Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 08:07

      

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA GLOBALISATION

 

         Les USA et leurs alliés contre la démocratie dans le monde (...)

Noam-Chomsky.jpgNoam Chomsky


Chomsky répond à Amy Goodman de Democracy now !, sur la réaction des Etats-Unis aux révoltes populaires qui se sont propagées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord à l'occasion du 25ème anniversaire du groupe de surveillance des medias nationaux, « Fairness and Accuracy in Reporting » (FAIR).


Les Etats-Unis et ses alliés feront tout pour empêcher l'instauration d'une
véritable démocratie dans le monde arabe et ailleurs. La raison en est très simple. Dans toute la région, une majorité écrasante de la population considère que les Etats-Unis sont la principale la menace contre leurs intérêts.

De fait, l'opposition à la politique U.S. est si forte que l'immense majorité
d'entre eux pensent que la région serait plus en sécurité si l'Iran possédait
l'arme nucléaire. En Egypte, le pays le plus important, ce taux est de 80 %. Et
le pourcentage est pratiquement le même ailleurs.

Il y en a certains dans la région qui considèrent l'Iran comme une menace – ils
sont environ 10 %. Eh bien, il est clair que les Etats-Unis et leurs alliés ne
vont pas tolérer que s'installent des gouvernements qui se préoccupent de la
volonté du peuple (Côte d’Ivoire). Si cela devait se réaliser, non seulement les Etats-Unis ne contrôleraient plus la région, mais ils en seraient expulsés. Et donc, c'est de toute évidence un plan intolérable.
En ce qui concerne WikiLeaks, il y avait un point intéressant là-dessus. Les
révélations de WikiLeaks qui ont été le plus médiatisées — gros titres,
commentaires euphoriques, etc. — c'est que les Arabes soutiennent la politique US vis-à vis de l'Iran. Mais rien sur l'avis de la population arabe - il ne
compte pas.

Si les dictateurs nous soutiennent et qu'ils contrôlent leurs populations,
alors, où est le problème ? C'est comme l'impérialisme. Où est le problème si ça marche ?


Tant qu'ils peuvent maîtriser les populations, tout va bien. Elles peuvent
manifester leur haine, nos sympathiques dictateurs les garderont sous contrôle. Cela, c'est la réaction non pas seulement des services diplomatiques du Département d'état ou des médias qui en ont fait état, mais également du cercle intellectuel en général. Il n'y a aucun commentaire là-dessus. En fait, les
médias aux Etats-Unis occultent complètement ces sondages (sur l'opinion des populations, NDT). On trouve ça un peu en Angleterre, mais très peu. Ce que pense la population, on s'en fiche, pourvu qu'elle soit contenue.

Eh bien, à partir de ces observations, on en déduit assez vite quelles politiques vont être menées. On peut pratiquement les énoncer.

Et donc, quand il s'agit d'un pays riche en pétrole, avec un dictateur fiable et
docile, on le laisse faire ce qu'il veut. L'Arabie Saoudite est le pays plus
important de cette catégorie. C'est le centre du fondamentalisme islamique le
plus puissant, le plus extrémiste et le plus brutal, des missionnaires qui
répandent un islamisme ultra-radical comme les jihadistes et pire encore. Mais
ils sont dociles et fiables, ils peuvent faire ce qu'ils veulent.

Une manifestation était prévue en Arabie Saoudite. La présence policière était
si importante et si dissuasive que pratiquement personne n'a eu envie de
descendre dans les rues de Riyad. Mais là, il n'y avait rien à redire. Pareil au
Kowait. Il y a eu une petite manifestation vite réprimée ; sans commentaire.

En fait, le cas le plus intéressant, c'est, à bien des égards, celui du Bahreïn.
Le Bahreïn est important pour deux raisons. L'une, dont les médias ont parlé,
c'est que c'est le port d'attache de la 5° Flotte, force militaire majeure dans
la région. L'autre raison, plus fondamentale, c'est que le Bahreïn est à environ
70% à majorité chiite, et il est situé juste de l'autre côté de lachaussée du
roi Fahd, pont qui le relie au sud-est de l'Arabie saoudite - qui est également
à majorité chiite, et qui se trouve être la région riche en pétrole, tout autour
de la partie septentrionale du Golfe. C'est-à-dire, qui englobe l'est de l'Arabie saoudite, le sud de l'Irak et le sud-ouest de l'Iran.
Et cela fait longtemps que les stratèges craignent qu'on se dirige vers une
sorte d'alliance tacite dans ces régions à majorité chiite qui mènerait à
l'indépendance et au contrôle de l'essentiel du pétrole mondial. Ce serait, de
toute évidence, intolérable.

Et donc, pour en revenir à Bahreïn, il y a eu une révolte populaire, des tentes
ont été installées sur la place centrale de la ville comme à Place Tahrir. Les
forces militaires menées par l'Arabie saoudite ont envahi le Bahreïn, permettant aux forces de sécurité de Bahreïn de réprimer violemment cette révolte, de détruire les camps de tentes et même de détruire le monument central de la place de la Perle, symbole de Bahreïn ; ils ont envahi le complexe hospitalier le plus important, expulsé les patients et les médecins ; ils arrêtent régulièrement, tous les jours, des défenseurs des droits humains, les torturent, ils (les dictateurs, NDT) se font de temps en temps taper sur les doigts, mais rien de
bien méchant. C'est comme le principe de Carothers. Si les actions correspondent à nos objectifs stratégiques et économiques, c'est bien. Nous pouvons avoir un discours noble ; mais ce qui compte, ce sont les faits.
Eh bien, ceux-là, ce sont les dictateurs dociles des pays riches en pétrole.
Et l'Egypte, me direz-vous, pays très important, mais qui n'est pas un centre de
production pétrolière majeur ? Eh bien, en Egypte et en Tunisie et dans d'autres pays du même genre, il y a un plan de match, utilisé régulièrement, si
couramment qu'il faut être un génie virtuel pour ne pas le remarquer.

Et quand on a un dictateur privilégié – si vous songez à faire carrière dans le
service diplomatique, autant que vous sachiez cela – … quand on a un dictateur privilégié et qu'il rencontre des problèmes, on le soutient le plus longtemps possible, soutien inconditionnel jusqu'au bout. Quand on arrive au point où il n'est plus du tout possible de le soutenir – par exemple, disons, si l'armée ou les milieux d'affaires se retournent contre lui – alors, il faut le faire
partir, faire des déclarations fracassantes sur l’amour qu’on porte à la
démocratie, puis, chercher à remettre en place l'ancien régime, avec de nouveaux noms, s’il faut. Et c'est ce qui se fait indéfiniment.

Ca ne marche pas toujours, mais on essaie toujours – Somoza au Nicaragua ; le Shah en Iran ; Marcos aux Philippines ; Duvalier à Haïti ; Chun en Corée du
sud ; Mobutu au Congo ; Ceausescu fait partie des favoris occidentaux en
Roumanie ; Suharto en Indonésie. C'est la procédure habituelle. Et c'est
exactement ce qui se passe en Egypte et en Tunisie.

Donc, d'accord, on les soutient jusqu'au bout — Moubarak en Egypte, jusqu'à la fin on l'a soutenu. Ca ne marche plus, on l'envoie à Charm el-Cheikh, on sort le discours, et on cherche à restaurer le régime. C'est, d'ailleurs, la raison du
conflit actuel. Comme l'a dit Amy, on ne sait pas comment ça va tourner, mais
c'est ce qui se passe.

Et puis, il y a une deuxième catégorie. Cette catégorie c'est celle du dictateur
de pays pétrolier en qui on n'a pas confiance, l'électron libre. C'est le cas de
la Libye. Et là, la stratégie est différente ; il faut chercher à mettre en place un dictateur plus fiable. Et c'est exactement ce qui se passe
actuellement.

Evidemment, il faut faire passer ça pour une intervention humanitaire. C'est un
autre principe universel qu’on retrouve pratiquement dans toute l’histoire.

Pratiquement chaque fois qu'il y a eu recours à la force, quel qu'en ait été
l'auteur, il était accompagné du discours le plus noble. Il s’agissait de raisons humanitaires. C'est Hitler qui envahit la Tchécoslovaquie, les fascistes
japonais qui dévastent le nord-est de la Chine. C'est Mussolini en Ethiopie. Il
n'y a pratiquement aucune exception. Et donc, vous présentez cela et les medias et les commentateurs font semblant de ne pas remarquer qu'il ne contient aucune information, parce que c'est automatique.

Et donc, mais dans ce cas précis (de la Libye, NDT), ils pourraient ajouter
autre chose, qui a été maintes et maintes fois répété dans les médias, à savoir
que les Etats-Unis et ses alliés sont intervenus pour répondre à la demande de
la Ligue Arabe. Et, évidemment, il faut bien nous faire prendre conscience de
l'importance de cette information. Soit dit en passant, la réaction de la Ligue
Arabe était mitigée et ils se sont assez vite rétractés parce qu'ils n'étaient
pas d'accord avec ce que nous faisions. Mais passons.

Au même moment, la Ligue Arabe émettait une autre requête donc voici le gros titre d'un journal : "la Ligue Arabe demande une zone d'exclusion aérienne pour Gaza". Il s'agit, en fait du Financial Times de Londres.

Aux Etats-Unis, on n'en a pas parlé. Ou, plutôt, pour être précis, le Washington
Times en a parlé, mais en gros, l'information a été bloquée, comme les sondages sur l'opinion publique dans les pays arabes, pas le genre d'information à publier. Et donc, comme "la Ligue Arabe demande une zone d'exclusion aérienne pour Gaza" ne correspond pas à la politique des Etats-Unis, nous ne sommes pas obligés de diffuser cette information, et elle a donc été escamotée.

Maintenant, certains sondages sont publiés. En voici un qui a été publié dans le
New York Times il y a deux ou trois jours. Je cite : "Ce sondage montre qu'une
majorité d'Egyptiens veulent abroger le traité de paix signé en 1979 avec
Israël, et qui a été la pierre angulaire de la politique étrangère de l'Egypte
et de la stabilité dans la région".
En fait, ce n'est pas tout à fait exact. Il a été la pierre angulaire de l'instabilité dans la région, et c'est justement la raison pour laquelle la population en Egypte veut l'annuler. Cet accord écartait l'Egypte du conflit israélo-arabe. C'est-à-dire qu'il éliminait le seul moyen de dissuasion à l'action militaire d'Israël.

Et il a permis à Israël d'étendre ses opérations illégales dans les Territoires
Occupés et d'attaquer son voisin du Nord, le Liban. Peu de temps après, Israël
attaquait le Liban, tuant 20.000 personnes, détruisait le Sud-Liban, tentait
d'imposer un régime client, mais n'y est pas tout à fait parvenu. Et ça a été
compris. Et donc, la réaction immédiate au traité de paix, c'est qu'il y a des
éléments que nous n'apprécions pas – il va nous falloir abandonner nos colonies
dans le Sinaï, le Sinaï égyptien. Mais il y a un bon côté à ça, également, c’est
que le seul moyen de dissuasion a disparu maintenant, nous pouvons donc utiliser la force pour réaliser nos autres objectifs. Et c'est exactement ce qui s'est produit. Et c'est exactement la raison pour laquelle la population égyptienne y est opposée. Ils comprennent cela, comme tout le monde dans la région.

D'un autre côté, le Times ne mentait pas quand il disait que cela avait conduit
à la stabilité de la région.

La raison en est que le terme "stabilité" renferme un sens spécifique – un peu
comme démocratie. La stabilité signifie « compatibilité avec nos intérêts ». Et
donc, par exemple, quand l'Iran essaie d'étendre son influence en Afghanistan et en Irak, ses voisins, on appelle ça "déstabiliser". Cela fait partie de la
menace que constitue l'Iran. Cela déstabilise la région.

En revanche, quand les Etats-Unis envahissent ces pays, les occupent et les
détruisent en partie, c'est dans l’idée d’apporter la stabilité. Et cela, c'est
très courant – au point qu'on peut écrire – comme l'a fait l'ancien rédacteur en
chef de Foreign Affairs— que quand les Etats-Unis ont renversé le gouvernement démocratique chilien (rappel :Côte d’ivoire) et instauré une dictature brutale, c'est parce qu'il fallait que les Etats-Unis déstabilisent le Chili pour apporter la stabilité.

Eh oui, vous renversez un gouvernement parlementaire, vous y installez une
dictature, vous envahissez un pays, et vous tuez 20.000 personnes, vous
envahissez l'Irak et vous tuez des centaines de milliers de personnes – tout ça,
c’est pour apporter la stabilité. L'instabilité, c'est quand quelqu'un vient se
mettre en travers de votre chemin, telle est la définition aux yeux des occidentaux.

Nous venons de le vivre cette définition en Côte d’Ivoire.


Traduction : Afrohistorama
Source : Democracy Now

Article Noam Chomsky

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine