Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

L’église camerounaise se divise en deux camps face à ELECAM ?

7 Juin 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Paul-Biya-copie-1.jpgS>E Paul BIYA

 

         Chronique de Mbombog Ntohol


L’église camerounaise se divise en deux camps face à ELECAM ?


        Récemment le président  Paul Biya a reçu l’ambassadeur permanent du Vatican auprès du  gouvernement camerounais, le nonce apostolique, Monseigneur Peiri Pioppo. Au cours de leur entretien, Paul Biya, lui aurait demandé de proposer un évêque pour être membre du conseil électoral d’Elections Cameroon (ELECAM), l’organe gestionnaire des élections au Cameroun.
      D’après certaines sources, cette question a été débattue au cours de la 36e Assemblée des évêques du Cameroun tenue à Mvolyé (Yaoundé) du 2 au 6  mai 2011. A l’issue des débats, les hommes en  soutane ne sont pas tombés d’accord sur cette proposition du chef de l’état. Quelles sont les raisons qui ont amenées ces derniers à ne pas dire Yes ou Oui.

     Cette question qui brûle toutes les lèvres de tous les initiés de la capitale camerounaise, mérite une petite analyse qui vous permettra de mieux cerner l’état d’esprit du gouvernorat catholique au Cameroun.

      Avant l’indépendance et voire quelques années après, deux prêtres français Monseigneur Lefebvre  et Père Aujoulat  ont permis à l’église Catholique de  joué un rôle dans la construction politique au Cameroun directement ou indirectement. Bref dans le subconscient camerounais la relation de l’église catholique avec le pouvoir  politique n’a jamais été saine, et l’église le sait, le peuple Camerounais le sait et les nationalistes ont un mauvais souvenir de cette période. Donc revoir cette apparition aujourd’hui 50 ans après l’indépendance, au moment où le devenir du pays se décide n’est pas de bonne augure ?  

En tout cas sur le plan du principe l’état du Cameroun  est laïc. Ce qui veut dire que, si le gouvernement appelle les «Cathos», il doit aussi appeler les autres confessions, les Musulmans, les Evangélistes, les Témoins de Jehova, les Voodouistes (ce que la langue des blancs appelle les animistes), les Bouddhistes, les Rastafaris etc. Bref pour être juste il faut que chaque confession soit représentée. Je vois très mal le régime RDPC le faire.

Faire participer que des  catholiques risquerait d’être contestée à coup sûr, et de surcroît pourrait augmenter la suspicion des détracteurs d’ELECAM qui  croient qu’elle dépend dans sa forme actuelle du régime.

En effet, l’opposition conteste la composition d’ELECAM qu’elle juge déséquilibré à son détriment. Ce qui provoque un désarroi dans l’esprit des électeurs camerounais qui ne veulent pas s’inscrire sur les listes électorales, tout simplement parce que les jeux seraient fait d’avance. Il est vrai que depuis plus de 20 ans  toutes les élections sont remportées par le RDPC qui n’a pas vraiment une  bonne réputation en la matière selon certains rapports des organisations de la nébuleuse internationale (ONU, UE, etc.).

C’est la raison pour laquelle l’église est très prudente dans son approche de la proposition du chef de l’état. Car elle ne veut pas perdre la confiance des fidèles qu’elle a reconstruite difficilement après l’indépendance. Les concurrents évangélistes guettent la moindre erreur.

Tout ceci n’est pas de bon augure . Ce «signalling», nous laisse  croire que même au sein de l’église on n’est pas tous d’accord, même  le pape ne veut pas prendre la décision quant à la participation de ses «oilles» dans ELECAM dans sa forme actuelle.

Ce qui laisse entrevoir donc la présence de deux camps au sein de l’église camerounaise.

Le camp de ceux qui souhaitent le changement et celui du statuquo. Qui l’emportera? Les prochains mois nous indiquerons clairement l’issue de ce combat que le pape a laissé sciemment à ses subordonnés camerounais, lorsque l’on connait les règles de discipline régissant l’église «catho».

Si l’église décide les mois prochains d’envoyé l’un des leurs et si et seulement si c’est le camp du changement qui l’emporte on assistera alors certainement à un remaniement d’ELECAM de sorte qu’il soit acceptable aux yeux de l’opposition, et de la population Camerounaise pour une élection apaisée.

Dans le cas contraire, c’est-a-dire la victoire du statuquo  et de la franceafrique, on assistera alors à un ELECAM inchangé donc acceptable aux yeux du RDPC et de l’Opus Dei donc à un élection troublée comme le promet l’opposition. Les prochains mois seront déterminants pour l’avenir du Cameroun.

Tribune Libre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article