Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Yaoundé (Cameroun). Des habitants font leurs besoins dans la nature à cause de la coupure d’eau liée aux travaux de Razel.

27 Juillet 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Yaoundé (Cameroun). Des habitants font leurs besoins dans la nature à cause de la coupure d’eau liée aux travaux de Razel.

 

Centre-technique-ODZA2.jpg

Ces derniers jours, l’odeur pestilentielle qui se dégage des quartiers Obobogo et Nsam met mal à l’aise. Plus fort lorsqu’il fait chaud, ce parfum d’urines et d’excréments donne des maux de tête. Depuis plus d’une semaine que le quartier est privé d’eau, des gens se soulagent dans la broussaille. Certains disent qu’ils le font pour ne pas remplir leur Wc.

La pénurie d’eau qui sévit dans ces deux quartiers populeux de Yaoundé est à l’origine de problèmes de santé. Parlant sous le sceau de l’anonymat, des infirmiers de l’hôpital Ad-Lucem et de celui d’Efoulan évoquent une augmentation conséquente de patients souffrant de maladies gastriques et de problèmes de peau. Il s’agit surtout des enfants. Selon ces infirmiers, ces affections sont causées par la consommation et l’usage de l’eau non potable. Les infirmiers disent craindre une éventuelle épidémie de choléra dans le coin. En effet, les populations recueillent l’eau de pluie ou s’approvisionnent dans les rares puits disponibles. Fortement sollicités, la majorité d’entre eux commencent à tarir.

Ce problème d’eau entraîne d’autres types de désagréments. Une fois la nuit tombée, les puits de certains particuliers sont vandalisés par les populations. Il en est de même pour les toilettes indigènes. « Je suis obligée de fermer mes toilettes avec un cadenas, mais, le matin, je trouve qu’on l’a cassé. Quelquefois, il y a des excréments par terre », explique une habitante d’Obobogo. Certaines activités commerciales telles que les laveries automobiles, les salons de coiffure et les pressings sont à l’arrêt. Ce manque à gagner risque de durer longtemps.

Travaux

En effet, d’après certaines sources, les vannes d’alimentation d’eau ont été fermées par la société Razel pour effectuer les travaux de réhabilitation du tronçon de la route Nsam- Nkol-Nguie, en passant par Obobogo. Aucune information officielle ne nous a cependant été donnée par les responsables de la société, que nous avons pourtant sollicités hier à leur siège, en face du ministère de la Communication.

En plus du manque d’eau, les populations des quartiers Nsam et Obobogo doivent parcourir de longues distances à pied pour rejoindre leur domicile : les principales entrées des quartiers sont fermées depuis octobre 2011. Il leur faut aussi faire avec les accidents de moto et le vol de voitures, que leurs propriétaires sont obligés de garer dans la rue quelquefois.

Par Cathy Yogo

Source : Le jour

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> La honte pour Paul BIYA, qui traitent les Camerounais comme de la merde, ce peuple vaillant et respectueux.<br />
Répondre