Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Pourquoi israél bombarde un centre militaire syrien ?

2 Février 2013 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Pourquoi israél bombarde un centre militaire syrien ?

Avion

 

 

Le silence des dirigeants israéliens était assourdissant, jeudi matin, alors que les plus grands journaux du pays titraient sur les informations, en provenance de l’étranger, faisant état d’une frappe aérienne israélienne, mardi soir, en territoire syrien. Ainsi, lorsqu’il a été interrogé par la radio publique jeudi matin, le ministre israélien des Finances Youval Steinitz, membre du cabinet de sécurité, s’est borné à affirmer qu’il se tenait au courant "par les médias". "Autrement dit : pas de commentaire", a-t-il ajouté.
Le responsable a pris soin de ne pas démentir. Et pour cause, telle est la consigne officielle au lendemain de chaque attaque surprise menée par l’État hébreu à l’étranger. En 2007, ce même silence était de mise après l’attaque aérienne, attribuée à Israël, contre un réacteur nucléaire construit par la Corée du Nord dans le nord de la Syrie. Même scénario fin octobre 2012, après que Tsahal a bombardé une usine militaire au Soudan, qu’elle soupçonnait de renfermer des armes de contrebande à destination de Gaza. Une exception notable cependant lors de l’opération "Pilier de défense" contre le Hamas, en novembre de la même année. À cette occasion, l’armée israélienne twittait à tout-va la liste de ses frappes contre les groupes islamistes de l’enclave palestinienne.
"C’est la censure militaire qui n’autorise pas la publication d’informations par la presse israélienne", explique Ely Karmon, chercheur en problématique stratégique et en contre-terrorisme au Centre interdisciplinaire d’Herzliya (Israël)."Cette stratégie n’a rien d’étonnant, ajoute-t-il. Il est important pour Israël de ne pas envenimer la situation en provoquant une mini-guerre." Cette fois, c’est de Damas qu’est venue l’alerte.
L’armée syrienne a indiqué mercredi soir qu’un "avion de combat israélien a violé (notre) espace aérien à l’aube et a directement bombardé un centre de recherche sur l’amélioration de la résistance et l’auto-défense dans la région de Jomrayah dans la province de Damas", selon un communiqué publié par l’agence officielle Sana. Les Forces syriennes font état de deux employés tués et de cinq blessés dans ce centre, qui a subi "d’importants dégâts", et dont le "bâtiment a été partiellement détruit".
Cette attaque prouve "désormais à tous qu’Israël est le moteur, le bénéficiaire et parfois l’acteur des actes terroristes visant la Syrie et son peuple résistant, en coordination avec les pays soutenant le terrorisme, dirigés par la Turquie et le Qatar", poursuit l’armée. Le communiqué explique en outre que "les avions de combat israéliens ont pénétré (en Syrie) en volant en-dessous de la hauteur détectée par les radars". L’information d’une attaque en Syrie a été confirmée peu après par le New York Times.
Citant des responsables américains, le quotidien affirme que la cible n’était autre qu’un convoi transportant des armes sophistiquées dans la banlieue de Damas. Son destinataire : le Hezbollah libanais. D’après d’autres officiels américains, cités par Associated Press, la cargaison comportait des missiles antiaériens russes de type SA-17. Des armes qui, aux mains du mouvement islamiste chiite libanais, pourraient "changer la donne" stratégiquement dans le conflit qui l’oppose à Israël. "Des missiles de longue et moyenne portée pourraient hypothéquer la maîtrise du ciel libanais par Tsahal, ce que ne peut se permettre l’État hébreu", explique David Rigoulet-Roze, chercheur à l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas).
Ainsi, ce spécialiste estime que l’attaque israélienne en Syrie "n’a rien d’étonnant". "L’État hébreu a annoncé à plusieurs reprises en 2012 qu’il n’hésiterait pas à intervenir au moindre doute d’un transfert d’armes chimiques, mais aussi conventionnelles de haute technologie, vers le Liban", rappelle David Rigoulet-Roze. "Le centre de recherche évoqué par Damas est depuis longtemps dans le collimateur des Israéliens, qui le soupçonnent de servir au développement d’armes de destruction massive à destination du Hezbollah", ajoute le spécialiste.
Ainsi, l’attaque israélienne était attendue, comme le suggère la visite récente de deux émissaires israéliens à Washington et à Moscou. Le chef du renseignement militaire, le général Aviv Kochavi, se trouve actuellement aux États-Unis où il a notamment rencontré le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey. De son côté, le chef du Conseil de sécurité nationale d’Israël, Yaakov Amidror, s’est rendu lundi en Russie pour convaincre le Kremlin d’empêcher que les armes chimiques syriennes ne se retrouvent entre les mains de groupes rebelles.
La semaine dernière, le cabinet de sécurité israélien, composé des neuf principaux ministres du pays, ainsi que des chefs de l’armée et des renseignements, s’est réuni à deux reprises mercredi et dimanche, pour discuter d’une attaque préventive en Syrie. "Pour Israël, la ligne rouge a été franchie", souligne David Rigoulet-Roze. "Si le risque de voir des rebelles syriens se doter d’armes chimiques est pris très au sérieux, les Israéliens jugent plus immédiate la menace liée au risque que le Hezbollah, leur ennemi déclaré, mette la main sur des armes sophistiquées."
Réagissant à son tour à l’attaque israélienne, le Parti de Dieu a estimé jeudi qu’Israël venait de montrer au grand jour les origines de la crise syrienne, à savoir "les objectifs criminels israéliens visant à détruire la Syrie et son armée". Le Hezbollah en a profité pour rappeler son "entière solidarité avec la Syrie, sa direction, son armée et son peuple". Pour l’allié de Damas, qui partage le pouvoir à Beyrouth, cette attaque démontre la volonté d’Israël d’empêcher "les forces arabes et musulmanes de renforcer leurs capacités militaires et technologiques".
Une riposte militaire est-elle envisageable ? Non, selon le chercheur israélien Ely Karmon. "Le calcul des Israéliens est que ni Damas ni le Hezbollah n’ont intérêt à des représailles." "Le régime de Bachar el-Assad, ébranlé de l’intérieur, n’est pas en mesure de répliquer de façon efficace, d’autant plus que l’ouverture d’un front avec Israël affaiblirait ses positions face aux rebelles. Quant au Hezbollah, il voit dans la situation délicate du régime syrien une des dernières occasions de mettre la main sur ses armes pour se renforcer dans le cadre libanais."
Toute décision du mouvement chiite, en tout cas sur la scène régionale, semble aujourd’hui suspendue au bon vouloir de son mentor iranien. Justement, le conseiller du Guide suprême iranien, Ali Akbar Velayati, a déclaré samedi que "le maintien au pouvoir du président Assad était la ligne rouge de l’Iran", et que la République islamique le soutiendrait "jusqu’au bout", pour le maintien de la "position de la Résistance, face aux menaces du régime sioniste". Pour parer à toute attaque, l’État hébreu a d’ores et déjà déployé deux batteries antimissiles Iron Dome près de la frontière libanaise.
(31 janvier 2013 - Armin Arefi)
(*) David Rigoulet-Roze, auteur de L’Iran pluriel (éditions L’Harmattan) et de Géopolitique de l’Arabie saoudite (éditions Armand Colin).
***
Raid israélien : Damas proteste à l’ONU
Les autorités syriennes ont protesté jeudi auprès de l’ONU contre un raid israélien ayant visé un centre militaire près de Damas, en disant se réserver le droit de riposter. Dans un communiqué publié par l’agence officielle Sana, le ministère des Affaires étrangères a dit "protester officiellement contre la violation par les Israéliens de l’accord de 1974" sur la fin des hostilités entre la Syrie et l’État hébreu, qui restent officiellement en état de guerre. Il appelle "les parties compétentes aux Nations unies à prendre les décisions nécessaires face à cette grave violation israélienne et pour garantir qu’elle ne se reproduira pas".
Dans une lettre envoyée aux chefs du Conseil de sécurité et de l’ONU, le ministère dénonce "l’échec du Conseil de sécurité à s’acquitter de sa responsabilité pour empêcher cette grave attaque israélienne qui fait peser d’énormes risques sur la stabilité du Moyen-Orient et la sécurité mondiale". Il fait porter "l’entière responsabilité des conséquences de cette agression à Israël et aux États qui le protègent au Conseil de sécurité, et affirme le droit de la Syrie à se défendre et à défendre son territoire et sa souveraineté".
L’armée syrienne a annoncé qu’un avion israélien avait mercredi "bombardé un centre de recherche sur l’amélioration de la résistance et l’auto-défense" dans la région de Damas, tuant deux personnes et en blessant cinq. Il s’agit du premier raid israélien sur la Syrie depuis 2007, et a fortiori du premier depuis le début en mars 2011 d’une révolte populaire devenue conflit armé ayant fait plus de 60 000 morts dans le pays, selon l’ONU. Israël n’a pas confirmé officiellement ce raid.
(31 janvier 2013 - Avec les agences de presse)
***
Syrie : pourquoi le chef de l’opposition veut négocier
L’annonce-surprise du chef de l’opposition syrienne en faveur d’un dialogue avec le régime traduit sa crainte d’un enlisement du conflit, faute d’une action ferme des Occidentaux, inquiets du rôle croissant des islamistes au sein de la rébellion, selon des analystes. Mais cette ouverture pourrait, selon les experts, se heurter à un régime qui campe sur ses positions et n’acceptera pas les conditions d’Ahmed Moaz al-Khatib et à une partie de l’opposition déterminée à n’ouvrir les négociations qu’une fois le président Bachar el-Assad chassé du pouvoir.
"Ces derniers temps, Ahmed Moaz al-Khatib s’est montré extrêmement déçu par l’attitude des États qui prétendent soutenir l’opposition", affirme Thomas Pierret, maître de conférences à l’université d’Édimbourg en Écosse. De plus, note l’expert, "ni la Coalition de l’opposition ni le commandement unifié de l’Armée syrienne libre (ASL, rebelles) n’ont reçu l’appui qui leur avait été promis et le chef de la Coalition va jusqu’à parler d’un embargo". "Dans ces circonstances, M. Khatib estime que le seul moyen d’alléger les souffrances des Syriens est de négocier", ajoute l’auteur de Baas et islam en Syrie. "En même temps, comme c’est un homme de principes, il pose des conditions logiques mais rédhibitoires pour le régime, si bien que sa démarche est vouée à l’échec", dit-il encore.
Créant la surprise, Ahmed Moaz al-Khatib a affirmé mercredi qu’"en signe de bonne volonté" il était "prêt à des discussions directes avec des représentants du régime syrien au Caire, en Tunisie ou à Istanbul". Le Conseil national syrien (CNS), principale composante de la Coalition, a aussitôt rejeté cette idée. Pour le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane, Ahmed Moaz al-Khatib "est conscient que la Syrie est en train d’être détruite et que la solution militaire ne peut seule conduire à la liberté. Il constate aussi que la communauté internationale a fait des promesses jamais tenues".
Rami Abdel Rahmane, dont l’ONG s’appuie sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays, note que l’armée est "toujours du côté d’Assad et, même si l’ASL a enregistré des succès, la situation est bloquée sur le terrain à moins qu’un événement majeur ne fasse avancer les choses". "C’est très facile d’être assis dans un hôtel et de critiquer Khatib alors que les gens sont tués ou crèvent de faim", ajoute-t-il à l’adresse des détracteurs du chef de l’opposition.
Pour Volker Perthes, directeur de l’Institut allemand de politique étrangère et des questions de sécurité basé à Berlin, "l’attitude de Khatib est tout simplement réaliste". "Si vous voulez arrêter le bain de sang, vous devez aller vers des transformations politiques qui intègrent des éléments du régime actuel", ajoute l’auteur de La Syrie sous Bachar.
Mais Rime Allaf de Chatham House estime que ces déclarations fracassantes sont le fruit de pressions extérieures pour sortir par une solution politique d’un conflit qui s’enlise. "Ahmed Moaz al-Khatib est dans une position très difficile, car les Américains, les Français et leurs alliés font pression sur l’opposition en leur disant qu’ils n’auront rien tant qu’ils n’auront pas prouvé qu’ils sont capables de contrôler les islamistes", dit-elle. Pour cette chercheuse, "aujourd’hui, beaucoup de Syriens, qui résistent depuis deux ans, sont fatigués de la guerre et ne voient pas le bout du tunnel. Ils se disent que c’est peut-être une petite fenêtre qui s’ouvre". Les Occidentaux, qui n’envisagent aucune intervention militaire, insistent donc désormais sur une solution purement politique. "Ils s’appuient sur ce sentiment de lassitude au sein de la population pour tenter d’isoler les islamistes qui sont des jusqu’au-boutistes", notamment sur la question militaire, dit-elle. "Mais cela ne marchera pas, car les rebelles refuseront aussi cette solution. Ils diront : ’Dites-nous pourquoi nous nous sommes battus depuis un an et demi."
(31 janvier 2013 - Avec les agences de presse)
Source : "Assawra"



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article