Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 18:17

L’électrocardiogramme à distance, c’est désormais possible grave à l’invention d’un jeune Camerounais. Arthur Zang, ingénieur de formation.

 

CardioPad demo: La première tablette médicale Africaine

      


  http://www.youtube.com/watch?v=iXYDAxEahWs&feature=player_embedded

 

Arthur Zang, ingénieur camerounais de 24 ans, a conçu la première tablette tactile africaine à usage médical : Cardiopad. Au Cameroun, on compte une trentaine de cardiologues pour 20millionsd’habitants.La situationdansleszonesruralesest encore plus inquiétante, car ces spécialistesnes’yrendentpastoujours, ­préférant s’installer dans les métropoles. Dans les rares hôpitaux dotés d’un service de cardiologie, les files d’attente sont interminables, et il n’y a pas toujours le ­matérieladéquatpourlediagnostic. Conséquence : des milliers de Camerounais meurent chaque année d’accidents cardio-vasculaires ou de toute autre maladie liée au cœur faute de soins. Face à ce constat, Arthur Zang, 24 ans, ingénieurengénieinformatiqueet diplômé de l’Ecole nationale supérieure polytechniquedeYaoundé,adécidé d’agir. Son stage académique à l’hôpital général de Yaoundé en 2010 y a été pour beaucoup. Le jeune homme a donc conçu une tablette tactile : Cardiopad.



Dans
unpremiertemps,cette tablette fait transiter les fréquences ­cardiaques du malade [captées par un terminal spécialement conçu] vers des serveurs,ellessontstockéeset­traitéesavantd’êtretransmisesau ­cardiologue via le réseau GSM. Le spécialiste détient aussi un Cardiopad, sur lequel il reçoit les résultats, les interprète et prescrit une médication. Une encyclopédie de maladies cardio-vasculaires est intégrée à l’appareil pour aider le cardiologue à faire son diagnostic.

Ainsi, un patient du village de Gado, dans l’est du pays, à des centaines de kilomètres de Yaoundé et de Douala, n’aura pas à se déplacer vers la ville pour consulter. Le prototype est un écran tactile de 10 pouces [25 cm] Toutefois, l’ingénieur indique qu’il peut avoir plusieurs tailles. Combien coûtera le Cardiopad ? “Il ne sera pas trop cher. En général, les appareils médicaux sont très onéreux. L’électrocardiographe, par exemple, n’autorise pas le transfert des résultats cardiaques ni leur sauvegarde. Il permet juste de les analyser et de les imprimer et coûte au minimum 2 millions de francs CFA [3 000 euros]. Cardiopad sera beaucoup moins cher”, explique l’inventeur.

Présenté à la compétition internationale Imagine Cup 2011 aux Etats-Unis, ce projet, ainsi que le détaille Fatimatou Sow, responsable des relations publiques de Microsoft Afrique, s’est classé premier dans la catégorie “développement embarqué”.
Lacompétitionréunissaitles meilleures écoles des pays avancés en matière de technologie, tels que la Corée du Nord, le Japon, l’Inde, la Chine ou encore les Etats-Unis. Mais, parce qu’il n’a pas eu de challengers dans cette ­catégorie en Afrique, le projet n’a pas été retenu pour la finale, qui avait à la clé un prix de 100 000 dollars [75 000 euros]… Il faut absolument un concours régional pour être sélectionné, explique Arthur Zang. Et les Africains engagés dans cette compétition avaient tous opté pour la catégorie “conception logicielle”, moins compliquée que celle dans laquelle Arthur Zang avait choisi de concourir.

Actuellement, le jeune homme est en quête de financement pour concrétiser son projet : doter toutes les régions du Cameroun de centres de télécardiologie. “Avec
25000ou30000euros,jepeux ­produirevingtouvingt-cinqtablettes ­Cardiopad.CertainsCardiopadseront ­destinés aux cardiologues et d’autres iront dans les centres de télécardiologie de chaque région. Donc, avec ce montant, je peux couvrir la totalité du territoire camerounais”, explique-t-il. Contrairement aux tablettes tactiles occidentales, qui servent à communiquer avec des proches, à travailler ou encore à frimer, Cardiopad, première tablette tactile camerounaise et africaine à usage médical, est destiné à sauver des vies humaines.

Source: www.courrierinternational.com

 

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 17:59

Laurent Gbagbo au TPI a prouvé qu'il était un grand homme, les magistrats n’osent pas le regarder. Tous ont la honte de leur vie.


 


 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=TKWK_oX1xlE&feature=share

 

 

Golf2 Le fils de Laurent Gbagbo

 

 

 

Desire TagroDesire TAGRO, ministre de l'interieur de Cote d'Ivoire

 

 

Communiqué de presse 

Grande marche de soutien au Président Gbagbo et contre la CPI le 10 décembre à la Haye.


 Ivoiriens, Ivoiriennes, Africains, Amis de l’Afrique et de la souveraineté des peuples
 Le CPAD et toutes les structures de la résistance ivoirienne et africaine vous invitent tous à la Haye le 10 décembre 2011 à partir de 12H pour dénoncer la colonisation politique et juridique de l’Afrique à travers la CPI et dire au président Laurent GBAGBO, digne fils de l’Afrique qu’il ne sera jamais seul dans son combat.
 Prenez dès à présent toutes les dispositions pour ne pas rater cet évènement historique ! Prenez contact dès à présent avec toutes les coordinations CPAD et les différentes structures patriotiques de vos pays respectifs. De plus amples détails suivent.
 La lutte continue jusqu’à la victoire finale.
 Email : contactcpad@yahoo.fr
 Facebook : comité de pilotage des actions de la diaspora
- Made Gueu:         07533803231(Pour le comite des Patriotes)
- Appolos Dan The:   07919598149
- Rachelle Djah:     07944930891(Pour l'Alliance des Femmes Patriotes)
- Victoria Akichi:   07947510892 (Mary's Foods-Peckham)
- Marie-Odile Adissa:07950981675 (Yop City Peckham)
- Sidonie Kouabo:    07961777533
- Rose Zouzoua:      07915648443

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 22:37

Défi de reconstruction sociale ou de spoliation oligarchique ?...

  simiol-copie-1  

                                                     photo60

                                                                Nombre de jours en captivité  : 1

      Face à toute problématique, il convient de poser les bonnes questions, afin de trouver les bonnes réponses qui conduisent aux vraies solutions n’est-ce pas ?... 

 L’installation spectaculaire du nouveau régime par l’intervention militaire de la France, suite à un contentieux électoral opposant le résultat de la cour constitutionnelle (juridiction suprême, symbole de la souveraineté du peuple) à celui d’une communauté internationale vouée au maintien du pacte colonial et favorable au nouveau président, dessine clairement les motivations du pouvoir mis en place. Si les motivations de ce pouvoir sont d’assurer à la France le contrôle des ressources stratégiques et agricoles du pays, ce scénario d’interventionnisme post-électoral inédit, incluant la tragédie d’un peuple absolument rompu au pacte néocolonial, traduit toute la complexité de la crise ivoirienne.  

 Le nombre de prisonniers politiques de morts et de réfugiés comptés par milliers, traduisant le drame d’un peuple considérablement formé aux idéaux souverainistes du président déchu, emprisonné et en attente des instances de la cour pénale internationale, fait de la question de la réconciliation une problématique assez lourde, voire impossible de résolution dans de conditions défavorables. Par conséquent, cette impasse perceptible dans le processus de réconciliation, fait de la question de la justice, le point névralgique de la situation actuelle de la crise. Une crise qui, submergée par la désinformation, se refuse toujours de dire son nom, afin de dissimuler les besoins de crimes inassouvis et permanents du régime en place, face à son grand défi de spoliation néocoloniale.  

 L’absence d’une réelle volonté de réparation, dans une recherche sincère du pardon, mêlé à la désinformation machiavélique qui garantit l’impunité et traduit toute l’arrogance face à la tragédie d’un peuple meurtri au plus profond de son âme, l’impunité même de cette tragédie permanent, fausse littéralement les bases de la question de la justice liée à la réconciliation.

 Dans ce triste constat du degré de perversion des mécanismes de l’ordre social : justice, système médiatique, principes démocratiques etc… Il n’est absolument pas erroné de pointer la confusion qui règne dans la conscience collective, quant aux questions de savoir qui doit réparer quoi ? qui doit se faire pardonner par qui ? qui doit être jugé de quoi et  par qui ?...  Aussi cruciales qu’elles puissent être, ces interrogations empreintes d’exigences de vérité et de justice, planent malheureusement dans la vacuité intellectuelle d’une opinion internationale littéralement aliénée par la désinformation.

 Si nous partons de l’évidence que la crise ivoirienne s’inscrit dans la logique d’une guerre néocoloniale et que les milliers de morts et de sinistrés ne sont que des victimes directes ou indirectes de l’interventionnisme français, il n’y aurait-il pas là lieu avant tout de soumettre les exigences de la réparation et du pardon à l’Etat  français, voire même toute la nation française ?

 Bien sûre, nous sommes tous bien loin de nous imaginez un seul instant que la France, comme un individu dans un quelconque élan humaniste, se défasse de ses ambitions néocoloniales pour se prêter au jeu de la réparation et du pardon, imprégnée Ô Bonté Divine de sa bonne foi… Et si cela devrait être le cas, n’est-ce pas qu’elle profiterait de sa démarche repentante pour reconnaître aussi ses crimes de Novembre 2004 à l’hôtel Ivoire et sur le pont Général De Gaule, les sinistres du coup d’état de 2002 et de la répartition du pays en deux ?... Et plus loin à l’échelle continentale : le génocide rwandais, la guerre du Biafra, l’assassinat de Thomas Sankara, de Patrice Lumumba, Olympio Sylvanus, le traumatisme des populations dans les régimes dictatoriaux de la françafrique ?... Et encore plus loin : la traite négrière, les crimes liés à la lutte pour la liberté des esclaves noirs, la guerre de l’indépendance d’Haïti…  Un bilan non- exhaustif  de tragédies qui résument le fondement même de l’hégémonie de ce pays dit des droits de l’homme.

 Malheureusement ce rêve de repentance est à des années lumières de la réalité. La France comme une chimère vampirique aux appétits voraces et insatiables a encore et encore besoin de sang. Elle doit s’y nourrir pour affirmer sa « gloire moribonde » et cracher le feu de son arrogance aux visages estampillés du sceau de la soumission. L’Afrique et ses enfants constituent la proie la plus facile et la plus fertile. Il serait plutôt idiot de s’en priver.   

 

Quelle justice ?

 

Si les slogans dialogue, vérité, réconciliation sont à l’ordre du jour de la nouvelle administration ivoirienne, il est bon de savoir où se situe la justice favorable à la réparation des crimes, étape préalable à toute forme de réconciliation. Mais si la libération du président Gbagbo représente le seul moyen de rendre le dialogue social possible, alors qu’il est en attente des instances de la Cour Pénale Internationale, on pourrait se grincer les dents à se demander de quel dialogue veut parler Mr Alasane Ouattara ?... De quelle vérité, de quelle réconciliation ?...

 

Faute de lieu de crime sur son peuple, après d’épuisantes années de résistance à ce qui ressemble plutôt à un complot international acharné contre sa politique progressiste, l’ex-président de la République de Côte d’Ivoire attend d’être traduit en justice pour crime économique, ayant miraculeusement échappé à la mort, suite à des attaques militaires de la France « sarkoziste », en appui à des rebelles « ouattaraistes » désorganisés…

 

Résumé d’une situation de crise qui donne froid au dos, au vu du nouveau virage que prend le sens de la justice dans le monde. A l’heure ou j’écris ces lignes, j’apprend que le Guide libyen, le colonel Mouammar Kadhafi vient d’être renversé et sauvagement lynché par des rebelles désorganisés du Conseil National de Transition (CNT), soutenus par les forces de l’OTAN… Même scénario d’attaques légitimées par un processus de diabolisation intensive contre un régime progressiste désobéissant. A la seule différence que le miraculé président ivoirien doit maintenant faire face à une justice aux turpitudes inédites. Un système judiciaire mondial qui permet de mettre le bourreau à la place de la victime. 

 

Komandant Simi OL

Artiste-musicien

 


Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 22:16

COMPRENDRE L’INCULPATION DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO PAR LA CPI.
Pougala-copie-1

 Comment comprendre l'inculpation du Président Laurent Gbagbo de Côte d'Ivoire par la Cour Pénale Internationale ? Je vous mets ce petit passage extrait du nouveau livre en préparation qui reprend tous les articles et Editoriaux que je publie régulièrement et qui sera dans vos librairies en Français et en Anglais dès le début d'année :

"Dans l'empire Romain, le mot "Dictateur" désignait un Magistrat souverain qu'on nommait dans des circonstances critiques pour rétablir la paix. Aujourd'hui, ce mot désigne un chef qui exerce un pouvoir absolu et de façon arbitraire. Dans les deux cas, que ce soit dans la période de l'empire romain que de nos jours, il y a une condition commune, c'est que le "dictateur" a un pouvoir souverain et ensuite qu'il a la liberté de l'exercer. Le vrai dictateur a un cahier de charges, il a une vision qu'on peut partager ou non, mais il a un idéal de société et c'est pour atteindre cet idéal qu'il est certainement obligé de passer par des raccourcis détestables. On l’a vu en Russie avec Staline, en Chine avec Mao.

Ceux qu'on désigne pour "dictateur" en Afrique ne correspondent jamais à ce cas de figure, puisqu'il ne bénéficie de cette dénomination que le jour où il décide finalement de cesser de s'occuper des lobbys occidentaux pour s'occuper de son peuple; que lorsqu'il décide de remettre en question le statu quo des contrats injustes d'exploitation des ressources minières de son pays.

En Afrique, les présidents décrits comme démocrates et aimés par l'Occident sont ceux qui baissent leur culotte à cet Occident, comme l'a dit l'ancien Président Lula aux Chefs d'etat Africains lors du
sommet de l'Union Africaine a Malabo, en Guinée équatoriale en Juillet 2011. Tant qu'un Président Africain baisse son pantalon et laisse l'occident faire tout ce qu'il veut, il peut faire 100 ans de pouvoir, jusqu'à ce que l'Alzheimer l'immobilise et ensuite il cède sa place à son fils, l'Occident continuera à applaudir à dix doigts.

A sa mort, il aura des chefs d'état occidentaux à ses funérailles, pour avoir bien servi les intérêts autres que ceux de son pays. Celui-là, qu'il soit issu d'un coup d'état bien préparé et financé par
Paris ou Londres, peu importe, il est un "démocrate", sa pléthore de conseillers occidentaux qui l'entourent sont là pour l'acclamer dans le monde entier, pourvue qu'il tienne la culotte toujours baissée. Et si par malchance il quitte le pouvoir avant, il peut toujours se réfugier en Occident, dans sa "Normandie Natale" ou présider une organisation bidon dans tous les cas, il sera toujours très bien
remercié pour services rendus.

A l'inverse, dès lors qu'il remet en cause les accords qui lient son pays à un certain nombre de sujets avec l'Occident, c'est son arrêt de mort. Le système a préparé pour lui toute une armada d'options qui ne lui laisse aucune porte de sortie honorable : d'abord des Africains pour le combattre et lorsque cela ne suffira pas, il y a la Cour Pénale Internationale et le Tribunal Pénal International pour finir letravail, quand ce ne sont pas les bombes de l'OTAN pour le tuer (...)
"La Suite dans le "Manuel de Géostratégie pour l'Afrique" sortie
Février 2012 - Edité par l'Institut d'Etudes Géostratégiques" Genève
(Suisse).

30/11/2011

Jean-Paul Pougala
Ecrivain Camerounais et Analyste Géostratégique
www.pougala.org

 

                                                                                                                                                   photo60

                                                                                              Nombre de jours en captivité  : 1

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 22:12

 

photo60

                                                           Nombre de jours en captivité  : 1

 

Enlèvement du président Gbagbo :

Communiqué de presse

Du Comité contre l’ingérence étrangère 

 en Côte d’Ivoire

Pour protéger le président Laurent Gbagbo contre l’injuste CPI, le Mouvement Panafricain lance un appel à un sitting devant la cours pénale internationale de l’Haye jusqu'à la libération du président élu de Cote d’Ivoire Laurent Gbagbo.

Restons sereins, vigilants, et toujours motiver. Laurent Gbagbo nous l'a démontré, sous les bombardements il est serein et digne, déporté comme au temps de l'esclavage, il nous l'a démontré, alors préparons-nous à démontré au monde entier du jamais vu. Préparons nos tentes, nos charbons et nos couvertures en polaire, e, plaid, pour rester debout devant la CPI jusqu'à la libération de notre président et nous rentrons en Côte d'Ivoire avec triomphe et gloire. Organisons-nous à envahir la CPI, Laurent Gbagbo l'a dit à ses avocats, ils (les patriotes, FPI/LMP et résistants) savent ce qu'ils ont à faire. Nous Africains, Ivoiriennes de toute l'Europe et d'Amérique, peuple Noir du monde digne et fier levons contre cette injustice. 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 02:21

Eto’o Holding :Eto’o Telecom SA et Sef Distribution SA voient le jour au Cameroun.

Samuel_Eto-o.jpg

 

                      Selon un communiqué paru au quotidien Cameroon Tribune le 22 novembre 2011 dans la rubrique Annonces légales, l’on apprend l’enregistrement de la société Eto’o Telecom SA par l’étude de Me Marceline Enganalim, notaire. Une société anonyme au capital de 100 millions de francs Cfa dont le siège est à Douala. « Suivant divers actes du 11 août 2011, reçu par le notaire susvisé, dûment enregistrés, avis est donné par les présentes

de la constitution de la société susmentionnée avec des caractéristiques ci-dessus : Durée : 99 ans. Objet : l’étude, la conception, la localisation, le conseil, l’importation, l’exportation, l’exploitation, la vente, la revente, la représentation, toute autre prestation dans le domaine des services, des équipements ou des réseaux dans dans le secteur de l’informatique, des télécommunications, de la télédistribution », indique l’annonce.

Pour la gestion de cette société anonyme, Samuel Eto’o Fils assure la présidence du conseil d’administration et Gueret Charles René Pierre, la direction générale. René Libong et Ngue Remy Emmanuel du cabinet Kpmg Afrique centrale sont respectivement nommés commissaires aux comptes et suppléant. Eto’o Telecom a trois administrateurs : Kaldjob Gabriel Parfait, le Pca et le Dg. Ils vont tous officier pour un mandat de deux ans.

Le goléador camerounais formalise ainsi l’annonce faite au ministre des Postes et Télécommunications, Jean-Pierre Biyiti bi Essam, qu’il avait rencontré en septembre dernier. A l’issue de cette rencontre, le Minpostel avait indiqué dans un communiqué qu’ : « au cours de l’audience, la star de football a déclaré être venue signifier au ministre, son intention d’investir dans le domaine des télécommunications, comme Opérateur de téléphonie virtuel. Le ministre des Postes et Télécommunications, a loué cette initiative qui, selon lui, va contribuer, d’une part, à réduire la fracture numérique dans notre pays, et d’autre part, à faire baisser les tarifs des communications ». Le ministre lui avait alors indiqué qu’il lui apportera tout son soutien.

Par ailleurs, dans le même journal, l’on apprend aussi la création de la Société Sef Distribution. Son Pca est Samuel Eto’o Fils et son Dg, Tra Bi Tha Yves Raphaël. Dotée d’un capital de 10 millions de francs Cfa, cette autre société a pour objet : « commerce général, achat, vente, distribution des boissons et des autres produits alimentaires, importation et exportation, représentation, prestations de services ».

Source : ticmag.net

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 01:38

 

photo60

 

Le transfert du président Laurent Gbagbo à la CPI (Cour pénale d’injustice Internationale) signifie t-il que les France-Africains impliqués dans sa séquestrations ne veulent pas de la paix en Côte d’Ivoire ? Quel acharnement ? et quelle injustice que nous vivons en clair et en direct en ce siècle de tous les dangers. Ivoiriens, Africains l’heure du réveil a sonnée.   

 

 

 

C’est lui Le Temps pagequ’on doit envoyer à la CPI si il existait une justice en ce bas monde.

 

Pourquoi ?

Duekoue.jpgDUEKUE

Crime2.jpg

Duekue14.JPG

La Liste est Longue...

 

Source: Neuron News

  

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 01:20

QUI A PEUR DE LAURENT GBAGBO? / WHO IS AFRAID OF LAURENT GBAGBO?

 

           


 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=ucpQW17lTfY&feature=channel_video_title

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 01:14

 

Pourvoir rebelle, ethnicisé, imposteur et impérialiste en Côte d’Ivoire : Ce qu’il peut et ce qu’il ne peut pas…

Kouassi

 

Un proverbe Baoulé dit: "Les enfants savent courir mais ils ne savent pas se cacher..." c‘est bien ce que nous voyons avec nos rebelles et nos imposteurs au pouvoir en Côte d’ivoire.

Ils ont dit qu'ils peuvent. Ils ont tué pour prouver qu'ils peuvent...

Ils ont menti au monde entier pour prouver qu’ils peuvent…

Ils ont invité l'occident pour recoloniser notre pays afin de prouver qu'ils peuvent…

Ils ont brulés des centaines d'ivoiriens vifs pour prouver qu'ils peuvent...

Ils ont utilisé les faiblesses de la gouvernance de Gbagbo comme appât, afin d’avoir certaines de leurs victimes s’allier à eux à la fin…

Pour finir, Dieu les a laissés aller au bout de la bêtise pour  dévoiler aux yeux du monde ce qu'ils peuvent et ce qu'ils ne peuvent pas.

I.                   Ce qu’ils peuvent:

Tuer, mentir, racketter, brûler vifs leurs semblables, détruire tout sur leur passage, organiser des séminaires vides de sens… Oui, tout ça  on est convaincu qu'ils peuvent.

Par exemple, ils ont l’art de confier les tâches complexes à leurs victimes pour diviser davantage les ivoiriens.

·        La réconciliation presqu’impossible (ou alors impossible aussi longtemps que Gbagbo et les siens seront en prison) à Konan Banny… Humm! Cela ressemble à un échec avant l’examen, mais la vie est un choix et celui qui choisit de manger à la table du démon ne doit pas être surpris de se voir en train de manger les fruits interdits.

·        La justice des vainqueurs qui fait du deux poids deux mesures, est quant à elle placée sous la houlette de Simplice Koffi, bien que téléguidée depuis L’Elysée.     

·        La destruction dépourvue de tout sens humain, affectée à Anne Ouloto pour porter le fardeau de cette politique de bulldozer qui emporte tout sur son passage sans état d’âme.  

Les promesses, les promesses et les promesses… C’est aussi certain qu’ils peuvent.

·        Oui, des promesses de pluies de milliards pour ne produire que des tempêtes d’endettement que plusieurs générations ne pourront rembourser.

·        Promesse de 3000 emplois, 10.000 emplois, 50.000 emplois… L’ampleur de la promesse dépend de l’humeur du jour.

·        Promesses pour la réduction du coût de vie, pour ne produire que la flambée des prix des denrées alimentaires, du transport, des charges éducatives, et même des soins de santé supposés être gratuits désormais… 

·        Compromettre l’avenir de la jeunesse en fermant les Universités, pour ne savoir quand les rouvrir.

 

II.                Ce qu’ils ne peuvent pas

·        Reconstruire ce qu’ils détruisent…

Mr Ouattara, ses amis et leurs sbires ont tué pour s’accaparer du pouvoir ivoirien. Si ce pouvoir ne travaille pas donc pour soulager les survivants, c’est que la souffrance des Ivoiriens est double…

NB 1: Que les politiciens de tout bord confondu comprennent qu’ils ne doivent plus livrer les Ivoiriens à l’abattoir. Quelques soient les réalités, il faut souhaiter que l’imposture qui s’impose aux ivoiriens, leur produise tout de même un cadre de survie qui leur permettrait de supporter leurs cœurs meurtris.    

NB 2: Une bonne prise de pouvoir ne veut pas dire une bonne gouvernance. De même une mauvaise prise de Pouvoir ne veut pas dire une mauvaise gouvernance.

La prise de Pouvoir de Mr Alassane est la pire que notre pays ait connue. Coup d’Etat armée, pluies de mensonges, puis coup d’Etat électoral avec les rebelles et loubards internationaux venus de la sous région, de la Frances et de l’ONU.

Depuis le 11 Avril 2011, Mr Alassane et ses collaborateurs sont au pied du mur de la gouvernance. Qu’en sera-t-il pour leur gouvernance?

Nous attendons pour juger…

Pour le moment on entend des bruits de Caterpillar d’Anne Ouloto, son ministre de la salubrité  et on se demande ce qui se passe. Information reçue, il s’agirait d’un démarrage d’assainissement.

Alors je me dis: Enfin, un projet d’assainissement à Abidjan! Mais diantre pourquoi par un gouvernement de la honte, imposé dans l’impérialisme contre mon pays? Et je me console en me disant, si les gouvernements précédents qui n’ont pas été imposés dans l’impérialisme l’avaient fait, on ne serait peut-être pas là où nous sommes. Alors Roska, calme-toi et apprécie à sa juste valeur ce qui est en train d’être fait…       

Je me dis alors, si un pouvoir qui s’impose à nous dans le sang ne se comporte pas bien, on perd doublement. Non seulement il tue mon peuple pour atteindre ses objectifs présidentiels, mais il vient foutre la merde dans sa gouvernance.

Par contre si ce pouvoir qui s’est imposé aux Ivoiriens arrive à satisfaire les survivants, alors ce serait une note positive dans tout ce malheur que la Côte d’ivoire a connu. Même dans le négatif, il peut avoir quelque chose de positif…

Le Pouvoir de Mr Ouattara qu’il a arraché à pris de canons, se serait dressé contre le désordre à Abidjan. Pour moi qui ai toujours crié contre ce désordre à Abidjan, je me sens aussitôt comme en face de «la souris qui mord et qui souffle dessus ; je prends tout de même plaisir à ce souffle tout en me disant attention… Que cache ce vent d’assainissement?

 

L’idée d’une lutte contre l’anarchie, le désordre en général et les installations anarchique des commerçants n’est pas mauvaise en soi, même si elle vient d’un pouvoir de l’imposture et de l’impérialisme.

Ce serait donner un autre visage à Abidjan, à la Côte d’ivoire et cela fera la fierté de tout le monde. Quand on entend dire que le Ghana est propre, on le dit avec fierté. Pourquoi ne pas pouvoir dire que la Côte d’Ivoire est propre ou qu’Abidjan est propre?

Les Abidjanais et les Ivoiriens ont eu honte de la ville d’Abidjan pendant longtemps. Le désordre, la saleté, les maladies… Si le miracle peut se produire pour qu’Abidjan devienne une ville ordonnée et propre, on ne pourra que dire merci à l’initiateur, quel que soit ce qu’on lui reproche.

III.             Ce qu’ils devraient faire:

L’action serait noble s’il y avait déjà un espace où recaser les commerçants avant de détruire ce qui est là. En clair, il faut trouver un terrain, un endroit bien défini, le construire, puis les caser et enfin les chasser de là où ils étaient.

Mais commencer par chasser ces pauvres commerçants qui n’ont que ça pour vivre, (c’est beaucoup plus facile de chasser les gens et de montrer qu’on est en train de travailler), juste pour montrer aux grands maîtres de l’occident que tout va bien, c’est du «m’as-tu-vu?» qui n’enchante que les organisateurs eux-mêmes. 

Après cette destruction massive sans solution d’alternative, quelle est la solution de survie de ces commerçants en ce moment?

N’est-ce pas une manière de déplacer les problèmes au lieu de les résoudre?

Après 4 mois de gouvernance, (Si on se réfère au temps où Anne et ses Bulldozers ont commencé la casse) quel planning avait été fait, quelle information avait été donnée aux pauvres commerçants, quelle alternative avait été trouvée pour qu’on passe à l’action de démolition?

Trois mois après ces casses non planifiées, on se rend compte que le pouvoir de Mr Ouattara peut détruire, mais ne peut construire, peut promettre, mais ne peut réaliser… A moins que le temps nous démontre le contraire… Et nous seront suffisamment francs pour le reconnaître un jour, si jamais le contraire de ce que nous affirmons aujourd’hui est démontré demain.

NB 3: N’oubliez pas de prendre en compte l’assainissement des eaux (lagunes,  rivières, bords de mer) qui puent à travers la ville d’Abidjan…

Merci pour votre aimable attention!

On est ensemble, ou alors apprenons à être ensemble!

Dieu bénisse et restaure la Côte d’Ivoire!

Dieu bénisse et restaure l’Afrique! 


Rosalie Kouamé «Roska»

Ingénieur en Management, Leadership & Strategy Development

Activiste de la Paix, des Droits de l'Homme, de l'Education, de la Culture, de Jésus et des lois Divines

Présidente Fondatrice - Fondation Roska

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 01:05

Les chefs traditionnels ivoiriens menacent : traduisez  Gbagbo à l’injuste CPI et vous aurez ce que vous recherchez. Mettront-ils leurs menaces à exécution ? Les jours prochains nous le signifierons.


 Le_Temps_page.jpg

Depuis quelques jours, des informations concordantes font état du transfèrement iminent du président Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale (Cpi) de la Haye (Pays-Bas). Face à cette situation, les 47 chefs des villages des sous-préfectures de Ouaragahio et de Bayota, sont montés au créneau pour se faire entendre. C’était le vendredi 18 Novembre 2011. « La région de Gagnoa d’où est originaire le président Gbagbo, a, par le biais des chefs et notables du département, rencontré le mois dernier Jean Konan Bany, président de la commission de réconciliation pour lui signifier que Gagnoa s’inscrit dans le processus de paix et de réconciliation prôné par les nouvelles autorités du pays. Nous avions donc, pour ce faire, émis le vœu que linge sale se lave en famille et que tous les détenus dont le président Gbagbo retrouvent la liberté. Nos yeux sont, depuis lors, rivés vers Korhogo où il est en résidence surveillé depuis plus de 6 mois. Si nos démarches n’ont pas eu droit de cité auprès de qui de droit, que le président Gbagbo soit traduit en justice mais alors pas en dehors de la Côte d’ivoire. Autrement dit, la paix et la réconciliation que nous prônons risquent de prendre du plomb dans l’ail à cause des meurtrissures indélébiles  que cela va laisser dans les cœurs », ont-ils dit.

 

Douayéré TRAZIE

(Correspondant Régional)

Source :vraiecotedivoire

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine