Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:51

Gagner les « coeurs et les esprits » La guerre de l’information.

         Media d'intoxication


   Dans un document récemment déclassifié et diffusé par la National Security Archive, le Pentagone décline sa stratégie pour contrôler l’information. Intitulé Information Operations Roadmap, le document daté et paraphé par Donald Rumsfeld le 30 octobre 2003, passe en revue les différentes activités de l’Armée ayant trait à la maîtrise de l’information. L’éventail de ces activités va de la guerre électronique, à l’intoxication massive des médias en passant par la « guerre à l’internet » sans compter les opérations psychologiques (Psyops).

Dans un document récemment déclassifié et diffusé par la National Security Archive, le Pentagone décline sa stratégie pour contrôler l’information. Intitulé Information Operations Roadmap, le document daté et paraphé par Donald Rumsfeld le 30 octobre 2003, passe en revue les différentes activités de l’Armée ayant trait à la maîtrise de l’information.

L’éventail de ces activités va de la guerre électronique, à l’intoxication massive des médias en passant par la « guerre à l’internet » sans compter les opérations psychologiques (Psyops).

Au lendemain du 11 septembre, le Pentagone s’était déjà illustré en créant dans le plus grand secret l’Office for the Strategic Influence (OSI), une agence de propagande chargée de modeler les opinions publiques au niveau planétaire par une intoxication massive des médias afin de soutenir la guerre au terrorisme. A l’époque, les révélations de la presse sur les activités de l’OSI et leur impact sur les informations diffusées par les médias états-uniens ont contraint Donald Rumsfeld à annoncer la fermeture de cette nouvelle agence. En effet le Smith-Mundt Act interdit de mener des campagnes de désinformation visant un public états-unien.

Le Pentagone n’a pas renoncé pour autant à ses projets, l’Office for the Strategic Influence (OSI) a été remplacé par Office of Special Plans (OSP) pour devenir courant 2003 le Northern Gulf Affairs Office. Crée en septembre 2002 et supervisé par le sous secrétaire à la défense William Luti, cette officine s’est attelée à préparer le terrain pour une intervention en Irak, en distillant des informations sur les supposées armes de destruction massive détenues par l’Irak, et ses liens avec le terrorisme international.

Le document rendu public fin janvier 2006 par la National security Archive, confirme que le Pentagone n’a pas abandonné le terrain de la guerre de l’information et de la propagande. Ainsi le document indique que « L’importance de la maîtrise de de l’information, explique l’objectif de transformation des Opérations d’information pour en faire une arme à part entière comme c’est le cas des forces aériennes, terrestres, navales, ainsi que les forces spéciales » (« The importance of dominating the information spectrum explains the objective of transforming IO into a core military competency on a par with air, ground, maritime and special operations »)

C’est donc dans cette optique que le Pentagone investit un champ de compétence antérieurement dévolu au département d’État, et plus particulièrement au sous sécrétaire d’État à la diplomatie publique et aux affaires publiques (The Under Secretary for Public Diplomacy and Public Affairs) en fait un ministère de la propagande dont la mission est de diffuser la doctrine états-unienne, notamment par le biais de médias directement sous son contrôle tels que Voice of America, ou TV Marti. Ainsi le document affirme également que « les principales activités en matière d’information du département de la Défense incluent les affaires publiques, le soutien militaire à la diplomatie publique et les opérations psychologiques » ( « Major DoD "information activities" include public affairs, military support to public diplomacy and PSYOP »).

Le récent scandale impliquant le Pentagone et un de ses sous-traitants, le Lyncoln Group, au sujet d’articles journalistiques présentant l’occupation de l’Irak sous un jour favorable, rédigés par des militaires états-uniens puis diffusés par la presse irakienne, illustre cette stratégie. En outre le Pentagone n’exclut pas de développer lui même des médias au service de la propagande. il est fait mention de la volonté de « développer un site web d’audience mondiale au service des objectifs de communication des États-Unis. Les contenus proviendraient essentiellement de tiers, et donc plus crédibles pour des publics étrangers que s’ils émanaient d’officiels états-uniens ». (« Develop a global web site supporting U.S. strategic communications objectives. Content should be primarily from third parties with greater credibility to foreign audiences than U.S. officials »). De fait le Pentagone gère directement à travers l’US European Command les deux sites suivants : Le Southeast European Times sur les Balkans, et Magharebia.com sur le Maghreb et affiche sa volonté d’« identifier et de disséminer les points de vues de tierces parties qui soutiennent les positions états-uniennes. Ces sources pourraient ne pas épouser totalement les positions US comme le souhaiterait le DSG (Abréviation non déclinée), mais pourraient néanmoins exercer une influence positive ».(« Identify and disseminate the views of third party advocates that support U.S. positions. These sources may not articulate the U.S. position the way that the DSG would, but they may nonetheless have a positive influence »).

D’ailleurs l’internet est dans ce document désigné comme étant un ennemi à combattre, ainsi « le département va se battre contre le net, comme il le ferait contre un système d’armes » (« the Department will "fight the net" as it would a weapons system »). En effet le contrôle des différents réseaux de communication et d’information est devenu un élément statégique majeur pour s’assurer la victoire aussi bien sur les champs de bataille que dans les opinions publiques.

Toutefois, le Pentagone reconnaît que « L’information destinée à un public étranger, y compris la diplomatie publique et les opérations psychologiques est de plus en plus consommée par un public domestique. » (« information intended for foreign audiences, including public diplomacy and PSYOP, increasingly is consumed by our domestic audience and vice-versa ».), se plaçant de fait sur le terrain de l’illégalité. Pour y remedier le Department of Defense propose une meilleure coordination interagences afin d’assurer la cohérence globale des actions de propagande états-uniennes.

-Information Operations Roadmap
United-States, Department of Defense, released by National Security Archive (PDF 2,3 Mo).

Par Cyril Capdevielle - 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:47

Déception et désillusion pour les commanditaires du coup d’état du Mali.

Carte du Mali

Une fois encore, en choisissant le Mnla pour mener sa croisade contre les intégristes islamistes, la France a misé sur le mauvais cheval. Aujourd’hui, déçu et désabusé par l’échec d’un premier plan, les responsables politiques français persistent et signent.

Jeudi, des hommes, armés jusqu’à la barbe, ont fait déguerpir des éléments du Mnla qui assuraient la « garde » du consulat de leur amie, l’Algérie pour enlever le consul et six collaborateurs. La revendication viendra quelques jours plus tard du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao). Le même jeudi, Ansar Eddine fait savoir au Mnla que son chef suprême, Iyad Ag Ghaly, a émis le souhait de venir officier à Gao la grande prière du lendemain vendredi, et qu’il ne souhaiterait pas voir les indépendantistes, ces pouilleux mécréants, trainer en ville. Le message aurait été entendu cinq sur cinq car à l’heure dite, selon plusieurs sources concordantes, on ne voyait plus que les barbus dans les rues de Gao. Les éléments du Mnla se seraient barrés vers les zones périphériques.

En quelques jours d’occupation seulement, les groupes intégristes (AQMI, Mujao, Ansar Eddine et Boko Haram) auraient mis les indépendantistes sur la touche. Ces mêmes individus étaient reçus avec les honneurs, il y a peu, au ministère français des Affaires étrangères. C’est à partir de Paris qu’ils font la plupart de leurs déclarations propagandistes et provocatrices. Ils ont un bureau politique avec pignon sur rue à Nouakchott où ils bénéficieraient de la bienveillante protection et assistante du président putschiste. Ils se pavanent en Algérie. A ces trois pays, ils ont tenu la promesse de débarrasser le nord malien de la présence des terroristes, narcotrafiquants, vendeurs d’armes, preneurs d’otage et autres contrebandiers.

Aujourd’hui, la déception et la désillusion doivent être totales chez leurs commanditaires qui se rendent compte de jour en jour que leur Mnla ne contrôle rien et que les vrais maîtres de la situation sont leurs ennemis irréductibles. Pendant que leurs protégés en sont réduits à violer des petites filles pour apaiser leur libido libidineuse, à commettre des larcins pour survivre, à faire encore illusion sur France 24 et RFI, les islamistes font la loi et assurent le service d’ordre. Et le plus comique dans tout ce scénario, c’est que ces islamistes sont en train de se faire des sympathies au sein de la population. Parce qu’ils protègent les habitants contre les excès des bandits touaregs. Parce que ces habitants préfèrent de loin être convertis à l’islam que de subir la présence de ceux qui sont venus les libérer.

Il est vrai que la France, aujourd’hui déçue et désabusée, ne brille pas beaucoup par le sens du bon discernement ni le choix judicieux de ses amis. Le passé très récent de son attitude vis-à-vis du printemps arabe est là pour le rappeler. Mais l’administration Sarkozy, loin de tirer les leçons nécessaires et évidentes de ses errements au Maghreb, et de son erreur de jugement sur la question du nord, semble encore s’accrocher à la solution Mnla. Selon plusieurs analystes, il n’est pas exclu que dans des salons feutrés de Paris un plan foireux soit en train d’être concocté.

Le schéma d’un Mnla opérationnel est encore présent dans le crane de quelques naïfs politiques occidentaux. Pour preuve, plusieurs de ces acteurs politiques, dans bien de pays occidentaux, affirment à qui veut l’entendre que la question touarègue ne peut se régler que par une solution politique. Contrairement à la question d’Aqmi qui requiert une solution militaire.

C’est compréhensible, quand on sait que le seul véritable et principal objectif de la France est et demeure la neutralisation des bandes terroristes qui menacent l’Europe: cartels de drogue, preneurs d’otages occidentaux. Et le démantèlement des camps d’entrainement des islamistes qui existent dans le vaste Sahara.

Seulement la France, qui a déjà fait une mauvaise affaire en s’acoquinant avec le Mnla, serait en train de persister et de ne signer son soutien à la force d’intervention de la Cedeao qu’à condition que les bandits touaregs soient associés à l’entreprise. Connaissant les relations de dépendance économique et de vassalité politique qui existent entre la France et les pays africains, on est tenté de croire qu’elle aura gain de cause.

Pourtant, la Cedeao gagnerait beaucoup à mener un combat contre tous ceux qui occupent illégalement le territoire d’un de ses membres. En particulier contre le Mnla qui donne ainsi le mauvais exemple d’une tentative de sécession dans une région instable et fragile. Les chefs d’Etat ouest-africains ne doivent pas perdre de vue que le Sénégal est confronté depuis des décennies à des velléités séparatistes de la Casamance, que le nord du Niger, l’est et le sud de la Mauritanie, et le sud algérien sont convoités par des groupes armés touaregs qui rêvent d’un vaste Azawad dont le nord malien ne serait que le point de départ.

Ils ne doivent pas perdre de vue non plus que compte tenu des rapports de force sur le terrain, un Etat azawadi ne pourrait profiter qu’aux réseaux de terrorisme internationaux et de crimes transfrontaliers organisés qui seront forcément sous le contrôle d’Al-Qaeda. Et auxquels participent depuis longtemps des Touaregs, et pas des moindres. Qu’on se le rappelle : ils fournissent les terroristes en otages, ils font l’intermédiation pour le paiement des rançons, ils assurent le ravitaillement en vivres et produits divers des terroristes cantonnés dans les montagnes, ils servent de convoyeurs et d’éclaireurs au convoi de drogue.

Oui ! La France a un curieux sens de ses responsabilités et de ses intérêts.

Cheick Tandina

Source : maliweb

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:42

Cameroun, vol de bébés dans les hôpitaux : Une Conférence internationale annoncée à Bruxelles le 26 mai prochain.

                    Enoh-Vanessa-Kingue

 

            La conférence se tiendra le 26 mai prochain dans la capitale Belge, à l’initiative d’ACP-DH (Action citoyenne pour la promotion des droits humains).

« Action citoyenne pour la Promotion des Droits humains », association créée le 31 mars dernier à Paris par des représentants de la société civile camerounaise qui en a marre de voir le nom du Cameroun citée dans tous les mauvais coups sur le plan du droit humains, a souhaité réagir à sa façon.

Cette conférence du 26 mai prochain à Bruxelles en Belgique portera essentiellement sur le phénomène de vol de bébés au Cameroun. Phénomène ex croissant. Plusieurs personnalités et experts y seront présents.

Cette nouvelle organisation est née dans la foulée des comités de soutien à Vanessa Tchatchou, Enoh et Kingue, respectivement du nom de  cette jeune fille qui vit la disparition de sa fille le 20 août 2011 à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé quelques minutes seulement après sa naissance, et de ces camerounais condamnés ou en attente de décisions de justice non-conformes à la procédure judiciaire, se convainc de ce que  « les pratiques du vol des bébés, du trafic des enfants et des abus sur les doits  humains restent encore monnaie courante et que les populations victimes sont abandonnées à elles même». Elle entend donc pour cela œuvrer avec l’aide de tous les acteurs de la société civile et administrative pour vaincre ce fléau qui est en pleine croissance dans la société camerounaise.

Ce regroupement de la diaspora camerounaise s’insurge contre  tous ceux qui refusent de regarder en face la réalité du problème des vols de bébés dans les maternités.        Selon les initiateurs de ce mouvement, l’adhésion est ouverte à tous les citoyens du monde épris de liberté de paix et de démocratie.                                                                                      Contact ACP-DH: contact.acpdh@gmail.com

Par M. Ntohol

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:13

Cameroun : pendant que les députes RDPC s’activent pour manipuler les lois pour préserver le pouvoir, la pénurie d‘eau s’aggrave à Yaoundé.

                        population-sans-eau.jpg

La pénurie d’eau s’aggrave

 

Yaoundé. Depuis une semaine, quelques  quartiers qui pouvaient encore se vanter de voir couler leur robinet traversent le désert.

 

Cela fait une semaine que l’eau a cessé de couler des robinets des populations installées au lieu-dit maison Damase, à Yaoundé. 

Depuis près d’un an que le problème d’accès à l’eau potable se pose à Yaoundé, elles s’étaient habituées à faire des provisions aux alentours de 2h du matin. Mais cette fois-ci, le cap du supportable semble avoir été franchi. Même la nuit, l’eau ne coule plus. Ce n’est plus la peine de se lever les yeux plein de sommeil pour aller caresser le robinet. L’habituel bruit sourd qui annonçait la coulée de l’eau, d’abord jaune puis claire au fil de son écoulement, demeure désormais sans suite.

 

Au quartier Nsimeyong, à Melen, à Etoug-Ebe, à Mvolyé, à Bastos Nylon, à Nlongkak et dans bien d’autres coins de la ville, derniers bastions où l’eau persistait à couler, plus rien ne coule. « Cette fois-ci, on peut dire que nous avons atteint le fond. Je croyais faire partie des privilégiés. Je me vantais devant mes amis de cet état des choses lorsque je les voyais se peiner à aller puiser de l’eau. Nous partageons désormais le même calvaire », se plaint Marie- Pierre Olama, attaché de direction habitant à Nlongkak vallée. Du côté de Nsimeyong, Bertin Lamy,  agent de banque, estime « qu’il est temps de construire des forages dans Yaoundé. Mettons la honte de côté, il y va de l’intérêt des populations. Ça ne sert à rien de vanter Yaoundé comme une capitale. Reconnaissons que nous sommes encore dans un grand village »

.

Déficiences techniques

Contacté pour savoir les raisons de cette nouvelle situation que traverse Yaoundé, Soulé Nkouandou, le chef de la station de production d’Akomnyada, responsable de l’approvisionnement de la capitale, explique que  « la station est à saturation. Son extension programmée en 2005 n’a pas été faite. Aujourd’hui, la station ne peut plus satisfaire les besoins de toute l’agglomération de Yaoundé qui s’agrandit. Il  faut aussi noter que de nouveaux branchements d’adduction en eau potable sont  faits. Ce qui diminue la pression de l’eau qui coulait dans les rares quartiers encore approvisionnés ». Aux côtés des insuffisances techniques, il faut ajouter les aléas climatiques. Depuis près de six mois, Yaoundé n’a pas connu une semaine continue de pluies. Le soleil en journée et la forte chaleur en soirée caractérisent la ville. « C’est vrai qu’à cause des saisons, le niveau du Nyong a chuté pendant un moment mais il est remonté. Cependant, cela n’influera pas sur la situation à Yaoundé puisque la capacité de la station n’a pas changé », poursuit Soulé Nkouandou.

 

Par Muriel Edjo

Source : le jour

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 10:02

La francafrique  aux trousses du Prince Obiang Nguema Bazogo.

 theodorin_nguema_obiang.jpgTheodoro Obiang Nguema Bazogo Minitre de l'Agriculture de  la Guinée Equatoriale.

 

 

           Suite au feu vert donné aux juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman par le parquet de Paris  par l’entremise du Procureur François Molins le 4 avril pour la délivrance d'un mandat d'arrêt international pour "blanchiment"  et détournement de fonds publics équato-guinéens contre le fils du président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang. C’est la panique au palais de Malabo. Le régime de la foret équatoriale ne comprend pas pourquoi la justice française s’acharne sur le rejeton Théodoro.  


Pourquoi ce mandat maintenant ? Alors le régime de Malabo, malgré sa dictature sanglante et familiale a pu redonner espoir aux équato-guinéens qui sont content de leur dictateur, qui accumule des succès économiques depuis le début de l’exploitation pétrolière. Alors que dans les pays frontaliers comme le Cameroun, le Gabon ou le Congo ou cette manne coule depuis des décennies, même l’eau à boire la population n’a plus.


D’où la question que veut –on au Prince Theodoro Obian de Guinée ?

L’héritier traditionnel au trône du royaume de la guinée équatoriale.

Selon un anonyme expert de la francafrique que nous avons pu joindre au téléphone, on reproche au Prince Theodoro Obiang de Guinée quatre choses.

-         La première c’est de montrer l’exemple en Afrique centrale, à quoi pourrait servir l’argent des ressources minières et énergétiques bien qu’étant une dictature pure et dure ;

-         La famille obiang a totalement changé le pays en quelques années et les guinéens en sont reconnaissants. Ceci ne plait aux collègues dans les environs qui peine, même à donner de l’eau à boire à leur peuple ;

-         Il se pourrait que  la famille obiang n’ait pas voulu donner des mallettes d’argent pour la campagne électorale en France.

-         La guinée équatoriale en quelques années est devenue le pays le plus puissant de la banque des états de l’Afrique centrale. Autrement dit aujourd’hui c’est la guinée équatoriale qui détient le chéquier commun. Ceci qui a ralentit les détournements qui étaient devenus le jeu de prédilection des bankters de La BEAC.

N’oublions pas que la Guinée équatoriale est une dictature pure et dure et qu’en dictature dans les pays Africains, c’est le fils qui reprend la relève lorsque le père s’en est allée dans l’au-delà. Dans le cas des obiangs tous les éléments démontrent cette éventualité.  Généralement les fils assurent toujours la continuité du pouvoir, puisqu’ils l’ont reçu en héritage.  Donc n’étant pas peut-être très proche de la francafrique quelques intimidations s’imposent pour assurer son encrage.


Par Gabriel Ahi                                                                                                 Afrohistorama n’est responsable du contenu. 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 13:41

Elecam

 

CAMEROUN:NON A CE PROJET DE CODE ELECTORAL!!!

5 000 000 F CFA  pour être Candidat à la Députation ?

            100 000 F CFA pour être Conseiller Municipal ?

On exclut les jeunes, les femmes, les pauvres ? Jamais !!! 

 

Le peuple dit Non ! Je dis Non ! Nous disons Non ! 

L’Assemblée Nationale doit dire NON à la confiscation du pouvoir par les mauvais riches. 

Le Cameroun nous appartient à nous tous et toutes ! 

Toi et Moi, nous avons le droit d'être Conseiller Municipal, Maire ou Député 

OUI POUR UN CODE ELECTORAL CONSENSUEL, élaboré dans le dialogue avec tous/tes les Camerounais/es 

Le Peuple d’Abord ! 79 77 55 47 - Joins toi à nous ! 

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------

NO TO THIS BILL FOR A NEW ELECTORAL CODE !!! 

5 000 000 FCFA to become a Parliamentarian ?

            100 000 F CFA to become a Councillor ?

A law that excludes Youth, Women, the Poor ? Never !!!

 

The People say No ! I say No ! We say No! 

The National Assembly must say NO to the confiscation of power by the rich 

Cameroon belongs to all of us ! 

You and I have the right to be Councillor, Mayor or Parliamentarian 

YES TO AN ELECTORAL CODE THAT IS CONSENSUAL and defined in dialogue with all Cameroonians 

The People First ! 79 77 55 47 – Join us !

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 09:58

Le préfet d’Ebolowa  encore appelé le préfet tortionnaire a encore  frappé. Cette fois sur un journaliste.
Irene ngongLe pr
éfet d'Ebolowa.


IL S'EN AURAIT PRIS AU JOURNALISTE DU JOUR QUI AVAIT RÉVÉLÉ L'AFFAIRE DU GARDE DU CORPS TABASSE. SI TEL EST LE CAS QU'ATTENDENT LES AUTORITÉS POUR LE SUSPENDRE?

"Ebolowa: Jérôme Essian, Reporter du quotidien Le Jour, séquestré par le Préfet
Irené Galim Ngong accuse le journaliste d'avoir relayé l'incident qui le divise avec son garde du corps.

La nouvelle s'est répandue dans la ville comme une traînée de poudre. Jérôme Essian, correspondant du quotidien Le Jour à Ebolowa, ne s'est pas totalement remis des traumatismes à lui causés par la séquestration dont il a été victime de la part du préfet de la Mvila, mercredi, 4 avril 2012 dernier. Le chef de terre qui avait tabassé son garde du corps, le gardien de la paix Dieudonné symphorien Olouna, a voulu en découdre avec le journaliste qui, de son aveu personnel, a détruit sa vie et sa personnalité en relayant l’incident en question dans son journal.

Jérôme Essian, qui poursuivait ses investigations dans cette affaire qui continue à alimenter les débats dans la ville, s'est rendu à la préfecture, à l'effet de recueillir la version des faits de M. Galim Ngong. Des sources concordantes, ce dernier aurait rejeté en bloc les accusations portées contre lui par son ancien garde du corps devant le gouverneur du Sud. Mais, contre toute attente, notre confrère a été conduit au bureau du préfet manu militari: «à cause de tes articles, on m'appelle de partout même en Europe comme si j'étais devenu la seule actualité de la ville», se plaignait-il.

Enervement

Après avoir fait venir de toute urgence dans son bureau le régisseur de la prison centrale d'Ebolowa, le commandant de compagnie de gendarmerie de la Mvila, le commissaire central, le commissaire spécial, les sous-préfets d'Ebolowa I et II, le délégué régional de la communication et ses proches collaborateurs, le préfet a soumis le journaliste à un rude interrogatoire qui aura duré trois heures d'horloge, révèle notre confrère. «A maintes reprises, il m'a obligé à lui révéler mes sources d'informations et l'origine de sa photo qui accompagne mes articles», explique le journaliste.

Les trois articles à l'origine de la séquestration ont, par ailleurs, fait l'objet d'une lecture solennelle au cours de cette séance de torture psychologique, où menaces et intimidations ont été servies à chaud au journaliste. «Il m'a dit que si jamais il voyait les articles concernant mon interpellation dans les journaux, il m'enverrait en enfer. J'en profite pour prendre l'opinion nationale et internationale à témoin. Car, je n'ai fait que mon travail. Cela dit, si quelque chose m'arrive un de ces quatre matins ou à un membre de ma famille, c'est le préfet qui en sera le premier responsable», a avisé Jérôme Essian.

Dans son état d'énervement, l'envie de molester le journaliste a amené celui qui a la réputation de terroriser les autres responsables de l'administration d'Etat, notamment les délégués régionaux en service à Ebolowa, à taper violemment du poing sur la table à chaque prise de parole, en signe de désespoir. Une attitude qui n'a pas empêché Liliane Florence Bobé, déléguée régionale de la communication du sud, dont la présence à ces assises a été exigée par le journaliste, à lui cracher la vérité.

Pour elle, la démarche du préfet était maladroite en ce sens qu'elle constitue une atteinte à la liberté de la presse et d'expression. Samedi matin, Saint Luc Tchaga, journaliste à Crtv-sud, et son chef de station, Alain Fouba Tonyama ont, à leur tour, copieusement été menacés et intimidés par le préfet Galim Ngong. Lequel les accusait d'avoir relayé la séquestration de Jérôme Essian à l'émission «Thermosta» du poste nationale.

Après Emmanuel Eba Bekale, secrétaire général de la communauté urbaine d'Ebolowa, Jérôme Essian est la deuxième personne à être séquestrée par ce professeur de droit à qui la hiérarchie de la police vient de retirer le troisième garde du corps depuis son arrivée à Ebolowa en 2010."


Par Guy Roger MVONDO                                                                                                                        Source : Mutations

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 08:58

Belgique: Des membres de Action Citoyenne Pour la Promotion des Droits Humains étaient en conclave le week-end dernier à Bruxelles.

 

 

  tapis-rouge-a-bruxelless-2.jpg

 



Le long week- end pascal n'a pas du tout été aisé pour les membres d’Action Citoyenne Pour la Promotion des Droits Humains à Bruxelles. Sur invitation spéciale de la communauté des associations camerounaises de Belgique, Koko Ateba Banemeck Luc et Tchaptchet Salomene, partis de Paris en France  ont été accueilli à Bruxelles et à Louvain-La-Neuve Université par plusieurs responsables des associations camerounaises basées en Belgique et des responsables de la société civile et politique belge 

Il est précisément seize heures et trente minutes samedi dernier lorsque la délégation de Action Citoyenne Pour la Promotion des Droits Humains  fait son  entrée dans la grande salle du Placet située à Louvain-La-Neuve Université 

Koko Ateba, Banemeck Luc, Tchaptchet Salomene ont  tenu à présenter en deux heures d’entretien avec les hôtes du jour les affaires du bébé de Vanessa Tchatchou, du bébé de Nkolo etc. volés au Cameroun depuis des mois sans oublier le trafic des enfants qui a désormais pignon sur rue au Cameroun.

Makanaky Koko Tchaptchet 

Selon KOKO Ateba la présidente de ACP-DH, son association qui fédère plusieurs leaders de groupes de soutien à Vanessa et d'autres organisations de défenses et de promotion des droits humains, entend mener des actions concrètes sur le terrain afin de sensibiliser les autorités camerounaises à la nécessité du respect des droits humains 

Pour elle, le silence des autorités camerounaises face au trafic des enfants ressemble à "un aveu de complicité de volonté  des autorités camerounaises de couvrir un certain nombre de personnes supposés impliquées dans les affaires de vols de bébés au Cameroun".  

Elle a également fait le point sur la conférence internationale  de Bruxelles qui aura lieu le 26 mai prochain sur le trafic des enfants au Cameroun. Conférence au cours de laquelle des personnalités telles Shanda Tonmé du Cameroun, Bertrand Teyou du Mexique, Yolande Ambiana de France, Félicité Ngadja du Canada etc. sont annoncées. 

Bien avant, c'est-à-dire le 18 mai, une soirée culturelle d’Action Citoyenne Pour la Promotion des Droits Humains sera organisée à Paris. Une soirée de lancement des activités de ACP-DH en France qui connaitra la participation des artistes  de grande renommée aussi bien connus en Afrique qu'en France 

  

Toujours ce samedi 7 avril 2012 à Bruxelles, la délégation de ACP-DH a eu des échanges avec Cyrille Makanaky, l'ancien « Lions Indomptables » sans oublier l'international Dorge Kouemaha et Thierry Amougou, le président de la Fondation MoumiéKouemaha_Tchaptchet.jpg 

  

Salmomène Tchaptchet a  attiré leur attention  sur le phénomène des trafics d'enfants au Cameroun et a suggéré à ces derniers d'aider les associations camerounaises à contribuer pour le rétablissement de la vérité et la justice au Cameroun  

Selon Banemeck Luc, il s'estime heureux de cette rencontre car, plusieurs camerounais et des amis du Cameroun ont depuis un certain temps les oreilles et les yeux branchés sur les problèmes de leur pays.  

Faudra-t-il le souligner que la délégation de ACP-DH a été accueilli à Bruxelles à son arrivée par Marcel Tchangué du Comité de soutien à Enoh et  Elie Kadji du Code. 

ACP-DH est une association de droit français qui a pour objectif, la défense des droits bafoués de toute personne humaine, la protection des personnes lésées, détenues ainsi que la fourniture de toute assistance susceptible d’améliorer et de résoudre tout problème de la personne en difficulté, l’exécution du programme d’information, de formation de la population et de documentation spécialisée dans le domaine de la prévention de toute forme de mauvais traitements de la personne humaine et des personnes en détention, l’organisation des séances d’écoute et de conseil aux victimes de mauvais traitements, l’initiation de toutes autres activités visant la prévention et l’éradication de mauvais traitements et injustice etc. 

L’Action Citoyenne pour la Promotion des Droits Humains regroupe en son sein des représentants de plusieurs associations ou comités de soutien à Vanessa, des organisations de la société civile camerounaise, française, Mexicaine, belge etc. La présidence de cette association revient à KOKO ATEBA  assistée de Bernard Teyou et la secrétaire générale Salomène Tchaptchet. 

Par Hugues Seumo

Source : Camer.be

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 08:47

 

La CPI secouée par les soupçons de corruption. Luis Moreno Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale accusé de collision douteuse avec guillaume Soro, suite à sa lettre de félicitation.

                   CPI building

 

             Selon une source très crédible, Luis Moreno Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale, pourrait  être débarqué de son poste, suite à la révélation de la lettre « Le procureur de la CPI écrit à Guillaume Soro pour le féliciter de sa nomination comme président de l’Assemblée nationale ». Selon cette source, il y va de la crédibilité de la CPI qui a vu son image gravement ternie par les affaires, et dont l’impartialité est de plus en plus mise en doute du fait des allégations de justice des vainqueurs dont elle est l’objet, et du fait qu’aucun pro-Ouattara n’a pour l’instant été inquiété par elle.

En effet, dans une lettre datée du 27 mars 2012 et tombée entre les mains d’IvoireBusiness, Luis Moreno Ocampo s’adressait à Guillaume Soro en ces termes : «J’ai l’honneur de vous adresser mes plus sincères félicitations ainsi que celles de mes collaborateurs pour votre nomination à la présidence de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire. Je tiens à vous réitérer ma reconnaissance pour votre action et votre soutien au travail de mon Bureau en Côte d’Ivoire, et j’espère que vous allez poursuivre la même collaboration de qualité avec mon successeur, Madame Fatou Bensouda. J’espère que nous aurons l’occasion de nous voir dans les toutes prochaines semaines afin de continuer la fructueuse coopération entre votre Gouvernement et mon Bureau».

La gravité de cette lettre est évidente et porte un coup de grâce à la Cour pénale internationale. En effet, Luis Moreno Ocampo est juge-enquêteur de la CPI et a en charge l’enquête sur les crimes commis en Côte d’Ivoire de 2002 à 2011. Il se permet de féliciter Guillaume Soro sur qui il mène en ce moment des enquêtes pour crimes contre l'humanité, en sa qualité de secrétaire général du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), dont l’aile militaire, les Forces nouvelles, est accusée de crimes odieux, de crimes de guerre, et de crimes contre l’humanité en Côte d’Ivoire depuis 2002.

Ocampo enquête également sur Soro devenu ensuite Premier ministre, et ministre de la Défense d’Alassane Ouattara, dont l’armée les FRCI, s'est rendue coupable des pires crimes pendant la période post-électorale, qui a fait officiellement 3000 morts, mais en réalité 10.000 morts, dont 1000 en trois jours commis par les FRCI dans la seule ville de Duekoué, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire.

La collusion entre la CPI et le régime Ouattara est donc évidente et est grandement mise en évidence par la missive de Luis Moreno Ocampo à Guillaume Soro, même si le cabinet du procureur de la CPI a démenti l’existence d’une telle lettre.

Si l’éviction de Luis Moreno Ocampo est confirmée par la CPI, elle pourra grandement contribuer à la sérénité des débats le 18 juin prochain, jour d’ouverture du procès du Président Laurent Gbagbo.
En effet, tout le monde sait que le procès du Président Laurent Gbagbo à la CPI est un procès éminemment politique dans lequel ce dernier fait figure de bouc émissaire idéal, malgré sa qualité de co-auteur indirect. Ce procès du 18 juin, jusqu’à la découverte de la lettre d’Ocampo à Guillaume Soro, avait pour objet de faire porter le chapeau de tous les crimes commis pendant la période post-électorale, à Laurent Gbagbo, et à lui seul.
Malheureusement, la lettre d’Ocampo à Soro vient de faire gripper la machine, et de discréditer la CPI. Si l’information se confirme, la CPI n’avait d’autre choix que de limoger son sulfureux procureur pour collusion avérée avec l’un des belligérants, ouvrant ainsi la voie à un procès équitable du Président Laurent Gbagbo.
Nous y reviendrons.

 

Christian Vabé                                                                                                                                                                                                     Source : IvoirBusiness

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 08:18

Cameroun: 15 défenseur-ses des droits humains arrêtés et maltraités après un rassemblement pacifique à Maroua.

 

                           mddhldefenders_detained_april_2012_.jpg

 

Le 30 mars 2012 à Maroua, au nord du Cameroun, la police a dispersé un rassemblement pacifique organisé par le Mouvement pour la Défense des Droits de l'Homme et des Libertés – MDDHL.

La police a arrêté le président du MDDHL, M. Abdoulaye Math, et 14 autres membres de l'organisation qui participaient à l'évènement. Les défenseur-ses des droits humains auraient été maltraitées au cours de leur arrestation et de leur détention, avant d'être libérés le même jour.

Quelques jours avant son arrestation, Abdoulaye Math avait publié un communiqué de presse, dans lequel il accusait le procureur local, M. Mamadou Hismaila, certains de ses représentants ainsi que plusieurs membres de la police judiciaire, d'outrepasser les limites de leur pouvoir en toute impunité. Le MDDHL a alors décidé d'organiser un rassemblement public où le contenu de ce communiqué de presse serait lu en public. Le MDDHL a rapporté que les autorités concernées avaient été dûment informées du projet de rassemblement.

Lors de ce rassemblement, le 30 mars 2012 vers 10h00, au "carrefour Djarma", les autorités locales ont déployé un contingent de police afin de le disperser. Selon les membres du MDDH témoins de l'incident, la police a utilisé la force pour disperser le rassemblement et pour procéder à l'interpellation d'Abdoulaye Math et de ses 14 collaborateurs. Certains membres auraient été passés à tabac et blessés au cours de l'arrestation. Ils ont tous été conduits au poste de la police judiciaire, où ils ont été longuement interrogés. Ils ont ensuite été enfermés dans une petite cellule pendant plusieurs heures, avant d'être libérés vers 18h00 le même jour.

Dans une lettre adressée au chef de la sécurité régionale le 2 avril 2012, le MDDHL a porté plainte contre cette arrestation et les mauvais traitements.

Aucune explication officielle n'a été avancée quant aux raisons de la dispersion du rassemblement organisé par le MDDHL. Les échanges entre la police et les personnes arrêtées laissent penser que les autorités considéraient le rassemblement comme illégal, et ce bien que le MDDH ait respecté la loi en vigueur et les ait préalablement informées, et qu'il n'avait pas reçu de notification interdisant l'évènement.

Depuis 2004, Front Line Defenders appelle le gouvernement camerounais à assurer la protection des défenseur-ses des droits humains basés dans la région de Maroua et de prendre en compte les différentes menaces et les actes de harcèlement dont ils-elles sont victimes. Les récentes arrestations et mauvais traitements infligés à Abdoulaye Math et aux 14 autres membres du MDDH indiquent qu'une telle protection n'est pas mise en œuvre.

Source : frontlinedefenders

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine