Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:42

Cameroun : Lorsque pour des raisons électoralistes un état accepte le dictat d’un tyran régional. La Chefferie traditionnelle du Tyran Lamido Aboubakary Abdoulaye  un état dans l’état.

Lamido-Aboubakary-Abdoulaye.jpg

 

Les exactions du Touboro: Quand un Etat capitule devant une chefferie traditionnelle

 

Une fois encore le sang a coulé le 10 janvier 2013 en fin de journée à Mbang-Rey, une localité du département de Mayo-Rey, entre la milice du lamido Aboubakary Abdoulaye et les populations de l’arrondissement de Touboro qui n’acceptent plus la tyranie du monarque de Mayo-Rey. Bilan : 4 morts, de nombreux blessés et pertes matérielles.

Une fois encore le sang a coulé le 10 janvier 2013 en fin de journée à Mbang-Rey, une localité du département de Mayo-Rey, entre la milice du lamido Aboubakary Abdoulaye et les populations de l’arrondissement de Touboro qui n’acceptent plus la tyranie du monarque de Mayo-Rey. Bilan : 4 morts, de nombreux blessés et pertes matérielles.

En effet, depuis plus de 20 ans, notamment avec l’avènement de la démocratie, les populations de certaines localités du département de Mayo-Rey ne supportent plus la tyrannie et les abus du pouvoir des chefs traditionnels de l’arrondissement de Rey-Bouba. Des correspondances dans ce sens ont été adressées aussi bien au président de la République qu’au Premier ministre. La dernière est du « Collectif des jeunes de Touboro pour le développement ». Elle date du 13 février 2013.

Le Collectif des jeunes de Touboro pour le développement « pointe un doigt accusateur sur l’Etat du Cameroun qui est le principal responsable dans tout ce que les populations subissent comme abus et exactions de la part de la dynastie de Rey-Bouba dans le Mayo-Rey. Le collectif condamne avec la dernière énergie les évènements du 10 janvier 2013 de Mbang-Rey, Mamoudou Iya, aujourd’hui arbitrairement embastillé à Tcholliré en compagnie d’une cinquantaine de personnes à l’instigation du Lamido de Rey Bouba, alors-même que ce sont bien eux qui ont été les victimes des agressions du Lamido et de ses hommes. Nous en appelons à votre implication personnelle dans la résolution juste et définitive de ce conflit qui crée une instabilité permanente dans cette partie du pays ».
Ces jeunes ne font plus confiance aux autorités administratives et du maintien de l’ordre délibérément et ostensiblement inféodées à leur « bourreau », le lamido de Rey Bouba. Dans la conduite des enquêtes consécutives aux tristes évènements de janvier 2010, ils dénoncent « les nombreuses irrégularités perpétrées par le capitaine Mimbolo Brice, commandant de la compagnie de gendarmerie de Touboro. Cette enquête est à tête chercheuse et en violation flagrante de la lettre et même de l’esprit du code de procédure pénale. On ne peut pas vouloir la vérité dans une situation comme celle-ci où il y a eu bain de sang et mort d’hommes, en laissant libre les commanditaires et même les meneurs connus de tous ; cela est inadmissible. C’est un échec ; raison pour laquelle, nous sollicitons vivement qu’une enquête impartiale, objective et transparente soit diligentée et instruite par des personnalités indépendantes désignées par vos soins, afin que la vérité et les responsabilités des uns et des autres soient établies ».

Pour ce faire, le Collectif rassure le chef du gouverneement de son entière disponibilité à l’effet d’apporter à toutes fins utiles ses observations, témoignages et suggestions pour la manifestation de la vérité.
Légalité ou clientélisme ?

Le souhait des habitants de Touboro est de voir le gouvernement circonscrire l’autorité traditionnelle du lamido de Rey-Bouba dans son arrondissement comme le stipule clairement l’arrêté N°128 du 04 juillet 2007, signé du Premier ministre d’alors, Inoni Ephraïm, portant homologation de la désignation de M. Boubakary Abdoulaye comme chef de premier degré de l’arrondissement de Rey-Bouba. Pour appuyer leur revendication, le Collectif des jeunes de Touboro fait valoir les trois principes suivants:

Primo : « interpretatio cassât in claris » est une expression latine qui veut tout simplement dire que, chaque fois que la loi est claire, l’interprétation cesse, et bien lorsqu’une loi est claire, on doit normalement l’appliquer sans état d’âme.

Secundo : « le privilège du préalable » est un principe du droit administratif et est d’ordre public ; c’est-à-dire accepter l’application d’une décision de l’administration d’abord, et contester après.

Tercio : « l’autorité de la chose décidée » qui est une donnée ou mieux le principe selon lequel toute mesure ou décision prise par l’administration est opportune et comme telle ; doit par conséquent être appliquée et acceptée par les destinataires. Autrement dit, l’application d’une mesure ou décision de l’administration est la conséquence logique de ce principe cher à l’administration sans lequel celle-ci serait dénuée de ses prérogatives de puissance technique.

Pour les jeunes de Touboro pour le développement ce qui se passe dans l’arrondissement de Touboro, voire dans tout le département du Mayo-Rey ressemble à un tison duquel partirait l’étincelle qui deviendra un brasier « il appartient donc à l’Etat, seul garant de l’ordre et de la sécurité, de désamorcer cette bombe. Nous réclamons juste l’application de l’arrêté libérateur des populations du Mayo-Rey et rien d’autre. Nous souhaitons vivement que l’arrêté du 04 juillet 2007 soit appliqué dans toute sa plénitude et ce sera justice », écrivent-il au chef du gouvernement. Une correspondance de plus qui vient s’ajouter à la pile de celles qui dorment sans suite dans les tiroirs du président de la République depuis des années… Qui ignore toutes les tribulations et agressions endurées par le député Nana Koulagna contraint de vivre en exil à l’hôtel des députés à Yaoundé parce que déclaré persona non grata dans sa circonscription électorale par le lamido Moustapha Abdoulaye, le père de l’actuel monarque. Il faut dire que cette dynastie a sa garde prétorienne (les dogaris), sa justice, ses prisons et prélève un impôt de capitation sur la population. Tout cela se passe sous le nez et à la barbe des autorités administratives. Le comble du ridicule c’est quand on a vu le préfet du Mayo-Rey, dans sa tenue de « commandement » de couleur kaki à genou devant le lamido, en présence du ministre de l’administration et de la décentralisation d’alors, Marafa Hamidou Yaya. Preuve que l’Etat a capitulé devant ce monarque tropical de droit divin.

 

Par Jacques Doo Bell

Source : Le Messager 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine