Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:13

Vaccin contre la Dengue de Sanofi: un désastre en perspective?

 

En septembre 2012, nous publiions déjà un article sur le futur vaccin contre la dengue de Sanofi.

 

La dengue est une maladie qui se transmet par les moustiques et qui guérit spontanément dans la majorité des cas après une semaine. Il existe cependant des formes hémorragiques rares avec syndrome de choc sévère pouvant entraîner la mort.


A l'époque, en 2012, les articles de presse insistaient notamment sur le fait que ce futur vaccin n'avait pas d'efficacité sur une des 4 variantes existantes du virus de la dengue et que cela risquait d'amener des problèmes, des résistances futures.

 

Même le site Global Vaccines qui est pourtant un site à la gloire des vaccins, faisait alors cet avertissement limpide: « Il y a une compréhension limitée de la façon dont le virus interagit avec le système immunitaire et du fait qu’une immunité préexistante pourrait exacerber la maladie. Par conséquent, un vaccin sûr et efficace contre la Dengue devra être tétravalent et induire une solide protection à vie contre les 4 souches simultanément, de façon à ne pas sensibiliser les vaccinés à une maladie encore plus sévère. »

 

Nous nous doutions déjà à l'époque, au sein d'Initiative Citoyenne, qu'il ne serait tenu aucun compte de ce type de risque car la firme et les actionnaires seraient fort pressés de rentabiliser au plus tôt les investissements déjà réalisés pour le développement de ce vaccin. Et il semble hélas que vous avions vu juste en découvrant ce que des médias comme BFM TV ou Lyonmag viennent de publier à ce sujet...

 

Sanofi va créer le premier vaccin contre la dengue

 

 28-04-2014

 

Sanofi Pasteur, la division vaccins basée à Lyon du groupe pharmaceutique Sanofi, a annoncé ce lundi les résultats positifs de sa série de tests d'efficacité d'un vaccin contre la dengue. 

 

C'est au terme d'une étude menée auprès de plus de 10 000 volontaires en Asie que le laboratoire a obtenu une réduction significative de 56% des cas de cette fièvre. Une autre étude va bientôt être menée auprès de 20 000 volontaires d'Amérique du Sud. 

Le laboratoire Sanofi Pasteur mène des recherches pour guérir la dengue depuis vingt ans "Notre objectif est de faire de la dengue la prochaine maladie évitable grâce à la vaccination, a déclaré Olivier Charmeil, PDG de Sanofi Pasteur, dans un communiqué, et ainsi de soutenir l'ambition de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de réduire de 50% la mortalité de la dengue et de 25% sa morbidité d'ici 2020." Le docteur Capeding, investigateur principal de l'étude clinique, Institut de recherche de médecine tropicale des Philippines, ajoute :"C'est la première fois qu'un vaccin contre la dengue franchit avec succès le cap d'une étude d'efficacité de phase III. Ces résultats cliniques significatifs, associés au bon profil de sécurité du vaccin, apportent un réel espoir à plus de 100 millions de personnes affectées chaque année par la dengue." 


La commercialisation du vaccin pourrait être lancée dès 2015. Actuellement, la dengue représente une menace pour près de la moitié de la population mondiale. Il n'existe aucun traitement spécifique pour la soigner. 500 000 personnes (dont des enfants), sont atteintes chaque année de fièvre hémorragique, qui est la forme la plus sévère de la dengue. La maladie est souvent identifiée trop tard en raison de trop nombreux symptômes : fièvre hémorragiques, vomissements, etc.

 

Sources : Lyonmag et BFMTV

Voir aussi: Futur vaccin contre la Dengue: grand espoir ou grosse désillusion en perspective?

 

Vaccins: l'OMS avoue qu'elle met la santé du monde en danger

 

Dr Jean-François Saluzzo (de Sanofi): "On ne comprend pas comment marchent les vaccins"

SOURCE : INITIATIVE CITOYENNE

Vaccin contre la Dengue de Sanofi: un désastre en perspective? Vaccin contre la Dengue de Sanofi: un désastre en perspective?
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Santé
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:07

    



RACISME À AIR FRANCE:
TAUBIRA PREND POSITION,
AUDIENCE MARDI
À BOBIGNY

RIVIÈRE-PILOTE, MARDI 29 AVRIL 2014
COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°TRF2014-16
_

Depuis 2004, le steward Aboubakar Traoré est harcelé par Air France car il coiffe ses cheveux, crépus, en fines nattes: la compagnie «nationale» affirme que cette coiffure ne serait pas conforme à des consignes d’autant moins claires qu’elles sont illégales, violant la loi contre le racisme.

En 2013, en soutien à M. Traoré, Afrik.com publiait un appel signé par 90 organisations & personnalités à l’initiative du collectif «Hair France, touche pas nos racines!»: les signataires, parmi lesquel/le/s le footballeur Lilian Thuram, demandaient également au gouvernement de mettre un terme au racisme capillaire qui atteint encore en France, dans le monde du travail, les personnes d’origine africaine ou caribéenne. En réponse, la ministre de la justice Christiane Taubira a saisi le délégué interministériel à la lutte contre le racisme & l’antisémitisme, Régis Guyot, assurant les signataires de sa «vigilance» dans une lettre adressée par sa directrice de cabinet.

Mardi 29 avril à 13 h. 30, le conseil de prud’hommes de Bobigny examinera ce litige en audience de départage, ayant échoué à statuer en formation paritaire en décembre 2012. Aboubakar Traoré sera défendu par Me Houria Amari & entouré par son comité de soutien.  

Source: FÉDÉRATION TOTAL RESPECT |
COLLECTIF «HAIR FRANCE,
TOUCHE PAS NOS RACINES!»                  

RACISME À AIR FRANCE...
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:58

Cameroun: La liberté de la presse sérieusement menacée.  Harcèlement des journalistes de Aurore plus                                 

 

La Rédaction du journal Aurore Plus informe l’opinion publique nationale et internationale qu’elle est victime d’une entrave à la liberté de la presse en cette semaine de célébration de la journée internationale de la liberté de la presse.

En effet, quatre éléments de la Sécurité militaire (Sémil), conduit par le Lieutenant de Vaisseau Ekotto Gérald Thierry, Chef du Bureau des Enquêtes et Recherches Antenne Sémil du Littoral, qui s’est présent comme Capitaine, ont fait une  interruption énergique dans notre rédaction aux environs de 13H15 minutes au moment où nous étions en train débuter  la conférence de Rédaction.

De manière autoritaire,  le Lieutenant de Vaisseau Ekotto Gérald Thierry, a demandé de voir le Directeur de Publication, Michel Michaut Moussala et notre collaborateur Barthélemy Nzock. Confronté à l’absence de ces deux personnels, le Chef du Bureau des Enquêtes et Recherches Antenne Sémil du Littoral, a affirmé qu’il venait entendre le Dp et interpeller manu militari le journaliste Barthélemy Nzock.

C’est alors qu’il va exiger le personnel d’appeler le Dp pour lui indiquer qu’ils étaient présents dans sa rédaction avec ses éléments.

Par la suite, le Chef du Bureau des Enquêtes et Recherches va se résoudre de joindre au téléphone le DP Michel Michaut Moussala qui participe depuis ce matin à Yaoundé aux travaux de la Commission scientifique des derniers Etats généraux de la Communication.

De cette conversation téléphonique, le Lieutenant de Vaisseau Ekotto Gérald Thierry va demander au Dp dès son retour de se présenter à l’Antenne Sémil du Littoral en compagnie de son collaborateur convoqué.

Et pendant les  échanges entre les journalistes présent à la rédaction et le Lieutenant de Vaisseau Ekotto Gérald Thierry, ce dernier va affirmer que c’est lorsque les concernés vont répondre à leur convocation que l’objet leur sera dévoilé. Mais dans leur insistance d’identifier le journaliste recherché, ils vont présenter l’édition du journal Aurore Plus édition N° 1590 du mardi 29 avril 2014 avec en grande Une : «2è Région Militaire – Disparition des armes au Tribunal militaire de Douala». Article publié en page 7 et signé par Barthélemy Nzock. Et le Lieutenant de Vaisseau Ekotto Gérald Thierry va avouer que ce journaliste a publié un article sur une affaire encore confidentielle.

  • Nous notons que le DP et le journaliste ne sont pas convoqués pour une information fausse, mais qu’il leur serait reproché le fait que cette information soit publiée alors qu’elle était encore gérée dans le secret ;
  • Nous dénonçons cette violation de l’espace sacré de notre rédaction, ce qui interdit par la loi ;
  • Nous condamnons avec la dernière énergie toute volonté de contraindre au silence les professionnels de médias dans l’exercice de leur profession ;
  • Rappelons que le thème de la Journée internationale de la liberté de la presse de 2013 était : «Parler sans crainte : assurer la liberté d’expression dans tous les médias» et celui de cette année est : «La liberté des médias pour un avenir meilleur : contribuer à l'agenda de développement post-2015.»
  • Nous interpellons les organisations nationales et internationales pour qu’elle mette plus de pression sur les autorités gouvernementales afin que la sécurité de nos journalistes soient assurés comme l’ont exigé dans leur communiqué du 25 et 26 avril respectivement la Fédération internationale des journalistes (Fij) et Le Comité pour la protection du journaliste (Cpj) en réaction à l’explosion de la voiture de notre confrère Denis Nkwebo.

Source :  Aurore Plus

Cameroun: La liberté de la presse sérieusement menacée.  Harcèlement des journalistes de Aurore plus
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans liberté de la presse
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:52

Stratégie US de la guerre froide: De l’Ukraine aux Philippines

 

Le président Obama et son équipe pour la sécurité nationale, regardant au-delà de la crise ukrainienne, sont engagés à « forger une mise à jour de la stratégie de la guerre froide pour contenir la Russie ». C’est ce que font savoir des fonctionnaires de l’administration, en spécifiant que l’objectif sur lequel le président se concentre est d’ « isoler la Russie de Poutine en coupant ses liens économiques et politiques avec le monde extérieur ».

Le premier pas est de réduire toujours plus, jusqu’à l’interrompre, la fourniture de gaz russe à l’Europe pour le remplacer par celui fourni surtout par des compagnies étasuniennes exploitant les gisements moyen-orientaux, africains et autres, y compris ceux des Etats-Unis qui se préparent à exporter du gaz liquéfié extrait de schistes bitumineux. Ici Washington découvre ses cartes. La marge de supériorité économique des Etats-Unis à l’échelle mondiale se réduit de plus en plus. La Chine est montée au second poste mondial avec un pil en forte croissance déjà équivalent à la moitié de celui des USA, suivie par le Japon et l’Allemagne, et le pil total des 28 pays de l’Ue a dépassé celui des Etats-Unis. Pour conserver la suprématie économique, ils se basent toujours plus sur le secteur financier, dans lequel ils gardent un net avantage, et sur la capacité de leurs multinationales à conquérir de nouveaux marchés et sources de matières premières. Dans ce but Washington jette sur le plateau de la balance l’épée de sa propre supériorité militaire et de celle de l’OTAN sous commandement USA. Entrent dans ce cadre la démolition systématique, avec des instruments militaires, d’Etats entiers (Yougoslavie, Libye et maintenant Syrie) et l’annexion par l’intermédiaire de l’OTAN de tous ceux de l’ex Pacte de Varsovie, plus deux de l’ex Yougoslavie et trois de l’ex URSS.

Quatre même, parce que l’Ukraine était déjà de fait sous contrôle OTAN avant la crise. Il suffisait d’attendre les élections de 2015 pour avoir en Ukraine un président qui aurait accéléré son entrée officielle dans l’Alliance. Pourquoi alors la décision, prise à Washington, d’organiser le putsch qui a renversé le président élu Ianoukovytch (qui était loin d’être hostile à l’Occident), en installant à Kiev les représentants les plus hostiles à la Russie et aux Russes de la Crimée et de l’Ukraine orientale ?  A l’évidence pour pousser Moscou à réagir et pour lancer la stratégie d’isolement. Chose non aisée : l’Allemagne, par exemple, est le plus grand importateur de gaz russe et subirait des dommages d’une interruption de l’approvisionnement. Washington a cependant décidé de ne pas attendre les gouvernements européens pour imposer à la Russie des sanctions plus dures. Il a déjà l’ok de Rome (dont la « fidélité » est connue) et il est en train de s’accorder avec Berlin et d’autres capitales. L’objectif stratégique est celui d’un front anti-russe USA-Ue, consolidé par un accord de libre échange qui permettrait aux Etats-Unis d’accroître leur influence en Europe. Même stratégie de la tension dans la région Asie/Pacifique, où les USA visent le « containment » de la Chine. Celle-ci, qui s’est rapprochée de la Russie, exerce un poids croissant à l’échelle non seulement régionale mais aussi globale et peut rendre vaines les sanctions contre Moscou, en lui ouvrant des débouchés commerciaux ultérieurs à l’est, en particulier pour les exportations énergétiques.

Du coup le président Obama vient d’effectuer une visite officielle en Asie. Mais le Japon a refusé de signer l’accord de libre échange qui aurait ouvert son marché aux produits agricoles étasuniens. En compensation, les Philippines ont conclu avec Washington un nouvel accord décennal qui permet aux USA d’accroître leur présence militaire dans l’archipel, dans une fonction clairement anti-chinoise.

Où le dollar échoue, l’épée réussit.

 

Edition de mardi 29 avril 2014 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Article original inaccessible –au moment de cette diffusion- sur le site Internet du journal il manifesto : http://ilmanifesto.it/

Source : Mondialisation.ca

 

Stratégie US de la guerre froide: De l’Ukraine aux Philippines
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Géostratégie
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:41

Le documentaire "Rwanda, 20 ans après : l'histoire truquée" -- Un film de Julien Teil et Paul-Éric Blanrue.

 

Dans le génocide du Rwanda :

- la majorité des français qui considèrent que les responsables sont les Hutus

- L'association Survie que l'armée française a appuyé les Hutus et le documentaire "Rwanda, 20 ans après : l'histoire truquée" -- Un film de Julien Teil et Paul-Éric Blanrue.

Qui considère que les dirigeants Tutsis avec Paul Kagamé, les USA sont les principaux responsables du Génocide.

http://www.youtube.com/watch?v=PSBgbFm0wjk

 

A mon avis ce sont trois points de vue incomplet. C'est bien dans la synthèse de ces trois points de vue que réside la vérité, un conflit Hutus Tutsi attisés par un conflit France Etats-Unis (et co).

Finalement le mécanisme classique des guerres dans les PED...

Par S. Thierry

 

 

Le documentaire "Rwanda, 20 ans après ......
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Histoire africaine
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:33


 LE PRIX D’UN HOMME !
Je ne connais pas l’homme! Je connais son prix!

 


En 1930, le dramaturge allemand Berthold Brecht a écrit une pièce, La décision. Un personnage de celle-ci (un marchand) déclare : «J e ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix ». Les années trente, c’était la dépression, celle qui jeta des millions de travailleurs à la rue à travers le monde. Celle qui a servi de prétexte aux capitalistes pour assassiner les communistes allemands, pour ensuite installer Hitler au pouvoir. On connait la suite.

L’année 2014, c’est la crise. Des millions de travailleurs deviennent «inutiles». On les exproprie, on les licencie aux USA, en Europe et au Canada. Partout. Ils sont 3 000 en France le 31 janvier chez Mory Ducros, 2 500 chez ING en Hollande, 5 000 chez Dassault en Europe, 8 000 au Japon chez Panasonic, 3 000 chez Faurecia en Europe, 1 300 chez Electrolux et 700 chez Bombardier au Canada.

La faute à qui? La concurrence? La Chine? Les patrons? Syndicats et gauche caviar se lamentent. Il faut nationaliser, disent les uns. Sortons de l’euro, ou «Faisons payer les riches», et «Partageons la richesse» crient les autres. Pendant ce temps, l’État-patron réduit le nombre de ses fonctionnaires, l’État congédie aux Postes, à l’éducation, à la culture, dans les services sociaux. Et puis, avec le Pacte de Responsabilité, le gouvernement de «gauche homard» en France va offrir 30 milliards d’euros en cadeaux aux grands patrons (ceux du CAC 40!). Même stratagème au Canada et au Québec, ce ne sont que les noms des programmes sociaux, des ministères, des corporations et des grands patrons qui changent et la taille des sacrifices imposés aux salariés qui varie. Car, ce qui est cher, c’est… l’ouvrier, c’est-à-dire le prix de sa force de travail.

Rien ne se crée. Tout se transforme.

Dans la nature, rien ne se perd – rien ne se crée, tout se transforme, dit l’adage. Dans la société capitaliste, il en est exactement ainsi. Rien ne se crée de lui-même. Aucune richesse – aucune valeur ne se crée d’elle-même. Le capital ne crée ni ne produit aucune valeur, aucune richesse. Seule la force vivante du labeur ouvrier peut transformer une matière première, une ressource, un bien semi-ouvré en un nouveau produit, un bien ouvré. La pierre philosophale, c’est le labeur du travailleur.

Ce faisant, le travail de l’ouvrier crée bien plus qu’un nouveau bien mobilier, un nouveau produit, il crée une «marchandise» objet de la convoitise du patron acheteur de la force de travail. Une «marchandise» est un bien – un produit – transformé en valeur marchande. Une marchandise est un objet matériel tangible transformé en valeur dont s’approprie le propriétaire de l’entreprise, celui qui a consommé la marchandise «force de travail» de l’ouvrier que nous venons d’observer se dépenser pour transformer un bien inerte et sans valeur et lui transmettre de la valeur. Cette nouvelle valeur, créée par le travail de l’ouvrier, le capitaliste – propriétaire privé – la monnaye sur le marché. Il réalise ainsi son profit et toute la chaîne d’accaparement de la valeur se met en branle pour s’emparer chacun de sa portion de valeur-profit -rente- bénéfice- dividende.

Pour ces gens-là (capitalistes industriels, marchands et financiers), l’homme travailleur a un prix. Et ce prix serait trop élevé, d’où ils veulent réduire ce prix d’achat (réduire son salaire). De fait, ce n’est pas tout à fait exact. Ce n’est pas le prix de la force de travail (des bras et du cerveau du travailleur) qui est trop élevé, c’est plutôt que l’autre portion de la valeur créée par l’ouvrier, la portion qui lui est spoliée, le surtravail = la plus-value = ce pour quoi le capitaliste l’a embauché, puis exproprié, cette portion-profit est trop petite.

Les profits appellent les profits.

Qu’est-ce qui détermine que la portion de profit est trop petite, et trop petite par rapport à quoi au juste ?

C’est la concurrence inter-capital et inter-capitaliste – ces individus n’étant que des rouages dans le vaste appareil de production-distribution – qui en décide. Le mécanisme de fonctionnement du mode de production capitaliste est ainsi conçu que le capital se déplace et s’agglutine toujours au pôle économique le plus rentable, le plus profitable. Ce processus est totalement indépendant des «gérants d’estrade», des milliardaires propriétaires de plus de la moitié des richesses de l’humanité. C’est une tendance imprescriptible, mécanique, la plus grosse électrode positive, générant le profit maximum, qui attire vers elle la plus grande part des capitaux productifs.

Tendance «normale» à l’exploitation maximale.

Il ne demeure alors que deux solutions pour le capitaliste qui se retrouve propriétaire d’unités de transformation de biens (usines, chantiers, ateliers, paquebots, flottes de camions, avions) en marchandises moins profitables que celles de ses concurrents = des capitalistes-producteurs - plus-exploiteurs:

1) soit réduire le nombre de travailleurs-travailleuses tout en maintenant le même niveau de production (mais c’est difficile, car il a tendance à résister l’ouvrier surexploité);
2) soit de réduire le prix de l’homme travailleur (son salaire, la valeur de sa force de travail, élargissant d’autant l’autre portion, c’est-à-dire la plus-value et le profit).

Pourquoi donc un travailleur en France serait-il payé 1 200 euros environ alors que pour le même travail, en Bulgarie, on gagne 250 euros, 20 dollars environ en Centrafrique et 60 dollars au Vietnam? La démonstration serait la même pour un travailleur canadien, québécois ou états-unien. C’est ce qu’il y a de pratique sous régime impérialiste, le mode de production et les rapports de production sont identiques, partout les mêmes, seuls la dénomination monétaire et le nom des milliardaires varient d’un pays à un autre, mais ils sont tous interconnectés-inter-reliés à s’entre-déchirés.

Quand vous entendez les slogans : «Faisons payer les riches» et «Ils doivent payer leur juste part» ou encore «Partageons la richesse», le capitaliste, ses politiciens véreux, ses économistes et ses journalistes à la solde, eux, entendent tous que les «riches» ce sont les smicards à 1200 euros par mois, les assistés sociaux, les chômeurs sans assurance, les salariés trop payés (sic), les petits-bourgeois trop gras, les étudiants qui ne payent pas assez de frais de scolarité (sic), les fonctionnaires et les retraités pas indexés, etc.
L’État, les grands patrons, les syndicats ne parlent pas la même langue que vous et moi. Le prix de votre esclavage, le prix de vos heures de boulot, le prix même de votre travail du dimanche est scandaleusement trop élevé pour ces écervelés, car ce prix = salaire = empiète sur leurs profits et s’ils ne peuvent soutirer la plus-value maximum, alors les gestionnaires du capital financier déplaceront leurs investissements vers la Corée, le Vietnam, l’Inde, ou la Chine où l’ouvrier est obligé de mourir en travaillant plutôt que de travailler en vivant.

N’ayez aucune illusion, là-bas aussi, dans ces pays impérialistes lointains, on leur sert le même refrain et l’ouvrier chinois (ils sont des centaines de milliers en grève contre Adidas et Nike) se fait dire que s’il ne veut plus être spolié de sa force de travail, Nike et Adidas iront s’installer ailleurs… il y a toujours plus misérable que soi.

Les syndicats?

Les syndicats? Comme disait un ouvrier de chez Mory-Ducros : «j’ai été floué par mon patron et maintenant je suis floué par mon syndicat». Il n’appréciait pas d’avoir perdu son travail et d’entendre les dirigeants syndicaux se féliciter d’avoir obtenu une indemnité de départ de 9 000 euros au lieu de 7 000! Après 15 ou 20 ans de boulot et pratiquement aucune chance de se replacer! Quelle victoire à la Pyrrhus!

Il faut comprendre, pour que seuls les produits aient un prix, et que les ouvriers et les ouvrières cessent d’être monnayées, marchandées, saquées, réembauchées; c’est le mode de production tout entier qu’il faut changer, y compris les rapports sociaux de production. Nous devons construire un nouveau mode de production et de nouveaux rapports de production.

Nous savons combien nous coûtent tous ces parasites, patrons, politiciens, cadres et bureaucrates syndicaux, tous bien payés, pour essayer d’enterrer nos luttes et notre combativité. Ils veulent «réduire le coût du travail» comme ils disent, pour hausser la productivité et doper la profitabilité et la quantité de dividendes à verser aux actionnaires roturiers.

Ne nous trompons pas de cible.

Ne nous trompons pas de cible. Les roumains, les peuples d’Europe, les Arabes, les Africains, les latinos subissent tous le même sort que nous. La révolte gronde partout. Le temps de l’insoumission est pour nous.

VOLUME D’ÉCONOMIE GRATUIT. Téléchargez : http://www.robertbibeau.ca/VolumeDeclin.html
Source : Que faire ? Vol 1. No 1. Paris. http://www.orgcomfr.com/QUE_FAIRE_01.pdf


Par Robert Bibeau

 

LE PRIX D’UN HOMME ! Je ne connais pas l’homme! Je connais son prix!
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 05:27
LES VIDÉOS DU LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE BOYCOTT DE L’ÉLECTION EUROPÉENNE

LES VIDÉOS DU LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE BOYCOTT DE L’ÉLECTION EUROPÉENNE

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PE
P).

Le 30 avril 20
14.

C’est le 26 avril à Paris que le Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) a lancé sa campagne de boycott de l’élection européenne. Le thème du meeting était : Pourquoi le boycott de l’élection du Parlement européen est-il nécessaire et légitime ?

Pour accéder aux vidéos, cliquez ci-dessous :

Pour signer l’Appel national au boycott des élections européennes, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3528

Pour accéder au site du Comité national de résistance républicaine à l'Union européenne (CNR-RUE),
cliquez ici : http://www.c
nr-rue.fr

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:36

Son Excellence Monsieur IBK (Ibrahim Boubacar KÉÏTA) finira-t-il son mandat en 2018 ? En liberté ? En bonne santé ?

Pourquoi IBK – le Président élu du Mali en juillet/août 2013 sur insistance de Monsieur François HOLLANDE, persiste-t-il à ne s’entourer que de ses parents, alliés matrimoniaux et proches immédiats ?

Pourquoi le jeune fils d’IBK est-il imposé député, puis désigné à la tête de la très stratégique cellule de l’Assemblée nationale dite "Commission de la défense nationale, de la sécurité et de la protection civile" du Mali, encore sous occupation ?

Pourquoi le beau-père de l’Honorable fiston présidentiel est-il désigné président de cette même Assemblée Nationale devenant familiale ?

Pourquoi IBK se refuse-t-il à un remaniement du gouvernement quand bien même toutes les conditions l’exigeant sont réunies, y compris la mise en place des onze (11) "Commissions permanentes" et politiciennes de l’Assemblée Nationale ?

Enfin, que se partage la bande des IBK (Monsieur Nankouma KÉÏTA - Secrétaire politique du parti d’IBK - le RPM et son fils Djiby KÉÏTA – homme d’affaire informel mais introduit, le nommé Karim KÉÏTA-fils d’IBK et son beau-père Issaka SIDIBÉ – Président de l’Assemblée Nationale malienne), le commandeur en chef du RPM (Bocari TÉRÉTA – omnipotent Secrétaire Général dudit parti), Monsieur Sidi Mohamed KAGNASSI (Homme d’affaires sulfureux installé en Suisse, nommé Conseiller spécial d’IBK le 7 janvier 2014) et la pègre internationale basée en Corse ?

Comme les Maliens, les Français aussi s’interrogent, mais autrement sur d’autres détails !

« Deux juges et des dizaines d'enquêteurs sont [aux] trousses [de M. TOMI] depuis de longs mois. Pour eux, pas de doutes possibles : l'homme d'affaires corse Michel TOMI, 66 ans, à la tête d'un empire industriel en Afrique, serait le dernier "parrain des parrains" français. L'affaire inquiète jusqu'à l'Élysée, elle risque même de provoquer de forts remous dans les milieux diplomatiques, avec la mise en cause pour corruption du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, dit "IBK" »

Méditons et trouvons !

Pour rappel, c’est IBK, en sa qualité de Premier ministre nommé en 1993, qui, en moins de deux ans, a installé les juteux PMU-Mali et Casino de Bamako.

De très vraisemblables débuts de réponses se retrouvent dans une série d’articles dont celui-ci de Gérard DAVET et Fabrice LHOMME, tous deux journalistes du Monde !

« Avril 2012. Par un bel après-midi printanier, un homme en costume azur sort du restaurant parisien huppé La Maison de la truffe, escorté par ses gorilles. C'est IBK. Il serre dans ses bras un Michel TOMI en petite forme. Atteint d'une sclérose en plaques, il se déplace en fauteuil roulant. Son lieutenant, Jean-Luc CODACCIONI, dit « Johnny », est également présent. Les trois hommes ne sont pas seuls : les policiers, en planque, mitraillent la scène au téléobjectif. M. TOMI sait entretenir ses amitiés. Il fournit des vêtements de marque au futur président malien, paie ses séjours à l'hôtel parisien La Réserve, met à sa disposition des avions pour sa campagne présidentielle – M. TOMI possède deux compagnies aériennes, Afrijet et Gabon Airlines.

En décembre 2013, en marge d'un sommet africain qui se tient à Paris, IBK effectue un déplacement privé à Marseille, où il est pris en main par les hommes de M. TOMI. Celui-ci multiplie les séjours dans la cité phocéenne : il se rend deux fois par mois à l'hôpital de la Timone. Plus récemment, du 8 au 10 février, M. TOMI héberge son ami, tous frais payés, dans une suite du palace parisien le Royal Monceau. Il lui procure aussi des véhicules haut de gamme. Il s'occupe même de sa sécurité. »

Source : fncdumali.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:21

Charles Blé GOUDE devant la CPI : « J’ai appris avec GBAGBO qu’il faut convaincre un adversaire et non le vaincre ! »

A la juge Fernandez de Gurmendi qui s’étonne qu’il parle et comprenne parfaitement le français, voilà ce que Charles Blé GOUDE a répondu ce jeudi 27 mars 2014 lors de sa première comparution à LA HAYE : "je suis d’un pays qui a été colonisé par la France, donc je parle français"… Le ton est donné !

La déportation de Charles Blé GOUDE à La Haye le samedi 22 mars 2014 après celle de Laurent GBAGBO est en effet un signal fort de perpétuation du néocolonialisme, à travers la Cour Pénale Internationale, le bras judiciaire de l’Organisation des « Nantis » Unis qui dirige le monde. Notons d’ailleurs que l’exécution du mandat de cette Cour « Politique » Internationale contre Charles Blé GOUDE - figure emblématique de la Résistance aux mains nues- s’est déroulée dans l’irrespect total des procédures judiciaires les plus élémentaires, accompagnée de violences dignes de l’état de non droit qu’est devenue la Côte d’Ivoire sous le régime aussi illégitime que liberticide de OUATTARA installé et maintenu par Communauté internationale, France en tête[1].

Par leur combat, par leur courage, par leur dévouement au service de l’émancipation de leur pays et au-delà du continent, Laurent GBAGBO et Charles Blé GOUDE s’inscrivent dans la lignée des dignes fils de l’Afrique qui ont consacré leur vie à lutter contre les régimes vassaux que les dirigeants occidentaux imposent au peuples africains pour continuer de piller leurs ressources en déguisant des guerres économiques en guerres humanitaires[2].

Car de quoi s’agit-il en effet ? Blé GOUDE est poursuivi pour 4 chefs d’accusation concernant des crimes prétendument commis sous son autorité pendant la crise postélectorale ivoirienne, à l’instar de Laurent GBAGBO d’ailleurs. Sur quels éléments de preuve peut bien s’appuyer la CPI pour justifier une telle mesure privative de liberté alors qu’elle n’a toujours pas produit la moindre preuve pour confirmer les mêmes charges notifiées contre Laurent GBAGBO ?

Nous nous étonnons que la plupart des médias occidentaux relaient la nouvelle du transfèrement de Blé GOUDE avec des éléments de langage similaires à ceux qui circulaient lorsqu’il s’agissait de Laurent GBAGBO en novembre 2011 sans même prendre la peine de parler de l’enlisement de la procédure concernant ce dernier faute de preuves[3] ou encore d’interroger les violences criminelles qui continuent d’endeuiller la Côte d’Ivoire, sans oublier les arrestations, détentions et tortures de centaines de prisonniers politiques[4].

A tous ceux qui continuent de croire que la Cour Pénale Internationale est l’institution au service de la lutte contre l’impunité qu’elle avait vocation à être lors de sa conception, nous avons le devoir d’apporter le démenti le plus catégorique en démontrant son inféodation aux intérêts hexagonaux, eux-mêmes tributaires de l’ordre inégalitaire mondial imposé par l’Occident. Ainsi :

1. Le traité de Rome instituant la CPI supposée poursuivre et sanctionner tous les crimes de guerre, les génocides et les crimes contre l’humanité a certes été signé par 139 pays et 122 l’ont ratifié acceptant de ce fait de se soumettre à la compétence de la CPI[5]. Cependant la CPI reste toujours incompétente pour poursuivre une grandes partie de ces crimes dès lors que de nombreuses grandes puissances mondiales n’ont pas adhéré et/ou ratifié le Traité de ROME, à commencer par les EU, la CHINE, la RUSSIE et l’INDE qui refusent de se soumettre à cette juridiction, tout en l’imposant aux autres, au moins en ce qui concerne les premiers autoproclamés maîtres du monde depuis la chute du mur de BERLIN et encore plus depuis le 11 septembre 2001. A noter que même ceux qui l’ont ratifié comme la FRANCE et la GRANDE-BRETAGNE pour ne parler que d’elles, font tout pour y transférer les dirigeants africains qui refusent de les servir docilement, tout en s’arrangeant pour y échapper ou y faire échapper leurs amis dictateurs[6]. L’exemplarité étant une des plus grandes vertus pédagogiques si ce n’est la plus grande, la CPI gagnerait en crédibilité, ou plutôt retrouverait un peu de crédibilité si elle commençait par juger les grandes puissances au regard de leurs responsabilités largement documentées dans les plus grands massacres de la planète, y compris ceux des dernières décennies. Comme la reconnaissance de la CPI suppose la signature du Traité de Rome et qu’elle ne saurait avoir d’effet rétroactif, les Etats membres sont assurés que les crimes commis par eux ou ceux dont ils ont été complices avant leur adhésion échappent à sa compétence. En revanche, tous les auteurs de crimes contre l’Humanité commis depuis sont susceptibles d’être traduits devant la CPI. Pour ce qui est de la France par exemple, elle a adhéré et ratifié le traité dès sa création en 2002. On s’étonne donc que la fusillade de l’Hôtel Ivoire début novembre 2004 qui a coûté la vie à près d’une centaine de Patriotes aux mains nues et fait des milliers de blessés n’ait toujours pas abouti à la moindre inculpation de responsables civiles et militaires français alors que des preuves surabondantes existent de la responsabilité totale de la force Licorne dans cette tragédie[7] et que de nombreux rapports et demandes de commissions d’enquête en témoignent[8].

Quant aux dirigeants africains qui se retrouvent les seuls dans les faits à se voir traduits devant cette juridiction, ils ont bien cherché à s’en affranchir, menaçant de se retirer collectivement de la CPI si elle persiste à ne poursuivre que des dirigeants du Berceau de l’Humanité qui plus est en exercice[9]. Le seul résultat concret de cette offensive des chefs d’Etats africains contre la CPI qu’ils jugent à raison partiale et au service de l’Occident est de s’être garanti pour eux-mêmes une sorte d’immunité judiciaire tant qu’ils seront au pouvoir [10], renforçant ainsi l’intérêt que la plupart de ces autocrates peuvent avoir à s’y maintenir par la force ou par la fraude. Quant au devoir de justice et de vérité qui était supposé permettre à la CPI de dissuader toute commission ou récidive de crimes contre l’Humanité, il n’en a pas vraiment été question ! Le cas Kényan a beaucoup pesé sur cette fronde des Etats Africains. Nonobstant les gesticulations de l’ONU pour ne pas donner l’impression de se dédire, la procureur BENSOUDA a fini par obtenir en catimini l’ajournement d’un an des poursuites engagées contre le Président KENYATTA pour cause officielle d’ « érosion » de preuve après le retrait invoqué de deux témoins à charge[11], mais dans la réalité pour constituer une bande de sécurité pro-occidentale au sud de la zone soudano-sahélienne très poreuse, un rempart contre Al Qaida en quelque sorte.

3. Comme on le voit bien dans l’exemple Kenyan, les poursuites engagées par la CPI contre certains dirigeants africains obéissent bien moins à un quelconque désir de combattre l’impunité des pires crimes contre l’Humanité qu’à punir les dirigeants africains indociles coupables de vouloir réformer les accords de coopération dans un sens plus favorable aux Etats souverains qu’ils dirigent. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, les manquements aux lois fondamentales du pays comme au Traité de Rome sont tels que l’on ne sait même plus par où commencer ! Comble du cynisme, voire même de la perversité, Laurent GBAGBO se retrouve à la CPI sur le fondement de sa propre déclaration de reconnaissance de la compétence de la CPI signée le 18 avril 2003. Cette déclaration dit que : «Conformément à l’article 12 paragraphe 3 du statut de la Cour Pénale Internationale, le Gouvernement ivoirien reconnaît la compétence la Cour aux fins d’identifier, de poursuivre, de juger les auteurs et complices des actes commis sur le territoire ivoirien depuis les évènements du 19 septembre 2002 ». Dans le souci permanent d’organiser leur impunité, les autorités ivoiriennes imposées par la force en 2011 ainsi que les institutions qui les protègent refusent toujours d’enquêter sur les crimes commis avant la crise postélectorale de 2010, nonobstant la décision de la Chambre préliminaire de faire remonter les enquêtes à 2002[12]… Bel exemple de juridiction prétendue impartiale érigée en rempart contre l’impunité des pires crimes du monde qui ne veut surtout pas enquêter sur ces derniers = ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre…

4. Sur la motivation du transfert des caciques de l’ancien régime de Laurent GBAGBO, force est de constater qu’elle est pour le moins sujette à interrogation. Alors que le gouvernement ivoirien prétextait son incapacité à organiser le jugement de Laurent GBAGBO au pays pour justifier son transfert-déportation à LA HAYE, il a mis plus de 2 ans à accepter de donner suite au mandat délivré par la CPI contre Blé GOUDE et refuse toujours d’exécuter celui contre Simone GBAGBO. Sans compter que le fait de ne poursuivre que les partisans de l’ancien régime en n’inquiétant pas les auteurs de crimes contre l’humanité de l’autre camp pourtant clairement mis en cause dans des massacres à grande échelle (BOUAKE, DUEKOUE, BANGOLO, ANONKOUA-KOUTE, NAHIBLY, ABOBO,…) n’est pas sans interpeler sur la nature réelle du nouveau pouvoir installé par la Communauté internationale[13]. Cette lecture partisane et à géométrie variable de leurs engagements nationaux et internationaux est emblématique du peu de respect des nouvelles autorités ivoiriennes pour les victimes et les lois fondamentales que le pays s’est données[14].

5. Pour justifier son existence et asseoir sa légitimité, la CPI s’est forgé une carapace de respectabilité et d’intégrité apparentes, en créant une instance à sa totale dévotion : la Coalition Internationale pour la CPI qui regroupe plus de 2500 ONG au plan international[15] et se décline en autant de « milices » institutionnelles au plan national, telle la « Coalition Française pour la CPI » qui fédère désormais 45 associations[16]. Est-ce pour autant qu’il faille crier au loup et invalider tout ce qui émane de ces ONG que d’aucuns considèrent encore comme réellement au service des causes qu’elles prétendent défendre ? Sans doute que non, car de nombreux bénévoles ne comptent ni leur temps, ni leurs efforts au service de ces ONG et méritent considération&respect. Mais lorsque l’on voit les partis pris, les omissions, les errements parfois de ses institutions dans lesquelles on pouvait légitimement croire comme contrepouvoirs à nos « vieilles » démocraties enclines à la toute-puissance, on est en droit de s’interroger. Nous invitons toutes les personnes qui le peuvent à mettre en exergue le parti pris de la plupart de ces grandes ONG en apparence au-dessus de tout soupçon qui font sans doute un travail remarquable au niveau de la collecte et de la gestion des tâches qui leurs sont confiées en s’appuyant sur des réseaux de militants sincères et désintéressés, mais dont les dirigeants cautionnent souvent la justice inique de la CPI.

 Human Rights Watch qui selon des sources concordantes émargent aux fonds du milliardaire spéculateur Georges SOROS est un bel exemple d’ONG au service de l’ONU. Pour ce qui est de la CÔTE D’IVOIRE, on connaît sa partialité et son rôle majeur dans la diabolisation du régime légitime de Laurent GBAGBO. On lui doit notamment de nombreux rapports mensongers depuis 2000 sur les pseudo-dérives identitaires du régime. La décision de déporter Laurent GBAGBO à LA HAYE en 2011 s'appuie principalement sur son rapport de juin 2011 "Ils ont tués comme si ne rien n'était" qui travestit totalement les faits et impute la plupart des crimes et l'embrasement de la CÔTE D'IVOIRE au camp GBAGBO en épinglant à la marge le camp OUATTARA pour donner l'illusion d'une certaine "objectivité". HRW fait ainsi partie de la nébuleuse susmentionnées d'ONG chiennes de garde du système onusien détourné de ses nobles finalités premières ayant pour bras judiciaire la CPI si peu pénale et toujours très politique "juridiction" qui était supposée garantir les peuples contre l'impunité. La plupart des ONG présentées comme impartiales, indépendantes, au service de la vérité et des populations civiles des pays en crise, s'avèrent être majoritairement financées par des fonds publics et totalement inféodées à l'ordre inégalitaire mondial dont elles assurent la perpétuation. Bref, relayer aujourd’hui les rapports de HRW par exemple sur la SYRIE ou sur la CÔTE D’IVOIRE même lorsqu’ils vont un peu plus dans le sens de la vérité et de la dénonciation des crimes de OUATTARA (pour parler de ce que l’on connaît) revient à valider les rapports mensongers antérieurs de ces mêmes ONG, HRW en tête, surtout si l’on ne prend pas le temps de préciser les choses.

 Et si les rapports de ces ONG apportaient réellement la preuve des exactions prétendument commises par le camp GBAGBO, comment expliquer que les mandats de la CPI lancés contre Laurent GBAGBO comme Blé GOUDE ne portent que sur des crimes commis pendant la période postélectorale ? Comment expliquer par exemple que les autorités françaises ne souhaitent plus savoir qui a tué les 9 soldats français le 6 novembre 2004 à BOUAKE alors que Maître BALAN l’avocat des familles de ces victimes militaires décorés à titre posthume accuse aujourd’hui le Gouvernement français de l’époque tandis que la plainte déposée contre Michèle ALLIOT MARIE pour faux témoignage a été classée sans suite début 2013[17] ?

 La difficulté majeure, c'est que ces ONG distillent le poison du médiamensonge pendant des années, calmement, proprement, mais savent aussi administrer des doses homéopathiques d'"antidote" aux principales victimes le moment opportun, faisant croire à ces dernières qu'elles ne sont finalement pas si partiales que cela. Pire, après des rapports mensongers et calomnieux, indignes sur le fond comme sur la forme (contextes historiques révisionnistes, méthodologies inconsistantes, inversions des victimes et des bourreaux,...), certaines de ses ONG vont jusqu'à se constituer parties civiles des victimes de tous les camps en arguant d’une neutralité et d’une objectivité qu’elles sont loin d’avoir, voire en garantissant une protection qu'elles ne sont même pas capables d'assurer, tant il est vrai que les intérêts politico-financiers qu'elles couvrent -sciemment parfois, de bonne foi peut-être dans d'autres cas- finissent par l'emporter. Nous en voulons pour preuve l’assassinat d’Alex Saint-Joël GNONSIAN dans la nuit du 30 au 31 décembre 2013, alors qu’il était l’un des principaux témoins des tueries de NAHIBLY qui ont fait plusieurs centaines de morts et de disparus depuis le 20 juillet 2012, massacres en masse qui visent à faire disparaître ou dissuader les victimes de cette tragédie de témoigner (trois autres disparitions de victimes de NAHIBLY sont également à déplorer le même jour) [18]. Alex Saint-Joël GNONSIAN était donc supposé bénéficier de la protection de l’ONUCI et du soutien de la FIDH qui s’est constituée partie civile dans ce dossier alors même que son responsable Afrique Florent GEEL continue de nier l’ampleur des massacres de DUEKOUE de 2011 tout en cautionnant activement la politique d’Alassane OUATTARA. Ce n’est pas la récente mise en scène des petits déboires à la frontière de ce Monsieur Afrique de la FIDH, ni les petits bémols mis dans le soutien de cette dernière à l’endroit d’Alassane OUATTARA qui nous empêcheront de dénoncer sa complicité passive dans les crimes subis par le peuple ivoirien depuis 2002. Vous trouverez ci-dessous référencés quelques liens sur la légitime méfiance que nous sommes en droit d’éprouver à l’endroit de la FIDH eût égard à son parti pris surabondant pour les autorités de fait qui sévissent aujourd’hui en CÔTE D’IVOIRE[19]. Méfiance qui se mue en légitime colère devant le cynisme de la même FIDH incapable de protéger ses témoins/victimes qui se fend néanmoins d’un communiqué commun avec la LIDHO et le MIDH en date du 21 mars 2014 pour saluer la décision de transférer Blé GOUDE à la CPI y voyant là un espoir de « faire reculer l’impunité en CÔTE D’IVOIRE [20].». Les victimes de la rébellion sanguinaire qui sévi depuis 2002 apprécieront le « négationnisme » de ces ONG prétendues neutres et bienveillantes qui n’est pas sans rappeler celui qu’elles mêmes dénoncent en parlant du génocide rwandais même si heureusement le bilan en pertes humaines n’est pas encore aussi dramatique. A nier ainsi la souffrance du peuple ivoirien comme celui aujourd’hui des HUTU en RDC, elles risquent bien de décrédibiliser le combat apparemment sincère dans lequel elles sont engagées auprès d’autres victimes du même mal systémique africain : la prédation occidentale !

 Autre exemple de la duplicité de ces ONG occidentales toujours prêtes à voler au secours de la si légitimement décriée CPI. Reporters Sans Frontières n’a eu de cesse d’attaquer Laurent GBAGBO et sa prétendue gestion calamiteuse du pouvoir lui imputant notamment la mort de Jean HELENE en 2003 ou encore la disparition tragique de Guy André KIEFFER en 2004. Sous la présidence de Robert MENARD – et oui le même « ardent défenseur » de la liberté de la presse de l’époque qui aujourd’hui brigue un mandat municipal sous la bannière frontiste de Marine LE PEN à BEZIERS- RSF n’avait de cesse de dénoncer Laurent GBAGBO par des actions musclées et s’est constituée partie civile dans les deux dossiers ci-dessus évoqués. La même ONG membre de la Coalition Française pour la CPI semble pourtant beaucoup moins pressée pour que justice et vérité soient faites dans les non moins tragiques assassinats des journalistes ivoiriens Antoine MASSE par des soldats de la Licorne en novembre 2004, Sylvain GAGNETAUD par les forces rebelles de OUATTARA rebaptisées FRCI en mai 2011 à ABIDJAN[21] et plus récemment Désiré OUE assassiné chez lui par des « escadrons de la mort » non identifiés, d’ailleurs pas prêts de l’être vu le peu d’empressement des autorités ivoiriennes à enquêter[22]. A noter d’ailleurs le silence assourdissant de RSF comme de RFI et de toute la presse occidentale sur l’affaire KIEFFER en passe d’être enterrée pour prescription décennale, dossier emblématique du parti pris des médiocrates/médiacrasseux dominants surtout si l’on se rappelle que le Juge en charge de son instruction/obstruction n’est autre que le Juge Patrick RAMAEL qui vient d’être détaché du Ministère de la Justice Française pour aller aider OUATTARA à réformer la Justice ivoirienne[23]. Belle preuve d’indépendance ou bien ?

 On s’étonne encore de voir que les rapports d’ONG pleuvaient dans les années 2000 sur les exactions subies par les populations civiles ivoiriennes, mais qu’aucune de ces associations n’a daigné se constituer partie civile dans l’affaire MAHE nonobstant des preuves patentes que les prétendues victimes imputées à Firmin MAHE venaient pour certaines de LOGOUALE un village YACOUBA victime des exactions rebelles. Human Rights Watch -encore elle- avait abondamment communiqué sur le drame subi tandis que TF1 avait même fait un reportage dans son JT de 20h… Cela n’a pas empêché que les photos des prétendues victimes de Firmin MAHE ne soient présentées pour influencer les jurés en l’absence des parties civiles « mystérieusement » retenues à ABIDJAN[24]. Rappelons également que le Syndicat de la Magistrature, le Barreau de PARIS, la Cimade , France Terre d’asile, Amnesty International,… sont toutes membres de la CFCPI, ceci expliquant peut-être cela, notamment la difficulté quasi insurmontable que nous avons à faire reconnaître le statut de demandeurs d’asile à des militants anonymes pro-GBAGBO là où il y a dix ans, il était si facile d’obtenir ce statut pour les pro-OUATTARA sur simple présentation d’un courrier d’1 de ces ONG !

 Pour ne pas nous appuyer seulement sur des exemples ivoiriens pour démontrer la collusion de certaines ONG avec le système ONUsien dans la gestion des crises africaines, nous terminerons par l’affaire des « Disparus du Beach » dans laquelle l’ancien Président de la LICRA– Patrick GAUBERT a servi de caution à la parodie de procès contre le Directeur de la police Jean-François N’DENGUE afin d’empêcher que ce dernier soit jugé en France pour le massacre de centaines de réfugiés politiques qui avaient accepté de revenir d’exil sous couvert du HCR[25]. Là encore comme dans la plupart des affaires précitées et des massacres à grande échelle en Afrique dont le génocide rwandais, on commence certes à juger des criminels, sauf que les commanditaires et bénéficiaires ne sont jamais dans le box des accusés et réussissent même souvent à se refaire une virginité en faisant croire à leur bienveillante neutralité.

« Mieux vaut allumer une chandelle que de maudire l’obscurité » dit un proverbe chinois. Alors loin de nous l’idée de dénigrer gratuitement toutes ces ONG aux nobles intentions originelles. Notre propos est juste d’amener les peuples du sud victimes de toutes les guerres économiques déguisées en guerres humanitaires à saisir ces ONG[26] de toutes les violations dont ils sont victimes en leur adressant des dossiers argumentés (en veillant bien entendu à protéger l’identité et la géolocalisation des personnes physiques et témoins concernés). Comme le rappelle si bien Jocelyne IPOU[27] n°2 de la JFPI (Jeunesse du Front Populaire Ivoirien) aux côtés de Justin KOUA, une démocratie se mesure à l’existence de contrepouvoirs. Un des moyens de battre en brèche un système de domination néocolonial dont les ramifications vont jusqu’à s’étendre dans les institutions les plus généreuses et neutres en apparence, c’est donc aussi les mettre en face de leurs responsabilités et contradictions face à leur soutien à géométrie variable du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes qui commence avec celui de choisir souverainement ses dirigeants.

Source :contrepoids_infos

[1] Comparution de Blé GOUDE devant le Juge et mouvements de soutien pacifique sévèrement réprimés : http://re.ivoire-blog.com/archive/2014/03/21/dernieres-nouvelles-de-ble-goude-442633.html

[2] Palmarès non exhaustif des amis et des victimes de la Françafrique : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/03/les-amis-et-les-victimes-de-la.html

[3] Article paru dans le Gri-Gri international «Blé GOUDE à HAYE-Questions autour d’un article du Parisien et l’AFP » : http://www.legrigriinternational.com/article-ble-goude-a-la-haye-questions-autour-d-un-article-du-parisien-et-l-afp-123065004.html

[4] 2 articles de sur la répression des mouvements de résistance pacifique à l’oppression en Côte d’Ivoire : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/03/une-democratie-ne-sacharne-pas-contre.html ;

http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/03/grand-sit-in-pour-exiger-la-liberation.html

[5] « Guide pratique à l’usage des victimes de la CPI » édité par RSF : http://www.rsf.org/IMG/pdf/guide_CPI_A4_fr.pdf

[6] Interview d’Albert BOURGI du 25/02/2014 dans Jeune Afrique "La CPI est influencée par les grandes puissances" : http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2771p026.xml2

[7] Article de synthèse consacré à la fusillade de l’hôtel Ivoire 7 ans après sur le Blog de Sam la touch « 9 novembre 2004 : La France commettait un crime contre l'humanité en Côte d'Ivoire » :

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2013/11/9-novembre-2004-la-france-commet-un-crime-contre-l-humanit%C3%A9-en-c%C3%B4te-d-ivoire.html ;

Déclaration du COPAVIL (Collectif des Patriotes Victimes de la force Licorne française) : http://news.abidjan.net/h/416215.html ;

Film de Sidiki BAKABA « La victoire aux mains nues » : http://philippehua.com/2012/07/25/cote-divoire-la-victoire-aux-mains-nues-un-documentaire-de-sidiki-bakaba

[8] Billet de Survie du 24 janvier 2012 «CPI / Côte d’Ivoire : pour un examen de l’action de l’opération française Licorne » : http://survie.org/francafrique/cote-d-ivoire/article/cpi-cote-d-ivoire-pour-un-examen#nb1

[9] Article du 12/10/2013 paru sur Arte « L’Afrique en colère contre la CPI » : http://www.arte.tv/fr/l-afrique-en-colere-contre-la-cpi/7678848,CmC=7679154.html

[10]Article du 12/10/2013 vu sur Radio Canada « L’Union Africaine unie contre la CPI » : http://actualites.ca.msn.com/international/l%E2%80%99union-africaine-unie-contre-la-cpi

[11]«BENSOUDA demande le report sine die du procès KENYATTA» le 20/12/13 : http://fr.allafrica.com/stories/201312200886.html

[12]Décision de la chambre préliminaire de la CPI du 22/02/2012 : http://www.icc-cpi.int/iccdocs/doc/doc1367377.pdf

Billet de Survie « La Licorne dans le champ d’enquête de la CPI ? » : http://survie.org/billets-d-afrique/2011/206-octobre-2011/article/cote-d-ivoire-licorne-dans-le

[13] Mémorandum en images non exhaustif de la crise ivoirienne depuis 2002 :

http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2012/12/memorandum-en-images-sur-la-cote-divoire.html

[14] Maître Habiba TOURE réagit aux mandats de la CPI contre CBG et Simone :

http://www.eventnewstv.tv/default.php?link=voir_actualite&id=9

[15] Lien vers le site de la Coalition pour la CPI : http://www.iccnow.org

[16] Lien vers le site de la Coalition Française pour la CPI : http://www.cfcpi.fr

[17]« Soldats français tués à Bouaké en novembre 2004 : la justice française étouffe l'affaire...et sauve Michèle Alliot-Marie !MAM dans l’affaire de BOUAKE » : http://www.peuples-observateurs.org/article-togo-cote-d-ivoire-soldats-francais-tues-a-bouake-en-novembre-2004-la-justice-francaise-etouffe-l-af-121117628.html

[18]Articles du Nouveau Courrier sur l’assassinat d’Alex GNONSIAN et la responsabilité engagée de la FIDH : http://nouveaucourrier.net/massacres-de-nahibly-duekoue-un-temoin-genant-execute-par-les-frci-la-responsabilite-de-la-fidh-engagee ; http://nouveaucourrier.net/decouverte-de-fosses-communes-a-duekoue-des-proches-du-temoin-assassine-chargent-lonuci

[19]Voir les preuves en deuxième partie de l’article sur la colusion entre la FIDH et le pouvoir OUATTARA : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/01/avant-de-ceder-lavaine-et-inutile.html

[20]Communiqué de la FIDH suite au transférement de Blé GOUDE à la CPI : http://www.fidh.org/fr/afrique/cote-d-ivoire/15001-charles-ble-goude-a-la-cpi-faire-reculer-l-impunite-en-cote-d-ivoire

[21]http://claudus.ivoire-blog.com/archive/2013/03/14/assassinat-du-francais-phillipe-remond-en-cote-d-ivoire-un-a1.html

[22]http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/03/verite-et-justice-pour-desire-oue.html

[23]http://www.legrigriinternational.com/article-cote-d-ivoire-le-juge-ramael-a-trouve-l-assassin-de-guy-andre-kieffer-122133435.html

[24]Liens vers des articles consacrés à l’affaire MAHE : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2013/05/qui-veut-tuer-son-chien-laccuse-davoir.html ; http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2014/02/affaire-mahe-quand-la-justice-francaise.html

[25] http://survie.org/mot/affaire-des-disparus-du-beach

[26] http://www.cfcpi.fr/spip.php?article646

[27]https://www.facebook.com/photo.php?v=444384702331816&set=vb.100002808718431&type=2&theater

Blé Goudé

Blé Goudé

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 20:49
Ukraine : Dix raisons pour lesquelles Poutine ne reculera pas ?

Ukraine : Dix raisons pour lesquelles Poutine ne reculera pas ?

1- Parce que les menaces des occidentaux ne font qu’exacerber le sentiment nationaliste et la fierté qui va avec en Russie, du coup Poutine bénéficie d’un plus grand soutien de la part des russes et cela le conforte dans sa position,

2- Parce que Poutine estime qu’en opérant un coup d’état en Ukraine (voir comment les pro-européens de Kiev sont choyés par les pays occidentaux), l’UE et les USA ont dépassé la ligne rouge qu’il ne fallait pas franchir car il y va de la crédibilité de la Russie en tant que puissance régionale,

3- Parce que contrairement à ce que font croire les journalistes occidentaux, l’armée Russe de 2014 est très différente de celle des années 90 début 2000. Depuis son accession au pouvoir Poutine n’a eu de cesse d’accroître les capacités opérationnelles de l’armée tant du point de vue de la formation que des équipements,

4- Parce que l’industrie militaire russe a retrouvé ses performances d’antan, donc aujourd’hui la Russie dispose d’armement de pointe avec certains matériels qui sont souvent considérés supérieurs à ceux produits en occident (missiles S-400 et S-500, Iglas S, RPG 29 Vampire S connu pour son extraordinaire habileté à détruire les chars les plus blindés de la terre, le Sukhoï Su-37 Terminator doté un radar à balayage électronique N-011M permettant l’accrochage de 15 cibles et d’ouvrir le feu simultanément sur 8 d’entre elles, ainsi qu’un autre dans le cône de queue. Le cockpit est doté d’un manche latéral et quatre écrans à cristaux liquides, sans oublier le Soukhoï Su-47 Berkut etc…). Comme on peut donc le voir ici Poutine sait sur quoi il a son pied posé……

5- Parce qu’a Moscou, ce qui s’est passé à Kiev n’est ni plus ni moins qu’un coup d’état orchestré avec la complicité de l’UE et des USA, donc Moscou ne reconnait pas les putschistes de Kiev comme représentants légitimes du peuple ukrainien,

6- Parce que pour Moscou, l’occident impérialiste et colonialiste cherche à réduire son influence géopolitique et géostratégique. Ce qui pour les Généraux de Moscou vaut tous les sacrifices y compris une confrontation directe avec les États-Unis d’Amérique et leurs alliés,

7- Parce qu’au delà de tout, Poutine sait que l’hiver rude qui sévit en Europe ne permet pas aux pays européens de se passer du gaz russe. 60% du gaz consommé en Europe provient de Russie, donc malgré les apparences Moscou et l’Europe se tiennent par les intérêts économiques car une Europe en difficulté financière ne pourra faire face à une coupure du robinet gazier de Moscou car cela entrainerait une hausse des prix du gaz sur le marché mondial et des difficultés accrues d’approvisionnement pour l’Europe,

8- Parce que perdre l’Ukraine mais surtout la base militaire de la mer noire c’est perdre le seul port qui donne un accès direct aux mers chaudes, c’est donc perdre le contrôle stratégique de voies maritimes vitales pour la Russie,

9- Parce que les Russes ont toujours considéré la Crimée comme un appendice de la Russie et ont toujours agi en conséquence en la peuplant abondamment, ajouté à cela les populations russophones de l’est et du sud est de l’Ukraine et il y là des raisons objectives pour les russes de ne pas renoncer à au moins une bonne partie de l’Ukraine,

10- Enfin parce que Poutine est un officier supérieur des renseignements (Colonel de l’Ex KGB) formé pour combattre l’ouest et il n’a jamais accepté la suprématie occidentale qui a suivi la dislocation de l’URSS, donc pour lui, tenir tête aux États-Unis est loin d’être un caprice. C’est un devoir et il l’accomplira comme cela lui a été enseigné toute sa vie. Il y va de l’estime qu’il a de lui-même et de sa crédibilité en tant que restaurateur de la gloire de la Russie éternelle.

Par Jean-André A. AHIPEAUD

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine