Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Où va le Cameroun, vers l’émergence économique et politique en 2035 ou la recolonisation ?

15 Février 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Où va le Cameroun, vers l’émergence économique et politique en 2035 ou la recolonisation ?

 

Parce qu’au rythme actuel, en 2035 le Cameroun  ne sera qu’un pays où on vole les bébés et enferme les hommes politiques qui osent demander  un quelconque changement.

 

DU MAL AU PIRE:

Vanessa T Enoh1 Sosthene Fouda

Vanessa Tchatchou                    Enoh Meyomesse                        Vincent-Sosthène Fouda

Bébé volé depuis 7 mois            Enfermé sans preuve                     Enfermé  sans jugement

                                                    Depuis le 22/11/2011                    Depuis le 11/02/2012

 





Vanessa Tchatchou, Enoh Meyomesse, Vincent Fouda : Même combat -

 
L’ interpellation, Jeudi 9 Fevrier, de Vincent Sosthène Fouda, homme politique et intellectuel, dont la candidature a été recalée à la dernière élection présidentielle, venu manifester à Ngousso en compagnie de jeunes camerounais dont le chanteur de rap Valsero pour exprimer leur indignation et leur soutien à Vanessa, les graves brutalités dont il a été victime et son incarcération le jour suivant n’ amène à l’ esprit qu’ une seule question : Où va le Cameroun ?

Dans la soirée de Vendredi 10 Fevrier, voici les termes d’un rapport qui m’est parvenu :’’ Affaire Vanessa Tchatchou : Vincent Fouda a été tabassé, déshabillé, et jeté manu militari dans une cellule pouilleuse du Commissariat... Ses lunettes sont cassées.... On l’accuse de ...trouble à l’ordre public, d’atteinte a la sureté de l’Etat !’’ Pas moins !

Il faut souligner qu’ alors qu’il a été interpellé en même temps que d’ autres manifestants qui eux ont été relaxés , Vincent Fouda a été le seul à être retenu pour être déféré devant le Procureur, lui l’ homme politique, ce qui atteste de ce qu’ il était une cible repérée d’ avance par les services de police, un peu comme hier Jacques Tiwa, cet ancien du parlement estudiantin qui en Fevrier 2008 a été exécuté à bout portant à Bepanda, Douala, par un gendarme alors même qu’ il n’ y avait aucune manifestation dans le zone de la ville où il se trouvait. Revenant à Vincent Fouda, le procureur, se lavant les mains comme Ponce Pilate l’aurait renvoyé Vendredi soir au Commissariat du 1er arrondissement de Yaoundé où lui ont été infligés les supplices décrits plus haut.
Assez, c’est assez ! Jamais plus ca !

Dimanche 12 Fevrier dans la matinée, je reçois cet autre message : ‘’ Vincent Fouda a été sorti de sa prison par la porte de derrière en l’envoyant a l’Hôpital Général pour traitement... Il doit comparaitre devant le juge d’instruction ce Lundi 13 Fevrier pour atteinte a la sureté de l’Etat et trouble a l’ordre public’’.

Exercer un droit constitutionnel de manifester pacifiquement pour une cause juste, voir ce droit être violé et être arrêté, tabassé, jeté en cellule, avoir ensuite sur sa tète l’ épée de Damoclès de comparaitre devant le juge d’instruction ce Lundi 13 Fevrier pour ‘’atteinte a la sureté de l’ Etat et trouble a l’ ordre public’’, voilà le crime consommé dont ce Gouvernement ne peut s’ absoudre, par lequel il a montré sa vrai nature, et pour lequel le peuple et nous tous devons le dénoncer et le combattre avec la dernière énergie en disant : Assez, c’ est assez ! Jamais plus ca !’’

Car si nous ne le faisons, et comme si la coupe n’était pas pleine, nous vivrons ce que j’ai vécu Samedi matin en recevant cet autre rapport, cette fois concernant Valsero : ‘’La maison de Valsero a été passée au peigne fin par la police qui le cherchait...’’

Le cas de Vincent Fouda fait penser à Enoh Meyomesse, autre homme politique, candidat également recalé a l’élection présidentielle, qui est incarcéré depuis des mois sous des prétextes fluctuants et évasifs. Le cas de Valsero fait penser à Lapiro qui avait été accusé ‘’d’avoir été vu’’- un crime typiquement camerounais !- avec des manifestants- qui eux ont ete liberees !- tandis que lui a été jeté en prison – pour l’exemple et l’intimidation assurément- pendant 3 ans, sans autre motif ! Kafka ne trouverait pas meilleur univers comme exemple d’un monde d’absurdité, de criminelle absurdité.

Devant la multiplication de tant d’actes de violations des Droits de l’Homme et du Citoyen, la même question revient à l’esprit :
Ou va le Cameroun, lorsque une incurie criminelle du Gouvernement devant la disparition d’un nouveau-né ne suscite de sa part que le reflexe de sévir contre des citoyens qui ne veulent que montrer leur indignation et entretenir par des manifestations pacifiques le souvenir du bébé de Vanessa dont le sort reste incertain ?

Ou va le Cameroun, si la jeunesse qui est la conscience d’un peuple dont elle exprime les tourments doit servir d’ exutoire de sauvagerie à des forces de l’ordre dressées depuis des décennies pour voir en elle une ennemie qu’ il faut tabasser ou abattre comme des vermines ?
Qui aurait cru que nous en serions encore là, trente ans après l’arrivée au pouvoir de Paul Biya, lui qui a tant promis en matière de gestion moderne et civilisée de l’ espace d’ expression publique, lorsque nous vivons chaque jour davantage le recours à des pratiques de sauvagerie et filouterie politique avérées? Les citoyens du Cameroun sont aujourd’hui fondés de dire ‘’ Notre enfer est une République’’, en comparaison au titre du livre ‘’ Notre prison est un royaume’’ dans lequel le grand écrivain Bernanos a dressé le tableau hallucinant de la dictature de Franco en Espagne le siècle dernier et à coté de laquelle le système de répression néocoloniale qui sévit sur notre pays depuis 60 ans tient une répugnante parité.

Enoh Meyomesse, Vincent Fouda, Vanessa Tatchou, sont ou ont été pensionnaires forcés d’ un Etat, qui pendant ce temps, remet en liberté un certain Kisob, individu qui hier encore a affirmé sur les ondes de radios internationales avoir été l’ organisateur d’ une attaque qui a coûté la vie à trois gendarmes, lequel est allé se livrer à Bamenda à une ‘’conférence de presse- manifestation publique-exhibition’’, cornaqué par le Sous- préfet qui partageait sa table devant les journalistes, policiers en piquet d’ honneur. Il a raconté ensuite comment il a été hébergé pendant quatre mois dans les pavillons luxueux du Mont Febe, une porte à cote du palais des Hôtes Présidentiels !
Les Americains, dépassés, s’ exclameraient: ‘’ what the heck is that?’’... Mais nous autre revenons à la même question lancinante: Où va le Cameroun ?

De toute évidence du Mal au Pire...

D’un Etat incompétent à un Etat criminel, qui destine son peuple à une véritable descente aux enfers, un Etat qui affiche sa volonté de liquider toutes les voix susceptibles de remplacer les vielles figures politiques qui, sous l’effet d’ une corruption multiforme, sont devenues des ‘’danseuses de la République’’, aphones, quand vient le temps de dénoncer l’incurie du Gouvernement, même dans le cas de crime comme le cas de la disparition du Bebe de Vanessa.

L’enseignement des temps présents

Les temps que nous vivons sont dénonciateurs et révélateurs.
Ces temps dénoncent aux yeux du peuple ses véritables bourreaux. Ils sont reconnus à leur silence devant les actes criminels et les violations des Droits civiques, humains et politiques de base dont quotidiennement, ce Gouvernement se rend coupable. Alors que la douleur digne et admirable de Vanessa, le travestissement de la Justice pour servir la neutralisation de Enoh Meyomesse, l’utilisation des forces de police pour infliger des mauvais traitements à Vincent Fouda, devraient susciter un chœur unanime de protestation, on ne les entend pas, Présidents de ‘’ grands partis’’, Députés, Elites, Membres du Gouvernement, certaines figures qui se sont fait dans le passé un nom dans la société civile. Ils ont le dos tournés au peuple torturé et humilié, absorbés qu’ils sont par le fastueux mirage de la splendeur de leur condition et de leur toute puissance.
Ces temps révèlent au peuple et à la jeunesse sa force. La détermination de la petite Vanessa lui révèle sa capacité à surmonter son apparente impuissance. Le martyre de Enoh Meyomesse et Paul Eric Kingue lui montre que force restera à la fin des jours à la justice immanente. Le courage de Vincent Fouda le rassure en ce qu’il est encore des Camerounais qui peuvent payer de leur personne pour que soit vaincu le Mal et triomphe la Vérité.

Vanessa, Enoh Meyomesse et Vincent Fouda peuvent être pensés aujourd’hui comme le corps mystique du peuple camerounais sur la voie de sa libération, de sa rédemption, de ‘’sa montée du Carmel’’. Ce peuple devra s’ébrouer de l’engourdissement et de la prostration où le plongent et le maintiennent les pratiques massives et constantes de magie noire par le pouvoir, ceci dit en pesant mes mots. Soyons préparés à traverser des étapes semées de douleurs et de pleurs. Mais au bout du chemin, nous croiserons l’aube de la Renaissance du Cameroun.

Le peuple camerounais a tout d’un grand peuple ; cette jeunesse a tout pour prendre en main son destin et reconquérir son droit au rêve. Pourquoi ce peuple et cette jeunesse ne suivraient-ils pas la voie qu’a prise Gandhi pour libérer l’Inde, pourquoi ne suivraient-ils pas l’exemple de ces jeunes tunisiens qui ont mis fin à la dictature toute en email de Ben Ali en Tunisie, pourquoi ne prendrait-il pas l’exemple des Egyptiens qui, en 18 jours, ont mis l’Egypte sur la voie de la Démocratie ? Ce peuple et cette jeunesse ont entre leurs mains la clef de leur bonheur, comme l’ indique l’ Article 35 de la Déclaration Universelle des Droits de l’ Homme et du Citoyen du 24 juin 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

A travers les derniers événements, l’Histoire ne frappe-t- elle pas à notre porte pour dire : ‘’Il est temps que tu te réveilles, que tu te lèves, que tu reconquiers tes Droits, Peuple du Cameroun’’?

 
Par 
Celestin Bedzigui

Source : Mutations

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> @ Louisette Fenelom. A moins que vous soyez de mauvaise volonte. Dire que le regime de paul Biya est entrain de mettre en place ce qu'il a dit tient de la mauvaise volonte. Le peuple camerounais<br /> souffre a cause de ce regime illegal qui ne se maINTIENT QUE PAR LA TRICHE, LA FORCE. le chomage est a plus de 70 % de la population. l'informel a remplacee le formel. personne n'est a sa place.<br />
Répondre
L
<br /> <br /> Si au regard de tous les projets et réalisations qui sont effectués actuellement par le président de la république Paul Biya vous vous posez encore ce genre de question, c’est dire que vous êtres<br /> parmi les personnes qui ne souhaitent pas l’évolution du pays et qui sont pour destruction et qui ne  comprennent en rien tous les discours du président.<br />
Répondre