Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

DÉCLARATION DE LA « C.R.L.P.I » (Coordination des Révolutionnaires pour la Libération du Peuple Ivoirien)

21 Septembre 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

DÉCLARATION

DE LA « C.R.L.P.I »

(Coordination des Révolutionnaires pour la Libération du Peuple Ivoirien)

Cote-d-Ivoire-le-coup-d-etat.PNG 

Ivoiriens, Ivoiriennes,

Très chers parents.

Très chers amis,

Depuis la nuit du 18 au 19 septembre 2002, la Côte d’ivoire, notre pays continue de descendre dans un chaos total, accentué par le renversement du régime du président Gbagbo, le 11 avril 2011, par messieurs Ouattara et Sarkozy qui ont bénéficié de l’assistance de l’ONUCI, de la LICORNE et de la CEDEAO.

En dépit de son installation au pouvoir, M. Alassane Dramane Ouattara et ses forces rebelles (FRCI) continuent de tuer les Ivoiriens ; les condamnations et les enlèvements des opposants au régime Ouattara continuent pour les camps de concentration où ils meurent, suite aux tortures de toutes sortes ; ils continuent de violer nos sœurs, nos mères et nos femmes.  L’ouest ivoirien continue de payer le prix de la tyrannie de M. Alassane Dramane Ouattara et ses agents.  Des villages entiers sont incendiés avec leurs habitants ; des terres et des villages sont arrachés aux autochtones pour le compte des Burkinabés et autres étrangers servant de base-arrière à M. Alassane Dramane Ouattara.  Des centaines de milliers d’Ivoiriens sont dans des camps de réfugiés, à l’intérieur de la Côte d’Ivoire comme dans les pays de la sous-région où ils ne trouvent pas de quiétude parce qu’ils sont traqués, pourchassés par les tueurs à gage de M. Alassane Dramane Ouattara.

Toutes ces injustices contre le peuple ivoirien se déroulent, chaque jour,  sous le regard complaisant et complice des organisations dites des droits de l’homme, de l’ONUCI, de la LICORNE et des autorités de la France et des autres nations occidentales.

Voilà pourquoi nous, les Ivoiriennes et Ivoiriens de la C.R.L.P.I, à tort appelés « Commandos Binguistes » ou encore « Commandos Invisibles », avons pris sur nous la responsabilité historique de LIBÉRER notre nation entière et de façon définitive.

Nous tenons à signaler que nous ne sommes pas issus d’un parti politique ; nous n’appartenons pas non plus à un groupe ethnique et religieux.  Notre but vital est la remise de la Côte d’Ivoire aux Ivoiriens pour la gérer comme cela leur conviendra. 

Les organisations, telles que la CEDEAO, la LICORNE, l’ONUCI, le 43ème  BIMA et l’UA ont montré, pour les unes leur incapacité à résoudre le cas ivoirien avec diligence et neutralité ; les autres ont pris parti en soutenant ouvertement la rébellion de messieurs Ouattara et Soro. Nous demandons donc à ces organisations de ne point se mêler de ce qui va suivre.  Car, il s’agit d’une affaire ivoiro-ivoirienne.

Aux ressortissants étrangers résidant en Côte d’Ivoire, nous demandons de rester calmes.  Nous ne sommes pas contre eux.  Nous venons nettoyer notre terre de tous ceux qui y ont semé la haine, la division, le « rattrapage ethnique » et la chienlit.  Nous avons affaire au tyran Alassane Dramane Ouattara et à ses hommes qui ne respectent pas la vie humaine et la propriété des autres.  Nous venons mettre la pendule à l’heure, afin que les Ivoiriennes et les Ivoiriens se sentent, enfin, chez eux.  Il est temps que les Ivoiriens respirent, mangent, dorment, travaillent et s’amusent comme cela leur sied.  La C.R.L.P.I vient remettre l’Eburnie aux Eburnéens, ni moins ni plus.  C’est une question de droit et de devoir. 

En passant, nous demandons à M. François Hollande de ne pas agir comme ses deux prédécesseurs immédiats de la droite colonialiste (Chirac et Sarkozy) qui ont fait de la Côte d’Ivoire un film Western en remettant le pouvoir à des criminels de tous bords.  Nous lui accordons le bénéfice du doute, même si « Les nations n’ont que leurs intérêts à défendre » (De Gaulle).  Si M. Hollande ne peut pas aider les Ivoiriens à retrouver la paix en agissant dans le sens du droit, il serait mieux qu’il ne se mêle pas, lui aussi, de ce qui va suivre dans les jours à venir.

Enfin, aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens, nous demandons encore de rester sereins.  La souffrance, notre souffrance a assez duré.  Le bout du tunnel n’est plus qu’une question de jours.  Nous savons que l’impatience vous ronge le cœur.  Mais, nous vous promettons la liberté, oui la liberté à laquelle vous avez droit à partir de maintenant et pour toujours.

Pour la C.R.L.P.I,

 

Le Secrétaire Général :

Amany Josué

Le Coordinateur Europe : Akpess Akmel

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article