Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

CAMEROUN : TENTATIVES D’ASSASSINAT D’UN DEFENSSEUR DES DROITS DE L’HOMME APRES LE PASSAGE DU CHEF DE L’ETAT DANS L’EXTREME NORD.

1 Octobre 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

CAMEROUN : TENTATIVES D’ASSASSINAT D’UN DEFENSSEUR DES DROITS DE L’HOMME APRES LE PASSAGE DU CHEF DE L’ETAT DANS L’EXTREME NORD.

                                     Balance                      

         

           Douala, le 28 Septembre  2012 : Tentatives d’assassinat de Monsieur ABADI DJAOUSSA, membre de l’Association Camerounaise des Droits de l’Homme basée à Kousseri,  Région de l’Extrême Nord du Cameroun. Les faits : Un espace de terre qui appartenait antérieurement à la Communauté Koloko, a été libéré et rétrocédé à la dite Communauté par la Société de Développement de la Riziculture de Yagoua (SEMRY) qui l’exploitait.

Pour la gestion de cet espace et la résolution des conflits qui surviendraient, une Cellule de Protection du Patrimoine(CPP)  a été mise sur pied, Monsieur Abadi Djaoussa en est membre.
Pour faire main basse sur cette propriété, un groupe de notable à la solde du Chef Traditionnel  le Sultan Mahamat dit(Coplan) a créé une dissension au sein de la Cellule de Protection du Patrimoine(CPP).

Les Autorités Administratives ont été sollicitées Pour une conciliation  et ont prévue une descente sur les lieux le 11 Septembre 2012 ; pour des raisons non élucidées, cette descente des Autorités Administratives a été renvoyée sine die.

Par contre le 10 septembre 2012, un groupe de villageois conduit par les notables du chef a tenté de faire lotir le terrain querellé à son profit ; Informé, Monsieur Abadi Djaoussa s’est rendu sur les lieux, et sa présence à déjouer les plans de ses adversaires.

En guise de représailles, les fils du Chef traditionnel, le Sultan Mahamat Abdel Manou dit (Coplan) armés de gourdins, couteaux, machettes et épées, se sont rendus chez Monsieur Abadi DJaoussa l’ont battu, l’ont traîné sur le sol sur une distance de près d’un kilomètre, inconscient, ils l’ont séquestré au Sultanat. Même les éléments du Bataillon d’Intervention Rapide(BIR) venus à la rescousse de Monsieur Abadi Djaoussa n’ont pas pu le libére.
C’est grâce à l’intervention du Sous-préfet qu’il a été libéré et conduit à l’hôpital pour des soins intensifs.

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

  Est préoccupé par la situation de non droit qui règne dans cette partie du Cameroun et le climat d’insécurité entretenu par les Autorités traditionnelles sous le regard des Autorités Administratives ;

  Attire l’attention des Autorités Camerounaises sur la braderie des terres des populations Autochtones  qui pourraient se transformer en conflit ;

  - s’insurge contre la violence érigée en mode de résolution des conflits dans cette partie du Cameroun ;

  Demande aux Autorités Camerounaises d’ouvrir une enquête pour tentative d’assassinat de monsieur Abadi  Djaoussa afin que  les coupables soient punis.

A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples :
- D’exiger du gouvernement Camerounais le respect de ses engagements concernant la protection des défenseurs des droits de l’homme tel que stipulés dans les Déclarations de Kigali et de Grand Baie ;
- De soutenir le plaidoyer pour la protection des défenseurs des droits humains en exigeant des Etats Africains de s’engager publiquement et fermement à prendre des mesures pour la protection effective des droits de l’homme ;

Au Conseil des Droits de L’homme de l’ONU

- De demander aux autorités de la République du Cameroun de garantir la protection des défenseurs des droits de l’homme sur son territoire
- De se conformer aux dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des droits de l’Homme adoptée en 1998 ;
- De demander aux Etats de l’Afrique Centrale de s’engager publiquement à inclure dans leurs législations des dispositions pour la protection des défenseurs des droits de l’homme.

Pour toutes actions urgentes, veuillez contacter :
Premier Ministre : Philémon YANG :
Tél. : (+237) 22 23 92 54 / 22 23 57 60 / 22 23 57 50 / 22 21 00 42
Fax : (+237) 22 23 57 65

Ministre Délégué à la Présidence de la République, chargé de la Défense : Edgar Alain MEBE NGO’O
Tél. :  + 237 22 22 15 24.
 Fax + 237 22 23 59 71

Vice-premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Laurent ESSO
Tél. : (+237) 22 23 55 56 
Fax : (+237) 22 23 55 59

Secrétaire Général de la Présidence de la République : Ferdinand NGOH NGOH
Tél.  (+237)  22 20 04 55. 
Fax : (+237) 22 22 08 70

Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation : SADI René Emmanuel 
Tél. : (+237) 22 23 10 56
Fax : (+237) 22 22 63 32

Délégué Général à la Sûreté Nationale : Martin MBARGA NGUELE
Tél. :  (+237) 22 20 30 93 / 22 20 22 80
Fax : (+237) 22 21 00 69

Cameroun-Région du Littoral-Ville de Douala-Ancienne Rue Makumba-Immeuble Lux Optique 2e Etage- Face Auto Ecole Jojo
N° de récépissé : 6321/2010/RDDA/C19/BAPP
Statut d’Observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples(CADHP)
 B.P. 2863 Douala-Cameroun –Tél.B. : 00237 33 42 64 04 – Mob. : 00237 96080273
Email: 
redhac.executifddhafricentrale@gmail.com  - Site Web: www.Redhac.org

© Correspondance : REDHAC

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article