Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 00:06

 

Drone-RQ-170.jpg

 

Le commandant des Gardiens de la Révolution iranienne Ali Jafari a déclaré qu’il a actuellement en sa possession 129 drones Chahid.

Le général a ajouté que ces appareils peuvent rester dans l’air jusqu’à 24 heures et seront destinés à des fins de combat. Les nouveaux appareils aériens sans pilote sont également capables de transporter des missiles, ce qui permet de détruire des cibles à grande distance.

Source :pressTv

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 00:02

Le dictateur Idriss Deby divague sur "la renaissance de l'Ecole tchadienne"  

 

Idriss-Deby-Itno.jpg

 

A en croire le site internet du Palais rose, Idriss Déby a annoncé "la renaissance de l'école tchadienne" lors de la cérémonie de clôture du forum national sur le système éducatif qui s'est tenu du 5 au 11 septembre 2012 à N'Djamena.

"Renaissance" !  "Renaissance" ! Idriss Déby n'a plus que ce mot à la bouche. Mais personne n'a jamais compris à quoi rime ce concept de "renaissance" qui, faut-il le préciser, n'a rien à voir avec la "Renaissance" telle qu'elle est conçue en Italie au XIVe siècle et qui a gagné l'Europe au XVIe siècle.

La "Renaissance" d'Idriss Déby, même le journaliste Ngardiguina Abdoulaye n'a pas réussi à la définir exactement dans l'ouvrage qu'il lui a consacré. Qu'à cela ne tienne, Idriss Déby continue à servir cette "renaissance" à toutes les sauces. Tant et si bien que beaucoup de nos compatriotes commencent à y voir un "machin-chose dépourvu de sens". A dire vrai, Idriss Déby assimile la "renaissance" d'une nation meurtrie par tant de guerres aux quelques chantiers de travaux publics engagés depuis que le pétrole tchadien est exporté.

Mais une Nation ne se réduit pas au nombre de ses nouveaux bâtiments administratifs au km² construits sous le règne de tel ou tel autre dictateur. Il faut bien plus que cela, des réformes profondes, pour qu'une Nation renaisse véritablement de "ses cendres". 

Source : pldtchad.org

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 23:55

Togo: Tout se complique pour le dictateur Faure Gnassingbe. Marche rouge des femmes le 20 septembre 2012.

marche-rouge-des-femmes-togolaises.jpg

Marche rouge des femmes togolaises pour un Togo démocratique !

Comme le 25 février 2005 où la marche rouge des femmes togolaises a contraint Faure Essozimna GNASSINGBE à la démission après son coup d’Etat du 5 février, les femmes du Collectif « SAUVONS LE TOGO » et de la Coalition « ARC-EN-CIEL » appellent toutes les femmes togolaises à se vêtir de rouge pour une Grande marche pacifique contre l’impunité ; contre la confiscation de plus d’un milliard de F CFA appartenant aux femmes du Grand marché ; contre la non-assistance aux femmes et enfants des victimes de la torture ; contre le non-respect des accords en faveur des étudiantes et étudiants ; contre le non-respect de la dignité des femmes garantie par les instruments nationaux et internationaux sur les droits des femmes ; pour le respect des droits humains ; pour le bien-être des populations ; pour l’alternance politique.

Itinéraire : Rond-point de la Colombe de la paix (Départ) – Avenue Maman N’Danida – Carrefour Deckon – Boulevard circulaire jusqu’au carrefour de la Lonato – Avenue de Calais jusqu’au carrefour du Palais des Congrès – Place de l’Indépendance – Carrefour du Casef jusqu’au Carrefour de la Direction des douanes – Carrefour de l’Hôtel Le Bénin – Boulevard du Mono – Présidence de la République (Point de chute).

Femme togolaise, peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la nation togolaise doit renaître !

Source : Lynxtogo

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 23:51

Assassinat de l'ambassadeur Américain Stevens en Libye : des  révélations troubles de «The Independent»!

 

_ambassadeur-US.jpg

Haut du formulaire

Le quotidien britannique The Independant citant des sources diplomatiques à Washington affirme que les Etats Unis étaient au courant de l'attaque du 11 septembre contre leurs deux représentations diplomatiques à Benghazi et au Caire mais qu'ils n'en ont pas averti leurs diplomates! "les Etats Unis savaient depuis 48 heures qu'une telle attaque aura lieu mais ils n'ont pas mis en garde Chris Stevens qui venait d'entrer d'une tournée en Allemagne en Australie et en Suède et dont le séjours à Benghazi aurait dû rester inconnu du public".

 "Bien que le dispositif sécuritaire était renforcé autour du consulat à l'occasion de l'anniversaire des attentats du 11 septembre, les assaillants ont forcé en l'espace de 15 minutes ce dispositif" poursuit le journal.

"Le plus grave de tout, c'est la disparition des documents et des pièces au consulat. Ce sont des documents qui contiennent le nom de tous les collaborateurs, tous ceux qui travaillent pour le compte des Etats Unis en Libye, ces gens ne sont désormais plus à l'abri, tout comme le personnel diplomatique US dont les demeures jusque là gardées anonymes sont désormais connu du grand public".

"Les documents disparu contenaient aussi beaucoup d'information sur les contrats pétroliers signé entre la Libye et les Etats Unis".

Source : Irib

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 23:44

 

 

                               


 

 

http://www.youtube.com/watch?v=9KKFHMcIthY

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:02

DECLARATION  de Guérandi Mbara Goulongo sur les raisons du voyage de Maga (Nord Cameroun) de M. Paul Barthélémy Biya.


 Guerandi-Mbara.jpgGuérandi Mbara Goulongo


          A la veille de la célébration du cinquante et unième anniversaire de la Réunification, M. Paul Barthélémy Biya fait une visite au Nord-Cameroun au moment où des pluies diluviennes ont laissé des populations sinistrées face à de graves pertes matérielles et surtout en vie humaine dans l’indifférence du régime nihiliste de Yaoundé. Ce voyage aurait pour intention première de reprendre en main les militants du RDPC décidés de quitter le parti de Paul Barthélémy Biya, suite à l’incarcération de M. Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, ressortissant de la Bénoué.

Le voyage de Maga n’est qu’un prétexte pour masquer la véritable intention de M. Paul Barthélémy Biya. Préparé activement par les ministres Issa Tchiroma et Hamadjoda Adjoudji, cette présence de M. Paul Barthélémy Biya au Nord du Cameroun ne serait qu’une occasion de plus pour procéder à l’exercice favori du régime du "Renouveau", à savoir la corruption et la concussion. Aussi, est-ce l’opportunité de rappeler fermement à M. Paul Barthélémy Biya et au RDPC, parti-Etat, ce qui suit :

1. Les inondations ont, depuis des semaines, coupé le Nord du Sud du pays. Tandis que toute la région du Grand-Nord est totalement dans les eaux, les départements du Mayo-Danay, du Logone-et-Chari et du Diamaré sont menacés de graves inondations si la digue de Maga venait à céder. Les eaux du lac de Maga atteignent 312,72 mm depuis le 2 septembre alors que la côte d’alerte est de 372,50 mm. De milliers de personnes sinistrées se sont réfugiées au Tchad. Des troupeaux de boeufs, moutons et chèvres sont abandonnés dans des villages dévastés par les eaux. Les populations vivent dans la terreur alors que les eaux continuent de monter. L’année scolaire est hypothéquée pour des milliers d’enfants. La menace des épidémies s’installe. Ceci face à l’indifférence du gouvernement Biya.

 

En effet, le gouvernement de Yaoundé représenté par M. René Emmanuel Sadi (ministre de l’Administration territoriale), au nom de Paul Barthélémy Biya, n’a remis que 30 millions Fcfa et quelques sacs de riz aux dizaines de milliers de sinistrés abandonnés à eux-mêmes ; pendant ce temps M. Paul Barthélémy Biya se la coulait douce en Suisse. M. Biya vient d’allouer 1,5 milliards à ces populations en détresse en comparaison aux dépenses faramineuses de chaque voyage présidentiel en Suisse. En 1998 déjà, malgré la catastrophe de Nsam qui avait fait 300 morts au moins alors qu’il se trouvait hors du Cameroun, il n’avait pas daigné regagner le Cameroun. M. Paul Barthélémy Biya et son gouvernement auraient observé la modestie lors de son retour de Suisse, la semaine dernière, accompagné de son épouse. Car le Cameroun à l’heure actuelle est un pays sinistré. La détresse de dizaines de milliers de personnes dans le Septentrion n’autorise nullement toute attitude triomphale. Une preuve de ce que les dirigeants sont insensibles et indifférents aux difficultés des populations. Que faire des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sans abris, ni eau potable, ni nourriture, ni soins médicaux ?

2. Un mal-vivre étreint les populations camerounaises. Il est à éradiquer car, dans son état actuel, la cohésion nationale est en voie de dislocation et l’exacerbation de l’ethnicisme sur fond de pauvreté structurelle est devenue la centralité de la gouvernance Rdpciste.

 

3. Des frustrations régionales (traduites par la multitude de memoranda) découlent surtout de l’absence d’une conception nationale du vivre-ensemble et de l’unité nationale qui transforme en handicap ce qui devrait être un facteur de richesse culturelle pour notre Pays.

 

4. La problématique de la Réunification du Cameroun demeure d’actualité ; les revendications légitimes des populations de l’Outre-Moungo demeurent insatisfaites car la région dite anglophone est marginalisée sur les plans politique, économique et linguistique. Signe manifeste de cette frustration, des organisations "sécessionnistes" ont vu le jour depuis quelques années et leurs membres déclarés sont régulièrement et férocement réprimés et emprisonnés. Refus de dialogue par le régime de Yaoundé.

 

5. Le retour des corps de M. Ahmadou Ahidjo, ancien chef d’Etat et du Dr Félix Roland Moumié, ancien président de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) demeurent des exigences nationales et populaires.

 

6. Les solutions pratiques et consensuelles aux dossiers du 06 avril 1984 en application entière et satisfaisante de la Loi d’amnistie de 1991.

 

Pour comprendre ce qui nous arrive, le Cameroun fait face à une situation géopolitique sous forme de phénomène dialectique :

1. La fin d’un cycle politique ou d’un système cinquantenaire nocif et nihiliste.

2. La fin d’un régime dictatorial doublé d’une fin de règne causant la cessation de l’influence sous-régionale et le déclassement diplomatique du Cameroun, à l’exemple du dernier sommet de la CEMAC à Brazzaville en juillet 2012.

 

Ce n’est pas en allant à Garoua que la problématique camerounaise trouvera les solutions adéquates et consensuelles. Il s’agit de refonder le Cameroun et la première condition politique est la Réconciliation nationale au coeur de la Transition systémique.

Depuis 30 ans, M. Paul Barthélémy Biya et le RDPC ont-ils eu une véritable politique de Réconciliation nationale pour un Cameroun démocratique, fort et prospère ?

C’est maintenant ou jamais ! NOW or NEVER !

 

Pour les REFONDATEURS,

(é) Guérandi Mbara Goulongo

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 00:46

Discours  sur le tribalisme de Um Nyobe. A titre posthume

Um Nyobe

« Le tribalisme est l’un des champs les plus fertiles des oppositions africaines. Nous ne sommes pas des « détribaliseurs », comme d’aucuns le prétendent. Nous reconnaissons la valeur historique des ethnies de notre peuple. C’est la source même d’où jaillira la modernisation de la culture nationale. Mais nous n’avons pas le droit de nous servir de l’existence des ethnies comme moyens de luttes politiques ou de conflits de personnes.

Nous sommes des hommes politiques camerounais. A des degrés divers nous assumons des responsabilités devant l’histoire de notre peuple. Dans le grand bouillonnement que cela provoque, nous décelons nos insuffisances et nos capacités. Nous puisons alors à la source des peuples qui nous ont précédés, et dans le passé de notre propre peuple, pour fixer notre propre ligne de conduite et ce, avec le concours et la succession des événements. Une telle situation nous impose comme condition première de rompre avec un tribalisme périmé et un régionalisme rétrograde qui, à l’heure actuelle comme dans l’avenir, représentent un réel danger pour la promotion et l’épanouissement de cette nation camerounaise. »

Ruben Um Nyobe, 13 Septembre 1957

Extrait d’une lettre à André Marie Mbida, Premier Ministre du Cameroun sous tutelle française

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 14:51

Inondations : Le Nord Cameroun dans un état de détresse inqualifiable. Aux dernières nouvelles plus de 30 morts et 1 millions de sans abris.

inondation-au-Cameroun.jpgiNONDATION-NORD-CAMEROUN1.jpg


Cameroun: des inondations spectaculaires au Nord

Outre le cheptel et les habitations, les producteurs de riz et de coton sont aux abois après le passage des eaux.
Il ne fait l’ombre d’aucun doute que les inondations qui ont cours en ce moment dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord augurent des lendemains incertains pour les agriculteurs et les éleveurs. Leurs activités sont systématiquement hypothéquées par les inondations depuis que les pluies diluviennes s’abattent sur l’ensemble de la région, provoquant des crues dans les rizières, les champs de coton, de mil ainsi que les pâturages. De vastes étendues de surfaces agraires et pastorales, lessivées par les pluies, sont déclarées aujourd’hui impropres à la culture et improductives par les experts. Ce qui annonce une sévère période de disette que ces populations n’ont jamais connue depuis des années. Les inquiétudes sont toutefois justifiées.
Dans le département du Mayo-Danay, les riziculteurs affirment avoir perdu chacun en moyenne 200 sacs de riz paddy stockés dans les magasins qui croulent sous les eaux. Les plus chanceux ont été obligés de brader les sacs de riz rescapés à 8000 Fcfa, soit 5000 Fcfa de moins que le prix habituel. “Toute la production de la campagne de saison des pluies est déjà hypothéquée. Les riziculteurs ne doivent s’attendre à rien. On estime à 25 000 tonnes pour ce qui est de Maga et 20 000 tonnes pour Yagoua qui vont partir en fumée”, déplore le directeur général de la société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua, Marc Samatana. L’arithmétique permet de se rendre compte que les pertes chiffrées de la Semry sont estimées à 450 millions Fcfa. De quoi plonger les populations de cette partie du pays dans une famine indescriptible.
Les quelques 116 000 producteurs de coton inscrits dans le fichier de la société de développement du coton pour la campagne cotonnière ont eux aussi perdu le sommeil. En 2012, on dénombre 166 000 producteurs de coton encadrés par la Sodecoton, dont une partie dans la vallée de la Bénoué et l’Extrême-Nord. «Pour l’instant, il est trop tôt de faire le bilan des pertes, mais il convient de noter tout de même que les cultivateurs de coton auront de la peine à rembourser les crédits de campagne constitués d’intrants qu’on leur a accordé, du fait d’hypothétiques récoltes. Ce sera une double perte et pour la Sodecoton et pour les producteurs », affirme une source interne à la Sodécoton. D’après nos informations, certaines sources évaluent les pertes des producteurs sont actuellement évaluées à environ 45 000 tonnes, soit 900 millions F CFA”.

iNONDATIONS-NORD-CAMEROUN2.jpg
Ce sont également les nombreuses populations de la vallée de la Bénoué et du Mayo-Danay, principaux bassins de production des céréales et autres cultures maraîchères qui sont aux abois. Ces derniers, sérieusement touchés par les inondations, ont perdu leur quiétude. “Je pouvais faire une récolte de plus de 800 à 1 000 sacs de maïs chaque année ; mais avec les pluies qui ont tout emporté, je ne suis pas sûr de m’en sortir avec une seule tonne. Les lâchers d’eau du barrage de Lagdo ont complètement lessivé nos champs tout au long du fleuve jusqu’à Garoua. Beaucoup sont dans la même situation que moi”, se plaint Madouwaye Vagana, un cultivateur de mil et de maïs, installé depuis de longues dates à Lagdo.
A côté de cela, les éleveurs encaissent aussi le coup pour défaut de pâturage. Les éleveurs qui prospèrent dans cette activité ont déjà fait le deuil de leurs bêtes. “Il faut au moins un mois pour que les eaux libèrent les surfaces et les corridors pastoraux. Et actuellement, nous avons toutes les peines du monde à trouver des surfaces où paître nos animaux parce qu’il y a de l’eau partout. Nos pâturages habituels sont complètement inondés. Il devient également difficile de se mouvoir pour chercher un endroit approprié à cause de l’impraticabilité des routes et des corridors.”, se plaint un éleveur. ”

Source: Mutations.

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 14:47

Pourquoi Kone Katinan Porte parole de Laurent Gbagbo est devenu une affaire de vie et de mort pour le régime tortionnaire d’Abidjan ?

 Alassane Ouattara

 

Le dossier Katinan serait une affaire de vie ou de mort pour Ouattara !

Haut du formulaire

L’affaire Katinan n’est pas aussi simple que certains membres de la Résistance patriotique et Révolutionnaire le pensent. Il s’agit d’une affaire complexe, d’une affaire de vie ou de mort pour Ouattara et pour Koné Katinan lui-même.

Nous avons reçu la révélation d’une source qui dit en avoir reçu la primeur d’un contact interne au camp Ouattara. Et pour cette affaire, Ouattara dit à ses proches qu’il est prêt à tout miser pour obtenir gain de cause car s’il échoue, ses partisans peuvent dire adieu à son "Programme économique".

Nous tombons des nues. Qu’est-ce que le Ministre Katinan a-t-il avoir avec le Programme de Mensonge baptisé « Programme économique de Ouattara » ?

Fable, légende ou fourberie de mauvais goût, voici la vraie histoire servie par Ouattara à ses proches pour présenter Koné Katinan comme l’homme à abattre pour sauver son aventure d’anti-citoyens ivoiriens en Côte d’Ivoire.

Selon cette source endoctrinée du régime Ouattara, pendant la crise du refus de la légalité baptisée crise post électorale par les hors-la-loi qui l’ont provoquée, le Ministre Katinan, aidé du Gouverneur Dacoury Tabley serait allé en Afrique du Sud, sur ordre du Président GBAGBO, pour y ouvrir une filiale de la BNI (Banque Nationale d’Investissement). Cette filiale de la BNI aurait ouvert un compte de devises auprès de la Banque Centrale d’Afrique du Sud. Avec la complicité des Autorités sud-africaines, le Ministre Katinan aurait donné l’ordre au Gouverneur Dacoury Tabley de virer toutes les réserves de devises de la Côte d’Ivoire à la BCEAO sur le compte de la "filiale" de la BNI ouvert dans les livres de la Banque Centrale sud-africaine. Cette opération qui visait à préparer la création de la monnaie ivoirienne souveraine avec la BNI comme Banque Centrale Ivoirienne (BCI), s’élèverait en milliers de milliards de francs CFA.

Or les Autorités sud-africaines ne reconnaissent pas l’existence d’une telle opération. Du coup, il faut mettre la main sur le Ministre Katinan qui tiendrait la clé de cette affaire afin qu’il crache le morceau et ordonne le rapatriement des fonds. Car si cette grosse réserve de devises n’est pas rapatriée, à terme, le régime Ouattara connaîtra un assèchement financier irréparable. Katinan serait donc la « Solution » pour sauver « ADO Solution ».

Quelle histoire ! Un mensonge aussi gros pour justifier une incompétence légendaire. Et les Autorités ghanéennes lui accorde un intérêt ?

Soit. Mais le problème n’est pas là. Pour un économiste de l’acabit de Ouattara, comment se fait-il qu’il n’a trouvé jusqu’ici aucune trace de cet argent et préfère passer par la voie de la torture de Koné Katinan comme méthode d’investigation financière pour obtenir les informations dont il a besoin ?

A la Vérité, il n’y a aucune manne financière planquée dans un Compte de devises en Afrique du Sud. Il s’agit tout simplement d’un montage grossier pour accuser un des plus brillants jeunes cadres ivoiriens afin de le torturer à mort et exhiber son corps comme celui d’un homme qui aurait braqué l’Agence de BCEAO à Abidjan pour constituer un trésor de guerre. En réussissant cette entreprise sordide, Ouattara trouverait son bouc-émissaire et continuerait paisiblement son odyssée de mensonge et d’affabulation au lieu d’assumer son incompétence notoire qui a fait régresser la Côte d’Ivoire de 100 ans.

D’ailleurs, n’est-ce pas sous cette mise en scène que le Ministre Katinan est dépeint par Ouattara et ses hommes aujourd’hui ? Eux qui ont volé d’abord plus de 20 milliards de francs CFA à l’Agence de la BCEAO à Abidjan en 2002 pour aller les remettre à Blaise Compaoré qui a utilisé une partie de cet argent pour louer les armes lourdes de Kadhafi qui ont servi à attaquer le Camp d’Agban et le reste du pays, le 19 septembre 2002. Et après ce premier vol, n’ont-ils pas ensuite, mis à sac l’Agence de la BCEAO à Bouaké, puis à Man et enfin à Korhogo pour une somme avoisinant les 500 milliards de francs CFA dont une partie a servi à entretenir leur rébellion et l’autre a été partagée entre les Chefs de guerre puis blanchie par Abdoulaye Wade dans le même réseau de la BCEAO alors dirigé par Charles Konan Banny, nommé aujourd’hui par Ouattara comme Président de la CVDR (Commission Vérité, Dialogue et Réconciliation(?)).

Pour l’histoire, il importe de retenir qu’en ce qui concerne l’opération de réquisition par décret n°2011-29 du 25 janvier 2011 de l’Agence de la BCEAO à Abidjan et dans les autres localités, l’état des lieux a été dressé par des Officiers de Police et des Huissiers de Justice. Au moment où le Ministre Katinan devait pénétrer dans l’enceinte de la BCEAO à Abidjan, le Procureur de la République qui en était déjà saisi, a été informé sur demande du Ministre, comme les règles l’exigent, par les Officiers de Police judiciaire et les Huissiers de Justice qui ont été commis pour dresser cet état des lieux. Des rapports officiels sont disponibles qui donnent des détails précis sur les montants trouvés dans les caisses. Après quoi, cet argent a servi à faire fonctionner l’Etat de Côte d’Ivoire jusqu’à la capture du Président GBAGBO par l’Armée française le 11 avril 2011.

Pour des hommes réfléchis, qui ont le sens du jugement légaliste, il est facile de comprendre que quand un homme va braquer une banque, il ne se fait pas accompagner de Policiers, d’Huissiers de Justice et n’informe pas le Procureur de la République. A preuve, quand Ouattara et ses hommes mettaient à sac les Agences de la BCEAO de Bouaké, de Man et de Korhogo et quand ils faisaient sortir avec l’aide de Sia Popo, les caisses d’argent de l’Agence de la BCEAO à Abidjan, il n’y avait que des coups de feu, des cadavres et du sang humain sur les lieux. Aucun Officier ministériel, aucun Officier de Police judiciaire aucun Procureur de la République n’étaient là pour dresser un état des lieux.

Mais que voulez-vous ? Chez Ouattara et ses hommes, tout ce qui est conforme à la loi est anormal.

Il ne nous reste donc plus qu’à redoubler de vigilance pour ne pas que les Autorités ghanéennes envoient le Ministre Katinan à la Boucherie du Moro Naba d’Abidjan.

Par Hassane Magued

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 14:35

Blaise Compaoré  Dans tous les coups fourrés qui minent l’Afrique de l’ouest: Son nom dans la livraison d'armes à la rébellion islamiste du Nord malien.

 Blaise-compaore.jpgBlaise Compaoré (Il a tué  Thomas Sankara un copain d'enfance pour prendre sa place)

 

 

Blaise Compaoré : Son nom dans la livraison d'armes à la rebellion malienne

Visite annoncée et à présent confirmée, Blaise Compaoré devrait-être reçu par le président français, Hollande, le 18 septembre prochain. Au mois d’août, peut-être dans les préparatifs de cette rencontre au sommet, le ministre Djibril Bassolet avait séjourné à Paris.

Les concertations qu’il avait alors eut avec les autorités françaises n’ont pas été à la hauteur des attentes de Ouagadougou. Partisan d’un dialogue avec les islamistes qui occupent le Nord Mali, le Burkina qui est isolé sur la question au sein de la Cedeao avait souhaité s’adjoindre un protagoniste de poids, le Qatar qui est déjà un soutien des islamistes. Seulement à Paris ce souhait n’a pas été accueilli avec enthousiasme. Selon les confidences de Jeune Afrique « les français lui ont opposé un refus poli, arguant du nombre déjà très important d’interlocuteurs dans cette crise ».

Blaise Compaoré qui vient à Paris n’aura sans doute pas autre choix, que de souscrire à l’option d’une intervention militaire au Nord Mali. Les derniers développements dans la crise malienne montrent bien, que les français ont décidé de forcer la main à tout le monde. A Dioncounda Traoré d’abord, qui a dû, en catimini, requérir les forces de la Cedeao, dans une lettre quelque peu dictée par le représentant spécial de la France au Sahel, Jean Felix Paganon. Actuellement la Mauritanie et le Tchad sont sous pression et ne pourront pas résister longtemps.

Il reste le Burkina. Blaise Compaoré arrive à Paris fragilisé par les récentes révélations des services français, selon lesquels « des armes auraient été récemment livrées, via le Burkina, au Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) implanté dans la région de Tombouctou ». Cette révélation des renseignements français n’a pas officiellement donné lieu à un commentaire des officiels en France. Ils se seraient juste montré « perplexes » se demandant « comment des camions chargés d’armes pourraient-ils traverser le Burkina sans l’aval des autorités ? »

C’est sans doute une des discussions que Hollande et Compaoré pourraient avoir. Mais le COS (le Commandement des unités spéciales, une unité d’élite de la France) qui est bien implantée au Burkina ne devrait rien ignorer de tout cela en réalité. Hollande devrait poser des questions dont il connait à l’avance les réponses. Par contre dans la posture de Blaise Compaoré, dont la réputation en cette matière ne plaide pas pour lui, la situation devrait être plus gênante. La pression sur lui sera non pas de se plier à l’intervention, mais sans doute de se « démerder pour que rien de fâcheux n’arrive aux sept otages français détenus par AQMI, l’allié du Mujao ».

La récurrence des accusations

Le nom de Blaise est déjà trop « gâté » dans cette affaire et on se dit qu’il doit avoir une baraka extraordinaire de n’avoir pas encore subit, le sort de ceux de ses prédécesseurs qui ont été accusés d’avoir trempés dans de semblables trafics. En tout les cas, les accusations ne s’arrêtent pas. A la fin du mois d’août dernier, le mauritanien Ahmedou Ould-Abdallah, ancien ministre des Affaires étrangères de son pays et qui dirige actuellement le Centre/4S (Centre de réflexion sur la sécurité dans la région Sahel Sahara) a tenu des propos sibyllins qui ont sans doute fait siffler les oreilles à Ouagadougou. Selon Ould Abdallah :« les terroristes d’Aqmi ne sont que les intermédiaires des trafiquants installés dans tout le golfe du Bénin. Leurs réseaux, au plus haut niveau de chaque Etat de la région, sont considérables. J’ai des noms et la liste est considérable… » Quand quelques jours après de tels propos, les « services amis » se permettent des révélations d’une telle nature, l’embarras ne peut-être que grand.

En ce moment les grandes oreilles de la France sont braquées sur le sahel

Selon des informations récemment publiées par des confrères français, spécialistes des questions militaires, le Commandement des opérations spéciales, connu sous les initiales COS, dont une bonne partie des unités est pré-positionnée à Ouagadougou « serait monté en force » en dégarnissant d’autres terrains où il était en mission « à fin de récupérer des opérateurs supplémentaires ». Le COS se prépare donc à mener une action d’envergure dans le sahel. Les moyens ont été pris sur d’autres unités. Les commandos spécialisés (GRA, groupe d’action) du 1er RIPMA et les équipements de recherche du 13e RDP avec la flotte des VPS (véhicules de patrouille spéciale, construits par Panhard).

Ceux qui ont prêté attention ont vu ces véhicules, qui équipent aussi maintenant l’armée burkinabè. Mais ce n’est pas tout, pour mener « une traque sur une telle échelle et aussi longtemps », il a fallu renforcer les moyens du COS par ceux des forces conventionnelles (transports et renseignements). A cause de l’importance de la zone, les moyens seront combinés (terrestres et aériens) avec une probable entrée en action des Drones Harfang qui avaient déjà servis contre Kadhafi.

La France ne veut pas prendre le risque d’échouer. Elle a donc fait les choses comme il fallait. La Cedeao pourra-t-elle s’y mouler ?

Probablement. Dans nombre de pays, le COS a déjà entraîné les unités spéciales et conclu des protocoles qui lui permettent de se déployer. Il y a quand même des appréhensions et pour la France, il faut en plus des moyens mobilisés, constituer une large coalition pour conduire cette guerre contre les islamistes du Nord Mali, pour ne pas laisser cette région devenir un « sahélistan », selon les propos du ministre français de la Défense, Jean Yves le Drian.

Blaise Compaoré qui n’avait plus foulé le parquet de l’Elysée depuis Jacques Chirac, arrive donc en terrain miné. Le froid Hollande ne devrait pas faire beaucoup pour le décrisper.

Preuve de vie des otages français

A quelques jours de la visite de Blaise Compaoré en France, une vidéo publiée par AQMI vise à donner une preuve de vie des quatre otages. L’intervention est construite sur un message clair. Il faut payer AQMI pour qu’il nous libère. C’est le message répété par les quatre français otages.

C’est aussi un moyen supplémentaire de pression sur la France. Les otages sont en vie, allez-vous prendre le risque d’une intervention qui pourrait leur coûter la vie ?

Il y a donc dans cette vidéo deux messages, l’un explicite, payer la rançon que demande AQMI. L’autre implicite remisez la décision de pousser à la guerre. Il y a donc au menu de la première rencontre Hollande Compaoré du grain à moudre. Mais c’est peut-être aussi pour ça que Hollande s’est résolue à recevoir le président burkinabè. La diffusion de cette vidéo, à quelques jours de la visite de Blaise à Paris ne peut pas être fortuite. Les familles des otages sont reçues le 13 septembre, 5 jours avant l’’arrivée du président burkinabè. Peut-être est-il porteur de bonnes nouvelles.

Par Newton Ahmed BARRY

Source : L’Evénement

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine