Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 09:04

Côte d'Ivoire: Les Massacres continue à Duékué avec d’autres méthodes.

À Duékoué, l’incendie du marché creuse le fossé éthnique

Marche-de-Duekue.jpg Duekue2-copie-1.JPG

        À Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, les femmes déplacées commencent progressivement à retourner au marché, qui a récemment été détruit par un incendie criminel. L’incident a cependant ranimé la crainte et le désespoir des habitants, qui tentent d’améliorer les relations interethniques à la suite des violences postélectorales des derniers mois.

Juste en face de la mission catholique où sont hébergées plus de 27 000 personnes, le marché improvisé illustre bien le fossé ethnique creusé par les violences politiques. Des femmes appartenant principalement à l’ethnie Guéré l’ont mis sur pied à la suite des récents affrontements parce qu’elles n’osaient pas s’aventurer trop loin de la mission.

Les femmes Guéré travaillaient auparavant au marché central de Duékoué aux côtés des Malinké, des Burkinabé et d’autres groupes ethniques, mais elles ne l’ont pas fait depuis les affrontements qui ont eu lieu récemment, selon des résidents de Duékoué.

« Comme nous sommes considérés comme des partisans de Laurent Gbagbo, nous sommes régulièrement victimes de harcèlement », a dit Abo Yaha Agnès, qui, avant l’incendie, venait au marché pour y vendre un plat traditionnel à base de manioc appelé « plakali ».

La plupart des Malinké et des Burkinabé soutiennent Alassane Ouattara, reconnue par la communauté internationale. « Depuis les affrontements, nous ne pouvons plus aller au marché central. Si vous êtes Guéré, vous ne pouvez pas vous éloigner de la mission catholique sans risquer qu’on vous attaque ou même qu’on vous tue ».

Abo et d’autres commerçantes ont dit que les gens commençaient progressivement à réparer leur stand et à vendre leurs produits. « Mais nous sommes nombreuses à avoir tout perdu et à devoir recommencer à zéro ». Le préfet du département de Duékoué Benjamin Effoli a fait savoir que les autorités et les groupes locaux prêteraient main forte aux femmes, mais les commerçantes ont dit n’avoir reçu aucune aide jusqu’à présent.

Compter sur les soldats des Nations Unies

Les milliers de personnes qui ont fui les villages situés aux alentours de Duékoué – des Guéré, pour la plupart – craignent d’être la cible d’attaques menées par des partisans de M. Ouattara et se méfient des nouvelles forces de sécurité.

De nombreux Guéré déplacés dans l’ouest soutiennent qu’ils faisaient uniquement confiance aux soldats des Nations Unies pour assurer leur sécurité. « Si ce n’était pas du Morbatt [le bataillon marocain basé à Duékoué], nous, les Guéré, serions tous morts », a dit Abo.

Selon Salima Mokrani, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), assurer la sécurité des Ivoiriens ne doit être qu’un rôle temporaire pour les Casques bleus des Nations Unies. « Ils ne peuvent assumer cette responsabilité qu’en attendant que des efforts plus soutenus soient engagés afin de sécuriser toutes les communautés, ce qui relève du gouvernement. Il faut absolument améliorer la cohésion sociale, en particulier dans les zones de retour, et c’est ce que nous exhortons le gouvernement à faire ».

Selon une source des Nations Unies qui ne peut être citée dans les médias, les policiers des Nations Unies enquêtent actuellement sur les causes de l’incendie. Plusieurs personnes déplacées présentes sur le site ont dit qu’elles avaient vu, peu avant 1 heure du matin, le 25 mai, des hommes armés habillés en militaires – qui appartiennent aux forces pro-ouattara – charger des produits dans des camions avant de mettre le feu au marché.

Le commandant du détachement des forces pro-ouattara de Duékoué, Koné Daouda, a nié les faits en soutenant que l’incendie n’avait pas été allumé par les FRCI.

Revers de fortune

Quelle que soit la cause de l’incendie, celui-ci a eu un impact psychologique sur les familles déplacées, a dit Fréderic de Woelmont, agent de protection du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Depuis plusieurs semaines, le HCR se prépare à déplacer une partie des réfugiés de la mission catholique, où quelque 27 500 personnes vivent actuellement entassés sur quatre hectares, sur un autre site situé à Duékoué jusqu’à ce qu’ils puissent retourner dans leurs villages.

« Un incident comme celui qui s’est produit ici est troublant ; les déplacés hésitent maintenant à quitter la mission », a dit M. de Woelmont, un représentant du HCR. « Ils se demandent : ‘Si cela peut arriver juste à côté de la mission, comment pouvons-nous être certains que nous serons en sécurité sur un nouveau site ?’ » M. de Woelmont a ajouté que le HCR redoublait d’efforts pour rassurer les déplacés quant à leur sécurité et leur faire savoir que des soldats des Nations Unies seront présents sur le nouveau site. « Nous surmonterons cet obstacle ».

En avril, lors des premières réunions destinées à organiser le déplacement sur le nouveau site, des déplacés qui ont trouvé refuge à la mission catholique ont fait part de leur inquiétude à propos de leur sécurité.

Selon des travailleurs humanitaires, la mission pourrait devenir le foyer de maladies infectieuses pendant la période des pluies, qui a déjà commencé.

D’après Douoyé Tahou Honoré, qui fait partie d’une association de familles déplacées à Duékoué, « Les gens se préparaient à rentrer chez eux ou à se rendre sur le nouveau site, mais [après l’incendie] nombre d’entre eux ont de nouveau peur ».

Oula Henri, qui appartient à une association de leaders traditionnels à Duékoué, a ajouté : « Nous commencions à avoir de l’espoir [quant à l’amélioration de la situation], mais ça nous a vraiment découragé ».

Les femmes déplacées évaluent ce qu’elles ont perdu dans l’incendie, comme le leur ont demandé les autorités locales. « Il ne me reste plus rien », a dit une mère de cinq enfants qui vendait auparavant de la nourriture au marché. « Aujourd’hui, je n’ai même pas cinq francs et j’ignore comment je vais réussir à nourrir mes enfants ».

Article : Cote d’Ivoire la vraie

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

ERZ@YAHOO.FR 07/06/2011 21:04



http://www.youtube.com/watch?v=9uWXM4QnsWU&feature=player_embedded



Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine