Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:41
La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et vingt autres pays ont signé, le 24 octobre, un protocole d’accord visant à créer une banque régionale spécialisée dans le financement des infrastructures, et conçue comme une alternative à la Banque mondiale.

L’Inde, Singapour, le Kazakhstan, le Pakistan, le Vietnam et le Qatar figurent parmi les  21 pays signataires de l’accord. Le Japon n’a pas signé cet accord en raison de la rivalité avérée entre Pékin et Tokyo sur les plans militaire, économique et politique.

A noter également que l’Australie, l’Indonésie et la Corée du Sud n’étaient pas représentées à cette cérémonie.

La  «Banque asiatique d’investissements dans les infrastructures» (AIIB) sera dotée d’un capital initial de 50 milliards de dollars, et son siège sera situé à Pékin, selon les médias officiels chinois.

Les financements devraient notamment servir à développer des infrastructures dans toute la région, dont une ligne de chemin de fer colossale reliant Pékin à Bagdad, selon des sources citées par le Financial Times. «En chinois, nous avons un vieux proverbe qui dit: si vous voulez devenir riche, construisez d’abord des routes ; je crois que cela décrit de façon concrète l’importance des infrastructures pour le développement économique», a déclaré à cette occasion le président chinois Xi Jinping.

L’attachement de Pékin à mettre en place un concurrent à la Banque mondiale reflète sa frustration devant la domination des pays occidentaux sur la gouvernance des différents bailleurs de fonds multilatéraux.

Les puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) avaient créé en juillet leur propre banque et un fonds de réserves, affichant ouvertement leur désir d’élaborer une architecture financière distincte d’organisations jugées aux mains des pays occidentaux.

Par Agence Ecofin

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:35

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN

Après que l’UE ait imposé des sanctions économiques à la Russie, dans l’espoir de la mettre à genoux et pour réduire sa force militaire, la Russie a démontré que les pays européens n’ont pas atteint leurs objectifs. La Russie, qui n’a pas perdu sa lucidité avec les sanctions, joue avec eux au chat et à la souris.

Une nouvelle vague d’hystérie s’est propagée parmi les médias européens, en exact copier/coller des médias américains. Cela ressemble à quelque chose comme ceci : les pays de l’OTAN ont mobilisé leurs forces aériennes, l’OTAN est en état d’alerte. Les stars de l’information se demandent ce qu’il faut faire pour résoudre le problème. Mais quel est le problème ? Comme tout le monde a des notions de géographie, je suggère de regarder un peu mieux la carte de l’Europe.

Russuiatest2

 

© http://www.Harti.jurnaldevacanta.ro/Europa/europamare.jpg

Que s’est-il passé réellement ? Quatre avions, des chasseurs-bombardiers Su-34 et Su-24, escortés par un Su-27 et un MiG-31, ont décollé de l’enclave de Kaliningrad, et ont survolé les eaux internationales de la mer Baltique dans l’après-midi du 28 Octobre 2014. Ils ont été interceptés dans le golfe de Finlande par des avions Eurofighter allemands déployés en Estonie. Le groupe d’avions russes a changé de direction à 180 degrés pour revenir dans la mer Baltique, où il a été suivi par des avions de chasse F-18 finlandais, des Gripen suédois et des F-16 danois. Cela bien que les Russes aient transmis les plans de vol aux autorités responsables du trafic aérien des pays riverains avec le code d’identification du jour selon les normes de l’OACI.

Quelques heures plus tard, le 29 octobre 2014, à environ 03:00 UTC, les radars norvégiens ont détecté un autre groupe de quatre bombardiers russes Tu-95, accompagnés de quatre ravitailleurs Il-78, volant dans l’espace aérien international au-dessus de la mer de Norvège. Après avoir été repérés, six avions ont abandonné la formation et sont retournés à la mer de Barents.

Les deux autres Tu-95 ont continué parallèlement à la ligne de côte de la Norvège, ont survolé la mer du Nord vers l’Écosse. Les bombardiers russes ont été interceptés dans les eaux internationales et ont été obligés de changer leur sens du vol étant accompagné par des jets britanniques Eurofighter Typhoon jusqu’au-dessus de l’océan Atlantique. Deux autres avions Eurofighter ont décollé en même temps dans le sud de l’Angleterre pour intercepter un avion-cargo lituanien qui se dirigeait vers Londres, sans liens radio avec le trafic.

 

 

Après avoir contourné l’Irlande, les deux bombardiers Tu-95 ont à nouveau changé leur direction de vol, pour atteindre les côtes du Portugal, où ils ont été interceptés par des F-16 portugais. Ensuite, les deux Tu-95 se sont retirés de l’espace aérien européen, suivant une route le long de l’Atlantique jusqu’au large du Groenland, où, à environ 16:00 UTC, ils ont changé de cap pour rentrer à leur base en Russie.

Toujours dans l’après-midi du 29 octobre 2014, un groupe de deux bombardiers Tu-95, escorté par deux avions de combat Su-27 M, a évolué dans l’espace aérien de la mer Noire, et a été intercepté par l’aviation turque, au-dessus des eaux internationales au large de la côte de l’Anatolie.

L’OTAN n’a, à aucun moment, signalé que les avions russes avaient survolé l’espace aérien d’un État étranger. Alors, quel est le problème ? Surtout si l’on sait qu’en mars 2014, des avions AWACS, escortés par des avions de chasse de l’OTAN, ont fait exactement la même chose que ce qu’ont fait les avions russes les 28 et 29 octobre 2014. Et cela sous forme de patrouilles quotidiennes à la frontière ouest de la Russie et de la mer Noire, dans l’espace aérien des pays de l’OTAN voisins de la Russie. Les Russes ont-ils mobilisé pour cela leurs avions de chasse lorsque les avions AWACS s’étaient dangereusement approchés des limites de l’espace aérien russe ?

La Russie n’a pas déclenché une campagne médiatique, ni mentionné dans aucun communiqué de presse quoi que ce soit à ce sujet. Je crains que cette hystérie médiatique ne soit qu’une méthode de guerre psychologique utilisée par l’OTAN, par la voie des médias, avec pour cibles les citoyens des États membres de l’OTAN. Surtout que les mêmes médias avaient pris soin de distiller dans le subconscient des gens les conséquences possibles.

Dans un article précédent, nous avons informé les lecteurs qu’en 2014, l’armée russe a complété la mise en œuvre d’une nouvelle structure de reconnaissance C4I, basée sur le complexe Reconnaissance-frappe destiné à permettre la projection rapide et de grande précision des forces à des distances de centaines, voire de milliers de kilomètres. Nous avions vu également que le troisième niveau de collecte et de traitement des données est la reconnaissance stratégique, représentée par des avions de reconnaissance à long rayon d’action, ayant à bord des équipages spécialisés dans les méthodes ELINT. Parmi ceux-ci il y a les appareils Tu-95/Tu-142 et MiG-25RB/MiG-31 B, qui ont participé à cet exercice.

http://reseauinternational.net/nouvelle-structure-reconnaissance-frappe-c4i-larmee-russe/

Cet exercice a également vu participer deux nouveaux avions Su-34 à bord desquels était monté un conteneur M400 avec des capteurs infrarouges Raduga, des caméras panoramiques AP-403 et 404, un appareil photo AP AK-108FM, et un conteneur M402 Pika de type SLAR (side-looking airborne radar), capable d’afficher sous forme numérique une carte du terrain situé sous la trajectoire de vol, jusqu’à une distance de 300 km. Cette carte est comparée en permanence avec celle qui est en mémoire dans le processeur pour détecter les éventuels changements chez l’ennemi, ou les nouveaux déploiements.

Les Russes n’ont rien fait d’autre que tester la faiblesse de la capacité de riposte de l’aviation de certains pays de l’OTAN, dans le Nord, l’Ouest et le sud-est de l’Europe à la suite de leur subordination aux USA. Rappelons que l’Angleterre a déployé une escadrille de 12 avions Tornado GR4 et des drones de reconnaissance MQ-9 Reaper à la base aérienne d’Akrotiri à Chypre pour participer aux côtés des américains à des bombardements ciblant l’État islamique en Syrie et en Irak.

La Belgique et les Pays-Bas ont envoyé 6 avions F-16 (+ 2 réserves) dans les Émirats Arabes Unis pour faire de même. Le Danemark a également envoyé dans le Golfe 7 des 30 F-16 de son armée de l’air. La Norvège qui avait envoyé six F-16 en 2011 en Libye, s’apprêtait à envoyer ses 6 avions pour l’Irak et la Syrie. Les Etats-Unis se sont opposés à la participation de la Russie à la coalition anti-EI.

Pour aggraver les choses, l’Allemagne a déployé 4-6 avions Eurofighter en Estonie (sur les 42 capables de voler). En Lituanie, en plus des 6 CF-18 Canadiens, le Portugal a déployé six F-16 (sur les 30 qui sont équipés). Les Pays-Bas ont envoyé six avions de chasse F-16 en Pologne. Laissant leur propre territoire national sans défense en cas d’invasion aéroterrestre.

Source: © http://RM-CDN.ServerHost.ro/wp-content/uploads/2014/10/WP-Rusia-NATO.png

Par Valentin Vasilescu

Traduit par Avic – Réseau International

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Géostratégie
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:52
LOIS SCÉLÉRATES CONTRE INTERNET EN FRANCE

LOIS SCÉLÉRATES CONTRE INTERNET EN FRANCE

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article8153

 

Note de do : C'est le terrorisme commandité par le pouvoir lui-même qui a servi d'excuse à ces lois autorisant la censure d'internet. Il est à noter aussi que l'« on » en revient au procès d'intention alors que celui-ci avait été banni par la Révolution Française !

Mediapart : Députés et sénateurs ont définitivement adopté le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté en urgence par le gouvernement et encore durci par les parlementaires. Il prévoit le blocage administratif des sites internet faisant « l'apologie du terrorisme » ou encore sanctionne la « préparation » d'un attentat sur internet.

Le projet de loi de lutte contre le terrorisme déposé devant l'Assemblée avait été dénoncé comme liberticide par la quasi-totalité des associations de défense des droits de l'homme. Le texte définitivement voté par les sénateurs ce mardi 4 novembre 2014, et donc adopté par le Parlement, a encore durci ce qui est désormais un dispositif de contrôle d'internet sans précédent en France.

Il est indispensable de lire au complet l'article de mediapart tellement ces nouvelles lois scélérates sont choquantes. Vous pouvez les lire par exemple au lien ci-dessus.

Historiquement le terme de "Lois Scélérates" a été utilisé en 1993-94. Ces lois avaient été dénoncées par le petit livre dont il est question ci-dessous.

 

LES LOIS SCÉLÉRATES DE 1893-1894, par Françis de Pressensé un juriste, et Émile Pouget (PDF et htm):

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article8155

 

Françis de Pressensé :

Le césarisme avait sué sa peur, il avait laissé transparaître son âme de défiance et d'oppression, il avait avoué, dans un hoquet de terreur, sa haine des garanties élémentaires du droit et son inguérissable amour pour la force brutale, pour la police tutélaire et le sabre protecteur.

Règle générale : quand un régime promulgue sa loi des suspects, quand il dresse ses tables de proscription, quand il s'abaisse à chercher d'une main fébrile dans l'arsenal des vieilles législations les armes empoisonnées, les armes à deux tranchants de la peine forte et dure, c'est qu'il est atteint dans ses œuvres vives, c'est qu'il se débat contre un mal qui ne pardonne pas, c'est qu'il a perdu non seulement la confiance des peuples, mais toute confiance en soi-même.

Note de do : Il est à noter que dans les deux cas, aussi bien pour les Lois Scélérates de 1893-94 que pour celles d'aujourd'hui, en 2014, soit pile 120 ans après, c'est le terrorisme manipulé par l'État qui sert de justification.

Pour les Lois Scélérates de 1893-94, c'est l'attentat d'Auguste Vaillant à la chambre des députés. Et on sait aujourd'hui que Vaillant était manipulé par un flic pour faire cet attentat, car le policier qui avait manipulé Auguste Vaillant écrivit plus tard lui-même un livre où il expliquait la manipulation : « La marmite pleine de ferrailles qui a explosé dans l'enceinte de l'Assemblée ne pouvait pas faire beaucoup de morts, mais allait beaucoup impressionner les députés et les inciter à voter diverses lois liberticides »

Pour les Lois Scélérates de 2014, c'est encore du terrorisme commandité par l'État lui-même qui sert d'excuse. L'État développe la "théorie du loup solitaire" aussi bien que la "peur" du retour de terroristes qu'il a pourtant entraînés et armés lui-même pour combattre le régime antisioniste de Bachar el-Assad en Syrie.

Le livre de Pouget et Pressensé est disponible au lien ci-dessus.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip

La théorie du "Loup solitaire" développée par l'État :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8090

Le curé Hollande fait semblant de pleurer la mort d'Hervé Gourdel dont il est responsable et coupable (vidéo 1'31) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7983

(Le retour du terroriste)

La manipulation du terrorisme par l'État :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1053

(Terrorisme d'État sous faux drapeau, le pourquoi et le comment, esquisse d'une bibliographie)

Il est indispensable de semer rapidement et partout la révolte au sujet de ces nouvelles lois scélérates qui en fait ne touchent pas qu'internet.

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:49

Guy Labertit sur l'engagement de la france au Sahel et en RCA

https://www.youtube.com/watch?v=nASPsYLNSaQ

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:07
Opposition Burkinabé à Accra Ghana

Opposition Burkinabé à Accra Ghana

Burkina Faso : l’opposition quitte la table de négociation  à Accra Ghana parce que Compaoré veut revenir  a travers ses hommes de mains.

 

L'opposition politique a claqué mercredi soir la table de négociation parce que les facilitateurs ont admis dans la salle l'ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

"Nous n'avons pas fini de pleurer et d'enterrer nos morts que le bourreau resurgit", a martelé le président de l'Union pour la renaissance/Parti sankariste, Me Bénéwendé Sankara.

"Comment voulez-vous que nous ne négocions pas avec ceux qui ont versé le sang des Burkinabé?", s'est interrogé Me Sankara.

"Nous ne pouvons pas négocier avec des gens qui ont poussé Blaise Compaoré à la faute. C'est pour cela que quand ils ont mis pied dans la salle, nous, nous en sommes sortis", a déclaré Rose Marie Compaoré de l'Union pour le changement (UPC, deuxième force politique du pays avec 19 députés).

Pour Hervé Kam du "Balai citoyen", il n'était pas prévu que le CDP soit convoqué.
"Ce sont des Burkinabé comme nous, mais les médiateurs devraient informer d'avance toutes les parties prenantes", a-t-il conseillé.

"Tant qu'on ne clarifie pas cette situation, eux (CDP) et nous, nous ne pouvons pas nous asseoir sur la même table", a-t-il dit.

"Leur place est en prison", a dit un membre du Collectif anti référendum, Rasmané Ouédraogo, avouant être surpris de les avoir vu dans la salle.

Après quelques de cachette, les bonzes du CDP qui ont vu leurs maisons détruits et saccagés, leurs véhicules incendiés et leurs biens emportés, ont refait surface à travers des déclarations, avançant vouloir se mettre à la disposition de la transition.


Source: Xinhua

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans politique
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:02

Le régime de Yaoundé censure le documentaire sur les Enfants Volés au Cameroun: Heureusement que Internet vous permet de rendre une telle mesure surannée.

Documentaire complet ci-dessous.

 

http://www.youtube.com/watch?v=EKyQ3RtLqlw

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droits humains
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 18:05

Vidéo que tous les noirs du monde doivent regarder...

https://www.youtube.com/watch?v=NHlOHZ5oln4#t=728

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans communauté
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 16:45
Le gouvernement camerounais paie un journaliste canadien pour promouvoir la vraie image du Cameroun.

Le gouvernement camerounais paie un journaliste canadien pour promouvoir la vraie image du Cameroun.

 

Le Cameroun à la recherche du temps perdu

Les frais de voyage de notre journaliste ont été payés par le gouvernement du Cameroun.

Avec ses paysages constrastés allant du désert jusqu’à la forêt tropicale, le Cameroun se targue d’être une «Afrique en miniature». Mais ses ambitions, elles, sont d’une tout autre dimension.

Le gouvernement camerounais le plastronne partout: le pays d’Afrique centrale situé au sud du Nigeria sera une puissance émergente d’ici 2035. Clés de voûte de ce beau rêve: deux chantiers présentement en cours, le barrage de Lom Pangar et le port en eau profonde de Kribi. Métro a visité le pays et a constaté que, de cette belle ambition jusqu’à sa réalisation, la route s’annonce longue pour le Cameroun.

Un panneau affichant «Bienvenue à Lom Pangar» nous annonce la fin de notre voyage autant que le commencement de celui, bien plus long, que le Cameroun entreprend aujourd’hui vers son développement. C’est ici, à quelque 500km de la capitale, Yaoundé, que le plus important chantier depuis la fin du joug colonial, datant de 1960, voit le jour.

Lom Pangar, nommé d’après les deux fleuves à la confluence desquels un barrage s’érigera en 2016, est synonyme de lendemains lumineux pour le Cameroun. Le pays espère, grâce à ce gigantesque chantier, concrétiser son immense potentiel hydroélectrique – le deuxième plus important d’Afrique – pour combler sa carence en énergie, un frein qui empêche l’essor de son industrialisation.

«Lom Pangar, c’est une révolution de la carte énergétique du Cameroun, s’enthousiasme le maître d’œuvre du chantier, le Bulgare Anton Mitev. Grâce au réservoir de 6 milliards de m3 d’eau créé par le barrage et qui sera un des plus volumineux du monde, le Cameroun sera en mesure de régulariser le débit du fleuve Sanaga, fortement affaibli, pour le moment, en temps de sécheresse.» Et lorsque la Sanaga grondera d’un torrent régulier en toutes saisons, les centrales hydroélectriques situées en aval du barrage seront en mesure de turbiner à pleine capacité 365 jours par année.

«Quelque 6000 MW de puissance électrique sont en dormance au fil de la Sanaga», indique M. Mitev à Métro. Dans un Cameroun où seulement le tiers des ménages a l’électricité, le barrage de Lom Pangar symbolise la fin de deux grandes noirceurs: celle qui s’abat chaque nuit sur ce pays sans réverbère en proie aux coupures de service fréquentes autant que celle, profonde, qui tient près de 50% de la population dans la pauvreté.

«Grâce à Lom Pangar et au nouveau port de Kribi qui pourra accueillir des colosses des mers ayant jusqu’à 15 m de tirant d’eau, le Cameroun espère devenir le seuil d’entrée du monde en Afrique centrale, une région où vivent 140 millions de personnes et qui est en voie de rattraper au grand galop le retard qui la sépare encore du monde développé», explique à Métro le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Le développement du Cameroun, toutefois, demeure dépendant de l’investissement privé. «L’État seul ne peut pas répondre aux défis gigantesques auxquels nous faisons face et le privé trouve son compte en investissant chez nous. Tout est à faire!» s’enthousiasme le ministre camerounais responsable des PME, Laurent-Serge Etoundi Ngoa.

Pour pallier son manque de fonds, le pays a ouvert ses frontières aux investissements étrangers, une porte dans laquelle la Chine n’a pas hésité à s’engouffrer. «Une chance que les Chinois sont là! Près de 80% des projets importants présentement en cours au Cameroun sont possibles grâce à des investissements chinois», précise Théodore Nsangu, directeur de l’Electricity Development Corporation, société publique chargée de la construction de Lom Pangar.

L’empire du Milieu, en plus d’être impliqué dans les chantiers de Kribi et de Lom Pangar, est en effet responsable de construire la première autoroute du pays, qui reliera Yaoundé et Douala, la capitale économique camerounaise.

L’afflux d’investissements étrangers est la condition qui permettra l’émergence prochaine du Cameroun autant qu’une source d’inquiétude pour ses élites, qui craignent qu’une nouvelle colonisation économique par des puissances étrangères soit en cours. «La mondialisation ne va pas nous laisser sur le bord du chemin, croit le ministre Laurent-Serge Etoundi Ngoa. Mais il faudra bâtir notre pays en mettant nos entreprises en règle et en formant une main-d’œuvre de qualité. Si on ne fait pas ça, c’est toute notre économie qui sera colonisée.»

Le chemin qui mènera le peuple camerounais vers son émergence est encore obstrué par de petites humiliations quotidiennes, faites d’abus de pouvoir et de justice à la poche creuse, échos de la voracité insolente qui fut longtemps la marque de commerce des élites du pays. Dirigé sans partage par celui qui se désigne comme «Son Excellence» Paul Biya depuis 32 ans, le Cameroun se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins, à la fois fier de son rêve d’émergence prévu à l’horizon 2035, mais tout aussi inquiet de la vétusté de ses infrastructures, de la faible application de ses lois, du retard général légué par des décennies d’ingérence étrangère. «Il va falloir chasser le temps», a dit notre chaffeur, un soir, parce qu’il voulait prendre la route avant le coucher du soleil.

Cliquer ci-dessous pour Lire en intégralité de l’article sur la promotion du Cameroun

 

 

Heureusement il y a encore des journalistes objectifs :

La réalité en image ci-dessous.

Mauvaises routes (Nguti) Cameroun

Cliquer ci-dessous pour lire en intégralité l’article sur la promotion du Cameroun commandé par le gouvernement.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans communication
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 20:49
LA CHUTE DE COMPAORÉ PLONGE –T’ELLE LE RÉGIME DE YAOUNDE DANS LA PEUR?

LA CHUTE DE COMPAORÉ PLONGE –T’ELLE LE RÉGIME DE YAOUNDE DANS LA PEUR?


N'oublions jamais que les tyrans à la tête de nos pays ne sont que des tigres en papier, des peureux. Tant que les tireurs des ficelles des marionnettes qu'ils sont leur assurent leur soutien, ils sont capables de rayer au besoin tout le peuple d'un pays qu'ils sont supposés gouverner. Mais si leurs maîtres occidentaux leur retirent leur soutien, comme les États-Unis et la France ont retiré leur soutien à Blaise Compaoré, et leur demandent de laisser le pouvoir, ils vont le faire aussitôt, en rentrant leur queue entre les pattes. Car, sans l'aide des forces impérialistes occidentales, Paul Biya, Idriss Deby ou Omar Bongo ne sont absolument rien.
Leur propagande actuelle est tellement bouffonne...
Par Ndzana Seme, 03/11/2014
La machine de propagande de Paul Biya nous donne le mieux la température du désarroi qui s'est emparé du régime tyrannique. La raison en est que la jeunesse patriotique burkinabé vient de réussir ce que la vaillante et patriotique jeunesse camerounaise a laissé inachevé en février 2008, faute d'un leader qui aurait pu leur donner de nouveaux mots d'ordre après les massacres ordonnés par le Paul Biya contre eux, ayant fait des centaines de morts, des milliers de blessés et d'autres milliers de jeunes jetés dans les mouroirs que sont nos prisons, dans l'abandon total de la fausse opposition légale camerounaise.
La révolution tunisienne de 2010-2011 et la révolution égyptienne de 2011, qui toutes les deux emboitèrent le pas à la révolution populaire et non violente camerounaise de 2008, furent couronnées de succès grâce à leur bonne utilisation des réseaux sociaux d'Internet.
Toutes ces révolutions avaient pour socles communs le chômage qui touche une forte proportion de la jeunesse, l'inflation des prix des produits de consommation, la corruption et la répression des forces armées, avec ceci de particulier que la révolution camerounaise de février 2008 et la révolution burkinabé d'octobre 2014 étaient toutes les deux en plus motivées par la nécessité de stopper le dictateur qui entendait s'éterniser au pouvoir par le biais des modifications de la constitution.
MEDIAS, CENSURE ET ROLE D'INTERNET DANS LE DEVELOPPEMENT DU MOUVEMENT POPULAIRE TUNISIEN
Avant le 14 janvier, la majorité des médias Tunisiens suivaient la ligne gouvernementale et rapportaient sans approche critique les activités du président déchu et du RCD l'ex-parti au pouvoir.
Le pays comptait trois journaux au faible tirage, deux hebdomadaires et un mensuel, critiquant le gouvernement. Ce dernier a retiré des kiosques tous les exemplaires des deux hebdomadaires et il empêche les journalistes étrangers de pénétrer sur son territoire.
Face à cette censure et au manque de couverture par les médias nationaux, la lutte se fait également sur Internet où le collectif Anonymous annonce soutenir le mouvement en solidarité avec les manifestation. Les sites Web de la Bourse de Tunis, du ministère des Affaires étrangères, du ministère de l'Industrie, du ministère du Commerce, du gouvernement ou encore de la présidence de la République sont notamment attaqués. Des photographies montrant la dispersion de manifestants circulent via Twitter, des vidéos prises depuis des téléphones portables sont mises en ligne et reprises par France 24 et Al Jazeera.
Pour lutter contre le phénomène, les autorités surveillent Facebook et bloquent certaines pages. La police, quant à elle, exerce un filtrage global au niveau des fournisseurs d'accès. Les jeunes organisent des manifestations via Facebook notamment celle du 14 janvier. Le 6 janvier 2011, trois blogueurs « cyberdissidents » sont arrêtés par la police. Certaines pages de médias étrangers comme France 24, Le Nouvel Observateur, la BBC, Rue89 et Al Jazeera sont bloquées, jusqu'à une levée partielle de la censure annoncée par Ben Ali lors de son allocution du 13 janvier.
Les révélations de WikiLeaks sur la corruption du « clan Ben Ali-Trabelsi » et la nature « mafieuse » du pouvoir, traduites et reprises par des sites tunisiens comme nawaat.org, ont participé à la flambée de colère contre le gouvernement.
Plusieurs personnalités journalistiques tunisiennes soutenaient l'ancien régime et la politique du président déchu Ben Ali. Parmi elles figure Boren Bsaiess notamment par son apparition télévisé durant la révolution tunisienne sur la chaîne Al Jazeera et dans laquelle il défendait la position du gouvernement vis-à-vis des contestations populaires tunisiennes.
LA SORTIE PROPAGANDISTE DU REGIME BIYA, BOUFFONNE ET CONFUSE
Voici ce que la machine propagandiste de Paul Biya a trouvé comme meilleure stratégie après la chute de Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par les manifestations de rue, dans leur tentative de décourager la jeunesse camerounaise à prendre la succès burkinabé comme source de revitalisation pour son prochain soulèvement. Par le biais de leur chargé de mission à Facebook, le neveu de Paul Biya et ancien député suppléant du Rdpc Claude Abate, voici comment est formulée l'offensive du régime Biya: "le problème des journalistes et sympathisants de l'opposition chez nous c'est qu'ils ne comprennent rien à la politique et à la réalité du pouvoir. Ils croient que la politique est un jeu de playstation ou un spectacle voire une émission de guignols. Ils croient que le pouvoir [se prend] sur Facebook derrière leurs claviers."
Ceci se passe de commentaire, quand on voit, suivant la récapitulation des faits ci-dessus faite par Wikipedia, que Facebook, Twitter, les réseaux sociaux, et surtout l'usage des téléphones cellulaires individuels pour filmer les démonstrations populaires et les atrocités commises par la milice terroriste de Paul Biya appelée B.I.R. et les gendarmes, sont indispensables pour gêner les maîtres occidentaux du boucher au pouvoir.
Pour ce faire, les jeunes qui organisent les manifestations sur le terrain doivent s'assurer qu'ils utilisent des téléphones satellitaires qui ne peuvent pas être bloqués par le régime liberticide et les opérateurs téléphones locaux qui lui sont soumis. Il y a divers noms des téléphones satellitaires, le plus connu en étant Thuraya, dont le satellite couvre l'Afrique. Les activistes locaux ne doivent pas hésiter de solliciter leurs contacts de la diaspora pour obtenir des outils indispensables de ce genre, parmi tant d'autres.
N'oublions jamais que les tyrans à la tête de nos pays ne sont que des tigres en papier, des peureux. Tant que les tireurs des ficelles des marionnettes qu'ils sont leur assurent leur soutien, ils sont capables de rayer au besoin tout le peuple d'un pays qu'ils sont supposés gouverner. Mais si leurs maîtres occidentaux leur retirent leur soutien, comme les États-Unis et la France ont retiré leur soutien à Blaise Compaoré, et leur demandent de laisser le pouvoir, ils vont le faire aussitôt, en rentrant leur queue entre les pattes. Car, sans l'aide des forces impérialistes occidentales, Paul Biya, Idriss Deby ou Omar Bongo ne sont absolument rien.
Leur propagande actuelle est tellement bouffonne, traduisant ainsi leur désarroi. Quand leur boucher Paul Biya est accusé de massacres, ils disent que ce sont des bavures des forces de l'ordre, alors que leur chef qualifie lui-même de "vandales" et d'"apprentis sorciers" les manifestants non violents de la rue, qu'il a fini par présenter dernièrement comme les équivalents des terroristes de Boko Haram, qu'il promet de vaincre. Quand on l'accuse de détournements des fonds publics, de corruption, d'impunité accordée aux délinquants gouvernants, ils répondent que Paul Biya est bon mais seul son entourage est mauvais. Car, disent-ils, Paul Biya est un homme de paix qui mérite le Prix Nobel de la paix, parce qu'il garde le Cameroun dans la paix et la stabilité.
Mais quand on demande aux jeunes camerounais de descendre dans la rue exprimer leur mécontentement contre le refus de l'alternance au pouvoir et l'incapacité de Paul Biya à assurer au Cameroun la bonne gouvernance et le démarrage de l'économie, ils répliquent systématiquement: "N'envoyez pas les enfants des autres se faire tuer, envoyez vos propres enfants dans la rues pour chasser Biya!". Reconnaissant ainsi que Paul Biya est effectivement un boucher, un monstre qui massacre les Camerounais qui osent lui dire "ASSEZ!".

Par Ndzana Seme,
http://africanindependent.com/news/?p=2467

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 20:30

Ali Bongo est-il le fils biologique du feu dictateur Bongo Ondimba ? Les Gabonais exigent un test ADN si la famille Bongo  est honnête

 

 

Déclaration de Pascaline BONGO

Réponse des gabonais

Réponse des gabonais

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans biologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine