Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 13:42

 

 

 

                               


 


 

 

http://www.youtube.com/watch?v=1-N0KBJA8Ds

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 13:29

 

Concert komandant simi olKommandant-SIMI.jpg

Concert : Komandant Simi OL

Mercredi 19 Décembre 2012

De 20h30 à 23h,

Au Point Ephémère

200 Quai de Valmy 75010 Paris

Métro Jaurès ou Louis Blanc

Entrée : 10 Euros

 

En raisons des places très limitées, faites dès maintenant vos réservations au : 
Point Ephémère : 0140340248. 
Info vente : 0669615721 ou 0670476263 
En ligne sur : http://www.digitick.com/komandant-s... 
Ou sur : http://www.fnacspectacles.com/place...


Suivez l'actu de cet événement dès début décembre sur Radio Africa 1 :http://www.africa1.com/spip.php?article27064
notamment dans l'émission Ambiance Africa avec Aïssa Thiam, du lundi au vendredi.
 

 

Le Point Ephémère vous propose en concert exclusif, Komandant Simi OL, un artiste ivoirien de conscience dont le débit irrite irrémédiablement les langues de bois, en faisant le bonheur des africain(es) épris(es) de justice et d’une France solidaire aux luttes égalitaires. Le tout dans une combinaison musicale, où amateurs de Reggae et de la Rock attitude cohabitent, pour "triper" allègrement dans une constellation de poésie et de crudité verbale.http://komandantsimiol.net/

En honorables invités : 


Guy Labertit (homme politique et auteur-compositeur à ses heures perdues), pour une prestation musicale aussi saisissante que déroutante.                            http://www.youtube.com/watch?featur...

L’illustre journaliste Théophile Kouamouo (ex-correspondant au journal Le Monde, fondateur du quotidien ivoirien Le Nouveau Courrier), pour une dédicace spéciale de son dernier ouvrage "J’accuse Ouattara".

 

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:49

DES RÈGLEMENTS DE COMPTE DES SERVITEURS DU REGIME DE YAOUNDE ANNONCENT-ILS SON CREPUSCULE ? 


gregoire-owona.jpg
Cameroun : Un fonctionnaire retraité des Douanes épingle Grégoire Owona

Cameroun : Un fonctionnaire retraité des Douanes épingle Grégoire Owona“Tu n’as pas hésité à tirer profit du putsch manqué du 06 avril 2004 en faisant main basse, sans vergogne, sur un immeuble en voie de finition au quartier Bonanjo à Douala appartenant à notre ami Issa Adoum, condamné à mort par le tribunal militaire et exécuté”

Cher ami,
Tu as tout à fait raison : les masques tombent effectivement et continueront de tomber au fur et à mesure que l’actualité se déroule sous nos yeux livrant son lot d’informations insolites et de révélations croustillantes. Dans ta dernière et tardive sortie médiatique contre ton «ami politique d’hier» et néanmoins «toujours membre du Bureau politique du RDPC», tu as quitté le champ clos des coups bas, trahisons et batailles fratricides de positionnement au sein du parti au pouvoir, pour t’aventurer dans les méandres de l’histoire récente du Cameroun en rappelant une «période sombre» correspondant à la magistrature du Président AHIDJO et en remuant, à ton corps défendant, «la fange puante des évènements douloureux du 06 avril 1984». A moins de posséder le don d’ubiquité, l’ancien Chef de l’Etat ne pouvait pas, tout seul, diriger le pays sans l’assistance, au niveau le plus élevé, de proches collaborateurs dévoués, loyaux et dignes de confiance, des gouvernements efficaces et d’une haute administration compétente.

En invoquant cette période «sombre» et ce climat de «terreur», voudrais-tu donc insinuer que tous ceux qui ont participé, à des degrés divers de responsabilité, à la gestion des affaires publiques, devront également rendre compte de leurs actes et de leurs conséquences ? Vaste programme ! Certes, l’heure des bilans viendra inexorablement. Mais, en attendant le jugement des hommes et le verdict de l’Histoire, attention aux éclaboussures et aux brûlures quand on «remue la fange puante» et quand on joue imprudemment au pyromane.

S’agissant de la tentative avortée du coup d’Etat, il est capital de rappeler le contexte de ces tristes évènements, qui sont une conséquence directe, d’une part, de la découverte d’un premier complot en préparation et la neutralisation de ses supposés cerveaux et, d’autre part, de la condamnation à mort du premier Président de la République suivie d’une campagne haineuse de stigmatisation d’une frange importante de la communauté nationale. C’est pour mettre un terme aux incessantes provocations et invectives tribales et laver ces affronts insupportables, que de jeunes prétoriens, qui pensaient n’avoir d’autre choix que la mutinerie avec le renfort des quelques civils, qui rêvaient d’exploits chevaleresques et croyaient être investis d’une mission de justiciers, ont décidé de franchir le Rubicon en montant à l’assaut des institutions légales de la République.

Grégoire, personne ne saurait et ne pourrait dénier ton appartenance au peuple camerounais. C’est une évidence, qu’il n’est pas nécessaire de rappeler et de souligner en forçant le trait. Cependant, du plus humble au plus prestigieux, chaque citoyen camerounais ne perçoit pas et ne subit pas de la même manière tous les évènements (heureux ou malheureux) que traverse notre pays. Ainsi, le putsch manqué, dont tu rappelles le souvenir avec révulsion, n’a pas été un drame absolu pour tout le monde. Malgré les odeurs nauséabondes qu’il dégage, tu n’as pas hésité à tirer profit de cette horrible tragédie en faisant main basse, sans vergogne, sur un immeuble en voie de finition au quartier Bonanjo à Douala appartenant à notre ami Issa Adoum, condamné à mort par le tribunal militaire et exécuté. Pour réussir ton coup, tu aurais opportunément usé de ton entregent et de ta position politique et bénéficié de la complicité bienveillante des banquiers, qui se sont abrités derrière le fallacieux prétexte que la banque ne pouvait pas faire jouer la garantie de l’assurance-vie couvrant l’emprunt immobilier, faute pour les ayants-droit du défunt de produire un certificat de décès.

Compte tenu des circonstances, peut-on honnêtement s’attendre à ce que le pouvoir en place fasse diligence pour délivrer un tel document compromettant ? En fervent chrétien nourri des Saintes Ecritures, tu dois savoir que la Bible aussi bien que la Thora et le Coran commandent de protéger la veuve et l’orphelin et condamnent sans appel toute appropriation illégitime des biens leur appartenant sous peine de punition imminente ici-bas ou de châtiment douloureux dans l’au-delà. Ta conscience doit te rappeler chaque jour cette sentence divine.

Naguère chef d’entreprise policé et plein de civilités parfois à la limite de l’obséquiosité à l’égard des détenteurs du pouvoir de l’époque, tu es devenu un redoutable animal politique révélant ainsi ta véritable nature décrite avec justesse par le rédacteur en chef du Journal «Les Nouvelles du Pays» dans l’édition n° 189 du 19 octobre 2012. Comme Janus, dieu antique aux deux visages, (l’un à la lumière et l’autre dans l’obscurité) tu apparais tantôt en militant convaincu du parti au pouvoir, tantôt en sympathisant de l’opposition. A moins que tu n’aies été instrumentalisé par des manipulateurs machiavéliques et thuriféraires de ton parti, j’ai toujours pensé, peut-être avec une grande naïveté, comme tant d’autres de tes amis et admirateurs, que tu représentais une tendance «cool et soft» de ta chapelle politique et une sensibilité très proche de la société civile et à l’écoute des préoccupions quotidiennes de tes concitoyens ordinaires, mettant ton intelligence et ton habilité unanimement reconnues et saluées au service d’une conception apaisée de la politique recherchant la médiation et le consensus pour le bien de tous.

A force de crier au loup, des esprits mal intentionnés, qui travestissent délibérément les faits à des fins inavouées, peuvent déclencher d’autres situations insurrectionnelles mettant de nouveau le pays à feu et à sang au grand bonheur des vautours, des bandits à col blanc et des spoliateurs de tous acabits à l’affût pour dépouiller leurs compatriotes vulnérables et gonfler leurs escarcelles. Que Dieu nous en préserve !

Pour terminer et sans nécessairement être partisan de votre camarade entré en dissidence ou appeler à un quelconque soulèvement, tout observateur averti et lucide doit se rendre à l’évidence, que l’épilogue normal de l’actuel régime est proche et inéluctable. Il appartiendra à nos fils et filles d’écrire les nouvelles pages glorieuses de l’Histoire du Cameroun. Il est de notre devoir de leur transmettre, dans la sérénité, le flambeau pour poursuivre l’œuvre exaltante d’édification d’une Nation fière, solidaire et prospère.
En toute amitié.

BOUBA HAMOA Fonctionnaire des douanes retraité

© Source : Les Nouvelles du Pays

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:34

 

Cinq raisons de désespérer d’un Cameroun émergent en 2035.

 Imagesdivers2-copie-1

 

 

 

            Trente ans que nous sommes dans le trente-sixième dessous : à l’occasion des trente ans de Paul Biya à la tête du Cameroun, Le quotidien Le Jour a publié un « dossier » d’un seul article particulièrement riche et documenté sur ce que pouvait être un bilan économique de trois décennies. Cette vision d’ensemble d’auteurs anonymes est ambitieuse (et plus favorable au pouvoir en place qu’il n’y parait). Mais si l’exercice a un certain intérêt théorique, il ne vaut rien dans la pratique tant les situations transitoires, les programmes contradictoires, et la macrostructure du commerce mondial ont varié entre 1982 et 2012.

 

Un bilan n’a de sens que s’il est pris sur un exercice, un programme précis, une période donnée qui en tout état de cause ne peut être de trente ans, si l’on veut être sérieux. Aussi les performances de l’économie nationale ne peuvent être étudiées avec profit que si elles sont mises en parallèle avec celles des pays ayant la même taille ou faisant partie de la même zone géographique internationale ou du même espace économique (CEEAC par exemple) et d’un. Et de deux, l’histoire politique du Cameroun d’après Ahidjo, qui est arrimée à la peur de son successeur de perdre brutalement le pouvoir, ne peut que laisser l’impression d’un noir immobilisme pour ce qui est des réalisations sociales et économiques.

La peur a des vertus politiques, elle participe de l’instinct de survie de Paul Biya. Seulement, au plan économique, sa peur a eu des conséquences lourdes, la véritable science économique de monsieur Biya ayant été la conservation de son pouvoir.

Autant l’idée d’un bilan « consolidé » des trente dernières années est peu glorieuse, autant celle d’un programme sur les trente prochaines années est hasardeuse, en l’état actuel des leviers et des outils de prévision dont nous disposons. Lesquels ne font pas la part belle à l’autodétermination économique. Comme pratiquement partout en Afrique francophone, le rêve de croissance soutenue est un espoir de découvertes de nouvelles ressources minières, un pari sur les revenus d’exploitation des richesses pétrolières.

Qu’à cela ne tienne ! On ne va pas refaire l’histoire, s’il fallait toutefois ne retenir qu’un bilan, ce serait celui de l’an I des Grandes Réalisations, qui est, lui, plus que mitigé. Le régime RDPC joue au PMUC avec notre avenir et, entre un passé chaotique et un futur cahoteux, nous embrouille sur la réalité immédiate de ses résultats.

Que voudra dire « émergent » en 2035 ?

Le but n’est pas d’alarmer, les Camerounais ne m’ont pas attendu pour s’abonner à la fatalité, mais un minimum de lucidité rend tout à fait absurde l’illusion d’un Cameroun prospère dans les 20 prochaines années. 2035 est plus près que ce qu’on croit. En considérant 2035 comme un horizon, c’est-à-dire la limite la plus lointaine du champ de vision de Paul Biya, il nous reste 23 ans pour que ce qui jusqu’ici tient davantage du slogan auto-réalisateur se transforme en perspective soutenable et chiffrée, année après année.

L’économique n’est pas une science exacte, elle est une science sociale, c’est-à-dire qu’elle est par définition soumise à toutes sortes d’aléas humains, politiques, internationaux. Cette incertitude en fait souvent un art de l’esbroufe et de l’approximation.

La chance des Camerounais est d’avoir un pays où tout reste à faire

Le concept de pays émergent existe depuis une vingtaine d’années, rien ne dit qu’il aura la même charge symbolique, le même signifié, dans les vingt prochaines années. Un nouvel acronyme ou un concept neuf sera probablement dans l’air du temps.

Pour cette raison et pour celles qui suivent le Cameroun en 2035, personne ne sait ce qu’il sera, mais si l’on retient une modélisation mathématique sur la base des indicateurs actuels, on n’est pas sorti du tunnel et on sera toujours en immersion dans 20 ans.

1 - Sans doute n’eût-il pas fallu s’aventurer au-delà ce que Martin Luther king lui-même s’était permis. Il avait dit dans son anaphore célèbre I have a dream : “I have a dream that one day.” Cette indétermination rendait à son discours toute sa part poétique de belle utopie. Au Cameroun, on n’a pas dit « one day », on a dit à l’horizon 2035, c’est-à-dire en 2035 au plus tard. A cette échéance plus ou moins précise, on a accolé un concept vague et forcément fluctuant. A moins que cette « émergence » ne nous tombe du ciel, dans un paquet cadeau, on la voit mal arriver.

2 – Tous les pays dits émergents battent monnaie. Hier la Corée du Sud, Taiwan ou Singapour par exemple (les Dragons d’Asie aujourd’hui dits pays développés), de nos jours le Brésil, l’Inde, l’Egypte, l’Afrique du Sud, l’Indonésie ont une indépendance monétaire : le problème de la monnaie est réel. Et celui d’un marché boursier dynamique incontournable : en prenons-nous seulement le chemin ? Ce n’est pas le régime de change fixe qui est en cause, entendu que les pays d’Asie du Sud est ont évolué vers cela par rapport au dollar, mais seulement l’idée de souveraineté et de libéralisation totale des mouvements de capitaux.

3 - Du riz, du lait made in Nigeria, des films, de la musique, le Cameroun importe tout, jusque et y compris la propre compréhension de son économie (avec les conséquences attendues sur la balance des paiements)… Que ce soit sur le plan des nouvelles technologiques ou celui de l’agriculture, aucune action n’est amorcée qui permette de faire croire que le Cameroun serait l’oiseau de Minerve de Paul Biya, qui n’aurait attendu que le crépuscule de sa vie pour prendre son envol. Entre les pays émergents et les PMA (pays les moins avancés) dont nous faisons partie, il y a plusieurs étapes, plusieurs relais, comme les NPI (nouveaux pays industrialisés) que nous n’allons pas court-circuiter par un coup de baguette magique.

4 – Les Camerounais ont une mentalité faussement bourgeoise, ils sont un peuple de notables où les politiques les plus écoutés essaient de faire passer l’idée que certains métiers, qui sont le produit d’un contexte, sont honnis, et que les diplômes sont une valeur suffisante qui fait entrer leur titulaire dans la catégorie de citoyens auxquels le Cameroun doit un emploi « noble ». Cette admission sur titre à la grandeur rend tout le monde suffisant. Et ce sont des sous-diplômés que l’on voit améliorer leur niveau de vie et émerger au quotidien.

5 – Les universités et les pôles du savoir laissent à désirer. Combien de nos revues sont citées dans l’Impact Factor ? Combien de productions de nos savants sont indexées dans le Thomson Reuters Journal Citation Reports ? Aucune université camerounaise ne figure parmi les 100 meilleures universités africaines, les universités africaines sont pourtant les plus mal classées au monde : avec quelles compétences, quelles recherches allons-nous transformer ce Cameroun, où tout n’est jamais que potentiel ? On peut évidemment discuter sur la pertinence de tout classement, mais les classements (http://ed.sjtu.edu.cn/rank/2004/top...) restent un indicateur intéressant d’un avachissement de notre personnel pensant et d’une tendance à la médiocrité qu’on ne saurait nier.

Un pays émergent est encore un pays en voie d’émergence

Rappelons pour finir que le concept de « pays émergent » n’est pas forcément le plus flatteur. Il a une définition généralement négative : la Banque Mondiale considère comme pays émergent celui dont le PNB par habitant est inférieur à la moyenne mondiale, soit 8300 dollars par année ; les spécialistes de la revue économique Variances se déterminent eux sur la base de critères d’exclusion : « Serait émergent tout pays en dehors » de l’ALENA, l’OCDE ou n’étant pas repris dans les grands indices de marché tels que le MSCI (MSCI World Index est un indice boursier mesurant la performance des marchés boursiers). Aucun indicateur précis pour les caractériser, c’est à croire que le concept a été créé exprès pour y loger les pays comme la Chine ou le Brésil qui, chacun le sait, sont bel et bien des pays « émergés » pour ainsi dire.

Seul, le Cameroun ne peut rien. Et il ne sera possible de parler de notre économie comme d’un nouveau marché émergent que s’il intègre tous les autres Etats d’Afrique centrale, soit un marché d’environ 58 millions de consommateurs aujourd’hui, près de deux fois plus dans 20 ans. L’émergence du Cameroun sera une réalité (« one day »), l’horizon 2035 est une utopie.

Source :afrik.com/

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 11:55

 

 

                                   


 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=GCihQkWUlnU

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 11:51

 

 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xgy4l1_bill-gates-admet-que-les-vaccins-servent-a-la-depopulation_webcam#.UKTESGeeat8

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 00:54

Xi_Jinping.jpg


            le Président Xi Jinping


           Le congrès du parti communiste chinois qui s'est tenu du 8 au 14 novembre 2012 a débouché sur un nouvel exécutif collégial conduit par le Président Xi Jinping. L’agence Knowdys a recensé les principales conséquences de ce changement sur les relations sino-africaines. Synthèse des enjeux diplomatiques, économiques et éthiques. 

Au plan diplomatique

Trois axes majeurs retiennent l’attention des analystes de Knowdys Affaires Publiques : la place de l’Afrique dans les radars diplomatiques, l’accentuation du soft power chinois en Afrique et le rôle de défenseur de l’Afrique dans les grandes instances internationales.

L’Afrique dans les radars de Pékin 

Les clivages entre la ligne traditionnelle et l’aile réformatrice du parti communiste chinois (PCC) ne changeront pas la place de l’Afrique dans la stratégie de puissance chinoise, malgré l’arrivée de la nouvelle équipe dirigeante. Sur les radars de Pékin, l’Afrique restera donc, au moins durant les deux mandats de Xi Jinping, un grand pourvoyeur de matières premières, un marché croissant pour les produits manufacturiers chinois et une belle vitrine pour l’influence grandissante de la Chine dans les affaires internationales.

Le soft power chinois en Afrique 

C’est durant les dix années de règne de Hu Jintao que la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale. C’est aussi durant cette décennie que la réputation de la Chine moderne a essuyé ses pires attaques. Le développement des médias pro-Pékin et des instituts Confucius resteront deux axes prioritaires du soft power chinois en Afrique. Après l’agence de presse Chine nouvelle et Radio Chine international, l’ouverture du bureau Afrique de la Télévision centrale de Chine au Kenya le 11 janvier 2012 conforte ce positionnement stratégique qui sera poursuivi par le nouvel exécutif du PCC.

Le rôle de défenseur de l’Afrique 

La Chine devrait logiquement continuer à défendre l’Afrique sur la scène internationale et notamment au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Aucun élément d’analyse ne permet d’entrevoir le contraire. Aucun analyste, non plus, n’est en mesure de démontrer comment la Chine pourra soutenir l’entrée de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, tout en s’opposant à l’entrée du frère ennemi indien. Il apparaît plus clair, en revanche, que sous la direction du nouvel exécutif, la Chine prendra une place encore plus importante dans les opérations de maintien de la paix en Afrique.

Au plan économique

Trois principaux points retiennent l’attention des analystes de Knowdys Intelligence Économique : la balance commerciale Chine-Afrique, le transfert des usines chinoises en Afrique et l’impact de la nouvelle orientation économique chinoise sur l’économie africaine.

Équilibrer la balance commerciale 

En 2011, les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont atteint un volume de 160 milliards de dollars. La Chine est désormais confortablement assise sur le fauteuil de premier partenaire commercial de l’Afrique devant l’Europe et les États-Unis avec plus de 2 000 entreprises chinoises dont le chiffre d’affaire est estimé à plus de 36 milliards USD. Pour prétendre équilibrer les échanges commerciaux avec la Chine, comme le souhaitent théoriquement de nombreux dirigeants africains, il faut une révolution dans les affaires économiques des États riches en matières premières énergétiques, révolution qui n’est malheureusement pas de la responsabilité du futur exécutif chinois.

Attirer les usines chinoises en Afrique

Le nouveau modèle économique chinois devrait pousser ses dirigeants à accélérer la délocalisation des plateformes de production et d’exportation. Depuis 2006, les stratèges chinois travaillant sur l’Afrique réfléchissent à obtenir des matières premières à bas prix et de la compétitivité par les coûts au profit de leurs entreprises. L’Afrique ne peut se contenter des projets de zones économiques spéciales sélectionnés par la Chine pour être déployées en Égypte, en Éthiopie, à Maurice, au Nigéria et en Zambie. Elle doit créer des conditions propices sur le plan fiscal, énergétique et infrastructurel notamment pour pousser les Chinois à délocaliser davantage en Afrique.

Profiter de la nouvelle orientation économique chinoise

Lors de son discours de 90 minutes à l’ouverture des travaux du congrès du PCC, le président sortant Hu Jintao a appelé à mettre en œuvre « un nouveau modèle de croissance » moins tourné vers les exportations et plus axé sur la consommation intérieure. L’objectif de Pékin est de doubler d’ici 2020 le PIB et le revenu par tête d’habitant actuellement de 3 500 dollars/an en zone urbaine. Dans ce contexte, une question essentielle se pose aux Africains : voulez-vous rester de simples pourvoyeurs de matières premières ou comptez-vous profiter du marché intérieur chinois ?

Au plan éthique

Trois grandes dimensions retiennent l’attention des analystes de Knowdys Due Diligence : la responsabilité sociale et sociétale des entreprises chinoises en Afrique, le traitement du phénomène de la corruption dans les affaires et le soutien aux régimes autoritaires en Afrique.

Responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Face aux critiques des puissances occidentales (États-Unis et Union européenne en tête), les entreprises chinoises ont réalisé des progrès sensibles dans l’exercice de leur responsabilité sociale et sociétale en Afrique au cours des trois dernières années. Ces efforts restent malheureusement focalisés sur la croissance économique. Leur impact sur l’environnement et sur le progrès social, selon les normes internationales, est mal mesuré. Nos analystes estiment cependant qu’il y a des raisons d’espérer que la prise de conscience collective de la classe politique chinoise sur la RSE aura un effet bénéfique au moins sur la gouvernance des entreprises d’État chinoises en Afrique.

Lutte contre la corruption

« Si nous échouons à traiter cette question correctement, elle pourra s’avérer fatale », a déclaré le président sortant lors du discours d’ouverture du congrès pour souligner l’importance de la corruption en Chine. Il faut signaler que des scandales politico-financiers ont éclaboussé les plus hauts dirigeants du PCC au cours des derniers mois. Parmi les personnalités touchées : Bo Xilai, membre du Bureau politique, Wen Jiabao actuel premier ministre et surtout Xin Jinping, le successeur du président Hu Jintao. Le traitement de la corruption en Chine aura-t-il des conséquences sur les opérations illicites de certaines grandes entreprises chinoises en Afrique ? La question a le mérite d’être posée au regard de la place qu’occupent les dirigeants des grands groupes chinois au sein du PCC.

Soutien aux régimes autoritaires

Dans son discours inaugural, Hu Jintao a appelé à « attacher plus d’importance à l’amélioration du système démocratique ». Cette phrase peut-elle sortir de son contexte pour être mise en perspective dans les rapports de Pékin avec un certain nombre de régimes autoritaires africains ? Pas sûr. Partageant le sentiment que Pékin s’est fait avoir dans le traitement de la crise postélectorale ivoirienne et durant la campagne militaire en Libye, le nouvel exécutif chinois poursuivra sa politique de « non-ingérence dans les affaires intérieures des États amis », tout en veillant scrupuleusement – militairement le cas échéant – sur les intérêts stratégiques de la Chine dans les zones à risques.

Pour de nombreux analystes, l’arrivée d’un nouvel exécutif à la tête du parti communiste chinois ne changera pas grand-chose à la politique étrangère chinoise. Nous estimons en revanche que c’est du compromis entre traditionnalistes et réformateurs du PCC que naîtra la nouvelle posture de la Chine sur la place de l’éthique dans ses affaires internationales. Sur le front économique stricto sensu, l’Afrique devra trouver autre chose à vendre que les matières premières énergétiques pour profiter à fond de la nouvelle conjoncture économique et politique chinoise.

Guy Gweth

Guy Gweth est expert-consultant en intelligence économique, et spécialiste des stratégies des puissances en Afrique.

 

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 00:09

 En dépit de l’évidente innocence de PEK, En violation des lois le collège des magistrats condamne Paul Eric Kingue  à 10 ans de prison ferme.

pAUL eRIC KINGUE

  

Alors que nous attendions logiquement un verdict d’acquittement pur et simple, le tribunal vient de rendre son verdict : 10 ans !!!!!!! 

En violation des lois, il est de plus incarcéré, alors qu’il n’avait pas de mandat d’incarcération. 

PEK a 48 heures pour introduire un recours en Cour suprême. 

 

La crainte qui taraudait nos esprits sans que nous osions la formuler était donc bel et bien fondée. En dépit de l’évidente innocence de PEK, en dépit des lois et du simple bons sens, le collège des magistrats vient de nous donner une fois de plus la preuve de son asservissement au pouvoir politique, ou, du-moins, aux apparatchiks et autres parrains maffieux qui ont cadenassé le système judiciaire et réduit les magistrats a l’état de veules serviteurs.

 

Nous avons bien compris que le Président du tribunal n’a pas eu d’autre choix que de lire le verdict dicté par ses instances supérieures. Les renvois successifs accordés au procureur pour lui donner le temps de préparer ses plaidoiries nous avaient laissé deviner l’importance des débats à ce sujet en haut lieu. Par quel tour de magie l’État pouvait-il sortir honorablement du guêpier dans lequel il s’était fourré ?

 

Parce que, si au départ de l’affaire Kinguè il ne s’agissait que d’un règlement de comptes venant de commerçants véreux associés pour l’occasion à quelques mercenaires du pouvoir, c’est au fil du temps devenu une affaire d’État. Et, bien-sûr, une affaire dans laquelle le principal intéressé, PEK, ne compte pas plus qu’un vulgaire cafard qu’on écrase sans aucun état d’âme. La vie et l’honneur d’un citoyen compte-t-ils encore quand il s’agit pour l’État de sauver la face ?

 

Mais quelle face ? La face hideuse d’un État de non droit qui ne peut que révulser aussi bien le peuple camerounais avide de justice dans son quotidien, que la frange de la communauté internationale soucieuse du respect des droits élémentaires de l’Homme. 

 

Le rideau rouge se ferme sur une bien mauvaise tragi-comédie, sous les huées du public impuissant et outré. Seuls les esprits démoniaques qui ont créé et alimenté l’affaire Kinguè peuvent applaudir, avant de retourner là d’où ils viennent et où est leur place : en enfer.

 

Source : Groupe de Soutien à Paul Eric Kinguè.

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 23:56

BOYCOTT : Le journaliste Camerounais qui ira aux états généraux de la communication d’Issa Tchiroma  sera considéré comme journaliste du ventre. Selon le SNJC .

 

Cameroon flag

Le SNJC appelle à un boycott actif des états généraux de la communication du Cameroun

Yaoundé, Cameroun (PANA) – Le bureau national du Syndicat National des Journaliste du Cameroun (SNJC), le plus important du pays, a dit son intention de boycotter de façon active les états généraux de la communication prévus les 5 et 6 décembre 2012, a appris la PANA au cours d’une conférence de presse ce jeudi à Yaoundé.

Pour le président nouvellement élu du bureau exécutif national du SNJC, Félix Cyriaque Ebole Bola, les états généraux de la communication qu’organise le ministère de la Communication sont biaisés à l’avance parce que les organes représentatifs des journalistes du Cameroun, notamment le SNJC, n’ont pas été associés à la préparation des travaux.

Il estime que les résultats de cette rencontre préparée par les journalistes fonctionnaires du ministère de la Communication qui ne connaissent pas les problèmes des journalistes pour n’avoir jamais véritablement exercé sur le terrain ne peuvent que refléter et protéger les intérêts du gouvernement au détriment des journalistes.

Ces travaux auront tendance à développer des éléments qui vont davantage museler la presse camerounaise au lieu de lui donner des éléments pour se développer, c’est pour cela que le SNJC sera présent sur le lieu des travaux, mais ne prendra part à aucun atelier a indiqué M. Ebole Bola.

Selon le SNJC, ces travaux seront contre productifs, parce que les principaux griefs des journalistes camerounais n’ont pas été pris en compte dans le contenu et les sous thèmes retenus au programme.

Il s’agit particulièrement de la maison de la communication qui est construite depuis plus de quatre années et qui n’a jamais été fonctionnelle, la délivrance fantaisiste des cartes de presse aux pseudo-journalistes, l’inconsistance de l’aide publique aux médias, l’inexistence des contrats de travail aux journalistes du secteur privé.

A cela s’ajoutent la non existence de la sécurité sociale pour les travailleurs des médias, la non délivrance des licences d’exploitations aux médias audio-visuels, la non application de la Convention de Florence et son protocole additionnel de Nairobi.

Les derniers états généraux de la communication au Cameroun se sont tenus en 1994, rappelle-t-on.
-0- PANA EB/AAS/SOC 08nov2012

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 20:04

Edson Arantes do Nascimento  alias Pelé hospitalisé à SAO Paulo.

Roi-pele.jpg

 

 

 La légende du football brésilien, 72 ans, a été admis dans un centre médical de la cité paulista, a annoncé mardi un porte-parole de l'établissement, sans livrer d'autres précisions, à la demande de la famille.

 

"Pelé est hospitalisé ici, mais nous ne pouvons pas donner plus de détails, ainsi que nous l'a demandé la famille", a déclaré un attaché de presse de l'hôpital Albert Einstein, sans indiquer non plus quel jour l'ex-footballeur avait été interné.

Le Roi Pelé, Edson Arantes do Nascimento, de son vrai nom, aurait été opéré d'un fémur, selon le quotidien Folha de Sao Paulo, citant une personne de l'entourage du patient.

Considéré comme l'un des plus grands joueurs de football de tous les temps, Pelé a remporté trois Coupes du Monde avec le Brésil en 1958, 1962 et 1970 et a inscrit 1.281 buts dans toute sa carrière.

Source AFP

 

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine