de l’état.

J’accuse donc l’entourage du président Paul Biya de radicaliser les Camerounais dans leur volonté de refus des réformes profondes et sincères de la société camerounaise. En acceptant ce mémorandum, il aurait évité l’humiliation du président Paul Biya et par la même occasion celle du Cameroun.

J’accuse l’hôtel Meurice de manquer de considération aux Camerounais. Comment peut-on payer des milliards Franc Cfa  et ne pas être protégé correctement.

A suivre….

 

Entretien réalisé par Paul Ayi

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 17:31

Centrafrique : Les vraies raisons de l’intervention française.

 centrafrique.jpg


 

http://www.youtube.com/watch?v=YsGDarPGjwM#t=73

 

 

 

 

Le trouble jeu de la France en Centre-Afrique : n'est-elle plus qu'une simple compagnie de CRS de l'Oncle Sam ?

Comme nous le craignions dans nos précédentes éditions, le scénario à l’ivoirienne semble dramatiquement se répéter en République Centrafricaine. Une fois de plus la France intervient militairement avec le blanc-seing de l’ONU, pour officiellement mettre fin à des massacres de civils et « sauver des vies humaines », selon son super-président François Hollande et le Ministre des Affaires Étrangères, le philanthrope Laurent Fabius.

Charitables déclarations et louables intentions  qui masquent difficilement la responsabilité et surtout l’implication de Paris, dans la déstabilisation de ce pays, majoritairement chrétien, livré à une rébellion musulmane venue du Nord. Pourquoi en effet avoir tant tardé pour intervenir, alors que la France maintient sur place une force militaire et ne peut ignorer les affrontements meurtriers opposant depuis de nombreux mois des groupes d’autodéfense de villageois, surnommés « anti-balaka » (ou anti-machettes) à l’ex-rébellion Séléka. Une alliance de groupes hétéroclites arrivée justement au pouvoir en chassant l’ancien président Bozizé en mars 2012… avec la bénédiction tacite de Paris ! Alors volonté politique ou impuissance diplomatique ? 
 
Les enjeux de cette nouvelle opération militaire française, baptisée Sangaris, semblent multiples.Bien que classé parmi les pays les plus pauvres de la planète, en raison de son instabilité, la Centre-Afrique dispose de riches ressources en bois, or, diamants et uranium. Les nouvelles forces armées centrafricaines qui ne sont en réalité qu’un ramassis de milices incontrôlées n’obéissant qu’à des seigneurs de la guerre locaux, mettent le pays sous leur coupe réglée. Sous couvert d’intervention humanitaire et de sécurisation d‘une région, que la France a pourtant sacrément contribué à perturber depuis 2011, notamment en Libye et en Côte-d’Ivoire, Paris cherche surtout à s’assurer du contrôle des ressources. Quitte pour cela à conforter un pouvoir minoritaire et illégitime, en désarmant des milices chrétiennes qui chercheraient à se venger sur des populations musulmanes, notamment d’origine Peules, des multiples exactions, violences et pillages à répétition dont elles sont victimes. Rien de mieux en tout cas pour attiser un conflit ethnico-confessionnel que de croire qu’un gouvernement d’obédience musulmane puisse diriger un pays comportant 80 % de chrétiens. À ce stade, ce n’est plus de l’incompétence mais une réelle politique de tension permanente et les masques tombent enfin, malgré les grandes déclarations de principe prononcées lors du sommet sur la sécurité et la coopération qui se tient actuellement 
 
Paris semble avoir lâché l’Afrique. Ou en tout cas s’être mis en retrait au profit du bloc atlantiste, États-Unis en tête, qui entendent diriger les opérations et superviser progressivement l’ancien pré-carré français. La Françafrique semble avoir cédé le pas à l’Américafrique comme le déclare Patrick Mbemko, auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique.

Le projet est dorénavant connu : remodeler le monde en fonction de la nouvelle guerre économique mondiale qui a débuté, et dont l’Afrique sera l’un des champs de bataille, au propre comme au figuré. Aucun pays ne pourra rester neutre et les chefs d’état africains n’ont guère le choix. Soit ils alignent leurs pays sur les visées atlantistes et ils se maintiennent au pouvoir. Soit ils passent outre et ils se retrouvent dans le camp des parias, mis à l’index des nations « éclairées » et s’exposant à des rébellions qui trouveront toujours, miraculeusement, les fonds nécessaires pour armer et entretenir une troupe de plusieurs milliers d’hommes, capables de mettre en échec les armées nationales. 
 
Le but est clair : verrouiller au plus vite le continent africain face à l’avancée commerciale des pays émergents comme la Chine, la Russie ou le Brésil. Pour cela il faut s’approprier rapidement les terres agricoles, les ressources énergétiques ou l’exploitation des richesses minérales. Mais il faut aussi contrôler les corridors d’évacuation comme la « route transversale » qui traverse l’Afrique D’est en Ouest, de l’Océan indien au Pacifique et passe… par la république centrafricaine. Étrangement aucun expert médiatique français n’aborde ces questions. On se contente seulement d’appuyer la version officielle d’une urgence humanitaire. Certains allant même jusqu’à dénier toute légitimité à la moindre réserve ou critique prononcée. Le syndrome rwandais oblige, la culpabilisation artificielle de la France joue parfaitement son rôle de censure psychologique et politique.

Toutes ces guerres humanitaires dissimulent en réalité des opérations néo-coloniales qui n’en portent pas le nom. « L’intervention française sera rapide, elle n’a pas vocation à durer et je suis sûr de son succès », c’est la dernière déclaration d’Hollande-le-va-t-en guerre. Souhaitons-le en tout cas. Car comme personne ne semble se bousculer pour financer cette opération, ni l’ONU, ni l’Union Européenne, ni les sociétés privées qui pourtant tirent d’énormes bénéfices de leur situation sur place, il faut souhaiter effectivement que cette probable victoire tactique, ne se transforme en une défaite stratégique, faute de financements. À moins que comme, certains le supputent, Paris ne consente à supporter toute la charge financière.

La Hollandie en est réduite à rendre de martiaux services en échange d’une partie de sa dette, de son déficit ou de délais supplémentaires à titre de remerciements dans le cadre des relations économiques et politiques avec l'Afrique, espérant ainsi redorer l’image ternie de M. Bricolage.Les militaires français coûtent moins cher que les intérêts de la dette. On comprendrait dès lors plus aisément le retournement stratégique français général et son alignement sur des intérêts contraires aux siens. Comme l’écrivait François de La Rochefoucauld : « Quand on croit servir les autres, on ne fait que se servir à travers eux ». fin de citation. Tout homme a son prix et il est indéniable en tout cas, que même en temps de crise financière, l’argent demeurera toujours le nerf de la guerre. 

 

 

Source : PRO Russia TV

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine