Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Côte d’Ivoire: Qui sont ces officiers FDS qui ont sorti Le Général Blé Goudé d`Abidjan.

19 Juin 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Côte d’Ivoire: Qui sont ces officiers FDS qui ont sorti  Le Général Blé Goudé d`Abidjan.

Image militaire1Un héros FDS

 

ble-goude.jpg  

Le Général Charles Blé Goudé héros national Africain


        Deux mois après la chute de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, son dernier ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, l’un

de ses fidèles lieutenants, reste toujours introuvable. Depuis quelques jours, des informations relayées par des journaux tentent- chacun avec ses ‘’confidences et révélations’’- d’aller sur les traces du leader des jeunes patriotes pro-Gbagbo. Il ressort de ces confidences que Charles Blé Goudé aurait été mis en lieu sûr, après la chute de son mentor le 11 avril 2011, par des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).

D'autres encore révèlent un Commandant des FRCI non identifié, qui se présente comme le sauveur de Blé Goudé. Celui qui lui aurait permis de quitter le pays. L'ancien ministre de Gbagbo, dit-on par ailleurs, aurait bénéficié de la protection de Guillaume Soro, dans le cadre d’un ‘’pacte entre fescistes’’, et du soutien du Commandant Issiaka Ouattara dit Wattao, un chef militaire des FRCI, pour quitter Abidjan. Le mercredi 15 juin cependant, un haut gradé des ex-Forces de défense et de sécurité (Fds) se présentant sous les initiales de K.R, un colonel de l'ancienne garde républicaine, nous a joint pour, a-t-il dit, ‘’mettre fin à tout ce qui se raconte '' sur les circonstances dans lesquelles Blé Goudé a quitté Abidjan pour se mettre en lieu sûr. «D’abord, sachez que Blé a quitté Abidjan avant l’entrée des rebelles dans la capitale.

C’est nous qui l’avions pratiquement obligé à se mettre à l’abri. Lui-même voulait prendre le risque d’être à Abidjan jusqu'à la fin des combats. Mais pour nous qui savions que le combat militaire serait compliqué à Abidjan, nous lui avions demandé d’aller se cacher hors de la capitale, parce qu’il peut compter pour la Côte d’Ivoire de demain », a expliqué le colonel K.R. Se voulant plus précis, l’officier des ex-Fds a indiqué que c’est sur ordre d’un général des ex-forces pro-Gbagbo, dont il a tenu le nom secret, que la fuite de Blé Goudé a été planifiée et mis à exécution. Il a révélé qu'un char et deux véhicules Pick-up ont été mis à la disposition du leader de la galaxie patriotique, avec des militaires à bord, pour lui permettre d’aller hors d’Abidjan en toute sécurité. Ce, quelques jours avant l’entrée, dans Abidjan, des forces pro-Ouattara. «Sachez aussi que le président Gbagbo était encore en place quand Blé Goudé est parti. Le général a même informé le président de ce que son petit devait être mis en lieu sûr. Et le président Gbagbo a donné son accord, disant que c’était une bonne chose. Et je répète que cela s’est passé bien avant que les gens-là (les FRCI, Ndlr) ne mettent les pieds à Abidjan », a insisté notre interlocuteur.

Rumeurs et vérité

Ce sont donc deux officiers des ex- FDS, et non des commandants FRCI, selon nos sources, qui ont organisé l’exfiltration de Blé Goudé hors de la capitale économique. Il ne pouvait d'ailleurs en être autrement, d’autant que durant les dix jours de combat à Abidjan, Wattao et les autres commandants des FRCI étaient plutôt préoccupés à en finir avec Gbagbo qu’à mettre à l’abri un Blé Goudé que leurs éléments auraient certainement fait passer de vie à trépas s’ils avaient su où il se terrait. D’ailleurs, c’est dans la ferveur qu’au lendemain de la chute de Gbagbo, on a accueilli au Golf hôtel, QG d’Alassane Ouattara, l'annonce de la capture de Blé Goudé. Une annonce qui avait été faite par le ministre Patrick Achi, alors porte-parole du gouvernement. Le ministre avait en effet déclaré, le 14 avril à la presse que Blé Goudé avait été «appréhendé» et qu’il se trouvait en «résidence surveillée», mais Patrick Achi s’était rétracté peu après son annonce.

Début mai, des sources diplomatiques et militaires à Abidjan affirmaient, sur des sites internet, que le président du Cojep avait été tué et enterré dans un lieu tenu secret. Ces révélations et rumeurs circulaient jusque-là au sujet de Blé Goudé quand, le 31 mai, l’ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo a rompu le silence dans une lettre aux Ivoiriens pour donner signe de vie. «Je suis vivant », avait-il coupé court. Début juin, lorsque d’autres rumeurs l’annonçaient au Ghana voisin, au Benin, en Angola ou encore au Zimbabwé chez Robert Mugabé, Blé Goudé se fend d’une intervention exclusive à ‘’Jeune Afrique’’ dans laquelle il réaffirme sa fidélité et sa loyauté à Laurent Gbagbo. «Je serai le dernier à lâcher Gbagbo », a-t-il confié à l’hebdomadaire panafricain. Mais depuis un moment, d'autres informations laissent penser que le leader des jeunes pro-Gbagbo a trahi en pleine crise-post-électorale son mentor pour se retrouver avec les FRCI afin de faciliter sa fuite. Que non ! Blé Goudé est sorti d’Abidjan avec la complicité de deux officiers FDS qui ont tout goupillé. Pour ce qui est de la destination de l’ancien secrétaire général de la FESCI, notre source n’a pas voulu en dire plus. Habitué à vivre dans la clandestinité, l’ex-dirigeant estudiantin reste introuvable mais continue de donner de la voix.

 

Article :Sébastien Honoré Fonkoua Fonkoua

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
If we can help people live longer through technology, should we? Is there a balance between quantity and quality of life?
Répondre
M


En prison à Bouna : Les dernières nouvelles d`Affi et Michel Gbagbo .Le ministre Gnamien Yao libéré
Source : L'Inter : Dernière Mise à jour : 18/06/2011 (Auteur : Hervé KPODION )
Lu : 1656 fois



Le président du Front
populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan, ne veut plus rester à Bouna où il est incarcéré avec d’autres personnalités de l’ancien régime. Et pour cause, selon des sources proches de
l’ancien Premier ministre, il dénonce les conditions « inhumaines de leur détention à Bouna » et souhaite qu’ils soient délocalisés dans un autre endroit ou à défaut les libérer « car aucune
charge ne pèse contre nous ». Affi N’guessan et ses camarades, arrêtés après la chute de Laurent Gbagbo, sont incarcérés à Bouna depuis plus de deux mois sans qu’aucun chef d’accusation ne leur
ait été signifié. Selon nos sources, Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président, serait « au bord de la dépression » tellement la situation à Bouna est invivable. Serge Boguhet, un cameraman
à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), serait lui très mal en point. Bien chanceux, Gnamien Yao, l’ancien ministre et conseiller du président déchu Laurent Gbagbo, aurait été libéré
grâce à l’intervention d’Henri Konan Bédié, le président du PDCI. Cadre du PDCI ayant battu campagne pour Laurent Gbagbo, Gnamien Yao n’est plus à Bouna, dans le nord-est de la Côte d`Ivoire,
où il a été incarcéré après la chute de l`ancien régime le 11 avril dernier. Selon des sources proches de l’ancien ministre, il a été évacué d`urgence à Abidjan pour cause de maladie, et
interné dans une clinique de la place pour recevoir des soins appropriés à son état de santé qui se serait fortement dégradé depuis sa prison de Bouna. Il faut souligner que les conditions «
exécrables » de détention des prisonniers politiques de cette cité du Nord avaient été dénoncées par des organismes internationaux de défense des droits de l`Homme, dont Human Right Watch. Le
diplomate Gnamien Yao en subit actuellement les conséquences. Faut-il le rappeler, il a été arrêté par le nouveau régime au pouvoir après la chute de Laurent Gbagbo le 11 avril 2011. Le
mercredi 13 avril, des personnalités de La Majorité Présidentielle (LMP) dont Gnamien Yao, ont été déportées dans plusieurs villes du nord du pays. Laurent Gbagbo, le président déchu, s’est
retrouvé à Korhogo ; son épouse Simone Ehivet à Odienné ; le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan, Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président et bien d’autres
sont incarcérés à Bouna. Un autre groupe de cadres du FPI et de LMP sont assignés à résidence à l’hôtel Pergola à Abidjan.


Hervé KPODION




Répondre
A



OUATTARA ET SA FEMME SANS LA MORTS LES CADAVRES QUE DES CADAVRES !


ALERTE ALERTE ALERTALERTE……….ALERTE…..ALERTE


ESCADRONS DE LA MORT AU GHANA?


juin 18


Publié par parolesnegres


SOS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD


Selon une information donnée par une source anonyme, un escadron de la mort aurait été envoyé au Ghana pour l’ élimination physique de certains cadres LMP dans les camps au Ghana. Informez vos
proches qui s’y trouvent pour qu’ils prennent des dispositions pour leur sécurité.
M BERNARD EHUI KOUTOUAN ANCIEN Ministre de Houphouet boigny est le nouveau Ambassadeur de CI au Ghana, l’homme est un ultra du MEECI particulièrement zélé pour ce genre de mission.
Rappel : Ce Monsieur a été enlevé de la galère par le président Laurent Gbagbo, car trop endetté jusqu’au coup, sa maison hypothéquée. Le président LG n’avait pas accepté qu’un ancien serviteur
de l’état finisse sa vie de la sorte en rachetant son crédit. Et c’est lui qui est chargé de traquer tous les patriotes exilés au GHANA. Des personnes sont enlevées la nuit et ne reviennent
plus !! Nous recevons des SMS et des SOS venu d’ un camp de réfugié ivoirien au Ghana passer ce message au maximum !!!!
RépondreE ALERTE ALERTE ALERTE




Répondre