Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 23:37

Rappel:  L’Histoire du terrorisme en France depuis 30 ans

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans terrorisme
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 07:03
Ernest Ouandié (1914-1971)Ernest Ouandié (1914-1971)

Ernest Ouandié (1914-1971)

Organisation d'une conférence à l'occasion du 44ième anniversaire de l'assassinat d'Ernest Ouandié Héros national camerounais

 

 

Dans le cadre de la préservation de la mémoire de ceux qui se sont battus et parfois ont donné de leur vie dans les combats pour l’indépendance, la démocratie et les libertés pour tous les Camerounais d’une part et d’autre part de promouvoir l’héritage qu’ils nous ont légué,

Le CPMC  (Citoyens pour la mémoire du Cameroun)

Organise le Samedi 17 Janvier 2015

Une conférence débat sis à la librairie des Peuples Noirs

Sous   le

Thème: « Comment gouverner les mémoires camerounaises pour un enjeu politique et un avenir pacifique. »     

Contact

Cameroun

                Citoyen Pour la Mémoire du Cameroun (CPMC)                                         Tél : (+237) 74 48 98 83  / 96 20 44 97 / 70 01 42 47

Email : cpmccameroun@gmail.com    

 

France

Citoyen Pour la Mémoire du Cameroun (CPMC)

Tél (+33) (0)621567665  Email : neuronesnews@gmail.com

Site : http://heros-et-martyrs-camerounais.over-blog.com

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 05:18
Les promoteurs de l'IPDD

Les promoteurs de l'IPDD

Défense de la démocratie et des droits humains en Afrique : Naissance d’une initiative des oppositions Africaines à Paris.

 

 

 

      La chute du Dictateur Blaise Compaoré, et le véritable exploit du peuple Burkina ont ré-boosté les oppositions africaines, de sorte qu’aujourd’hui d’aucuns parlent même d’un début du « printemps africain » en comparaison aux « printemps arabes ».

 

Cette Initiative pour la défense de la démocratie, bien entendue en Afrique  a vu le jour au mois de novembre 2014 à Paris, et à l’initiative de plusieurs oppositions africaines qui veulent en finir avec les dictatures en place.

 

Un projet très ambitieux, qui  n’est aucunement de faire  de ce regroupement un conglomérat de partis politique ou d’anciens ministres expulsés des gouvernements, mais de construire une véritable alternative aux régimes dictatoriaux et compradores.

 

Pour atteindre cet objectif leur méthode de travail  selon les promoteurs, consistera à mutualiser les efforts et informations pour répondre au syndicat des dictateurs africains qui veulent s’éterniser au pouvoir (rappel : en 2015 aura lieu 25 élections en Afrique).

Pour  finaliser  ce projet a eu lieu donc, une séance de signature d’une charte le vendredi 9 janvier 2015 à la chambre de commerce de Paris près du palais Brongniart.

 

Que vise l’IPDD :

• Œuvrer pour le respect de l’ordre constitutionnel en Afrique, tout particulièrement, veiller au strict respect de la limitation des mandats des présidents de la République afin que les peuples africains puissent réellement élire et être gouvernés par des dirigeants de leur choix,

• Combattre toute succession dynastique du pouvoir en Afrique.

• Œuvrer pour la promotion des conditions permettant l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles sur la base de critères internationaux, par des commissions électorales véritablement indépendantes et composées de façon paritaire de représentants des mouvances présidentielles, des représentants des mouvances oppositionnelles et des représentants des associations des sociétés civiles africaines et présidés par des personnalités neutres et consensuelles.

• Travailler au renforcement de l’unité des oppositions réelles et des associations de la société civile indépendantes, afin d’aider à l’émergence de nouveaux leaderships politiques capables de canaliser la volonté de changement qui habitent les peuples africains.

• Promouvoir les conditions permissives de l’émergence des alternances et alternatives démocratiques en Afrique.

• Aider à la promotion des armées et des polices réellement républicaines en Afrique.

 

    Pour l’instant cette initiative ne regroupe que  quelques partis d’opposition africaine des pays suivants (Centrafrique, de République démocratique du Congo, du Congo-Brazzaville, du Burundi, du Bénin, du Sénégal, du Gabon ou de Guinée Equatoriale).

Les promoteurs espèrent que d’autres partis viendront grossir les rangs pour prêter main forte afin de sonner le glas à l’endroit de la  volonté maladive de certains chefs d’Etat africains de réviser ou de changer les Constitutions de leurs pays. L’expérience burkinabé doit désormais constituer une référence voire une jurisprudence pour l’Afrique entière ».

Par Paul Ayi

Pour rejoindre cette initiative  vous pouvez contacter : http://ipddafrique.org/contact/

Voir ci-dessous la charte de l’IPDD

Repost 1
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 06:34
Qui a commandité l’attentat contre Charlie Hebdo ?

Qui a commandité l’attentat contre Charlie Hebdo ?

 

 

         Alors que de nombreux Français réagissent à l’attentat commis contre Charlie Hebdo en dénonçant l’islamisme et en manifestant dans les rues, Thierry Meyssan souligne que l’interprétation jihadiste est impossible. Alors qu’il aurait tout intérêt à dénoncer lui aussi une opération d’Al-Qaïda ou de Daesh, il envisage une autre hypothèse, beaucoup plus dangereuse.

Dans ce reportage, France 24 a coupé la vidéo pour que l’on ne voit pas les assaillants exécuter un policier au sol.

Le 7 janvier 2015, un commando a fait irruption, à Paris, dans les locaux de Charlie Hebdo et a assassiné 12 personnes. 4 autres victimes sont toujours dans un état grave.

Sur les vidéos, on entend les assaillants crier « Allah Akbar ! », puis qu’ils ont « vengé Mahomet ». Un témoin, la dessinatrice Coco, a affirmé qu’ils se réclamaient d’al-Qaïda. Il n’en a fallu pas plus pour que de nombreux Français dénoncent un attentat islamiste.

Or, cette hypothèse est illogique.

La mission de ce commando n’a pas de lien avec l’idéologie jihadiste

En effet, des membres ou des sympathisants des Frères musulmans, d’al-Qaïda ou de Daesh ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux, sur le modèle de ce qu’ils ont fait dans la totalité de leurs actions au Maghreb et au Levant. Pour des jihadistes, le premier devoir c’est de détruire les objets qui, selon eux, offensent Dieu, puis de punir les « ennemis de Dieu ».

De même, ils ne se seraient pas immédiatement repliés, fuyant la police, sans avoir achevé leur mission. Ils auraient au contraire terminé leur mission, dussent-ils mourir sur place.

Par ailleurs, les vidéos et certains témoignages montrent que les assaillants sont des professionnels. Ils avaient l’habitude de manier leurs armes et n’ont tiré qu’à bon escient. Ils n’étaient pas vêtus à la mode des jihadistes, mais comme des commandos militaires.

La manière dont ils ont exécuté au sol un policier blessé, qui ne représentait aucun danger pour eux, atteste que leur mission n’était pas de « venger Mahomet » de l’humour gras de Charlie Hebdo.

a vidéo censurée par les TV françaises

Cette opération vise à créer le début d’une guerre civile

Le fait que les assaillants parlent bien le français, et qu’ils soient probablement Français, ne permet pas de conclure que cet attentat est un épisode franco-français. Au contraire, le fait qu’ils soient professionnels contraint à les distinguer de possibles commanditaires. Et rien ne prouve que ces derniers soient des Français.

C’est un réflexe normal, mais intellectuellement erroné, de considérer lorsque l’on vient d’être attaqué que l’on connaît ses agresseurs. C’est le plus logique lorsqu’il s’agit de criminalité normale, mais c’est faux lorsqu’il s’agit de politique internationale.

Les commanditaires de cet attentat savaient qu’il provoquerait une fracture entre les Français musulmans et les Français non-musulmans. Charlie Hebdo s’était spécialisé dans des provocations anti-musulmanes et la plupart des musulmans de France en ont été directement ou indirectement victimes. Si les musulmans de France condamneront sans aucun doute cet attentat, il leur sera difficile d’éprouver autant de peine pour les victimes que les lecteurs du journal. Cette situation sera perçue par certains comme une complicité avec les meurtriers.

C’est pourquoi, plutôt que de considérer cet attentat extrêmement meurtrier comme une vengeance islamiste contre le journal qui publia les caricatures de Mahomet et multiplia les "unes" anti-musulmanes, il serait plus logique d’envisager qu’il soit le premier épisode d’un processus visant à créer une situation de guerre civile.

La stratégie du « choc des civilisations » a été conçue à Tel-Aviv et à Washington

L’idéologie et la stratégie des Frères musulmans, d’Al-Qaïda et de Daesh ne préconise pas de créer de guerre civile en « Occident », mais au contraire de la créer en « Orient » et de séparer hermétiquement les deux mondes. Jamais Saïd Qotb, ni aucun de ses successeurs, n’ont appelé à provoquer d’affrontement entre les musulmans et les non-musulmans chez ces derniers.

Au contraire, la stratégie du « choc des civilisations » a été formulée par Bernard Lewis pour le Conseil de sécurité nationale états-unien, puis vulgarisée par Samuel Huntington non plus comme une stratégie de conquête, mais comme une situation prévisible. Elle visait à persuader les populations membres de l’Otan d’un affrontement inévitable qui prit préventivement la forme de la « guerre au terrorisme ».

Ce n’est pas au Caire, à Riyad ou à Kaboul que l’on prône le « choc des civilisations », mais à Washington et à Tel-Aviv.

Les commanditaires de l’attentat contre Charlie Hebdo n’ont pas cherché à satisfaire des jihadistes ou des talibans, mais des néo-conservateurs ou des faucons libéraux.

N’oublions pas les précédents historiques

Nous devons nous souvenir qu’au cours des dernières années, nous avons vu les services spéciaux états-uniens ou de l’Otan
- tester en France les effets dévastateurs de certaines drogues sur des populations civiles ;
- soutenir l’OAS pour tenter d’assassiner le président Charles De Gaulle;
- procéder à des attentats sous faux drapeau, contre des civils, dans plusieurs États membres de l’Otan .

Nous devons nous souvenir que, depuis le démembrement de la Yougoslavie, l’état-major états-unien a expérimenté et mis en pratique dans de très nombreux pays sa stratégie des « combats de chiens ». Elle consiste à tuer des membres de la communauté majoritaire, puis des membres des minorités en renvoyant les responsabilités dos-à-dos jusqu’à ce que chacun soit convaincu d’être en danger de mort. C’est de cette manière que Washington a provoqué la guerre civile aussi bien en Yougoslavie que dernièrement en Ukraine .

Les Français seraient bien avisés de se souvenir également que ce ne sont pas eux qui ont pris l’initiative de la lutte contre les jihadistes revenant de Syrie et d’Irak. À ce jour d’ailleurs, aucun d’entre eux n’a commis le moindre attentat en France, le cas de Mehdi Nemmouche n’étant pas celui d’un terroriste solitaire, mais d’un agent chargé d’exécuter à Bruxelles deux agents du Mossad . C’est Washington qui a convoqué, le 6 février 2014, les ministres de l’Intérieur de l’Allemagne, des États-Unis, de la France (M. Valls s’est fait représenter), de l’Italie, de la Pologne et du Royaume-Uni pour faire du retour des jihadistes européens une question de Sécurité nationale. Ce n’est qu’après cette réunion que la presse française a abordé ce sujet, puis que les autorités ont commencé à réagir.

John Kerry s’est exprimé pour la première fois en français pour adresser un message aux Français. Il dénonce une attaque contre la liberté d’expression (alors que son pays n’a cessé depuis 1995 de bombarder et de détruire les télévisions qui lui faisaient ombrage en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak et en Libye) et célèbre la lutte contre l’obscurantisme.

Nous ignorons qui a commandité cette opération professionnelle contre Charlie Hebdo, mais nous ne devrions pas nous emballer. Nous devrions considérer toutes les hypothèses et admettre, qu’à ce stade, son but le plus probable est de nous diviser ; et ses commanditaires les plus probables sont à Washington.

 

Par Thierry Meyssan

Source :réseau voltaire

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans terrorisme
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 06:03
Mauritania: journey to the heart of an Islamic and slavery state in Africa

Mauritania: journey to the heart of an Islamic and slavery state in Africa


Between black Africa and the Maghreb, the Islamic and barbaric Republic of Mauritania is a crossroads mainly composed countries 'Black African' descendants of African empires and kingdoms that once controlled a large part of this area (ref: Empire Mali - Songhai empire - Fouta toro kingdom - the kingdom of Walo ...), Arab-Berber (also called Beydanes) arrived over the Islamic conquests and finally Haratines (Black people, owners of the land) who the transforms slaves.
Slavery! This is a crime that for many of us is part of history, the past, but in Mauritania this burning issue is still relevant as this African country yet geographically earned the dubious record of being the last in the world to abolish the tragedy. And again!
 
In the Arab and Islamic self-proclaimed republic of slavery remains far despite abolition (stress? Forced?) Made very late in 1981, still between 5% and 20% of the total population of the country is a victim of this drama (the country holds the world record in terms of proportion of population subject to slavery).
 
If slavery continues to exist in this country is due to a combination of factors that are approving silence of much of its population, lobbies very people that take advantage of this status quo have no desire to change the situation so as not to lose their privileges, but also the complicity of state authorities that despite having abolished slavery in 1981 (probably to spend more frequentable the eyes of the international community) do nothing for eradicate in practice.
 
This is especially true for the various schemes that have succeeded at the head of the country maintain ambiguity on the issue, the evidence of associations fighting against slavery slaughtering a great job within the countries are regularly repressed and imprisoned by the state authorities. The latest is the arrest and imprisonment of Ould Abeid Birame and 17 of his companions all members of the Initiative for the Resurgence of the Abolitionist Movement in Mauritania (IRA) known for their activism against experienced slavery in the Islamic Republic of Mauritania.
Long before them a young named Mohamed Ould Sheikh Mohamed has also paid the price for having written a letter in which he condemned the prioritization of society - the caste system and the injustice that is slavery, he was arrested and detained and risk at the moment of the death penalty.
 
Faced with such a scenario where repression remains systematic for those who in this country trying to denounce and combat this sinister crime against humanity that is slavery, it is important that we and other neighboring countries beyond all African countries even all those for whom equality is not empty word show our solidarity and denounce this slave country, each goes his own way. What would have become Mandela and South Africa if neighboring countries like Zimbabwe - Botswana and all other African countries had not reacted strongly to denounce apartheid? It is up to Mauritanians to fight on the ground slavery but their struggle could not be effective with a full support of their African brothers first because the Arabic and Islamic Republic of Mauritania Slaver does not seem inclined to treat all its Arab citizens as black in the same way, their exploits religion shot charge of apostasy of fatwa to permanently silence those who say NO to slavery.
 
Oh yes! No need to rely on the African Union since the organization has pushed the cap up to be headed by a putschist president from a country where slavery still reigns and where we bullied daily black Africans. It speaks for itself.

 

 

Translation from French: Afrohistorama communication By Mame Diarra Baldé Source: seneweb.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droits humlains
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 05:41
Mauritanie : voyage au cœur d’un état Islamique d’Afrique et Esclavagiste

Mauritanie : voyage au cœur d’un état Islamique d’Afrique et Esclavagiste

 

Située entre l'Afrique noire et le Maghreb, la République Islamique de Mauritanie est un pays carrefour composé essentiellement de ''négro-africains'' descendants des empires et royaumes africains qui contrôlaient jadis une très grande partie de ce territoire (réf : empire du Mali – empire songhay - royaume du Fouta toro – royaume du Walo …), d'arabo-berbères (aussi appelés Beydanes) arrivés au fil des conquêtes islamiques et enfin de Haratines (peuple noir autochtone) transformés esclaves.

L'esclavage ! Voilà un crime qui pour beaucoup d'entre nous fait parti de l'histoire, du passé, mais en Mauritanie cette brulante question est toujours d'actualité tant ce pays pourtant géographiquement africain a obtenu le triste record d'avoir été le dernier au monde à abolir cette tragédie. Et encore !

 

Dans cette république autoproclamée arabe et islamique l'esclavage subsiste jusqu'à présent malgré l'abolition (contrainte ? forcée ?) faite très tardivement en 1981, aujourd'hui encore entre 5% et 20% de la population totale du pays serait victime de ce drame (le pays détient le record mondial en termes de proportion de population soumise à l'esclavage).

 

Si l'esclavage continue d'exister dans ce pays c'est dû à une conjonction de facteurs que sont le silence approbateur d'une bonne partie de sa population, les lobbies ceux là même qui tirent des avantages sur ce statu quo n'ont aucune envie que la situation change histoire de ne pas perdre leurs privilèges, mais aussi la complicité des autorités étatiques qui bien qu'ayant aboli l'esclavage en 1981 (surement pour passer plus fréquentables aux yeux de la communauté internationale) ne font rien pour l'éradiquer dans la pratique.

 

C'est d'autant plus vrai que les différents régimes qui se sont succédés à la tête de ce pays entretiennent l'ambigüité sur la question, la preuve les associations de lutte contre l'esclavage qui abattent un travail formidable à l'intérieur du pays sont très régulièrement réprimés et emprisonnés par les autorités étatiques. La dernière en date est l'arrestation puis l'emprisonnement de Birame Ould Abeid et 17 de ses compagnons tous membres de l'initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA) connus pour leur militantisme chevronné contre l'esclavagisme en république islamique de Mauritanie.

Bien avant eux un jeune du nom de Mohamed cheikh ould Mohamed en a lui aussi fait les frais, pour avoir écrit une missive dans laquelle il condamnait cette hiérarchisation de la société – le système des castes et l'injustice qu'est l'esclavagisme, il a été arrêté puis emprisonné et risque en ce moment la peine de mort.

 

Face à un tel scénario où la répression demeure systématique pour tout ceux qui à l'intérieur de ce pays tentent de dénoncer et combattre ce sinistre crime contre l'humanité qu'est l'esclavage, il est important que nous autres pays voisins et au delà tous les pays africains voire tout ceux pour qui l'égalité n'est pas vain mot manifestions notre solidarité et dénoncions ce pays esclavagiste, que chacun y va à sa manière. Que serait devenu Mandela et l'Afrique du sud si les pays voisins comme le Zimbabwe – le Botswana et tous les autres pays africains n'avaient pas réagi vigoureusement pour dénoncer l'apartheid ? Il appartient aux Mauritaniens de combattre sur le terrain l'esclavagisme mais leur lutte ne pourrait être efficace qu'avec un soutien sans faille de leurs frères africains d'abord car la République Arabe Islamique et Esclavagiste de Mauritanie ne semble pas enclin à traiter tout ses citoyens arabes comme noirs de la même manière, on y instrumentalise la religion à coup de fatwa d'accusation d'apostasie pour faire taire définitivement ceux qui disent NON à l'esclavage.

 

Ah oui ! Inutile de compter sur l'union africaine depuis que cette organisation a poussé le bouchon jusqu'à mettre à sa tête un président putschiste issu d'un pays où l'esclavage règne encore et où l'on brime quotidiennement les négro-africains. Ça se passe de commentaire !

Par Mame Diarra Baldé

Source:seneweb.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 05:33
LIONS INDOMPTABLES DU CAMEROUN : Pourquoi malgré l’absence de Samuel Eto’o Les joueurs  refusent-ils d’embarquer  pour Libreville si leurs primes ne sont pas payées.

LIONS INDOMPTABLES DU CAMEROUN :

Pourquoi malgré l’absence de Samuel Eto’o Les joueurs  refusent-ils d’embarquer  pour Libreville si leurs primes ne sont pas payées.

 

Les joueurs sont catégoriques et refusent d’embarquer si leurs primes ne sont pas payées.

Ce jeudi à 15h30, Volker Finke et ses poulains étaient en réunion de crise au sujet des primes de présence au stage et de participation et de primes à la Can 2015. Les joueurs et le sélectionneur sont surpris qu’aucune prime ne leur ait été remise depuis leur arrivée et que personne ne leur dise rien à ce sujet. Chaque fois qu’ils ont essayé d’en savoir un peu plus, ils se sont entendu répondre : « ça arrive. Ne vous inquiétez pas ». Mais à l’épreuve des faits, les 24 joueurs sont toujours sans le moindre radis.

Du coup, comme il y a 6 mois au moment de s’envoler pour la Coupe du Monde brésilienne, les joueurs ont décidé de ne pas embarquer dans l’avion loué à CamairCo pour se rendre à Libreville pour y poursuivre leur stage de préparation à la Can. Dans un premier temps, à leur arrivée lundi dernier dans la tanière, le programme prévoyait qu’ils quitteraient le Cameroun ce jeudi matin. Face aux événements, il a été arrêté que le départ se ferait plutôt ce jeudi à 16h. Au sortir de la réunion d’avec leur coach, des joueurs nous ont confié que dans le meilleur des cas, si une solution venait à être trouvée, ils partiraient dans la nuit de jeudi à vendredi. Sinon, ce sera demain vendredi. A condition que les primes soient payées. Pour les joueurs, c’est la condition sine qua none pour un éventuel départ.

Ainsi, les démons sont plus que jamais présents dans la tanière. Certains joueurs ont été « bannis », d’autres mis sur le banc à titre provisoire, mais les mêmes problèmes continuent. Cette fois-ci, le administratifs ne trouveront plus d’échappatoire et devront assumer leurs carences managériales. A aucun moment les joueurs n’ont exigé une somme précise. L’Etat a décidé que ce serait 30 millions pour la prime de participation, les joueurs ont accepté sans broncher. Hélas, personne n’a rien reçu et l’on se retrouve dans un scénario identique à celui auquel l’on a assisté avant le départ pour le Brésil. Et pourtant, l’on nous avait annoncé la fin des problèmes dans la tanière. Surtout depuis que certains « démons » avaient été virés.

Par  René Mouandjo

Source : mboafootball.com

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Sport
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 05:21
Mr Assoa Adou

Mr Assoa Adou

Côte d’ivoire : La peur est entrain de changer de camp. Le régime dozocratique  arrête Mr Assoa Adou candidat à la présidentielle.

 

Côte-d’Ivoire: Ouattara a mis Assoa Adou aux arrêts sur les conseil d’Amani Michel et de Claude Sahi!

Selon nos informations, la décision prise mercredi 7 janvier de «neutraliser» le Dr. Assoa Adou, directeur de campagne de Laurent Gbagbo pour la présidence du FPI, a été prise suite à une réunion entre le Directeur des affaires politiques du ministère de l’Intérieur, Claude Sahi et une délégation de la frange Affi du Front Populaire Ivoirien conduite par l’ex ministre de la Défense de Gbagbo, Réné Amani Michel.

Le ministre Hamed Bakayoko se trouvait en Conseil des ministres mais son directeur de cabinet nous dit-on le représentait durant les échanges qui ont duré un peu moins de deux heures, approximativement de 13H à 14.45 GMT. Nos sources indiquent que la décision de neutraliser Assoa Adou a été prise directement en Conseil des ministres après la réunion entre Claude Sahi et René Amani Michel.

Assoa Adou devrait être officiellement inculpé ce jeudi, dans le même style que Lida Kouassi Moise. Toutes ces arrestations font partie d’un plan concocté par le ministre Hamed Bakayoko et la Direction du RDR, le parti d’Alassane Ouattara. L’ex Premier Ministre Charles Konan Banny [candidat contre Ouattara en 2015], avait récemment «goûté» à cette méthode, avec les arrestations de son Directeur de campagne, Arthur Alloco et de son chargé des finances de la campagne, Oka Sylvain.
Source : Connectionivoirienne

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Politique
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 04:12
Clarissa Jean-Philippe, 25 ans, la policière tuée à Montrouge

Clarissa Jean-Philippe, 25 ans, la policière tuée à Montrouge

Je suis Clarissa : la policière noire tuée à Montrouge dont personne n’en parle

 

Clarissa Jean-Philippe, 25 ans, la policière tuée à Montrouge

Morte à 25 ans en exerçant un métier qu’elle apprenait encore. A l’heure où les enfants partaient à l’école, où les habitants de Montrouge se rendaient à leur travail, Clarissa Jean-Philippe est morte, tuée sur la voie publique, jeudi 8 janvier.

Un agent de la voirie a également été grièvement blessé par l’agresseur, qui a ouvert le feu sur eux à l’arme automatique alors qu’ils intervenaient sur un accident de la circulation, vers 8 h 15, avant de prendre la fuite. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête.

Clarissa Jean-Philippe était en mission pour cette ville réputée paisible des Hauts-de-Seine. « Elle s’était rendue avec un de ses collègues sur un accident de voiture et gérait la circulation à quelques mètres du lieu de l’accrochage », rappelle David Merseray, vice-président de la CFTC police municipale. C’est là qu’elle a été visée. Arrivés très rapidement sur place, les secours n’ont pas réussi à la ranimer, en dépit de soins très intensifs. Son décès a été annoncé en milieu de matinée.

La jeune femme n’avait qu’un pied dans la vie active. Elle était encore stagiaire et le maire (UDI), Jean-Loup Metton, avoue qu’il la connaissait encore très peu. Reçue au concours d’agent de police municipale quelques mois auparavant, elle avait quitté la Martinique pour venir se former à l’école de Pantin (Seine-Saint-Denis). Elle avait laissé là-bas une mère et un frère.

Déception de la gestion du drame

Tuée dans l’exercice de ses fonctions, Clarissa Jean-Philippe, que ses collègues dépeignent comme une jeune femme « vive et dynamique », n’aura jamais franchi le cap de la titularisation. La formation initiale dont elle bénéficiait comprend une partie théorique au métier. Ensuite, le stagiaire doit mettre en pratique ses connaissances durant quarante-cinq jours, sur le terrain, avant de devenir titulaire.

A l’épreuve de cette mort, la communauté policière a dû ajouter la déception de la gestion de ce drame. « Lorsque des collègues ont appelé le petit frère de la policière, resté en Martinique, nous avons découvert que la mère de Clarissa Jean-Philippe a appris le décès de sa fille en écoutant la radio… Nous sommes effondrés de cette gestion », rappelle M. Merseray. Cette mort tragique réveille aussi à ses yeux le débat sur l’armement des policiers municipaux.

L’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux s’est de son côté réservé le droit de porter plainte contre le maire de Montrouge qui n’avait pas jugé utile d’armer sa police municipale.

 

Sourrce Lemonde

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Terrorisme
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 19:53
Thierry Ngogang Journaliste sur Stv

Thierry Ngogang Journaliste sur Stv

Cameroun : Menace sur le journaliste Thierry Ngogang et sur la liberté d’expression au Cameroun.

 

« Je viens d'être appelé par un membre du gouvernement par rapport à l'émission Cartes sur Table d'hier (06 /01/2015).
Il semble qu'elle crée des controverses.
Bon peut être qu'il y aura une suspension de Cartes sur table. Auquel cas je serais obligé de prendre un repos "forcé".
Je suis même un peu fatigué, ça peut être l'occasion d'aller en vacances 
»

Thierry Ngogang

 

Le régime de Yaoundé passra-t-il aux actes par la pression indirecte ou d'autres méthodes?

L’opposition ou la société civile resteront-elles silencieuses comme une carpe?

La diaspora camerounaise alors?

Moi je suis Ngogang

Afrohistorama soutien Thierry Ngogang

Par Paul Ayi  

L'émission en question ci-dessous

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire - dans Droit de l'homme
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine