Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Déclaration de ACTUS/prpe sur le retrait des troupes françaises du Tchad.

17 Juillet 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique ( ACTUS /prpe )

 Mobiliser pour Construire

armee30

ACTION TCHADIENNE POUR L'UNITÉ ET LE SOCIALISME / PARTI RÉVOLUTIONNAIRE POPULAIRE ET ÉCOLOGIQUE

Chadian Action for Unity and Socialism/Popular and Ecological Revolutionary Party

( ACTUS/prpe)

 

N/Réf : 14.07/SG/2011

Déclaration de ACTUS/prpe sur le retrait des troupes françaises du Tchad.

Qui oserait croire au marchandage de l’hypothétique retrait des troupes coloniales françaises du Tchad ?

Le peuple tchadien, supplicié depuis 21 ans sous la férule d’une des dictatures les plus criminelles au monde, se réjouirait d’un hypothétique retrait des troupes d’occupation françaises du Tchad. Cela serait une perspective heureuse pour le peuple tchadien qui lutte les armes à la main contre le dictateur Déby. En effet, le Ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a déclaré mardi 05 juillet, lors d’une audition devant la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale : « Nous sommes en train de discuter avec le Tchad d'un nouvel accord de coopération. Nous avons un dispositif là-bas, Epervier, avec plus d'un millier d'hommes, dont la présence ne se justifie pas, que nous avons (...) à rapatrier » [Cf. Le Monde du 5 juillet 2011 ].

Notre parti, ACTUS/prpe demeure sceptique face à cet effet d’annonce qui a suivi bien d’autres sans lendemains. Nous réclamons depuis de nombreuses années, le retrait immédiat et inconditionnel des troupes françaises et la fermeture de toutes leurs bases du Tchad car la présence des troupes étrangères sur notre territoire, constitue un danger et une violation de la souveraineté nationale. Si le Général De Gaulle en son temps, avait exigé en 1966 la fermeture des bases étatsuniennes en France, c’est qu’il aurait pressenti le danger que faisait peser sur la politique d’indépendance de l’hexagone ces troupes. Pourquoi ce cas d’école ne serait-il pas valable pour le Tchad ? Considère t-on encore notre pays comme une colonie ou un territoire français d’Outre mer ?

Les troupes françaises au Tchad n’ont jamais contribué à une quelconque défense du moindre frémissement de la démocratie au Tchad .Elles n'ont jamais protégé les populations civiles des bombardements des troupes gouvernementales. Le peuple tchadien est plutôt victimes des multiples interventions de ces Gobis (dénomination en arabe locale des militaires français) aux côtés des troupes gouvernementales des différents régimes dictatoriaux depuis 1966. Toutes les révoltes populaires furent ainsi matées, noyées dans le sang. Les masses populaires tchadiennes étaient bien en avance sur ce que les occidentaux appellent aujourd’hui « le printemps arabe ». Il est un fait incontestable : les gouvernements français si soucieux de « défendre la démocratie et de protéger les populations civiles » avaient plutôt prêté mains fortes aux tyrans pour massacrer les populations, asseoir et consolider les dictatures au Tchad et dans les autres pays d’Afrique du pré carré. Ce soutien multiforme aux dictateurs contredit les promesses non tenues du candidat Sarkozy lors de sa campagne présidentielle de 2007 où il martela : « Je veux lancer un appel dans le monde à tous ceux qui croient aux valeurs de la tolérance, de la liberté, de la démocratie, de l'humanisme ; à tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et les dictatures, je veux dire à tous les enfants à travers le monde, à toutes les femmes martyrisées dans le monde, que la fierté et le devoir de la France sera d'être à leurs côtés (...) La France sera du côté des opprimés du monde ! C'est le message de la France, c'est l'identité de la France, c'est l'histoire de la France ! » [http://www.youtube.com/watch?v=shn0ne2Vm60]. Quatre années plus tard, le président élu Sarkozy, dans son discours, à l’occasion de la fête nationale française du 14 juillet 2010 a déclaré. « Nous ne soutiendrons ni les dictatures, ni les pays dirigés par des régimes corrompus. ». Il a repris cette année, 14 juillet 2011, la même phrase dans sa version nouvelle dans l’interview accordée à la télévision française à la fin du défilé : «Chaque dictateur qui fait couler le sang, aura à rendre compte devant le Tribunal pénal international » [http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=iLyROoaf2VZo]

Le maintien, voire le renforcement du soutien inconditionnel militaire, financier, économique et diplomatique de Sarkozy aux présidents dictateurs de la Françafrique, témoigne si besoin en était, de l’absence totale de volonté de rupture du pacte d’asservissement. Ce dernier serait signé aux lendemains des indépendances, entre les dirigeants françafricains et français au détriment des peuples. Malgré ces constats terrifiants, certains africains n’ont toujours pas pris conscience de l’avenir sombre du continent sous les « Gouverneurs délégués » de la France, imposés en qualité de présidents aux peuples. Ces nostalgiques de la domination du pouvoir colonial des « bienfaits » et de la mission 2 Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique ( ACTUS /prpe )

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article