Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Côte d'ivoire: Communiqué du CDR-CI sur l’apatridie, le foncier rural et l’acquisition de la nationalité ivoirienne

30 Août 2013 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Côte d'ivoire: Communiqué du CDR-CI sur l’apatridie, le foncier rural et l’acquisition de la nationalité ivoirienne

photo60


Le vendredi 23 août 2013, l’Assemblée nationale ivoirienne a adopté les lois sur le foncier rural, l’apatridie et l’acquisition de la nationalité ivoirienne. Le CDR-CI (Conseil de la Diaspora pour la Restauration de la Démocratie et la Défense des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire) voudrait ici exprimer sa préoccupation et son inquiétude devant une telle démarche.

Le CDR-CI observe par la même occasion que la méthode utilisée, par son expression cavalière, précipitée et exclusive est pour le moins arrogante pour plusieurs raisons dont les principales sont énoncées comme suit :

-         La Côte d’Ivoire se trouve dans une période de turbulence aigüe ;

-         L’Assemblée nationale actuelle est monocolore (RHDP) et n’est pas représentative de la sociologie du peuple ivoirien – les modalités d’élections des députés étant connue de tous – ;

-         Les lois votées bradent l’âme du peuple ivoirien ;

-         La dissidence prononcée dans les rangs des députés RHDP est sérieuse à en croire le nombre réel de députés hostiles à ces lois ;

-         De telles lois doivent s’inscrire dans une consultation du peuple par référendum …

Face aux éléments énoncés ci-dessus, le CDR-CI émet des craintes que des lois de ce type soient votées pour des fins électoralistes parce qu’il n’en voit pas l’urgence. 

Nous constatons que la « crise » très grave qui frappe le pays a pris ses sources dans des choix maladroits d’acteurs politiques. Aussi, en votant des lois dans les conditions que nous dénonçons, le RDR et ses alliés du RHDP cultivent-ils des artifices de bombes qui peuvent exploser à terme. Mais il faut également craindre que ces lois soient, pour le court et moyen terme un explosif de nature à diviser davantage la société ivoirienne.

Nous disons que dans aucun pays au monde, des lois sur les sujets évoqués ne sont pris à la légère. Par ailleurs, lorsque monsieur Ouattara procède à des libérations de prisonniers politiques, nous pensions qu’il allait dans le sens de l’apaisement. Nous disons que le chef de l’Etat ivoirien doit résolument rester dans la voie de la décrispation qu’il explore et que cet aspect qui peut fortement contribuer à la normalisation du paysage socio-politique en Côte d’Ivoire ne soit pas une option.

C’est pourquoi, pour que le peuple ivoirien puisse recouvrer sa quiétude et la paix, nous demandons au chef de l’Etat ivoirien :

-         De s’inscrire irréversiblement dans la voie de la réconciliation nationale ;

-         D’arrêter de prendre les prisonniers « pro-Gbagbo » - encore en détention -, comme des otages à libérer au « compte-gouttes » ;

-         De renoncer à naturaliser des personnes par des méthodes pour le moins controversées voire contestables, qui plus est lorsque les requérants ne font pas de déclaration ;

-         Qu’il crée les conditions pour que notre pays devienne un Etat de droit…

Etant complètement partie prenante de la société ivoirienne nonobstant son éloignement géographique, le CDR-CI voudrait ici attirer l’attention des différents acteurs et/ou décideurs en Côte d’Ivoire, qu’il sera attentif aux choix faits sur les différents sujets du pays et donnera la position de la Diaspora sur les sujets majeurs pour le devenir notre pays.

C’est le lieu d’inviter le gouvernement ivoirien à intégrer profondément l’ampleur de la crise qui met les populations innocentes en proie à des souffrances inutiles et dans un état de paupérisation très douloureux.

Le CDR-CI exhorte le pouvoir ivoirien à apprécier la situation ivoirienne à juste titre et dans toutes ses dimensions pour procéder à la libération rapide des prisonniers politiques qui, croupissant dans les geôles du pouvoir, sont inutilement privés de liberté.

Nous rappelons que Laurent Gbagbo a toujours travaillé dans le sens du consensus dans ses choix politiques. Sa connaissance du pays et le don qu’il a de savoir parler aux Ivoiriens doivent en faire un allié objectif de monsieur Ouattara, pour la réconciliation nationale.

C’est pourquoi il faut libérer Laurent Gbagbo contre la propagande éhontée de fanatiques qui ne savent rien de plus qu’altérer la vérité.

Enfin, le CDR-CI en appelle à la mobilisation de tous, pour contraindre le pouvoir ivoirien à reconsidérer son mode de gouvernance qui souffre d’une grave incurie démocratique patente.

Fait à Paris, le 27 Août 2013

                                                                                Pour le CDR-CI, le Porte-parole

                                                                                Claude KOUDOU

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article