Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Côte d ivoire –les leçons de l’histoire : Qu'en pensez vous de cette réflexion sur la crise poste électorale ?

22 Mars 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Côte d ivoire –les leçons de l’histoire : Qu'en pensez vous de cette réflexion sur la crise poste électorale ?

 

coup detatIv

Selon plusieurs sources Angolaises et Russes, la Russie était disposée à offrir un soutien diplomatique et politique au régime Ivoirien, lui permettant d’échapper à une intervention militaire.

Entre le vendredi 3 décembre 2010, date de la proclamation de la Victoire du Président Gbagbo par le Conseil Constitutionnel Ivoirien et le Jeudi 8 décembre 2010, date du passage du Communique de Presse du Conseil de Sécurité des Nations Unies d’intenses négociations diplomatiques ont lieu entre l’équipe du Président Gbagbo et les autorités Russes ainsi qu’entre Paris et Moscou.

Moscou envoya d’ailleurs des signaux à Abidjan : à partir du Jeudi 2 décembre 2012 en bloquant le passage d’une résolution écrite par la France et reconnaissant Ouattara comme « vainqueur » de l’Election Présidentielle.

Cette position de la Russie permit au Président Gbagbo de prêter serment devant le Conseil Constitutionnel le samedi 4 décembre 2010.

Ce fut alors, la « panique » à Paris qui décida d’activer avec succès plusieurs fronts diplomatiques et obtint assez rapidement :

. La suspension de l’Etat de Côte d’Ivoire par la CEDEAO le mercredi 7 décembre 2010 et la reconnaissance de Ouattara comme « vainqueur » de l’élection présidentielle

. La reconnaissance par le Ministère des Affaires Etrangères de L’Afrique du Sud de la « victoire » d’Ouattara le jeudi 8 décembre 2010

. La suspension de la Côte d’Ivoire de l’Union Africaine, par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine et la reconnaissance par cette instance de la « victoire » de Ouattara à l’élection présidentielle.

En outre, François Fillon fut dépêché en Russie, le jeudi 8 décembre 2010 officiellement pour signer des contrats dans le domaine de l’énergie, mais en fait pour obtenir des « concessions russes » sur le dossier Ivoirien.

Parallèlement aux activités diplomatiques françaises, l’équipe du Président Gbagbo négociait avec la Direction Russe via l’Angola : un « soutien diplomatique » à New York.

Cette couverture diplomatique fut partiellement obtenue dans la mesure où les occidentaux (France et USA) qui souhaitaient le passage d’une résolution sous Chapitre 7 ont été contraints de se contenter d’un simple communiqué (sans contrainte juridique) du Conseil de Sécurité le jeudi 8 décembre 2010. Ce fut donc une « semi-victoire » diplomatique pour le Président Gbagbo.

L’abandon du soutien diplomatique Russe, serait intervenu lorsque Moscou se rendit compte que l’entourage du Président Gbagbo était extrêmement lié aux milieux politico-économiques français, et que le Président Ivoirien n’était pas disposé à rompre avec l’ancienne puissance coloniale puisqu'il croyait en la diplomatie et au bon sens des africains.

C’est d’ailleurs suite à l’abandon de la Russie que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies vota « à l’unanimité » le 19 janvier 2011 : la Résolution 1967, autorisant l’’envoi de 2000 « casques bleus » supplémentaires en Côte d’Ivoire ainsi que le transfert de trois hélicoptères d’attaques à l'ONUCI.

C’est à partir de cette date (19 janvier 2011) que la guerre a été déclarée à la Côte d’Ivoire !


Par Jean Philippe Leduc 

 

 

Gbagbo on ira jusqyu'au bout

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article