Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 21:48

Bernard Doza
Bernard DOZA, journaliste-écrivain

 

Dans l’histoire des peuples libres, ceux qu’on appelle: les combattants de la liberté, ce sont les volontaires pour la résistance, qui prennent les armes, lorsque dans un pays envahit par l’étranger, le destin du peuple autochtone, est en péril.

A la veille d‘un nouveau printemps pour la liberté du peuple de Côte-d‘Ivoire, j’écris ces lignes, à l’honneur des résistants, morts où partis en exil.

Et surtout à ceux, des héros morts au combat, (entre le 27 mars et le 11 avril 2011), au cours des affrontements farouches qui ont opposés les résistants aux armées étrangères, sous le bombardements intensifs des hélicoptères français.

Je salut ici, la mémoire du grand combattant de la liberté: ‘’Maguy le Tocard‘’, qui a vaillamment combattu l’ennemi, avec ses 1600 hommes.

C’était un jeune parolier de la Sorbonne d‘Abidjan, devenu chef de guerre, pour la défense de la patrie.

Mort en juillet 2011, à la suite des graves blessures causées par les soldats d’Ibrahim Coulibaly dit (IB), Maguy le Tocard, a d’abord été exhibé dans des spots publicitaires, par la télévision de la dictature-Ouattara, comme le symbole de la reddition des combattants, pro-Gbagbo.

En Côte-D’ivoire, les patriotes se sont portés volontaire pour le combat de la libération dès 2002, lorsque les légions de la revendication du nord, ont délitées le combat pacifique pour la démocratie qui a commencé depuis 1980 contre le parti unique, vers la violence armée, le 19 septembre.

Une violence inouïe, qui a fait 1300 morts, en une demi-journée, sur l‘ensemble du territoire ivoirien, par des  mercenaires, soldats, porteurs d’une cause sectaire, venus pour tuer de sang froid.

L’instrumentalisation de la violence aveugle, non, pour la libération du peuple ivoirien (dans son intégralité du joug néocolonial), mais pour l’affirmation identitaire d’une ethnie, d’une région, au profit d‘un homme politique douteux, à posé les jalon définitifs de la déchirure nationale, contre le vivre ensemble .

C’est pour cela qu’en 2011, ce que les médias internationaux ont appelé, la crise postélectorale de Côte-d‘Ivoire, pour mieux installer l’imposture Ouattara, dans l‘inconscient collectif du petit peuple européen, à été un grand test pour le combat de la libération nationale.

Car la crise postélectorale d‘Abidjan, a permis, le premier véritable affrontement sur le continent noir, d’une armée occidentale, appuyée de supplétifs locaux(FRCI et ECOMOG) contre des patriotes insurgés, venant d’un peuple africain, désormais déterminé à se défendre fusil à la main, contre la volonté affirmé, de l‘impérialisme international.

C’est pour cela que le « final », de la bataille d’Abidjan, qui avait débuté en novembre 2004, par les premiers tirs de l‘armée française, sur le peuple ivoirien devant l‘hôtel Ivoire, fut le lieu, d’un combat terrible( pendant un mois) dans  l‘après, 11 avril, dès  l‘arrestation de Laurent Gbagbo.

Tout a commencé, lorsque le bombardements des avions français qui surviennent à la surprise générale, le 27 mars 2011 sur les sites militaires de l’armée ivoirienne, démasquent et provoquent la fuite des officiers supérieurs et met fin à la comédie de la résistance chantée par des barons de la refondation et par certains leaders patriotes, qui affirmaient « être prêt à mourir pour Gbagbo » .

C’est dans ce climat, de fuite généralisée, que naît la « nouvelle armée  de libération de la Côte-d’Ivoire » dont les soldats affirment sur les écrans de la télévision ivoirienne, assiégée par les pro-Ouattara, ceci: ‘’nos supérieurs nous ont abandonnés‘’. Ce sont des: militaires volontaires, civils, étudiants patriotes, des nationalistes de tout bords, qui ont refusés de fuir le combat, pour mourir les armes à la main.

Ils se sont battus, autour de la télévision nationale, où le chef rebelle Guillaume Soro, qui venait d’être reconduit dans ses fonctions de premier ministre, par Alassane Ouattara, (lui rajoutant le poste de ministre de la défense), redevient chef de guerre, en troquant le costume pour le treillis militaire, pour diriger lui-même la prise de  la télévision.

Et finalement, c’est dans la violence des bombardements, que le signal de l’émetteur de la télévision nationale est coupé. Alors le combat se déplace à Yopougon.

Dans le dernier bastion de la résistance, le ballet des hélicoptères franco-onussien, qui tirent des balles explosives sur les insurgés est assourdissant. Ensuite vont suivre les corps à corps  des résistants contre les  militaires étrangers. Ce sont des soldats de la légion française, armés de haches et de couteaux à doubles tranchants. Beaucoup de légionnaires sont restés sur le pavé de yopougon, tués par de jeunes garçons armés, déterminés à défendre leur pays.

Dans cette guerre imposée par Alassane Ouattara, il ya eu plus dix milles morts au sol, entre l’ouest  de la Côte-d’Ivoire où  Guillaume Soro et ses hommes ont commencé la marche de la victoire sur le régime de Gbagbo, en massacrant femmes et enfants, et Abidjan où la bataille contre les résistants de Yopougon, s’est arrêté par le manque de munitions des combattants de la liberté. 

10 milles morts, pour installer un président de la république au pouvoir. C’est le chiffre véritable.

Car le chiffre de trois milles morts, servi par Alassane Ouattara aux médias européens, est celui que Maurice Kakou Guikahué du PDCI à donné (en précisant qu’il s’agit bien des militants du RHDP) au cours d’un point de presse.

Aux combattants de la liberté,  qui n’ont pas fuient la Côte-d’Ivoire assiégée par les tirs des hélicoptères et les obus, je rend, un grand hommage.

Surtout, pour l’amour du pays, qu’ils ont montrés dans la résistance (qui a duré un mois).

Aujourd’hui à l’orée d’un nouveau printemps de la résistance, je  salut les combattants par leurs codes d‘identification:  

Le Cdt Yokoyoko (alias Papa roméo) Le Cdt Zagbayou, Zeguen, Capo chef Bino, le Cdt Eko, Kamel Abayomi, Gbizré capo, ComZone Koutouan Blétiokloè, KoKolédjà, Silencieux, Virus, Macdog, Sergent Côte-d’Ivoire, Senateur, Pkm, A52, Delta, CP1-Côte-d’Ivoire, Hôtel, la mère Colette, PC, Vectho-Côte-d‘Ivoire, Rougeot Marie-claire(aliasgrakoi), Rougeot Jumeaux, Rougeot koré, Junior Gbagbo, Dragonba, Gbotou, Bauer, Ayèrè-toujours, le prophète, Cyclone, Cdt Tchang, Gademè, Cdt Gbagbamlin, Petit Konan, Ousmane, Mougoudja, Zélor, Denco, Carin, Anaconda, Parrain, Brico-Côte-d’Ivoire, Charlie-Bravo, Gbeuliakou, Michant, Dadis, Rafale, Freeman, Aquelle heure, Kolo Didier, Robot, Bobby, Esprit, Dro, Coq à petits zo(alias Zagoté) Le saint, Mourihno, Sakmo, et à tout ceux dont on a pas cité les noms.….

Je rend gloire à ceux qui sont tombés au front, dans l‘enfer d‘Abidjan, les armes à la main, ce sont: Le Cdt Bogota, Gnérin Dadouè, Andimélo, koko, Maguy le Tocard, Zoulou, K.Charles, Petit Piment, Zoulou Zeguedoua, Gbagbadè…..,

Aux soldats présent, il faut dire, que le combat pour la libération de la Côte-d’Ivoire n’est pas terminé. C’est une bataille qui est momentanément perdue, mais pas la cause, encore moins le combat.

Et pour cela, il faut que le moral reste haut. 

Car, toute l‘Afrique nous regarde, le monde entier regarde, les combattants de nôtre pays, qui à su dire non en 2011.

Depuis la guerre de libération de l’Algérie, aucun pays de l’Afrique noire francophone, n’a jamais essayé de se libérer les armes à la main, des entraves de la colonisation et de la néo-colonisation. 

Alors l’Afrique noire francophone entière, se posent aujourd’hui des questions: « la libération, des griffes de la colonisation , passera-t-elle par les nationalistes insurgés de  Côte-d’Ivoire? », c’est à nous de répondre, pour la continuité de la bataille, où de nous refugier dans la défaite. Le défi sera relevé.

Bernard DOZA, journaliste-écrivain, en retrait à Cotonou(Benin) 

Source : Lynxtogo

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine