Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 23:49

Communiqué de presse

CODE (Collectif des organisations démocratiques et Patriotiques du Cameroun dans la diaspora):    Le  nouveau bureau exclu Brice Nitcheu.

 

                                             

 

L’opinion nationale et internationale vient de constater que Brice Nitcheu, ancien président du CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora), au mépris de la charte de l’organisation, continue à s’exprimer au nom du CODE en se faisant passer pour son Président alors qu’il a été démocratiquement remplacé lors de l’Assemblée Générale du 20 septembre 2014. Un autre Membre Fondateur (Kadji Elie) a été en effet élu à sa place à la tête du CODE.

D’après sa charte, « Le CODE est une organisation de droit belge, une association sans but lucratif, enregistrée au Moniteur belge depuis le 31 mai 2007 », dont aussi bien les statuts que les noms des administrateurs sont à la disposition du publique. Le fonctionnement de ce type d’associations (qu’on appelle « e.V. » pour « eingetragener Verein » en Allemagne et association loi 1905 en France) est très bien encadré par le législateur, notamment en ce qui concerne les objectifs, les modalités d’acquision et de perte de la qualité de membre, la démocratie interne et l’alternance, c’est-à-dire les modalités d’accession, de gestion et d’abandon du pouvoir interne, le droit de représenter et de signer au nom de l’association, etc. Rien à voir avec les règles de gestion d’un pouvoir coutumier: ici la célèbre expression de l’Empereur Bokassa 1er « la Loi c’est moi » n’a pas sa place. Quel que soit le mérite d’un individu, Empereur d’une asbl, ça n’existe pas.

Monsieur Brice Nitcheu, dans une volonté manifeste de faire diversion, a parlé de tout, sauf de l’essentiel. Sa légitimité.

Par cette mise au point, nous tenons à informer l’opinion camerounaise, les organisations internationales, les chancelleries nationales et internationales, les autorités communales, régionales et fédérales belges notamment le Bourgmestre de la commune de Forest et l’Office des Étrangers en Belgique (Ancien siège du Code), le gouvernement et les agences publiques Britanniques concernées et l'opinion internationale dans un sens large que le Sieur Brice Nitcheu n'a plus droit de signature sur un quelconque document du CODE. Les Administrateurs légaux de l’asbl déclinent toute responsabilité sur tout acte qu’il prendra ou aura pris depuis le 20 septembre 2014.

Le CODE ayant pour objectif de contribution à la mise sur place d'un Etat de droit au Cameroun ne saurait s’accommoder d’attaques personnelles, de campagnes de dénigrement ou d’appels à la violence initiés par Brice Nitcheu. Le CODE a solennellement réaffirmé sa volonté de travailler à un changement systémique au Cameroun dans la Paix et par les Urnes.

Que l’opinion publique nous pardonne d’insister publiquement : la Direction du CODE dénonce les manœuvres d’un autre genre de l’individu et se désolidarise de Brice Nitcheu, qui n’appartient plus à la direction du CODE et donc ne pourrait se prévaloir d’une quelconque qualité pour parler en son nom.

Le CODE invite la presse à recouper toute déclaration qui émanerait de notre organisation par mail à : comitedecoordinationcode@yahoo.fr ou auprès de notre nouveau bureau et aussi de consulter nos changements sur notre blog: http://lecode.canalblog.com/

Pour le Bureau du CODE,

ROUFAOU OUMAROU, Secrétaire à la Communication

Adresse du siège: Chaussée d'Alsemberg n° 95 à 1630 Bruxelles Courriel: comitedecoordinationcode@yahoo.fr

GSM:00 32 (0)483/ 586 057 ou 0032 (0) 499/ 431 764

 

 

Logo du Code

Logo du Code

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:15

CRI PANAFRICAIN : ABEL NAKI est-il un faux Panafricaniste opportuniste ?

 

Chers Patriotes,

 

Un Patriote m'a demande mes impressions a la vue des photos( en bas ce message) d'Abel Naki dans les bureaux d'hamed Bakayoko ce matin.

Je ne suis pas surpris du tout. Je m'y attendais. Pour être honnête avec vous, depuis un certain moment je me méfie d'Abel Naki. Il y'a des signes qui ne trompent pas. Personnellement je n'ai pas confiance au frère. Je pense qu'il est en train de faire des compromissions. Et voila mes raisons de douter de lui. 

 

1)- Abel Naki sort du CRI Panafricain sous le prétexte que ses Camarades Willy Blé, Serges Etchiman et autres de la direction de leur mouvement seraient a son insu allé a une rencontre avec Laurent Dona Fologo a Paris durant une visite de ce dernier la bas. Willy Bla et ses amis accusaient Fologo d'être proche de Ouattara et donc l'émissaire de ce dernier pour demander aux Patriotes de Paris de mettre fin aux marches a Paris.

 

2)- Curieusement c'est plutôt Abel Naki qui décide de transforme son CRI Panafricain en mouvement politique et changer de stratégie en cessant les marches. Willy Bla tout au contraire est celui qui continuer jusqu'a ce jour a organiser des marches a Paris y compris celle du Samedi prochain pour exiger la libération de Gbagbo pendant qu'Abel Naki prend des photos a Abidjan dans les bureaux d'hamed Bakayoko.

 

3)- Abel Naki qui a accuse les autres de vouloir saboter la résistance de Paris est plutôt celui qui a transforme son CRI Panafricain en véritable mafia qui menace sans cesse le groupe de Willy Bla de poursuite en justice si celui ci n'abandonne pas le nom CRI Panafricain. En plus des campagnes d'intox contre Willy Bla, Dr. Marthe Zadi-Coulibaly et d'autres patriotes a Paris et même un jeune Franco-argentin de Bordeaux qu'Abel Naki a fait passe pour un infiltre dans la résistance simplement parce que ce monsieur avait décidé de quitter le mouvement de Mr Naki.

 

4)- Abel Naki depuis la fin de 2012 et le début de 2013 n'organise jamais plus de manifs contre Alassane Ouattara a Paris alors que ce tyran s'y rend au moins une fois chaque mois sinon chaque deux mois. J'ai implore les patriotes de Paris de protester contre Ouattara mais ni Abel Naki, ni WIlly Bla et ni les autres grands organisateurs de marches de Paris osent le protester contre le boucher de Sindou a Paris. J'ai trouve cela très curieux qu'Abel Naki qui pourtant était allé manifeste devant une des résidences de Ouattara en France au début de la crise, garde le silence depuis 2013 contre Ouattara.

 

5)- Abel Naki en visite a Bruxelle fait distribue par ses amis sur les réseaux sociaux la rumeur selon laquelle il aurait été victime d'une tentative d'enlèvement par les hommes d'Alassane Ouattara. La rumeur s'éteint bizarrement d'elle même.

 

6)-Abel Naki, rencontre a Paris Aly Toure, un membre du RDR et cadre du régime Ouattara basee a Londres. Dans un premier temps officiellement a une prétendue cérémonie des Musulmans de Paris a laquelle il serait invite, mais qui est dirige en réalité par Aly Toure qui réside plutôt a Londres et non pas a Paris. Et une seconde fois, lors de la mise en place officielle a Paris d'une organisation dénommée Convergence pour l'émergence en 2020. L'émergence étant le programme politique qui devrait consacrer le succès du règne d’Ouattara en 2020. Abel Naki durant cette réunion ou il est présente comme le représentant des pro-Gbagbo prend s'engage pour l'émergence. Et cette réunion se tient pendant que Ouattara et Hamed Bakayoko séjournent a Paris. Abel naki avait t'il entretemps rencontrer Hamed Bakayoko a Paris pour préparer le voyage d'Abidjan? Seul le concerne pourrait répondre a cette question. 

 

 7)-Abel Naki annonce en Décembre qu'il passerait la Noel a Abidjan, mais attend jusqu'a cette semaine pour finalement rentrer a Abidjan. 

 

8)- Le numéro 2 du mouvement d'Abel Naki en visite aux USA intervient sur une radio internet RDR de Mr. Moussa Diomande, et annonce sur ces antennes que le CRI Panafricain-Abel Naki reconnait désormais Alassane Ouattara comme Président de la République et traite même les pro-Gbagbo d'extrémistes. (cliquez sur le lien pour écouter vous meme: http://rec001.freeconferencecalling.com/mp3/1182372/550382/LA3501_08212014171656257_1170999.mp3).

 

9)- Abel Naki relance les rumeurs de son départ pour Abidjan sur les réseaux sociaux et finit par confirmer son départ et sa présence a Abidjan ce Lundi. 

 

10)- Ce vendredi, le ministère de l'intérieur dirige par Hamed Bakayoko fait diffuser les photos suivantes d'Abel Naki et Hamed Bakayoko tout souriants.

Par Leo GNawa

Abel Naki et Bakayoko homme de main de Ouattara

Abel Naki et Bakayoko homme de main de Ouattara

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 13:58

Ebola : le mensonge généralisé ?

 

Virus EBOLA

Alors que le journal Le Monde parle quotidiennement de « ravages » et de « catastrophe », la réalité est que l'épidémie de virus Ebola reste d'ampleur très modeste.

La presse parle de 1229 morts entre mars et août 2014 sur l'ensemble de l'Afrique, et encore ce chiffre n'est-il pas exact.

Si vous vous rendez sur la page du site de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) traitant du sujet, vous vous rendez compte qu'il y a en fait 788 décès formellement identifiés comme causés par le virus Ebola. Les autres sont des cas « suspects » ou « probables ». [1]

Ce sont bien sûr 788 morts de trop, mais il faut comparer aux 1,2 MILLION de morts causés annuellement par le paludisme [2], ou aux 2000 morts causés annuellement en France par la grippe saisonnière. [3]

Très peu de contagion

Les images de soignants portant des masques et des combinaisons intégrales pour s'approcher des malades suspectés sont insensées et dignes d'un mauvais film de science-fiction.

Car le virus Ebola ne se transmet absolument pas si facilement :

« Il faut un contact direct avec un liquide biologique comme le sang, les selles, les vomissures. Il n'y a aucune transmission par voie aérienne. C'est-à-dire que, lorsqu'une personne parle ou tousse, elle ne répand pas le virus Ebola dans l'air ambiant. » explique le Pr Bruno Marchou, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Purpan, à Toulouse. [4]

Autrement dit, le virus Ebola est comparable au SIDA pour son mode de propagation. Il faut vraiment être au contact du sang ou du liquide biologique du malade pour risquer soi-même d'être contaminé.

Cela veut dire, toujours selon le Pr Bruno Marchou, que le virus Ebola :

« n'atteindra pas le stade pandémique. À Conakry (capitale de la république de Guinée), ils avaient initialement plusieurs dizaines de cas parmi le personnel hospitalier. Ils ont réussi, en appliquant des mesures d'hygiène standard simples, à endiguer la propagation du virus parmi leur personnel. »

Ces mesures d'hygiène n'ont rien de sorcier : « Quand on s'occupe d'un patient, on se couvre les mains avec des gants. Si le patient vomit, il faut aussi se couvrir le visage. C'est le b.a-ba. On fait ça tous les jours. » continue-t-il.

«La mort dans 20 à 90 % des cas »

Sandrine Cabu, de Médecins Sans Frontières, interrogée par Le Monde, explique que le virus Ebola entraîne « la mort dans 20 à 90 % des cas ».

Pourquoi une fourchette aussi absurdement large ?

Parce que le virus Ebola est surtout dangereux quand il est mal soigné. Les personnes meurent de déshydratation ou d'hémorragies mais le traitement consiste alors simplement à hydrater ou à transfuser le patient, pas à lui donner un vaccin ni un hypothétique médicament. Il ne faut pas croire ce que prétend l'industrie pharmaceutique qui aimerait pouvoir vendre aux gouvernements une poudre de perlimpinpin comme elle l'avait fait pour le Tamiflu.

« Les nouveaux médicaments ne sont pas la solution contre Ebola », selon un expert en maladies infectieuses

La solution contre l'épidémie consiste à respecter des mesures simples et de bon sens : hygiène, bonne nutrition, vitamine D, vitamine C.

Selon Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses des Etats-Unis, l'outil le plus efficace contre Ebola est de prodiguer les soins de base aux malades.

« La véritable priorité devrait être de créer des infrastructures médicales dans les pays touchés pour fournir aux malades le soutien médical de base comme l'hydratation et la transfusion sanguine. Cela aura un beaucoup plus gros effet sur la santé que la distribution au hasard de quelques médicaments expérimentaux. » [5]

Selon Thomas E. Levy, auteur d'un article récent sur les remèdes potentiels contre le virus Ebola [6] :

« Jusqu'à présent, il n'y a pas un seul virus testé qui n'ait pas été inactivé par une certaine dose de vitamine C. Un des moyens prioritaires pour détruire le virus, ou programmer sa destruction par le système immunitaire, est d'activer la “réaction de Fenton”. En un mot, cette réaction peut se produire à l'intérieur du virus, dans les cellules où les virus se répliquent et à la surface des virus eux-mêmes. »

Il n'y a donc aucune raison de suspecter le virus Ebola de se transformer brutalement en une pandémie à l'échelle de l'Afrique, et encore moins dans le reste du monde.

Mais il n'y aucun doute que cette psychose peut servir les intérêts financiers de quelques-uns.(la suite ci-dessous)

Annonce spéciale


Guérir d'Ebola avec un vaccin comme du diabète avec une pilule

Les promesses des pilules qui vous guérissent de tout font souvent obstacle à des solutions réelles, naturelles et... beaucoup plus efficaces. Regardez cette vidéo, elle est truffée d'exemples et de conseils simples et prouvés contre le diabète, l'arthrose, les risques d'AVC, l'hypertension, la dépression...


Suite de la lettre de ce jour :

Semer la panique : un business très lucratif

La panique autour du virus Ebola rappelle évidemment la grippe aviaire de 2005 et la grippe porcine (H1N1) de 2009.

Ces deux « pandémies imminentes » ont été l'occasion de manipuler grossièrement les opinions publiques pour justifier la vaccination en masse des populations, qui s'est révélée entraîner de terribles effets secondaires, dont la narcolepsie, un très grave trouble du sommeil. [7]

En 2009, l'Organisation Mondiale de la Santé a prédit qu'un tiers de la population mondiale pourrait être touchée par la grippe H1N1, avec des effets incalculables. La ministre de la Santé Roselyne Bachelot n'avait alors pas hésité à commander 94 millions de vaccins ! Les Français n’ayant été que 6 millions à se faire vacciner, Mme Bachelot avait, dès le mois de janvier 2010, annulé auprès des laboratoires pharmaceutiques la livraison de 50 millions de doses et fait verser par l'Etat en dédommagement près de 48 millions d’euros aux laboratoires. [8]

Quant au fameux médicament antiviral « miracle », le Tamiflu, son effet réel n'est que de réduire la durée des symptômes de moins d'une journée, sans limiter d'aucune façon les hospitalisations. Une étude britannique a conclu que la distribution de Tamiflu contre la grippe H1N1 a eu pour seul effet de... gaspiller 500 millions de Livres sterling.

En effet, la saison de grippe 2009 se révéla finalement moins grave que d'habitude, malgré la présence de la souche H1N1. De plus, de nombreux prétendus cas de grippe H1N1 se révélèrent ne même pas être des grippes mais de simples rhumes, ce qui n'est pas sans rappeler ce cas de virus Ebola à Berlin qui s'est finalement révélé être... une gastro. [9]

Jouer avec le feu

Toutefois, les titres excessifs martelés par la presse sont à mon avis très dangereux :

« Une épidémie absolument pas sous contrôle, sans précédent », Médecins Sans Frontières, le 30 juillet 2014. [10] [11]

« Le virus Ebola continue de dévaster l'Afrique de l'Ouest », Le Monde, 15 août 2014. [12]

« L'OMS décrète une urgence de santé publique de niveau mondial », France 24, le 20 août 2014. [13]

Cette psychose est en train de semer la pagaille en Afrique, où des gouvernements sont ni plus ni moins en train de fermer les frontières, mobiliser les armées pour réprimer les populations, et même isoler sans raison des dizaines de milliers de malheureux, hommes, femmes, vieillards et enfants mis en quarantaine dans un bidonville du Libéria, sans nourriture ni eau. [14]

« Pour espérer contenir l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui fait rage au Liberia (…) le gouvernement prend des mesures draconiennes. Deux quartiers de la capitale, Monrovia, ont été placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire, alors que dans le reste du pays, un couvre-feu a été instauré. », Le Monde du 22 août 2014.

 

"Tirer à vue"

Dimanche 24 août, on apprenait que, au Sierra Leone :

« Le parlement a adopté un projet de loi qui interdit d'héberger des malades. Les contrevenants sont passibles de deux ans de prison. [15] »

Lundi 25 août, pire encore : le gouvernement du Libéria ordonne à ses soldats de "tirer à vue" sur les personnes qui chercheraient à passer la frontière, soit disant pour empêcher l'épidémie de se progager ! [16]

Ces réactions totalement excessives risquent de provoquer une vraie catastrophe humanitaire, bien plus grave que le virus Ebola lui-même.

Des mesures commencent également à être prises contre les Africains au niveau international :

« Au niveau international, les citoyens de ces pays font l’objet d’une quarantaine de plus en plus stricte avec la fermeture des frontières, la suspension des vols de la plupart des compagnies aériennes qui les desservaient, le rapatriement des membres des familles du personnel diplomatique dans ces pays, l’annulation de conférences internationales, la délocalisation d’événements sportifs, etc. » note Rue 89. [17]

En Corée, de véritables réactions racistes éclatent contre les Africains, interdits d'entrer dans certains magasins. [18]

Le mythe du passager infecté dans l'avion

À écouter les autorités et nos journalistes, on croirait qu'une épidémie de virus Ebola peut se déclencher à tout instant en Europe : il suffirait que débarque un Africain touché par la maladie arrivé par avion.

Cette hypothèse est parfaitement irréaliste. Elle ne traduit qu'une ignorance complète de ce qu'est réellement le virus Ebola.

Ne succombons ni à la psychose, ni à une forme de racisme qui ne dit pas son nom.

L'épidémie de virus Ebola ne sera correctement endiguée en Afrique que si toute violence et toute mesure répressive cesse. Qu'on laisse chaque patient être pris tranquillement en charge par un personnel ayant une formation médicale de base, et prenant les mesures d'hygiène évidentes.

N'envoyons ni cargaisons de vaccins en Afrique, ni médicaments. Cela ne servirait qu'à enrichir les laboratoires pharmaceutiques et à provoquer des dégâts bien plus graves par les effets secondaires de ces médicaments.

À votre santé !

Par Jean-Marc Dupuis


******************************

Sources :

[1] Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour

[2] La mortalité due au paludisme plus forte que prévu

[3] Nombre de décès dus à la grippe en France

[4] «Je n'ai pas peur du virus Ebola mais de la panique qu'il va provoquer».

[5] Fauci: New drugs not the best answer for Ebola

[6] Surprising solution for Ebola virus

[7] Des troubles neurologiques rares liés au vaccin anti-H1N1

[8] La grippe h1n1 finit en coûteuse fumée

[9] Alerte au virus Ebola: ce serait en fait une gastro

[10] Ebola: plus de 1.300 cas, 729 décès, 4 pays, une épidémie "sans précédent

[11] Ebola : le Sénégal ferme ses frontières avec la Guinée

[12] Le virus Ebola continue de dévaster l'Afrique de l'Ouest

[13] Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

[14] Ebola : au Liberia, un bidonville coupé du monde

[15] Ebola: la Côte d'Ivoire ferme ses frontières ouest

[16] Shoot-on-sight order in Ebola-wary Liberia

[17] Ebola : ignorance, paranoïa et mise en quarantaine

[18] Ebola : ignorance, paranoïa et mise en quarantaine

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 19:38

Maroc : chasse aux Noirs dans les rues de Tanger avec la complicité de la police.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 00:50

LA MONDIALISATION NÉO-LIBÉRALE, C’EST…

Par Robert Bibeau

 

 Critique de la pensée réformiste néolibérale

Les expressions «néo-libéralisme», «mondialisation», «globalisation», «monétarisation», «financiarisation» et «austérité» sont présentées comme autant de caractéristiques d’un nouveau stade de développement du mode de production capitaliste. Pourtant, l’économie politique de la «mondialisation», de la «globalisation» et de «l’austérité» a été étudiée et décrite par Lénine dès 1916. Par contre, il est justifié d’affirmer que l’économie politique impérialiste moderne est entrée dans une nouvelle phase de développement depuis les années 1968-1973 et la répudiation des accords de Bretton Woods, l’abolition de la convertibilité-or du dollar américain et des autres devises, et l’adoption du régime des changes monétaires flottants (1). C que d’aucuns appellent une «chaîne de Ponzi» économique spoliatrice. Cette nouvelle phase de l’impérialisme ne constitue que l’exacerbation de contradictions déjà présentes dans le capitalisme classique poussées à leurs limites.

D’après les critiques de la mondialisation néolibérale, le mode de production capitaliste commercial (mercantile),reposant sur le commerce et la colonisation aurait évolué vers le capitalisme industriel néocolonial, marqué par le protectionnisme et les barrières tarifaires afin de protéger temporairement les marchés nationaux structurants de la concurrence étrangère. Ce mode de production – ce système économique – a ensuite évolué vers le «néolibéralisme, mondialisé, globalisé, monétariste et financiarisé» que nous connaissons aujourd’hui. Les caractéristiques de ce «nouveau» système économique néolibéral seraient que l’ensemble de l’économie est aujourd’hui accaparé par le secteur privé et une poignée de banquiers (les puissances d’argent, ce talisman) au détriment de l’État-providence défenseur du bien public citoyen. L’État, hier encore juste et équitable – arbitre impartial entre les forces sociales contradictoires (sic) – aurait été usurpé et accaparé par une clique de riches – en collusion – se cooptant, complotant et pervertissant les fonctionnaires – stipendiant les politiciens par des caisses électorales occultes et des pots-de-vin, et s’accaparant de tout le pouvoir politique démocratique (sic).

Les médias dans nos sociétés libres et démocratiques (sic) auraient manqué de vigilance et parfois même ils auraient malencontreusement fermé les yeux sur ces malversations. La mission de l’opposition électoraliste altermondialiste, sociale-démocrate, nationaliste et écosocialiste de la gauche bourgeoise serait aujourd’hui de s’emparer par les bulletins de vote de l’État dévoyé et de réorienter l’appareil étatique et gouvernemental dans la direction de son penchant naturel en faveur de l’équité et de la justice sociale.  Tout ceci n’est que fumisterie réformiste vous l’aurez compris.

Le but ultime de cette opposition civique et citoyenne larmoyante est le retour de l’État providence – symbole des quelques années de bombances où la petite bourgeoisie exultait (2). La petite bourgeoisie, courroie de transmission et «porteuse d’eau» du grand capital, voudrait ainsi conserver ses privilèges (ses chaînes dorées) et ne pas subir les affres du néo-libéralisme mondialisé globalisé. Ce système sans-cœur et prévaricateur qui détruit toutes les bases de «l’harmonie sociale» que le petit-bourgeois a eu tant de mal à crédibiliser aux yeux des ouvriers et des salariés spoliés (3).

« À partir des années 1970, avec la montée en puissance des pensées de Milton Friedman et de Friedrich Hayek le mot néo-libéralisme prend un autre sens. À partir de Michel Foucault, le néolibéralisme est alors présenté comme une technique de gouvernement, une politique économique et sociale étendant l’emprise des mécanismes du marché à l’ensemble de la vie. Friedman et Hayek sont désignés en France comme en étant en grande partie les inspirateurs bien qu’ils ne se soient jamais réclamés du néolibéralisme, mais seulement du keynésien, et limite voire supprime l’intervention étatique. Le contexte économique marqué par la fin du système de Bretton Woods relance les discussions entre écoles économiques et leur intensité a contribué à populariser ce terme » (4).

Les idéaux et les principes du réformisme néo-libéral

Les termes « néolibéralisme mondialisation globalisation monétarisation  financiarisation » désignent aujourd’hui un ensemble d’orientations  idéologiques, économiques et politiques d’inspiration réformistes et opportunistes qui partagent plusieurs idées communes :

  • Le courant de pensée néolibéral dénonce l’aspiration d’une portion des intellectuels bourgeois qui s’opposent de bon droit à « l’austérité » et espèrent illusoirement le maintien de « l’État-providence » en déliquescence. Il dénonce les jérémiades pour un accroissement des interventions gouvernementales dans l’économie sous forme de règlementations. Il  dénonce le maintien de charges fiscales pour les entreprises privées concurrentielles et « déficitaires » (sic). Ils dénoncent la prise de contrôle d’entreprises privées par l’État « socialiste », entreprises qui devraient, selon les intellectuels néolibéraux, être rétrocédées au secteur privé, dès que renflouées avec l’argent public. Ce à quoi s’opposent les petits-bourgeois altermondialistes et pseudo-socialistes, au motif que ces entreprises étatiques rentables profiteraient aux contribuables.
  • Le courant de pensée néolibéral fait la promotion de l’économie de libre marché au nom de la liberté de l’agent économique producteur et de l’acteur économique – consommateur et au nom de « l’efficacité » économique de la libre entreprise  concurrentielle et monopolistique (sic). Argument des plus ludiques quand on observe la crise économique structurelle et systémique qui n’en finit plus de démontrer l’inaptitude de la libre entreprise capitaliste à survivre sans guerre génocidaire, sans crises financières, sans famine endémique, sans pandémie meurtrière et sans cataclysme. La gauche bourgeoise devrait être suffisamment avisée pour réaliser que le libre marché et la libre concurrence n’existent pas sous l’impérialisme monopolistique.
  • Le courant de pensée néolibéral prône la dérégulation et la dérèglementation des marchés qui devraient se réguler par les forces et les lois naturelles du marché « libre » et le jeu de la libre concurrence. Les réformistes rétorquent que trente années de dérèglementation-dérégulation ont entraîné l’intensification de la corruption, de la collusion, du pillage des administrations publiques; l’accentuation de la fraude fiscale; l’extension de la spéculation boursière; la dérive monétaire et bancaire; la destruction des services publics; la multiplication des empoisonnements alimentaires; la profusion des accidents ferroviaires, aériens, routiers, maritimes et pétroliers; l’extension des guerres régionales; ainsi que l’anarchie totale de l’économie. Tout ceci est véridique, mais il est tout aussi vrai que ces tendances sont inscrites dans le code génétique de l’impérialisme et ne peuvent être enrayées en restant au sein de la calamité.
  • Les idéologues néolibéraux défendent l’austérité et aspirent à la disparition du secteur public au bénéfice du secteur privé dans les domaines rentables et profitables. Évidemment, la classe ouvrière n’acquiesce nullement à ce salmigondis ubuesque. Le militant vigilant perçoit rapidement que les pouvoirs  sont indifférents à ses atermoiements véhéments. Seule une opposition très musclée comme la grève générale illimitée pourra contrecarrer les décisions arrêtées en haut lieu.
  • Les intellectuels néolibéraux exigent que les secteurs d’activités économiques de production, de distribution et des services publics non profitables soient abandonnés s’ils ne sont pas essentiels à la reproduction élargie du capital. Ou alors qu’ils soient mis à la charge de l’utilisateur-payeur libérant ainsi du revenu gouvernemental pour augmenter les subventions aux entreprises privées sous prétexte de « stimuler l’économie », de créer des emplois (très lourdement subventionnés, précaires et éphémères) et pour rembourser aux banquiers la dette souveraine ayant totalement échappé au contrôle gouvernemental des majordomes du capital.

 

D’un commun accord tous s’entendent pour que les budgets étatiques soient impérativement mis au service du grand capital pour sa reproduction élargie. Ce détournement des argents des régimes de pension, des dépôts bancaires, des crédits publics, qui dorénavant ne passeront plus par un processus d’essaimage généralisé (aide sociale, allocation familiale, garderie subventionnée, transport en commun, logement subventionné, soins de santé, éducation et services publics vilipendés), mais s’engouffreront directement dans les goussets des monopoles et des milliardaires. Au Canada, le chantage des entreprises forestières et des alumineries exigeant une nouvelle baisse des tarifs d’électricité, déjà sous-facturée, est une manifestation authentique de cette dictature impérialiste sur la gouvernance publique (5).

Les critiques du « néolibéralisme » geignent que ce faisceau de mesures d’austérité et de désengagement des gouvernements accroit les inégalités sociales; déstabilise le tissu collectif citoyen; compromets la paix civique; pille les ressources naturelles et déséquilibre l’État dans ses pratiques juridiques en l’engageant « trop fortement » du côté des possédants, lui retirant son verni terni « d’arbitre juste et impartial » au-dessus des classes sociales. Il est pourtant excellent que ces sépulcres capitalistes blanchis soient mis au pilori et que l’on découvre les dents cariés de ces affidés désespérés  (pour demeurer dans ces péroraisons à propos de dentiers et d’édentés).

Le laisser-faire « dirigiste » néolibéral. 

Contrairement à ce que l’on prétend, loin de « laisser faire », l’État intervient constamment et de plus en plus vigoureusement pour organiser et soutenir la reproduction élargie du capital. D’abord, pour assurer la valorisation (plus-value et profits) du capital qui est la condition de base de la reproduction du système d’économie politique impérialiste moderne. La  mondialisation néo-libérale globalisée caractérisée par l’austérité et la non-intervention de l’État n’est que mensonge et duperie qu’accréditent les organisations de la gauche bourgeoise par leurs dénonciations du pseudo désengagement de l’État. Il n’y a jamais eu de désengagement de l’État. Il y a simplement des mesures d’austérité et de réorientation des engagements de l’État directement en faveur du capital sans passer par aucun intermédiaire ce qui ralentit le mouvement de circulation du capital.

Chaque jour l’État se désengage des services publics et réduit ses dépenses destinées à la reproduction de la force de travail et au soutien social. Cependant que chaque jour l’État-providence pour les riches transferts les deniers publics ainsi épargnés en direction des programmes de soutien destinés aux capitalistes (au Québec, on dénombre 2 300 programmes de subventions aux entreprises distribuant quelques milliards de dollars en subventions aux entreprises – vérifiez chacun dans votre pays impérialiste et vous y trouverez la même panacée) afin d’assurer la reproduction élargie du capital dont l’État maintenant policier est le commandeur universel, l’état-major de la classe possédante et ceci quelle que soit la fraction de la bourgeoisie qui contrôle le pouvoir politique du pays (6).

 

 

LA SEMAINE PROCHAINE :  L’économie «réelle» en guerre contre l’économie «virtuelle»

COMPLÉTEZ VOTRE LECTURE AVEC CE VOLUME http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 00:40

Cuba nous envoie 165 médecins et infirmiers  pour lutter contre Ebola et lesUSA 3000 militaires

 

 

Pendant que Cuba nous envoie 165 médecins et infirmiers (la plus forte aide jusqu'alors), voilà ce que font les prédateurs. C'est ici l'occasion de rappeler que c'est Fidel Castro qui a mis fin à l'apartheid pendant que les autres collaboraient hypocritement avec malgré l'embargo qu'ils ont prétendu.

 

Ebola : Obama va envoyer 3.000 militaires en Afrique de l'Ouest

Par La Voix de la Russie | Le président Barack Obama va annoncer mardi l'envoi de quelque 3.000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour participer à la lutte contre le virus Ebola, selon un haut responsable américain, rapporte l'AFP.

M. Obama doit présenter son plan d'action lors d'une visite au siège des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), à Atlanta (sud).

L'essentiel des efforts américains seront concentrés au Liberia, l'un des trois pays les plus touchés par le virus avec la Sierra Leone et la Guinée.

 

Cuba nous envoie 165 médecins et infirmiers  pour lutter contre Ebola et lesUSA 3000 militairesCuba nous envoie 165 médecins et infirmiers  pour lutter contre Ebola et lesUSA 3000 militaires
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 13:06
Forum des femmes

Forum des femmes

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 13:01

La Sous-section Ile de France de la Ligue Panafricaine - UMOJA (LP-U)

vous invite à son Café UMOJA mensuel sur le thème :

 

CENTRAFRIQUE ?

UNE GUERRE NEOCOLONIALISTE

OU LES ENJEUX D’UNE GUERRE PREFABRIQUEE

 

Le samedi 20 septembre 2014, de 15 h à 19 h à la Librairie Tamery

19 rue du Chalet métro Belleville.

Participation : 5 € avec 1 conso offerte

 

 

Le Café sera animé par :

 

Henda Diogène SENNY,

Secrétaire Général de la LP-U

 

Alain-Pascal GOUMBA ,

Membre du Bureau Politique Provisoire de la LP-U

 

 

Seront abordés :

  • la disparition mystérieuse de Boganda
  • la liquidation de l’aile nationaliste et panafricaniste
  • l’opération Barracuda contre Bokassa
  • le multipartisme ou la capitulation souverainiste
  • le chaos ou l’échec du collaborationnisme de l’élite politique
  • la solution panafricaniste…

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 19:57

Frappes américaines en Syrie: Moscou met Obama en garde

 

Des frappes américaines contre l'Etat islamique en Syrie décidées sans l'aval de l'ONU constitueraient une "violation grossière" du droit international, a estimé jeudi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"Le président américain a annoncé la possibilité de frappes sur les positions de l'Etat islamique en Syrie sans l'accord du gouvernement légal (le régime de Bachar al-Assad)", a déclaré Alexandre Loukachevitch.

"Une telle initiative en absence de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU constituerait un acte d'agression, une violation grossière du droit international", a ajouté M. Loukachevitch lors d'un point de presse hebdomadaire de la diplomatie russe, soutien traditionnel du régime syrien.

Le président américain Barack Obama a annoncé mercredi un plan visant à éradiquer l'Etat islamique (EI). "L'objectif est clair: nous affaiblirons, et, à terme, détruirons l'EI", "une organisation terroriste qui n'a d'autre vision que le massacre de tous ceux qui s'opposent à elle", a affirmé M. Obama mercredi soir.

Source : La Libre.be

Barak-Poutine

Barak-Poutine

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 19:48

Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

 

Le Département d’État a reconnu que l’équipage du destroyer USS Donald Cook est gravement démoralisé depuis qu’il a été survolé en Mer Noire par un avion russe de combat Sukhoï-24 (Su-24) qui ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un dispositif de guerre électronique.

Cliquer

http://www.youtube.com/watch?v=32VJkmx6ZgI

 

ur cette vidéo, le destroyer USS Donald Cook arrive en Mer Noire pour prendre position à proximité des eaux territoriales de la Russie

Le 10 avril 2014, le destroyer USS Donald Cook arrivait en Mer Noire et le 12 avril un bombardier tactique russe Su-24 survolait ce vaisseau au cours de l’incident qui, d’après plusieurs medias, aurait totalement démoralisé l’équipage du navire US, à tel point que le Pentagone a émis une protestation [1].

L’USS Donald Cook (DDG-75) est un destroyer lanceur de missiles de quatrième génération dont l’arme fondamentale sont les missiles de croisière Tomahawk, ayant une portée maximale de 2 500 kilomètres et étant capables de porter des ogives nucléaires. Dans le cadre d’une mission de routine, l’USS Donald Cook est porteur de 56 Tomahawk mais en configuration d’attaque il est muni de 96 de ces missiles de croisière.

Ce destroyer US est équipé du système de combat de dernière génération Aegis. Il s’agit d’un système intégré capable de relier entre eux les moyens de défense antimissile de tous les navires où il est embarqué créant ainsi un grand réseau qui garantirait la détection, la poursuite et la destruction de centaines de cibles en même temps. L’USS Donald Cook est muni aussi de 4 énormes radars, dont la puissance est comparable à celle de plusieurs stations. Pour assurer sa protection, il est porteur en plus d’une cinquantaine de missiles antiaériens de divers types.

Or, le Su-24 russe qui survola l’USS Donald Cook ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement une nacelle, installée sous son fuselage, qui, selon la publication russe Rossíyskaya Gazeta [2], contenait un dispositif russe de guerre électronique dénommé Jibiny.

Quand l’avion russe a entamé la phase d’approche, ce dispositif de guerre électronique aurait inutilisé tous les radars, circuits de contrôle, systèmes de transmission d’information, etc. embarqués à bord du destroyer US. Autrement dit, le tout-puissant système Aegis, aujourd’hui incorporé – ou en phase d’installation – aux systèmes embarqués de défense des navires les plus modernes de la OTAN, a été tout simplement déconnecté comme un poste de télé qu’on éteint avec une télécommande.

Le Su-24 russe a ensuite simulé une attaque au missile contre l’USS Donald Cook, déjà rendu littéralement sourd et aveugle. Comme s’il réalisait un exercice d’entraînement, l’appareil russe – non armé – a répété la même manœuvre d’attaque au missile à 12 reprises avant de s’éloigner du destroyer US de quatrième génération.

Après cela, l’USS Donald Cook a tout de suite mis le cap sur un port en Roumanie.

Depuis cet incident, qui reste soigneusement occulté par la presse atlantiste malgré le foisonnement de commentaires parmi les spécialistes du secteur de la défense, le navire US n’a plus approché les eaux territoriales russes.

Selon quelques media spécialisés, 27 marins de l’USS Donald Cook auraient demandé à être relevés du service actif.

Le directeur du centre de recherches sur la guerre électronique et d’évaluation des moyens dits de « réduction de la visibilité » de l’Académie de l’aviation militaire russe, Vladimir Balybine, a émis le commentaire suivant :

« Plus un système radio-électronique est complexe, plus simple il devient d’interrompre son fonctionnement par l’utilisation de moyens de guerre électronique. »

Cliquez

http://www.youtube.com/watch?v=FL-HecSCjg0

Vidéo de présentation du système états-unien Aegis. Actuellement embarqué sur les navires de guerre les plus sophistiqués de l’US Navy et en cours d’incorporation à la panoplie des forces navales de l’OTAN, ce système de défense antimissile aurait été totalement neutralisé en Mer Noire par un système russe de guerre électronique.

Source :Réseau voltaire

Destroyeur USS

Destroyeur USS

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine