Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Ne touche pas à mon pays le Cameroun : Non au système Biya.

13 Octobre 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Ne touche pas à mon pays le Cameroun : Non au système Biya.  

Ekwe_Silo.jpg

Nous, de l’opposition, devons faire barrage à cette mascarade, à la machine Paul BIYA, le candidat du chômage, de la corruption, de la pauvreté, du mal vivre des Camerounais, du démantèlement des mœurs, le candidat contre les jeunes, les peuples du Cameroun, le CANDIDAT DE L’ARGENT. J'en appelle donc au rassemblement de tous les Camerounais pour chasser les ennemies du peuple, de la démocratie, du développement, en un mot, pour mettre hors de nuire les ennemies du Cameroun, notre pays qu’on aime tant.

 

Ne touche pas à mon pays le Cameroun : Non au système Biya

56 ans au pouvoir , c’est trop !!!

Nous remercions les 910 Camerounaises et Camerounais de France qui ont voté contre le système BIYA à l’élection Présidentielle du 9 octobre 2011. Ces Camerounais ont voté pour la Morale, les Institutions, l’Emploi, ils ont voté pour le rassemblement de toutes les forces de l’opposition autour d’un projet de transformation démocratique, économique et sociale.

Pour voter au Cameroun, et en particulier à Paris, il fallait du courage, de la patience, et probablement du civisme. Une organisation de l’élection dans l’improvisation : le cafouillage dans les Ambassades, l’impréparation du Gouvernement au sujet de la Loi sur le vote des Camerounais de l’étranger, le rôle ambigu d’Elecam… Il y a eu de grosses lacunes observées dans l’exécution des missions de la commission et, de façon générale dans le déroulement du processus électoral. Le résultat est calamiteux, par exemple le jour du scrutin à Paris, beaucoup de militants alimentaires du RDPC ont voté en tenue du parti avec la photo du candidat Paul BIYA, ce qui est contraire au code électoral, au bureau N°4, le vote a commencé sans la présence du président.

D’une manière générale, ELECAM a failli à sa mission, le système BIYA a encore gagné : des  électeurs votant en connaissant déjà les résultats ce qui est contraire à l'esprit du vote et pose une vraie question démocratique.  Il faudra revenir sur cette élection, d'autant que la critique la plus forte porte sur la sincérité du scrutin.  Diverses sources d'information signalent que plusieurs irrégularités ont été constatées au cours de l’élection présidentielle sur tout le territoire du Cameroun, dont les votes multiples, des électeurs qui se sont vus refuser le droit de vote parce qu'ils n'étaient inscrits sur la liste électorale, la mauvaise distribution des bulletins de vote etc.

L’élection camerounaise du 9 octobre 2011 ne s’est pas déroulée dans de bonnes conditions et qu'elle « manque de crédibilité ». Nous pouvons qualifier le scrutin de « mascarade ».

Paul BIYA et ses courtisans alimentaires sont responsables de ce gâchis démocratique.

A partir du lundi 10 octobre 2011, nous, de l’opposition, devons faire barrage à cette mascarade, à la machine Paul BIYA, le candidat du chômage, de la corruption, de la pauvreté, du mal vivre des Camerounais, du démantèlement des mœurs, le candidat contre les jeunes, les peuples du Cameroun, le CANDIDAT DE L’ARGENT.

Après vingt neuf ans de règne du système BIYA, le pays se cherche encore. Verrouillage du champ politique, une croissance économique qui peine à démarrer, une situation sociale asphyxiante, et malgré l’aisance financière (Le budget 2011 : 2571 milliards FCFA). Les politologues sont unanimes à dire que «passer plus de deux mandats à la tête de l’Etat serait exposé le pays à des risques majeurs». Ainsi donc, Paul BIYA n’a plus d’arguments à faire valoir. Son échec est patent.

Sans doute, les Camerounais auront de la compassion pour un pouvoir en fin de cycle. Mais, cela ne suffit pas pour apporter des solutions à des problèmes concrets auxquels le pays fait face. Un pays ne se gère pas par les émotions. Paul BIYA a-t-il les capacités physiques pouvant lui permettre de diriger pendant 7 années ? Peut-il encore gouverner le Cameroun ?  Il est clair que  la cause de ses longues absences au Cameroun – pèse lourdement sur la conduite des affaires.

Serait-il dans ce cas-là en mesure d’assurer les arbitrages que lui confère et exige sa fonction dans la phase cruciale que vit le pays en ce moment ?

Il est vrai que la question de la santé du Président BIYA a alimenté toutes sortes de spéculations, depuis son malaise à la finale de la coupe du Cameroun en 1997 et continue encore aujourd’hui, de nourrir  les dialogues au coin du feu.

La capacité physique d’un Président de la République en exercice ne relève pas du domaine du privé. Les Camerounais ont le droit d’en être informés. Mais dans un pays où même les affaires qui concernent directement les citoyens sont gérées dans l’opacité la plus totale, il n’est peut-être pas si étonnant que le secret soit si obstinément gardé concernant l’état de santé du chef de l’Etat. 

On pourrait chaque jour écrire un article sur les dérapages de Paul BIYA, sur les incohérences de ces annonces, aujourd’hui « les grandes ambitions », demain « les grandes réalisations », sur l'instabilité qu'il manifeste à chaque occasion, sur l'inquiétude ressentie par les Camerounais de devoir le garder encore sept ans, on pourrait, on pourrait...mais à quoi bon....

On pourrait tout aussi bien épiloguer sur les réactions de ses courtisans alimentaires, toutes plus ridicules les unes que les autres...mais à quoi bon...

Nous, de l’opposition, n'avons pas d'autres objectifs à poursuivre que de construire la mobilisation pour LIBERER le territoire et les Camerounais du joug du système BIYA, c’est-à-dire de la corruption, de l’ethnicisme, du racisme, des clans, du désordre, de l’impuissance ….. Nous devons mener les Camerounais vers la démocratie, le développement, la solidarité, l’unité.

Les Camerounais qui nous font confiance attendent cela de nous et ne nous pardonneraient pas, si nous faisions passer les intérêts partisans de quelques uns avant d'assurer la défense des plus faibles.

Pour construire l’alternative, pour construire un autre Cameroun, nous ne devons pas ACCEPTER LE RESULTAT de l’élection du 9 octobre 2011. Nous devons CONDAMNER avec énergie cette MASCARADE.

Pour la victoire du Cameroun et des peuples camerounais, nous demandons à chacun de se mobiliser, à chacun de convaincre de nouveaux Camerounais, à faire la pédagogie de la liberté, de la démocratie.

Le ridicule du système BIYA du 9 octobre 2011 nous donne l’espoir de réaliser ensemble tous les changements que vous souhaitez demain pour notre pays.

La VICTOIREest à la portée de nos actes, de nos actions, de notre mobilisation, de notre conviction.

J'en appelle donc au rassemblement de tous les Camerounais pour chasser les ennemies du peuple, de la démocratie, du développement, en un mot, pour mettre hors de nuire les ennemies du Cameroun, notre pays qu’on aime tant.

LA VICTOIRE ESTPROCHE

ENSEMBLE, FAISONS RENAÎTRE LE CAMEROUN DE Rudolf DUALA MANGA BELL, UM NYOBE, MARTIN Paul SAMBA, Félix-Roland MOUMIE.

 

Pour la libération du Cameroun

Patrice EKWE SILO EDIMO

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 03/11/2011 14:37



Blog(fermaton.over-blog.com).No.7- THÉORÈME NATION. -LES MATHS DE LA SOCIÉTÉ ??