Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 22:34

 

              afrique                                                           Essai de psychopathologie sociale

Syndrome de Stokholm et « Syndrome de la jeune fille violée »

 

 

L’élargissement da la fracture sociale en Afrique est une constante de ces dernières années. La principale caractéristique de l’élite africaine est son incapacité à la combler. Il s’établit ainsi au fil des années une situation malsaine dans laquelle les « populations africaines (sont) condamnées à admirer une petite classe de la bourgeoisie et de l’élite politique gérer les affaires publiques, tout en croupissant elles mêmes dans la misère la plus intolérable. »

Dès lors se pose la question du pourquoi et du comment de l’incompétence de l’élite à sortir les sociétés africaines de la pauvreté. Nous nous intéressons ici aux ressorts psychopathologiques  des rapports entre les peuples et leurs élites en Afrique à travers une grille de lecture clinique. De notre point de vue, cette fracture sociale a aussi une dimension mentale au sens pathologique du terme. C’est l’objet de cet essai.

1.   Le peuple et le Syndrome de Stockholm

 

Le Syndrome de Stockholm a été décrit pour la première fois en 1978 par le psychaitre américain F Ochberg. Son nom fait référence à un fait divers qui eût lieu à Stockholm en 1973. Six malfaiteurs tentèrent de dévaliser la Banque du Crédit Suédois. Pendant plusieurs jours, ils retinrent en otage les employés présents dans les locaux au moment de l’assaut. A l’issue du fait divers , les fonctionnaires pris en otage clamèrent leur sympathie pour leurs agresseurs et témoignèrent ensuite en leur faveur devant le tribunal. Une photographie montrant une employée de la banque embrassant une des ravisseurs fut publié dans un journal à l’époque.

Un autre exemple emblématique est celui de Patricia Hearst, fille de Randolph Hearst, magnat de la presse aux Etats-Unis. Elle fut enlevée le 4 février 1974 par l’ l’Armée de libération symbionaise (ALS). Elle est âgée de 19 ans. Le groupe terroriste promet de délivrer la jeune fille si le père de celle-ci fait distribuer de la « nourriture de bonne qualité » à tous les pauvres de la Californie. Randolph Hearst se plia et dépensa environ deux millions de dollars dans la livraison d’aliments aux catégories sociales concernées, 70 dollars par personne. Les livraisons furent arrêtées après qu’une émeute eût éclaté au cours de l’une d’entre elle. Patricia Hearst finit par adhérer aux convictions de ses ravisseurs. Le 15 avril 1974, elle participa au braquage de la Hibernia Bank de San Francisco. Elle fut condamnée à 7 ans de prison, ramené à 23 mois par le président Jimmy Carter.

Il faut trois conditions pour constituer le Syndrome de Stockholm :

-  un sentiment de sympathie de la victime pour son agresseur

-  un sentiment de sympathie de l’agresseur pour sa victime

-  une hostilité de la victime à l’endroit des forces de l’ordre

La quatrième condition (discutable) serait que les concernés ne soient pas au courant de l’existence du syndrome.

Le mécanisme psychopathologique serait principalement l’identification à l’agresseur, une identification réalisée dans un contexte d’angoisse voire contre une angoisse de mort imminente.

L’observation des sociétés africaines permet d’identifier la triade constitutive du Syndrome de Stockholm : agresseurs, victimes et forces de l’ordre (Tableau 1).

 

Tableau 1 : Transposition de la triade du Syndrome de Stockholm à la situation de l’Afrique.

 

Triade             Syndrome de Stockholm            Sociétés africaines

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Victime               Otages                                         Peuple

Agresseur             Terroristes                                   Gouvernants

Libérateurs           Forces de l’ordre                         Diaspora, ONG

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Les peuples africains, otages des pouvoirs de terreur, souffrent également de ce syndrome de Stockholm. Plutôt que de leur reprocher d’applaudir pour le bourreau il y a lieu de faire attention à cet aspect. Pour que le Syndrome de Stockholm « prenne », l’agresseur doit être capable de conceptualisation idéologique et de conviction suffisante pour justifier son acte auprès de la victime. Ce n’est pas ce qui manque en Afrique. L’outil de propagande est fort et bien rodé. Serait-ce cela qui expliquerait que paradoxalement ce soit les zones les plus touchées par la crise congolaise qui aient le plus voté pour Joseph Kabila ? La question mérité d’être posée car en effet c’est justement là où on compte le plus des viols et exactions que le président sortant réalise ses meilleurs scores. C’est peut-être dans ce cadre là qu’il faudrait penser la fascination quasi religieuse que l’on observe entre les africains et leurs chefs d’état.

Si le comportement du peuple rappelle le Syndrome de Stockholm, celle de l’élite relève probablement d’un autre mécanisme psychopathologie que nous essayons de cerner dans le paragraphe qui suit.

 

2.   L’élite et le « Syndrome de la jeune fille violée »

 

Le Syndrome de la jeune fille violée  n’est pas une maladie reconnue comme telle par l’Organisation Mondiale de la Santé. Il est souvent évoqué par des intellectuels africains autour des débats sur la traite négrière.

A la suite d’un viol, la victime peut développer une forme de dépression réactionnelle avec des idées de culpabilités. Elle finit par se convaincre dans le cadre d’un processus morbide qu’elle est en fin de compte responsable de ce qui lui est arrivé. Chaque fait, chaque geste, chaque circonstance liée à l’agression est réinterprétée comme une erreur de sa part. Ainsi le fait d’avoir porté une minijupe, le fait d’avoir quitté la soirée tardivement, le fait d’avoir consommé de l’alcool ou fumé un joint, le fait de n’avoir pas  résisté, le fait de n’avoir pas crié etc… Si ces comportement peuvent être considérés comme des « facteurs de risque », ils ne peuvent en aucun cas dédouaner l’agresseur ni annihiler le statut victimaire de la jeune fille violée.

Le Syndrome de la jeune fille violée peut être défini comme une forme particulière de dépression réactionnelle marquée par des idées de culpabilité récurrentes à la suite d’un viol. La victime présente en plus un ralentissement psychomoteur important. Ce dernier peut être si important que la victime est incapable de porter plainte.

Beaucoup d’intellectuels africains – surtout ceux qui ne sont pas aux affaires – semblent souffrir du Syndrome de la jeune fille violée. Au cours des conférences et réunions publiques ou dans différents fora sur le net, leurs interventions consistent en général à rappeler inlassablement que les Africains étaient responsables de ce qui leur tombait sur la tête. « Un peuple n’a que les chefs qu’il mérite », « Si les autres nous dominent, c’est parce que nous somme faibles »…Si ces aphorismes contiennent une petite part de vérité, ils ont les défauts de la réduction et  de la culpabilisation et partant celui de l’inaction. Un problème cerné en partie ne pouvant pas être résolu de manière efficace, les idées de culpabilité inhérente au Syndrome de la jeune fille violée portant en sus les germes de l’inaction, voilà qui pourrait expliquer que les démonstrations brillantes de nos intellectuels soient si peu opérationnelles. Si prompts à critiquer les initiatives qui leur sont étrangères, ils demeurent incapables de propositions concrètes. L’élite africaine, qu’elle soi au pouvoir ou non, loin d’être une solution, fait plutôt partie du problème des peuples africains.

Conclusion

 Le fossé qui sépare l’élite du peuple en Afrique ne semble pas prêt de se combler. La grille de lecture clinique appliquée dans le cadre de cet essai a mis en lumière une différence psychopathologique entre les deux groupes. Elle permet dans une certaine mesure de comprendre l’inertie dans laquelle sont plongées les sociétés africaines. Sortir de la pauvreté devrait passer par une prise en charge psychopathologique.

 

Auteur : Magloire Mpembi Nkosi

Source : regafrique

Triade

Syndrome de Stockholm

Sociétés africaines

Victime

Otages

Peuple

Agresseur

Terroristes

Gouvernants

Libérateurs

Forces de l'ordre

Diaspora, ONG…

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine