Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

CAMEROUN : NON A LA HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT ET DESOBEISSANCE A TOUT ORDRE DE REPRESSION !

20 Août 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

CAMEROUN : NON A LA HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT ET DESOBEISSANCE A TOUT ORDRE DE REPRESSION !

solar.png

 

Le gouvernement corrompu et antisocial de M. Paul Biya et du RDPC veut augmenter le prix du carburant à la pompe alors que la pauvreté ambiante est croissante. Entre la Société nationale de raffinage (Sonara) et les stations-service, les produits pétroliers sont frappés de 22 taxes au total depuis mars 2011. Selon la structure des prix du mois de mars 2011, on constate que le litre de Super, à l'intérieur de la Sonara, coûte 335,27 Fcfa, le pétrole lampant 380,62 Fcfa, et le gasoil 372,08Fcfa.

 Aussitôt le produit franchit le portail de l’usine, il lui est infligé plusieurs postes d’imposition (la Tva sur le cabotage, les redevances portuaires, les droits de douane, la Tva, l'ajustement économique, l'entretien des cuves de la Scdp, le stockage des produits pétroliers, la Tva sur le passage dépôt, un fonds de lutte contre la fraude, la location des installations portuaires, et sa Tva, le coût additionnel du transport ou la péréquation transport, les frais généraux, les frais financiers ; les taxes liées au coulage, au bénéfice, à l'amortissement et à l'entretien, à la livraison ville et à la Tva sur la livraison ville ; la taxe sur distribution et la marge revendeur).

 L'impôt le plus élevé dans ce labyrinthe de taxes est la taxe spéciale imposée par l'Etat. Cet impôt discrétionnaire, à lui seul, s’élève en mars 2011 à 120 Fcfa pour le litre de super, et 65 Fcfa pour le gasoil.

C’est sur cette batterie de taxes qu’il faut agir en regardant particulièrement vers la taxe spéciale imposée par l’Etat qui, sur les 569 Fcfa du litre du super, coûte à elle seule 120 Fcfa (mars 2011).

Les Camerounais sont exténués par le coût très élevé des produits de consommation, conséquence du coût du carburant à la pompe. Le soulèvement de Février 2008, qui s’est accompagné de plus de 150 morts et des dizaines de prisonniers, sont encore vivaces dans nos mémoires pour que le gouvernement de Paul Biya et du RDPC n’osent plus provoquer les populations qui souffrent de pauvreté aggravée.

D’après l’Institut national de la statistique (INS), seules 582 319 personnes ont un emploi salarié sur une population active de 13 millions. Globalement, cette faible capacité d'absorption des entreprises et de l’Etat au Cameroun, est révélatrice de la fragilité du secteur moderne et de son incapacité à créer des emplois salariés décents pour la majorité de la population active qui trouve finalement refuge dans le secteur informel en exerçant des activités précaires et dégradantes. Avec ces statistiques des plus ridicules, il est quasi impossible de prétendre à l'émergence, même à l'horizon 2055. Dans ces conditions, il sera difficile de sortir du gouffre tant qu'il n'y aura pas un nombre important de personnes pouvant consommer. Or, le sous-emploi, le mal le plus enraciné au Cameroun, est estimé à un taux global de 71,5%.

Qui va consommer ce carburant ? Effectivement, l’état actuel de la situation nationale ne préoccupe jamais le RDPC et ses élites pilleuses des richesses nationales. Tradex, société de vente du carburant, appartenant à Mme Chantal Biya, a fait 98 milliards FCFA de chiffre d’affaires en 2010. Les généraux et officiers supérieurs se sont enrichis par le commerce du carburant. Le ministère de la Défense et la Délégation générale à la Sûreté nationale (Dgsn) sont parmi les plus gros consommateurs de carburant au sein du gouvernement. En effet, d’après le document portant prévision des recettes budgétaires de l’exercice 2012, l’Etat du Cameroun compte dépenser environ 26 milliards 521 millions Fcfa pour le carburant, soit une dépense journalière d’environ 73 millions de Fcfa,

 

Source : tam tam plus

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


De toutes les façons le peuple est conscient que ni le président Biya ni le gouvernement ne fera de mal au peuple et il sait que tout ce que le gouvernement fait est pour l’intérêt de ce peuple
et s’il ya hausse c’est tout simplement pour permettre à l’Etat de continuer de répondre à toutes les sollicitations venant du peuple, une seule chose pour chaque citoyen est de rester calme et
de soutenir les actions du gouvernement tourné à construire et non à détruire. Que le peuple ne cède pas aux appels de ceux qui veulent profiter de la situation pour détruire ce que le président
Paul Biya ne cesse de construire.
Répondre