Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 20:10

 

crime20

La Côte d’Ivoire dans le piège des prédateurs occidentaux.

 


L’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir - disons-le tout net - a jeté de l’émoi au sein du peuple ivoirien. Même les plus fidèles suiveurs du ‘’bravetchè’’ n’en reviennent toujours pas.

Passons l’étape des fraudes électorales et celle de l’emploi injustifié de la puissance des armes - orchestrée par la coalition franco-onusienne - Le moins qu’on puisse dire, c’est que les ivoiriens ont du mal à se remettre de ce chapitre surréaliste de leur histoire. Bien plus, le fait marquant dans cette aventure, c’est le retour tonitruant de l’ex-colon. Nicolas Sarkozy a eu le triomphe modeste - à l’occasion de l’investiture d’Alassane - quand il affirmait: « Il s’agit de l’avènement d’une Côte d’Ivoire nouvelle (…) qui renoue avec la France, des relations fraternelles ». A l’occasion donc, de ce 21ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, et au-delà de toute célébration, chaque ivoirien est interpellé: Comment la Côte d’Ivoire peut-elle prétendre à sa souveraineté si elle n’aspire pas à marquer la rupture de sa dépendance vis-à-vis des puissances occidentales, notamment de la France ? Suivons ensemble - à la lumière du discours du Président Laurent Gbagbo - les nouvelles stratégies mises en place par ces occidentaux, afin de garantir leur hégémonie.
Les occidentaux ont changé de stratégie. Pour mieux s’adapter aux nouvelles donnes du siècle présent. Ces prédateurs, véritables loups déguisés en agneaux, ont par-dessus leur costume de colon, revêtu celui du ‘’partenaire au développement’’ et du ‘’protecteur de l’humanité’’. Certes, dans un contexte de mondialisation, la rupture ici selon le Président Laurent Gbagbo, ne s'entend point d'un isolement ou d'un repli sur soi, position idéale des faibles, mais elle correspond plutôt à une métamorphose de la conscience, qui fait passer celui qui s'en prévaut, de la servitude à sa pleine responsabilisation dans le processus de construction de l'humanité’’.

L’époque de la colonisation est passée. Les occidentaux le savent très bien. Ils savent aussi que les africains ont énormément progressé. Qu’ils sont désormais conscients des enjeux politico-économiques du moment. Et que ce sont des africains, riches de talents, d’énergie et d’espoir qui aspirent à jouer les premiers rôles dans les batailles à venir.

Mais malgré cela - vu les enjeux dont leur survie dépend- Ils entendent, insidieusement cette fois, reconduire le schéma de la colonisation de l’Afrique. A l’époque, la colonisation avait pour but l'exploitation de matières premières, de main-d'œuvre, de position stratégique, d’espace vital, etc. d'un territoire au profit de sa métropole et des prétextes floues tel que le "le développement de la civilisation". Même si ces prétextes ont considérablement évolué de nos jours, les buts quant à eux restent quasiment les mêmes. Et l’enjeu est de taille, car l’avenir de l’occident se joue ici et maintenant ! Il suffit de faire une lecture attentive de l’actualité : les tumultes constatés sur les places boursières européennes et américaines, les mesures d’austérité au sein de certains pays de l’Union Européenne, le débat sur le plafond de la dette américaine, etc. sont autant d’indicateurs potentiels. On s’achemine selon certains analystes européens, vers « la récession économique de l’Europe ».

L’Afrique constitue aujourd’hui – à n’en point douter – le pôle d’attraction de toutes ces puissances étrangères. Selon des économistes européens: « L’Afrique dispose globalement de ressources naturelles encore inexploitées ». De quoi aiguiser d’avantage l’appétit vorace de tous ces prédateurs. Le mot d’ordre est d’ores et déjà lancé: tous à l’assaut pour la reconquête de l’Afrique! Mais cette fois, la stratégie est différente. Elle dépasse même l’entendement. C’est un véritable tour de passe-passe auquel se livrent ces néo-colons. Partout, la teneur du discours est la même – habilement maquillé – En se référent aux discours de Barak Obama à Accra et de Sarkozy à Dakar, on ne risque pas de se tromper. Ils revendiquent des accords de coopérations auprès des Etats africains. Avec des arguments, les uns tout aussi farfelus que les autres: relations économiques, partenariats stratégiques, au développement, en passant par des relations amicales, fraternelles, et même historiques ! Ces partenariats on le sait, n’ont jamais véritablement aidé les africains. Tant ils sont conçus à leur détriment. A ce sujet, le Président Laurent Gbagbo déclare: « Dans un monde de compétition, il est illusoire de croire qu'un peuple peut assurer le bonheur parfait d'un autre peuple » puis il ajoute: « les conflits d'intérêts peuvent naître entre les nations, même les plus amies » et termine par : « Nous devons tous avoir à l'esprit qu'aucun pays ne peut se développer avec l'effort exclusif des contribuables d'un autre pays. De même, un pays qui combat dans un autre pays, combat d'abord et avant tout pour les intérêts économiques de son peuple ».

Un autre volet, non moins important du discours que tiennent ces occidentaux, est l’aide à l’implantation et à la consolidation de la démocratie. Là-dessus, ils croient devoir s’ériger en donneurs de leçons. Eux, dans une position de maîtres absolus et les africains, dans celle de l’élève sage. S’il est vrai que la démocratie doit prendre en compte toutes les aspirations du peuple, ils devraient savoir que le peuple africain aspire aussi à l’indépendance véritable et donc à la souveraineté. Toutes choses qui vont nécessairement à l’encontre de leurs intérêts nébuleux. Car pour mieux spolier, il est dans leurs habitudes de contribuer au musellement des peuples trop regardants.
Le dernier volet du discours occidental, est la raison humanitaire: il faut protéger les populations de leurs dirigeants. Ces dirigeants, pas assez dociles à leur goût, sont souvent dépeints comme d’affreux dictateurs. Dans ce cas, la stratégie est très simple: instrumentaliser certains africains corrompus contre leurs propres frères. Pour se faire, ils suscitent et financent des coups, des révoltes, au gré de leurs intérêts.

Ils n’hésitent même pas - toute honte bue, et pour mieux endormir leurs victimes - à reprendre à leur compte les idéaux panafricanistes dont se réclament les africains. On constate souvent - tardivement d’ailleurs - que la parole donnée, s’avère finalement fausse, une fois les accords signés. Loin de joindre l’acte à la parole, ils font en effet, le contraire de ce qu’ils ont annoncé. Cela passe par l’octroi de crédits accompagnés de mesures drastiques de ‘’bonne gouvernance’’. Comme le dit Laurent Gbagbo: « le poids de la dette nous rend servile. Notre indépendance passe aussi par notre affranchissement des chaînes de la dette ». Des propos qui tranchent clairement avec ceux du Préfet Alassane Ouattara, qui, pour sa part estime: « qu’il n’y a aucun mal à emprunter ».

Comme on le voit, les enjeux de cette recolonisation sont tellement évidents, que se refuser à le comprendre, est faire preuve de cécité intellectuelle: L’occident est sur le déclin. Les ressources naturelles et énergétiques sont de plus en plus rares sur le vieux continent. L’Afrique est devenue le pôle d’attraction de ces prédateurs. La montée en force des pays émergents confirme un changement des équilibres économiques mondiaux. En réalité, ces occidentaux, dites puissances mondiales, luttent désespérément pour leur survie, pour leur hégémonie de plus en plus contesté. Ce désespoir se justifie par l’emploi de la force militaire - d’ailleurs seul gage de supériorité qui leur reste. En instrumentalisant les organisations internationales et sous-régionales, telles que l’Onu, l’Otan ou l’Union Africaine par exemple. A travers ces organisations, ils parviennent à imposer leurs décisions, au détriment des plus faibles.
Au total, la question substantielle, qui mérite d’être posée, pour ce pays, est la suivante: Est-il possible que la Côte d’Ivoire puisse réaliser son propre développement en ayant la gestion entière et souveraine de ses richesses et sans avoir à se surendetter auprès des occidentaux ? Nous doutons fort que la question - en cette période auguste du 51ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’ Ivoire - traverse une seule fois l’esprit de notre cher Préfet-président Alassane Dramane Ouattara, qui préfère foncer tête baissée dans le piège tendu.

 

Article par Marc Micaël

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine