Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:42

Affaire Dieudonné: LETTRE OUVERTE A Madame Christiane TAUBIRA
Ministre de la Justice Garde des sceaux
 13, place Vendôme 75042 PARIS CEDEX 01

Par les avocats de fort de France

code-noir.jpg
 
 OBJET : QUESTIONS SUITE A VOS PRISES DE POSITION DANS L’AFFAIRE DIEUDONNE
 
 Madame, Nous avons pris connaissance avec consternation et une profonde  indignation de vos diverses réactions concernant l’humoriste DIEUDONNE. Vous avez dit entre autre : «Le racisme et l’antisémitisme sont des délits, qui souvent mènent au crime …Parce que lorsqu’on commence ce jeu
 pervers et nauséabond, ça commence par des différences visibles et ça finit par des différences imaginaires. Ça commence par des ricanements et ça finit par des meurtres isolés ou en série… un pitoyable bouffon spécule davantage sur les dividendes d’un scandale que sur les risques judiciaires. Ces provocations putrides testent la société, sa santé mentale, sa solidité éthique, sa vigilance. Il nous.fàut y répondre».
  Selon vous cette affaire n’est «pas que judiciaire mais aussi politique », DIEUDONNE  Pour vous « Sanctionner Dieudonné est indispensable mais ne suffira pas ». Des propos aussi radicaux, fermes et engagés contre le racisme antisémite que DIEUDONNE est supposé incarné, nous amènent à nous
 interroger et à vous interroger. Mme TAUBIRA, où étiez-vous, le 05 Février 2013 lorsque la cour de
 cassation française a rendu un arrêt par lequel la France, pays du Code noir, prétend une fois de plus expulser les Noirs de l’humanité ? Peut-être avez-vous oublié qu’en 2001, alors que vous étiez député à l’Assemblée nationale de la France, vous avez été le rapporteur de la loi qui reconnaissait que la traite et l’esclavage des Noirs constituaient un crime contre l’humanité.  Nous parlons de cette loi à l’imparfait car elle ne serait plus, les juges français prétendant en faire une coquille vide. Il semble en effet impossible que vous ignoriez qu’en 2013, alors que vous étiez déjà ministre de la justice de l’état français, (le même qui a organisé, pratiqué et profité de ces crimes contre les Noirs), la plus haute juridiction de ce pays rendait un arrêt disant que cette loi n’a aucune portée normative.  La France a de nouveau officiellement érigé le principe que votre peuple ne peut bénéficier d’une norme protégeant leur dignité humaine et que le texte que vous avez porté est sans valeur.  En clair cela veut dire que les crimes contre l’humanité ne peuvent être constitués -lorsque les victimes sont des Noirs. Ou en termes encore plus clairs, que les Noirs ne font pas partie de 1
humanité.  Où étiez-vous, Mme TAUBIRA, le 05 Février 2013 lorsque la cour de cassation française, dont vous êtes le ministre de tutelle, a rendu cette décision immonde ? Quelle a été votre réaction face à une telle immonderie ? Avez-vous considéré que par « Ces provocations putrides » les juges français ont testé « la société, sa santé mentale, sa solidité éthique, sa vigilance … » à 1égard des Noirs? Avez-vous considéré qu’« il nous faut y répondre»? Avez-vous considéré que cette décision ouvertement négrophobe n’était «pas que judiciaire mais politique » et nécessitait « une réaction à la hauteur du danger» ? Qu’avez-vous fait contre« ce jeu pervers et nauséabond» des juges français qui utilisent leurs pouvoirs à des fins racistes négrophobes. Qu’avez-vous répondu, Mme TAUBIRA, à ces juges français racistes négrophobes, négationnistes, injurieux et qui, à 1inverse de DIEUDONNE, ne sont pas drôles ?  RIEN. ABSOLUMENT RIEN.
 Votre silence a abasourdi ceux de votre peuple ! Votre impassibilité nous a désarmés ! Notre incompréhension était si grande que nous vous avons adressé une lettre ouverte pour vous demander de défendre « ce droit au respect des descendants des crimes contre l'humanité que vous avez contribué à faire reconnaître». Qu'avez-vous répondu à cette lettre?
 RIEN. ABSOLUMENT RIEN.  Quelques mois après l’immondice de la cour de cassation, vous étiez
 personnellement comparée à un singe d’abord par une femme française qui préférerait vous voir dans un arbre plutôt qu'au gouvernement, puis par une enfant française qui proposait une banane à la guenon en vous désignant, et enfin par un journal français qui vous trouve « maligne comme un singe ».  Le ministre français de l’intérieur, avait affirmé que le gouvernement étudiait " les moyens d’agir contre la diffusion » dudit journal, à paraître. "Nous ne pouvons pas laisser passer cela », avait-il déclaré en marge du colloque à l’Assemblée nationale sur les réponses à apporter face à la montée du Front national. Cependant, le journal comportant des propos racistes négrophobes à votre encontre a été diffusé tout à fait librement et normalement, aucune circulaire du ministre de l’intérieur français ne l'ayant interdit.  Il est vrai que, présente vous-même au même colloque, vous aviez indiqué ne pas souhaiter réagir. Mais enfin! Étant personnellement visée par cette flambée de racisme négrophobe dirigée contre votre personne, il vous fallait bien réagir. Quand même! Alors. face à ces propos selon vos propres termes « d’une extrême violence ».. qui « prétendent m’expulser de la famille humaine, dénient mon appartenance à l’espèce humaine», vous avez répondu : « J’encaisse le choc, mais c’est violent pour mes enfants », et vous avez catégoriquement refusé de poursuivre en justice les racistes négrophobes en raison dites-vous « d’une dignité assumée que je tiens des nombreux soutiens que j’ai reçus ».
 Que les juges français disent que les Noirs n’ont pas droit au respect de la dignité humaine cela vous laisse de marbre, que l’on vous « expulse » personnellement « de la famille humaine » cela suscite à peine de votre part une réaction tardive et timide, bien vite effacée par le soutien de quelques-uns de vos bons amis blancs. Oui, de toute évidence, Madame TAUBIRA le racisme négrophobe vous indiffère.
Mais que l’on dénonce les dérives de ceux qui se prétendent sémites et juifs, et vous voilà en première ligne, multipliant les interventions fracassantes : le racisme antisémite ne passera jamais. Pour qui se prend-il ce nègre qui ose faire de l’humour sur les sémites juifs?
Sans entrer dans le fond, ce débat révèle de manière magistrale l’extrême virulence du racisme négrophobe qui n’a jamais cessé de diriger la France, et qui aujourd’hui se cristallise sur la personne de DIEUDONNE. Le même ministre de l’intérieur qui avait «étudié les moyens d’agir contre la diffusion» du journal qui vous traitait de singe, sans toutefois en empêcher la parution, a su cette fois, en un temps record, non seulement prendre une circulaire, mais en outre obtenir l’aval d’une autre haute juridiction française, le conseil d’état, pour interdire les spectacles de DIEUDONNE.
 Le racisme négrophobe est actif, rodé et efficace en France. Que la France soit un pays raciste négrophobe personne ne l’ignore. Que le racisme négrophobe soit le fait aussi bien des Blancs aryens que des Blancs pseudos sémites juifs, c’est une évidence. Que dans certaines situations, le racisme négrophobe de la France s’affiche sans fard et sans pudeur, cela arrive régulièrement. Mais qu’au 21ème siècle, une Afro-descendante issue du viol, de la déportation et de la mise en esclavage de l’Afrique par l’Europe, vienne sans vergogne et sans aucune retenue au soutien des racistes négrophobes réclamer la tête d’un Nègre au profit de pseudos sémites juifs, c’est trop.  Madame TAUBIRA vous avez franchi une limite. Que vous est-il arrivé pour que vous en soyez parvenue à ce point de négation et de trahison de vous-même ? Vous avez-dit, parlant de DIEUDONNE, «Il est triste, infiniment triste, d’achever une année sur les pitreries obscènes d’un antisémite multirécidiviste ».  Madame TAUBIRA, il est triste, infiniment triste de voir une femme telle que vous s’indigner avec autant de force contre «les pitreries obscènes d’un antisémite » après avoir « encaissé » sans sourciller les propos négrophobes humiliants et dégradants venant des Blancs à votre encontre et, à travers vous, à l
encontre du Peuple noir.  Vous semblez incapable de vous émouvoir sur le sort de ceux de votre peuple et donc sur votre propre sort. Mais que vous-est-il arrivé ? Mais que vous a-t-on fait pour en arriver là! ? Ou est passé Walwari ! ?
Pour en terminer, vous avez dit de DIEUDONNE qu’il est «un pitoyable bouffon». Nous voudrions vous rappeler que le mot bouffon peut être pris dans plusieurs sens. Le premier sens du mot bouffon est« Personnage de théâtre dont le rôle est de faire rire ». En ce sens vous avez raison, DIEUDONNE est indéniablement un bouffon, il en a fait profession. C’est donc légitimement qu’il spécule sur les dividendes de ses bouffonneries qu’elles soient scandaleuses ou non. Le mot bouffon désigne également un « Personnage ridicule » et l
expression Être le bouffon de quelquun, signifie « être pour lui un objet continuel de moquerie».  Madame TAUBIRA, vous avez été l’objet des moqueries négrophobes de cette française qui vous a comparée à un singe d’abord au moyen de photos, puis dans des propos en vous signifiant que votre place était dans les arbres. Vous n’avez pas cherché à faire sanctionner cette française, vous avez encaissé. Vous avez encore été l’objet des moqueries négrophobes de cette petite française qui a tendu une banane à la guenon qu’elle voit en vous. Vous n’avez pas réclamé de sanction contre cette française, vous avez encaissé.
Vous avez une fois encore été l’objet des moqueries négrophobes du journal français qui a titré à la une « Maligne comme un singe, TAUBIRA, retrouve la banane».  Là encore vous n’avez pas recherché la sanction du journal français, vous avez encaissé. Madame TAUBIRA seriez-vous le bouffon des français? Sur quel dividende spéculez-vous pour assumer ce rôle?
 Recevez, Madame, nos salutations navrées et indignées. »

  Claudette DUHAMEL,  Maryse DUHAMEL,  Dominique MONOTUKA Avocats,
 Imm. Bel Azur 48, rue Schœlcher 97200 FORT DE FRANCE
  Fort de France, le 20 janvier 2014

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:40

Voeux de Nouvel An 2014 à la nation  de  la véritable première dame de Côte d’ivoire Simone Gbagbo.

simone2_1.jpg

En ce début de l’an 2014, il me plaît de formuler pour vous, vos familles et tous ceux qui vous sont chers, mes voeux les plus fervents de santé, de prospérité et de paix. Oui, de paix car depuis plus d’une décennie, notre pays, la Côte d’Ivoire, traverse une période
de turbulences. L’élection présidentielle d’octobre 2010 ouverte exceptionnellement à tous grâce à l’usage de l’article 48 par le Président Laurent Gbagbo, plutôt que de consolider
la paix, a malheureusement constitué le point culminant de la crise ivoirienne. Il en a découlé des pertes en vies humaines, des départs en exil de milliers d’Ivoiriens, des spoliations de biens, des occupations illicites
de terres…
Je voudrais saisir l’opportunité de cette adresse pour présenter toute ma compassion aux familles des disparus, à tous ceux qui ont subi des exactions et qui continuent d’en porter des séquelles (physiques, morales
ou émotionnelles), à tous ceux qui ont été spoliés de leurs biens, à tous les exilés, à tous ceux dont les familles vivent dans la précarité du fait du gel de leurs avoirs et à tous ceux qui comme moi sont privés de leur liberté. Je prie pour que l’amour grandisse dans nos coeurs afin que nous nous pardonnions les uns les autres. Nous croyons en notre pays. Nous vous invitons donc à regarder au-delà des circonstances passées ou actuelles. Les « vents contraires » de la vie, les difficultés à subvenir quotidiennement aux besoins de nos familles, ainsi que les dures épreuves ne doivent jamais nous amener à la désespérance. J’invite par conséquent tous les Ivoiriens et tous ceux qui vivent dans notre pays à continuer d’espérer, à ne jamais baisser les bras car le développement personnel et celui de notre nation ne peuvent être laissés à la chance et aux circonstances.

Je voudrais enfin nous inviter tous à :

•prier pour tous les Ivoiriens et tous ceux qui vivent dans notre pays sans exclusive, afin que Dieu guérisse les coeurs meurtris, restaure les familles et bénisse l’ouvrage des mains de chaque citoyen;
•prier pour les dirigeants des grandes puissances afin qu’ils conduisent l’humanité vers un monde de justice, d’équité et de paix ;
•prier pour les dirigeants actuels de notre pays afin qu’ils s’engagent dans un véritable processus de réconciliation nationale qui passe par :

-la libération de tous les prisonniers politiques et militaires (célèbres ou anonymes),
-la fin des arrestations arbitraires, des exactions contre nos compatriotes,
-le retour de tous nos frères exilés (politiques, artistes) et le dégel des avoirs.

A toi mon époux, compagnon de lutte de toujours, le plus illustre d’entre nous, reçois à La Haye mes voeux de bonne santé, de succès et bon retour bientôt parmi nous.
Bonne et heureuse année 2014 à tous et à toutes !
Que Dieu bénisse notre pays, la Côte d’Ivoire !

Pour Simone Ehivet
Gbagbo
Le Directeur de Cabinet

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:37

Sortons nombreux le 22 Janvier pour apporter notre soutien à Mme Sankara et ses enfants qui sont à la recherche de la vérité…

TOMBE-DE-SANKARA.jpg

 

Il vous souviendra que la Veuve Sankara avait déposé une plainte contre X pour Séquestration du Camarade Président Thomas Sankara. L'affaire programmée le 26 Avril 2011 n'a pas connu une issue.
La veuve et ses enfants avaient également déposé une requête pour identification de la tombe du camarade Président Thomas Sankara, par le moyen des tests ADN. Le Procès de cette requête est programmé pour le 22 Janvier 2014.
Sortons nombreux le 22 Janvier pour apporter notre soutien a Mme Sankara et ses enfants qui sont a la recherche de la vérité et de la justice dans la disparition de Thomas Sankara depuis un après-midi du 15 Octobre 1987.
Avec les révélations a compte-gouttes qui se font par presse interposée sur d'autres disparitions de personnes au Burkina Faso sous le règne de Mr Blaise Compaore, notre grande mobilisation le 22 Janvier contribuera à l'issue heureuse de ''l'affaire Thomas Sankara''.
Faites circuler le message et sortons nombreux!

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:31

LETTRE AUX CAMEROUNAIS
Par
Ngouo WOUNGLY-MASSAGA, Alias Commandant KISSAMBA, Vétéran de l’UPC et de l’ALNK

Commandant Kissamba                                          Commandant Kissamba


Chers Compatriotes

Trente et un an d’un régime de tromperie nous ont appris qu’il ne faut rien attendre de positif des remaniements ministériels de M. Paul Biya. Pendant que toutes sortes de manipulateurs et de griots font vivre au pays un faux suspense de remaniement, nous devons donc rappeler que la seule et unique solution préalable à la résolution des problèmes actuels du pays et à sa sortie de la misère que subit notre peuple, c’est le changement. M. Paul Biya doit partir : nous devons et pouvons le faire partir.
 


1.- Accordons nous sur le constat du désastre
 


Le régime a pratiquement annulé la liberté d’expression garantie par la Constitution dans son préambule.
- M. Biya a pratiquement suspendu la forme démocratique de l’Etat voulue par la Constitution, puisque son régime s’affirme désormais comme une dictature militaro-policière sous son contrôle personnel.
- Par touches successives, M. Biya s’est arrogé le droit d’incarner la souveraineté nationale, après avoir méthodiquement placé sous sa férule toutes les institutions par la corruption et la fraude électorale, situation proscrite d’avance par l’Article 2 de la Constitution.
- Le régime Biya continue de couvrir son chef qui refuse obstinément de déclarer ses biens comme le demande l’Article 66 de la Constitution, et entend étouffer toute protestation populaire à ce sujet grâce à une administration aux ordres et à des forces armées et de police prétoriennes.
- Pendant ce temps, grâce à une justice aveuglément à son service, M. Paul Biya, avec le cynisme froid qui le caractérise, continue d’envoyer par dizaines ses anciens collaborateurs et complices en prison et devant son Tribunal Criminel Spécial (TCS) : épuration politique manifeste, sous couvert de lutte contre la corruption ; une corruption dont le Président est le maillon essentiel, comme il ressort de son refus de déclarer ses biens.
- Nous en déduisons au demeurant que M.Biya est déjà profondément atteint du syndrome de son prédécesseur, consistant à vouloir rester au pouvoir après un faux départ : en refusant de déclarer ses biens, ne cherche-t-il pas à préserver un magot fabuleux, injustifiable, pour continuer à exercer une forte tutelle sur le pouvoir après avoir pris une retraite simulée ?

2.- Prémisses d’une relance de la lutte contre une fausse démocratie
 


Le Préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dit :
« Qu’il est essentiel que les Droits de l’Homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression ».
Or, aucune personne de bonne foi ne peut prétendre aujourd’hui que le régime de Paul Biya est un « régime de droit »…
Aussi invitons-nous le Peuple Camerounais à mettre en place les prémisses d’une intensification de la lutte contre cette fausse démocratie.
1° Nous appelons tous nos compatriotes à boycotter la célébration du Cinquantenaire de la Réunification par le régime de M.Biya.
2° Nous lançons un vibrant appel à tous nos compatriotes de l’étranger pour qu’ils participent massivement au Comité d’Appui de la Diaspora à la Mobilisation pour le Changement (CAD/MC ou Cademcé ).
3° Nous déclarons que la mobilisation pour le changement se poursuit et s’intensifiera désormais selon un calendrier secret, et invitons toutes les forces vives du pays à une concertation permanente et une coopération active.
Comment la résistance contre le régime pourra-t-elle s’amplifier à partir de ces trois mots d’ordre ?

3.- Nous croyons à la mobilisation des masses populaires
 


a) Schéma stratégique :
Aujourd’hui, l’opposition camerounaise est presqu’impossible à définir ou cerner a priori. Il est plus difficile encore de la rassembler ou de l’unifier par des négociations de salons. La ligne de conduite de chacun des partis politiques qui s’en réclament n’est le plus souvent pas explicite. Nombreux sont ces partis qui lorgnent vers des postes ministériels. Bref, dans cette opposition camerounaise, on ne sait plus qui est qui.
A cause précisément de ce manque de lisibilité de l’opposition dans notre pays, il faut lancer une mobilisation des masses, où se reconnaîtraient progressivement des patriotes décidés à en finir avec le régime néocolonial et, à partir de manifestations ponctuelles sur des thèmes précis, développer une contestation massive du régime…
Dans ce type de mobilisation, il ne s’agit pas pour quiconque, de chercher à « se mettre en avant » a priori, mais, pour chacun, d’apporter son expérience, son prestige, ses relations, ses contacts…toutes ses potentialités, pour rassembler des ressources humaines, des patriotes véritables, dynamiques et engagés, avec lesquels le mouvement pour le changement pourrait se structurer lui-même et trouver ses propres dirigeants.
Il importe de savoir que dans le contexte historique de notre pays, un tel effort de mobilisation rencontrera des résistances, tant de la part naturellement du régime, mais aussi de la part même de certains secteurs de l’opposition. Une étude plus approfondie nous révèlerait quatre pôles de résistance pour ne pas dire de sabotage de la mobilisation populaire ; contentons nous de les citer.

b) Les quatre pôles de sabotage de la mobilisation populaire au Cameroun sont : l’Ahidjoïsme, le Ndongmoïsme, le Kodockisme et le faux-marxisme :

Le propre de ces quatre pôles de sabotage de la mobilisation révolutionnaire des masses est qu’il s’agit, dans le contexte camerounais, de phénomènes en voie d’échec total, que la montée de la mobilisation des masses finira de battre rapidement en brèche.
 


L’Ahidjoïsme est le réflexe de l’Administration camerounaise, sous le régime de Paul Biya, couvert par ce dernier, qui consiste à recourir aux pratiques de l’époque d’Ahidjo, pour bafouer les droits des citoyens, en violant de fausses mesures de « libéralisation » des années du semblant d’ouverture au multipartisme..
Prenons l’exemple bien connu des manifestations publiques.
« Jusqu’à nouvel ordre, les manifestations publiques dans notre pays obéissent au régime de la déclaration et non à celui de l’autorisation. Or, Monsieur le Sous-Préfet répond négativement à une « demande » que nous n’avons jamais formulée : nous l’informions et déclarions une manifestation prévue, pour recevoir, en retour de courrier un « récépissé de déclaration ». Sommes-nous dans un Etat de droit ou dans un simulacre d’Etat de droit ? » (Lettre de protestation après l’interdiction de la Première Marche des Patriotes).

Le Ndongmoïsme est la doctrine hyper tribaliste de Monseigneur Ndongmo prônant la conquête du pouvoir politique par les seuls Bamiléke, pour transformer en hégémonie totale leur suprématie sur le plan économique et démographique.
Exposée au cours d’une réunion strictement réservée aux seuls cadres et élites de l’ethnie, tous partis politiques confondus, organisée en région parisienne, à Neuilly-sur-seine, en Mars 1987, avec participation d’une délégation venue du Cameroun, conduite par M. Tagny Mathieu, la doctrine de Mgr Ndongmo fut assimilée par les participants comme du pain béni. Mais elle n’a eu pour résultat à ce jour que de casser le dynamisme progressiste des ressortissants de l’Ouest. Peut-être expert en droit canon ou autre discipline ecclésiastique, le prélat n’était pas suffisamment armé en politique pour comprendre que ses thèses malsaines comportaient des éléments d’annihilation du projet global. Les Bamiléké sont sans doute nombreux, mais ils ne pourront jamais adhérer à un seul parti politique. Et répartis dans des partis et groupes à buts secrets hégémonistes, ils pourront se livrer à des « coups de mains » ou actions d’éclats sans pouvoir mener une campagne suivie de conquète du pouvoir qui requiert un projet fédérant démocratiquement les énergies saines du pays, les intelligences et les aspirations de tous. Une fois de plus Ruben UM NYOBE avait raison : « le tribalisme n’est pas valable en politique ».


Le Kodockisme est la politique tout aussi étroitement tribaliste de l’ancien Ministre d’Etat de Paul Biya. Il place l’UPC sous la tutelle du parti au pouvoir pour quelques postes ministériels et des prébendes au profit des cadres et responsables bassa’a. La faillite de la politique de Kodock s’est largement manifestée avant sa mort, n’en déplaise aux petits opportunistes qui s’étripent pour relancer cette politique, elle ne peut servir que leurs intérêts mesquins et n’apportera rien de positif au grand parti des héros et de martyrs de la libération nationale.

Le Faux marxisme est la politique de l’aile radicale de l’UPC qui depuis 1990 s’est focalisée sur la lutte contre Woungly-Massaga et contre l’unification du parti.
Réagissant à notre appel à demander au Président Biya de déclarer ses biens un de ces radicaux se lance dans l’invective et nous dénie tout droit à la parole, parce que selon lui je devrais depuis longtemps avoir pris la retraite, et aurais trahi l’UPC. La véritable tradition upéciste interdit de répondre à un argument politique par l’insulte. Dans cette tradition on apprend que le militant révolutionnaire ne connaît de retraite qu’avec la mort ; et que « blanchir sous le harnais », lutter jusque dans la viellesse mérite respect et honneur : lorsque nous travaillions en exil avec les Mekou Samuel (père du camarade Félix Moumié) et Kamen Sakéo, membre du Comité Directeur, ces vétérans faisaient la fierté de l’UPC. Quant au débat sur la « trahison de l’UPC » avec ceux qui comme pris de rage ne nous « démontrent leur fidélité à l’UPC » que par l’insulte tous azimuts, nous préférons ne pas l’aborder dans cette lettre. Aussi donnons nous rendez vous à nos camarades radicaux aux Marches des Patriotes : qu’ils viennent donc le 3 Février 2014 pour demander à Paul Biya de déclarer ses biens… Parions que les « plus grands révolutionnaires du Monde entier » seront absents : une absence qui leur vaudra sans doute des félicitations habituelles du Cabinet Civil de la Présidence de la République.


4.-Les Marches des Patriotes et le rôle stratégique du CAD/MC ou Cademcé


Chers Compatriotes ,
Nous devons lutter fermement pour notre liberté d’expression : le régime se trouve totalement en porte à faux par rapport à ses propres lois et à ses engagements internationaux.
La Première Marche des Patriotes (1er Janvier 2014) demandant un referendum sur la fête nationale fut interdite avec de faux arguments honteux, le régime prétendant écarter le Referendum du champ législatif alors que l’Article 36 de la Constitution dit précisément le contraire. Le 20 Mai ne saurait être notre fête nationale, et ce problème rebondira....
La Deuxième Marche des Patriotes (15 Janvier 2014) devait honorer la mémoire du Président Ernest OUANDIE héro natrional de par la loi depuis 1992, et celle des héros panafricains Patrice LUMUMBA et Nelson MANDELA. Elle fut d’abord interdite. L’annonce de l’interdiction ayant été faite par un coup de fil d’une Secrétaire, j’exigeais une réponse écrite du Sous Préfet, et publiais aussitôt une forte protestation : « Contre la dérive dictatoriale, Mobilisons nous ! ». Et peu de temps après, on me téléphonait de la Sous-Prfecture, pour m’annoncer que « Le Sous Préfet a changé d’avis » et qu’il fallait que j’aille chercher le récepissé de déclaration… Cet agrément de dernière heure marquait un recul et un malaise du régime par rapport à la loi. Nous avons aussitôt déposé dès le 17 Janvier 2014 à la même Sous-Préfecture de Yaoundé 3ème une déclaration de Marche pour le 3 Février 2014 ; quinze jours à l’avance, pour que le récepissé de déclaration puisse nous être servi dans des délais raisonnables.
La Troisième Marche des Patriotes (3 Février 2014) aura le même parcours et le même horaire que la deuxième, parcours proposé par le Sous-Préfet…Donc, rendez-vous à 9 heures face au Messe des Offiers et à l’Hôtel Prestige pour marcher de 10 heures à 12 heures jusqu’au Monument de la Réunification. Le thème de la Marche est :
ARTICLE 66 DE LA CONSTITUTION : LE PRESIDENT BIYA DOIT DECLARER SES BIENS


De hauts responsables de partis d’opposition évoquent pour les uns « leur peur d’attaquer Biya frontalement », pour les autres « le manque de moyens »…
A notre avis, il faut que le Président Biya soit précisément attaqué frontalement sur ce point… Jusqu’à quand la lâcheté de tout un peuple ? Même le RDPC parti au pouvoir de Paul Biya ne doit pas être d’accord à cent pour cent que le Président ne déclare pas ses biens et viole la Constitution pendant plus de dix-sept ans, pendant que le même Président mène de manière sélective une fausse lutte contre la corruption en protégeant les grands détourneurs des fonds publics qui lui sont proches, notamment les barons du Dja-et-Lobo, son Département d’origine.
C’est vrai « qu’il faut des moyens », mais nos partis politiques d’opposition ont-ils au moins la volonté politique de lutter pour le changement ? La plupart ne lorgnent-il pas en permanence vers Biya pour des postes ministériels et des prébendes ?
Si ce que nous faisons avec des moyens dérisoires est déjà encouragé, félicité par les uns et les autres (malheureusement « de bouche seulement », pour le moment) n’est-il pas clair que si chaque patriote de la diaspora apportait un modeste appui à la mobilisation pour le changement, non pas pour financer un individu, mais pour contribuer aux frais des tracts, des banderoles, et autres achats de porte-voix, couvrir les frais de logistique et de campagne médiatique, il serait possible de faire bouger les choses ? TEL EST LE ROLE STRATEGIQUE DU CAD/MC, Comite d’Appui de la Diaspora à la Mobilisation pour le Changement.


5. - Hommage à Abel EYINGA


Dans les années 1970, nous étions trois en exil, comme figures de proue de la lutte contre la dictature néocoloniale sanguinaire au Cameroun : l’écrivain Mongo Beti (Alexandre Biyidi Awala), le juriste Abel EYINGA et votre serviteur, alors Membre du Comité Révolutionnaire de l’UPC présidé par ErNEST OUANDIE sous maquis. Après MONGO BETI, grand écrivain et illustre partiote, le Dr Abel EYINGA vient de nous quitter, il est mort le 16 Janvier 2014 à Ebolowa dans le Sud.
Nous saluons la mémoire de ce grand patriote, qui sans avoir jamais été membre de l’UPC, a toujours mené un combat courageux parallèle au nôtre. Nous adressons nos condoléances à sa famille, et aux camarades militants de « La Nationale », son parti politique ; en les exhortant à garder le cap de la lutte, et à résister à tous les assauts perfides du parti administratif. Comme du vivant du disparu, voire mieux dans la mesure de nos modestes moyens, nous nous efforcerons d’être à leurs côtés. LA LUTTE CONTINUE .


Nous sommes conscient de notre responsabilité comme doyen politique du « Centre-Sud », et comme tout dernier survivant des leaders de la lutte de notre peuple pour la Réunification et l’Indépendance du Kamerun.
Notre préoccupation aujourd’hui n’est pas de rechercher quelque poste que ce soit : pas plus dans l’UPC qu’en dehors de celle-ci.Elle est d’investir notre modeste expérience, notre tout aussi modeste prestige et nos dernières énergies dans la recherche d’avancées sérieuses de la lutte du Peuple camerounais et des Peuples Africains pour le Changement Démocratique et le Progrès.


Courage et Confiance ,

VIVE LE KAMERUN !

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 01:39

La campagne contre Dieudonné révèle t-elle une dérive totalitaire du système médiatique  et politique français ? 

 dieudo.jpg

Dieudonné ou David contre Goliath

 

 

En France, une campagne d’une violence inouïe a été menée contre l’humoriste Dieudonné. Tout le pouvoir d’Etat, tous les médias français, les partis politiques de droite comme de gauche se sont mobilisés, acharnés, contre un seul homme. Dieudonné avait  toujours affirmé qu’il menait son combat contre “le système” et que ce système était une réalité. “Le système” vient d’en donner lui-même la preuve.

 

 

Sur les plateaux de chaines de télé françaises, pas un seul débat contradictoire. Pas une seule voix pour dire qu’il faut au moins donner la parole à l’accusé, qu’il n’est pas bon pour la vérité qu’il n’y ait qu’un seul son de cloche, et qu’il faut un minimum de débat démocratique. On  assiste, en direct, à un véritable lynchage médiatique. Le seul point de vue différent  toléré est celui consistant à douter de l’efficacité de la méthode d’interdiction du spectacle de Dieudonné, et encore faut-il, avant, montrer patte blanche, reconnaître que Dieudonné est “antisémite” et “raciste”, et faire assaut d’injures à son égard. “Abject”, ignoble” “infect” “lâche”, tel est le lexique employé  sur les médias concernant Dieudonné.

 

La violence de la campagne est si grande qu’elle va  effrayer, tétaniser ceux qui ont la velléité de s’y opposer. Ainsi, le 10 janvier, sur France 2(émission “Ce soir ou jamais), le président de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) demandera à tous les participants au débat de ne plus employer le mot humoriste en parlant de Dieudonné. Puis, parlant  d’une autre personne, il dira  qu’elle est “un pseudo écrivain”. Un des participants au débat essaie alors de lui faire remarquer qu’il n’est pas qualifié pour en décider, et qu’il s’agit là d’une dérive dangereuse mais sa remarque est si imide, sa voix si faible qu’il n’est pas entendu.

 

La campagne contre Dieudonné révèle la dérive totalitaire du système médiatique français aussi bien dans le contenu de l’information que dans les méthodes. La connivence entre le monde politique et le monde médiatique s’affiche au grand jour, sans qu’on se soucie  même de sauver les apparences. Sur les plateaux de télé, journalistes et hommes politiques renchérissent les uns sur les autres dans une entente parfaite. La pensée est unique. La campagne est monolithique. Cela devient de la pure propagande. Les mêmes thèmes, et même les mêmes  mots sont utilisés aussi bien par les responsables politiques que par les animateurs des chaines et émissions d’informations: “Dieudonné n’est plus un humoriste”"c’est un antisémite, un raciste” “ses spectacles sont des meetings politiques”  “Ce sont des entreprises de la haine “etc.. La ministre de la culture française vient, elle-même, le proclamer, sur toutes les chaines sans se soucier des exigences de sa fonction et des précédents sinistres qu’évoque cette intervention du pouvoir dans le domaine de la culture.

 

Des extraits de vidéos, toujours les mêmes, sont passés en boucle sur les chaines télé. Ce ne sont même pas des extraits du spectacle, “Le mur”, mis en cause, mais des extraits de vidéo internet d’interventions de Dieudonné sur son site. Rien n’est dit de la grande variété de sujets qu’abordent les sketchs de Dieudonné. Tout doit laisser penser qu’il a une obsession: les juifs.  Mais personne, sur les plateaux, pour s’étonner de ces procédés. D’ailleurs, comme cela apparaîtra vite, fait notable: pas un de ceux qui s’acharnent sur Dieudonné, CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), LICRA, hommes politiques, députés, journalistes, n’a même vu un seul des spectacles de Dieudonné. Il semblerait  même que ce soit le cas du Conseil d’Etat lorsqu’il a statué.

 

Taubira et Anelka 

 

Répétés, assenés, les mensonges tiennent lieu de vérités et servent ensuite de base à d’autres accusations contre Dieudonné. Les extraits de vidéo à charge contre Dieudonné ont été soigneusement choisis et retirés de leur contexte. Sur l’un d’eux, on entend Dieudonné dire que “la vérité est intrinsèquement antisémite”. La phrase est présentée au premier degré alors que Dieudonné veut dire tout simplement là, que, dans le contexte du système régnant en France, toute vérité qu’il énonce est systématiquement qualifiée de discours antisémite  par ses détracteurs. Sur une chaîne d’informations, on va affirmer que Dieudonné s’est attaqué “comme par hasard uniquement à des artistes juifs”, ici, en l’occurrence Gad Elmaleh, Patrick Timsit, Patrick Bruel, Arthur et son ancien partenaire Elie Semoun. La chaîne oublie simplement de préciser que ce sont eux qui se sont attaqués soudainement, l’un après l’autre, à lui,  dans une campagne qui s’annonçait déjà et qu’il n’a fait que leur répondre. Sur la chaîne française d’information I télé, dans une présentation de Dieudonné, on signale ” qu’il a fait le salut nazi dans une émission  de télévision“. On omet  de préciser que ce geste accompagnait un jeu de mots “Isra-Heil !” qu’il avait fait pour résumer le fait que les méthodes d’Israël contre les palestiniens lui rappelaient les méthodes nazis. Le public du plateau de télé ( France 3, émission “on ne peut pas plaire à tout le monde”, 1er Décembre 2003) avait alors bien ri de ce sketch mais le spectacle  avait déclenché de vives réactions officielles, y compris du Premier ministre de l’époque, Jean Pierre Raffarin et du CSA français (Conseil supérieur de l’audiovisuel ). C’est depuis ce jour qu’il avait été frappé d’ostracisme dans les médias  français. Cela fait plus de 10 ans…

 

Il reste de tout cela une impression très forte de manipulation de l’opinion. Jusqu’aux  sondages réalisés qui donnent eux-mêmes l’impression de participer à la manipulation tant ils sont contradictoires. Le 30 Décembre, deux sondages (journaux “Le Point” et “Le Progrès”) donnent plus de 70% d’opinions contre l’interdiction des spectacles de Dieudonné. Mais ils sont 52% à être, soudainement, en faveur de l’interdiction, dans un sondage du CSA publié le 8 janvier 2014. Il devient difficile de vérifier la véracité d’un sondage, dés lors que la crédibilité du sondeur n’est pas soumise à la réalité des faits,  comme c’est le cas par exemple pour la prévision du résultat d’élections.

 

Les méthodes sont elles aussi totalitaires. Elles visent à avilir l’adversaire, à ternir son image. Dieudonné est présenté” comme un petit entrepreneur faisant commerce de l’antisémitisme”, que “ce qu’il fait, il le fait pour le fric”, que“l’antisémitisme est pour lui une entreprise juteuse”. Dans des insinuations, à connotation raciste, on laisse entendre que Dieudonné M’bala M’bala “prépare sa retraite au Cameroun”  et “aurait blanchi” de l’argent dans ce but.

 

Comme dans toute pression  totalitaire, celui qui veut rester neutre ou se tait, en devient lui-même suspect. Il va en être ainsi de la ministre de la justice française, Mme Taubira, qui va se voir reprocher, dans les médias,  son silence. Ceux qui expriment leur sympathie pour Dieudonné sont menacés de sanction ouvertement dans les médias, comme le fait la ministre de la jeunesse et des sports pour le joueur de football Anelka, et beaucoup préfèrent se taire par peur pour leur carrière.

 

La Quenelle 

 

Et puis, il y a l’aboutissement final de toute vision totalitaire: le délire paranoïaque. Le geste de protestation, de provocation et de dérision de Dieudonné, ” la Quenelle”, est qualifié de “salut nazi inversé”. Dieudonné, en quittant le Zénith de Nantes, où son spectacle vient d’être interdit,  fait de loin, à son public, un petit geste d’adieu rapide et affectueux de la main. Mais son bras est levé et l’animateur de l’émission de 22h d’  I télé” ( émission d’information de 22h de Olivier Galzi, 10 janvier) y voit “un geste ambigu”, un “salut nazi”. “L’information” va être reprise immédiatement en boucle par les médias.

 

Il y a donc dérive totalitaire lorsque ces deux pouvoirs se confondent, celui politique et celui de la presse, plus généralement des médias. Un autre aspect de cette dérive, c’est lorsque le pouvoir politique s’approprie le pouvoir judiciaire. La campagne contre Dieudonné va être émaillée de tels empiétements. Les  contradictions entre l’arrêt du tribunal administratif de Nantes avec celui du Conseil d’Etat, l’un autorisant le spectacle, l’autre l’interdisant, comme les contradictions avec toute la jurisprudence précédente sur la liberté d’expression, donnent la mesure évidente des énormes pressions politiques qui se sont exercées sur les instances judiciaires.

 

L’opération anti Dieudonné  se dessine dans la deuxième semaine de Décembre dans la grande presse écrite et télévisée française, “Le Monde ”, “ Le Figaro ”, “BFM TV”, “France 2 etcElle est centrée contre le signe de ralliement de Dieudonné, la Quenelle. Pourquoi celle-ci ? En réalité, ce qui inquiète cest la large diffusion dans la jeunesse, dans tous les milieux, et surtout dans  les corps constitués, l’armée, la police, de ce geste que Dieudonné qualifie conne un geste antisystème. C’est Alain Jacubowicz, président de la Licra, qui, le premier, s’était alarmé, dans une lettre écrite le 9 Septembre 2013 au Ministre de la Défense français “avec copie au ministre de l’intérieur français Manuel Valls”, de la reprise de ce geste par des soldats. Et c’est d’ailleurs lui, dans la même lettre, qui définit alors, de façon hallucinante,  ce geste comme “correspondant au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah”.

 

Le 11 Décembre 2013, le journal “Le Monde” consacre un long article à “la Quenelle”. Le 13 Décembre, la chaine d’information française BFMTV publie un reportage:” le succès tabou et inquiétant de Dieudonné”. Immédiatement Dieudonné annonce qu’il va porter plainte pour diffamation contre les médias participant à cette campagne ainsi que contre Manuel Valls qui multiplie les interventions publiques contre lui. Le 27 Décembre, en pleine “trêve des confiseurs”, le ministre de l’Intérieur, celui qui, on s’en souvient, était revenu, selon la boutade de François Hollande, “sain et sauf d’Algérie”, annonce qu’il ” étudie les moyens d’interdire les spectacles de Dieudonné”.

 

Les 2 et 3 Janvier, étrange coïncidence, Arno Klarsfeld, annonce que lui et sa famille vont manifester contre le spectacle de Dieudonné au Zénith de Nantes et appelle “les non juifs” aussi à le faire. L’argumentaire du “risques de trouble à l’ordre public” est mis en place. Les Klarsfeld n’iront jamais manifester à Nantes, ni les” non juifs” d’ailleurs. L’arrêté pris par le préfet de Nantes d’interdiction du spectacle permettra à la famille Klarsfeld, selon le fils, “d’annuler la manifestation de Nantes”.

 

Arno David Emmanuel Klarsfeld est le fils de Serge et Beate Klarsfeld, un couple rendu célèbre par son opiniâtreté dans “la chasse aux nazis”. Il est franco-israélien. Il a pris la nationalité israélienne  à 37 ans, en 2002,  et s’est engagé dans l’armée israélienne (unité des gardes frontières), sur laquelle il a fait un long reportage apologétique. Il est avocat. Mais surtout, il est, par nomination de l’ex Président Nicolas Sarkozy  et depuis 2010, membre du Conseil d’Etat, la plus haute instance judiciaire administrative française. Or, on va retrouver, aussi bien dans la circulaire de Manuel Valls ordonnant aux préfets d’interdire le spectacle de Dieudonné que dans les arrêts du Conseil d’Etat entérinant ces interdictions, exactement les deux principaux  arguments développés ouvertement par Arno Klarsfeld sur les plateaux de télé, ceux “d’atteinte à la dignité humaine” et de “risques de trouble pour l’ordre public.

 

L’Inquisition 

 

Au milieu de cette campagne contre Dieudonné, ma fille, révoltée, m’envoie un email où elle me dit: “C’est un procès en sorcellerie, ils n’ont plus qu’à le brûler sur un bucher, on se croirait au Moyen âge ! ” J’ai été surpris de voir comment la nouvelle génération résumait de façon simple la situation.

 

Il s’agit bien en effet d’Inquisition. La nouvelle génération est sur Internet. Le nombre de visiteurs du site de Dieudonné, comme de celui de son ami Alain Soral, qui a été d’ailleurs lui aussi l’objet d’accusations de même nature, se compte par centaines de milliers, c’est-à-dire bien plus que les journaux français et même que les médias traditionnels, tels que les chaines télé d’information. Internet échappe jusqu’à présent au contrôle et à l’emprise que  l’establishment français a acquis sur les médias traditionnels. La campagne contre Dieudonné a donc été aussi une campagne contre Internet au cours de laquelle ont été réclamées des mesures de contrôle par l’Etat sur “la Toile”. Certains, sur les medias, sont allés jusqu’à faire le parallèle entre les mesures prises sur l’Internet contre les sites pédophiles aux mesures à prendre contre le site de Dieudonné. Dieudonné serait donc le diable. N’est-ce pas là un procès en sorcellerie de quelqu’un, accusé, comme l’avait été Socrate, de pervertir la jeunesse.

 

C’est un aspect récurent de l’Histoire: le progrès technologique a toujours exigé de nouveaux progrès sociaux en même temps qu’il rencontrait l’hostilité des forces conservatrices et leur peur de perdre le contrôle de la société. L’inquiétude de l’establishment français rappelle celle des institutions religieuses, à la sortie du Moyen Age, lorsque l’invention de l’imprimerie représentait alors le progrès  technologique. Le livre imprimé avait représenté  un progrès formidable dans la communication et la diffusion des idées. Il avait été interdit alors dans bien des universités au profit du maintien du vieux manuscrit.

 

Il s’agit aussi d’Inquisition lorsque des personnes investis du pouvoir d’Etat, tels les ministres français de l’Intérieur, de la culture, de la jeunesse et des sports, ou des organisations civiles, telles que la LICRA, le CRIF, la Ligue de Défense juive, décident de quoi on doit rire et de quoi on ne doit pas rire, qui est un humoriste et qui est un “pseudo humoriste”, qui est un écrivain et qui est un “pseudo écrivain”.

 

Tour cela s’est fait au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Reste à comprendre alors pourquoi un thème aussi légitime peut aboutir à une chasse aux sorcières, et pourquoi c’est précisément sur ce thème que s’est faite la mobilisation de tout “le système” contre un seul homme.

 

Antisionisme ou antisémitisme 

 

Dieudonné se situe comme antisioniste. La campagne menée contre lui a voulu montrer que l’antisionisme n’était pour lui qu’un masque à son antisémitisme, certains allants jusqu’à affirmer que l’antisionisme est par nature un antisémitisme.

 

Or la réalité est exactement à l’inverse: c’est le sionisme qui se cache régulièrement derrière l’argument de la lutte contre l’antisémitisme. Le sionisme est arrivé, jusqu’à présent, à s’assurer le soutien de la plus grande partie des juifs dans le monde, et le quasi-monopole de leur représentation,  en s’appuyant sur le sentiment exacerbé d’appartenance, de solidarité  et d’identité qui a suivi l’antisémitisme européen et leurs terribles souffrances de la deuxième guerre mondiale. Mais se faisant, il leur a fait courir le risque de s’isoler au fur et à mesure qu’il apparaissait comme une idéologie nationaliste agressive et qu’il se mettait  au service de l’entreprise occidentale de contrôle des richesses énergétiques du Moyen Orient. Beaucoup de juifs, de plus en plus,  ressentent ce danger d’isolement et expriment leurs réserves à l’égard du sionisme. Dieudonné avait fait d’ailleurs participer deux rabbins antisionistes à l’un de ses spectacles, ce qui ne lui avait pas été pardonné par certaines organisations juives.

 

Le sionisme, depuis plus de 60 ans, avec la création de l’Etat d’Israël, s’est donc retrouvé au cœur du système de domination occidentale du Moyen Orient. En faisant la critique du sionisme, Dieudonné faisait celle du système. Celui-ci ne pouvait l’accepter même, et peut être encore moins, sous la forme humoristique. Le rire ou le sourire que fait naître l’humoriste n’est-il pas celui du plaisir que donnent l’esprit critique et la liberté.

 

Mais l’offensive contre Dieudonné ne pouvait se faire, sur le plan des idées, en prenant le contre pied de sa dénonciation du sionisme. Le terrible isolement moral de celui-ci et de l’Etat d’Israël est apparu dernièrement encore clairement aux funérailles de Nelson Mandela où les dirigeants israéliens ont été les seuls dans le monde à ne pouvoir y assister, pour avoir soutenu jusqu’au bout le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Et tout récemment, les funérailles d’Ariel Sharon, et le peu de sympathies et de résonance qu’elles ont soulevées à l’échelle internationale, comparées à celle, on s’en souvient,  de Yasser Arafat, ont confirmé cet isolement.

 

C’est donc la lutte contre l’antisémitisme qui a servi d’argumentaire à l’opération anti Dieudonné. L’accusation d’antisémitisme offre en effet, l’avantage de pouvoir s’appuyer en France sur une base juridique, la loi Gayssot de 1990, qui est susceptible d’être utilisée pour faire l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme. Cette loi Gayssot veut réprimer “tout acte raciste, antisémite ou xénophobe”. Mais elle a introduit une nouveauté puisqu’elle va plus loin que le cadre juridique classique, celui de répression des actes, pour considérer comme délit aussi toute expression niant des” crimes contre l’humanité tels que définis  par le tribunal militaire international” de Nuremberg en 1945.C’est la fameuse question du “révisionnisme “concernant les crimes commis contre les juifs pendant la deuxième guerre mondiale. Dans ce domaine délicat de l’expression et de son interprétation forcément arbitraire, car subjective, politique ou idéologique, il y a précisément matière à  manipulation comme de qualifier d’antisémitisme le simple  fait d’accuser le sionisme d’instrumentaliser, à des fins de domination, les persécutions subies par les juifs. C’est le procès  fait d’ailleurs à Dieudonné. L’argument d’antisémitisme offre aussi l’avantage de faire appel à des ressorts émotionnels et passionnels. Tous ces éléments additionnés peuvent expliquer qu’on puisse arriver à une atmosphère d’interprétations délirantes, d’Inquisition, comme cela a été le cas dans la campagne officielle contre Dieudonné.

 

Cette atmosphère violente et passionnelle tranchait avec celle du public de Dieudonné, empêché du spectacle de son humoriste favori  et qui restait bon enfant. Il réclamait la liberté d’expression. Il était difficile d’y voir la description fantasmatique qu’en donne les médias français.

 

De tout cela, il reste, au fond, un grand motif d’espoir et de réconfort. Tel David contre Goliath, Dieudonné a osé affronter “le système” et ses énormes moyens. Mais “le système”, en  se mobilisant contre Dieudonné, a fourni la preuve qu’un homme seul, sans moyens,  par sa seule force morale et celle de son talent, pouvait lui résister. C’est là le secret de l’immense popularité accumulée par Dieudonné depuis 10 ans et qui fait que les gens n’ont jamais voulu le laisser seul.

Par Djamel Labidi,

Source : le quotidien d’Oran

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 01:29

Pourquoi faut-il soutenir Mme Samba-Panza  la présidente intérimaire de Centrafrique?

 

   samba_panza.jpg

                         Madame  Samba-Panza Catherine

                              Présidente de la transition de  Centrafrique


     L’Afrique centrale est traversée par des dictatures sanguinaires et compradores, des chefs d’états qui s’éternisent au pouvoir et ne veulent plus lâcher la grappe ou se font remplacer par leur fils comme ce fut au Gabon avec Omar Bongo père.

Bien que son élection ne soit pas au suffrage universel, ou que l’union des ennemis de l’Afrique applaudissent, car il faut toujours se méfier lorsqu’ils sont  d’accord avec une solution à un problème de l’Afrique.            

         Nous dévons la soutenir pour donner un espoir à tout le peuple de l’Afrique centrale martyrisé et bestialisé par ses dirigeants.

Elle répresente un espoir une bouffée d'air, non seulement pour les centrafricains mais pour tout le pezuple de l’Afrique centrale pour les raisons cités ci-dessus.

Madame  Samba-Panza est une vraie Africaine, elle peut se reclamer Thadienne son pays de naissance, Camerounaise par son père et centrafricaine par sa mère et son époux, dans le sens du père fondateur de la république centrafricaine, Barthélemy Boganda (http://fr.wikipedia.org/wiki/Barth%C3%A9lemy_Boganda) qui voulait faire de la Centrafrique le pays trait d’union de tous les Africains de l’Afrique centrale.

Soutenons Mme Samba-Panza.

Mbombog ntohol

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 06:56

Film sur Laurent Gbagbo, la Panafricaniste  Henriette Ekwe démasque  le journaliste Said Penda.

 

Pendant que la Procureure Fatou Bensouda  du Tribunal pénal international  et tous les agents locaux de la FranceAfrique n’arrivent pas à prouver que Laurent Gbagbo était un dictateur et assassin.

Un journaliste Camerounais vivant en Côte d’ivoire, on ne sait par quel moyen financier  et  montages saucissonnés a réalisé un film qui a été rejeté par tous les Africains.

Ecouter ses arguments qui prêtent à sourire, vous comprendrez pourquoi ce film est un montage destiné à salir un grand homme Laurent Gbagbo un vrai panafricaniste qui a été combattu dès les premiers instants de son accession au pouvoir par tous les agents africains de la France Afrique.

Merci à Madame Ekwe pour ce travail de "DEMASQUAGE REUSSI"

En ce qui concerne les événements de la Côte d’ivoire, ceux-ci ont beaucoup aidé les mouvements progressistes en Afrique, dans la mesure où tous les agents ont été obligés d’agir à découvert.

Aujourd’hui on connait qui est qui, tout ceux qui ont cautionné le bombardement des africains en Côte d’ivoire sont les agents du réseau dormant ou des esprits fragiles manipulables par des médias mensonges aux ordres du réseau de la FranceAfrique.

Aujourd’hui nous les connaissons tous.

Merci à Laurent Gbagbo qui nous a permis de les démasquer.

Par Mbombog Ntohol

 

VOIR LA VIDEO POUR COMPRENDRE : si vous n’arrivez pas à lire cette vidéo sur le site recopier le lien ci-dessous et coller le directement sur Youtube.

 

        


 


 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=TEiJ6-Owu9U

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 01:09

Un éminent professeur dans le domaine de la virologie considère que le traitement du VIH / SIDA au Cameroun est «inefficace»…

 

 Professor-Carlo-Federico-Perno-Director-of-Moleular-Virolog.jpg

Un éminent professeurdans le domaine de la virologie considère que le traitement du VIH / SIDA au Cameroun est «inefficace» en raison des différents volets de la maladie présentent  au sein de la population de patients  en raison de leur résistance au traitement. 

 

Selon , le professeur Carlo Federico Perno , Directeur de  Virologie Moléculaire à l'hôpital de l'Université de Tor Vergata , Rome  (Italie), les patients camerounais  du  groupe  sangain N et O ayant le  VIH / SIDA ne répondent pas à la thérapie antirétrovirale (ART ) .

S'exprimant lors du 4ème Atelier international sur la gestion à long terme du VIH / sida , le professeur Perono a dit: " Il existe de nombreux types, même si le sous-type AG est  dominant - ce qui signifie que la première ligne de traitement type au Cameroun  n'est pas efficace " .

Professeur Perno a également dit qu'il serait bénéfique pour les patients s'ils ont été testés pour les différents types d’infections au virus VIH / SIDA avant le début du traitement , en vue de déterminer leur facteur de résistance et adapter le traitement en bonne et due forme autour de chaque besoins individuels ; ainsi que les vérifications virale régulière dans les cliniques.

Il a dit : " Ceci est un test qui évalue la résistance et permet  au  laboratoire et au  technicien de santé de savoir si le patient a développé une résistance à un certain médicament et sélectionne le meilleur médicament pour être utilisé dans le patient. "

le professeur Perno reconnait que quand bien même de tels tests détaillés et clinique sont effectués  dans la plupart des régions du monde , ils sont  assez cher .

Le sujet du financement de ces test cliniques approfondies sera sans aucun doute une question difficile à cause des financements pour des pays comme le Cameroun , qui dépendent largement des subventions et des documents médicaux occidentaux .

Cependant le  professeur Perno dit que le gouvernement a travaillé dur avec des experts pour faire ces tests accessibles au public.

Au cours de la conférence qui s'est tenue à Yaoundé, le professeur Perno a également fait remarquer l'énorme quantité des différents types de souches du VIH / SIDA chez les patients camerounais  et ceci pourrait rendre le développement d'un potentiel vaccin très difficile.

Selon les chiffres de l'ONUSIDA à partir de 2012, il y a actuellement 600 000 personnes vivant avec le VIH / SIDA au Cameroun et plus de 50% sont des femmes (310 000) .

Traduction :Afrohistorama Média

Source : Times Cameroun

http://www.thetimescameroon.com/2014/01/hivaids-treatment-in-cameroon.html

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 00:17

Cameroun - Transition anti démocratque: Franck Emmanuel Biya en pole position pour une succession dynastique.


franck_biya.jpgFrank Biya


Selon certains analystes qui répandent des informations sous fond d'acerbes critiques dans les réseaux sociaux, Franck Emmanuel Biya, après avoir été écarté par son Président de papa des sphères du pouvoir, semble être la solution ultime pour la préservation de l'hégémonie du Système Biya hérité en 1982 et qui prendra la juste mesure de sa force en 1985.



Cette année-là croient savoir les zélateurs du régime actuel une clique de personnes avait décidé de rester «pour toujours» avec les rênes de la Nation. Ses apparitions soudaines aux côtés de son père «brisant» le classement protocolaire aux vu et su de tous prouvent qu'il a désormais les coudées libres pour préparer la succession. Soit à la Ali Bongo soit à la Faure Gnassingbe plusieurs indices portent à croire que ces options sont les favorites dans la géostratégie du pouvoir en place. Info ou intox ces allégories ne doivent par être prises au premier degré. Décryptage.

1-La tentation du pouvoir dynastique

Ceux qui prétendent qu'on s'achemine vers une transition politique à la togolaise veulent-ils par ces affabulations susciter une révolte des populations sur des prétentions dont on ne saurait prouver une certitude évidente? A en croire ces informations ou ces sources les dernières pièces du


puzzle tissé par le système actuel pour contrôler définitivement la transition et par ricochet le pouvoir en place au Cameroun viennent d'être posées. Ayant effectué depuis ses derniers jours plusieurs réunions à huis clos selon les mêmes sources avec Séraphin Magloire Fouda et Luc Sindjoun le fils aîné du chef de l'Etat camerounais pourrait être actuellement en phase d'initiation pour la direction suprême. Avant cela de forts soupçons pourraient le voir faire ses premiers pas au sein d'un prochain gouvernement qui se profile. Le Président Paul Biya l'avait-il gardé comme «coup fatal» à ses proches collaborateurs qui n'avaient pas vu ce dauphin tant les relations d'avec son père étaient «délétères»? Un tel cas de figure pourrait ressembler à l'option la plus plausible des «Biyaïstes».

Dans les murmures des tenants du pouvoir le peuple est toujours cité comme celui-là qui va trancher lorsque la vacance du pouvoir adviendra. Que non ! pensent plusieurs observateurs. Dans la pratique toujours décriée le Rdpc qui aura fomenté un dauphin utilisera toujours les moyens de l'Etat avec la bénédiction des autorités en poste. On s'attend donc à s'acheminer inexorablement vers un grotesque trucage et bourrage d'urnes pour valider une imposture électorale. Ce jour-là soutiennent les détracteurs du régime actuel et comme d'habitude l'armée sera mise à contribution avec une des¬cente d'hommes de chars de missiles et de hauts gradés sur le terrain spécifiant de quel côté ils se sont toujours trouvés. La Côte d'Ivoire dira-t-on est passée par-là ; mais avec le soutien d'une France forte qui avait préparé la mort sans la succession désignée d'Houphouët Boigny. Pour le cas du Cameroun dans une subtilité dont lui seul a le secret le chef de l'Etat ne voudrait pas révéler son "successeur' mais posséderait à n'en point douter plusieurs indices sur le prochain dauphin. Comme le dit très souvent l'adage: Malin à malin et demi la vigueur cassée le Président Paul Biya semble avoir quatre priorités: Le salaire des fonctionnaires chaque fin de mois pour éviter un soulèvement populaire; sa sécurité personnelle en octroyant tous les avantages aux acteurs ; le bien-être de son épouse et de ses enfants qui ne devraient après son départ souffrir de rien. Le reste étant secondaire la haute considération de l'Etat ne figurant pas parmi ses priorités. Vas détournements corruption s'étant accentués au fil des années continuant à donner 70% pour le fonctionnement des fonctionnaires et 30% pour l'investissement dans le pays. Aucun résultat jusqu'ici avec au finish plus de prétextes pour l'élaboration des Dao que de plaintes sur l'achat de véhicules devant servir pour des "safaris" dans les villages. La réalité est triviale et les mécanismes d'avenirs se mettent peu à peu en place dans un schéma déjà vu dans plusieurs pays; reste seulement à chaque pion du jeu de Dame de disparaître pour laisser place à la fin d'une empoignade de deux "sages".

Mais que dire désormais de l'installation des forces de défense française au port de Douala et pour un bon nombre de temps? Selon des analystes plusieurs forces obscures voient la fin du règne de Paul Biya venir. Leur stratégie de succession parallèle aux aspirations de certains pourraient aboutir à un désordre dans l'agencement de l'organisation préparée de la succession; ce qui aura pour corollaire l'arrivée d'un désordre national. Quel est le rôle que pourrait alors jouer la France?

2-Un navire de guerre français s'installe à Douala

Selon des informations le Bpc Dixmude bâtiment de la marine nationale française est arrivé avec à son bord 350 hommes et une centaine de véhicules de combats. Au port de Douala depuis décembre 2013 est-ce uniquement pour servir de base arrière au ravitaillement des troupes du côté de la Centrafrique? Plusieurs indices portent à croire que non! La transition semblerait donc se dessiner pour le régime Biya.

Selon le communiqué diffusé par Son Excellence Pierre Moukoko Mbonjo cette «passerelle» octroyée par les autorités camerounaises est temporaire ou conservatoire; car la France l'aurait sollicitée uniquement pour ses prochaines interventions en Centrafrique. Dans ce pays déjà 400 soldats sont présents et ce depuis le début des troubles; pour l'essentiel ils seraient positionnés à l'aéroport de Bangui. Mais l'on ne cessera de se poser la question de savoir pourquoi avoir choisi la base arrière qu'est le Cameroun alors même que le Tchad qui aurait participé à la prise de pouvoir de Bangui et la France sont en bon terme et constituait une base arrière plus sûre.

De forts soupçons de déstabilisation ont donc déjà envahi le sérail et la présence y compris le convoiement des armes et matériels sophistiqués de la France sur le territoire camerounais augure une préparation de transition. N'oublions surtout pas que des tentatives infructueuses avaient déjà été enregistrées jadis. L'on se souvient d'ailleurs de ces conteneurs estampillés Onu interceptés à l'Est Cameroun et réquisitionnés par les autorités sécuritaires car contenant des armes alors qu'ils se rendaient à la frontière pour soi-disant donner de l'aide alimentaire aux déplacés. Ce subterfuge n'avait donc pas permis d'achever la mission d'armement dont on ne sait qui était destinataire.

Plusieurs autres sources s'alarment plutôt du fait que plusieurs dignitaires haut gradés et commis de l'Etat auraient des milices armées et près à faire feu de tout bois si leurs alliances ne fonctionnent pas lorsque le pays entamera une transition incertaine et tumultueuse. Pour eux la présence dissuasive d'un armement assez sophistiqué de la France à quelques encablures des infrastructures stratégiques devrait plutôt rassurer au lieu d'alarmer. Le pays de Jean Pierre Papin qui a depuis des années déjà une réelle main mise sur plusieurs aspects que ce soit sécuritaire ou économique au Cameroun ne pourrait aujourd'hui se présenter comme une menace. Si un choix de déstabilisation devrait être pris depuis des lustres cela ne saurait être pour maintenant. Comme exemple de cette coopération militaire la formation de plusieurs officiers hauts gradés de l'armée.

3-Des prémonitions qui semblent se confirmer

Selon plusieurs informations divulguées au sein du sérail plusieurs oracles affirmeraient que le successeur de Paul Biya sera un ancien «bagnard». D'où la sérénité que l'on observe chez certains prisonniers de luxe qui attendraient juste leur tour pour régner.

Marafa Hamidou Yaya qui s'est plu en recevant Robert Patrick Jackson dans sa cellule (Ancien ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun Jean Marie Atangana Mebara qui se permet désormais d'affûter son argumentaire au cas où compte tenu de son acquittement par Gilbert Schlick malgré le maintien en prison de la part du juge Pascal Magnaguemabe plus tard et Titus Edzoa qui pourrait voir son acquittement prononcé si autant de pressions continuent à peser sur les épaules du chef de l'Etat camerounais dans cette affaire qui le lie avec le français Michel Thierry Atangana qui use de tous ses appuis pour sortir de prison le dilemme est total sur la personne choisie par ces oracles. Toujours est-il que parmi ces bagnards célèbres d'autres moins connus pourraient être ajoutés à la liste pour confirmer les prédictions. Que dire alors des fils à papa qui s'efforcent d'intégrer le sérail et la gestion de la République? Si la messe est dite pour eux comment se fera donc la transition?

Ce navire de guerre tel signé dans les nouveaux accords de coopération militaire sert certainement de prétexte pour le positionnement des forces au cas où une option militaire est choisie pour déstabiliser le pouvoir en place qui pourrait faire de la résistance avec ses deux corps d'élite. Le bataillon d'intervention rapide (Bir) et la garde présidentielle (Gp).

Mais sans être dupe à quoi servira tout ce matos après que ces troubles seraient apaisées? La France a enfin réussi après plusieurs tentatives à faire passer des armes sur le sol camerounais.

En 2011 un navire de guerre américain rempli de matériel et d'hommes avait réussi à atteindre les eaux territoriales camerounaises. Après la dénonciation de cette tentative peu orthodoxe de renversement du pouvoir il mouillera au port de Douala et ses occupants vont plutôt affirmer qu'ils contenaient plutôt quelques bidules humanitaires destinés aux zones conflictuelles de la sous-région.

Dans les soupçons de complot face à cet accostage dans les eaux territoriales Camerounaises les propos du Colonel Gilles Jaron porte-parole de l'état-major français pourraient être diversement interprétés. Il va déclarer ceci: «Il y a dans le Bpc environ 350 hommes et un peu moins d'une centaine de véhicules. Vous avez des moyens de combat (...) et des moyens de logistique. Sans préjuger des décisions qui pourraient être prises les armées françaises ont entamé le débarquement des hommes et du matériel qui étaient présents sur ce Bpc et en accord avec les autorités du Cameroun ces hommes vont rester à proximité de Douala. Cela fait partie des mesures conservatoires que les armées françaises sont en train de prendre compte tenu de la situation en République Centrafricaine».

En jargon militaire si cela ne s'appelle pas de l'encerclement comment pourrait-on attribuer une telle attitude? Ce navire de guerre va désormais contrôler les entrées d'armement surveiller à partir de ce bateau tout déploiement militaire sur le territoire national et programmer des frappes aériennes ciblées si nécessaire ou encore comme en Côte d'Ivoire en cas d'attaque de ses positions.

Aujourd'hui avec ce «quitus» officiellement donné par les autorités camerounaises tout armement à l'autorisation de traverser le pays pour se retrouver à l'Est. Le compte à rebours serait donc enclenché.

A suivre...

Source:Mboa

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 00:08

 

Burkina Faso : L’opposition persiste dans sa demande, le départ de Blaise Compaore et son jugement pour assassinat de Sankara.

 

       

                     


 


Lien de la vidéo :

 

http://www.youtube.com/watch?v=hDMyrKXrsKQ

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine