Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 16:53

Mauritanie : Le président Ould Abdel Aziz installe le racisme institutionnel avec son recensement  anti-noir qui nie la nationalité mauritanienne au 80% de la population Mauritanienne de race africaine.

Libye11

 

Il est évident que dans l’idéal la Mauritanie a tout intérêt à construire une unité nationale vraie, c’est-à-dire une unité nationale susceptible de résister durablement au racisme arabo-berbère anti-noir auquel certains Négro-mauritaniens répondent par une attitude légitime de replis sur soi et un rejet systématique de celui qui ne veut voir en l’homme noir, qu’au mieux, un pseudo-esclave.  

À l’indépendance, Moktar Ould Daddah était tout à fait conscient de la difficulté de faire marcher, main dans main, Maures et Noirs. En effet, ces deux communautés vivaient séparées depuis les temps antiques et après la colonisation française rien n’avait changé : chaque communauté vivait dans une zone géographique qui lui était « attribuée », « juridiquement » par le colonisateur français pour faciliter la collecte de l’impôt qu’il prélevait essentiellement sur le bétail des Maures et des Peuls. Les Noirs étaient sédentaires notamment dans le Walo, le Gorgol et  le Guidimaka  et les Maures nomadisaient dans des zones bien définies par le colonisateur pour chaque tribu.  

Et pendant les quelques décennies (1905-1960) que dura la colonisation en Mauritanie, le problème de l’esclavage n’avait jamais préoccupé    l’Administration française.  Et pourtant l’esclavage était, depuis longtemps, à son deuxième décret d’abolition en France : celui du 27 avril 1848.  Et pour cause, les esclaves et Harratins étaient les premiers contributeurs à la sauvegarde du cheptel qui constituait la principale richesse de leurs maîtres et l’unique source d’impôt dû à la France.  Et lorsqu’il a fallu développer les postes administratifs français, construire les premières écoles, tracer les premières pistes et creuser les premiers puits fortifiés par du ciment les Harratins furent mis à contribution dans un pays où la notion même de main-d’œuvre n’existait pas. Souvent des villages (adwabas) entiers de Harratins étaient réquisitionnés pour la construction des pistes qui sillonnaient un territoire grand comme deux fois et demie la France et sans aucune compensation financière ! Il leur était donné, tout au plus, quelques étoffes, du sel et quelques pains de sucre que récupéraient, du reste, en partie,  leurs maîtres.

Depuis 1978, force est de constater que rien n’a été fait pour rendre possible une cohabitation paisible, durable, entre les différentes, communautés qui ont constituaient la Mauritanie à son indépendance. Bien au contraire nous avons assisté au retour en force du tribalisme, du régionalisme et à l’exacerbation du racisme anti-noir et de l’affrontement intercommunautaire qui a conduit aux massacres et aux expulsions et spoliations manu militari subis par des Négro-mauritaniens durant les années 1989-1991.

Aujourd’hui, évoquer une autonomie des régions du Sud, meurtries par ces années de dictature militaire, est loin d’être une idée idiote. En effet, il est clair que Ould Abdel *** qui a pris le pouvoir par la force en Mauritanie milite très clairement (et c’est son droit absolu) pour l’indépendance des Sahraouis. Alors Deyloule dit que si cette logique séparatiste est permise pour certains, en l’occurrence les « Sahraouis », elle doit l’être tout aussi pour d’autres, bien plus nombreux, dans le Walo, le Guidimaka et le Gorgol et qui sont eux indiscutablement, depuis le commencement de l’humanité, d’authentiques habitants de ces territoires.  

Il faut se rappeler que ce qui a rendu inévitable la scission du Soudan en deux pays (toujours en guerre) c’est la haine que certains se sont acharnés à entretenir de part et d’autre. Et si les deux Yémen se sont réunis, aujourd’hui des voix s’y élèvent pour demander de revenir à la séparation, toujours pour la même raison : une culture de haine sans limite !   

Il est évident que Ould Abdel***  s’est emparé de la Mauritanie pour en faire un tremplin pour permettre au Polisario de réaliser son rêve de fonder un état « sahraoui » mais cela n’est pas partagé par la majorité des authentiques et patriotes fils de Mauritanie. Le Polisario avait refusé l’appel que la Mauritanie avait lancé depuis 1957 et avait préféré la guerre à l’union avec la Mauritanie dans les années 70. Le Polisario est ainsi, grâce à l’aide de l’Algérie, coupable d’une déstabilisation très grave de la Mauritanie dont le point d’orgue est la prise du pouvoir par un des siens en Mauritanie. Il faut donc, dans cette logique, s’attendre à l’éclatement de la Mauritanie puisque Ould Abdel *** tente, coûte que coûte, de se maintenir illégalement au pouvoir en Mauritanie.

Par Deyloule.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine