Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Cameroun : Le procureur de la République, M. Belinga, dans "l’affaire du bébé volé de Vanessa" dit à Vincent-Sosthène Fouda : Tu es Ewondo, Vanessa est bamiléké...

14 Février 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Cameroun : Le procureur de la République, M. Belinga, dans "l’affaire du bébé volé de Vanessa" dit à Vincent-Sosthène Fouda : Tu es Ewondo, Vanessa est bamiléké. Je me demande pourquoi tu es derrière cette affaire. Voila le niveau où se retrouve notre beau pays le Cameroun en 2012.

Sosthene Fouda M. Vincent Sosthène FOUDA



L’homme politique doit rencontrer le procureur de la République du tribunal de première instance d’Ekounou ce lundi.

Samedi 10 février 2012. Commissariat central n°1 de Yaoundé. Il est environ 16h. Vincent-Sosthène Fouda sort d’une cellule pour se rendre à l’hôpital général de Yaoundé.
Il est acclamé par d’autres gardés à vue qui, toute la nuit, ont scandé des chansons pour que le bébé de Vanessa lui soit rendu. Vincent-Sosthène Fouda claudique. Son œil est enflé, son corps a des hématomes et la paire de lunettes qu’il tient à la main est cassée. A la demande de l’Ordre national des médecins, précise-t-il, il va faire des examens médicaux, notamment un scanner, à l’hôpital général de Yaoundé, afin de vérifier son état de santé. Il est accompagné de son avocat, maitre Assira, et d’un médecin. Vincent-Sosthène Fouda affirme avoir été tabassé la veille au parquet du tribunal de Grande instance du Mfoundi.

Vendredi 9 février, Vincent-Sosthène Fouda a été entendu par le procureur de la République, M. Belinga, dans "l’affaire du bébé volé de Vanessa". On lui reproche d’avoir organisé une marche illégale à l’hôpital gynéco-obstétrique de Ngousso, jeudi dernier, de troubler l'ordre public et de porter atteinte à sécurité de l’Etat. Nous l’y avons également rencontré. « Je suis entré dans le bureau du procureur à 9 h5mn. Pendant 45 minutes, il m’a interrogé sur la paix et son prix et m’a fait des observations idiotes du genre, tu es Ewondo, Vanessa est bamiléké. Je me demande pourquoi tu es derrière cette affaire. Au bout de compte, il m’a signalé que je suis gardé à vue», s’indignait Vincent-Sosthène Fouda. « Je suis ici depuis 8h et c’est maintenant, à 18h, qu’on me dit que c’est le procureur de la République du tribunal de première instance d’Ekounou qui est compétent pour m’entendre», ajoutait Vincent-Sosthène Fouda à qui, un policier demandait farouchement de monter dans le car de police.

Vincent-Sosthène Fouda nous a indiqué qu’il a été menotté et encagoulé, avant d’être jeté de force dans un car de police en direction, il le saura plus tard, du commissariat central n°1. Les journalistes et des hommes politiques, comme Alain Fogue, qui faisaient le guet ne verront pas passer le véhicule à bord duquel M. Fouda a été transféré au commissariat central. Selon certaines indiscrétions, il est sorti du côté du musée national. Malgré son insistance, l’avocat de Vincent-Sosthène Fouda, maitre Assira, ne verra pas non plus son client ce vendredi.

Hier au moment où nous allions sous presse, les proches de Vincent-Sosthène Fouda, que nous avons rencontrés, étaient peu disposés à dire véritablement où il se trouve. On le dit encore à l’hôpital général. Toutefois, l’homme politique doit rencontrer le procureur de la République du tribunal de première instance d’Ekounou ce lundi.

Cathy Yogo

Source: Le Jour

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article