Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

TUERIES MASSIVES À DUEKOUÉ : VOICI LE BOURREAU DES WÊ, LE BURKINABÉ AMADÉ OUÉREMI, CHEF MILICIEN PRO-OUATTARA.

30 Août 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Nicolas sarkozyPendant que des honnêtes citoyens ivoiriens sont jetés en prison, des chefs de guerre non nationaux ayant combattu aux côtés des Frci (forces pro-ouattara) jouissent d’une impunité totale pour les crimes qu’ils ont commis avant, pendant et après la crise post-électorale. Les massacres de Duékoué et le pillage de la réserve du mont Peko pourraient rester sans suite. Enquête.

 

Dans la région de l’ouest, notamment dans le département de Duékoué où des tueries massives à l’actif des forces militaires qui ont accompagné le candidat Alassane Ouattara au palais présidentiel ont été enregistrées, la crise post-électorale a laissé des traces indélébiles. Avant même l’enlèvement du président Gbagbo le 11 avril 2011, les organisations non gouvernementales (Ong) internationales des droits de l’homme ont dénoncé de façon unanime ces crimes contre l’humanité et appelé à la prise de sanctions contre leurs auteurs. Un scénario inimaginable aujourd’hui, vu qu’aucune procédure judiciaire ne vise à ce jour les éléments des Frci, membres de la rébellion armée du nord de la Côte d’ivoire (Fafn) au moment des faits. Aussi les chefs de guerre, les com’zones dont un certain nombre ont été identifiés comme auteurs de crimes de sang, ont-ils été promus à des postes clés au sein de la nouvelle armée.

 

Sur place dans le département de Duékoué, la situation de terreur prévaut toujours. Les autochtones continuent de vivre à l’étroit, dépossédés de leurs terres, de leurs villages et martyrisés au quotidien par des hommes en armes qui occupent encore aujourd’hui, 5 mois après la fin des hostilités, la forêt du mont Peko et les sous-préfectures et villages environnants. Sous la pression des Ong internationales, des mesures ont été prises pour une meilleure sécurisation des populations de la région. Et l’Onuci s’implique dans l’assistance aux populations désœuvrées et désorientées. Le 10 août dernier dans la sous-préfecture de Bagohouo, la mission onusienne a même initié une opération de désarmement des bandes armées qui pullulent dans la zone. Pour la première fois, à cette occasion, apparaissait au grand jour, le tristement célèbre Amadé Ouéremi dont la simple évocation du nom suffit pour faire fuir des villages entiers dans la sous-préfecture de Bagohouo située sur l’axe Duékoué-Kouibly.

 

Un semblant de désarmement On pouvait, ce jour-là, faire des photos de lui sans perdre la vie ou, pour les plus chanceux, une oreille. Au grand étonnement des populations wê. Mais Amandé Ouéremi ne s’est présenté qu’avec 87 éléments sur le millier d’hommes qu’il compte dans ses rangs. Tous de nationalité burkinabé comme lui-même, ces hommes qui arborent fièrement le treillis n’ont déposé que 54 armes obsolètes. 35 fusils calibre 12, des obus de mortiers sans les mortiers eux-mêmes, deux AK 47 en mauvais état. Une mise en scène grotesque qui n’a pas échappé à l’attention des populations convaincues que l’arsenal militaire de leurs bourreaux reste intact. «Ils étaient déjà plus armés que les Fds et ils ont reçu des caisses d’armes et munitions pour combattre le régime Gbagbo lords de l’offensive des Frci à laquelle ils ont pris une part active. L’Onuci ne doit pas nous tromper ainsi. Si elle veut les désarmer, elle doit pouvoir assiéger leur Qg situé dans la forêt du mont Peko et faire un ratissage. Ces hommes sont trop puissants et si rien n’est fait, ils nous chasseront définitivement de nos villages et de nos plantations», s’indigne un villageois qui ne décolère pas. Fait notable, les représentants de l’Onuci avaient annoncé publiquement, au cours de la

prétendue cérémonie de dépôt des armes, que 25 éléments d’Amadé qui étaient en service...

Lire la suite

http://cotedivoire-lavraie.over-blog.fr/article-tueries-massives-a-duekoue-voici-le-bourreau-des-we-le-burkinabe-amade-oueremi-chef-milicien-pro-82786657.html

 

 

Le silence et l’inaction est la plus grande arme de destruction massive

Silence and inaction is the deadliest weapon of mass destruction.

 

Afrohistorama Communication

 

 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> Ton blog est un blog que je respectez beaucoup mais quand ont te donne une information il faut prende le temps de vérifie<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre