Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 09:52
VACCINATION :  VOTRE DROIT DE SAVOIR, VOTRE LIBERTÉ DE CHOISIR

VACCINATION :

VOTRE DROIT DE SAVOIR, VOTRE LIBERTÉ DE CHOISIR

 

D’après le discours historique de Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC au Congrès 2014 de Minneapolis sur la liberté en matière de santé.

 

 

 

Ces petites merveilles sont les cadeaux les plus précieux que nous fait la Vie. A peine nés, ils ne cessent de nous émerveiller. Nous avons l’impression de les aimer de tout notre cœur et plus que tout. Ces petits nous aiment, nous font totale confiance comme personne d’autre ne le fera jamais.

 

Et… un jour, nous réalisons qu’ils ont grandi, qu’ils font leur propre vie et, qu’à leur tour, ils tiennent leurs propres bébés dans les bras. C’est bien ainsi que se déroule l’ordre naturel de la vie.

 

Mais cet ordre naturel, beaucoup de petits enfants ne le connaîtront jamais. Certains sont déjà morts, d’autres iront rejoindre les rangs des handicapés, d’autres encore grandiront et mourront dans des institutions d’état avec des corps d’adultes et des cerveaux de bébés. Pour ces enfants, l’ordre naturel des choses aura été changé pour toujours par des vaccins fabriqués de main d’homme, et qu’ils ont été légalement contraints de recevoir.

 

Aujourd’hui, l’un des thèmes de conversation parmi les plus importants concerne notre liberté de choisir : avons-nous encore la liberté de choisir comment nous allons maintenir notre santé physique, notre santé mentale, notre santé émotionnelle, notre santé spirituelle ? Ces questions nous poussent finalement à examiner des politiques scientifiques, philosophiques, juridiques, économiques et culturelles complexes.

 

Ce qui rassemble tous ceux qui entrent dans le débat ouvert sur la vaccination et sur la santé, c’est l’engagement de défendre l’intégrité physique, ainsi que le droit inaliénable à l’autodétermination qui a été mondialement reconnu comme un droit humain fondamental. Parmi les problèmes les plus débattus et ayant trait à la santé, il y a celui de savoir si des individus peuvent entrer en désaccord avec les politiques officielles de santé, ainsi que celui d’exercer leur liberté de pensée, de parole, de conscience à propos des vaccinations.

 

La vaccination est un acte médical qui a été promu à un statut sacro-saint par ceux qui contrôlent le système médical officiel. On proclame que la vaccination est la découverte scientifique et l’acte médical le plus important de toute l’histoire de la médecine.

 

En utilisant des symboles religieux et un discours de « croisade », les partisans de la vaccination, la décrivent comme étant un véritable Saint-Graal. Ils prétendent que les vaccins vont éradiquer toutes les causes de maladies et de décès sur la terre. Et ceux qui en doutent ne sont que des ignorants insensés.

 

Dans les années 1970, le Dr R. Mendelsohn, Pédiatre, qui se décrivait lui-même comme un hérétique médical, a voulu avertir le peuple que la science était devenue une religion et que la vaccination était devenue son nouveau sacrement.

 

 

Au 21ème siècle, si vous refusez de croire que la vaccination est un devoir civil et moral, et si vous osez remettre en question la sécurité des vaccins ou revendiquer le droit légal de refuser un ou plusieurs vaccins recommandés par le gouvernement, vous courez le risque d’être étiqueté hérétique, anti-scientifique, traitre menaçant la santé publique et, en tant que tel, vous ne méritez que d’être humilié, réduit au silence et puni pour votre contestation.

 

La liberté de pensée, de parole et l’autonomie.

 

« Pour savoir qui vous impose sa loi, il suffit simplement de trouver qui vous n’êtes pas autorisé à critiquer », a déclaré Voltaire, le grand écrivain du 18ème siècle, de l’Age des Lumières. Voltaire a été emprisonné plusieurs fois à la Bastille parce qu’il avait voulu défendre la liberté de pensée et de parole avant la Révolution Française […]

 

Il n’y a jamais eu meilleure époque que la nôtre pour mettre au défi ceux qui veulent, d’une main de fer, diriger notre santé. Nous avons le pouvoir, et tout ce qui nous est nécessaire.

 

 

 

« Pour savoir qui vous impose sa loi, il suffit simplement de trouver qui vous n’êtes pas autorisé à critiquer »  VOLTAIRE

 

L’information, c’est le pouvoir

 

Au  21ème siècle, nous possédons les outils nécessaires  qui nous permettront d’accéder à un nouvel âge des Lumières afin de libérer le peuple et lui permettre de reprendre en main et sa liberté et sa santé… Internet  nous permet de contourner les médias achetés, dominés par l’industrie et les gouvernements. Internet nous permet, grâce à nos ordinateurs, tablettes, smartphones, de communiquer largement et publiquement ce qui est arrivé à notre santé, à celle de nos enfants après des vaccinations.

 

Nous sommes reliés les uns aux autres comme nous ne l’avons jamais été, et il est grand temps de parler des vaccins,  des microbes et des véritables causes de la mauvaise santé des populations. Il est grand temps de faire face à nos peurs et d’arrêter de croire que nous et nos enfants allons tomber malades, allons mourir si nous ne croyons pas et n’exécutons pas les ordres de ceux auxquels nous avons donné le pouvoir de gérer notre système de santé avec une main de fer.

 

Un peuple libre a le pouvoir de rejeter le seul recours à un unique modèle médical souvent dispendieux, certains disent même inefficace, qui a dominé les affaires de santé aux Etats-Unis depuis maintenant près de deux siècles. […]

 

Un peuple libre peut refuser d’acheter des aliments génétiquement modifiés. Un peuple libre a le pouvoir de prendre ses distances vis-à-vis des médecins qui menacent et punissent des patients qui refusent d’obéir à leurs ordres de se faire vacciner chaque année contre la grippe, ou de faire administrer à leurs enfants tout le programme vaccinal recommandé sans qu’ils puissent poser de questions ou réclamer des exemptions.

 

Les arguments les plus rationnels et les plus irréfutables pour défendre les libertés en matière de santé, comme en matière de vaccinations sont fondés sur l’éthique, la loi, la science et l’économie. Le droit humain à un consentement libre et éclairé à la vaccination est le meilleur exemple qui doit, sans plus attendre, faire se lever les américains pour défendre, sans compromis, leur droit inaliénable à l’autonomie et à la protection de leur intégrité physique.

 

Au NVIC, nous encourageons fermement le principe hippocratique « d’abord ne pas nuire ».

 

Au NVIC, nous n’argumentons pas pour ou contre les vaccins. Nous soutenons le droit légal et fondamental de prendre des décisions informées et volontaires en matière de santé, comme de choisir de faire tous les vaccins recommandés par le gouvernement, quelques uns de ces vaccins seulement ou pas de vaccin du tout.

 

Avec le NVIC, nous agissons dans un environnement qui devient chaque jour plus hostile et qui est créé par l’alliance médicale commerciale, l’industrie et le gouvernement qui veulent faire passer des lois qui obligeraient tous les américains sans exception à faire tous les vaccins recommandés officiellement ou à subir  les sanctions prévues.

 

Les habitants de Californie se sont levés pour défendre les exemptions à la vaccination.

 

 

En 2012, de nombreux habitants de Californie se sont rendus à Sacramento pour protester contre une loi introduite par un parlementaire pédiatre et qui avait pour objectif de rendre plus difficile l’obtention d’exemption à la vaccination pour raison de croyances personnelles. Ces citoyens ont répondu à nos appels  et ont défilé devant les bâtiments du Capitole, parfois accompagnés de leurs enfants, attendant parfois des heures pour pouvoir présenter leur témoignage à la foule. Des mamans, des papas, des grands-parents, des infirmières, des médecins et des étudiants en chiropraxie se sont succédés devant les micros pour présenter leurs témoignages,  parler des dommages de santé subis et parfois des décès .

 

Les Californiens ont inspiré les citoyens du Colorado à se lever en 2014

 

Les actions, les lettres, les e-mails, les témoignages, les appels lancés par les Californiens en 2012 ont encouragé les habitants du Colorado de suivre ce bon exemple quand l’exemption pour croyances personnelles a fait l’objet d’attaques au Colorado. Cette fois, il y eut un nombre suffisant de parlementaires au Colorado qui se sont inclinés devant les évidences.

 

Tous les efforts des citoyens ont été payants, car ils ont pu faire maintenir l’exemption (de vaccination) pour croyances personnelles

 

Einstein a dit : «  Ne faites jamais rien contre votre conscience »

 

Albert Einstein a risqué d’être arrêté en Allemagne dans les années 1930 quand il a pris la parole pour condamner la censure et la persécution des minorités. C’est alors qu’il a dit : « Ne faites jamais rien contre votre conscience, même si l’état vous le demande. » Il faut beaucoup de force pour agir de manière indépendante. Quand tout le troupeau court tout droit vers la falaise, celui qui court dans une direction opposée ne peut que paraître fou.

 

Ghandi : «  Dites ce que vous pensez ! »

 

Ghandi a souvent été persécuté par la majorité qui dirigeait le pays pour avoir contesté leur autorité. Il a eu recours à la désobéissance civile pour manifester sa contestation politique. Il a dit : «  Ne vous excusez jamais d’être droit et correct, d’être en avance sur votre temps. Si vous avez raison et que vous en êtes certain, dites clairement ce que vous pensez. Même si vous êtes le seul de la minorité, la vérité restera toujours la vérité. » 

 

Les gens ne connaissent pas leur vrai pouvoir

Les gens ne connaissent pas leur véritable pouvoir

 

Le fait de partager ce que vous savez être la vérité donnera du courage aux autres pour pouvoir faire des choix selon leur conscience.

 

La vaccination n’est pas un acte patriotique

 

Il n’y a pas de liberté plus fondamentale et de droit naturel plus inaliénable que la liberté de penser de manière indépendante, et de suivre sa conscience quand il s’agit de choisir ce qui pourrait risquer notre vie ou celle d’un de nos enfants. Et c’est la raison pour laquelle le consentement éclairé et volontaire par rapport à un risque médical est un droit humain fondamental.

 

En dépit de ce que vous raconte la propagande diffusée par des experts payés, se faire vacciner n’est nullement un acte patriotique, et refuser un vaccin recommandé par le gouvernement n’est nullement un acte criminel. C’est tout simplement un choix.

 

Bien que nous soyons nés égaux, nous ne sommes pas tous les mêmes.

 

La vaccination doit dépendre d’un choix parce que, bien qu’étant tous nés égaux, avec des droits égaux selon la loi, nous ne sommes pas tous les mêmes. Chacun d’entre nous est né avec des gènes différents, un miocrobiome unique influencé par l’épigénétique qui influence la manière dont nous répondons à l’environnement dans lequel nous vivons.

 

Nous ne répondons pas tous de la même manière aux maladies infectieuses et nous ne répondons pas tous de la même manière aux produits pharmaceutiques comme par exemple les vaccins. Les lois de santé publique qui ne respectent pas la biodiversité et qui forcent tout le monde à être traité de la même manière, sont dangereuses et non éthiques.

 

Mon fils a fait une réaction grave au vaccin Diphtérie-Tétanos-Coqueluche 

 

Quand mon fils Chris a commencé à souffrir de convulsions, d’état de choc et d’inflammation du cerveau dans les heures qui ont suivi sa vaccination Diphtérie-Tétanos-Coqueluche (acellulaire), j’ai compris pour la première fois ce que voulait dire « appartenir à une minorité ». Il avait alors deux ans et demi.

 

 

Chris, le fils de Barbara a fait une réaction cérébrale grave  au vaccin DTCa

 

L’inflammation du cerveau à la suite du vaccin a été suivie d’une régression

 

L’inflammation du cerveau, aussi appelée encéphalopathie dont mon fils Chris a souffert après sa vaccination DTCa a été suivie d’une détérioration progressive de sa condition physique, mentale et émotionnelle, sans compter les infections chroniques, les diarrhées récurrentes, de nouvelles allergies, l’absence de progrès, la perte des acquis précédents, l’incapacité de concentration, ainsi que des modifications de la personnalité et du comportement.

 

Les risques de faire confiance sans vérification

 

Ce qui est arrivé à mon fils, qui était en parfaite santé en 1980, m’a poussée à en apprendre davantage et à essayer de comprendre pourquoi les médecins ne parlent pas des risques vaccinaux et surtout pourquoi un produit commercial qui peut endommager le cerveau et tuer des gens puisse être rendu obligatoire.

 

Pourquoi ai-je cru de manière irrationnelle que les vaccins étaient sûrs et efficaces à 100% ?  Pourquoi avais-je fait une confiance aveugle au médecin au lieu d’étudier la vaccination avec le même zèle que j’avais manifesté quand j’ai fait des recherches sur l’alimentation, l’exposition à des produits toxiques pendant la grossesse, l’accouchement avec ou sans péridurale, l’allaitement ou le biberon ?

 

Tout un parcours pour trouver des réponses

 

J’ai reçu réponse à certaines de mes questions au cours des deux ans de recherches que j’ai effectuées avec l’historien de la médecine Harris Coulter. J’ai alors appris que le vaccin contre la coqueluche contenait une toxine dangereuse, une endotoxine, de même que de l’aluminium et du mercure qui peuvent rendre la barrière hémato-encéphalique perméable.

 

Cette recherche a abouti à la publication en 1985 de notre livre : DPT : A Shot in the Dark. Harris et moi furent les premiers à signaler une association entre  l’inflammation du cerveau et des dysfonctionnements que les médecins appellent convulsions, problèmes d’apprentissage, déficit d’attention et autisme. Mais il faudrait encore 25 autres années de recherche et de contacts avec des politiciens, des médecins de l’industrie, du gouvernement pour pouvoir répondre aux autres questions qui restent en suspens.

 

 

Chaque personne connaît quelqu’un…

 

En 1982, quand j’ai contacté des parents qui avaient des enfants dont la santé avait été endommagée par le vaccin DTC, et quand j’ai fondé le « National Vaccine Information Center », le nombre des Américains qui s’interrogeaient sur la sécurité des vaccins était tellement faible qu’un sondage n’aurait probablement rien pu montrer.

 

Trois décennies plus tard, les sondages nationaux révèlent que la majorité des parents Américains avouent que leur souci numéro un, par rapport à la santé, a trait à la sécurité des vaccins.

 

L’explication de cette situation est tout simplement le fait que chaque personne connaît au moins une autre personne qui était en bonne santé, qui s’est fait vacciner et n’a, dans la suite, plus jamais connu une bonne santé.

 

Militarisation de la politique vaccinale : la peur a pris la place de la confiance

 

Les mamans posent généralement des questions logiques sur la vaccination à leur médecin. Mais quand il arrive parfois à ces derniers de réagir à ces questions avec  une rage irrationnelle ou un refus catégorique de continuer à assurer les soins médicaux quand les mamans refusent certaines vaccinations, il devient alors parfaitement clair que quelque chose ne tourne pas rond quand des médecins se croient obligés de promouvoir et de forcer l’utilisation d’un produit pharmaceutique.

 

La militarisation de la politique vaccinale aux Etats-Unis est en train d’éroder la confiance qui existait entre les patients et leur médecin, et c’est la peur qui a pris la place de cette confiance brisée. Et puis aux Etats-Unis, on est passé de 23 doses de 7 vaccins à 69 doses de 16 vaccins. Une des raisons pour lesquelles les gens posent de plus en plus de questions sur les vaccins est le fait que de grands changements se sont produits dans la politique vaccinale depuis 1982.

 

 

 

La justification utilitariste transformée en loi

 

Il est important de noter qu’au début du 20ème siècle, dans l’affaire Jacobsen V. Massachusetts, la Cour Suprême s’est clairement basée sur des justifications utilitaristes en décidant qu’une minorité de citoyens qui s’opposaient à la vaccination devaient être forcés de se faire vacciner au service de la majorité.- Aujourd’hui, la pensée utilitariste porte un nom plus banal et plus joli. On parle du « plus grand bien ».

 

L’utilitarisme militant fait courir des risques aux minorités

 

[…] Le Troisième Reich s’est servi de la pensée utilitariste comme excuse pour diaboliser les minorités jugées menaçantes pour le bien-être de l’Etat. Avec le soutien des officiels de la santé, la toute première minorité qui fut considérée comme devant être sacrifiée comptait des enfants gravement handicapés, des malades chroniques, des débiles mentaux, en bref les « mangeurs inutiles » comme ils furent appelés.

 

La liste des personnes qui étaient étiquetées comme présentant une menace pour la santé, la stabilité économique ou la sécurité de l’état a continué à s’allonger pour inclure les minorités de gens qui étaient trop vieux, trop juifs, trop catholiques, trop catégoriques dans leurs opinions ou simplement ceux qui ne voulaient pas croire que ce qu’affirmaient les dirigeants de l’Etat était vrai. C’était la liste des personnes stigmatisées par l’Etat, et qui devaient être diabolisés, isolés, craints, suivis de près, isolés…

 

L’utilitarisme relève d’une pseudo-éthique discréditée

 

L’utilitarisme relève d’une pseudo-éthique discréditée qui a été utilisée pour justifier d’horribles abus par rapport aux droits de l’homme, et pas seulement au cours du Troisième Reich, mais aussi par rapport à l’expérimentation scientifique sur des humains, le traitement inhumain des prisonniers ou des dissidents politiques dans de nombreux pays. C’est la raison pour laquelle ce principe ne devrait jamais pouvoir servir de guide dans quelque politique que ce soit ou dans la création de lois par n’importe quel gouvernement.

 

Bien que nous ne puissions marquer notre accord quant à la qualité et à la quantité des preuves scientifiques utilisées par les gouvernements pour déclarer que les vaccins sont sans danger au niveau de la population ; bien que l’Etat puisse avoir le pouvoir, il n’en a certes pas pour autant l’autorité morale pour décréter qu’une minorité d’individus nés avec certains gènes ou certaines susceptibilités biologiques doivent renoncer à leur propre vie, sans leur consentement, parce que la majorité au pouvoir a estimé qu’il s’agissait de ce qu’on a appelé « le plus grand bien ».

 

Nos vies sont définies par les choix que nous faisons

 

La route que nous prenons dans cette vie est définie par les choix que nous faisons. Si nous ne sommes pas libres de faire nos choix, la route que nous prenons dans la vie n’est plus la nôtre.

 

Les choix que nous faisons, il est vrai, peuvent comprendre des risques pour notre corps qui abrite notre esprit. Mais ces choix comptent parmi les plus profonds que nous puissions faire dans cette vie. C’est la raison pour laquelle nous devons être libres de pouvoir les exercer.

 

Plus malades que les générations précédentes

 

Les américains ne savent pas que leurs enfants sont obligés de subir plus de vaccinations que n’importe quel pays au monde n’en exige. Les enfants, les jeunes adultes sont aujourd’hui plus malades que les générations qui les ont précédés. Nous assistons à des épidémies de maladies chroniques et de nombreux handicaps sont à déplorer.

 

 

 

Vaccinés dès le premier jour de vie !

 

Il y a encore tellement de choses que les scientifiques ne savent pas à propos du développement et du fonctionnement du système immunitaire.

 

En 1991, le CDC a décrété que tous les nourrissons en bonne santé, nés de mères en bonne santé devaient recevoir le vaccin contre l’hépatite B dans les 12 heures qui suivent la naissance, alors que l’hépatite B est une maladie qui se transmet par voie sanguine et qui sévit surtout chez les adultes utilisant de la drogue par voie intraveineuse ou qui ont plusieurs partenaires sexuels. En outre, aux Etats-Unis, l’hépatite B a toujours été rare chez les nourrissons et les enfants.

 

Le vaccin recombinant contre l’hépatite B est le premier vaccin génétiquement modifié qui a reçu l’aval des autorités sanitaires aux Etats-Unis. Ce vaccin n’a été testé que sur quelques centaines de nourrissons nés de mères infectées par l’hépatite B avant que le CDC ne recommande aux pédiatres d’administrer le vaccin à chaque nouveau né en bonne santé, né de mère en parfaite santé.

 

 

 

Les compagnies pharmaceutiques, les officiels de santé et les médecins s’autorisent maintenant à manipuler le système immunitaire du fœtus en développement dans le sein de sa mère.

 

Tout a commencé en 2006. Les officiels du CDC ont conseillé aux obstétriciens d’administrer chaque trimestre un vaccin contre la grippe aux femmes enceintes.

 

C’est en 2011 que le vaccin Diphtérie-Tétanos-Coqueluche(a) fut ajouté au programme de vaccination pour chaque femme enceinte, bien que ce vaccin n’ait pas reçu de licence pour une administration de routine chez la femme enceinte. – Les officiels du CDC disent aux médecins que c’est O.K. d’administrer ces vaccins chaque trimestre aux femmes enceintes quelque soit le peu de temps qui puisse séparer deux grossesses.

 

Le but de cette pratique est de remplacer l’immunité passive naturellement acquise et transférée de la mère au bébé par l’immunité artificielle donnée par le vaccin.

 

La FDA (Food & Drug Administration) classe ces quatre vaccins dans la catégorie B ou C des médicaments destinés aux femmes enceintes. Ce qui veut dire qu’il n’existe pas d’études contrôlées adéquates qui peuvent prouver que ces vaccins sont très sûrs pour le développement du fœtus ou pour la femme enceinte…

 

Il est à nouveau inquiétant de prendre conscience qu’une fois de plus les vaccins « passe-partout » ont pris le pas sur la véritable science.

 

 

 

En 2013, un Institut de Médecine a, une fois de plus, reconnu qu’il y avait d’énormes lacunes dans la science vaccinale. Il a reconnu que les médecins ne savent pas prédire quels seront les enfants qui souffriront  des effets secondaires des vaccins.

 

L’Institut de Médecine a aussi conclu que le programme de vaccination recommandé par le CDC n’a pas été adéquatement et scientifiquement évalué par rapport à la sécurité. Il a précisé : les éléments-clé de tout le programme (vaccinal), le nombre, la fréquence, l’ordre, les moments propices et l’âge auquel sont administrés les vaccins ; ces éléments n’ont pas été examinés au cours des études et des recherches.

 

Le programme vaccinal des enfants est-il sûr ?

 

 

 

La guerre aux micro-organismes rend-elle notre monde plus sûr ou compromet-elle l’intégrité biologique de la race humaine. Je ne pense pas qu’il soit sage de berner notre Mère Nature, comme de perturber l’équilibre de ses plans merveilleux.

 

En plus de toutes ces questions à propos de la vaccination et de la santé qui restent sans réponse, nous assistons à une guerre sans précédent contre la liberté de pensée, d’expression, contre l’autonomie même des personnes ici en Amérique.

 

Des médecins haut placés qui créent et vendent des vaccins brevetés et recommandés sont autorisés à s’immiscer dans la politique vaccinale fédérale. En outre, ces gens sont applaudis quand ils s’autorisent à dire aux médecins et aux parents qu’un enfant peut, sans aucun problème, recevoir jusqu’à 10 000 vaccins à la fois.

 

Les universités reçoivent de l’argent des compagnies pharmaceutiques et du gouvernement pour effectuer des essais cliniques sur les vaccins, alors que des experts en bioéthique autoproclamés et des professeurs réclament  que soient criminalisées les personnes qui refusent les vaccins. Ainsi donc, des parents peuvent être accusés de meurtre si un de leurs enfants non vacciné transmet une maladie infectieuse à une autre personne qui en décède ! […]

 

Des idéologues et des propagandistes payés s’occupent d’orchestrer des campagnes haineuses sur internet pour nuire à la réputation, détruire les carrières de médecins, scientifiques, journalistes, juristes, vedettes et parents qui mettent en doute la sécurité des vaccins et qui réclament la liberté vaccinale.

 

On exerce des pressions sur les médecins et les infirmières qui vaccinent pour que ces gens ferment les yeux sur le fait que nous ne sommes pas tous pareils. 

 

 

 

Tout le monde sans exception doit être candidat à la vaccination. On va jusqu’à conseiller aux personnes dont l’immunité est gravement compromise de recevoir la plupart des vaccins. On vaccine des personnes atteintes de cancer, de sida. On néglige de prendre en compte les effets secondaires antérieurs de certains vaccins sous prétexte que ce n’est pas important. On se permet donc de vacciner à nouveau. Et…quand quelque chose de grave arrive, on parle de coïncidences. Il existe un déni collectif qui veut que les vaccins n’aient rien à voir avec toute une série d’effets secondaires.- A quelque niveau que ce soit, personne n’est responsable, que ce soient les fabricants, les vendeurs, ceux qui autorisent, recommandent, rendent obligatoires les différents vaccins.

 

C’est une chose pour le gouvernement que de tenir des vaccinations à la disposition du public qui, en fin de compte, aura la liberté de choisir; c’est une chose complètement différente d’intimider le peuple :

 

Pas de vaccin ? Pas d’école

Pas de vaccin ? Pas d’emploi

Pas de vaccin ? Pas de soins médicaux

Pas de vaccin ? Pas d’assurance

Pas de vaccin ? Pas de visa

 

Le jour est-il proche où il ne nous sera plus possible d’obtenir un permis de conduire, de prendre l’avion, d’obtenir des réductions d’impôts, de louer un hôtel, de faire des achats si nous ne pouvons pas apporter les preuves que nous avons reçu toutes les doses de tous les vaccins recommandés par le gouvernement ?

 

Cette situation risque bien de se produire si les Américains ne se décident pas à se lever aujourd’hui pour saisir les tribunaux, faire appel au législateur, claironner publiquement l’information pour pouvoir enfin mettre des limites au pouvoir de ceux qui, de main de fer, dirigent le système des soins de santé. […]

 

La science n’est pas statique, les médecins ne sont pas infaillibles et nous ne sommes pas tous pareils.

 

Si on permet à l’état d’intimider des personnes pour leur injecter des produits biologiques de toxicité connue ou inconnue aujourd’hui alors, il n’y aura plus de limites par rapport aux libertés que l’état s’autorisera d’enlever au nom du plus grand bien.

 

Pourtant, les signes sont bien là qui nous montrent qu’il n’est pas trop tard pour nous forger un nouveau destin où la véritable santé, la liberté, la vie personnelle, la sagesse de la nature, comme notre besoin de vivre en harmonie avec elle, auront enfin toute leur place.

 

Au milieu des souffrances et de l’oppression que nous percevons tout autour de nous, nous voyons grandir un merveilleux éveil de personnes qui ne veulent plus être malades et dénuées de véritable pouvoir.

 

C’est merveilleux d’être en vie, de lutter, d’être engagé et d’assister à ce réveil de l’humanité qui va balayer un paradigme désuet et mortifère pour que puisse émerger une nouvelle conscience lumineuse.

 

Nous n’arrêterons pas, nous avons foi en la vérité. Notre mission continue. Nous ne voulons pas de vaccinations obligatoires aux Etats-Unis !

 

 

Source : Initiative citoyenne

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Médecine
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 19:10
Le Plan occidental pour le contrôle du golfe de guinée à partir de 2015.

Le Plan occidental pour le contrôle du golfe de guinée à partir de 2015.

 

Exclusivité: Un ex-illuminati fait des révélations sur la chute de Compaoré et révèle le plan des illuminatis pour contrôler l’Afrique en 2015 ( Burkina, Côte d’Ivoire, Nigeria, Cameroun, Gabon, Guinée équatorial, Congos…)

 

Cet écrit décrira ponctuellement certains évènements politiques en Afrique. Mais vous me permettrez de passer par les évènements en Ukraine. Ce document basé sur des éléments classés top secrets, que j’ai obtenu par mes sources au sein des services de l’ombre illuminati, c’est-à-dire la CIA (USA), le Mi6 (Royaume-Unis), la DGSE (France). Ces documents, eh ! bien, je vous en donne quelques bribes essentielles qui je pense, vous aideront dans votre combat de l’information et aider à la lutte pour les libertés de vos peuples.
Ce document sera subdivisé en deux (2) LETTRES. S’il vous plait, faites attention aux propos suivants pour comprendre les évènements passés et ceux qui vont se dérouler car en passe de s’accomplir si rien n’est fait par les peuples qui en sont les cibles.
F.F. DEREKSSEN
Ancien agent des illuminatis

 

LETTRE B : BURKINA FASO-NIGERIA-CAMEROUN-CÔTE D’IVOIRE

Le 16 Janvier 2014, aux Etats-Unis, une cellule de la CIA et certains agents du Mi6 et de la DGSE française tiennent une réunion secrète à West Roxbury, Boston, dans l’état du Massachussetts. Ordre du jour : la mise en œuvre du plan de contrôle de la sous- région Ouest africaine pour l’année des élections, c’est-à-
dire 2015.
Il est dit au cours de cette réunion, que Blaise Compaoré, après de bons et loyaux services, doit débarrasser le plancher pour le nouvel homme de main. Le moment est bien arrivé à maturité pour mettre à exécution. La révolte du peuple burkinabèle plan. Il fallait encourager Blaise Compaoré quant à la modification de la constitution afin de se maintenir au pouvoir. Les agents contrôlés par la France sont commis à la tâche pour cela. Ce dernier tombe pour ainsi dire dans le piège car en face, les leaders de l’opposition sont conditionnés pour conduire leurs
militants à la « révolte ». La grande manœuvre est ainsi lancée pour maintenir et entretenir la confusion.
La France sous conduite des Etats-Unis, mène pour ainsi dire le grand jeu d’intérêts géopolitiques en Afrique de l’ouest. Le but principal est d’aboutir à un chaos psycho-politique médiatisé en dernier ressort afin de se laver les mains et présenter Monsieur Compaoré comme le problème du pays suite aux
manifestations denses des militants de l’opposition. Mais en vérité, Blaise Compaoré est l’objet d’un « limogeage » de la part de ses employeurs français et américains. Il fallait passer à autre chose pour le contrôle de l’Afrique de l’ouest.
En faveur de qui ?
Pour les naïfs de la politique, ce qui s’est passé au Burkina-Faso est une révolution du peuple burkinabè fatigué de voir les mêmes personnes à la tête du pays. Mais ce qu’ils ignorent pour beaucoup, c’est que la nature humaine qui a en elle les gênes de lassitude est plus facile à exploiter si l’on s’y prend bien comme
savent le faire les services secrets occidentaux. Cela a marché en Tunisie et en Egypte (brièvement dans ce pays), en Ukraine, etc. mais ces manœuvres sont limitées si les masses populaires ont une éducation politique avérée. Les occidentaux voulaient un départ de Blaise Compaoré par le maintien en l’état actuel de la constitution burkinabè, en l’occurrence l’article 37. Blaise Compaoré sait trop de choses pour être déchu de façon humiliante et dramatique. Bref ! Monsieur Compaoré est un poison pour ses employeurs.
C’est pourquoi dans la précipitation, face à la tournure imprévue des évènements, une intervention militaire française a failli être engagée pour sauver ce dernier à partir de la Côte d’Ivoire afin de le garder jusqu’aux prochaines élections auxquelles il n’avait pas droit. En somme, une liquidation politique en douceur pour services rendus et placer le nouvel « employé ». Mais au vu des évènements d’une ampleur jamais constatés dans le pays, une force spéciale française avec soldats de race noire est mise en préparation à partir de la Côte d’Ivoire pour aller sur place, contenir la foule burkinabè pour éviter ce qui est arrivé par la suite. C’est alors que les partisans de la révolte vivants en Côte d’Ivoire, informent leurs
compatriotes sur le terrain au pays. C’est ainsi que la foule anticipe et déferle sur les bâtiments administratifs dont l’assemblée nationale qui est mise à sac et incendiée. Blaise Compaoré est surpris, la France, les Etats-Unis aussi sans parler d’Alassane Ouattara et son gouvernement qui sont pris de panique.
Le constat est clair. Il est trop tard pour rétablir la situation, mais dans un baroud d’honneur il est alors conseillé à Blaise Compaoré de faire une déclaration pour diriger une transition afin d’aboutir aux élections prochaines. Mais hélas, la mayonnaise ne prend pas et la démission de ce dernier est proclamée dans la
précipitation pour sauver les meubles, quitte à récupérer la situation par les menaces puis préparer le terrain pour l’homme de main des illuminatis, c’est-à-dire Zéphirin Diabré, l’ancien cadre de AREVA,
compagnie française qui exploite abusivement l’uranium nigérien et candidat aux élections de 2015. Le plan occidental pour le grand Nigéria, est qu’il faut l’affaiblir en le subdivisant en micro états.
En 2010 bien avant les élections en Côte d’Ivoire, les services du secrétaire d’état Hillary Clinton approchent le sulfureux président nigérian Goodluck Jonathan pour le convaincre de participer à la guerre qui pourrait avoir lieu contre Laurent Gbagbo si le plan de trucage des élections contre lui, échouent face à Alassane
Ouattara. Alain Juppé, alors ministre des affaires étrangères françaises envoie ses hommes contribuer à la manœuvre américaine. En échange de quoi il peut s’assurer d’être réélu aux prochaines élections de son pays sans oublier son quota lors du partage du butin en ce qui concerne la manne pétrolière du Nigéria. Des
jours heureux lui sont garantis après son départ du pouvoir.
Pauvre Goodluck ! Il ne savait pas qu’il se jetait dans une nasse sans retour. Pendant qu’il s’activait à préparer l’éviction de Laurent Gbagbo du pouvoir, il mit la N.I.A (National Intelligence Agency), le service secret du Nigéria à la disposition de la CIA. Alors que cette même CIA préparait à son insu, les hommes deBoko Haram dont la tâche est de créer un califat islamique au nord du même Nigéria avec base arrière, le Tchad de Idriss Debi Itno, un autre agent au service des illuminatis.
Monsieur Goodluck Jonathan, aveuglé par les propositions occidentales, ne se doute pas un seul instant que ces derniers lui réservaient le démembrement de l’immense Nigéria. Lui qui croyait naïvement être un  partenaire privilégié des grandes puissances.


Aujourd’hui, au lieu d’une retraite dorée comme promise, il se voit confronté à la pire des crises de son pays avec une armée en difficulté face aux « terroristes » de la CIA américaine qui compte sur cette terreur pour débarquer ses troupes au compte de l’AFRICOM ( armée d’occupation illuminati) comme décidé depuis 2001. Avec ces gens, il ne faut jamais s’allier car ils finissent par griller tous ceux qui se sont mis à leur disposition.
Je disais plus haut que le but de Boko haram est de créer un califat islamique et contribuer au démembrement du Nigéria, mais l’autre objectif est d’en faire de même avec le Cameroun voisin qui dispose d’un potentiel énorme digne d’une grande puissance. C’est pourquoi des nationaux camerounais, originaires du nord de ce pays sont approchés et recrutés par la CIA pour en faire des djihadistes fanatiques avec l’objectif de créer un califat islamique comme au Nigéria. Mais l’armée de ce pays n’y va pas de main morte avec les supposés djihadistes qui, malgré un armement de qualité fournie par les services secrets occidentaux (CIA, Mi6, DGSE), n’arrivent pas encore à avancer sur le terrain militaire comme prévu. Car bien avant, la France crée une grave crise militaire en Centrafrique afin de perturber et brouiller les services d’intelligence de la sous-région et infiltrer le Cameroun avec des djihadistes vers Yaoundé, la capitale du pays. Ceci pour collecter des renseignements utiles pour aider à l’avancée de leurs combattants au nord. 1850 espions de Boko haram ont infiltré Yaoundé et Douala en collaboration avec les ambassades américaine et française. Des hommes de mains avec mandat spécial y travaillent à déstabiliser le pays sous supervision d’agents infiltrés de la CIA et maintenant sous celle monsieur Michael Stephan Hoza, nouvel
ambassadeur des USA près la république du Cameroun en collaboration avec Madame Christine Robichon, ambassadeur française dans ce même pays. Il faut aussi comprendre que l’audition de l’ambassadeur américain au congrès de son pays avant d’être accrédité, sert à brouiller les pistes des services de renseignements camerounais que sont le CND (Centre National de Documentation), la DGRE (Direction General de la Recherche Extérieure) et la DST (Direction de la surveillance du territoire). Vigilance est donc imposée aux autorités de ce pays car le plus dur arrive en vue de le déstabiliser car la CIA, le Mi6 et la DGSE s’y activent en feignant l’accalmie.Décidément, la Côte d’Ivoire n’en a pas encore fini avec la racaille occidentale et leurs sous fifres au
pouvoir et dans les partis d’opposition.
Avant les élections de 2010, la communauté internationale (sans la Russie et la Chine), avait planifié sa stratégie en faisant de Mamadou Coulibaly, le cheval de Troie qui devait détruire le Fpi de l’intérieur. Dans le plan des illuminatis, les élections de 2015 devaient aboutir à un face à face Alassane Ouattara et
Mamadou Coulibaly. A travers la « victoire » préparée de Ouattara pour 2015, la mort du parti de Laurent Gbagbo serait ainsi acquise car ce parti est considéré comme dangereux par la communauté internationale. Mais fait inattendu, malgré le choc militaire approprié qui a défait Laurent Gbagbo, ses partisans qui voyaient en Mamadou Coulibaly, la relève qui allait continuer le combat, se braquent dès lors que l’intérimaire à la tête du parti se met à tenir des propos étranges et décalés par rapport à leurs espoirs.


Mamadou Coulibaly est alors mis en minorité et est obligé de rendre le tablier et créer son propre parti politique qui est aujourd’hui l’ombre de lui-même.
La communauté internationale n’en revient pas. Ce Mamadou Coulibaly, idole des jeunes patriotes dont les ouvrages sont devenus culte, est vomi par ces derniers qui voient en lui le traitre absolu. Laurent Gbagbo vivant et encore vivace dans les esprits, la détention de Affi N’guessan devient alors du pain béni pour une
nouvelle tentative de destruction du Fpi. La communauté internationale décide alors de sortir le grand jeu. Libérer certains prisonniers politiques et non des moindres dont Pascal Affi N’guessan, encore président statutaire de son parti.
Je rappelle que l’ordre pour sa libération vient de Washington et Paris pour qui le temps presse. Alors le plan suivant est mis en branle.
Affi N’guessan, le président statutaire du Fpi avait pour premier intérêt de refroidir les ardeurs des souverainistes ivoiriens (majoritaires selon les sondages de la CIA) qui n’entendent aucunement baisser les bras malgré la thérapie de choc militaire appliquée par la France et L’Onu en 2011.
Les tournées de Pascal Affi N’guessan juste après sa sortie de prison, répondaient à un objectif simple : remobiliser les masses populaires pour le nouveau « réveil » du Fpi. Partout c’est l’affluence aux meetings du Fpi. Nostalgiques, les militants et les patriotes n’en reviennent pas, eux qui n’arrivaient pas à organiser de rassemblements politiques à cause de la dictature ambiante. C’est les larmes de joie et les retrouvailles François Hollande, président françaisqui sont constatés sur le terrain politique. A Paris et Washington, on retrouve le sourire car la première phase du plan est concluante et prometteuse. On laisse Affi N’guessan tenir des discours provocateurs et engagés contre Alassane Ouattara qui panique et répond par des menaces. La tension est palpable, augurant ainsi des lendemains meilleurs pour la deuxième phase du plan de Paris et Washington.
Voyant que le président du Fpi est adulé partout où il passe, il est alors imposé d’appliquer le deuxième volet de la stratégie c’est-à-dire faire rentrer Affi N’guessan dans les rangs tel que voulu par ses nouveaux « maitres » à Paris et Washington. Cela veut simplement dire, capitaliser le succès populaire post carcéral.
C’est là que tout se complique à nouveau pour ces derniers qui ne comprennent pas encore que les temps ont changés en Afrique. En effet Affi N’guessan inquiète et provoque la rage des souverainistes ivoiriens qui n’entendent pas se liquider politiquement même si cela vient du président du Fpi. C’est la grogne dans
les bases où l’on se pose mille et une questions. Bien avant, le président Affi N’guessan se voyant en difficulté effectue un réaménagement de la direction du parti. C’était l’erreur à ne pas commettre car cela permet aux plus sceptiques de comprendre qu’Affi Nguessan a abandonné la lutte pour servir d’autres
intérêts.
C’est une des raisons de la venue de François Hollande en Côte d’Ivoire pour lui remonter les bretelles vu la force des adversaires au sein du Fpi. Il faut aller aux élections de 2015, en échange de quoi tous les comptes d’Affi N’guessan et de ses complices internes seront dégelés, leurs droits seront reconnus afin de couler des jours tranquilles pour services rendus. La grande arnaque qui pousse le faible président du Fpi à la faute politique dangereuse pour l’avenir de son pays.
C’est à la vue de tout ceci que ceux que la rue abidjanaise appelle la génération Blé Goudé sont galvanisés par les leaders de jeunesse d’une terrible influence comme Justin Koua et David Samba. Ces deux individus aux réputations d’incorruptibles sont devenus le remède contre le parasitage politique d’Affi N’guéssan et ses acolytes qui ont choisi la voie de la soumission.


Affi N’guessan, Un homme faible et Déjouant l’attente des militants L’ex-vice-présidente de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Ago Marthe se voit confier une tâche de secrétaire chargée de la libération de Laurent Gbagbo par Affi N’guessan comme pour s’en débarrasser. Mais c’est méconnaitre le dynamisme de cette dernière qui s’y emploie intelligemment en devenant par ses actions, plus importante que Affi N’guessan aux yeux de la jeunesse ivoirienne et des souverainistes. La C.I.A se pose la question de savoir ce qui se passe. Normalement, les bombardements intensifs puis
l’arrestation et la déportation de Laurent Gbagbo devraient avoir raison des ivoiriens. Dans l’histoire de l’Afrique noire, l’on n’a encore jamais vu cela. La tournée triomphale d’Affi N’guessan après sa sortie de prison qui avait pour but d’apprivoiser les masses avec objectif de les conduire aux élections de
légitimation d’Alassane Ouattara en 2015. Il se trouve que les souverainistes ivoiriens ont la peau dure.
Les enquêtes de la DGSE française et de la CIA démontrent à 81% que les ivoiriens voient en Affi N’guessan, un traitre lui et ses soutiens Amani N’guessan et autres. Alors, la CIA inscrit Justin Koua et David Samba sur sa liste noire d’hommes dangereux à museler ou supprimer au besoin en faisant d’eux de futurs térroristes. Mais le problème est qu’ils sont soutenus par la masse de jeunes souverainistes du pays. Le constat sur le terrain est sans appel, les souverainistes sont majoritaires et prêts à continuer le combat sans le président actuel du Fpi. S’en est trop. Mais ce qui est plus compliqué est que la jeunesse ivoirienne,
celle non militante du Fpi, se détache de la ligne d’Affi Nguessan qu’ils accusent de trahison. Le journal officiel du parti ne se vend même plus contrairement aux autres quotidiens « bleu » resté fidèles à la vision de Laurent Gbagbo. Désormais les regards sont tournés vers le congrès du parti prévu pour décembre 2014.
Voyant le danger, le président du Fpi organise une nouvelle tournée mais évite les meetings car il est conscient qu’il ne connaitra plus les mobilisations populaires connues lors de sa sortie de prison. C’est donc les rencontres dans des endroits clos pour divulguer des inepties. Cette nouvelle tournée ne rencontre pas non plus le succès escompté. Et comble de malheur, la candidature de Laurent Gbagbo est annoncée pour la présidence de son parti, bouleversant tout à coup les données sur le terrain.
C’est le choc que Washington et paris n’attendaient pas. C’est donc pour tout cela que qu’ils ne veulent rien laisser au hasard et envoient le dimanche 02 novembre
un agent de la CIA, nom de code « cheyenne », sous couverture de l’ambassadeur américain Terence P. McCulley, afin d’aider Affi N’guessan lors de ce congrès tant redouté par les illuminatis. La CIA vient de débloquer la somme de1.000.000 de dollars US pour corrompre la machine politique du Fpi dans un seul but : faire gagner Affi Nguessan au congrès afin qu’il participe aux élections de 2015. Après quoi, tous ceux qui auront soutenu Affi Nguessan, verront leurs comptes en banque garnis et le Fpi, qui perdra les élections car tout est déjà planifié, sera montré à la face du monde qu’il n’est plus le parti redoutable et populaire comme les gens le pensaient. Ago MartheMais dites-moi chers amis, pensez-vous que c’est pour la simple mise à l’écart d’un parti politique encombrant tel que le Fpi qui provoque toute cette manœuvre préparée par Washington et Paris ?
Si c’était pour ça uniquement, votre expérience politique suffirait à régler le problème, mais ce n’est pas le cas.
Toute cette bataille débutée en 1993 avait une logique complexe et criminelle. C’est-à-dire quoi ? Washington, Londres et Paris ont prévu de faire de la Côte d’Ivoire un pays sans nationaux véritables, un pays sans conscience nationale. Le but est donc d’aboutir à un « pays » dirigé politiquement par les immigrés dociles prêts à servir de vassaux. Ce genre d’individu ne se révoltera jamais contre
l’exploitation abusive des richesses du sous-sol et du pétrole de la Côte d’Ivoire que Laurent Gbagbo voulait pour son peuple.
La communauté internationale lorgne avec gourmandise les réserves de pétrole du golf de guinée, l’or, le diamant, la bauxite, le fer etc… tout une richesse qui en 8 ans de gestion sérieuse et engagée fera de votre pays et sa sous-région des nations vraiment émergentes et puissantes avec des partenaires commerciaux avantageux.
Autre chose importante à savoir et à méditer. Si Alassane Ouattara est « réélu » comme voulu, vous verrez alors ce que vous ne verrez plus de votre vie. Selon l’agenda des illuminatis, lors du « prochain mandat » de Ouattara, tous les chefs rebelles qui l’ont soutenu seront liquidés ou emprisonnés afin d’effacer toutes traces compromettantes. Des assassinats ciblés seront mis en application pour éliminer tous les exilés encombrants sans omettre les leaders politiques souverainistes locaux qui seront accusés de terrorisme. Tous les jeunes loups aux dents longues du Pdci-Rda seront également liquidés par des méthodes élégamment sophistiquées. Les médias internationaux créeront de la diversion pour camoufler ce grand « nettoyage » et de « pacification » en prêt à l’emploi. Tout dépend de l’issue des élections de 2015.
Sans écarter le fait que si la Côte d’Ivoire « tombe » en 2015, elle le sera avec les autres pays membres de l’Uemoa. En revanche si elle s’en sort, elle connaitra une prospérité jamais vu tout en sauvant 300 millions d’habitants ouest africaine de la déchéance socio-économique et politique.
Pour ne rien négliger et vu l’enjeu géopolitique du moment, une campagne médiatique démesurée sur le virus Ebola est déclenchée pour « préoccuper » et inquiéter les esprits pour les déconcentrer quant aux
élections qui viennent. C’est pour ça et rien d’autre afin de surprendre tout le monde mis alors devant le fait accompli quand les échéances seront tout à coup proches face aux populations mal préparées pour les votes.
L’enjeu comme vous le constatez, est immense et ne laisse pas de place à la faiblesse, à la peur et à l’appât du gain.Par la voix de Blé Goudé lors de sa dernière intervention à la Cpi, Laurent Gbagbo fait comprendre
intelligemment à tous qu’il n’est pas en quête de liberté physique. Laurent Gbagbo veut la vérité qui libère véritablement sans compromission ridicule comme Affi N’guessan veut le faire croire en en faisant un fonds de commerce politique pour arnaquer les militants qu’il croit naïfs.
Tout ce théâtre criminel des illuminatis est en branle par peur de voir la Russie et la Chine s’implanter durablement en Afrique avec des avantages économiques pour toutes les parties. Ces deux pays le savent et soutiendront tous ceux qui auront le courage de se battre courageusement pour la défense des intérêts de leurs peuples. Les occidentaux savent que militairement et économiquement ils ne pourront rien contre ces deux hyperpuissances qui sont convaincues que si chaque nation arrive à garantir le minimum vitale pour sa population, les chances d’une véritable paix dans le monde sont possibles. Les illuminatis ne sont pas invincibles et tendent vers le déclin. C’est imparable et ils le savent.

F.F. DEREKSSEN
Ancien agent des illuminatis

Source : http://abidjantv.net

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Géostratégie
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:52
Djaffar Hema Ouattara Maître coranique Burkinabé.

Djaffar Hema Ouattara Maître coranique Burkinabé.

Révélation de Djaffar Hema Ouattara à propos du colonel Zida: « Zida c’est Blaise. S’il reste, il fera 27 ans comme Blaise »

Maître coranique et prédicateur, l’homme est connu pour son franc parlé, mais parfois traité de «fou» par certaines personnes. Djaffar Hema Ouattara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’a jamais hésité à appeler Blaise Compaoré, ex-président du Burkina, à abandonner le pouvoir à la fin de son mandat en 2015. Les choses ayant pris une autre tournure, nous avons bien voulu lui donner la parole afin qu’il se prononce sur la situation. Dans une interview qu’il nous a accordée à son domicile, le lundi 3 novembre 2014 à Bobo-Dioulasso, l’homme est revenu sur ses interpellations qui, selon lui, n’ont pas été prises en compte. Quant à la gestion de la transition, il s’est farouchement opposé qu’elle soit confiée à l’armée qui, de son avis, n’a pas été formée pour ça.

Vous l’aviez toujours dit. A chaque fois que l’occasion se présentait, vous n’hésitez pas à appeler Blaise Compaoré à céder le pouvoir à la fin de son mandat en 2015. Apparemment, l’on ne vous a pas écouté et aujourd’hui la situation vous donne raison. Quel commentaire?

Quand je parlais, on me traitait de fou. Et voilà là où nous sommes arrivés. Ce que les gens ont oublié, c’est que les paroles du fou sont souvent pleines de sagesse. Travailler avec ces paroles, peut souvent nous éviter le pire. Moi, je parlais et d’autres personnes aussi. S’il avait écouté, on aurait dû contourner cette situation. Blaise m’a toujours pris pour un fou. Sinon, il écoute mes propos. Il a des agents qui sont chargés de lui relayer tout ce qui se dit le concernant. Je lui parlais en tant que frère, car nous sommes tous Burkinabè. C’était pour éviter que tous payent pour cette crise qu’on parlait à longueur de journée. Quand tu es président, il faut écouter tout le monde, même les fous. Dieu même qui nous a créés, nous écoute et choisit ce qui est bien. Maintenant qu’il n’a pas voulu entendre raison, ce qui devrait arriver est arrivé. Ce que Blaise avait oublié, c’est que le pouvoir est à Dieu qui à son tour le donne au peuple. Et ce peuple-là, choisit quelqu’un pour le diriger.Si je te donne quelque chose à garder et qu’un jour je viens te demander de me le remettre, il n’y a pas de bagarre en cela. Ça ne t’appartient pas. On te l’avait juste confié et le propriétaire en a besoin maintenant. Si tu n’es pas de mauvaise foi, tu dois être à mesure de le rendre sans le moindre bruit. Si tu refuses, Dieu va te honnir. Et c’est ce qui est arrivé à Blaise. La preuve en est qu’avec tout son armement, le peuple, mandaté par Dieu a repris son pouvoir et l’a chassé en pleine journée. Dieu a montré à Blaise que le pouvoir est à lui. Même les «Billakoros» (bambins ndlr) demandent le départ de Blaise. Qui leur a dit ça? C’est Dieu. Avec quoi l’a-t-on chassé? Des balais, des cartons, des écritures à l’aide de charbon.Est-ce que Blaise est parti réellement? C’est la question que moi je me pose.

En tout cas, jusqu’à preuve du contraire, le pouvoir est entre les mains de l’armée. Est-ce que vous cautionnez cela?

Mais non. Depuis belle lurette, notre pays est géré que par des militaires; on en a marre de ces gens-là. Sangoulé Aboubacar Lamizana, Seye Zerbo, Jean-Baptiste Ouédraogo, Thomas Sankara, Blaise Compaoré et aujourd’hui on nous parle de Zida. Leur place, c’est dans les casernes. Ils ont été formés pour nous surveiller et non pas pour nous gouverner. Qu’ils retournent dans leurs casernes pour mieux assurer la sécurité des personnes et des biens. Qu’ils partent et qu’ils nous laissent gérer notre pouvoir. Il faut que je vous le dise. Zida, c’est Blaise. S’il reste, il fera 27 ans comme Blaise. Il faut qu’il parte dès maintenant.

Est-ce que l’opposition politique n’a pas joué la faiblesse dans cette affaire?

Ça n’a pas été une faiblesse, mais une erreur. Il ne faut pas confondre erreur et faiblesse. Mais, je pense qu’ils ont vite compris en exigeant que la transition soit gérée par des civils. Cette histoire ne se discute même pas. Que les militaires laissent le pouvoir au peuple. Un militaire n’a jamais été formé pour diriger un pays. Son rôle, c’est d’assurer la sécurité de la nation. Moi Djaffar, je ne suis pas d’accord pour que l’armée gère ce pouvoir. Mais, je n’ai pas les moyens. Dieu par contre est capable de tout.

Pendant ce soulèvement populaire, des gens sont allés casser, piller et vandaliser des biens privés, mais aussi des services publics. A votre avis, est-ce que cela n’a pas terni un peu l’image de la révolution?

Vraiment, j’ai été attristé par le comportement de ceux qui se sont donné à ces actes. Mais, comme on le dit, dans un groupe, il y a toujours des bons et des mauvais. Dans le gouvernement de Blaise, il y avait des bons, mais aussi des mauvais. Dans cette histoire, il y avait des gens dont la réflexion était de savoir comment voler. Ce qui est le plus déplorable, c’est l’incendie de la mairie de Bobo-Dioulasso et du palais de justice. Ce sont des endroits où nous serons emmenés à aller pour une raison ou une autre. A la mairie, on aura besoin de papiers. On fait comment? À la justice, c’est pareil. Ceux qui ont fait cela sont mauvais. Mais comme on le dit, le poisson pourrit par sa tête. C’est parce que le gouvernement qui est parti volait que les gens ont eu le courage de le faire aussi. Ils sont responsables de ce qui est arrivé à ce pays. Le peuple était remonté contre eux. Les gens ont cassé des boutiques et autres, c’est vrai. Mais que faisait le gouvernement de Blaise en ce moment. Eux, ils tuaient les gens. Ce qui est encore pire que les casses des boutiques.

Après sa démission, Blaise s’est réfugié en Côte d’Ivoire. Votre commentaire?

Il n’a pas démissionné. On l’a chassé. J’ai aussi appris qu’il est en Côte d’Ivoire.Blaise en Côte d’Ivoire, c’est dire que nous ne sommes pas en sécurité. Parce qu’il est en contact direct avec ses enfants qu’il a formés et mis à la tête de notre pays. Ceux qui sont là actuellement, sont des enfants de Blaise. Un serpent ne donne naissance que d’un serpent. Si on les laisse, ils seront pires que leur maître.

Un dernier mot?

Je veux juste dire à la population de rester toujours mobilisée. Quant aux militaires, qu’ils repartent dans les casernes. C’est leur place, là-bas. Pensez-vous que s’ils s’enracinent, on pourra leur dire la vérité? Non, parce qu’ils ont des fusils. S’ils veulent, on pourra les nommer colonels, chef d’Etat-major et autres. Mais le pouvoir-là, c’est pour le peuple, c’est pour nous. C’est mieux qu’ils partent, sinon, le scénario Blaise risque de se reproduire. C’est-à-dire, 27 ans de règne.

Interview réalisée par Bassératou KINDO

Source: L’Express du Faso

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:47
En images, les sbires de la junte en action.

En images, les sbires de la junte en action.

Burkina Faso : La révolte d’un nid d’espions occidental en Afrique.

 

Burkina Faso : révolte au « paradis des espions »

Par La Voix de la Russie | Personne n’a été étonné par le fait que les militaires aient pris sous leur contrôle la situation dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, après les révoltes qui ont secoué cette ville.

Ce n’est pas la première révolte dans ce pays, et le président Blaise Compraoré n’a pas vraiment mérité la prolongation de son mandat. Il est arrivé au pouvoir après un coup d'Etat, lors duquel son prédécesseur a été assassiné. Il s’agissait de « l’ami et allié » Thomas Sankara, connu comme « le Che Guevara africain ». Contrairement à Sankara, en 27 ans de gouvernement, l’ancien communiste Compraoré n’a rien fait de bon pour son pays. Le Burkina reste l’un des pays les plus pauvres d’Afrique. Rien d’étonnant donc que les tentatives de s’opposer à son régime furent nombreuses. Depuis 1999, six tentatives de renverser son régime ont été entreprises, et la dernière a eu lieu en 2011.

Mais il y a d’autres aspects qui faisaient de Compraoré un leader populaire. Il est l’un des alliés principaux de la France dans cette région d’Afrique. Il a affirmé à un moment que l’une des raisons de la chute de Sankara fut le fait qu’il « remettait en question les relations internationales avec la France ». Et il ne soutenait pas seulement des initiatives officielles de Paris.

Outre le fait que le pays ait toujours été considéré comme un centre de collecte d’informations dans la région, le Burkina Faso accueillait aussi des forces de l’ordre spécifiques de l’ancienne métropole. Les journalistes locaux affirment que depuis 2007, l’Etat-major des forces spéciales Sabre, le Commandement des Opérations Spéciales (COS) est basé à Ouagadougou. Officiellement, « l’opération Sabre » qui avait pour mission de libérer les otages français a été annoncée en 2012. Mais avant le début des opérations, le groupe GFS effectuait des opérations actives en Mauritanie, au Niger et sans aucun doute, au Mali. En outre, les journalistes du quotidien Le Figaro ont pu découvrir que la France augmentait constamment en secret depuis 2010 son arsenal militaire dans cette région.

A partir du 1er août dernier, l’opération Barkhane a remplacé les quatre opérations militaires de la France dans la région : Licorne (2002), Épervier (au Tchad depuis 1986), Sabre (au Burkina Faso depuis 2012) et Serval (au Mali depuis 2013). La consolidation des forces de Paris dans la région est liée, outre la garantie de sécurité pour les livraisons d’hydrocarbures et la lutte contre les groupes terroristes, aux efforts de contenir la menace venant du Sud de la Libye et la lutte contre « l’imposition » financière et commerciale de la Chine sur le continent africain. Jean-Pierre Palasset, un général expérimenté, est aux commandes de cette nouvelle organisation. Sous sa direction se trouvent jusqu’à 3000 soldats dispersés dans la région qui s’étale de Djibouti à l’Est aux navires au large de la côte du golfe de Guinée à l'Ouest.

Des maillons importants du nouveau réseau se situent respectivement dans les capitales du Tchad, du Niger et du Burkina Faso, où est resté le groupe de forces armées spéciales, comme cela était le cas auparavant.

En outre, en juin 2012, le quotidien Washington Post parlait du fait qu’un important « nœud de réseau d’espions américains en Afrique » se trouve à Ougadougou. Des avions et des drones américains se trouvent à l’aéroport de la capitale du Burkina pour réaliser le programme d’observation Creek Sand. Leur mission est l'exploration de vastes zones dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres.

A première vue, avec de tels alliés, le projet du président français François Hollande n’est pas si difficile à réaliser. Hollande en a parlé en été, affirmant que la réorganisation permettrait de « réagir rapidement à la crise… Au lieu des bases « anticrise » encombrantes et difficiles à utiliser, nous préférons avoir des structures qu’il est facile d’utiliser pour des interventions rapides et efficaces ».

Mais trois mois plus tard, la crise est survenue dans cette zone clé du système de réaction rapide. Difficile de comprendre pourquoi « une intervention rapide et efficace n’a pas suivi ». La révolution, l'insurrection et la rébellion, c’est une affaire intérieure de chaque pays. Ce qui étonne cependant, c’est la raison pour laquelle « le nid d’espions » n’a pas vu venir la crise qui se déroulait sous son nez.

Toutefois les experts n’excluent pas l’organisation d’une « opération de couverture » pour éliminer un représentant odieux. Cela expliquerait indirectement pourquoi l’information sur les évènements au Burkina Faso est dosée. Les frontières de ce pays sont fermées même aux journalistes occidentaux « fidèles ».

Les pays occidentaux préféraient changer les dirigeants des pays pauvres pour donner aux habitants de ces pays des promesses de vie meilleure à la place d’une aide réelle. Compraoré est très habile pour donner des promesses vides à ses compatriotes. Le Burkina, dont le nom se traduit littéralement par « le pays des hommes intègres », pourra-t-il sortir du cercle vicieux des espoirs qui ne se réalisent pas ? Difficile à dire, mais d’autres pays d’Afrique n’y sont pas encore parvenus. /N

Source : www. ruvr.ru

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:41
La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et 20 autres pays asiatiques lancent une banque rivale à la Banque Mondiale

La Chine et vingt autres pays ont signé, le 24 octobre, un protocole d’accord visant à créer une banque régionale spécialisée dans le financement des infrastructures, et conçue comme une alternative à la Banque mondiale.

L’Inde, Singapour, le Kazakhstan, le Pakistan, le Vietnam et le Qatar figurent parmi les  21 pays signataires de l’accord. Le Japon n’a pas signé cet accord en raison de la rivalité avérée entre Pékin et Tokyo sur les plans militaire, économique et politique.

A noter également que l’Australie, l’Indonésie et la Corée du Sud n’étaient pas représentées à cette cérémonie.

La  «Banque asiatique d’investissements dans les infrastructures» (AIIB) sera dotée d’un capital initial de 50 milliards de dollars, et son siège sera situé à Pékin, selon les médias officiels chinois.

Les financements devraient notamment servir à développer des infrastructures dans toute la région, dont une ligne de chemin de fer colossale reliant Pékin à Bagdad, selon des sources citées par le Financial Times. «En chinois, nous avons un vieux proverbe qui dit: si vous voulez devenir riche, construisez d’abord des routes ; je crois que cela décrit de façon concrète l’importance des infrastructures pour le développement économique», a déclaré à cette occasion le président chinois Xi Jinping.

L’attachement de Pékin à mettre en place un concurrent à la Banque mondiale reflète sa frustration devant la domination des pays occidentaux sur la gouvernance des différents bailleurs de fonds multilatéraux.

Les puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) avaient créé en juillet leur propre banque et un fonds de réserves, affichant ouvertement leur désir d’élaborer une architecture financière distincte d’organisations jugées aux mains des pays occidentaux.

Par Agence Ecofin

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans économie
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:35

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN

Après que l’UE ait imposé des sanctions économiques à la Russie, dans l’espoir de la mettre à genoux et pour réduire sa force militaire, la Russie a démontré que les pays européens n’ont pas atteint leurs objectifs. La Russie, qui n’a pas perdu sa lucidité avec les sanctions, joue avec eux au chat et à la souris.

Une nouvelle vague d’hystérie s’est propagée parmi les médias européens, en exact copier/coller des médias américains. Cela ressemble à quelque chose comme ceci : les pays de l’OTAN ont mobilisé leurs forces aériennes, l’OTAN est en état d’alerte. Les stars de l’information se demandent ce qu’il faut faire pour résoudre le problème. Mais quel est le problème ? Comme tout le monde a des notions de géographie, je suggère de regarder un peu mieux la carte de l’Europe.

Russuiatest2

 

© http://www.Harti.jurnaldevacanta.ro/Europa/europamare.jpg

Que s’est-il passé réellement ? Quatre avions, des chasseurs-bombardiers Su-34 et Su-24, escortés par un Su-27 et un MiG-31, ont décollé de l’enclave de Kaliningrad, et ont survolé les eaux internationales de la mer Baltique dans l’après-midi du 28 Octobre 2014. Ils ont été interceptés dans le golfe de Finlande par des avions Eurofighter allemands déployés en Estonie. Le groupe d’avions russes a changé de direction à 180 degrés pour revenir dans la mer Baltique, où il a été suivi par des avions de chasse F-18 finlandais, des Gripen suédois et des F-16 danois. Cela bien que les Russes aient transmis les plans de vol aux autorités responsables du trafic aérien des pays riverains avec le code d’identification du jour selon les normes de l’OACI.

Quelques heures plus tard, le 29 octobre 2014, à environ 03:00 UTC, les radars norvégiens ont détecté un autre groupe de quatre bombardiers russes Tu-95, accompagnés de quatre ravitailleurs Il-78, volant dans l’espace aérien international au-dessus de la mer de Norvège. Après avoir été repérés, six avions ont abandonné la formation et sont retournés à la mer de Barents.

Les deux autres Tu-95 ont continué parallèlement à la ligne de côte de la Norvège, ont survolé la mer du Nord vers l’Écosse. Les bombardiers russes ont été interceptés dans les eaux internationales et ont été obligés de changer leur sens du vol étant accompagné par des jets britanniques Eurofighter Typhoon jusqu’au-dessus de l’océan Atlantique. Deux autres avions Eurofighter ont décollé en même temps dans le sud de l’Angleterre pour intercepter un avion-cargo lituanien qui se dirigeait vers Londres, sans liens radio avec le trafic.

 

 

Après avoir contourné l’Irlande, les deux bombardiers Tu-95 ont à nouveau changé leur direction de vol, pour atteindre les côtes du Portugal, où ils ont été interceptés par des F-16 portugais. Ensuite, les deux Tu-95 se sont retirés de l’espace aérien européen, suivant une route le long de l’Atlantique jusqu’au large du Groenland, où, à environ 16:00 UTC, ils ont changé de cap pour rentrer à leur base en Russie.

Toujours dans l’après-midi du 29 octobre 2014, un groupe de deux bombardiers Tu-95, escorté par deux avions de combat Su-27 M, a évolué dans l’espace aérien de la mer Noire, et a été intercepté par l’aviation turque, au-dessus des eaux internationales au large de la côte de l’Anatolie.

L’OTAN n’a, à aucun moment, signalé que les avions russes avaient survolé l’espace aérien d’un État étranger. Alors, quel est le problème ? Surtout si l’on sait qu’en mars 2014, des avions AWACS, escortés par des avions de chasse de l’OTAN, ont fait exactement la même chose que ce qu’ont fait les avions russes les 28 et 29 octobre 2014. Et cela sous forme de patrouilles quotidiennes à la frontière ouest de la Russie et de la mer Noire, dans l’espace aérien des pays de l’OTAN voisins de la Russie. Les Russes ont-ils mobilisé pour cela leurs avions de chasse lorsque les avions AWACS s’étaient dangereusement approchés des limites de l’espace aérien russe ?

La Russie n’a pas déclenché une campagne médiatique, ni mentionné dans aucun communiqué de presse quoi que ce soit à ce sujet. Je crains que cette hystérie médiatique ne soit qu’une méthode de guerre psychologique utilisée par l’OTAN, par la voie des médias, avec pour cibles les citoyens des États membres de l’OTAN. Surtout que les mêmes médias avaient pris soin de distiller dans le subconscient des gens les conséquences possibles.

Dans un article précédent, nous avons informé les lecteurs qu’en 2014, l’armée russe a complété la mise en œuvre d’une nouvelle structure de reconnaissance C4I, basée sur le complexe Reconnaissance-frappe destiné à permettre la projection rapide et de grande précision des forces à des distances de centaines, voire de milliers de kilomètres. Nous avions vu également que le troisième niveau de collecte et de traitement des données est la reconnaissance stratégique, représentée par des avions de reconnaissance à long rayon d’action, ayant à bord des équipages spécialisés dans les méthodes ELINT. Parmi ceux-ci il y a les appareils Tu-95/Tu-142 et MiG-25RB/MiG-31 B, qui ont participé à cet exercice.

http://reseauinternational.net/nouvelle-structure-reconnaissance-frappe-c4i-larmee-russe/

Cet exercice a également vu participer deux nouveaux avions Su-34 à bord desquels était monté un conteneur M400 avec des capteurs infrarouges Raduga, des caméras panoramiques AP-403 et 404, un appareil photo AP AK-108FM, et un conteneur M402 Pika de type SLAR (side-looking airborne radar), capable d’afficher sous forme numérique une carte du terrain situé sous la trajectoire de vol, jusqu’à une distance de 300 km. Cette carte est comparée en permanence avec celle qui est en mémoire dans le processeur pour détecter les éventuels changements chez l’ennemi, ou les nouveaux déploiements.

Les Russes n’ont rien fait d’autre que tester la faiblesse de la capacité de riposte de l’aviation de certains pays de l’OTAN, dans le Nord, l’Ouest et le sud-est de l’Europe à la suite de leur subordination aux USA. Rappelons que l’Angleterre a déployé une escadrille de 12 avions Tornado GR4 et des drones de reconnaissance MQ-9 Reaper à la base aérienne d’Akrotiri à Chypre pour participer aux côtés des américains à des bombardements ciblant l’État islamique en Syrie et en Irak.

La Belgique et les Pays-Bas ont envoyé 6 avions F-16 (+ 2 réserves) dans les Émirats Arabes Unis pour faire de même. Le Danemark a également envoyé dans le Golfe 7 des 30 F-16 de son armée de l’air. La Norvège qui avait envoyé six F-16 en 2011 en Libye, s’apprêtait à envoyer ses 6 avions pour l’Irak et la Syrie. Les Etats-Unis se sont opposés à la participation de la Russie à la coalition anti-EI.

Pour aggraver les choses, l’Allemagne a déployé 4-6 avions Eurofighter en Estonie (sur les 42 capables de voler). En Lituanie, en plus des 6 CF-18 Canadiens, le Portugal a déployé six F-16 (sur les 30 qui sont équipés). Les Pays-Bas ont envoyé six avions de chasse F-16 en Pologne. Laissant leur propre territoire national sans défense en cas d’invasion aéroterrestre.

Source: © http://RM-CDN.ServerHost.ro/wp-content/uploads/2014/10/WP-Rusia-NATO.png

Par Valentin Vasilescu

Traduit par Avic – Réseau International

Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN
Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Géostratégie
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:52
LOIS SCÉLÉRATES CONTRE INTERNET EN FRANCE

LOIS SCÉLÉRATES CONTRE INTERNET EN FRANCE

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article8153

 

Note de do : C'est le terrorisme commandité par le pouvoir lui-même qui a servi d'excuse à ces lois autorisant la censure d'internet. Il est à noter aussi que l'« on » en revient au procès d'intention alors que celui-ci avait été banni par la Révolution Française !

Mediapart : Députés et sénateurs ont définitivement adopté le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté en urgence par le gouvernement et encore durci par les parlementaires. Il prévoit le blocage administratif des sites internet faisant « l'apologie du terrorisme » ou encore sanctionne la « préparation » d'un attentat sur internet.

Le projet de loi de lutte contre le terrorisme déposé devant l'Assemblée avait été dénoncé comme liberticide par la quasi-totalité des associations de défense des droits de l'homme. Le texte définitivement voté par les sénateurs ce mardi 4 novembre 2014, et donc adopté par le Parlement, a encore durci ce qui est désormais un dispositif de contrôle d'internet sans précédent en France.

Il est indispensable de lire au complet l'article de mediapart tellement ces nouvelles lois scélérates sont choquantes. Vous pouvez les lire par exemple au lien ci-dessus.

Historiquement le terme de "Lois Scélérates" a été utilisé en 1993-94. Ces lois avaient été dénoncées par le petit livre dont il est question ci-dessous.

 

LES LOIS SCÉLÉRATES DE 1893-1894, par Françis de Pressensé un juriste, et Émile Pouget (PDF et htm):

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article8155

 

Françis de Pressensé :

Le césarisme avait sué sa peur, il avait laissé transparaître son âme de défiance et d'oppression, il avait avoué, dans un hoquet de terreur, sa haine des garanties élémentaires du droit et son inguérissable amour pour la force brutale, pour la police tutélaire et le sabre protecteur.

Règle générale : quand un régime promulgue sa loi des suspects, quand il dresse ses tables de proscription, quand il s'abaisse à chercher d'une main fébrile dans l'arsenal des vieilles législations les armes empoisonnées, les armes à deux tranchants de la peine forte et dure, c'est qu'il est atteint dans ses œuvres vives, c'est qu'il se débat contre un mal qui ne pardonne pas, c'est qu'il a perdu non seulement la confiance des peuples, mais toute confiance en soi-même.

Note de do : Il est à noter que dans les deux cas, aussi bien pour les Lois Scélérates de 1893-94 que pour celles d'aujourd'hui, en 2014, soit pile 120 ans après, c'est le terrorisme manipulé par l'État qui sert de justification.

Pour les Lois Scélérates de 1893-94, c'est l'attentat d'Auguste Vaillant à la chambre des députés. Et on sait aujourd'hui que Vaillant était manipulé par un flic pour faire cet attentat, car le policier qui avait manipulé Auguste Vaillant écrivit plus tard lui-même un livre où il expliquait la manipulation : « La marmite pleine de ferrailles qui a explosé dans l'enceinte de l'Assemblée ne pouvait pas faire beaucoup de morts, mais allait beaucoup impressionner les députés et les inciter à voter diverses lois liberticides »

Pour les Lois Scélérates de 2014, c'est encore du terrorisme commandité par l'État lui-même qui sert d'excuse. L'État développe la "théorie du loup solitaire" aussi bien que la "peur" du retour de terroristes qu'il a pourtant entraînés et armés lui-même pour combattre le régime antisioniste de Bachar el-Assad en Syrie.

Le livre de Pouget et Pressensé est disponible au lien ci-dessus.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip

La théorie du "Loup solitaire" développée par l'État :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8090

Le curé Hollande fait semblant de pleurer la mort d'Hervé Gourdel dont il est responsable et coupable (vidéo 1'31) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7983

(Le retour du terroriste)

La manipulation du terrorisme par l'État :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1053

(Terrorisme d'État sous faux drapeau, le pourquoi et le comment, esquisse d'une bibliographie)

Il est indispensable de semer rapidement et partout la révolte au sujet de ces nouvelles lois scélérates qui en fait ne touchent pas qu'internet.

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:49

Guy Labertit sur l'engagement de la france au Sahel et en RCA

https://www.youtube.com/watch?v=nASPsYLNSaQ

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:07
Opposition Burkinabé à Accra Ghana

Opposition Burkinabé à Accra Ghana

Burkina Faso : l’opposition quitte la table de négociation  à Accra Ghana parce que Compaoré veut revenir  a travers ses hommes de mains.

 

L'opposition politique a claqué mercredi soir la table de négociation parce que les facilitateurs ont admis dans la salle l'ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

"Nous n'avons pas fini de pleurer et d'enterrer nos morts que le bourreau resurgit", a martelé le président de l'Union pour la renaissance/Parti sankariste, Me Bénéwendé Sankara.

"Comment voulez-vous que nous ne négocions pas avec ceux qui ont versé le sang des Burkinabé?", s'est interrogé Me Sankara.

"Nous ne pouvons pas négocier avec des gens qui ont poussé Blaise Compaoré à la faute. C'est pour cela que quand ils ont mis pied dans la salle, nous, nous en sommes sortis", a déclaré Rose Marie Compaoré de l'Union pour le changement (UPC, deuxième force politique du pays avec 19 députés).

Pour Hervé Kam du "Balai citoyen", il n'était pas prévu que le CDP soit convoqué.
"Ce sont des Burkinabé comme nous, mais les médiateurs devraient informer d'avance toutes les parties prenantes", a-t-il conseillé.

"Tant qu'on ne clarifie pas cette situation, eux (CDP) et nous, nous ne pouvons pas nous asseoir sur la même table", a-t-il dit.

"Leur place est en prison", a dit un membre du Collectif anti référendum, Rasmané Ouédraogo, avouant être surpris de les avoir vu dans la salle.

Après quelques de cachette, les bonzes du CDP qui ont vu leurs maisons détruits et saccagés, leurs véhicules incendiés et leurs biens emportés, ont refait surface à travers des déclarations, avançant vouloir se mettre à la disposition de la transition.


Source: Xinhua

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans politique
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:02

Le régime de Yaoundé censure le documentaire sur les Enfants Volés au Cameroun: Heureusement que Internet vous permet de rendre une telle mesure surannée.

Documentaire complet ci-dessous.

 

http://www.youtube.com/watch?v=EKyQ3RtLqlw

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droits humains
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine