Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Réponse outre tombe d’Um Nyobe Alias Mpodol à Amadou Ali le tribaliste.

26 Septembre 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Réponse outre tombe d’Um Nyobe Alias Mpodol à Amadou Ali  le tribaliste.

 

Rappel des propos d’Amadou Ali

Amadou-Ali.jpgAmadou Ali vice premier ministre et Ministre de la Justice de la Republique du Cameroun

En rappel, un câble de Wikileaks, rendant compte d’un entretien tenue en 2009 avec l’ancienne ambassadrice Janet Garvey, attribue ces confidences au ministre de la Justice: «Les trois régions du Nord qui sont ethniquement et culturellement différentes du reste du Cameroun vont continuer à apporter leur soutien à Biya aussi longtemps qu’il souhaitera demeurer président, mais le prochain président du Cameroun ne viendra pas de l’ethnie béti/bulu de Biya. Les Béti sont trop peu nombreux pour s’opposer aux nordistes, encore moins au reste du Cameroun». S'agissant des Bamiléké, Amadou Ali révèle: «Des Bamiléké ont fait des ouvertures à des élites du Nord pour forger une alliance entre leurs régions respectives, mais les nordistes étaient si méfiants sur les intentions des Bamiléké qu’ils ne concluraient jamais une alliance pour soutenir un pouvoir politique Bamiléké».

 

Tribalisme en Afrique selon le MPODOL

Um Nyobe UM Nyobe, Hero national de l'independance du Cameroun

« Le tribalisme est l’un des champs les plus fertiles des oppositions africaines. Nous ne sommes pas des « détribaliseurs », comme d’aucuns le prétendent. Nous reconnaissons la valeur historique des ethnies de notre peuple. C’est la source même d’où j...aillira la modernisation de la culture nationale. Mais nous n’avons pas le droit de nous servir de l’existence des ethnies comme moyens de luttes politiques ou de conflits de personnes.   Nous sommes des hommes politiques camerounais. A des degrés divers nous assumons des responsabilités devant l’histoire de notre peuple. Dans le grand bouillonnement que cela provoque, nous décelons nos insuffisances et nos capacités. Nous puisons alors à la source des peuples qui nous ont précédés, et dans le passé de notre propre peuple, pour fixer notre propre ligne de conduite et ce, avec le concours et la succession des événements. Une telle situation nous impose comme condition première de rompre avec un tribalisme périmé et un régionalisme rétrograde qui, à l’heure actuelle comme dans l’avenir, représentent un réel danger pour la promotion et l’épanouissement de cette nation camerounaise. »   Extrait de la lettre à André-Marie M’bida See more

by: Um Nyobe 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article