Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Pa Fru Ndi ou la machette de l’amour pour Biya : Le père là « Ni Njoh» a "tchop"? Laissons le manger ne paix.

11 Mars 2013 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Pa Fru Ndi ou la machette de l’amour pour Biya : Le père là « Ni Njoh» a "tchop"? Laissons le manger ne paix.

BIYA_FRUDI.jpg

               A mon avis… Des sénateurs sans poids, ni consistance. Notre Cameroun ne pourra jamais volé aussi bas. Sécurité zéro ! Infrastructures sanitaires, sportives, urbaines zéro, investissement négatif, diplomatie absente, rayonnement obscur,  mœurs dépravées, politique intérieure et élections sans commentaires. J’allais oublier eau et électricité : l’avoir 24h en continu relève de l’exploit, de l’extraordinaire.Douala  a au moins triplé de population. N’importe quel gouvernement  aurait dès les années 80, il y a 30 ans construire u nouveau marché, un second pont sur le Wouri, de nouvelles routes, des aires de jeu, de cinéma et de théâtre pour que Douala ne soit pas le bordel qu’il est aujourd’hui.  

A mon avis… Des sénateurs sans poids, ni consistance
 Notre Cameroun ne pourra jamais volé aussi bas. Sécurité zéro ! Infrastructures sanitaires, sportives, urbaines zéro, investissement négatif, diplomatie absente, rayonnement obscur,  mœurs dépravées, politique intérieure et élections sans commentaires. J’allais oublier eau et électricité : l’avoir 24h en continu relève de l’exploit, de l’extraordinaire.


D’accord ou pas d’accord ces mots peuvent être démontrés à la lumière des faits. Et les camerounais commencent à vivre ces abjections dans l’humiliation et l’ignominie. 15 jours sans électricités, des hommes et des femmes à Douala en plein 21e siècle entrain d’aller puiser de l’eau à la source comme en 1800 ! Dans mon village on fait mieux. Douala  a au moins triplé de population. N’importe quel gouvernement  aurait dès les années 80, il y a 30 ans construire u nouveau marché, un second pont sur le Wouri, de nouvelles routes, des aires de jeu, de cinéma et de théâtre pour que Douala ne soit pas le bordel qu’il est aujourd’hui.  


L’aéroport INTERNATIONAL  de Douala se meurt, les hôpitaux Laquintini de Douala, l’hôpital central de Yaoundé, de Bafoussam, de Nkongsamba sous équipés, pas entretenu se meurent sous nos yeux. Que fait-on ? Les stades de football, les aires de jeux n’existent pas, comment les jeunes vont il s’épanouir, extraire de leur physique cet excès d’énergie qui devient au fil de temps le moteur de leur perte. Que fait-on ? On pose des premières.

Oui le Cameroun descend dans les enfers. Hier, des avortons organisent une conférence de presse pour parler des valeureux ENOH DIEUDONNE et PAUL ERIC KINGUE, une escouade d’une centaine de policiers et de gendarmes envahit les lieux. Pour interdire «un trouble» à l’ordre public dans une enceinte privée.


Notre pays lui-même a pris le chemin de l’impasse et y roule à une vitesse vertigineuse. En effet que dire des élections sénatoriales ? Si ce n’est une bacchanale impudique ? Ces sénateurs dont l’illégitimité et l’illégalité est consommée avant leur naissance que pourront-ils faire si ce n’est rendre grâce à leur  « faiseur ». Ce qui comptera le plus pour eux ce ne sera pas le peuple à qui ils ne doivent rien mais leur Président royal fabricant de princes, de parlementaires, de ministres et de sénateurs.

En effet prorogé les mandats des maires alors qu’il y a pas besoin, ensuite que ces élus locaux  dont la légitimité tient à un décret, éliront à leur tours les sénateurs, ressemblent à l’homosexualité que nous dénonçons. Entre des électeurs qui n’ont pas le droit d’élire et qui élisent quand même et deux hommes qui n’ont pas le droit de s’accoupler qui le font quand même la différence est où ?

Et à ce jours le SDF et les autres couches culottes qui étaient à l’assemblée peuvent se mordre les doigts. Ils sont comptables de la situation, ils ont dénoncé mais sont restés à la mangeoire. Pourquoi contester ce que vous avez longtemps cautionné ? Fru Ndi a rencontré le président royal deux fois. Pourquoi n’avait-il pas évoqué ses réserves en prenant l’opinion publique à témoin ? En siégeant dans les communes l’opposition a cautionné l’action du pouvoir ! Voilà ce qui arrive quand on accompagne le diable.  Et ces politiciens du ventre ne sont pas seuls.

La légion d’intellectuels que comptent le parti royal reste silencieuse. Pas une voie pour dire le contraire. Tout est bien. Tout est positif. Mais lorsqu’on collabore, lorsque l’on laisse commettre de tels crimes, on payera tôt ou tard. Ceux qui sont en prison illustre parfaitement notre pensée.

Mais en fait il faut comprendre leur couardise. Le calcul est bien fait : organisé des sénatoriales, dans les circonstances actuelles les gagnées, nommer 30 personnes de l’opposition-suivez mon regard- et ensuite faire élire une couche culotte à la présidence du sénat. Dans la transition il n’aura qu’un schéma en tête faire gagner le seul camerounais à avoir gagné 100 milliards en un mois.
Notre  thèse n’est pas scientifique. Nous admettons. Mais cette élection est vicieuse et viciée. Nous ne perdons rien à attendre.  
 
Kuissu Mephou Gérard

Source : Ici-cemac

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article