Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Cameroun : Mr Paul Biya, une chose promise est une chose due. Maintenant que vous êtes de retour au pays, nous voulons le bilan de vos Ministres.

11 Septembre 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Cameroun : Mr Paul Biya, une chose promise est une chose due. Maintenant que vous êtes de retour au pays, nous voulons le bilan de vos Ministres.

 

Mathias Eric Nguini Owona (politologue): «C'est l'ensemble de la gouvernance régime Biya, qui doit être évaluée»

 

Mathias Owona Nguini

Que pensez-vous de l’évaluation attendue de la feuille de route des ministres et de la publicité faite autour de cette affaire ?

L'idée d'évaluer les membres du gouvernement n'est pas en soi une idée particulièrement neuve, mais même si cela n'est pas originale, une telle initiative a le mérite de rentrer dans les exigences d'un management sérieux qui requiert d'apprécier le niveau de compétence et de performance des acteurs composant une équipe (ici le gouvernement) devant mettre en œuvre avec cohérence, consistance et pertinence, un ensemble d'activités ressortissant de la gestion gouvernementale des affaires publiques. Bien entendu, cette activité d'évaluation doit permettre de dresser un bilan en partie double (actifs-passifs) de l'action des membres du gouvernement, action appréciée ici à partir de la fiabilité du cadrage que constitue la feuille de route ou ‘roadmap’ de chaque département ministériel.


Avec cette approche managériale, la fonction de ministre ne perd-elle pas en crédibilité ?

Le cadre du Conseil des ministres comme instance régulière de contrôle et de suivi hebdomadaire de l'action des membres du gouvernement est le cadre le plus approprié d'évaluation de l'efficacité mais aussi de la légitimité de ceux qui occupent ces hautes charges publiques. Malheureusement, le management gouvernant camerounais marqué par le souci d'affirmer et d'assurer l'emprise du prince présidentiel sur la gouvernance des ministres a complètement réduit à néant cette instance de délibération mais aussi d'évaluation. Les ministres ne peuvent qu'être fragilisés par de telles pratiques qui tendent à les réduire en simples servants du César-Président qui peut même demander au grand intendant ministériel gérant la « maison du président », de jouer au « garde-chiourmes » en tançant les ministres pour le compte du président et en lieu et place de ce dernier posé en grand maître insondable et impénétrable de l'Etat.


Dans cette foulée, n’est-il pas urgent d’évaluer la gouvernance du Renouveau ?

En fait, dans un système étatique sérieux et moderne, l’évaluation des structures de l'exécutif ne concerne pas seulement les membres du gouvernement, elle s'étend aussi au Premier ministre et ne peut être complète si l'action gouvernante n'est pas évaluée au niveau du président de la République lui-même. En conséquence de cela, il apparaît que c'est l'ensemble de la gouvernance du Renouveau national, c’est-à-dire du régime Biya, qui doit être évaluée, cela devant aller bien au-delà d'une auto-évaluation gouvernementale ou même présidentielle. Ici, les autres pouvoirs constitutionnels (le législatif et le judiciaire) doivent jouer leur rôle pour que la séparation des pouvoirs ne soit pas un vain mot. Les citoyens et la société civile sont aussi appelés à évaluer l'action gouvernementale et présidentielle en usant du contrôle citoyen ou de l'interpellation républicaine.

Propos recueillis par Edking

Source : Cameroun info

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> Le président a toujours réalisé toutes ses promesses, et c’est d’ailleurs ce qui fait non seulement son choix politique de la part du peuple mais aussi son grand charme doublé d’un grand sens de<br /> patriotisme et de vertu. Cessez de vouloir vous presser dans des réactions inutiles qui ne servent à rien<br />
Répondre