Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Côte d’Ivoire : Communiqué du DR Claude Koudou- Nous avons utilisé les sommes collectées vous pouvez vérifier

8 Août 2011 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Côte d’Ivoire : Communiqué du DR Claude Koudou-

Nous avons utilisé les sommes collectées vous pouvez vérifier

 

Dans cette période aussi trouble que confuse pour tous les Ivoiriens et les amis de la mère

patrie, dans laquelle nos parents continuent d’être en proie à des exactions, dans laquelle des

exécutions sommaires sont banalisées par le pouvoir en place de fait, dans laquelle nos leaders

sont emprisonnés de façon arbitraire, sans le moindre regard des droits humains, il me semble

qu’il faut que tous ceux qui se réclament de notre camp – celui de la démocratie et de l’Etat de

droit – s’organisent raisonnablement pour se montrer à la hauteur des enjeux.

Des allégations sont faites sur des réseaux sociaux pour prêter des intentions à certains d’entre

nous ou pour dénigrer d’autres si ce n’est que ces différentes attaques visent les mêmes

individus. Je me suis demandé s’il fallait répondre à des attaques sans fondement mais ayant

le seul but de nuire à des personnes qu’on n’arrive pas à combattre sur le plan des idées.

Après, il faut dire que si les comptes d’activités ne doivent être faits qu’aux membres du

Conseil d’administration d’une association et à terme aux as sociétaires, il m’a semblé

judicieux - non pour nourrir une polémique qui n’a pas lieu d’être - mais pour éclairer sur la

base de faits, ceux que l’on voudrait instrumentaliser.

D’abord, il importe de rappeler que :

- C’est depuis 1989 que je milite à gauche et lutte auprès de Laurent Gbagbo pour la

quête de la démocratie et je n’ai pas attendu qu’il accède au pouvoir pour l’approcher ;

- je suis le premier des Ivoiriens vivant en Occident qui me suit rendu auprès de

compatriotes exilés. Je tairai volontairement la date et le pays ;

- je suis de ceux qui initient des rencontres pour faire converger des vues de ceux qui

ont des nuances d’approche dans la défense de la démocratie et de la souveraineté de

la Côte d’Ivoire et de celle de l’Afrique.

Je n’ai jamais revendiqué quoi que ce soit encore moins une récompense. Le combat que je

mène s’inspire d’une conviction inébranlable. Ceci était pour un préalable.

A mon retour de mon séjour auprès d’amis, de camarades et de compatriotes exilés, nous

avons organisé une première collecte de dons numéraires le 13 mai 2011. La levée de fonds

de cette soirée a réuni 3779,50 € + 856,69 € (hors collecte soit en cotisation exceptionnelle

lors de réunion). Soit un total de 4715,69 €.

- 2500 € ont été destinés à des exilés. L’accusé de réception et le destinataire (dont je

tairai publiquement le nom tout de même vérifiable) sont disponibles. Et 800 € ont été

payés pour la salle. Sur les 1415,69 € restants, nous avons payé 1000 €, la salle du 10

juin (2ème collecte).

A ce stade, il faut dire que lors de manifestations publiques (rassemblements, marches, …)

qui ont suivi, des responsables d’associations ont lancé un appel au public pour dire de ne plus

se cotiser. Dont acte !

La deuxième levée de fonds – du 10 juin – a réuni 2100 € dont 132 € de vente de livres. Il

reste donc 415,69 € + 1968 € soit 2383,69 €.

- 800 € ont été payés pour la salle pour la salle de la troisième collecte.

La troisième collecte a réuni 1061.30 € dont 650 € pour la vente de bougies. Il faut noter que

l’organisation des soirées de collecte appelle (quand il n’y a pas de fonds de base) la

contribution de particuliers – avances – (pour des achats ; …) ; il faudra en tenir compte.

Nous avons remis 50 € au DJ. Pour ce qui concerne les bougies, le financement provient aussi

de prêts.

- 500 € ont été remis à un de nos compatriotes (victimes de guerre) dont le nom et le

contact sont disponibles. Chacun pourra faire les calculs et nous nous tenons à

disposition pour évoquer d’autres détails en cas de besoin. Vous remarquerez que les

frais de salle s’élèvent à 2600 € (800 + 1000 + 800).

En tout état de cause, les comptes sont disponibles et peuvent être épluchés par tous ceux qui

le voudraient. Dans un souci de transparence, nous avons toujours annoncé le montant des

fonds collectés à la fin des soirées. Après avoir décliné les éléments plus haut, il me semble

important d’indiquer qu’il est malsain d’entretenir des équivoques. Car si l’on veut aller au

bout de la logique, il n’y a pas eu que trois levées de fonds sur la place de Paris ou autres.

Je rappelle que mes fonctions m’assurent un salaire régulier. Je n’ai jamais rien reçu ni auprès

d’ambassades ni auprès d’associations amies.

Pour finir, il faut dire que l’ONG « Effort humanitaire », en mettant en place la vente de

bougies voudrait avoir plus de moyens pour aider ceux qui en ont besoin à cause de guerre à

nous menée. Et Dieu seul sait qu’ils sont nombreux. Je dois ajouter que les aides de la part des

pays hôtes de nos amis exilés commencent à se raréfier à cause de la pression de la coalition

déstabilisatrice. C’est le lieu de dire que tous ceux qui prêtent des intentions autres que

l’objectif visé par l’ONG « Effort humanitaire », sont les seuls responsables de leurs propos.

Enfin, il faut noter que autant Facebook, autres réseaux sociaux – et sites internet – peuvent

être de bons espaces de rencontres et de mutualisation d’expériences et/ou de compétences,

autant ils ne me semblent pas être les lieux indiqués pour des débats qui doivent avoir un

caractère privé.

Il faudrait au plus vite comprendre que vu les enjeux et la taille du travail à accomplir, la

culture du nombrilisme et de l’égocentrisme est un danger pour la collectivité. Chacun devra

se dépasser voire se surpasser pour que nous travaillions ensemble sur une plate-forme

minimale. Cela s’appelle tirer les leçons de ce qui nous a amenés là où nous sommes.

Fait à Paris, le 5 Août 2011

Dr Claude KOUDOU

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article