Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Les Nègres marrons de l’équipe de France de football.

8 Mai 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

1515027 3 bee9 laurent-blanc-face-a-la-presse-le-29-avril

Les Nègres marrons de l’équipe de France de football. Laurent Blanc doit-il démissionné ?

Pour répondre à cette question nous sommes allés poser des questions à notre chroniqueur Mbombog Ntohol qui a fait une chronique très appréciée par nos lecteurs. Nous avons voulu savoir la profondeur de cette histoire qui ne date pas d’aujourd’hui selon Mr Belgacemi par qui le scandale  a vu le jour.

Afrohistorama : L’affaire Laurent Blanc sélectionneur de l’équipe de France de football qui s’est exprimé dans une réunion privée  de la Fédé, selon l’un des participants son souhait de voir appliquer au sein des centres de formation une politique de quotas. Doit-il démissionner ou le chien aboie et la caravane passe ?

Mbombog Ntohol : Avant de répondre à cette question, je voudrais faire comprendre à tous les lecteurs pourquoi les dirigeants de l’équipe de France en sont arrivés à ce point aussi négatif dans la résolution des problèmes que connait l’équipe de France.

Pour mieux comprendre le scandale  il faut refaire l’histoire du football français depuis 1998. Lorsque la France gagne pour la première fois de son histoire ce mythique trophée mondial.

Ce rappel historique est très important, car il nous permet de mieux cerner les contours du problème.

Afrohistorama : Pouvez-vous être un peu plus claire sur l’historique ?

Mbombog Ntohol : En 1998 la France gagne la Coupe du monde de football. Ce qui est important à noter ce n’est pas la victoire en elle-même, c’est la composition de l’équipe victorieuse. Cette équipe qui gagne est très cosmopolite. Elle est composée de Noirs, Arabes, blancs, ce qui est mis en exergue à l’époque, c’est cette capacité du football-leçon de la diversité et l’intégration a la framçaise.

Mais très vite, On se rend compte que cette images idyllique pourrait être capitalisable sur le plan financier, si on laissait éclore des nouveaux talents naturellement dans le même état d’esprit, la victoire serait au rendez-vous. Pendant des années la France vit ces 10 glorieuses du football, on surfera sur cette image idyllique qui ne se reflète en rien le reste de la société. Cette équipe qui est la Dream team (Henry, Zidane, blanc) est le rêve de tous les jeunes Noirs, Arabes et blancs.

Cette dream team va susciter au sein de la jeunesse de toutes les races un engouement, qui entraine une explosion des inscriptions de jeunes  dans les centres de formation. Il est à noter que dans la majorité des inscriptions on retrouve une grande majorité d’étrangers Africains de la deuxième ou de la troisième génération, ceci étant la seule place disponible qui puisse reconnaitre valablement leurs talents.

Cette explosion dans un premier temps n’est pas rejetée par l’élite dirigeante du Football français pour une raison essentielle. A savoir l’importance et la reconnaissance du football français sur le plan mondial. Les joueurs français, entraineurs français sont payés à coup de millions d’euro pour allez exercer ailleurs. C’est la french touch. Bref tout le monde se frotte les mains. Ce sont les 10 glorieuses. Personne s’en plaint car tout le monde se met plein les poches, même l’état n’est pas en reste. On se fait la bise peace and love et tout le trallala.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, cette fin commence il ya plus de plus cinq ans lorsque l’équipe de France commence à perdre face aux équipes qui ne représentent rien dans le classement FIFA. Cette fin atteint son zénith en Afrique du Sud en 2010 lors de la dernière coupe du Monde, ou les joueurs se rebelles en refusant de s’entrainer. Cette phase glorieuse de 1998 prend fin par une humiliation internationale, quelle tristesse ! Et quelle mauvaise révérence A mon avis c’est dans cette rébellion qu’il faut rechercher les éléments de la décision des quotas.

Afrohistorama : pourquoi c’est dans cette rébellion qu’il faut rechercher l’origine des quotas ?

Mbombog Ntohol : Ce qui arrivât en Afrique du Sud en 2011 n’était pas juste une histoire d’humeur. Nous sauront un jour la véritable histoire.  Les acteurs pour l’instant je crois ne peuvent pas le faire pour des raisons certainement que nous ne connaissons pas encore. Ce qui est sur ils le feront un jour. Mais il reste que nous devons essayer de comprendre, d’analyser, même si nous ne sommes pas  à 100% proche de la réalité.  Nul n’est infaillible.

Je pense que les joueurs de l’équipe de France qui se sont rebellés en Afrique du Sud, ne pouvait le faire que si le motif était grave. Je pense que le problème des quotas vient aujourd’hui répondre aux multiples questions que l’on se posait alors.

Je rappel ici que ces quotas ne visent pas les arabes, mais des Noirs. Je m’explique. Si ces quotas visaient les arabes aussi, on n’aurait pas invité Mr Belgacemi qui est Arabe. Le fait qu’il était présent signifie que cela visait uniquement les Noirs. Il ne faut pas aller chercher très loin.

Cette précision étant faite revenons aux origines de la rébellion d’Afrique du Sud. Je pense que les joueurs se sont rebellés pour exprimer leur désapprobation sur le virage «quotatique» que voulait prendre l’équipe de France. Il ne faut pas oublier qu’avant la coupe du monde on connaissait déjà le futur entraineur de l’équipe de France. Chose jamais faite auparavant. Il faut également noter qu’à l’époque, on n’a pas entendu parler des acteurs de 1998 comme Zidane qui s’est tue royalement.

Afrohistorama : Si je comprends bien,  c’est une vielle histoire?

Mbombog Ntohol : Bien entendu, c’est une vielle histoire qui est liée à l’évolution de l’équipe de France qui ne gagne plus depuis un certain temps. Parce que la victoire acquise en 1998 n’a pas profité tous les acteurs et de surcroit le train a été renversé. On a  depuis 1998 voulu transformer cette victoire de France en victoire des blancs. Il ne faut que s’en apercevoir au sein des instances dirigeantes. Aucun des anciens Noirs de 1998 n’appartient au staff dirigeant en revanche, tous les Européens y sont représentés. L’équipe de France vit un malaise profond qui est générationnel.

Afrohistorama : Quel est le véritable problème de l’équipe de France ?

Mbombog Ntohol : le problème de l’équipe de France se trouve à deux niveaux. Il y a un problème de reconnaissance des valeurs des apports des français d’origine Africaine qui n’est pas pris en compte (voir la composition des instances du football national) et leur ami blancs qui ne partagent pas le virement idéologique de la Fédé. C’est un problème générationnel, et il ya le problème des résultats. L’équipe de France ne produit plus de résultats louables. Evidemment pour les dirigeants il faut trouver les causes. Mais la ou le bat blaise.

 Les causes sont recherchées au bon endroit, mais plutôt dans les fonds du tiroir au racisme.  Car ils pensent que en supprimant les talents et encourageant les quotas, le problème sera résolu.

Mais ce qu’ils oubli, c’est que dans la résolution d’un problème, ce n’est pas tant la solution qui importe, mais ses conséquences.

La solution des quotas est mauvaise, et laisse présager des soupçons sur la composition de l’équipe dans l’avenir. En l’appliquant les conséquences seront dévastatrices pour l’ensemble du football français. Avis aux apprentis sorciers.

Afrohistorama : Eu égards à tout ce que vous dites comment l’équipe de France de football peut-elle retrouver sa sérénité ?

Mbombog Ntohol : Eviter d’introduire des critères à connotation raciste dans le football. Pour parler concrètement Laurent Blanc doit démissionner. Parce que quoi qu’il face il existera toujours des soupçons de racisme qui pèseront sur sa personne, les medias ne pourront rien faire, ils seront amplifier au moment des échecs. Sont-ils prêt à soumettre l’équipe à ce régime dans le cas de la non-démission de ce dernier ? comme doit certainement lui demander les jusqu’au-boutistes de la Fédé et du gouvernement. Les semaines avenir nous le diront.

Afrohistorama : Pour finir que vous suggère tout ce remue-méninge à  la veille de la commémoration de l’esclavage le 10 mai prochain ?

Mbombog Ntohol : Le dégoût. Mais aussi l’espoir qui est ne de la rébellion des Nègres marrons du football .Les Noirs qui se sont rebellés et avec eux les blancs et arabes me rappellent les Nègres marrons pendant l’esclavage. Un groupe s’est levé et a dit assez c’est assez comme Laurent Gbagbo aujourd’hui. En cela je leur rends honneur. Car il ne faut plus accepter du n’importe quoi sous le prétexte d’un confort matériel. Il faut rester digne.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article