Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 17:47

Cameroun : Les promesses démagogiques de Paul Biya aux jeunes.

Paul Biya

 

 

Fête de la jeunesse: Les promesses démagogiques de Paul Biya aux jeunes. 200.000 emplois en 2013 dans le secteur formel. Organisation de la profession de mototaximan.

 

 

Discours de paul Biya: Le président de la République redoute la jeunesse

Le discours du chef de l’Etat aux jeunes diffusé le 10 février dernier, est fait d’annonces fortes, mais surtout de crainte d’une insurrection des jeunes face au chômage et à la pauvreté dont la jeunesse camerounaise est la principale victime.

Lundi 11 février 2013, le marché central de Yaoundé grouillait de monde comme d’habitude. Tout comme l’avenue est restée plus encombrée que jamais de commerçants ambulants. Tous ces jeunes dont l’âge varie entre 16 et 40 ans, qui s’adonnent au quotidien à ces activités du secteur informel et qui se considèrent pour la plupart comme des exclus de notre société, n’ont pas quitté « leur poste de travail », ce jour où la nation toute entière leur consacre pourtant une fête. Pour la plupart de ces jeunes dont Manga Emmanuel, âgé de 32 ans, diplômé de l’enseignement supérieur depuis près de dix ans et qui vend de l’eau glacée au marché central « la fête nationale de la jeunesse n’a pas de sens pour des gens comme moi, que si on me donne les moyens de mieux gagner ma vie ». A la question de savoir s’il a suivi le discours du chef de l’Etat, il affirme comme beaucoup d’autres jeunes rencontrés hier au marché central, que « ce n’était pas possible de suivre le président. Nous avions le cœur à la finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce qui fait qu’il n’était pas possible de le suivre de manière sereine quelle que soit la bonne volonté. » Et de poursuivre : « En réalité, il (le président) semble assez loin de nous. Au cours d’une fête comme celle-là, ce qui est important ce n’est plus le traditionnel discours. Il faut des actes. Par exemple, pourquoi le président ne prendrait-il pas le temps de déjeuner avec une bonne franche de représentants d’associations des jeunes que lui-même aura choisis. Cela montrerait qu’il peut causer et échanger avec les jeunes. Au lieu de nous faire à chaque fois un discours à la télé. »


Précarité tous azimuts

Parions que la plupart des jeunes du Cameroun, ceux-là qui ont entre 16 et 30 ans, et qui constituent l’avenir des 30 prochaines années, n’ont pas pris le temps d’écouter le président de la République en cette fin d’après-midi du 10 février 2013. Signe des temps en cette ambiance peut-être de fin de règne, Paul Biya a cassé un mythe, en laissant non seulement son discours à la jeunesse camerounaise de cette année être diffusé non plus dans le traditionnel 20h pour cause d’actualité sportive, mais aussi en laissant désormais savoir que ce n’est plus le direct dans les médias publics. Le chef de l’Etat commence son propos en stigmatisant la fracture sociale qui existe entre la jeunesse qu’il a qualifié d’ « encadrée », c’est celle qui a le privilège d’être scolarisée, et la jeunesse des « exclus », celle-là qui par manque de scolarisation se débrouille chaque jour pour survivre. Aux jeunes qui sont« encadrés », Paul Biya rappelle que « plus de 15% du budget global » est consacré à la construction des établissements scolaires et que des enseignants ont été recrutés « et la gratuité appliquée dans le primaire ». Pour cela le chef de l’Etat estime que « ces jeunes doivent être conscients des efforts qui sont faits pour eux par la communauté nationale et l’obligation de réussite qui en découle. »


Clin d’œil aux enseignants

Mais alors, à quoi bon aller à l’école et se contraindre à cette obligation de réussite si comme dit Paul Biya lui-même : « la possession d’un diplôme ne garantit toujours pas l’accès à l’emploi » ? Réponse du chef de l’Etat : « L’Etat intervient dans toute la mesure du possible en intégrant un grand nombre de jeunes dans la fonction publique et dans les services de sécurité ». (Sic) Le chef de l’Etat leur promet même en 2013, 200 000 emplois dans le secteur formel. Maintenant pour ce qui est des jeunes qui ne vont pas à l’école, ou « ceux qui sont prématurément sortis du système scolaire et aux diplômés qui n’ont pas encore trouvé d’emplois et qui désespèrent d’en trouver »,Paul Biya fait une recommandation : surtout ne verser pas dans la délinquance à cause du vagabondage et l’oisiveté. Mais à ceux qui osent travailler dans des métiers de précarité tels que les pousseurs, les chargeurs, les tâcherons dans les chantiers, conducteurs de motos-taxis et peuvent en vouloir à la société, le président de la République du Cameroun redoute « qu’ils soient tentés par la fronde. Mais là ne serait pas la bonne réponse, l’expérience montrant que celle-ci aggrave les problèmes sans apporter de solution. »

Rendu à sa 80è année de vie terrestre, et après 30 ans de pouvoir absolu à la tête du Cameroun, Paul Biya comprend enfin qu’ « il serait paradoxal qu’au Cameroun, on ne donne pas à la fonction enseignante la place qui lui revient…». Sûr que les syndicalistes du secteur de l’éducation vont sourire face à ce qui peut être considéré comme une vraie démagogie. Combien de fois ceux-ci se sont plaints du mauvais traitement dont ils font l’objet, sans que le chef de l’Etat n’ait cru nécessaire de les rencontrer en personne ? La vérité de ce discours à la jeunesse du Cameroun est que le président Paul Biya redoute les jeunes qui, face à la précarité, sont capable de tout. Il n’a pas oublié ce qui s’est passé en fin février 2008, avec les émeutes de la faim et du mal vivre dont les jeunes Camerounais étaient les principaux acteurs. C’est pourquoi, le chef de l’Etat, à 80 ans bien sonnés, se plie en deux : « je vous exhorte, vous jeunes, à adopter un comportement moral exemplaire et responsable. » Et de poursuivre en s’adressant aux parents : « j’invite vos parents à assumer leurs responsabilités et à vous conduire dans cette voie. Le civisme, on ne le dira jamais assez, est le fondement de toute société ».

Au final que valent ces leçons de morales face à des jeunes dont le plus grand nombre au Cameroun vivent dans la précarité et ont faim au quotidien ?

Jean François CHANNON



Adresse: Paul Biya «insulte» les jeunes

Comme à chaque fête de la jeunesse depuis trente ans, le président de la République s’est adressé à la jeunesse camerounaise, dans un discours préenregistré et diffusé sur les antennes de la Crtv, dimanche 10 février 2013, une heure avant la finale de Coupe d’Afrique des nations de football qui se jouait en Afrique du Sud.

Le discours du chef de l’Etat n’a pas fondamentalement changé, en ce sens que, comme d’habitude, Paul Biya n’arrive pas à trouver des solutions concrètes aux nombreux problèmes des jeunes. Bien au contraire, le locataire d’Etoudi est allé cette fois-ci un peu plus loin en « insultant » carrément sa jeunesse. Notamment sur son peu de civisme et la dégradation des valeurs morales. « Je voudrais enfin aborder un sujet qui me tient à cœur (…) Le niveau de moralité de notre jeunesse se dégrade. Il suffit de lire la rubrique des faits divers dans la presse pour s’en rendre compte… », constate le président de la République. Dans un bar à Yaoundé, où les téléspectateurs attendaient le démarrage de la finale de la Can, c’est un tollé général au sein de la couche sociale concernée. « Comment peut-il dire cela ? Est-ce que ce n’est pas à cause de lui et de ses petits copains que les jeunes se sentent délaissés à eux-mêmes et sont contraints à faire des choses immorales, voire amorales », fulmine un jeune étudiant.

Les réactions sont vives. Ce d’autant plus que dans la majorité de son discours, le prince d’Etoudi n’a rien dit de concret quant à l’avenir de la jeunesse. Bien au contraire. Et même s’il reconnaît que le comportement de « quelques jeunes » est le reflet de la société, il estime que cela n’est pas une bonne excuse. « En effet, même si nous parvenons à relever le niveau de vie de notre population, même si nous assurons le fonctionnement de nos institutions démocratiques, même si nous maintenons la paix et la stabilité dans notre pays, la société apaisée et prospère que nous voulons construire sera minée de l’intérieur si ces avancées ne sont pas accompagnées par un progrès de la moralité publique »,prévient-il. Ainsi, le président de la République, comme le laisseront entendre plus tard ses griots, attend que les jeunes prennent leurs responsabilités et reviennent aux valeurs de moralisation, d’éthique, de civisme, etc. Quoi qu’il en soit, il est clair pour plusieurs jeunes rencontrés à Yaoundé le matin du 11 février que la jeunesse attend du président, non pas des remontrances, mais plutôt des solutions concrètes à ses problèmes.

Alain NOAH AWANA


Réactions des leaders politiques et de la société civile


Albert Ndzongang, (président de la Dynamique citoyenne): «C’est un discours de résignation»

Aujourd’hui, ce que la jeunesse attend, ce n’est pas des discours. Elle veut s’affirmer. Vous voyez, le pape Benoît XVI à 85 ans a décidé de se retirer parce qu’il est fatigué. Notre président de la République, lui, demande plutôt au journaliste si à 80 ans, il a l’air d’être fatigué. C’est tout dire. Pour revenir à l’adresse de Monsieur Biya, le fait de citer les conducteurs de moto taxis en estimant qu’il faut réorganiser leurs activités est pour moi un discours de résignation. C’est dire que cette activité de transport est devenue un dépôtoir. Dans un pays sérieux qui se respecte, il n’y a pas de places pour les conducteurs de mototaxis. Ça nous réjouit que l’on ait pensé à se pencher sur les propositions que nous avons faites dans le sens d’assainir cette activité. Nous avions trouvé des astuces pour encadrer les mototaximen par exemple, en leur donnant la possibilité de se former, au cours du soir pour ce qui est du code de la route et de l’obtention du permis de conduire. Mieux organiser les «benskineurs» aujourd’hui, ce n’est pas multiplier les impôts. S’agissant des 200 mille emplois annoncés, je dis qu’il s’agit d’une goutte d’eau dans un océan de chômeurs. 86% des jeunes sont sans emplois. Il est judicieux de promouvoir l’auto-emploi et non penser à recruter des jeunes dans l’administration. En tout cas, entre ce qui est dit et ce qui est fait, il y a une montagne. J’attends de voir.


Ernest PEKEUHO, (Président national du Bric): «Aucune réponse aux problèmes des jeunes»

Le discours du 10 février 2013 de Monsieur Biya, nous laisse constater que Biya parle seul, il parle à sa génération, il parle à ses amis, mais il ne parle pas à la jeunesse. Moi, je suis leader jeune, je suis avec les jeunes chaque jour, je travaille pour la jeunesse camerounaise, mais nulle part, je n ai eu une réponse aux problèmes que les jeunes posent dans ce pays. Aujourd’hui, aucun Camerounais n’est plus dupe sur la capacité de Paul Biya à faire autre chose que de s'éterniser au pouvoir. Dans son Eldorado d'égoïste, tout est si parfait qu’à la question d'un journaliste au sortir de son audience avec le président français qui l’interrogeait sur sa longévité au pouvoir, il a répondu sans anicroche et de façon lapidaire : «croyez-vous que je suis fatigué» ! Pendant ce temps, les populations subissent les coupures d'électricité, le manque d'eau potable, l'insécurité, la hausse des prix semble échapper à tout contrôle, défie toute logique, nos routes sont devenues des terribles mouroirs, le choléra bat son plein en plein 21è siècle au Cameroun...En ce 21ème siècle, n’en déplaise aux propagandistes de Paul Biya, les grands dirigeants du monde ont tous, actuellement, la cinquantaine: Barack Obama, président de la première puissance mondiale; François Hollande et Nicolas Sarkozy, dirigeant de la cinquième puissance mondiale ; Angela Merkel, chancelière d’Allemagne, etc. Paul Biya, lui-même, en accédant au pouvoir, n’avait que 49 ans. Et demain le 13 février 2013, il en aura … 80 ! C’est beaucoup trop, en passant, je lui souhaite joyeux anniversaire et espère que ce soit le dernier qu’il fête au palais de l’Unité. Comme le pape a démissionné, je demande à notre pape du Cameroun qu'il fasse autant!


Cabral LIBII LI NGUE (coordonateur G18 Génération Cadeg): «Constat de détresse, du sous-emploie des jeunes»

Pour des raisons qui lui sont propres, le président de la République a choisi de segmenter la jeunesse en trois catégories, destinataires principales de son allocution : la jeunesse encadrée, la jeunesse non encadrée et les enseignants majoritairement jeunes. Et selon ses propres mots, le discours devait être un bilan de l’action du gouvernement à l’endroit de la jeunesse, ainsi qu’une projection dans le proche avenir. Nous regrettons le caractère lapidaire du bilan (sacrifices de l’Etat, 15% du budget global) et la nature démagogique et inappropriée du projet (200 000 dans le secteur formel en 2013, organisation du métier de moto-taximan). Le président aura consacré l’essentiel de son discours à faire le constat de détresse, du sous-emploi et de l’incivisme des jeunes. Une telle maîtrise du désarroi de la jeunesse aurait dû aboutir à des solutions plus adaptées. Quant à l’inclination du Président devant la mémoire d’une adolescente décédée à Mbanga, elle avait tout l’air impréparée, car précédée d’un mauvais raccord de l’image et ne figurant pas sur le prompteur puisque le Président a dû baisser la tête pour lire péniblement le nom. La société « apaisée et prospère »reste largement tributaire d’une jeunesse mieux encadrée et mieux employée, jouissant d’une meilleure considération.

Alain Njipou avec Aganews

Source :  Le Messager

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine