Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

US: LA FIN DU DOLLAR- BONNE GOUVERNANCE - OBAMA NE PEUT PAS DONNER DE LECON A L'AFRIQUE

27 Octobre 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

BONNE GOUVERNANCE - OBAMA NE PEUT PAS DONNER DE LECON A L'AFRIQUE


Pougala-copie-1.gif

(ou L'affaire de la faillite la plus rapide du siècle (15 mois) avec
535 millions d'argent public 700 millions d'argent privé et 1100
chômeurs).    de Jean-Paul pougala

Paul Biya Re-élu président du Cameroun. Cette fois-ci c’est l'agence
d'information chinoise CHNINE NOUVELLE, suivie par une autre Agence
XINHUA qui est la toute première à publier l'information.  On peut en
déduire que l'Ambassadeur Américain à Yaoundé a beau dénoncer les
failles de l'organisation des élections, plus rien au Cameroun ne se
fera sans l'aval des Chinois. Avec cette instantanéité, Pékin veut
faire comprendre à Washington que le Cameroun n'est pas la Côte
d'Ivoire, encore moins la Libye. La nouveauté est que la nouvelle a
été rendue publique en Chine même avant la Cour Suprême du Cameroun.
Qui vivra, verra. Voir pour plus de détail :
http://french.cri.cn/781/2011/10/21/443s258438.htm.

Avec ce genre d'analyse, beaucoup m’accusent que je soutiens trop la Chine.
Le fait est que si les pays Africains doivent avoir un Patron, il vaut
mieux en avoir un avec les poches pleines plutôt que celui avec les
poches trouées qui doit en plus venir nous faire la leçon de bonne
gouvernance qu'il n'arrive pas lui-même à appliquer chez lui.

Aujourd'hui il y a un seul patron dans le bateau "monde" et c'est la
Chine. Je soutiens juste que l'Afrique ne doit plus avoir de patron et
que si vraiment elle doit en avoir un, elle ne peut pas avoir des
patrons par procuration que sont les Occidentaux. Parce que si ces
derniers ne peuvent pas sauver un des leurs (la Grèce) c'est pas pour
tout un continent comme le nôtre qu'ils feront des miracles ; miracles
qu'ils n'ont pas fait en 500 ans.

Par exemple, au moment où mercredi 19/10/2011, l'Ambassadeur des USA
critiquait les élections camerounaises du haut de l'habituelle
position d'arrogance de donneur de leçons, le vrai patron du Monde la
Chine, tapait sur les doigts de son Supérieur, Monsieur Obama pour la
faillite de Solyndra, une Start-up créée en 2005 que Obama avait
présentée comme la merveille américaine pour la production des
panneaux solaires et y a englouti un prêt fédéral de 535 millions de
dollars et 700 millions de dollars des investisseurs privés, alors que
son dossier de prêt était recalé plusieurs fois par différentes
bureaux, jugé non solide.

Durant sa visite dans Cette entreprise de Fremont, en Californie, le
Président Américain Obama l'avait vantée comme un créateur modèle d’«
emplois verts » et relayé par son vice-président Biden. Mais ce qui
chiffonne tant le Patron chinois dans cette affaire n'est pas
tellement la faillite soudaine d'une entreprise douteuse qui a
englouti autant d'argent, mais c'est parce que le Président Américain
a reçu à la maison Blanche 20 fois son créateur alors que son dossier
du prêt était encore en cours d'analyse, comme nous le révèle le
magazine américain le Weekly Standard du 3 Octobre 2011. Pour des
raisons de réciprocité, je conseille au Président Camerounais
nouvellement élu Paul Biya de demander à son Ambassade à Washington,
de questionner Monsieur Obama sur le pourquoi de ces 20 rencontres en
un an, alors que la demande de prêt était encore en cours d'examen ?
Comment expliquer que les dépenses de la Solyndra pour corruption de
politiciens de Washington (appelée labas Lobying) ait bondit de
160.000 USD en 2008 sous l'administration Bush, à 550.000 USD en 2010
sous Obama ? Peut-être qu'en tapant du poing sur la table avec son
"opération épervier", l'administration Biya réussira-t-elle là où a
failli même le Comité de l’Énergie et du Commerce de la Chambre des
Représentants Américains, les acteurs de ce sale feuilleton
d'immoralité politique se retranchant derrière le Cinquième Amendement
de la Constitution américaine pour garder le silence et ne pas devoir
répondre aux questions les plus embarrassantes.

Comme quoi, avant d'aller dire au monde ce qu'il doit faire, ne
conviendrait-il pas à ceux qui le font de commencer à balayer devant
leur porte? Ils économiseraient ce temps précieux des leçons aux
autres pour se ménager eux-mêmes, pour se sauver eux-mêmes.

Jean-Paul Pougala    21/10/2011


ps: je n'ai pas oublié la mort du Guide Libyen hier 20/10, c'est que
la tristesse est si forte surtout de la triple trahison de Zuma,
Jonathan et Bongo qui ne trouve là que son épilogue.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article