Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Homosexualité: L'Association des Juristes Catholiques du Cameroun met en garde sur la manipulation de l'opinion sur la question du mariage pour tous.

28 Février 2013 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Homosexualité: L'Association des Juristes Catholiques du Cameroun met en garde sur la manipulation de l'opinion sur la question du mariage pour tous.

Lesbiennes.jpg

 

L'Association des Juristes Catholiques du Cameroun (AJCC) a donné une conférence sur la question du mariage pour tous, samedi le 23 février 2013 à la Cathédrale de Douala.

 

La question du mariage pour tous est au cœur de l'actualité en ce moment. Des groupes d'individus tant sur le plan international que national exigent que soit légalisée l'homosexualité. Ce que dénonce avec la dernière énergie l'Association des Juristes Catholiques Camerounais (AJCC) présente samedi le 29 février 2019 à la salle des banquets de la Cathédrale des Saints Pierre et Paul de Douala. A l'occasion de la célébration de sa deuxième rentrée solennelle, l'AJCC composée de procureurs, avocats, juristes, conseillers fiscaux juridiques, conseillers spirituels et magistrats exerçant sur l'ensemble du territoire national, a tenu a échangé avec le public sur la question du «droit et de l'homosexualité». Tous ses membres tiennent à prévenir sur la manipulation de l'opinion. «Nous savons que lorsque l'on veut contrôler la société, on s'approprie la loi. John Locke disait à cet effet : «le plus fort ne sera pas toujours assez fort s'il ne transforme pas sa force en droit». C’est en cela que pour imposer sa loi, un groupe fût-il minoritaire, s’organise pour posséder l’opinion», explique Me Albert N. Dime, avocat au Barreau du Cameroun et un des panélistes. Pour lui, l'homosexualité n'existe pas dans sa langue maternelle. Autrement dit, il n'y a encore rien qui oblige les Camerounais à s'imposer cette orientation sexuelle. L'exposant pense qu'aux Etats-Unis, on fait beaucoup de tapage sur les questions liées à l'homosexualité, «c'est leur problème. En ce qui nous concerne ici chez nous, ce n'est pas un autre Etat qui va nous obliger à nous livrer à celte pratique».

Pour sa part, Me Jules César Binyom estime que les spécialistes de la théorie de l'influence apprennent que lorsqu'on veut manipuler l'opinion sur des questions sensibles, on procède par le scénario de la panique morale (gonflement et exagération des chiffres dans des pseudo sondages, par exemple pour le cas présent, dans le but de démontrer que la plupart des Camerounais sont pour le mariage pour tous ; anesthésie des consciences et lynchage de l'opinion), par les manipulations et abus de langage en vue du conditionnement idéologique. De l'avis de ces juristes engagés dans l'Eglise Catholique, l'homosexualité est une déviation qui na pas de placé «chez nous». Ils ont convaincu l'auditoire en ceci que la manipulation s'opère précisément vis-à-vis de l'opinion qui est bombardée des termes et expressions sans définitions précises ou éclaircissements. Notamment, «orientation sexuelle», «identité de genre», «homophobie», «attitudes homophobes», «stéréotypes négatifs», «attitudes discriminatoires», «discours haineux». Nous apprenons des panélistes qu'on retrouve dans le même registre des formules telles que «dépénalisation des relations sexuelles consenties entre personnes de même sexe», «législation anti-discrimination», «formation, sensibilisation publique et campagnes publiques de lutte contre l'homophobie», «reconnaissance des relations homosexuelles» y compris le mariage et l'adoption pour les personnes du même sexe. Sans oublier: «reconnaissance du genre», redéfinition du genre qui se réfère aux femmes ou hommes afin d'inclure les personnes transgenres.

Pour tous ces arguments qui risqueraient de plonger davantage le pays de Paul Biya dans le sous-développement moral, l'Archevêque Métropolitain Samuel Kleda, qui a procédé à l'ouverture des travaux, a adressé un message aux juristes catholiques camerounais : «En tant que juristes chrétiens, vous avez le devoir que la loi camerounaise interdisant le mariage entre deux personnes de même sexe reste inamovible pour que les coupables soient dûment punis Dans une société injuste et amorale, vous devez être vigilants pour ne pas vous laisser égarer. Vous êtes mieux équipés pour influencer le fonctionnement de l'application de notre système juridique». L'Archevêque indique que c'est un motif pour lui de prendre part à une rencontre comme celle organisée par des chrétiens engagés «qui n'ont pas peur de montrer publiquement leur foi et fidélité en l'Eglise Catholique. L'homosexualité est condamnée par la Bible qui la considère comme une abomination. Elle est en soit inféconde et pécheresse».

Par Linda Mbiapa

Source : Aurore Plus

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article