Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Faut-il être pour ou contre les quotas de Laurent Blanc par Mbmbog Ntohol ?

1 Mai 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

t-29 OUEST Foumban Art Bamoun 02

 

                  Faut-il être pour ou contre les quotas de Laurent Blanc par Mbmbog Ntohol ?

 

 Le gouvernement Français veut-il entrainé  la France dans l’Arptheid avec les affaires Rama Yade,  et Laurent Blanc?

        Si On applique les quotas dans le sport alors il faut généraliser le système, dans tous les domaines, jusqu’aux plus hautes instances de l’état. Les Noirs et arabes doivent reposer cette question qui remettra au gout du jour ces revendications de Dieudonné et d’un certain nombre de français d’origine étrangère.

      Si le problème était posé sur le plan de la résolution d’une injustice comme il fut posé par le groupe de Dieudonné, on n’aurait rien à redire. Car Dieudo et toute sa bande  voulait Juste une meilleure représentation de la société française dans toutes les instances. Ce que les hommes politiques ont balayéd’un revers de la main.

     Or ce qui choque avec l’affaire Blanc, dans sa proposition de quota c’est qu’elle s’accompagne des thèses racistes et Darwinistes. « En partant du "constat" que la plupart des grands costauds sont plutôt noirs et que les petits malins sont plutôt blancs, favoriser les petits au détriment des grands permettra du même coup de rééquilibrer la couleur de notre football sans avoir à l’avouer ».

Pour mieux comprendre ce qui se cache au fond de la vase, j’ai posé des questions à Luc Banemeck Consultant en Stratégie.

Mbombog Ntohol : Que pensez-vous des quotas  de noirs et d’arabes prônés par Laurent Blanc l’entraineur de l’équipe de France?

LB : le problème de quota en lui-même n’est pas mauvais s’il se généralise à tous les niveaux. Comme ce fut le cas par exemple aux etats-unis avec le positive act, qui a servi les Noirs.

Ce qui gène et choque dans la proposition Blanc, c’est son caractère Darwiniste, c'est-à-dire Raciste.


Mbombog Ntohol : selon vous quel est le véritable but de cette annonce ?

LB : Ce type d’annonce  n’est pas le fruit d’un hasard, il est planifié longtemps à l’ avance.

Je pense que cette annone concerne l’élection présidentielle de 2012 en France. Le régime en place sait qu’une forte majorité de Noirs et d'Arabes iront voter contre lui suite aux événements de Cote d’ivoire, de la Libye sans compter la politique intérieure française sur les problèmes de société les concernant.

Remettre  le quota qui a été revendiqué au départ par  les Noirs et les arabes au niveau des médias, peut au moment très opportun permettre la division de l’électorat immigré ayant la nationalité française et en âge de voter. Toutes les études démontrent que cet électorat est décidé à voter contre Sarkozy en 2012.

En revanche, présenter cette proposition sous l’angle de l’injustice, c’est rejoindre Dieudonné que l’on critique depuis des années, c’est mécontenter les français blancs et politiciens qui avaient pris position en déclarant la France n’est un pays de communautés, et surtout ouvrir une voie royale pour Marine  le Pen qui ne cesse de grimper dans les sondages.

En revanche le présenter sous l’angle Darwiniste  c'est-à-dire raciste «les noirs n’ont rien dans la tête et tout dans les bras, passe dans l’opinion française».

Toute cette histoire n’est qu’une manipulation de l’opinion sans plus. C’est une stratégie politique pour 2012.  Il ne faut pas tomber dans ce panneau qui est vraiment royal et ne grandit pas leurs auteurs ni les suiveurs.

Mbombog Ntohol : faut-il etre pour ou contre le quota ?

LB : Dans l’absolue Non bien entendu.

Il faut être pour si on déclare que tout le monde est égaux en droit et que le quota vise à réparer une injustice.

En revanche il faut être contre si le quota vise à créer une injustice et surtout refouler les talents comme c’est le cas aujourd'hui dans les autres domaines de la société.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

1515027_3_bee9_laurent-blanc-face-a-la-presse-le-29-avril.jpg Laurent Blanc Selectionneur de l'Equipe de France

L’affaire Mediapart ne démontre pas que la FFF est raciste, mais complètement à l’ouest. C’est encore pire.

En pensant lâcher une bombe sur le racisme de la fédération française de football, Mediapart a peut-être fait bien plus que ça. Le site vient en effet, et sans le savoir, de parfaitement démontrer l’incompétence voire la bêtise d’une institution en perdition. La véritable info divulguée par Médiapart, ce n’est pas que la FFF veuille instaurer des quotas sur des critères raciaux, mais qu’elle pensait pouvoir le faire en douce, et un peu n’importe comment...

Ce que nous apprend vraiment le site d’information payant, c’est que les membres des hautes instances du foot français se penchent donc concrètement sur le problème de la "représentation de l’EDF". Ils y travaillent, ils y réfléchissent, et le sujet est même abordé lors de réunions en présence du sélectionneur de l’équipe de France, de celui des espoirs ou encore du DTN. Voilà la base du problème. Voilà même tout le problème. Théoriquement, la fédération française de football ne devrait en avoir rien à foutre de ces problèmes d’images, de représentation, de combien de noirs, de combien de blancs, de combien d’arabes... Officiellement, en tout cas, c’est bien entendu sa position. Or on apprend aujourd’hui que la FFF se sent donc chargée de réfléchir en douce à la composition “raciale” de son football et à plus forte raison de son équipe nationale. On savait que la FFF allait mal, mais on ne pensait pas que c’était à ce point...

La dernière Coupe du Monde, l’incident de Knysna et toutes les leçons de morale qui ont suivies ont sans doute fini de convaincre les responsables du foot français qu’il fallait non seulement réfléchir au sujet, mais en plus agir. Alors la fédération a agi. Problème, elle a agi comme parle Franck Ribéry, n’importe comment. Puisqu’il est bien entendu impossible de s’attaquer frontalement au sujet sous peine de tollé général, la fédé s’est retrouvée obligée de ruser comme un vieux singe. Problème, elle s’est fait gauler...

Le principal reproche fait à l’encontre de la formation à la française est de favoriser le physique sur la technique. Et ça, la fédé le sait mieux que personne. Aussi, dans la lignée du succès de l’Espagne et de l’emballement général sur le FC Barcelone, elle veut rectifier le tir. En gros, il s’agirait de calmer le jeu sur les grands costauds et de se pencher davantage sur les petits techniques. Pourquoi pas. Seulement, le verbatim publié par Mediapart prouve que ce réajustement pourrait être utilisé au service d’une autre cause. En partant du "constat" que la plupart des grands costauds sont plutôt noirs et que les petits malins sont plutôt blancs, favoriser les petits au détriment des grands permettra du même coup de rééquilibrer la couleur de notre football sans avoir à l’avouer. Malin non ? Non.

Pour un Zidane, il faut accepter deux Meghni

Même logique pour ce qui concerne le problème des joueurs dits “bi-nationaux”. Le problème a toujours existé. Le foot français n’a eu de cesse de former des joueurs susceptibles de jouer pour leur pays d’origine. Les Kopa, Platini, Christian Perez, Desailly, Zidane, Nasri et compagnie. Et si certains font parfois ce qu’on appelle communément “le choix du coeur”, la plupart des joueurs ont, comme on peut le constater, choisi de jouer l’EDF. Ce qui est à la fois naturel pour des gens nés et formés en France, mais également logique d’un point de vue professionnel : jouer pour l’équipe de France étant plus intéressant - que ce soit sportivement ou financièrement - que pour son pays d’origine. Car il faut être honnête, ce sont principalement les joueurs qui n’ont pas la possibilité de briller en bleu qui choisissent leur première patrie, afin de pouvoir eux aussi faire carrière internationale. Moussa Sow a choisi le Sénégal, très bien, mais aurait-il joué pour le maillot bleu ? Et la question ne se pose pas que des pour des joueurs africains, loin de là. Des joueurs comme Obraniak ou Pjanic ont choisi la sélection de leur pays d’origine. Mais auraient-ils fait le même choix s’ils étaient assurés d’une carrière en bleu ? Bref, ce problème n’en est pas un.

Alors après, on peut comprendre que la fédération soit emmerdée de voir des joueurs qu’elle a formés exercer leurs talents sous d’autres couleurs. Mais c’est le “prix à payer” pour pouvoir justement aligner les meilleurs d’entre eux. La fédération le sait très bien, c’est le principe même de la formation. Pour un Zidane, il faut accepter deux Meghni ; on ne peut pas avoir le beur et l’argent du beurre. D’ailleurs, la FFF, qui n’a jamais hésité à profiter de la mixité de la population française quand ça l’arrangeait, est donc très mal placée pour regretter les mauvais côtés de cette formation. Et surtout, pourquoi maintenant ? Il semblerait d’après les récentes découvertes que ce soit là aussi pour faire le tri au plus vite et en profiter pour rééquilibrer la couleur de notre football...

On peut aujourd’hui remercier Mediapart d’avoir sorti cette info et alerté l’opinion quant aux véritables intentions de la FFF, mais surtout quant à son état mental. Car si le masque est tombé, c’est la FFF qui n’en finit plus de se casser la gueule. Elle s’est perdue en route, de mauvais choix en mauvais choix, au point aujourd’hui d’envisager de glisser une petite quenelle par dessous, sous la forme de quotas discriminatoires. Pire, elle pensait faire son affaire peinarde en prétextant favoriser la technique et régler le “problème” des joueurs d’origine étrangère. La fédé est devenue complètement dingue, et ne s’en rend même pas compte. Elle doit maintenant répondre de ses actes, auprès de tous et surtout auprès du capitaine de son équipe nationale, Alou Diarra, un grand Malien aux pieds carrés...

Par Simon Capelli-Welter

____________________________________________________________________________________________

 

Nicolas Sarkozy veut virer Rama Yade 

Moins de quatre mois après l'avoir nommée ambassadrice de France à l'Unesco, Nicolas Sarkozy veut démettre de ses fonctions celle qui a quitté l'UMP pour le Parti radical.

 Rama-yade.jpgMme rama Yade

 

  

 

Il l’a nommée ambassadrice de France à l'Unesco le 22 décembre dernier et veut déjà la virer. Nicolas Sarkozy entend démettre Rama Yade de ses fonctions ! "La décision de principe est prise", explique un proche du Président.

Le chef de l'Etat se plaint de voir Rama Yade violer sans arrêt son devoir de réserve. Mais il estime surtout qu'elle lui doit tout et ne supporte pas qu'elle s'émancipe de l’UMP en se mettant au service du Parti radical de Jean-Louis Borloo.

Après l'avoir sortie du gouvernement au mois de novembre, Nicolas Sarkozy pensait s'assurer un minimum de fidélité en la nommant ambassadrice. Il n'en a rien été. Les attaques de l'ancienne secrétaire d'Etat ont été virulentes contre la dérive droitière de la majorité.

Pas un mot de soutien, même pendant les moments importants. L'action de la France en Libye ? "Ça aurait peut-être mérité un petit commentaire de Rama Yade, non ? On est les seuls à s'engager autant sur les droits de l'homme en Libye, idem pour la Côte d'Ivoire, et on ne l'entend plus !", enrageait-il encore le mois dernier, rapportait Le Figaro.

"Ca ne me ferait rien du tout"

La voir aujourd'hui accompagner la montée en puissance de Jean-Louis Borloo est de trop. "Si cela gêne le président, qu'il n'hésite pas à me le dire et je choisirais la politique dans la minute", réagit l'intéressée. "Je ne compte pas faire carrière à l'Unesco, ce n'est que temporaire."

"Ca ne me ferait rien du tout, poursuit-elle. Je n'avais rien demandé. J'ai même mis dix jours à accepter le poste, alors que Claude Guéant m'appelait tous les deux jours ! Et je l'ai accepté parce que le président m'avait assurée que je pourrais continuer à avoir une expression politique."

Elle s'interrompt, puis s'interroge : "Pourquoi moi ? Roger Karoutchi aussi est ambassadeur de France à l'OCDE et il ne se dérange pas pour faire de la politique. Il vient d'être secrétaire départemental de l'UMP dans les Hauts-de-Seine !" Sauf que lui soutient l'action de Nicolas Sarkozy...

Karoutchi quitterait aussi l'OCDE

N'empêche qu'il aurait été gênant pour l'Elysée de révoquer la première en laissant le second en place. Le paradoxe est justement en passe d'être réglé, ouvrant ainsi la voie à un départ de l'impétueuse.

La solution est avancée par Roger Karoutchi lui-même : "Si la commission d'investiture de l'UMP à la mi-mai me désigne tête de liste aux sénatoriales, comme cela est prévu, je dirai au président qu'il est évident que je ne resterai pas à l'OCDE, au moins le temps de la campagne."

Comme il est évident pour Rama Yade que son éviction ne remettrait pas en cause son envie de se frotter de nouveau au suffrage universel. Elle aussi hésite à se présenter aux sénatoriales en septembre, mais vise plus sûrement une circonscription dans son département des Hauts-de-Seine en 2012.

Elle dit ne pas être encore décidée. "On verra tout ça à la fin du mois, après le congrès." Le congrès du Parti radical, bien sûr.

Hervé Algalarrondo et Julien Martin - Nouvelobs.com

(Le mardi 19 avril 2011)

Afrohistorama n'est pas responsable du contenu de l'Article

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article