Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 10:59

Calixthe Beyala : Chaque jour qui passe prouve la grandeur du président  Laurent Gbagbo.

Calixte1POUR QUELLES RAISONS LAURENT GBAGBO AURAIT-IL REFUSE LA PROPOSITION E OUATTARA D'UNE VIE EN LIBERTE EN CÔTE D'IVOIRE, AVEC ARGENT ET TOUT LE DECORUM ?


Selon des sources sûres, Ouattara aurait proposé à l'ancien Président Ivoirien LG, un deal, il y a de cela trois mois.
Celui-ci, aurait consisté à trouver un accord qui aurait permis à LG, de recouvrer la liberté, d'avoir des moyens substantiels pour vivre, avec la possibilité de se représenter aux élections présidentielles dans cinq ans. Mais que celui-ci aurait refusé.
Pourquoi ce refus ? me suis-je demandée, ébahie.
Après m'être creusée les méninges des heures durant, il m'est apparue clairement que L'Ivoirien avait décidé de sacrifier sa personne pour un idéal plus grand.
En effet, en grand historien, en grand politique, il a voulu donner à l'Afrique et aux nouvelles générations d'africains, l'opportunité de juger définitivement les rapports Nord-Sud, de condamner la Françafrique... de sortir enfin de ce labyrinthe des réseaux mafieux et autres qui détruisent le continent Africain.
Et quelle meilleure tribune aurait-il pu avoir que celle de la CPI, pour cette dénoncer ces malversations.
En tout cas, on ne peut que saluer son courage, son sens du sacrifice !
Chapeau l'artiste !!!!

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 10:56

La délégation de l'ONU a été expulsée de Bani walid. « Ya kleb kteltou wledna » (bande de chiens vous avez tué nos enfants)

Colonel Kadhafi

Libye – La délégation de l'ONU a été expulsée par les jeunes et enfants de Bani walid (24 janvier 2012)

Selon Warfala El Odma, à Bani walid, deux filles ont été blessés suites aux affrontements d'hier par les éclats d'obus des armes anti-aérienne des rebelles. L'une des deux filles est blessée gravement.

Lors de l'invasion du siège des rebelles de Bani walid. Il a été trouvé des cartons de munitions portés le nom du Nato (Otan). Un cadeau de l'otan pour exterminer la population.

Hier, la délégation de l'organisation des Nations Unies qui était en déplacement à Bani walid, a été expulsée de la ville. Les jeunes et les enfants ont jeté des pierres et des chaussures sur leurs voitures et ils les ont insulté et injuriés en disant « Ya kleb kteltou wledna » (bande de chiens vous avez tué nos enfants). Les voitures de l'ONT ont quitté très vite la ville.

Source : ALGERIA ISP

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:34

Cameroun des grandes réalisations : Ebolowa -750 tracteurs abandonnés dans la broussaille.

 

 

                                tracteurs.jpg

            

                  Les ouvriers mécontents les dépiècent pour trafics. Le scandale éclate près d’un an après le comice agropastoral organisé dans la capitale régionale du Sud.

De chaque côté du portail coulissant qui ouvre sur le Complexe industriel d’Ebolowa, deux portraits de Paul Biya habillent le mur de la clôture qui le protège. Deux drapeaux aux couleurs nationales qu’éclairent de nuit deux lampadaires achèvent le décor d’accueil du plus grand complexe industriel de la région du Sud.

La décision de construire ce complexe fut prise à la hâte afin d’ajouter au Comice qui s’était tenu en janvier 2011 à Ebolowa, un élément de plus. Le village Akak-Essatola retenu pour héberger le site de l’usine est à peine 1000 mètres de Ngalan, site principal du Comice.

Akak-Essatola a tout ce qu’il y a de naturel pour plaire : végétation luxuriante et totalement verte, rafraichie par une colline à l’altitude moyenne ; un terrain plat, humide et sec par endroit, est en fin de compte, propice à toutes les formes de cultures. Ce n’est pas un hasard si c’est en ces lieux que le ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation a choisi des passerelles pour ses expériences dans la recherche scientifique. Non loin de là, commencent les deux hectares, domaine réservé à l’usine de montage des tracteurs.

Le gardien qui nous accueille et nous renseigne n’est pas particulièrement heureux : «Nous avons 3 mois d’arriérés de salaire ; certains d’entre nous ne sont pas originaires d’ici ; comment devons-nous vivre ?» S’interroge t-il avant d’ajouter : «Nos patrons (les Indiens, Ndlr) se découragent chaque jour un peu plus ; ils ont envie de partir d’ici parce que rien ne va et rien ne pointe à l’horizon qui soit encourageant», constate ce gardien visiblement à bout de patience.

Salaires
Environ 750 tracteurs de types différents montés hâtivement pour servir, pour certains aux démonstrations pendant le Comice agropastoral d’Ebolowa, sont livrés aux intempéries dans la broussaille d’Akak-Essatolo. L’herbe envahit ces engins dont certains sont conçus pour être protégés sous des hangars.

L’image est saisissante et désolante à regarder ces engins à perte de vue sans savoir ce que le lendemain leur réserve. Ils sont parqués là depuis plus d’un an. Un habitant de la ville d’Ebolowa informe : «depuis la fin du Comice, les Indiens ont sorti les tracteurs deux fois dans la ville afin de les roder, car disaient-ils, ils risquent de prendre la rouille et ne seront plus fonctionnels… Découragés certainement par le mutisme des autorités de Yaoundé qui ne rassurent personne, ces tracteurs ne sont plus sortis de leurs herbes.» Un autre phénomène inquiète les expatriés qui veillent sur le parc à tracteurs d’Akak-Essatolo : certains ouvriers mécontents de ne plus percevoir de salaires depuis 3 mois, dépiècent les engins et écoulent leur butin vers les grands centres de Yaoundé ou Douala pour servir de pièces de rechange à d’autres tracteurs.

Serions-nous en train de revivre le spectre de la Cellucam d’Edéa ? Dans cet autre cas passé il y a une vingtaine d’années, les Indiens, dans un partenariat avec le Cameroun, avaient voulu monter aux environs de cette ville un grand complexe de pâte à papier, étape qui précède la fabrication du papier industriel. Cet ambitieux programme évalué en centaines de milliards de francs Cfa et en milliers d’emplois, mourut dans les magouilles de toute nature. De centaines de gros engins sont morts avec le projet, démontés, rouillés dans la forêt de la Sanaga Maritime. Certains Camerounais, fossoyeurs de ce projet sont là, écoulant paisiblement leurs jours dans la liberté totale, sans être inquiétés le moins du monde.

L’année agricole va bientôt commencer dans les 10 régions du pays. La mise en oeuvre organisée effective de ces engins, ils seraient en train d’être acheminés dans nos campagnes afin de faire commencer la modernisation de l’agriculture camerounaise, comme le souhaite de ses voeux le chef de l’Etat. 
A défaut, ce qui se profile à, Ebolowa conduira à redouter un autre scénario après celui de la Cellucam : que ces tracteurs se retrouvent entre les mains des gros responsables du pays, qui les loueraient plus tard à ceux qui en manifesteraient le besoin.

Par Xavier Messè

Source: Mutations 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:29

Ouattara persona non grata à Paris. Mobilisation des Ivoiriens et africains contre sa présence.

 

                                Manif4

 


           De nombreux Ivoiriens et africains se mobilisent contre Ouattara à Paris
La visite de Ouattara chez son ami, Nicolas Sarkozy, à partir d’aujourd’hui, promet d’être très mouvementée. A cause des manifestations de protestation contre l’hôte de la France. En effet, de nombreux Ivoiriens et Africains de l’Europe convergeront vers Paris pour dénoncer aux yeux du monde, « ..

Pour savoir où se tiennent les manifestations, téléphoner les mouvements patriotes et panafricains (Femmes patriotes, CRI panafricain etc…

 



 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:24

Le Sénégal  bascule dans la dictature totale: interdiction des manifestations publiques du 26 au 30 janvier 2012.

Malick Noel SeckMalick Noel Seck harselé par le regime de Wade.

Le ministère sénégalais de l’Intérieur a décidé d'interdire toute manifestation publique sur toute l'étendue du territoire du 26 au 30 janvier, période couvrant la publication des noms des candidats à la présidentielle de février 2012, a appris Xinhua de source officielle.

"Pour des raisons de sécurité, sont interdits sur toute l' étendue du territoire national, les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique", indique un arrêté du ministère de l'Intérieur sénégalais, publié ce mardi.

"Cette mesure temporaire d'interdiction est prise pour la période (...), pendant laquelle le Conseil constitutionnel aura à statuer sur les candidatures à l'élection présidentielle du 26 février 2012", précise le texte.

L'objectif visé par une telle décision, ajoute-t-il, est d'" éviter toute pression, dans un sens ou dans un autre, sur cette haute institution et de lui permettre d'accomplir sa mission dans le calme et la sérénité".

Le Conseil constitutionnel est l'institution compétente pour dire si les candidatures à l'élection présidentielle déposées à son greffe sont recevables ou pas. Les cinq membres du Conseil doivent se prononcer dimanche.

Les partisans et opposants à une nouvelle candidature du président sénégalais, Abdoulaye Wade, se sont livrés lundi à une démonstration de forces à moins d'un moins de l'élection présidentielle du 26 février.

Le président Wade, âgé de 85 an, élu en 2000 et 2007, est candidat à la présidentielle.

Sa candidature est déclaré irrecevable par une partie de l' opposition et des organisations de la société civile qui se sont déclarées déterminées à empêcher le président Wade de briguer un troisième mandat.

Source :Xinhua

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:21

Ces présidents malades qui gouvernent l'Afrique, d’autres non cites se reconnaitront.

President-Malades.jpg

     Malam Bacaï Sanha est décédé le 9 janvier à l’hôpital du Val de Grâce à Paris, après plusieurs semaines d’hospitalisation. Le décès du président de la Guinée-Bissau n’a pas été une surprise. Il avait déjà effectué plusieurs séjours dans cet hôpital de luxe parisien, où sont soignés les responsables gouvernementaux français et étrangers. Ses allées et venues dans les établissements de soins, à Dakar au Sénégal, étaient également régulières.

Le président bissau-guinéen souffrait depuis plusieurs années d’une maladie dont la nature n’a jamais été rendue publique. «On parle de chute d’hémoglobine dans le sang», avait-il révélé lui-même fin 2009, ajoutant qu’il souffre aussi de diabète. Sa santé était donc déjà chancelante lorsqu’il a été élu président de ce pays d’Afrique de l’Ouest en juillet 2009.

Comme Malam Bacaï Sanha, des hommes politiques célèbres, qui ont dirigé de très grands pays et laissé leur empreinte dans l’Histoire, étaient de santé fragile. Dans Ces malades qui nous gouvernent (éd. Librairie générale française), un ouvrage qui avait fait sensation à la fin des années 70, le docteur Pierre Rentchnick et Pierre Accoce avaient fait des révélations fracassantes sur le sujet.

Morceaux choisis:

«Franklin Roosevelt était malade à Yalta. Mais qui sait que sa tension artérielle atteignait alors trente à son maximum, oblitérant dramatiquement sa lucidité dans la négociation capitale qu’il engageait avec Staline sur le partage du monde?»

Sur John Kennedy, autre président célèbre des Etats-Unis:

«Personne encore n’avait révélé que le président John Kennedy passait couché la moitié de ses journées atteint d’une grave maladie des glandes surrénales, à l’époque même ou Khrouchtchev installait les fusées soviétiques à Cuba.»

Les précédents occidentaux

Leonid Brejnev était également un grand malade. Dans Le Grand Secret (Plon), Michel Gonod et le docteur Claude Gubler, médecin personnel de François Mitterrand, avaient levé le voile sur ce qui était longtemps demeuré un secret d’Etat:

«Le 16 novembre 1981, six mois après son élection à la présidence de la République, des examens médicaux révèlent que le premier président socialiste de la France était atteint d’un cancer de la prostate.»

Un mal qui allait l’emporter en janvier 1996. Ce qui ne l’avait pas empêché d’aller au bout de son premier septennat et d’en boucler un second. Georges Pompidou a eu moins de chance. Il est décédé en avril 1974 pendant son premier mandat, de ce qu’on appelle pudiquement une longue maladie.

Que de grands malades se retrouvent à la tête d’un pays, voire meurent au cours de leur mandat, n’est donc pas spécifique à l’Afrique. Ce qui est plus préoccupant sur le continent noir, c’est la fréquence du phénomène.

En moins de deux décennies, ce fut une vraie hécatombe: Félix Houphouët-Boigny le premier président de la Côte d’Ivoire est décédé le 7 décembre 1993; le roi Hassan II du Maroc, le 23 juillet 1999; le général Gnassingbé Eyadéma du Togo, le 5 février 2005; Lansana Conté de la Guinée-Conakry le 22 décembre 2008; Levy Mwanawassa qui présidait aux destinées de la Zambie le 19 août 2008; le Gabonais Omar Bongo Ondimba le 8 juin 2009; Umaru Musa Yar’Adua du Nigeria, le 5 mai 2010.

Les raisons de la saignée

En Afrique, la mort fait généralement partie de la vie. On en parle volontiers, en invoquant les mânes des ancêtres ou des membres de la famille que l’on vénère. En revanche, on rechigne à s’étendre sur la maladie, a fortiori quand elle est grave. Du coup, inconsciemment, elle est rarement prise en compte comme un facteur déterminant pour confier des responsabilités à un individu.

En Guinée-Bissau, personne n’ignorait que Malam Bacaï Sanha était très gravement atteint par la maladie. Il était donc très risqué de le choisir comme candidat du Parti pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-vert (PAIGC) à l’élection présidentielle en 2009. Mais l’aura de cet ancien combattant contre l’ex-puissance coloniale portugaise, et l’un des piliers de ce parti, a été la plus forte.

Même cas de figure pour Umaru Musa Yar’Adua au Nigeria. L’ancien gouverneur de l’Etat du Katsina (nord du Nigeria) était un homme à l’intégrité reconnue. Ce qui est plutôt rare chez les hauts dignitaires de ce pays classé parmi les plus corrompus au monde par l’ONG allemande Transparency International. Mais jamais il n’aurait dû être désigné comme le candidat du Parti démocratique du peuple, (PDP, le parti le plus puissant du pays) à l’élection présidentielle de 2007.

Tant la précarité de son état de santé était de notoriété publique. Il souffrait d’une péricardite aiguë liée à une insuffisance rénale. En 2007, en pleine campagne électorale, il avait été évacué d’urgence en Allemagne après un évanouissement. En 2008 après son élection, il a dû se faire soigner à plusieurs reprises en Allemagne et en Arabie Saoudite. Son décès le 5 mai 2010 à 59 ans à Abuja, après une nouvelle hospitalisation à Djeddah (Arabie Saoudite), n’a donc surpris personne.

Les malades du pouvoir

Le Zambien Levy Mwanawassa, mort lui aussi à 59 ans le 19 août 2008 à l’hôpital de Percy-Clamart en France, où il avait été transféré à la suite d’une attaque cérébrale lors du 11e sommet de l’Union africaine à Charm-el-Cheikh en Egypte. Il était au pouvoir depuis 2002.

Seconde explication des ravages de la grande faucheuse parmi les chefs d’Etat africains: quand ils s’installent au pouvoir, ils s’y incrustent, devenant en quelque sorte des présidents à vie. Félix Houphouët-Boigny a régné sur la Côte d’Ivoire, depuis l'indépendance du pays en 1960, jusqu’à sa mort à 88 ans. Gnassingbé Eyadéma a dirigé le Togo d’une main de fer pendant 38 ans, de janvier 1967 à 2005. Il a rendu l’âme à 71 ans. Omar Bongo Ondimba, a présidé le Gabon pendant presque 42 ans, avant de pousser son dernier soupir à 74 ans. Lansana Conté, la Guinée, de 1984 à 2008. Il a été, lui aussi, emporté par la maladie à 74 ans. A eux quatre, ils ont passé 137 années à la tête de leur pays.

C’est l’une des raisons pour lesquelles de plus en plus d’Africains souhaitent que les mandats des chefs d’Etat soient désormais limités à deux et que les candidats à la magistrature suprême prouvent, certificat médical à l’appui, qu’ils sont en parfaite santé.

Source : rew mi.com

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:16

La Société Orange Afrique confisque la coupe d’Afrique des Nations. Il n’ ya que les Arabes et les autres qui ont droit de regarder la CAN en France.

 can.jpg

LETTRE OUVERTE A ORANCE-SPORT QUI CONFISQUE LE FOOTBALL AFRICAIN.

        Le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des Nations a été donné Samedi, 21 janvier 2012. Or, cette fête du football Africain, tant attendue par les Africains et amateurs de football, en particulier ceux qui résident sur le territoire français (métropole et Outre-Mer), s’est transformée en calvaire pour les passionnés de football qui se préparaient à vivre intensément les exploits des footballeurs Africains. Si nous en sommes là, c’est pour trois raisons principales.

Premièrement, c’est la faute aux « dirigeants » du football Africain qui sont à l’époque contemporaine ce que les « roitelets nègres » étaient à l’infâme commerce négrier et esclavagiste, c’est-à-dire des relais humains prêts à céder les leurs pour acquérir de la verroterie. Hier, certains échangeaient leurs «  frères » contre de la pacotille, aujourd’hui, d’autres, c’est-à-dire les «  marchands  indigènes »,vidéo n°1, qui travaillent pour la Confédération Africaine de Football (CAF), octroient des droits exclusifs du football Africain en échange de billets d’euros ou dollars offerts par des « négociants européens » au service des multinationales.

Deuxièmement, c’est la faute au service public français, en particulier au groupe France télévisions, qui affiche par la non retransmission de cette compétition continentale phare, un mépris évident à l’égard des millions de téléspectateurs, toutes couleurs, origines et religions confondues, qui se passionnent habituellement pour la coupe d’Afrique des Nations (CAN), et payent une redevance annuelle pour recevoir des programmes de télévision de qualité tout au long de l’année. Force est de constater que les dirigeants de la télévision publique française s’exonèrent de leurs responsabilités en n’appliquant pas pour leurs téléspectateurs le «  service minimum », concept pourtant rendu obligatoire par le vote récent d’une loi par le Parlement Français.

Troisièmement, c’est la faute au groupe ORANGE, qui se comporte en féroce prédateur qui s’accapare la coupe d’Afrique des Nations (CAN), pour en faire un véritable produit d’appel pour mieux vendre ses services et offres associées aux passionnés du ballon rond. Pour preuve, ce communiqué paru dans de nombreux médias Africains : « Orange partage avec ses abonnés une passion commune : le football. Depuis de nombreuses années, Orange promeut le football africain et est le sponsor principal des six compétitions majeures de la CAF jusqu’en 2016 ».

Or, le moins qu’on puisse dire, c’est que derrière cette posture en apparence philanthropique se cache en réalité une vulgaire opération mercantile et de communication visant à conquérir de nouvelles parts de marché dans un environnement plus que jamais concurrentiel, encore plus depuis l’entrée en lice fracassante d’un quatrième opérateur, FREE, sur le marché de la téléphonie mobile.

Aujourd’hui, il apparaît clair que la position d’ORANGE par rapport à la CAN relève de l’escroquerie intellectuelle et d’un véritable abus de position dominante relative à l’histoire coloniale française en Afrique. Parce que cette situation est insupportable, ubuesque, contre-productive pour le football Africain, et qu’elle pénalisera des millions de passionnés de football jusqu’en 2016, nous ne pouvons plus l’accepter.( Vidéo n°2)

Parce que la loi du marché ne saurait justifier l’injustifiable, et qu’il aurait été impossible qu’un fournisseur d’accès Africain, par exemple, MTN, multinationale sud-africaine, confisque la prochaine Coupe d’Europe des Nations, privant ainsi des millions de téléspectateurs français de cette compétition, vidéo n°3, nous exigeons immédiatement la rupture de ce DEAL indécent conclu sur le dos des millions de téléspectateurs par les petits copains de la Françafrique.

  Source : alert2neg.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 11:06

Iran : Des chercheurs établissent un lien entre avortement et cancer du sein.

Cancer-du-sein-avortement.jpg

 Haijan-Tilaki K.O et Kaveh-Ahangar T. de la Babol University of Medical Sciences a comparé l’histoire « reproductive » de 100 femmes chez qui un cancer du sein avait été récemment diagnostiqué à celle de 200 femmes sans cancer et d’âge comparable.

 

La recherche a permis de révéler ce lien statistiquement significatif entre l’avortement provoqué et le cancer du sein, avec un risque augmenté de 193 %.

Repousser l’âge de la première grossesse augmente aussi le risque de cancer du sein qui augmente alors de 310 % – y aurait-il ici un lien avec le recours à la contraception ? Ce facteur-là n’a pas été évalué.

En revanche l’étude révèle qu’à l’inverse la précocité de la première grossesse et leur nombre réduit le risque de cancer du sein. Les femmes mères de 5 enfants ont un risque diminué de 90 % par rapport à la moyenne ; chaque grossesse réduit le risque de 50 %. L’étude ne donne pas de précisions sur l’allaitement.

Source: stcom.net

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 11:32

CALIXTHE BEYALA - AFFAIRE KIEFFER: L'ASSASSIN SERAIT OUATTARA?

Calixte1 

 

L'affaire Kieffer, comme une poupée russe. Une affaire sans fin. Une affaire qui avait permis au régime Sarkozy, de présenter l'ex président Ivoirien Laurent Gbagbo ainsi que son épouse Simone comme des sanguinaires. Et il me souvient que mes compatriotes ne cessaient de me dire : « Comment peux-tu défendre ces gens ? Ils ont tué un Français ! ».

Et ce français n'était autre que le journaliste d'investigation Kieffer, disparu lors d'un séjour en Côte d'Ivoire, alors qu'il enquêtait sur les filières cacao au pays de Houphouët.

C'était en 2004... Et on supposa que. Et on imagina que. Et on supputa que. Et où que poussait le vent des enquêtes ou des rumeurs, un nom revenait avec insistance, celui de Madame Simone Gbagbo... On disait qu'elle était si méchante, qu'elle était capable d'étriper un enfant et de laisser ses entrailles cuire au soleil; et je n'y croyais pas. On la disait si odieuse, que même le diable et ses cornes tremblaient devant elle ; et je n'y croyais pas.
Voilà que près d'un an après le coup d'Etat en Côte d'Ivoire, la vérité commence à surgir de l'ombre, sans déplaire à tout le monde.

Des gens parlent ; des gens s'accusent du meurtre de Kieffer. Ils disent que le meurtre du journaliste français aurait été commandité par le camp Ouattara. Ils donnent des preuves puisque ceux qui accusent s'accusent d'en avoir été les exécutants. Ils proposent de montrer le lieu où ils ont enterré le corps de Kieffer. Ils disent que trois membres de leur commando «opération meurtre de Kieffer», sont aujourd'hui d'imminentes personnalités proches de Ouattara.

Oui, quelques raisons pour lesquelles certains Français détestent Gbagbo et son épouse s'envolent. Et si tout ceci s'avérait, les français verseront quelques larmes de regrets... Oui, d'avoir fait tuer des milliers d'ivoiriens pour voler des richesses certes, mais aussi pour venger la mort de Kieffer. Que c'est cocasse ! Parce qu’in fine, l'assassin serait Ouattara?????

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 02:25

Libye – Le numéro 1 du CNT, Mustapha Abdeljalil a démissionné !! (22 janvier 2012)

 

A Benghazi, des morts et des blessés suite à des affrontements entre les rebelles de Darna et Elbaida.
Des informations parlent de la démission de Mustapha Abdeljalil suite aux événements de Benghazi.


Les photos de la voiture de Mustapha Abdeljalil détruite par les rebelles:

libye1-44--copie-1.jpg libye2-37-.jpg


Source : ALGERIA ISP 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine